Le Pentagone dévoile un nouveau concept d’hydravion de transport lourd

En août 2021, la DARPA, l’agence du Pentagone dédiée à l’innovation, publia une demande d’informations auprès de l’industrie afin de concevoir une « nouvelle classe de véhicule » susceptible de s’affranchir des « principales limitations opérationnelles des plateformes de transport aérien et maritime traditionnelles ». En clair, il s’agissait de soutenir un projet visant à développer de « nouveaux hydravions et véhicules à effet de sol [autrement appelés « Ekranoplan »].

Dans le détail, l’objectif était alors d’imaginer un appareil pouvant transporter une charge utile de 100 tonnes tout en ayant une capacité de vol « étendue hors effet de sol pour éviter les obstacles » ainsi que pour voler au-dessus d’une mer agitée.

Les missions de cet aéronef ne devaient pas se limiter au seul transport, l’avis de la DARPA ayant aussi évoqué de possibles usages entrant dans le cadre du concept EBAO [Expeditionary Advanced Base Operations] et celui des opérations maritimes distribuées [DMO – Distributed Maritime Operations]. Il était égalemennt de recherche et de sauvetage au combat et d’opérations amphibies.

Près de dix mois plus tard, la DARPA a levé le voile sur le concept « Liberty Lifter », un aéronef qui promet de « révolutionner le transport aérien lourd », en combinant les avantages de l’Ekranoplan et ceux de l’hydravion.

Pour rappel, le principe de l’Ekranoplan reposer sur un phénomène aérodynamique appelé « effet de sol », qui se traduit par une augmentation de la portance et une diminution de la trainée quand un avion vole à très basse altitude. Durant la Guerre Froide, les Soviétiques l’avaient exploité en développant le KM, surnommé le « monstre de la Caspienne » en raison de sa masse de 550 tonnes, de sa longueur de 100 mètres et de ses dix réacteurs. Évoluant à une altitude comprise entre 3 et 14 mètres, il pouvait voler à la vitesse de 550 km/h, pour un rayon d’action de 3000 km.

Un tel appareil peut ainsi voler en-decà de la couverture radar, ce qui est évidemment un avantage lorsqu’il s’agit d’opérer dans une environnement « contesté » et de déjouer les capacités de déni et d’interdiction d’accès de l’adversaire. Il permet également de s’affranchir du transport maritime, potentiellement vulnérable [notamment face aux sous-marins et autres mines navales] et moins rapide. En revanche, il est peu maniable et il ne peut être utilisé que par mer calme… C’est donc la raison pour laquelle le « Liberty Lifter » devra aussi être en mesure de voler à moyenne altitude [environ 10000 pieds].

L’appareil présenté par la DARPA a une conception à double fuselage, à l’image du North American F-82 Twin Mustang [lui-même inspiré du concept « Bf 109Z « Zwilling » allemand, ou encore du Stratolauch, un avion-porteur de lanceur aéroporté mis au point par Scaled Composites.

« Cette première phase du programme Liberty Lifter définira la portée, les charges utiles et d’autres paramètres de l’hydravion », a commenté Alexander Walan, le responsable de ce programme au sein de la DARPA.

Programme qui suppose de relever plusieurs défis technologiques. « L’accent sera mis sur l’utilisation de cet appareils dans des mers agitées, en le dotant d’une capacité de portance élevée à basse vitesse afin de réduire l’impact des vagues lors du décollage et de l’atterrissage », explique l’agence du Pentagone, qui souhaite par ailleurs réduire au maximum les contraintes liées à la maintenance.

En outre, il est question d’une « production abordable » du Liberty Lifter « à grande échelle », en privilégiant « les conceptions à faible coût et faciles à fabriquer ». Un effort devra être fait sur les matériaux, lesquels devront être moins coûteux que « ceux utilisés dans la construction aéronautique traditionnelle » tout en étant « disponibles à l’achat en grande quantité ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

64 contributions

  1. Kamelot dit :

    Taillé pour le Pacifique, les points durs seront la résistance des matériaux, le rayon d’action et… la météo.
    Quid de la propulsion et sustentation?

    • TINA dit :

      Bsr Mr KAMELOT !

