Le ministère russe de la Défense annonce la création d’une unité entièrement robotisée

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

74 contributions

  1. Max dit :

    Elle existe déjà, c’est le FSB !

  2. lxm dit :

    Deux pays qui se font la guerre; pas de morts, juste des machines qui s’autodétruisent, qui se réparent, récupèrent la ferraille et se reconstruisent, guerre infinie.
    Mais pensez seulement la puissance d’une propagande et dans l’imaginaire collectif où une unitée robotisée écrase une unité humaine, comme quand une IA a battu pour la 1ere fois un grand champion du jeu d’échecs. Pertes humaines d’un côté 2122, l’autre 0.
    Ceux qui font de l’informatique savent que plus un programme est complexe et plus il faut de temps pour l’entrainer, l’adapter, lui retirer ses bugs. Un software est invisible, même si on peut fabriquer rapidement le même blindé que l’adversaire, on peut avoir 10 ans de retard en expérience de software et des ingénieurs qui l’ont conçu.

    • NRJ dit :

      @lxm
      « Oui, l’excès d’automatisation […] était une erreur. Mon erreur, pour être précis. Les humains sont sous-cotés ». Elon Musk.

      • robin darbin dit :

        L’erreur de Musk consiste a avoir surestimé les performances de ses ingénieurs. Dans ce cas précis (que j’ignore) le développement n’était pas inachevé et certaines erreurs de conception et de mise au point (toutes humaines) subsistaient. Pour le reste n’en doutez pas la machine spécialisée sera au final très supérieure à l’homme. L’Homme ne possède que de faibles capteurs, une autonomie limitée et en plus il coûte une blinde.

        • robin darbin dit :

          le développement était inachevé

        • NRJ dit :

          @robin darbin
          « Dans ce cas précis (que j’ignore) le développement n’était pas inachevé et certaines erreurs de conception et de mise au point (toutes humaines) subsistaient ». Ne vous leurrez pas. Les ingénieurs d’Elon Musk ont sans doute fait le max pour le mettre au point, et ça n’a pas suffi.

          Le problème c’est que si la machine/algorithme/IA est parfaite « dans l’âme », elle se base sur les données imparfaites que lui donne naturellement l’humain. Un exemple tout simple est Airbus qui fait fonctionner systématiquement deux équipes de programmeurs en parallèle pour les algorithmes qu’ils mettent dans leurs avions. La raison est simple: il s’agit de pouvoir comparer ce que donneront les équipes pour avoir le programme le moins imparfait possible. Pourtant les programmes sont théoriquement parfaits. Mais même sur des petits programmes, chaque informaticien doit s’y prendre plusieurs fois pour le réussir, alors imaginez sur à grande échelle.

          La machine spécialisée sera très supérieure à l’Homme (voire l’est déjà dans certains cas), mais pour faire tourner une usine ou faire la guerre, il faut autre chose que des machines spécialisées…

    • hoopy dit :

      L’arrivée des robots et de l’AI sur les champs de bataille est déjà en route avec tous les systèmes intelligents existant, incluant les munitions. Donc l’arrivée de robot semi-autonomes ou même autonomes est pour moi inéducable. La différence pour nous autres, c’est qu’il y a des blocages moraux que n’ont ni les russes, ni les tucs, ni les chinois. Mais, même si c’est avec du retard, on y passera aussi, à moins d’arriver à créer des lois internationales qui limitent/encadrent le niveau d’autonomie du combattant robotisé, comme on a su le faire pour les armes chimiques/bactériologiques.

  3. Reality Checks dit :

    Cette histoire de robots tueurs est bien plus dangereuse que la prolifération nucléaire!

  4. jojo dit :

    Toujours se méfier des russes dans les doctrines militaire, en avance entre les deux guerres.

