La crise politique en Macédoine fait resurgir le spectre de tensions interéthniques

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

31 contributions

  1. nonmaisdisdonc dit :

    Quel foutoir là aussi ce coin de la planète…et ce n’est pas d’aujourd’hui

  2. Pathfinder dit :

    Très étonnant que certains aient été surpris quand Edi Rama parlait de réunir le Kosovo et l’Albanie… qui s’attendait à autre chose!?? La messe était déjà dite en 98-99.

    • Fabrice dit :

      Il ne faut pas oublier que les grandes puissances ont tracé des frontières artificielles dans bien des régions du monde après les guerres mondiales.
      Celles-ci sont responsables entre autre de certains conflits, car elles ne respectent pas la présence de certaines ethnies dans certaines régions.

      • Pathfinder dit :

        C’est vrai. Mais quel que soit l’endroit où l’on place une frontière aujourd’hui, elle déplaira toujours à quelqu’un demain.

  3. jyb dit :

    mais quelle salade !

  4. Pierre047 dit :

    Je pense qu’il est urgent d’agir dans cette région en redistribuant les frontières.
    Il faut rendre aux serbes l’extrême Nord du Kosovo, il faut intégrer le reste à l’Albanie tout comme certaines régions limitrophes du Kosovo en territoire serbe a majorité albanaises.
    Même principe en Macédoine et en Bosnie.
    Tout cela se faisant avec un référendum populaire.
    On pourrait accompagner et aider des déplacements de populations qui le souhaitent.
    Ils ont un besoin identitaire et quoi qu’on en pense, le découpage de la Yougoslavie a été mal fait.Les raisons sont locales mais aussi internationales.
    Il ne doit pas y avoir de grande Serbie ou de grande Albanie, mais des limites qui ne vont pas dans l’occupation de territoires qui n’ont rien a y faire.

    • Fabrice dit :

      Cette solution me semble en effet sensée, car elle permettrait enfin d’avoir la possibilité de passer à autre chose. Ces frontières ne prenant pas en considération les ethnies est un gros problème, car les minorités qui se trouvent dans les divers pays sont soit menacées, ou se sentent menacées. Mais je doute que cela puisse être mis en place, car les revendications territoriales sont aujourd’hui trop importantes, le nationalisme a tendance a remonter dans tous les Balkans.
      Et l’annexion de la Crimée par les Russes ne permet plus de négocier à propos des Balkans sans y inclure le cas Ukrainien… Comme l’OTAN ne veut pas négocier sur le sujet, je doute des chances d’un tel projet. Mais votre point de vue me semble on-ne-peut plus juste

      C’est toutefois ce que l’empire britannique a fait avec la partition de l’Inde et du Pakistan afin de réduire les tensions internes (et de les concentrer le long d’une frontière). Je pense que les tensions sont nettement moins importantes que ce qu’elles auraient pu être sans cela

    • aleksandar dit :

      Sauf que les Albanais sont depuis longtemps expansionnistes. On peut voir dans beaucoupde classes des écoles au Kosovo, la carte de la  » Grande Albanie « , celle qui est en en tete de cet article.
      Quand la Macédoine a été crée, les albanais y étaient largement minoritaires. Depuis l’immigration partout dans la Balkans a renforcé leur présence. Par exemple 1/3 des albanais du Kosovo ne sont pas nés au Kosovo. A l’époque de l’autonomie du Kosovo dans les années 1990 il suffisait a un immigrant albanais d’avoir 50 DM pour ressortir d’une municipalité albanaise avec un beau passeport yougoslave tout neuf. A cela s’ajoute une démographie galopante digne des pays du tiers-monde.Il ne s’agit donc pas d’une « occupation » comme vous le dites mais bien d’une conquête silencieuse par les Albanais en vue de la création de cette grande Albanie. Il n’y a pas eu de découpage mal fait.
      Les Macédoniens et les Monténégrins ont parfaitement compris le danger et vu ce qu’il s’est passé au Kosovo. Cette fois, cela finira dans un bain de sang albanais ou une expulsion massive.
      Maintenant si on suit votre raisonnement, il convient aussi de rendre a la Serbie, les territoires de la Republika Spska de Bosnie qui a demandé en vain son droit a l’autodétermination que les Occidentaux ont offert au Kosovo.
      Hypocrisie Occidentale comme toujours.

