Airbus a terminé le développement du système de ravitaillement en vol automatique de l’A330 MRTT

Ravitailler un aéronef en vol est toujours une opération délicate. Aussi, Airbus Defence & Space a lancé un projet visant à développer un système de ravitaillement en vol automatisé appelé A3R [pour Automatic Air-to-Air Refueling], dont les premiers essais furent réalisés en 2017 à bord d’un A-310 MRTT.

L’objectif étant d’intégrer une telle capacité sur l’avion ravitailleur A330 MRTT, des tests furent effectués en 2020 avec le concours de la force aérienne portugaire. « La campagne a totalisé 45 heures d’essais en vol et 120 contacts secs avec le système A3R », avait alors indiqué l’industriel.

Depuis, les travaux se sont poursuivis dans le cadre d’un projet plus vaste qui, appelé « A330 SMART MRTT », englobe également de nouvelles fonctionnalités au niveau de la maintenance de cet appareil. Pour cela, Airbus Defence & Space a établi un partenariat avec Singapour, la force aérienne de la cité-État ayant mis l’un de ses A330 MRTT à la disposition de l’industriel pour mener à bien des essais ainsi qu’une campagne de certification de ces nouvelles capacités.

Et c’est ainsi que, le 20 mai, Airbus a annoncé la fin du développement de son système A3R, après des essais réussis menés en relation avec la Defense Science and Technology Agency [DSTA], c’est à dire l’agence de recherche du minitère singapourien de la Défense. Des chasseurs-bombardiers F-16D et F-15SG ainsi qu’un autre A330 MRTT ont été sollicités pour recevoire du caburant.

« Un total de 88 contacts secs et humides entièrement automatisés et des transferts de près de 30 tonnes de carburant ont été réalisés », a ainsi indiqué Airbus dans son communiqué, soulignant que la réussite de cette campagne d’essais est un « pas important vers la certification » du système A3R.

« Nous avons eu l’occasion de tester notre système avec différents types de récepteurs garantissant le bon ajustement de nos systèmes, tout en collectant des données importantes pour achever le développement de l’A3R. L’équipe a pu tester avec succès les limites du système, en vérifiant sa robustesse et sa capacité à suivre automatiquement les récepteurs avec différentes configurations », a commenté Luis Miguel Hernández, le chef du projet SMART MRTT.

L’A3R ne change rien pour l’avion qui doit recevoir du carburant. Et il n’exige aucun dispositif supplémentaite. Concrètement, avec un tel système, la perche de ravitaillement manoeuvre automatiquement et tient alignée son extrémité avec le receptable de l’aéronef à ravitailler avec une précision de l’ordre de quelques centimètres.

« Des techniques passives novatrices telles que le traitement d’image sont ensuite utilisées pour déterminer la position du réceptacle de ravitaillement du récepteur et lorsque le système automatisé est activé, un système de commande de vol entièrement automatisé dirige le boom vers le réceptacle » du receveur, explique Airbus.

Une fois le contact établi, le transfert de carburant peut alors se faire, sous la surveillance de l’opérateur de ravitaillement en vol [ORV].

Le système A3R est « destiné à réduire la charge de travail des opérateurs de ravitaillement en vol, à améliorer la sécurité et à optimiser le taux de transfert de ravitaillement en vol dans les conditions opérationnelles, contribuant à maximiser la supériorité aérienne », fait encore valoir Airbus.

Une telle capacité est susceptible d’être utilisée pour la mise au point de drones ravitailleurs… ou bien encore pour le ravitaillement en vol de drones.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]