Vers le déploiement d’une force de maintien de la paix en Ukraine?

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

28 contributions

  1. Scalp dit :

    C’est bizarre Que Porc-o-Chenco accepte cette proposition , vu qu’il ne sera plus en position pour exterminer son propre peuple . Encore une fois Poutine se révèle en fin stratège . Pourvu que ça sonne le glas de cette génocide dont l’UE,L’EI-USA Et La Russie ont fortement contribué à tenir à flot dans leurs luttes pour l’influence géopolitique. Personnellement c’est une proposition salutaire car ce bain de sang ternit l’image de l’Europe.

    • TPI dit :

      Scalp et oeuf à la coque… Poutin vous a mangé le cerveau, donc votre objectivité est en deuil. En tout cas les européens ont surement plus l’esprit critique que les russes, alors il n’est pas étonnant que vos idioties fonctionne en Russie, mais ici lu de France, c’est pitoyable! On dirait de la veille propagande soviétique des années 50, on s’y croirait.

    • Jesus Christ, fils de Dieu dit :

      Sputnik fait la vidange de ses adeptes sur ce site….

  2. Anonymous dit :

    A la lecture de ces propos, geler le conflit et rendre impossible pour le pouvoir central ukrainien d’exercer de nouveau de contrôle un jour sur ces territoires, avec pour objectif plus long-termiste de constituer un frein au développement économique, et à la modernisation de l’Ukraine me semble être le réel objectif du président Poutine.

    Tout à fait d’accord avec les propos du diplomate allemand, et fidèle à la tradition de la « Maskirovka » soviétique.

  3. MD dit :

    https://mobile.twitter.com/spletnemer/status/905719354330927105?p=v
    Traduction :
    Ukraïnska pravda.
    Porochenko: Les Russes ne devraient pas faire partie des gardiens de la paix dans le Donbas .
    Spletnemer: De même que les Biélorusses.

    • sergeat dit :

      Poroshenko veut il les remplacer par les « contractors us « et les mercenaires polonais et tchétchènes qui l’aident à installer un régime « démocratique »(mot qui justifie toutes les ingérences occidentales).
      N’oubliez pas que 2 millions d’ukrainiens se sont réfugiés en Russie et Biélorussie(chez l’agresseur!!!),en Russie les réfugiés sont principalement des femmes et des enfants(à l’inverse de nos réfugiés).Pourquoi nous n’acceptons pas les femmes et enfants slaves qui fuient Poroshenko?

      • Lagaffe dit :

        Arrêtez avec vos bobards, vous êtes ridicule.
        « Selon les autorités russes, depuis le début des hostilités dans le sud-est de l’Ukraine, plus de 600 000 Ukrainiens ont demandé à la Russie un droit asile, le statut de réfugié ou un permis de séjour. » on est loin des 2 millions !
        En fait si on croit Sputnik, les ukrainiens partent majoritairement en Europe !
        https://fr.sputniknews.com/international/201702161030124926-pologne-refugies-ukraine-russie-europe-syriens/
        Et pour l’UNHCR, l’Ukraine compte en plus 1,6 millions de déplacés à l’intérieur du pays.

        • sergeat dit :

          Vous ne savez pas lire :les réfugiés de l’ouest(et non du Donbass) vont en Pologne ou en Slovaquie et Hongrie comme mes cousins.

      • MD dit :

        Pourquoi me posez vous ces questions? Je ne suis pas Porochenko. Je n’ai fait que traduire une de ses déclarations ainsi qu’un commentaire de celle-ci. Quant à essayer de vous répondre, je suppose que le président ukrainien pourrait bien trouver quelque part dans la CEI ou ailleurs un pays contributeur qui lui conviendrait : par exemple l’Azerbaïjan , l’Arménie, la Mongolie, etc… Ou un pays comme l’Inde ? Et que de son côté, monsieur Poutine pourrait bien accepter des pays d’Amérique latine comme le Nicaragua, Cuba, ou même le Vénézuéla ( pourquoi pas )? Mais il est très douteux que beaucoup de pays se bousculeront pour s’empresser de fournir des contingents militaires destinés d’abord et avant tout à protéger les observateurs de l’OSCE. Même le Népal . Pour la bonne raison qu’il ne doit pas y avoir hors d’Europe beaucoup de diplomates à croire qu’un mandat de l’ONU ait une chance de régler quoi que ce soit dans cette région.
        De toute façon, il en sera de cette initiative sera comme de toute les autres dispositions des accords de Minsk : il n’en résultera pas grand chose. Ce genre de situation a déjà été connue pendant la guerre de Bosnie.