    • Jean-Louis dit :

      C’est oublier que la plupart de ces territoires ont des populations mélangées entre albanophones et autres: Une grande Albanie serait une nouvelle prison turque des peuples slaves des balkans, une nouvelle guerre civile et militaire assurée.

    • Nicolas dit :

      C’est le genre d’idée qu’on a lorsqu’on ne connait rien des Balkans.

  5. Verdi2 dit :

    Malheureusement les Balkans restent un des plus grands terrains de jeu pour les luttes d’influences internationales, et je pense que tous ces peuples ne sont plus ou moins que les jouets des « grands » acteurs.
    Je ne suis pas certain qu’un redécoupage de frontière suffise (et je passe les heures et jours et années de négociation, même en admettant que chacun y mette de la bonne volonté)
    Bon heureusement, la grande Europe unie va rapidement nous remettre de l’ordre là dedans…

  6. Alpha Roméo dit :

    L’Empire Ottoman avait mis sous éteignoire ces velléités d’Etats Ethniques balkanique. Puis l’URSS et son glacis soviétique. Depuis il y a eu l’engrenage du Kosovo et de la Bosnie, qui ont ruiné en partie la crédibilité pacificatrice de l’Otan et l’UE.
    Du coup ce coin d’Europe cède de plus en plus à ses démons belligènes. C’est un problème politique dans l’épaisseur historique d’une terre saturée de conflits locaux. Pas une question militaire, à proprement parlé.

  7. Travis dit :

    Problèmes religieux dans les Balkans comme partout sur la planète.

    • Denis dit :

      Rien à voir avec la religion. Les albanais sont majoritairement musulmans mais un bon tiers est chrétien. Il s’agit de la volonté de créer une grande Albanie.

    • tschok dit :

      En fait, là, c’est plutôt un ensemble de revendications de type nationaliste. Mais le nationalisme porte dans ses bagages les conflits ethniques et religieux. Donc, effectivement, si conflit il y a, il sera nationaliste et ethnico-religieux. C’est bien, parce que quand on met de la religion et des questions ethniques dans un conflit, c’est plus cruel et ça dure encore plus longtemps. Et puis ça crée des situations inextricables, donc même quand les gens en on marre de s’entretuer, ils n’arrivent plus à mettre fin au conflit. Il faut une intervention extérieure.
      .
      Et même après la fin du conflit, comme la solution de paix est toujours boiteuse, ça entretient les rancœurs, qui se transmettent de génération en génération, et hop! un jour ou l’autre, ça repart comme en quarante.
      .
      Nan, franchement c’est cool. Le mec qui a inventé le nationalisme et les conceptions ethnico-religieuses a rendu un super service à l’humanité.

  8. sgt moralés dit :

    Tito revient.

  9. Commandant Monastorio dit :

    Et moi qui croyais que les ethnies n’existaient pas, je devrais moins écouter les spécialistes et les médias…

  10. petitjean dit :

    Toutes les sociétés multi ethniques sont des sociétés multi conflictuelles !!
    bienvenue dans le monde réel
    et espérons que les USA n’y aillent pas encore mettre le désordre ( pour rester poli !)
    souvenons nous de l’ex Yougo, du désastre dans les Balkans………………….