      Interrogations pertinentes !
      plusieurs pays, délégations et industriels devraient solliciter, convaincre les japonais de réétudier la conception et la réalisation de l’US2 Shinmaywa : il sera aisé d’apporter les renforcements nécessaires + les modifications et modernisations nécessaires pour qu’il soit le meilleur hydravion d »un tel gabarit : cet aéronef est très proche de devenir une référence … Les français devraient tout particulièrement s’y intéresser, prendre contact et participer à ce travail, compte tenu de notre espace maritime sur le Globe.

  2. Félix GARCIA dit :

    Quasiment un catamaran volant !
    ^^

    En lisant l’un de vos articles sur le sujet, j’ai découvert la boite française qui en concevait, « Aqualines »: j’ai trouvé leurs concepts superbes.

  3. AirTatto dit :

    Ça s’agite aux USA. il faut bien trouver des programmes pour épuiser le budget. Il y a un très bon papier sur le MC-130J.
    https://www.navalnews.com/naval-news/2022/05/ussocoms-amphibious-mc-130j-seaplane-concept/

    Quand on voit le superbe PBM Mariner, Dornier 24, glen Martin 139 et les magnifiques PBY-4 et 5… pourquoi pas un Drone de ce type pour les opérations SAR.

  4. ji_louis dit :

    Il n’y a pas vraiment d’avantage à un hydravion de transport lourd mais un cumul d’inconvénients. C’est pour cela que c’est abandonné depuis la fin de l’Aéropostale.

    – L’hydravion a un moins bon aérodynamisme qu’un avion équivalent, donc il va moins loin et/ou transporte moins lourd.
    – L’hydravion a besoin d’installations (même sommaires) pour charger et décharger sa cargaison (quais ou navettes) et atterrir/amerrir (surface aménagée). Il n’est donc pas plus commode qu’un avion (aéroport, aérodrome, piste aménagée) ou un navire (port, quai, duc d’Albe et navette).
    – L’hydravion est plus limité météorologiquement qu’un avion par l’état de la mer au départ et à l’arrivée, une houle forte ou de direction croisée par rapport à celle du vent est rhédibitoire.
    – Tous ces inconvénients sont encore plus forts (sauf la charge maximale) pour les navions (ou ékranoplanes, ou wing in ground).

    Being avait déjà planché sur un tel cahier des charges il y a 20 ans, aboutissant au projet Pelican (https://en.wikipedia.org/wiki/Boeing_Pelican). Le fait qu’il n’ait pas été réalisé, même en maquette, indique l’intérêt réel de la chose.

    • rga dit :

      d’accord avec vous, mais les bases aériennes et pistes associées sont désormais vulnérables…et l’ennemi ne vas pas miner chaque plan d’eau. ceci dit, si le coucou est tout seul… mais dans une opérations combinée , cela a du sens. mais il en faudra beaucoup pour atteindre la cap d’un roll on / roll off

    • Ocean dit :

      C’est pas un hydravion mais un ekranoplane

      • ji_louis dit :

        Pour la réglementation intenationale (OMI pour les navires, OACI pour les avions), un ekranoplane est un navire.
        https://questions.assemblee-nationale.fr/q12/12-92088QE.htm

        Pour l’OMI, il existe 3 classes de navions:
        A) Qui n’utilisent que l’effet de sol
        B) Qui peuvent s’élever à une altitude de moins de 150m
        C) Qui peuvent s’élever à une altitude de plus de 150m
        https://www.imorules.com/GUID-65084B02-2B1C-4E09-8CE5-CF6A47917C02.html

        Pour l’OACI, c’est un aéronef / hydravion si il peut voler à une altitude de sécurité de 150m, 300m ou 600m.
        Une telle capacité permettrait de passer au dessus de petites îles au lieu de devoir les contourner, essentiel pour les zones des archipels (Philippines, Indonésie, etc).

        Un tel appareil n’a aucune exploitation commerciale à cause des inconvénients que j’ai cités plus tôt, il en est de même pour les militaires.

    • Castel dit :

      Le concept de l’effet de sol, inventé par les russes devrait donner un nouvel intérêt à ce type de transporteur, avec des possibilités bien supérieures à un hydravion classique….
      Et surtout pour passer sur des zones maritimes ou il n’existe que des ilots avec souvent des dimensions trop justes pour recevoir des pistes d’atterrissage digne de ce nom, cette solution peut paraître intéressante, étant entendu que la météo pourra jouer un grand rôle pour la réussite d’une opération, mais après tout, cela ne serait peut-être pas beaucoup plus simple avec des pistes à la longueur limitée !!