      • Alain dit :

        Mercenaires tchétchènes : ils sont côté russe en grosse majorité.

        Quant aux réfugiés, ça fait belle lurette qu’ils sont en majorité côté Ukraine : il va falloir revoir vos sources. En revanche, ils sont en majorité pas forcément bien acceptés si j’en crois mes sources locales, avec leurs habitudes soviétiques de paresse, vol et corruption qui ne passent pas dans une Ukraine aux mentalités un peu plus européennes…

        Mon avis : que l’Ukraine récupère le plus tard possible Donbas et Crimée : ce sont des nids à emmerdes dans une phase de nettoyage qui dure plus longtemps que prévu. Pas besoin d’une majorité pro-russe qui fera perdre tous les bénéfices des réformes entreprises, pour retomber dans la kleptocratie endossée par le Kremlin…

  4. sergeat dit :

    Les ophtalmos et les oculistes du Donbass ainsi que les vendeurs de lunettes de vue faisaient des réductions de 80 pour cent aux membres de l’OSCE en 2016(malgré la guerre ils gardent le sens de l’humour).

  5. Vince dit :

    La proposition de Poutine revient à geler la situation, donc à acter de facto la partition de l’Ukraine.
    .
    L’exigence ensuite des Allemands en mode Teuton de mettre hors jeux les séparatistes revient à ne pas vouloir de solution du tout.

  6. aleksandar dit :

    Cela me fait rire a chaque fois, les  » sanctions « .
    Faudrait peut être que les petits blanc ethnocentrés comprennent que la Russie de fout de leurs sanctions.
    Quand aux accords de Minsk, c’est l’Ukraine qui refuse de la les appliquer.
    Hypocrisie occidentale.

    • Alain dit :

      Cela me fait rire à chaque fois, le fait que la Russie se fout de leur sanctions. La Russie profonde n’en a effectivement rien à battre. En revanche, les oligarques les supportent de moins en moins, et le serpent qui mordra Poutine est déjà proche de son sein…

      • MURIELLE dit :

        vous n’y êtes pas!
        l’économie agricole qui par le passé était étouffée par les multiples importations se met à flot
        Ayant été cet été en Russie, on constate des activités ( élevages en particulier) qui n’existaient pas il y a 5 ans
        et toute la chaîne qui va avec: en fait les sanctions ont plutôt donné du boulot.

        • Alain d dit :

          @MURIELLE
          Vous non plus, je pense que « vous n’y êtes pas! »
          Vous avez en partie raison, mais ça ne change pas le problème; les yaourts, chocolats ou pâtés fabriqués par des entreprises russes sont beurk.
          Entre les matières premières et de bons produits finis, le chemin est long!
          Les russes, quand ils en ont les moyens, fuient ces produits, et préfèrent les produits occidentaux.
          Comme chacun et chacune d’entre-nous, si on a les moyens d’acheter un meilleur produit, y’a de forte chance qu’on le fasse si on considère qu’il vaut le prix affiché. Perso, je fonctionne comme cela.
          Donc la demande va vers la qualité occidentale et quand les russes seront sortis de la crise ils reprendront leurs habitudes de consommation !
          Heureusement que les entreprises occidentales continuent à investir en Russie ! Et qu’effectivement elles livrent vaches, moutons et chèvres à la Russie, voir porcs, quoique les russes peuvent probablement maintenant récupérer des porcs d’un gros élevage dans le Donbass occupé, sauf si l’épidémie qui les touche a trop gonflée !
          Vous ne pensez tout de même pas que les entreprises européennes vont sortir la Russie de sa misère entrepreneuriale et industrielle sans contreparties ?
          L’expertise, le savoir faire, les semences, les races animales, les médicaments, les techniques de transformations ou de contrôle, les logiciels, les brevets, les AOP ou AOC, tout cela se paie !
          Toutes les productions suisses, allemandes ou françaises, « protégées » dans l’agroalimentaire ne peuvent pas être dupliquées par un simple claquement de doigts en Russie.