    • tschok dit :

      @ petitjean,
      .
      « Toutes les sociétés multi ethniques sont des sociétés multi conflictuelles !! »
      .
      Vous êtes sûr? Je veux dire: toute société, qu’elle soit mono ou multi-ethnique, est le lieu d’affrontements multiples.
      .
      Si on prend par exemple la France, on s’accorde à peu près sur l’idée qu’entre la fin de l’Antiquité tardive (donc la fin des Invasions Barbares) vers 650 ap JC et le début de la Révolution Industrielle, vers 1850, la composition ethnico-religieuse du pays a été relativement stable et homogène.
      .
      Soit une période de 1200 ans qui apparaît comme la période de l’Âge d’Or de la nation française en tant que « race blanche et chrétienne », telle que la conçoivent Nadine Morano, l’extrême droite racialiste ou raciste française de Gobineau à Maurras en passant par Marion Maréchal Le Pen, ma concierge, mon épicier et Robert.
      .
      Or, durant ces 1200 ans, il s’est passé plein de trucs: plein de conflits où les Français se sont entretués pour de multiples raisons, comme par exemple ,la Guerre de Cent Ans, qui fut à la fois une guerre civile, une guerre d’indépendance et une guerre de construction nationale, la Réforme, les Guerres de Religion, la Contre-Réforme, la Révolution Française de 1789, avec la Terreur et la Guerre de Vendée, la Révolution de 1830, celle de 1848 qui est analysée aujourd’hui comme l’émergence du prolétariat et du concept de lutte des classes que le marxisme a théorisé, entre autres.
      .
      Et je vous passe les multiples jacqueries paysannes ainsi que les non moins nombreuses frondes de nobles et autre conflits en tout genre opposant des barons, ducs, princes, guildes de marchants, parlements locaux ou surgissement imprévu d’une bête dans le Gévaudan. Sans compter les épidémies de peste, les famines, les chasses aux sorcières ou autres événements de nature à créer des troubles à l’ordre public.
      .
      En somme, même quand il est présumé ethniquement homogène et religieusement à peu près chrétien, le peuple français trouve toujours des motifs qui lui semble valables pour entrer dans des formes de conflits complexes, multiples, violents, variables, mystérieux, cruels, durables, ou tout autre adjectif qui vous semblerait appropriés pour décrire une situation de bordel permanent, qui oscille entre la civilisation et la barbarie, suivant les circonstances.
      .
      Dès lors, je ne peux raisonnablement souscrire à votre proposition, vu notre histoire.
      .
      D’ailleurs, très franchement, les société multi-ethniques me sembleraient presque plus stables, car la diversité des être humains les oblige à une discipline de groupe qui les pousse à rechercher le plus grand dénominateur commun, celui qui fédère un peuple disparate en nation, tandis que dans les société ethniquement homogène, les êtres humains ne trouvant pas dans leur aspect respectif un motif immédiat de conflit, ils tendent à en rechercher dans les plus petits détails: le plus petit dénominateur non-commun, celui qui divise en fines particules individuelles.
      .
      Et, fatalement, ils finissent bien par les trouver.

  11. AntiPierre dit :

    I’m reading your « solutions » Pierre047.
    It is easy to give away something that is not yours.
    Let’s see – Touldon and Marseille, just give it to north africans. Well, It is not mine why not?
    Redistribute the lands to the people that live there.

  12. Denis dit :

    Votre article, bien qu’intéressant, est illustré par une carte de propagande albanaise. C’est dommage car cela fausse complètement la teneur de l’article et donne foi aux revendications albanaises qui sont sans fondements.

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Denis,

      Justement, comme il est question de grande Albanie dans l’article, cette carte a le mérite d’illustrer ce que ça veut dire. Enfin, tel a été mon raisonnement 😉

  13. Myshl Mabelle dit :

    On fera en Albanie et au Kosovo ce que nous ordonneront de faire la Séoudie et le Qatar.
    L’Albanie et le Kosovo sont des inoculations islamistes en Europe.
    Des véroles contagieuses.
    A surveiller où rentrent les pas-encore-martyrs en provenance de Syrie et d’Irak.
    Mais bon, rassurons nous, l’OTAN et l’UE, main dans la culotte de l’autre,
    et à quatre pattes devant les péninsulaires arabes plus Erdogan,
    l’OTAN et l’UE vont faire ce qu’elles peuvent…