      • HMX dit :

        Tout à fait, le concept est très prometteur. Si la DARPA parvient à donner vie à ce projet, cela pourrait donner un avantage énorme à l’US Navy, en particulier dans le Pacifique. L’ambition affichée et revendiquée est de faire de ces appareils les nouveaux « Liberty Ships », rien de moins…

        sur le papier, l’appareil serait capable d’emporter de lourdes charges (supérieures à un avion de transport lourd), à une vitesse proche de celle d’un avion, de décoller sur l’eau et de plager pour débarquer sa cargaison, donc sans nécessiter d’infrastructures lourdes à terre (forcément vulnérables en cas de conflit…), et de voler jusqu’à 3000 mètres d’altitude pour survoler la terre ou s’affranchir de conditions de mer défavorables. C’est assez impressionnant, et susceptible de (re)donner un avantage comparatif aux américains dans le Pacifique. On imagine qu’avec plusieurs centaines de ces appareils dans le Pacifique, un déploiement logistique qui aurait pris plusieurs semaines avec les moyens actuels pourrait être réalisé en quelques jours, voir en quelques heures. A une échelle plus modeste, quelques dizaines de ces appareils pourraient constituer une « force d’intervention rapide », et constituer une tête de pont en attendant le débarquement de moyens lourds par bateau.

        Les difficultés techniques sont évidemment réelles, mais a priori pas insurmontables compte tenu des progrès technologiques et des moyens dont dispose la DARPA. En revanche, un élément clé du succès (ou de l’échec) de cet appareil sera justement le coût d’acquisition et d’entretien. Le projet ne doit pas se transformer en un monstre bardé de technologies ultra perfectionnées, avec des millions de ligne de code de logiciels, nécessitant une armée d’ingénieurs et de techniciens pour en assurer la maintenance. Les américains semblent en être bien conscients, la référence aux Liberty Ships et à leur mode de construction très économique étant visiblement au cœur du projet. Il faudra évidemment attendre d’en savoir plus à ce sujet pour voir si la promesse est tenue, mais reconnaissons que le concept semble très pertinent et prometteur.

    • basstemp dit :

      Mouais faudrait quand même éviter la mauvaise foi a haute dose : Oui un hydravion a besoin d’installation tel un quai , mais c’est incomparable a la réalité d’un besoin d’un aéroport pour un avion classique …

      Un quai pour embarquer et débarquer (et je parle bien de Fret) , c’est un investissement minime en comparaison d’un aéroport avec sa piste couteuse et qui a des contraintes de taille

      Résultat ça en fait quoique vous dites un appareil qui reste fort intéressant pour faire du Fret sur des iles ou un aéroport sera trop couteux et ou ne vaudra pas le coup/cout

      Une dernière chose : Une armée ce n’est pas que du combat, c’est aussi un outil important pour pouvoir lutter contre les catastrophes naturelles et les urgences qui y sont liées et la cet hydravion sera fortement intéressant pour pouvoir délivrer du Fret d’urgence d’aides sans avoir a devoir dépendre d’aéroport (potentiellement endommagé par la même catastrophe naturelle) ou il faudra y débarquer, dispatcher et réembarquer dans des petits navires pour livrer l’aide a des petites iles sans moyens aériens

      Vous vous trompez donc, il y a tout un spectre d’usage ou un hydravion pourra notamment dans le pacifique et pour de nombreux type d’opérations , s’exprimer a merveille du fait que les aéroports ont ce problème de centralisation sur une ile qu’on parle de militaire pur & dur ou bien d’intervention humanitaire d’urgence ou que sais je encore

      • Félix GARCIA dit :

        En effet.
        Que la catastrophe soit soit sous forme de missile ou naturelle, être capable d’emmener vite du fret est un atout.

      • Félix GARCIA dit :

        Et s’ils réussissent leur coup, on devrait même en commander un :
        Pour le secours en mer (surtout si on relance la croisière à voiles avec Solid Sail) et l’assistance en cas de catastrophes comme vous dites, à nos outremers particulièrement, mais au reste du monde si disponible.
        Utile aussi dans la lutte antipollution, en intervenant rapidement sur les lieux (dispositifs antipollution et embarcations aérotransportables capables de les déployer).

