Selon son chef, l’armée de terre allemande ne pourra soutenir l’Otan que d’une façon « extrêmement limitée »