    • Fabrice dit :

      Il y a plus de Musulmans en France qu’au Kosovo, et la même problématique, des pays tels que le Qatar , l’Arabie Saoudite qui financent mosquées et imams, en y important le wahhabisme…

      Tant que le pétrole leur permettra de faire ce qu’ils veulent dans la communauté internationale à ce sujet, les problèmes de terrorisme n’iront qu’en augmentant…

      • Myshl dit :

        Ah mais si vous confondez « islamistes » et « musulmans » tout est perdu.
        A les confondre vous condamnez les français musulmans à devenir islamistes.
        Donc vous êtes un fouteur de merde.

        On n’en sortira pas de cette nouvelle guerre de religions,
        avec des ignorants de votre genre.

        La France (Pas la République) est une terre d’accueil,
        ses enfants musulmans sont ses enfants.
        Mais avec des idiots comme vous ils se sentent des bâtards.

        D’abord la France, la France d’abord,
        et on sera bien chez nous en France.

        • tschok dit :

          @ Myshl,
          .
          Guerre de religion, sans s à religion. Enfin, ça dépend de ce que vous voulez dire:

          1) Guerres de religion: suite de conflits qui, au sein d’un même ensemble religieux, oppose différentes confessions ou branche de cette religion.
          .
          2) Guerre de religion: affrontement unique, variante du cas précédent.
          .
          3) Guerre ou guerres de religions: affrontement unique ou multiple entre blocs humain de religions différentes.
          .
          Les cas 1 et 2 sont historiquement prouvés. Le cas 3 relève d’un cas n°4 dit « choc des civilisations », mais en tant que tel on ne trouve pas vraiment dans l’histoire d’exemple de guerre opposant des blocs de pays pour des motifs exclusivement religieux.
          .
          Même lors des Croisades – quand l’Occident Chrétien s’est mis en tête de faire la guerre à l’islam pour reconquérir les lieux saints – les motivations bassement matérialistes, tout à fait temporelles, orbitant autour du désir de richesse, de pouvoir, de reconnaissance sociale, se sont mêlées à des motivations d’ordre spirituel. Il est donc assez difficile de caractériser une guerre de religions au sens strict.
          .
          Les religions sont souvent un prétexte pour se taper sur la gueule pour des motifs qui restent classiquement ceux de la guerre tout court: éliminer un rival, accaparer le pouvoir, conquérir des territoires, s’enrichir, etc.

  14. Fabrice dit :

    Mon dieu, que d’incompréhension.
    Pour commencer, vous me jugez sur 3 lignes en pensant savoir qui je suis… Non je ne pense pas que les musulmans français soient des islamistes (dans le sens utilisé par les médias), bien au contraire !

    Par contre vous partez du principe que les Musulmans Albanais et Kosovars sont islamistes, « des véroles contagieuses… » Ne pensez-vous pas être en contradiction? Donc vous jugez une population avec un avis basé sur … des stéréotypes ridicules! Et vous êtes choqués par d’autres stéréotypes (qui ne sont d’ailleurs pas mon avis)…

    Et je dis qu’il y a des problèmes d’Islamisme en France (une minorité), et que celle-ci est entre autres due au Qatar et l’Arabie Saoudite qui financent des mosquées qui prêchent un Islam wahhabite. Ceci semble être l’une des causes des problèmes de terrorisme. Au Kosovo et en Albanie il se passe la même chose…
    Donc je vais reformuler mon commentaire, en quoi pensez-vous que la France (en tant que pays, et pas les Musulmans) pensent faire mieux que ces pays? Et en quoi ces pays sont-ils Islamistes, ou peu importe les termes dégoûtants que vous utilisez…

    Donc non, je ne pense pas être ignorant, encore moins raciste, ou islamophobe, par contre je suis respectueux, et je respecte la diversité des avis, la liberté d’expression (d’autres valeurs françaises 😉 ), et je ne me permets pas de juger sur 3 lignes…