        Pour nos armées, ce peut aussi être un moyen rapide de déployer rapidement des drones sous-marins et de surface dans une zone voulue.
        Imaginez des drones océaniques (dérivés du D-DO ou du D-19 de Naval Group) déployés rapidement, ou plusieurs dizaines de drones de taille plus modeste (comme ceux d’ECA Group [drones de surface et sous-marins]). Ou comme moyen de déployer toute une série de capteurs, sonars, bouées, mines marines, munitions rôdeuses sous-marines etc …
        Ou encore, deux sous-marins spéciaux pour les Forces Spéciales, ou nos agents clandestins, d’environ 35 tonnes, avec des dispositifs de mise à l’eau associés, et capable d’accueillir 10/15 personnes sur plusieurs centaines de kilomètres (pour pouvoir faire un aller-retour depuis le large sans être repéré).

        D’ailleurs, un « Multipurpose Mid-Range Craft » de RDC AQUALINES pour le transport médical, le secours en mer et le transport de personnes en Polynésie et dans le Pacifique en général, ce serait pas mal non ?

    • TINA dit :

      Bsr Mr Ji Louis !

      Après lecture de votre propos, je vais considérer que vous manquez, simplement, de connaissances sur les hydravions actuels .
      Un unique exemple : Intéressez vous aux twin otter DHC-6 et 400. prenez contact avec les utilisateurs civils de ces hydravions…
      J’attends un commentaire bien plus mesuré à minima, et réellement enthousiaste à l’égard des hydravions actuels.
      Pour vous aider à démarrer vos propres investigations!
      https://stringfixer.com/fr/DHC-6_Twin_Otters

      Merci

    • Waroch dit :

      @L.Lagneau: « à l’image du North American F-82 Twin Mustang [lui-même inspiré du concept « Bf 109Z « Zwilling » allemand] »

      je pinaille un peu, mais ça n’est pas tout à fait vrai. Le Twin Mustang répondait à un besoin particulier pour un chasseur d’escorte à longue endurance, d’où la configuration à deux pilotes pour qu’ils puissent se relayer au cours de la mission. Le Bf 109Z n’était qu’un projet loufoque comme il y en a eu pas mal pendant la guerre, ça n’est logiquement pas allé très loin. La batterie de DCA volante c’était marrant sur le papier mais ça ne servait pas à grand chose dans les faits!

      @ji-louis: c’est pas faux pour les hydravions de transport géants des années 30 (Boeing Clipper, SaRo Princess, Latécoère ou SNCASE chez nous etc). Mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas trouver un marché de niche pour un hydravion ou un avion à effet de sol optimisé par la technologie moderne. Sur la structure, les matériaux, l’aéro, la propulsion, il y a des progrès constants.

      J’ai aussi pensé au programme du Boeing Pelican en lisant l’article. « Révolutionnaire », ils ne manquent pas d’air les gugusses 😉
      Mais voilà, il y a déjà 20 ans d’écart, si vous ajoutez un budget à l’américaine avec un soutien officiel et non juste un programme pour occuper les ingénieurs… Faut voir.

      Le teaser montre un engin à 9 propulseurs suspendus au-dessus et en arrière de l’aile, sans doute une façon de protéger les moteurs des embruns et d’améliorer l’écoulement de l’air. C’est un gros intérêt des moteurs électriques: répartir la puissance disponible sur plusieurs petits propulseurs n’est pas très pénalisant par rapport au thermique. On peut alors jouer sur le souffle des hélices pour optimiser le rendement de la voilure. Avec le thermique c’est plus compliqué, le poids devient vite prohibitif. Enfin, tant qu’on utilise une génératrice thermique pour les prop électriques, parce que s’il faut faire appel à des batteries, pour le gain de poids on va oublier ^^’

      Je suis plus sceptique sur le concept du fuselage double par contre. A volume équivalent, il est beaucoup plus intéressant d’avoir une soute cargo de grande dimension que deux soutes étriquées. J’imagine que c’est pour des questions de robustesse par rapport à la houle, mais je pense que c’est un gros handicap potentiel pour ce projet.

      Quoi qu’il en soit, j’avoue que ça a piqué mon intérêt!

      • Waroch dit :

        correction sur la propulsion: c’est un décaprop’ qui est présenté.