    • Citizenspatiale dit :

      Entre nostalgies de grandeur et projets de renouveau, l’industrie spatiale russe peine à accomplir sa mue. Ce vendredi 9 avril, du mythique cosmodrome de Baïkonour, héritage des belles années du cosmos soviétique, s’est envolé un Soyouz, la fusée redoutable de fiabilité depuis six décennies, en direction de la station internationale ISS.
      La capsule porte le nom légende de tout un secteur : Iourii Gagarine, premier homme dans l’espace le 12 avril 1961 dont la Russie s’apprête à célébrer l’anniversaire. « C’est une fierté mais aussi le symbole aujourd’hui des problèmes de l’industrie spatiale russe qui a du mal à tourner la page et, surtout, à changer de mentalité », s’inquiète Maxim Piadouchkine, journaliste expert du secteur.
      SpaceX, la société américaine privée d’Elon Musk, a bousculé le spatial russe toujours contrôlé par l’Etat. Ses vaisseaux réutilisables ont fait perdre à Roscosmos, l’agence spatiale gérant tout le secteur, son monopole des vols habités vers la station internationale – c’est d’ailleurs à bord de son « Crew Dragon » que s’envolera le spationaute français Thomas Pesquet, le 22 avril.
      Avec Falcon, Space X a aussi fait mal : son lanceur lourd a récupéré de nombreux marchés perdus par Proton, le lanceur hérité de la période soviétique miné par une série d’accidents. Son successeur Angara est à la traîne depuis le lancement du projet dans les années 1990 : il n’a volé que deux fois et seulement en régime test.
      Depuis 2018, Roscosmos a cependant bel et bien réussi à mettre fin à une série noire : plus de 50 vols de fusées sans accrocs, notamment le premier lancement opéré par le fournisseur européen Arianespace pour les satellites de télécommunications britanniques de l’opérateur OneWeb. Un lancement réussi depuis le nouvel cosmodrome russe de Vostotchny.
      « La page des ratés dus à d’invraisemblables erreurs humaines et aux défaillances des systèmes de contrôle est tournée, insiste Nicolas Pillet, expert français suivant de près le spatial russe. De gros efforts ont été réalisés pour renouveler et rajeunir les équipes. Cela se voit : de nouveaux projets sont lancés ! »
      Exemple parmi d’autres : ramener des échantillons du sol de Vénus, créer un vaisseau réutilisable, lancer enfin le module Science vers l’ISS, concevoir une méga constellation de 600 satellites de communication, inventer une fusée pouvant effectuer cent allers-retours Terre-espace…
      « Un vent nouveau tourne peut-être enfin sur le spatial russe », espère un industriel européen, impressionné par le travail effectué depuis trois ans par le nouveau patron de Roscomos, Dmitri Rogozine, controversée figure nationaliste. « Un politique qui s’est plongé dans les dossiers techniques du spatial. Derrière lui, ça suit… », insiste cette source qui rêve de nouveaux projets russo-européens.
      Les États-Unis et la Russie ne sont pas les seules grandes puissances spatiales actuellement. BBC Future a rencontré l’un des astronautes européens en formation avec une nouvelle puissance émergente – la Chine.
      Ce n’était pas ce à quoi s’attendait Matthias Maurer lorsqu’il s’est inscrit à une formation sur la survie en mer avec des astronautes chinois.
      « C’était tellement agréable et détendu », déclare l’astronaute de l’Agence spatiale européenne allemande (Esa). « Je flottais dans le radeau de sauvetage, regardant le ciel – je n’avais besoin que d’un peu de musique et cela m’aurait donné un vrai sentiment de vacances à Hawaï ».
      L’exercice a eu lieu l’année dernière dans un centre de formation nouvellement construit près de la ville côtière de Yantai, à environ une heure de vol au sud-est de Pékin. Pendant deux semaines, Maurer et sa collègue astronaute de l’Esa, Samantha Cristoforetti, ont vécu et travaillé aux côtés de leurs homologues chinois.
      « Nous nous sommes entraînés ensemble, sommes restés dans le même bâtiment que les astronautes chinois, avons partagé la même nourriture et ce fut une expérience assez intense », dit Maurer. « C’était comme faire partie d’une famille – c’était complètement différent d’être à Houston, où je loue un appartement et ne vois mes collègues que pendant une session de formation de deux ou trois heures.
      Alors que d’autres agences spatiales organisent des exercices spéciaux de consolidation d’équipe pour aider les astronautes à travailler ensemble, les Chinois ont adopté une approche plus fondamentale.
      « Les astronautes chinois passent même leurs vacances ensemble, ils se connaissent parfaitement bien, donc ils sont comme des frères et sœurs», dit Maurer. « Quand nous vivions là-bas, nous nous sommes sentis si chaleureusement acceptés dans leur famille ».

