Mossoul / Archives

Mossoul : Une contre-attaque de Daesh a été repoussée par les forces irakiennes

Dans la journée du 25 juin, le lieutenant-colonel Salam al-Obeidi, de l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS), a assuré que plus des deux tiers de la vieille ville de Mossoul (la medina) avaient été libérée de la présence de l’État islamique (EI ou Daesh). Et de préciser qu’il restait encore « moins d’un kilomètre carré à reprendre »

Le patron des forces spéciales françaises dément le « ciblage » de jihadistes à Mossoul

Fin mai, le Wall Street Journal a affirmé que des commandos des forces spéciales françaises fournissaient aux troupes irakiennes l’identité et la photographie de jihadistes venus de France pour combattre dans les rangs de l’État islamique (EI ou Daesh) à Mossoul. Et de préciser qu’une équipe du Commandement des opérations spéciales (COS) s’attachaient à collecter

Mossoul : L’État islamique a fait sauter la mosquée où il avait proclamé son « califat »

Responsable de l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS), les forces d’élite irakiennes à la pointe du combat contre l’État islamique (EI ou Daesh), le général Abdulwahab al-Saadi a livré une vision prémonitoire, il y a quelques jours, peu avant un nouvel assaut contre le quartier historique de Mossoul, où quelques centaines de jihadistes opposent toujours une

Mossoul : Les artilleurs français appuient une offensive de l’armée irakienne en direction de Tall Afar

Les jours passent et le rythme opérationnel de la Task Force (TF) Wagram, nom du détachement français d’artillerie déployé au nord de Mossoul, ne faiblit pas. Et il a même été accentué au cours de ces derniers jours, avec pas moins de 80 missions de tir assurées au profit de la 15e Division Irakienne, contre

La coalition anti-EI reconnaît utiliser des munitions au phosphore blanc à Mossoul

La coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis a admis, pour la première fois, utiliser des munitions au phosphore blanc à Mossoul, où les forces irakiennes tentent de chasser l’État islamique (EI ou Daesh) depuis octobre 2016. Ce que plusieurs photographies et vidéos, diffusées ces derniers mois sur les réseaux sociaux, tendaient à accréditer. En se

Les artilleurs français assurent les arrières des troupes irakiennes à Mossoul

Depuis le début de la bataille de Mossoul, en octobre 2016, les quatre CAESAR (Camions équipés d’un système d’artillerie) de la Task Force (TF) française Wagram ont franchi le seuil des 1.000 missions de tirs en appui des forces irakiennes, ce qui trahit un rythme opérationnel assez relevé, sachant que, à chaque fois, ce sont

Mossoul : Le bulldozer, un matériel essentiel pour les forces irakiennes engagées contre Daesh

Le mois dernier, un vidéo, vite devenue virale, montrait un VBIED (voiture piégée) conduit par un jihadiste exploser après avoir été bloquée par un bulldozer des forces irakiennes. L’on apprendra plus tard que le conducteur de l’engin, âgé de seulement 19 ans, en était sorti indemne. Cette séquence souligne l’importance des bulldozers dans les combats

Les forces spéciales françaises font plus qu’appuyer les troupes irakiennes à Mossoul

Les forces spéciales françaises envoyées dès 2014 dans le nord de l’Irak ont la mission de former et d’appuyer les troupes irakiennes, en particulier les combattants du Kurdistan irakien (Peshmergas), lesquels sont actuellement en première ligne face à l’État islamique (EI ou Daesh) dans la région de Mossoul. La présence des commandos français en Irak

Mossoul : Les artilleurs français ont effectué plus de 70 missions de tir au profit des forces irakiennes

Les artilleurs français de la Task Force Wagram, qui met en oeuvre 4 Camions équipés d’un système d’artillerie (CAESAR) depuis une position située au nord de Mossoul, connaissent une activité intense. La semaine passée, alors que les opérations visant à reprendre cette ville à l’État islamique (EI ou Daesh) ont marqué une pause pour permettre

La coalition anti-EI cherche à identifier l’agent chimique utilisé à Mossoul par les jihadistes

Le commandant de la composante de la coalition anti-État islamique (opération Inherent Resolve), le général Joseph Martin, a confirmé, le 19 avril, le recours à des substances toxiques par les jihadistes à Mossoul. Comme l’avait déjà indiqué le commandement conjoint des opérations, qui coordonne les différentes unités irakiennes engagées dans reconquête de la ville, les