    • HMX dit :

      « Boeing avait déjà planché sur un tel cahier des charges il y a 20 ans, aboutissant au projet Pelican (https://en.wikipedia.org/wiki/Boeing_Pelican). Le fait qu’il n’ait pas été réalisé, même en maquette, indique l’intérêt réel de la chose. »

      j’ai peut être une autre interprétation : au début des années 2000, lorsque ce concept « Pelican » a vu le jour, la Russie n’était plus une menace, et la Chine était à peine une menace émergente. Par ailleurs, la flotte stratégique US voyait arriver en masse les livraisons de C17, tandis que les C5 Galaxy avaient encore beaucoup de potentiels devant eux. Les guerres qui ont suivi en Irak et en Afghanistan, face à des adversaires majoritairement irréguliers, n’ont eu que peu d’effet sur ces questions de logistique stratégique, le besoin étant déjà largement couvert par les moyens existants. Bref, aucun besoin de révolutionner le transport stratégique à l’époque, les priorités étaient ailleurs.

      Depuis cette date, il ne vous aura pas échappé que les rapports de force ont sensiblement évolué dans le Pacifique, et pas forcément en faveur des USA. D’où l’intérêt de ressortir des cartons des projets tels que les Ekranoplans et leurs dérivés.

      Au passage, vous listez à juste titre la liste des contraintes et limitations induites par l’utilisation d’hydravions lourds, mais vous concluez que ce sera encore pire avec les ékranoplanes. Sauf que le projet présenté par la DARPA vise précisément à dépasser ces contraintes : la possibilité de plager réduit ou supprime le besoin en infrastructures portuaires, et la possibilité de voler jusqu’à 3000 mètres d’altitude permet le cas échéant de s’affranchir de l’état de la mer, ainsi que de survoler des reliefs.

  5. Rémi dit :

    Promis, ca ne seras pas plus cher qu’un super destroyer de l’empire dans Star wars.
    La DARPA qui parles de pas cher, on sait ce qu’il advient, c’est données ap`res des centaines de milliards de R&D.
    Enfin c’est la vie il faut bien claquer 700mds de dollars par ans.

    • ki2 dit :

      tu payes pas les impots là-bas que je sache ? en quoi ça t’importe ?

      • basstemp dit :

        C’est sur, mais en réalité il y a des choses qui restent dans nos intérêts d’occidentaux , comme la stabilité du dollar quand bien même oui on peut aussi compter sur l’euro mais tout de même …

        Hors , le fait que les USA dépensent beaucoup trop de pognon par les portes & fenetres tout en ayant une politique toujours + dépendante de la planche a billet de la Fed , alors que nous sommes en période de crises qui ne cessent de se succeder depuis 2009

        On a le droit d’être inquiet … Surtout qu’en + ces salopards se servent aussi beaucoup de cette politique de planche a billet pour racheter plein de trucs en Europe (dont des entreprises et on sait comment ils sont une fois les acquisitions faites : Licenciements …)

        Bah au bout d’un moment on a envie de leur dire stop aux USA et leur politique budgétaire/monétaire qui ne respire pas tant que ça la stabilité pour l’avenir , donc danger car cela pourrait impliquer de grands changements en termes d’épicentres stratégiques au cour du 21 ème siècle

  6. James dit :

    100 tonnes d’eau pour éteindre des incendies, ce serait pas mal non?

  7. Patrico dit :

    Waouhhh ! Je rêve souvent quand je lis les supers articles de Z M Opex 360 ! La DARPA met le paquet dans tous les domaines ! Certes certains avec grands en retard comme le déroule cet Article ! Il est vrai qu ils sont à blocs sur de nombreux Domaines et eux à l opposé des autres Pays dont nous la France, ils font appels à des concours auprés et envers les particuliers et jeunes développeurs extremement novateurs ! Bravo et encore Bravo ! Certes ils ont les $ qui coulent aux robinets ! C est ce qui les font accélérer et dominer dans les technologies Mer, Terre, Air &Space ! Mais je me le dit souvent si j etait Americain ils me recevraient, m écouterais et je gagnerais …mais je ne suis surement pas le seul. Ils mettent le doigt ou plutot la coque ou cela va faire très mal, demain! Ils ont compris en plein écrans les Chinois (qui l avait anonncé depuis 5 ans) eux aussi avant gardistes Merci Thank you merci a Tous !

  8. Oliver dit :

    Howard Hughes is back…H-4 Hercules « Spruce Goose » !

  9. Trent dit :

    Ce concept devrait être confié à Lockheed-Martin.
    Ils vont pouvoir proposer un hydravion qui se transforme en robot géant doté d’astero-hache!
    Pas cher !