    • Frank dit :

      @ Jojo Vous pensez à la doctrine des « opérations en profondeur », de Toukhatchevski et Cie?
      Elle a réussi à partir de 43, mais de justesse au bout de deux ans.
      https://www.penseemiliterre.fr/l-art-operatif-sovietique-et-ses-enseignements-dans-les-operations-contemporaines_43_1013077.html

  5. Raymond75 dit :

     » [mais l’ouverture du feu doit être décidée par son opérateur]  » : allez, encore un effort pour que la décision de tir (de meurtre) soit prise par une ‘intelligence’ artificielle.

    Le meilleur des mondes arrive, pour la plus grande joie des populations.

    • Franz dit :

      Vous ne cessez de dire du mal de l’homme et de ses instincts, mais la machine non plus ne trouve pas grâce à vos yeux ?

  6. philbeau dit :

    Les avancées , tant technologiques que capacitaires qu’on observe en ce moment à la fois en Russie et en Chine , accompagnant des mouvements militaires qui sont plus que de la gesticulation maintenant ( Ukraine , Taï-Wan ) tout cela dans un mouvement d’ensemble , ne peuvent manquer d’inquiéter l’Occident . Qui s’est endormi sur ses lauriers économiques , et sur des soucis de riches , avec une société traversée par des divagations intellectuelles hors-sol imprimées par des minorités manipulées . La réalité des choses se fait jour assez brutalement , révélant un renversement en cours de la puissance , et surtout un effacementde la résilience des nations occidentales . J’avais évoqué il n’y a pas longtemps la tenaille sino-russe , on dirait que c’est une analyse qui prend corps pour reprendre le point de vue exprimé par certains :
    https://www.meta-defense.fr/2021/04/12/ukraine-taiwan-moyen-orient-le-scenario-du-pire-pour-le-pentagone-prend-corps/

    Et qui ne manque pas d’être d’étonner par l’aveuglement ou l’indigence des nations européennes sur le sujet de leur sécurité . Auquel on pourrait ajouter aussi celui de leur sécurité intérieure . Il y a pourtant lieu d’être préoccupé , pour le moins .

    • Braise dit :

      L’aveuglement des nations européennes sur leur sécurité ne provient pas d’un manque de lucidité sur les russes ou les chinois, mais sur le lâche abandon de leur souveraineté au profit des américains.
      Pour leur tutelle, on accepte leur droit, leurs faramineuses amendes, leur guerre économique à nos dépends, la destruction de pays dans l’orbite européenne qui génère des flots de réfugiés, leur allies qui ne sont pas forcément les nôtres (Turquie, frères musulmans) et le plus grave leurs ennemi-obstacles à leur hégémonie mondiale.

    • Silovinsky dit :

      Vous avez peur de voir les armes russes, laisser pas entrer les Ukraine en otan par peur de faire la guerre avec la Russie, sinon vous serez broyé en une minute par leur arme nucléaire.

      • Thierry dit :

        et la minute suivante c’est les armes nucléaire de l’Otan ou US qui auront broyés la Russie, ça fait beaucoup en 2 minutes, Poutine ne pourra même pas faire ses 2 mandats supplémentaire sauf à présider complètement gaga sur un désert de scorpions et serpents sans populations comme Al Assad en Syrie.

        Si vous cherchez les syriens ils sont partout dans le monde par millions mais pas en Syrie ni en Russie !

        • Mat49 dit :

          @ Mon biquet le soucis c’est le temps que mettraient les missiles Russes pour nous atteindre. Ce qui explique que nous ne voulions pas d’une guerre nucléaire, car oui la Russie serait rasée mais nous avec.

        • Marc Mora dit :

          Mais qu’est ce que vous racontez encore !! , la distance entre les US et le RU est la même pour les deux nations et leur système de détection sont identique… Sérieusement, vous ne songez pas a vous abstenir de venir commenter sur ce blog …ca deviens pénible de lire vos perpétuels inepties

      • Fred dit :

        Ce serait réciproque. D’où sans doute une très légère hésitation des Russes à employer le feu nucléaire.