          Dans la réalité, loin du discours des trolls, ça discute investissements, contrats, technologie, contrôle qualité et savoir-faire.
          Oui c’est certain, y’a plus d’élevages maintenant en Russie.
          Pour exemple, Danone, ne pouvant plus importé de lait depuis l’UE se convertit à l’élevage après avoir fermé ses 5 usines les plus vétustes entre 2014 et 2016 !
          https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-08-27/danone-sends-5-000-cows-to-siberia-in-quest-for-cheaper-milk
          28-08-17 Le Ministre de l’Economie de la Fédération :
          http://economy.gov.ru/minec/press/news/2017290804
          Le volume des IDE français cumulés en Russie passent de 10 à 14,4 Mrd$, soit plus de 40 % d’augmentation.
          On ne peut pas dire que la Russie soit perdante, elle a besoin de ces investissements et des technologies qui y sont souvent associées pour progresser.
          Mais la France n’est pas non plus perdante. C’est donc du gagnant-gagnant !
          Pour ce qui est du commerce (import-export), il est indiqué que durant le 1er semestre 2017 les échanges (Russie-France) auraient augmenté de 24%.
          Toutes les nations occidentales qui sont membres de l’OTAN n’ont pas cessé d’investir en Russie, et heureusement pour cette dernière, parce qu’il y a de nombreuses créations d’emplois au final, et un gain qualitatif pour le peuple russe et l’industrie russe !
          La Russie a aussi fait quelques investissements en Occident, très peu !
          Je suis donc d’accord pour dire ou plutôt redire que cette crise au final apportera un peu plus d’entreprenariat russe.
          Et c’est très bien ainsi, un jour la Russie deviendra grande !
          Mais ca doit être mis en balance avec les millions de pauvres supplémentaires et les centaines de milliards de PIB perdus, pendant que l’EU, l’Afrique, l’Asie et ses compères de la CEI, ainsi que les Amériques sont en croissance.
          Au bout du décompte, L’Europe sortira gagnante, et la Russie pas forcément perdante, mais certainement pas gagnante face à UE, ainsi va l’implacable économie.
          La Russie, son modèle de 2013 évoluera t’il réellement ? Ce n’est pas certain !
          Danone Russie, 2016 :
          « Danone démontre pour la troisième année consécutive la résilience de son modèle dans un contexte économique difficile. La revalorisation de son portefeuille de marques à travers la gestion du mix et la force de ses marques a permis de neutraliser l’effet de la baisse des volumes et d’assurer une croissance solide du chiffre d’affaires. »
          Danone, comme tout géant qui se respecte, aurait certainement profité de la crise pour se restructurer, améliorer son rendement et valoriser son portefeuille.
          J’ai lu quelque part que son CA Russie avait augmenté de 17%.

          Evidement, si vous lisez l’Humanité, on vous y expliquera (en magouillant quelques infos : école russe) que l’Europe est la grande perdante, à commencer par la France, dans tous les domaines et que la Russie explose tout ! Il est vrai que pour le taux de progression de la pauvreté la Russie a explosé les scores.
          L’économie n’est pas si simple. Les voisins de la Russie au sein de la CEI ont récupérer de nombreux investisseurs qui ont fuit la Russie, et affichent maintenant des croissances qui doivent faire pâlir Poutine, qui les avait entrainé dans sa galère. Comme ce sont de plus faibles économies que la Russie, peu d’investissements suffisent pour vraiment les booster. Après un certain seuil atteint, le cycle vertueux est enclenché, leurs bonnes croissances affichées vont attirer encore plus d’investissements.
          Tous ces investissements n’iront pas ailleurs, notamment en Russie.
          L’économie se joue sur des temps courts, mais les répercussions peuvent durer très longtemps, tant qu’aucune ombre ne viendra assombrir le tableau !

          Pour l’Ukraine dirigeait plus d’un tiers de ses exportations vers la Russie, elle s’est réorientée vers le marché européen et asiatique.
          La croissance de l’Ukraine (estropiée par l’invasion russe de 16% de son ancien PIB) va progresser bien plus vite que celle de la Russie, ce qui doit bien emmerder Poutine.
          Et évidement s’il libérait le Donbass, le phénomène accélérerait.
          D’ici un certain temps, les citoyens russes, qui ont payé cher cette guerre pour la « Nouvelle Russie »,
          vont pouvoir comparer les progressions des PIB russe et ukrainien. Mon avis est que la couleuvre va être très difficile à digérer.

    • Léonard dit :

      L’économie russe est au beau fixe, bien sûr, et les sanctions économiques n’ont aucun impact, sauf sur nos producteurs français qui ne peuvent plus exporter en Russie évidemment. Je connais la chanson.