  10. Avec les Chinois aux Salomons ils l’ont dans le cul de toute manière semble t il…

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Avec les Chinois aux Salomons ils l’ont dans le cul de toute manière semble t il… » Ah oui………………………. il semble, il parait, on subodore, on pense, on s’autorise à penser, tout cela c’est bien mais pourriez vous…………………..développer?

  11. felix dit :

    Même les images sont ridicules, on dirait un travail de gamin.
    Deux coques… cela n’a d’intérêt que si l’on récupére des structures existantes par mesure d’économie. autant avoir 1 coque plus vaste.
    Je ne parle même pas des moteurs placés à l’arrière des ailes, ce qui pour l’effet de sol n’a aucun sens, l’idée étant de souffler sur l’aile pour augmenter sa portance et baisser les vitesse amerrissage. j’ai raté le premier avril ?

  12. VinceToto dit :

    La vidéo est à se tordre de rire: Il décolle au milieu d’une mer pleine d’icebergs! La vidéo de présentation fait très low cost, cheap, limite propagande d’Iran faite par des enfants.
    Après, si ils arrivent à en faire à faible cout(probablement pas pour environnement glacé) et entretien facile, cela pourrait changer le transport de troupes, véhicules. Mais comme ce projet ne semble que pour l’armée, j’ai de sérieux doute quand à la validité et aux couts du concept. Si c’était si bien que cela, cela pourrait aussi avoir des applications en transport civil, ce qui n’est pas envisagé.

  13. Dan dit :

    Ça serait pas mal qu’on s’aligne de suite en partenariat avec les us
    Pour l’homogénéité des matos de l’otan

  14. KL42 dit :

    En outre, il est question d’une « production abordable » du Liberty Lifter « à grande échelle », en privilégiant « les conceptions à faible coût et faciles à fabriquer ». Un effort devra être fait sur les matériaux, lesquels devront être moins coûteux que « ceux utilisés dans la construction aéronautique traditionnelle » tout en étant « disponibles à l’achat en grande quantité ».

    Cela pue à plein nez l’économie de guerre, les matières premières étant non disponible car chez l’ennemi. Ceux qui voudront critiqué devront d’abord remettre leur logiciel à jour. Nous sommes en 2022 et plus en 2019, le monde change pour le pire et très vite.

  15. Guillotin dit :

    Cela fait belle lurette que les Russes ont déjà de gros hydravions… encore une fois les Yankees sont à la ramasse…. cet hydravion américain a de toute façon une belle tête de vainqueur : il aura probablement le même succès que le phénoménal F 35 qui fait tellement l’unanimité parmi tous les otanistes de ce site, ( qui vont finir par se sentir obligés d’en faire la promotion par obédience à Jens Stoltenberg, leur gourou et guide spirituel )

    • Bench dit :

      @Guillotin: Ah bon lesquels? Parce que à part le Beriev BE-200 , qui a volé pour la première fois en 1998, je ne vois pas.
      Et pour ce qui est du F-35, je ne vois pas ce que Stoltenberg a à voir là dedans. Demandez leur avis aux passionnés d’aviation un tant soit peu documentés et qui se tiennent sérieusement au courant de l’évolution de cet aéronef, tous vous dirons la même chose. C’est une belle bête à qui on demande de savoir tout faire en moins bien que ce qui existe déjà . Et je ne parle même pas des centaines de bugs logiciels qui sont encore loin d’être résolus. Tout comme je ne vous parle pas des témoignages de pilotes ayant eu l’occasion de travailler contre en combat avec qui j’ai pu échanger. Tous sont unanimes, ils n’en voudraient pas.
      Quant à ce projet d’hydravion US, attendons de voir ce qui sortira de la planche à dessins avant de critiquer gratuitement.

      • Alexei Zaysen dit :

        @Bench: KM-1 et A90 par exemple.
        Ce « nouveau concept » américain a été inventé par les russes, c’est un fait, n’en déplaise au marketing occidental

        • Bench dit :

          @Alexei Zaysen: ouaip, sauf que les engins que vous citez datent un peu et ne sont plus en service aujourd’hui. Et même si ce concept est une invention russe, je ne vois pas en quoi ça devrait déplaire au marketing occidental. C’est hors de propos.

    • mich dit :

      Et bien , un peu ronchon ,c ‘est parce que la PAF a voler pour Tom CRUISE à CANNE ? eh oui , pour ça les Russes sont un peu à la ramasse ………aussi !