  7. philbeau dit :

    La France va dans quelques temps avoir la tribune qui permettrait de battre le tocsin . Il y a des reflexions en cours qui s’expriment . Puissent-elle ne pas prêcher dans le désert :
    https://www.latribune.fr/opinions/defense-la-boussole-strategique-de-l-ue-a-t-elle-d-ores-et-deja-perdu-le-nord-882138.html

    • Math dit :

      Mmmm… On s’est fait ch..r dans les bottes combien de fois?
      Ils ont pris des F35. Les européens nous prennent pour des cou…lons. Commençons par faire nous mêmes ce que nous devons faire. Croyons en nous et laissons venir le fruit mûr.
      Pas de bruits. Laissons faire ce qui doit arriver et soyons prêt à y faire face. Face aux pb des européens, qu’ils passent les coups de fils qu’ils doivent passer. La Grèce a appelé, nous avons répondu. Pour le reste, ne nous mêlons pas de ce qui se passe outre-rhin. Notre ligne de défense comme juste de l’autre côté de la frontière, là où tirent nos canons et ou bombardent nos avions. Les allemands se moquent éperdument de notre aide. La Pologne tout pareille. Nous n’avons aucune raison de nous prendre d’autres affronts.

  8. Marcel dit :

    « 766ème Entreprise de Production et de Technologies, près de Moscou. » Notez ni la 765ième ni la 767ième mais la 766ième. On se croirait dans les grands instants de la propagande soviétique… ah ha ah ha ah..
    «-(¯`v´¯)-»

    • Ion 5 dit :

      En même temps « 766 Управление производственно-технологической комплектации » ne veut pas dire non plus « 766ème Entreprise de Production et de Technologies, près de Moscou ». Ce serait en anglais « 766 management (center) of production and technological equipment.

      Si vous avez des remarques à faire, c’est envers les traducteurs de ce site (gratuit, tout comme votre intervention d’ailleurs…)

  9. Patrickov dit :

    Il va falloir que russes et turcs fassent quelques échanges de procédés, l’un domine le ciel avec ses drones et l’autre avec ses chars au sol.

    • marcel dit :

      ni l’un ni l’autre ne domine quoi que ce soit (ne vous en déplaise)

    • marcel dit :

      B O U M !

    • Auguste dit :

      Les Turcs ont.Je ne sais pas s’ils l’ont utilisé en combat réel.
      https://www.defense.gouv.fr/espanol/ema/sitta/les-salons-precedents/dsa-2018/article-dsa-2018
      Paraitrait que les état-majors des grandes puissances ont étudié soigneusement les opérations turques et leur utilisation des drones au combat.Ils sont un peu pionniers dans l’idée.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Il va falloir que russes et turcs fassent quelques échanges de procédés, l’un domine le ciel avec ses drones et l’autre avec ses chars au sol. ]

      Toutafé ! ;0)

      / Mode troll Xinois® ON /

      Déjà dans le « civil  » j’imagine très bien la surveillance aéroterrestre de sites sensibles par des drones DJI™ en collaboration avec des robots-rondiers Pékinois équipés de Taser™ …

      / Mode troll Xinois® OFF /

      • Gribeauval dit :

        Vous pouvez mettre votre « mode troll Xinois » en OFF?! Sacrée nouvelle…

  10. Jean dit :

    La France est un des seuls pays où son armée de terre ne fait pas que s’entraîner, mais réalise en vrai des missions de guerre.
    C’est dommage de pas tenter de nouvelle doctrine dans le même sens.

  11. Marc Mora dit :

    Concept expérimenté depuis déjà une dizaine d’année par l’armée Russe, la dernier test, grandeur nature, ayant eu lieu sur le théâtre syrien, il faut croire que les résultats ont été probants, Doctrinalement parlant les Russe étant bien souvent en avance sur l’occident

  12. Nexterience dit :

    Il sera très simple de faire accepter un jour le tir autonome :
    en prouvant, le jour venu, qu’une IA se trompe statistiquement moins qu’un humain.
    Dès lors, il sera éthiquement responsable de laisser la décision de tir aux machines.

  13. Thierry dit :

    ça n’est pas un vrai robot puisqu’il est télécommandé, ou plutôt un robot d’ancienne génération, à peine mieux qu’un jouet radio-commandé, ou bien comparable à des missiles existant eux aussi commandé à distance. Donc pas d’innovation dans ce domaine, c’est juste un drone terrestre.

