LBDSN / Archives

L’armée de l’Air étant au taquet, faudra-t-il envoyer des avions de la Marine sur des bases aériennes projetées?

Depuis 2008, l’armée de l’Air a perdu 25% de ses effectifs et réduit le nombre de ses bases de 40% et celui de ses avions de combat d’autant, pour arriver à 180 appareils. Dans le même temps, il n’aura échappé à personne que le rythme des opérations s’est intensifié depuis maintenant plusieurs années et que

Selon son chef d’état-major, la Marine nationale « est actuellement en dépassement de son contrat opérationnel »

Dissuasion nucléaire avec au moins un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) en permanence en mer, ce qui suppose la mobilisation de moyens complémentaires afin d’assurer la crédibilité de cette dernière (frégates anti-sous-marines, avions de patrouille maritime, chasseurs de mines, sous-marins nucléaires d’attaque…), participation à plusieurs opérations extérieures ainsi qu’à la fonction « connaissance et anticipation) et,

Général de Villiers : « Aujourd’hui, la cohérence globale de nos armées est fragilisée »

Chef d’état-major des armées (CEMA) depuis février, le général Pierre de Villiers a dressé un constat lucide sur la politique de défense, lors du discours de clôture de la session nationale de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense nationale (IHEDN), prononcé le 19 juin. « Nous avons encore de belles armées, des armées engagées, des

Selon un rapport du Sénat, le renforcement des effectifs des forces spéciales sera « difficile à réaliser »

Le dernier Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale (LBDSN) préconise d’augmenter les effectifs des forces spéciales de 1.000 personnels supplémentaires d’ici 2019. Avec la cyberdéfense, il s’agit du seul secteur des forces armées qui devrait voir ses moyens humains progresser au cours de ces prochaines années. Pour les sénateurs Gérard Larcher, Jacques

La France a-t-elle anticipé la crise entre l’Ukraine et la Russie?

Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LBDSN) [pdf] publié en 2013 avait souligné la croissance rapide des dépenses militaires de la Russie tout en observant que le « réchauffement » de ses relations avec les Etats-Unis et les autres pays occidentaux » n’avaient « pas encore atteint tous ses objectifs ». Et de préciser que « la

Le général de Villiers prépare Cap 2020, un projet « fédérateur » pour la transformation des armées

Comment faire « au mieux » avec moins, tout en étant capable de respecter les contrats opérationnels fixés par le dernier Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LBDSN)? Pour le général de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), il est nécessaire de poursuivre la transformation des forces via un projet se voulant fédérateur

Le projet de Loi de programmation militaire 2014-2019 adopté à l’Assemblée

Sans surprise, l’Assemblée nationale a adopté le projet de Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, le 3 décembre, par 292 voix contre 251. Dans les grandes lignes, ce texte prévoit 190 milliards d’euros de crédits sur la période concernée, un budget annuel maintenu à 31,4 milliards d’euros jusqu’en 2016 et la suppression de 34.000 postes,

Pour Jean-Yves Le Drian, l’armée française sera la « première d’Europe » en 2019

En 2008, il avait été avancé que la suppression de 54.000 postes au sein du ministère de la Défense allait permettre de faire un effort conséquent sur les équipements des armées afin de doter ces dernières de matériels performants et modernes et d’améliorer la condition des militaires. Le ministre de l’époque, Hervé Morin, expliquait qu’il

Les Sentinelles de l’Agora sonnent la charge contre le « démantèlement de l’institution militaire »

C’est un constat : les orientations de la politique de défense telles qu’elles ont été définies par le dernier Livre blanc et le projet de Loi de programmation militaire qui en découle ne suscitent pas de grands débats publics. Reste le Parlement alors… Mais le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a pris les

Vers un renforcement des unités des forces spéciales déjà existantes?

Le dernier Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LBDSN), publié en avril dernier, a recommandé d’augmenter les effectifs des forces spéciales de 1.000 hommes. Et ce renfort sera confirmé dans la prochaine Loi de programmation militaire (LPM), qui, dans le même temps, va supprimer 23.500 postes, ce qui passera par la dissolution