      • Guillotin dit :

        @ mich : c’est parce que les Russes  » à la ramasse » (sic) viennent de détruire la milice nazie Azov, de faire 2000 prisonniers et de conclure donc la prise de Marioupol, que vous êtes d’aussi mauvaise humeur ?
        regardez donc un feuilleton télé avec l’intermittentdu talent-président de l’Ukraine dans le rôle principal: ça va vous calmer et même vous endormir !

        • mich dit :

           » sont UN PEU à la ramasse  » , vous ne savez plus lire ou alors vous avez trop abusé de champagne Russe après la grande victoire patriotique de Marioupol ? pour ce qui est de dormir ou plutôt « couché dehors »on a toujours vos comentaires , c ‘est vrai que vous en faites un beau de chasseur de nazis ,assis là à contempler les ruines d ‘une armée qui ne sait plus que passer le bulldozer alors qu ‘elle se voyait à la pointe de la technologie .

    • Castel dit :

      Ce sont les russes qui ont inventé ce concept, mais apparemment, il l’ont laissé tombé….

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Cela fait belle lurette que les Russes ont déjà de gros hydravions… encore une fois les Yankees sont à la ramasse » Ah les œillères! Vous les avez même dans la tête! A la ramasse mais quasiment à chaque fois que le matos russe a été confronté au matos américain et occidental dans un cas plus général il a pris la raclée!
      « par obédience » A part cela comment va Vladimir? Il se dit qu’il est souffrant………..à moins que ce ne soit encore de « mauvaises » langues otanienes!

    • L'Alacrite dit :

      « encore une fois les Yankees sont à la ramasse »

      Leurs opérations militaires spéciales se déroulent généralement bien mieux, en revanche 🙂

      • Guillotin dit :

        @ l’Alacrite : Je suppose que vous faites allusion à la déroute au Vietnam, la déroute en Afghanistan, la déroute de la baie des cochons, la déroute en Somalie, la déroute de la libération des otages en Iran, la déroute du coup d’état avorté au Venezuela, la déroute de la destruction ratée de la Syrie ,et de l’Iran ?

    • saintebaguette dit :

      Renseignez-vous !! Il y a longtemps que la Russie a dépassé le niveau des simples hydravions …. les croiseurs lourds sous-marins sont déjà déployés par la Marine russe en Mer Noire !!

      • Guillotin dit :

        @sainte baguette : nous, nous laissons bien détruire un de nos sous-marin quand il est en cale sèche, nous n’avons même pas besoin d’un ennemi pour nous couler nous- mêmes !

        • saintebaguette dit :

          Le Koursk n’était pas en cale sèche malheureusement, Guillotin …

  16. RJSB dit :

    Cela évoque forcément le « Pélican », hydravion ultra lourd pensé au début des années 2000 par la DARPA. Le concept valorisait grandement l’effet de sol.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Boeing_Pelican

  17. Félix GARCIA dit :

    ôO

    Sahil Kapur@sahilkapur
    Former President George W. Bush: “The decision of one man to launch a wholly unjustified and brutal invasion of Iraq. I mean of Ukraine.”
    https://twitter.com/sahilkapur/status/1527092111195226114?cxt=HHwWhIC-seWLqbEqAAAA

    (et il murmure [mettez le son plus fort])
    « Well … Irak too … »

    Les américains ont de très bons côtés, comme cet avion qui fait rêver … et d’autres beaucoup moins …

    • Félix GARCIA dit :

      Cargos à voiles : Neoline change d’actionnariat et de gréement
      « La compagnie nantaise Neoline, qui veut développer des liaisons transatlantiques de transport de fret beaucoup moins polluantes grâce à des cargos à voiles, annonce deux évolutions majeures dans son projet. D’abord au niveau du navire, dont le gréement d’origine, qui avait été développé avec le cabinet d’architecture Mer Forte, est remplacé par le système AeolDrive/Solidsail développé par les Chantiers de l’Atlantique. »
      https://www.meretmarine.com/fr/marine-marchande/cargos-a-voiles-neoline-change-d-actionnariat-et-de-greement

      C’est parti pour le renouveau de la voile française !
      Nous aussi on peut rêver !
      « Le vent se lève, il faut tenter de vivre ! »

  18. PHILIPPE dit :

    qu’est-ce qu’un ekranoplan ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ekranoplan
    Alors que l’océan Pacifique n’aura bientôt plus de Pacifique que le nom ce type d’avion, difficilement repérable, va y trouver toute son utilité pour ravitailler les différentes missions qu’elles soient fixes ou mobiles, de surface ou sous-marines.
    Dès à présent les courants ainsi que le relief sous-marin spécifiques à cet océan doivent être finement étudiés.
    Quoi qu’il en soit cet outil peut se révéler intéressant.