    Ce qui a fait couler beaucoup d’encre c’est surtout le robot tueurs autonome avec une intelligence artificielle capable d’avoir un jugement pour tirer pu pas, la Russie a fait des test dans ce domaine (Le Fedor), mais visiblement pas encore concluant et à mon avis ils en sont encore loin de pouvoir le mettre sur le champs de bataille tant la complexité est grande et la technologie pas encore au point.

    Poutine c’est surtout beaucoup d’esbrouf et peu de résultat.

    • arnaud dit :

      Mouais. Jugement hâtif et présomptueux. Poutine en attendant a récupéré la Crimée, terre russe, a imposé sa loi en Syrie face aux américains et aux européens…je doute qu’il soit comme les européens à faire de l’esbrouffe au vu des résultats brillants qu’ils obtiennent.

    • Marc Mora dit :

      Le  » Uran-9  » n’est pas qu’un engin téléguidé contrairement a vos dires , sachez qu’il a la possibilité d’être autonome dans sa capacité de déplacement via pré-enregistrement de données GPS et qu’il a aussi la capacité de choisir et engager le tir sur des cibles via un logiciel de désignation IA Il est donc capable de fonctionner de manière totalement autonome
      Il est de plus supposé ( comprenez bien que le ministère de la défense Russe reste discret sur le sujet ) que celui ci serait doté d’un logiciel de recherche de cible via système de capteurs de reconnaissance optique et thermographique

      Chronologie

      2012/2014 : R&D + Prototypage supposé
      2015 : 1er communiqué de presse par Rosoboronexport
      2016 : 1er déploiement opérationnel d’expérimentation sur le théâtre Syrien
      2017 : Engagé dans la 4eme bataille de Palmyre ( expérimentation de destruction de point de résistance de l’EI en mode  » autonome  »
      2018 : Participe a l’exercice  » Vostok  »
      2020 : Tests achevés
      2021 : 22 exemplaires entrés en service ( depuis Janvier )

      NB, Lisant régulièrement vos commentaires, je constate, une nouvelle fois, que votre Russophobie primaire, vous éloigne de toute objectivité conceptuel et technique

      PS, le dernier article en date sur ce blog au sujet de ces matériels date de 2019
      http://www.opex360.com/2019/01/30/le-robot-de-combat-terrestre-uran-9-mis-en-service-au-sein-de-larmee-russe/

      • tschok dit :

        @Marc Mora,

        « il a aussi la capacité de choisir et engager le tir sur des cibles via un logiciel de désignation IA »

        Je me demande comment il se débrouille avec l’aspect IFF?

        Programmer un robot pour tirer sur un être humain ne pose a priori pas de problème technique insurmontable. Mais les soldats ne portant pas sur eux de dispositif IFF, comment avoir la garantie que le robot ne va pas faire des tirs fratricides?

        Donc, on va inventer un IFF pour fantassin. Mais s’il est brouillé ou hacké?

        Ou alors on marche sur un système de reconnaissance faciale, façon Oblivion (le film avec Tom Cruise).

        Dans ce film, des drones tueurs exterminent des êtres humains, sauf le personnage joué par Tom Cruise, qui est chargé de leur MCO. Mais, comme on l’apprendra plus tard, il n’y a qu’un seul visage à reconnaitre, car s’il existe plusieurs type comme lui chargés du MCO des drones, ils sont tous des clones, donc tous semblables. Ca facilite l’identification.

        Mais une armée, ce sont des milliers de visages, avec des masques, des cagoules, des casques, recouverts de poussières, de crème de camouflage, dans la fumée, le brouillard, la pluie, etc. Alors, comment on fait?

        Et l’interaction avec les humains, autour? Si les mecs ont peur de se faire fumer par le robot en mode automatique parce qu’il ne les reconnait pas, comment ils vont se comporter sur le champ de bataille?

        Je ne serait pas étonné d’un truc: que l’IA qu’on met dans les robots terrestres soit bien plus compliquée à mettre au point que celle qu’on met dans les drones aériens ou l’environnement est plus net. Tout ce qui vole est bardé d’électronique, donc de l’IFF natif, et a une forme reconnaissable qui change peu au cours de la mission (un missile tiré change le profil de l’avion à la marge) et à la limite l’IA s’en tire peut-être mieux que l’oeil humain.

