Le TCD Siroco pourrait aussi intéresser la marine brésilienne

Le Transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco a récemment servi à transporter le matériel nécessaire au détachement chasse (DETCHASSE) envoyé en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal pour mettre en oeuvre 6 Mirage 2000D (3 sont arrivés). Plus tôt, cette année, ce bâtiment a été le navire amiral de l’opération anti-piraterie Atalante, dans l’océan Indien. C’est dire s’il est encore bien utile…

Pourtant, l’an prochain, étant donné les restructurations  et les réductions d’effectifs en cours (sans doute les effets d’un budget « sanctuarisé »…), le TCD Siroco sera désarmé pour être revendu à une marine étrangère.

Comme le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LBDSN) de juin 2008 avait recommandé de doter la Marine nationale de 4 Bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral, l’entrée en service du 3e, le Dixmude, avait permis de revendre le TCD Foudre au Chili pour environ 60 millions d’euros. Désormais, ce navire, de la même classe que le Siroco, a été rebaptisé « Sargento Aldea ».

Si on en était resté au LBDSN de 2008, le TCD Siroco aurait pu rester sous pavillon français jusqu’en 2022 afin de faire le « joint » avec l’arrivée du 4e BPC. Mais cette échéance n’est plus d’actualité, le dernier Livre Blanc publié 5 ans plus tard ayant réduit à 3 le nombre d’unités amphibies de la Marine nationale.

Comme le Chili a déjà acquis le TCD Foudre, il est donc naturel qu’il s’intéresse au TCD Siroco. Tout d’abord parce que le contrat de cession du premier, signé en 2011, contiendrait une clause qui lui donnerait la priorité en cas de vente du second. Et puis il s’agit pour lui d’assurer la permanence de ses capacités amphibies, tout en réduisant les coûts de maintenance.

Mais, a priori, il n’est pas le seul sur les rangs. Et c’est plutôt une bonne nouvelle d’avoir plusieurs clients potentiels étant donné que cela donnera un peu de marge de manoeuvre dans la négociation du contrat de vente. En clair, il sera possible d’en tirer le meilleur prix, ce qui n’est pas évident quand l’on a un seul interlocuteur et que l’on est pressé de vendre.

En effet, déjà acquéreur du porte-avions Foch (devenu le Sao Paulo), le Brésil serait intéressé par le TCD Siroco, selon le site Poder Naval. Une délégation de la marine brésilienne est attendue à Toulon pour une visite et une évaluation du navire entre les 16 et 18 décembre. Si ces dernières sont positives, Brasilia serait donc sur les rangs pour l’acquérir.

Par ailleurs, et puisqu’il en a été question, la marine brésilienne envisage de moderniser le Sao Paulo afin de porter son potentiel au moins jusqu’en 2039, ce qui lui fera 76 ans de service (il a d’abord été mis en oeuvre par la Marine nationale à partir de 1963 jusqu’en 2000). D’ici-là, l’on se demande bien quels seront les avions qu’il pourra emporter.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].