    • Alain d dit :

      @aleksandar
      Etes-vous le grand comique de la propagande russe ?
      « Les sanctions ne font pas mal à la Russie », c’est le discours des officiels russes qui espèrent que l’UE les supprime ou les diminue le plus rapidement possible.
      Si les sanctions ne dérangent pas la Russie, pourquoi donc les évoquer ?
      Les sanctions de l’UE sur les entreprises et personnes russes et ukrainiennes qui ont déconnés en Crimée et dans le Donbass ciblent principalement des proches du pouvoir russe, et l’industrie pétrolière et militaire.
      Les sanctions russes prises en réaction, contre l’UE, qui concernent l’agroalimentaire, ont mises des millions de russes dans la pauvreté, alors qu’elles ciblaient les paysans européens.
      Les prix de la viande, des fruits et des produits laitiers ont rapidement grimpé et les russes ont moins consommé, ce qui a planté dans un premier temps le commerce de proximité de l’agroalimentaire
      Mais rapidement, les russes les moins fortunés ont freiné ou stoppé leurs autres dépenses (loisirs, vacances, auto, soins, cosmétiques, médicament, vêtement, etc.) pour pouvoir continuer à manger au mieux.
      Assez le pouvoir a violemment réduit les subventions attribuées à des régions très pauvres.
      Donc c’est l’économie totale de la Russie qui s’est rapidement dégonflée.
      Poutine s’est bien tiré une balle dans le pied lorsqu’il avait pris ces sanctions contre l’Europe.
      Au final, le système bancaire s’est effondré, les banques qui ont fermés sont légions, la 2ème compagnie de transport aérien a été stoppé nette. Elle avait été précédée par au moins 5 agences internationales russes de voyage.
      Avez-vous oublié les milliers de touriste russes à l’étranger qui ne pouvaient plus rentrer au pays parce que les compagnies étaient HS ?
      http://www.la-croix.com/Actualite/Europe/Prives-de-billets-retour-des-milliers-de-touristes-russes-sont-bloques-en-vacances-2014-08-05-1188406
      Les russes ont aussi réduit leurs achats d’autos et leurs déplacement, ce qui a impacté les concessionnaires autos et les stations services.
      Au final, bien moins de travail, une inflation galopante et des millions de russes supplémentaires qui ont découvert la pauvreté.
      Le plongeon de l’économie russe a ensuite plombé les économies voisines (Biélorussie, Kazakhstan, Azerbaïdjan, Arménie).
      Russie = cancre de la CEI.
      Ce n’est pas les sanctions européennes qui ont planté l’économie russe mais bien le choix d’une réplique idiote de Poutine sur nos gentils paysans, déjà mal en point !

      Il est certain que l’agroalimentaire a du poids en Allemagne et en France, et que ces deux nations ont bien souffert un certain temps.
      Mais comme ce sont des championnes dans la catégorie, très internationalisées. Elles ont donc encaissé et ont trouvé de nouveaux marchés assez rapidement.
      Elles se sont vite remissent en question, sujet que j’avais déjà documenté ici, avec pour la France des ré-aiguillages de production vers le Vietnam, la Chine, Taiwan, Egypte, etc.
      Pour exemple, le Vietnam, gros client de la Russie, va faire la fête à la France en Novembre.
      Peut-être qu’on peut remercier Poutine pour cet évènement, ou pour l’ampleur de cet évènement, parce que si les exportations françaises ont accéléré vers le Vietnam, c’est bien grâce à des pommes ou de la viande qui étaient initialement destinées au marché russe.
      Le jeu d’échec, ça se joue en plusieurs coups !
      Alors vous pouvez bien continuer votre baratin, il est bien connu !
      Parce que le rapport de force Russie vs UE a toujours été et sera toujours en faveur de l’EU !
      L’UE a tout juste éternué, la Russie est encore convalescente et la dégringolade de son PIB est immense. Reste les millions de pauvres engendrés par le choix de Poutine à résorber !