        Mais au sol, tout ce qui bouge, marche, roule, rampe, court, etc forme un environnement beaucoup plus confus. Donc, l’IA terrestre doit être très sélective, sinon, elle foutra la pétoche à tout le monde.

      • Thierry dit :

        C’est bien ce que j’ai dit, il se programme comme un missile de croisière ou un drone aérien, on possède déjà tout cela rien de bien nouveau.

        Ne croyez pas que je minimise ce type d’arme qui a son efficacité mais ça n’est clairement pas une innovation majeur ni une première en la matière.

        Si la Russie est la première à sortir ce type d’arme terrestre en unité ça n’est pas non plus le hasard, Poutine a le plus grand mal à recruter des volontaires dont les perspectives de carrière dans l’armée russe sont assez sombre et peu ragoutante pour finir dans un sac à viande.

        Il fait donc appel à des milices privés (comme le groupe Wagner qui n’est qu’un ramassis de criminel de droits commun ayant servi dans l’armée ou la police auparavant) et essai de faire fonctionner son armée avec moins d’hommes. Tel le char T-14 Armata qui n’a que 3 personnes pour équipage au lieu de 5 habituellement, et dont une version sans équipage est déjà à l’étude.

        Maintenant reste à voir si ces unités automatisé contrôlés à distance valent ou pas une unité conventionnelle, l’intérêt c’est surtout de réduire les pertes, mais je doute que ce soit plus efficace au combat, dans le meilleurs des cas ça ne peut qu’égaler une unité conventionnelle.

        • Marc Mora dit :

          Je vous invite a consulter les bilans de recrutement de l’armée Française , vous verrez que sur ce 1er point nous ne somme pas mieux lotie que les Russes
          De plus, quand vous voyez qu’un soldat de 1er classe dans l’armée française est au smic, la critique envers les soldats russe est on ne peut plus mal avisée, c’est le 2eme point.
          Pour finir, aller se faire flinguer au Mali ( Afgha, cote d’ivoire et j’en passe ) ne nous met pas dans une situation plus favorable, point numéro 3.

          Ensuite, faire appel a des entreprises de  » contractors  » , n’est pas l’exclusivité de la Russie, il suffit de voir le bilan de société comme  » blackwater  » et toutes les  » affaires  » dans lesquelles elle fut impliqué pour s’en convaincre

          Quand au fait de faire fonctionner sont armée avec moins d’homme, n’est ce pas le paradigme des armées occidentales, si on en crois les chiffres de réduction des effectifs.
          De plus, je vous rappel que le char Leclerc a aussi un équipage de 3 hommes
          A cela j’ajoute pour votre culture, que les équipages de char, sans chargement automatique, c’est 3 hommes et non 5

          Quant a votre dernier point , tant que cela évite des perte humaine, je ne vois pas ou est le problème

          Conclusion : aucun de vos arguments n’a de valeurs si ce n’est celle d’une profonde idéologie russophobe

          NB : je suis moi même  » contractor  » pour le département d’état américain, via la société G4S ( Allied depuis quelques semaines ) qui elle aussi a pas mal de  » gamelles  » au cul

    • Frank dit :

      @ Thierry C’est sûr qu’entre le bilan US depuis 2002/2003, depuis l’Afghanistan, la Lybie, l’Irak, la Syrie et quelques proxis, d’une part, et le bilan Russe au printemps 2014 en Crimée, ou en Syrie en 2015, d’autre part, le résultat est sans appel. Vous avez dit esbrouffe?
      Heureusement, l’équipe Biden est de retour en Ukraine.
      https://www.revueconflits.com/ukraine-2020-crise-zelensky-mirkovic/

      Les US souffleraient-ils de nouveau sur les braises, et feraient-ils miroiter l’OTAN à l’Ukraine, pour mieux verrouiller les marchés en UE?
      https://lesakerfrancophone.fr/apres-que-lours-a-montre-les-dents-lukraine-va-t-elle-preferer-la-paix
      Vu l’éblouissante et vertueuse expérience de nos amis US en matière électorale, comme on vient de le vérifier, pourquoi ne pas proposer, et superviser, un référendum dans le Dombass?
      Avec plein d’observateurs internationaux et non inféodés, bien sur.

