Rameau d’olivier / Archives

La Turquie mise sur la sellette au sein de l’Otan?

En juillet 2016, et au regard des « purges » opérées dans l’administration et les forces turques au lendemain d’une tentative de putsch, John Kerry, alors chef de la diplomatie américaine, avait évoqué une possible exclusion de la Turquie de l’Otan. L’Alliance « a également des exigences en termes de démocratie », avait-il dit. Mais, parce que la Turquie

Syrie/Kurdes : L’armée américaine aurait envoyé des renforts à Manbij

Libérée du joug de l’État islamique (EI ou Daesh) en 2016 par les Forces démocratiques syriennes (FDS), avec le soutien de la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis, la région de Manbij, située dans le nord de la Syrie, cristallise toutes les tensions. Dès que cette ville a été conquise par les FDS, dont font

Syrie/Kurdes : Des forces spéciales françaises pour empêcher une offensive turque à Manbij?

Il y a quelques jours, et après la prise d’Afrin, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a indiqué que la ville de Tal Rifaat, située à une quarantaine de kilomètres au nord d’Alep, serait la prochaine cible de l’opération « Rameau d’olivier »,  lancée en janvier par Ankara dans le nord de la Syrie, contre les milices

Après Afrin, la Turquie parle de lancer une offensive terrestre contre le PKK dans le nord de l’Irak

Le 29 mars 2017, ne pouvant aller plus loin, c’est à dire s’attaquer aux milices kurdes syriennes (YPG) qu’elle considère comme terroristes en raison de leurs liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan turc (PKK), la Turquie mit un terme à son opération « Bouclier de l’Euphrate », menée dans le nord de la Syrie avec

Syrie/Kurdes : Les forces turques ont pris le contrôle de la ville d’Afrin

Deux mois après avoir lancé l’opération « Rameau d’olivier » contre les milices kurdes syriennes (YPG), par ailleurs soutenues par la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis, les forces turques et les groupes rebelles syriens soutenus par Ankara ont atteint leur objectif, c’est à dire la prise de contrôle de la ville d’Afrin, chef lieu du canton

« Rien ne justifie l’action en profondeur » des forces turques à Afrin, estime M. Le Drian

Presque deux mois après le lancement de son opération appelée « Rameau d’olivier », l’état-major turc a annoncé, ce 13 mars, que ses forces encerclent désormais la ville d’Afrin, chef lieu du canton du même nom qui, situé dans le nord de la Syrie, est contrôlé par les milices kurdes syriennes (YPG). « Dans le cadre des opérations

L’offensive turque à Afrin contraint les Forces démocratiques syriennes à suspendre leurs opérations contre l’EI

La résolution 2401 votée à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies afin d’obtenir un cessez-le-feu en Syrie (trêve qui ne concerne pas les groupes jihadistes) n’a pas produit les effets espérés. En effet, le régime syrien, appuyé par l’Iran et la Russie, continue son offensive contre les rebelles qui conrôlent la région

Syrie : La Turquie envoie des forces spéciales à Afrin, région concernée par la trêve

Votée à l’unanimité, le 24 février, par le Conseil de sécurité des Nations unies, la résolution 2401 réclamant une trêve « sans délai » d’un mois pour permettre la livraison de l’aide humanitaire dont ont besoin les civils pris dans les affrontement en Syrie risque d’être sans effet. Les combats continuent en effet dans la Ghouta orientale

Offensive turque : Les forces gouvernementales syriennes bientôt à la rescousse des Kurdes à Afrin?

« Les ennemis de mes amis sont mes ennemis » est une formule à la fois simpliste et fausse. À plus forte raison dans cet Orient « compliqué » où les alliances se font et se défont au gré des circonstances, où l’ami d’hier sera l’ennemi de demain. Et vice versa. Il y a tout juste deux mois, le

Les militaires américains déployés auprès des FDS à Manbij risquent d’être visés par la Turquie

Le 3 février, alors que l’opération « Rameau d’oliver », menée contre les milices kurdes syriennes (YPG) à Afrin, entrait dans sa troisième semaine, les forces armées turques ont perdu 7 soldats, dont 5 lors de la destruction d’un char [sans doute un Leopard 2?] par un missile. Étant donné que les YPG bénéficient d’un appui de