Prolifération / Archives

« A priori », la menace des missiles nord-coréens ne concerne pas directement l’Europe

« L’Europe comme les Etats-Unis sont certainement à la portée de ces tirs », avait commenté Florence Parly, la ministre des Armées, peu après l’essai d’un missile balistique intercontinental nord-coréen de type Hwasong-15, en novembre. « Comment ne pas être inquiète dans le monde dans lequel nous vivons », avait-elle continué. Et d’ajouter : « Les menaces se sont exprimées

Quelles sont les options face à l’arme nucléaire nord-coréenne?

Dans le film « Le Crabe Tambour », de Pierre Schoendoerffer, le commandant (interprété par Jean Rochefort) estime que « le choix de l’homme n’est pas entre ce qu’il croit le bien et le mal, mais entre un bien et un autre bien ». Que dirait-il dans le cas de la Corée du Nord, pour lequel aucune option ne

La Corée du Nord a effectué son sixième essai d’une arme nucléaire

Malgré les condamnations internationales, le renforcement des sanctions prises à son égard par le Conseil de sécurité des Nations unies, les réprimandes de la Chine, le ton très ferme du président Trump ou encore les démonstrations de force, rien n’y fait. La Corée du Nord passe outre. Près d’une semaine après qu’un de ses missiles

Campagne médiatique pour appeler la Corée du Sud à se doter de l’arme nucléaire

Dans les années 1970, la coopération militaire entre la Corée du Sud et les États-Unis fut réduite, le président américain, Richard Nixon, ayant en effet décidé de revoir l’engagement de son pays dans cette partie du monde. D’où le lancement d’une politique cherchant à limiter la dépendance de Séoul à l’égard de Washington, avec la

Vers un contrôle systématique de toute cargaison en provenance ou à destination de la Corée du Nord?

Après l’essai d’une « bombe thermonucléaire » (mais qui est propablement une bombe atomique à effet dopé) et le lancement d’une fusée pour mettre en orbite le satellite Kwangmyong 4, la Corée du Nord doit s’attendre à un renforcement des sanctions internationales dont elle fait l’objet pour ses activités nucléaires et balistiques. Seulement, pour cela, une nouvelle

Un accord cadre sur le programme nucléaire iranien a été trouvé

En novembre 2013, l’Iran et le groupe 5+1, constitué par les 5 pays membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (États-Unis, Russie, France, Chine, Royaume-Uni) et l’Allemagne, signèrent, à Genève, un accord intérimaire sur le programme nucléaire mené par Téhéran et se donnèrent un an de plus pour continuer les discussions et trouver

La prévention du terrorisme nucléaire renforcée à l’issue du sommet de La Haye

Qu’un groupe d’activistes puisse commettre un attentat avec une arme nucléaire est peu probable, même si cette éventualité a été évoquée par plusieurs romanciers. Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, la planification d’une telle attaque demande du temps. Or, généralement, les réseaux terroristes, qui, pour beaucoup, ont des objectifs et des revendications

Un accord préliminaire sur le nucléaire iranien a été conclu

Finalement, les propos tenus à l’égard d’Israël par l’ayatollah Ali Khamenei, n’auront pas eu d’incidences sur les négociations entamées il y a plus de 4 jours à Genève sur le programme nucléaire mené par Téhéran. Pour rappel, le Guide suprême iranien avait affirmé, le 20 novembre, que « les fondements du régime sioniste » avaient été « affaiblis

Les forces armées iraniennes exhibent 30 missiles balistiques d’une portée de 2.000 km

Le nouveau président iranien, Hassan Rohani, semble être plus conciliant que Mahmoud Ahmedinejad, son prédécesseur. Une attitude qui se traduit par une recherche d’un dialogue avec Barack Obama, son homologue américain. On le sait, le contentieux porte notamment sur l’intention prêtée à Téhéran de vouloir se doter de l’arme nucléaire. A priori, la Maison Blanche

Selon le président Obama, l’Iran pourrait se doter de l’arme nucléaire d’ici un an

Depuis maintenant 11 ans, c’est à dire lors de la découverte d’un centre secret d’enrichissement de l’uranium à Natanz, le groupe des 5+1 (États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne) tente de trouver une issue au dossier du nucléaire iranien. Et pendant que les négociations diplomatiques sont dans l’impasse, Téhéran continue de mener ses activités