  19. Raymond75 dit :

    La solution est pourtant plus simple et évidente : le dirigeable porte-avions !!!

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Dirigeable_porte-avions

  20. Commandoair40 dit :

    Égaux a eux même les Ricains .
    Des « Pignoufs » sans plus .
    C’est comme le F35 , de la daube en boite , comme leur Corned Beef .

    • Pascal (l'autre) dit :

      « C’est comme le F35 , de la daube en boite , comme leur Corned Beef . » Réchauffé et mijoté avec un rajout d’ognons et de vin rouge ça faisait un succédané de bœuf bourguignon plutôt acceptable! Vous ne connaissiez pas? Sinon pour le reste, Commando, j’ai comme un doute, pour brasser de l’air par contre……………………….

    • Souvenirs d'Asie Centrale Soviétique dit :

      Tu es surement un pilote de F35 chevronné avec plus de 2000 heures de vol, Commandoair40, donc tu vas surement nous expliquer en détails …(technique) ce qui te parait daube !!!
      On est curieux de l’exposé !!!

  21. Patrico dit :

    Dommage pour eux ! Ils vont perdre beaucoup de temps avec les double coques pour arriver à , les abandonner ! Pourtant je suis étonné, ils ont une belle culture Aérodynamique et hydrodynamique en la matière ! Certes la configuration présentée ici est pour moi un « leurre » ! La réalité je la devine ! Rien à voir sur les affiches !
    Merci Thank you merci a Tous !

  22. Tannenberg dit :

    Il y en a qui essaie de re-inventer le concept du liberty ship en variante ekranoplan++ ? le concept est sexy mais les limitations d’emploi et les coûts de mise en œuvre risquent de rendre le concept moins attractif, et par rapport a une bonne flotte maritime logistique avec le soutient et les escortes ad-hoc, on ne peut pas dire qu’on va pouvoir s’occuper des gros volumes logistiques que nécessite la machine militaire avec cela… au mieux ce sera utile pour brouetter le fret des hubs principaux vers les points isolés, effectivement bien adapté aux opérations dans certains coins du Pacifique.

  23. vrai_chasseur dit :

    Les américains ont une approche différente pour l’innovation défense, en particulier par rapport aux français.
    En France on sélectionne beaucoup plus en amont, en raison de budgets contraints.
    Aux USA on fait dans l’essai-erreur permanent, puis on sélectionne. Le budget R&D du Pentagone permet ce foisonnement. L’avantage est de se faire la main sur des prototypes concrets, l’inconvénient est de produire beaucoup de déchets : nombre de projets mis en route sont ensuite abandonnés, par défauts techniques, évolution des besoins ou manque de budget. La liste des projets abandonnés est longue, sur wikipedia par ex. il y en a 93 pages
    http://en.wikipedia.org/wiki/Category:Abandoned_military_projects_of_the_United_States

    Hormis la DARPA pour l’innovation, les industriels américains de la défense sont en relation directe avec les militaires du Pentagone. Il n’existe pas d’interface entre eux, genre DGA française. Cette place de marché d’offre et de demande est un immense terrain de jeu pour lobbies en tous genre. Le seul arbitre est le Congrès, mais qui ne regarde que l’enveloppe budgétaire globale et les éventuelles retombées d’emplois locaux. Et dans cette foire permanente aux nouveaux joujoux, on peut aussi bien se faire prototyper le fusil à tirer dans les coins de ses fantasmes ET en même temps se faire fourguer une camelote très chère.

    En bref, le complexe militaro-industriel américain c’est l’hypermarché et la BITD française, l’épicerie fine.

  24. Jean-Michel dit :

    « L’appareil présenté par la DARPA a une conception à double fuselage, à l’image du North American F-82 Twin Mustang [lui-même inspiré du concept « Bf 109Z « Zwilling » allemand »
    La référence au Savioa-Marchetti S55 aurait été plus approprié.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Savoia-Marchetti_S.55

  25. Bon Jovi dit :

    Ça rappel le monstre KM de la Caspienne… Ou l’hydravion géant en bois d’Howard Hughes.