      Comme je fais parti des contributeurs qui appuient leurs commentaires avec des liens sérieux (généralement récents) :
      La France à l’honneur au Vietnam : la diplomatie économique au service de l’export
      http://www.ccifv.org/single-news/n/la-france-a-lhonneur-au-vietnam-la-diplomatie-economique-au-service-de-lexport/
      Je lis : « Boostée par les récentes ouvertures de marché pour les pommes, la viande bovine, les ovins et caprins vivants, la France a exporté au Vietnam pour 200 millions d’euros en 2016. »
      Sous-entendu : pour les exportations agricoles.
      Sur cet exemple, je pense qu’on peut dire merci à Poutine, qu’en pensez –vous ?
      Et je suis certain qu’au final les entreprises françaises préfèreront faire des affaires avec le Vietnam, bien plus fréquentable, bien plus ouvert sur le monde et bien moins corrompu que le système Poutine !
      2015 :
      Pommes, Vietnam :
      http://agriculture.gouv.fr/la-france-lhonneur-au-vietnam-la-diplomatie-economique-au-service-de-lexport
      Viandes, Vietnam :
      http://www.lemoci.com/actualites/entreprises-secteurs/viande-bovineexport-22-entreprises-francaises-vont-pouvoir-livrer-au-vietnam/
      Porcs, Chine :
      https://www.lsa-conso.fr/la-chine-nouvel-eldorado-de-la-filiere-porcine-francaise,246486

      Pour ce qui est du gaz, vous connaissez la musique !
      L’EU a revu des accords et des conditions pour dézinguer le monopole de transport Russe vers l’EU.
      L’UE a aussi accéléré la diversification de ses sources d’approvisionnement et moyens de stockage et de transports.
      Gazprom s’est vanté d’avoir livré plus de gaz à l’Europe, oui mais l’Ukraine n’achète plus de gaz russe depuis des lustres (été 2015 de mémoire). L’UE lui redirige du gaz.
      Poutine a privatisé son bras armé Gazprom, en partie au Qatar et à Glencore, qui vont certainement faire une bonne affaire en revendant maintenant une partie de leurs % au chinois CEFC, 13 ou 14% du capital.
      http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/le-chinois-cefc-entre-dans-le-capital-du-geant-russe-du-petrole-rosneft-1252103.html
      Le cours du Baril avait un peu remonté, oui mais :
      http://prixdubaril.com/
      Plus rien ne gaze pour l’empire du gaz !
      Et puis le marché du GNL gonfle avec des prix de revient très bas. Et comme ce gaz va être de plus en plus employé en l’état, véhicules, navires et industries, quel intérêt d’importer plus de gaz russe qu’il faudra liquéfier ?

      Pour ce qui est des accords de Minsk
      La Russie a créé cette guerre qui lui coute déjà chère. Poutine ne peut plus reculer, il a beaucoup promis avec sa nouvelle Russie et les élections approchent. Les fêlés à la tête de Lougansk et de Donetsk ont obtenu le pouvoir sous son contrôle, Poutine ne peut se retourner contre eux ou tous les éliminer.
      Donc le blocus et la pression sur l’UE est sa seule arme. Mais pourrir la situation va lui couter très cher, parce que les habitants de la Crimée et du Donbass occupé vivent moins bien matériellement qu’avant l’intervention russe. Et pour les libertés de parole, de circuler, de commercer, de se divertir ou de s’informer, c’est URSS return ! Poutine n’aura pas le moyen de subventionner ses pauvres et ceux des territoires qu’il a envahi, sans oublier la reconstruction de la Syrie et du Donbass qui va couter très chère.
      Et ce n’est pas ses ventes d’armes, d’hydrocarbures et minerais qui vont sauver la situation !
      Et l’Europe, les Etats-Unis, l’ONU ne céderont pas sur les sanctions, pour ne pas légaliser les faits, ces annexions qui sont claires et nettes chez un voisin qui pesait plus de 45 millions d’habitants.
      Et puis la Russie étant membre du conseil de sécurité de l’ONU, il serait peut-être temps qu’elle arrête de déconner, et il n’y a apparemment que les sanctions pour la dissuader de recommencer, puisque 5 années plus tôt, l’annexion de la Géorgie, trop vite pardonnée, nous a amené à la situation actuelle. Les petites nations européennes, dont certaines avec des minorités russophones, on vu la Russie mettre un méchant gros coup de griffes sur un voisin bien plus costaud qu’elles, il est donc logique qu’elles ne soient pas rassurées, tout comme la Biélorussie, qui, à mon avis, a plus peur de Poutine que de l’OTAN.