  14. Jule dit :

    Impressionnant ! les russes ne perde pas le nord en ce qui concerne L’IA et la robotiques visiblement ! C’est bien les russes ! Mes à quand un vraie gestion de la modernisation de votre armée pourtant déjà lancé depuis 2016 ? à quand une nouvelle doctrine militaire fiable et de gestion ? à quand une armée de professionnels et non de conscrit ? toutes c’est questions qui reste malheureusement sans réponse et qui mette un pied à l’étrier des avancée russe en matière de technologie ! (et surtout de stratégie sur le long terme pour gagné une guerre de haute intensité et de grande ampleur hein…)

    • Math dit :

      Pas certain qu’une armée professionnelle soit le plus grand gage d’efficacité.

    • WaterBoy dit :

      En fait vous n’avez pas lu l’article. Il n’y a pas la moindre once d’IA, les robots sont téléguidés.

  15. albatros24 dit :

    Rien de nouveau…les occidentaux en fabriquent aussi filoguidés ou télécommandés
    La télécommande des russes peut se faire pirater par une machine/un drone.
    Ce sont les nazis qui ont créé le concept avec les Goliath filoguidés
    https://www.pinterest.fr/pin/298222806550286376/
    ou le plus sophistiqué Springler radioguidé lui aussi
    https://en.wikipedia.org/wiki/Springer_(vehicle)
    les nazis ont été prolifiques dans la création de nouvelles armes (comme nous en 14-18 d’ailleurs).

    • Ion 5 dit :

      « La télécommande des russes peut se faire pirater par une machine/un drone. »
      Elle ne peut pas non. Ce n’est pas du WiFi ni du protocole TCP/IP.
      Quand on aura compris comment ça marche, on pourra – peut être – la pirater dans quelques années, à condition de capter leurs signaux en opération et de savoir les interprêter…

      Le plus probable serait de la brouiller, mais l’engin risque de passer en mode autonome

  16. - dit :

    Une planète peuplée de robots tueurs dans le sol (une « épée mobile ») dont certains sont des androides, c’est le scénario du film Planète hurlante :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan%C3%A8te_hurlante

    Petit à petit, on se dirige vers des guerres avec des robots qui pourraient etre très horribles pour les civils, voire tout humain présent sur une zone de combat.

    Pire que les mines/grenades à déclenchement infrarouge parachutées dans les arbres du film français Le Toubib avec Alain Delon et qui projettent des sortes de lames de rasoirs à l’explosion.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Toubib

  17. Parabellum dit :

    Les russes connaissent le prix et les enjeux du combat urbain et donc se tournent vers les robots de combat avec lucidité pour entrer en premier et ouvrir des voies dans des sites durs où il vaut mieux casser des engins que des hommes.on ferait de penser à ça aussi et à droniser davantage tant l arme blindée que l aviation.les gros successeurs du Vab me paraissent des très belles cibles pour des vols de rpg…une chenillette drone avec des capteurs et un canon ou une paire de missiles pour taper une intrusion me paraît plus utile et on suivra le devenir de certaines expérimentations en regrettant qu il faille aller chercher des nordiques pour cela…refaisons l amx…du drone terrestre moderne..

  18. Paddybus dit :

    L’idée est plutôt bonne, ne pas exposer les hommes, en envoyant des machines, même si elle sont télé-pilotées à distance… mais en raisonnant a ce rythme, si deux armées envoient des robots affronter d’autre robots, à partir de quel moment la guerre sera-t-elle considérée comme gagnée…??? il faudra toujours envoyer des bonshommes pour « envahir » et calmer le pays avec qui on guerroie… et là quel combats auront lieux…??

  19. Matou dit :

    Rien d’étonnant. C’est parfaitement logique. Ce que je ne comprends pas, c’est la surprise. Nous aussi, nous devrions réfléchir (c’est peut-être déjà le cas) à une division robotisée par exemple, sur le même principe que les divisions blindées, peut-être avec une conjugaison de vecteurs terrestres et aériens combinés, voire navals. Il est clair que c’est une tendance qu’il faut exploiter à fond car elle pourrait être amenée à faire la différence sur le terrain dans certain cas. On pourrait imaginer des groupements interarmes composés de régiments robotisés, avec de la fusion de donnée et en collaboration avec les troupes au sol par exemple. Cela peut ressembler à Terminator mais cela peut ressembler aussi à des jeux vidéos dans lesquels ont voit des collaborations hommes machines avec des spécialités. Les technologies, objectifs et doctrines d’emploi doivent probablement être travaillés de concert. Je ne suis pas un expert mais tout ceci ne me semblerait pas aberrant au premier ordre.

