Hayat Tahrir al-Cham / Archives

Syrie : Les jihadistes ont pris le contrôle total de la province d’Idleb

Le cas de la province syrienne d’Idleb est épineux. Échappant au contrôle de Damas, cette région abrite à la fois des rebelles soutenus par Ankara, réunis au sein du « Front national de libération » [FNL], et des groupes jihadistes alliés ou affiliés à l’organisation Hayat Tahrir al-Cham [HTS], l’ex-branche d’al-Qaïda en Syrie. Déclarée « zone de désescalade »

Syrie : Les enjeux de la bataille annoncée d’Idleb

Contrôlée par une insurrection syrienne dominée par la coalition jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-Front al-Nosra, autrefois lié à al-Qaïda) et l’influent groupe Jaich al-Ahrar, la province d’Idleb est maintenant un objectif prioritaire pour Damas et Moscou. Et la bataille qui s’annonce se joue déjà sur les terrains médiatique et diplomatique. 1- Un enjeu militaire

Un avion d’attaque russe Su-25 « Frogfoot » a été abattu en Syrie

Ce 3 février, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui dispose d’un réseau d’informateurs en Syrie, a indiqué qu’un avion d’attaque russe de type Su-25 « Frogfoot » avait été abattu lors d’une mission menée dans la province d’Idleb. « Des factions rebelles ont abattu un Su- 25. Le pilote russe a sauté en parachute, avant d’être

L’offensive de Damas dans la province d’Idleb met à l’épreuve les relations entre la Turquie et la Russie

Frontalière de la Turquie, la province syrienne d’Idleb, en partie contrôlée par la coalition jihadiste Hayat Tahrir al-Cham, dominée par l’ex-Front al-Nosra (lié à al-Qaïda, ndlr), fait partie des quatre « zones de désescalade » négociées à Astana par Moscou, Téhéran et Ankara afin d’obtenir un cessez-le-feu en Syrie. En octobre, l’armée turque a annoncé y avoir

Des groupes islamistes syriens ont noué une alliance avec l’ex-Front al-Nosra

Pendant longtemps, la puissante organisation rebelle syrienne Ahrar al-Cham, d’idéologie salafiste, était alliée aux jihadistes de l’ex-Front al-Nosra, devenu Front Fatah al-Cham après sa prétendue rupture avec al-Qaïda. Mais la chute d’Alep-Est, en décembre, et les pourparlers de paix, parrainés à Astana par la Russie et la Turquie, ont changé la donne. Ainsi, la semaine