      L’ONU ne me semble pas nécessaire dans la résolution de ce conflit, parce que les russes ont prouvé par le passé qu’ils étaient très malins pour garder leurs positions (Transnistrie). Et puis Minsk est clair, les russes doivent rendent la frontière aux gardes frontières ukrainiens.
      Que tous les touristes étrangers quittent le sol du Donbass, sans oublier leurs armes ! On peut bien leurs fournir boussoles et cartes pour qu’ils n’aillent pas se perdre ailleurs, dans quelques années ? Etonnant cette manie qu’ont les soldats russes de trimbaler leurs armes durant leurs vacances.

      Restera quelques grosses casseroles pour Poutine : le dossier du vol MH17, l’annexion de la Crimée, Les amendes de l’affaire Ioukos, le soutien et la livraison d’armes au dictateur Assad, le pilonnage sans discernements d’Alep et l’annexion de la Géorgie.

  7. Valère dit :

    Envoyer une force d’interposition revient de facto à partitionner l’Ukraine.

    • Lagaffe dit :

      Poutine a compris qu’il avait perdu.
      Ses troupes ne peuvent plus avancer, alors il cherche à geler et pourrir la situation en impliquant l’ONU sur une « ligne de partition » comme l’a fait la Turquie à Chypre.
      Et à Chypre ça dure depuis 1974.. mais ça n’a pas empêcher la République de Chypre d’entrer dans l’UE !

    • claude dit :

      Ca pose un probleme?

  8. Albatros24 dit :

    Sans la France..merci. On a déjà plus que donné avec la Bosnie, Liban,…

  9. Jeb STUART dit :

    @ aleksandar
    Pas vraiment en fait, elles ont vraiment un impact économique sur la Russie, mais c’est surtout la chute des prix du pétrole qui ont impacté le pays.
    Ceci étant, après deux ans de récession, il semble que ça repart.
    Lire sur ce sujet le grand dossier n°40 de Diplomatie La Russie puissance incontournable ? Comme toujours dans ce magazine, les propos sont vraiment mesurés et dans l’ensemble impartiaux, pas pro-ceci ou anti-cela.

  10. Demento dit :

    Quid de l’avion MH-17 abattu au-dessus de l’Ukraine et pour lequel on sait maintenant avec certitude que la Russie est impliquée?
    Quid aussi des soldats russes en Ukraine?

  11. moi dit :

    « Je suis pro-Russe car je ne veux pas être américain, je suis pro-américain car je ne veux pas être Russe, je suis Français parce qu’à la jonction des mondes, il y a notre bon sens et la beauté de notre intelligence raisonnée ».
    C’est de moi; copyright

  12. Von Schlieffen dit :

    Il serait temps ! Poutine n’attendra pas éternellement pour occuper le reste de l’Ukraine (et la Biélorussie). La Russie ne comprend que la force. Il serait temps de lui rappeler qu’il n’existe pas de zone d’influence pour elle dans ce deux pays souverains.

    • Alain dit :

      Elle gagnerait peut être la guerre, mais perdrait à coup sûr l’occupation, dont elle n’a pas les moyens. Se souvenir que la grande URSS, dont la Russie est à peine l’ombre, a mis 10 ans pour venir à bout des résistances balte, biélorusse et ukrainienne. Autant dire que la Russie n’a aucune chance face à un morceau comme l’Ukraine moderne…

  13. xml dit :

    Le principal problème est que les rebelles n’ont pas atteint leurs objectif, leur territoire est non viable sous perfusion russe, ils n’ont pas de port, l’aéroport en zone de combat, les rails pivotent d’un côté ou de l’autre du front, les mines de charbon de l’autre côté dans le Donbass ukrainien, bref l’économie est à refaire.
    Si le Donbass entier avait réussi à faire sécession, il aurait pu devenir un pays tampon, un peu comme la Belgique. Et maintenant, en Ukraine les russophones ont beaucoup moins d’influence, on a l’impression que tout le monde a perdu. Les leaders indépendantistes du Donbass semblent se faire assassiner, comme pour calmer leurs ardeurs.
    Alors figer tout ça avec une force de maintien de la paix, car c’est à cela que ça sert, à figer pour ne rien changer, ça ne résout rien, le conflit a toutes les chances de redémarrer un jour. quand il n’y a que des petits pays de chaque côté( style Arménie-Azerbaïdjan), ça peut aller, mais avec la Russie ça reste risqué. L’ONU commence à couvrir la planète d’un peu trop de soldats, et ça coûte.