  20. Félix GARCIA dit :

    Unprecedented footage shows front line of Ukrainian conflict
    https://www.youtube.com/watch?v=Ec5oiJJqflQ

    COURS AMSTERIMXM ! COURS !

  21. Daniel BESSON dit :

    Cit :[ . Ce qui avait « surpris tout le monde », avait confessé l’ex-général Charles Beaudouin, ]

    Mongénéral aurait du se rappeler du  » Teletank  » ! ;0)
    Juste après le Japon , l’URSS fut le premier pays à développer ce type de robots . C’est dommage que ses échecs ont entravé son développement pour plus de 80 années car même la brique technologique de la caméra de télévision ( capteur visuel ) est disponible à partir en gros de 1943. Avec l’ URAN il est heureux qu’il soit autrement ….( Pour l’armée Russe ! )

    Un pays où la culture robotique est forte – Nikolaï Tesla – vient de doter ses forces armées de robots de combat téléopérés opérationnels c’est la Serbie avec les  » Miloš » .
    Ce qui s’y passe c’est fascinant , en particulier les exercices qui ont eu lieu il y a quelques jours . Le Miloš ne boxe pas bien sûr dans la même catégorie que l’URAN et c’est là son avantage .
    Au cours d’un exercice qui semble simuler la prise d’un aéroport , des Miloš ont été débarqués d’un Mil-MI 17 et appuyé des forces spéciales . Les images du Milos diffusée par un  » spotteur  » sur Vkontakte sont impressionnantes .
    Ce n’est pas toutefois nouveau puisque des photos d’un Miloš sortant d’un Mil-Mi datent déjà de mi-2020 .
    https://www.armyrecognition.com/defense_news_september_2020_global_security_army_industry/
    serbian_army_demonstrates_efficiency_of_milos_n_armed_ugv.html

    Le chroniqueur défense et aérospatial de Forbes y voit une filiation du Renault FT 17 , ce qu’était au début le projet Japonais de 192? !
    https://www.forbes.com/sites/kelseyatherton/2020/09/21/serbias-robot-tanklet-can-ride-helicopters-into-battle/?sh=28e957a877d9

    Maintenant en ce qui concerne l’autonomie de tir cela ne date pas non plus d’aujourd’hui hein ! C’est le cas en particulier des  » tours de garde  » automatisées développées depuis quelques années en Corée du sud , aux Etats-Unis et en Russie pour la surveillance des frontières . Le concept est évoqué – avec un taser – pour les robots rondiers .

    Enfin souvent lorsqu’un pays – ou groupe de pays – mets en avant des critères moraux dans l’utilisation d’une arme c’est qu’il est à la ramasse technologiquement pour leur trouver une parade ou que celle-ci est couteuse . Exemple les mines artisanales … ;0)

  22. Parabellum dit :

    Mieux vaut casser des robots que des hommes pour entrer en premier dans une guérilla urbaine ou nettoyer une zone où aller faire la sonnette…les russes savent le prix des combats urbains et donc robotisent.nous on bricole un truc avec des nordiques alors qu on savait faire des engins chenilles etc…sera t n encore en retard ,

  23. m dit :

    Il y a déjà eu des robots dans les armées. Dont celui qui arrive à faire des tirs de contre-sniping. Il s’oriente instantanément au son du fusil, oriente sa tourelle dans la direction d’où provient le tir, ajuste optiquement le tireur et lui met une tête, tout ceci en une fraction de seconde. Le PILARw.

    • m dit :

      J’ajoute que ça a plus de 10 ans, et que c’est en dotation dans l’Armée de Terre depuis l’Afghanistan, et que ce sont des technos françaises. SAGEM s’y est mis aussi récemment.

      C’est vendu à travers le monde à plusieurs centaines d’exemplaires.

      Donc la vraie robotique qui marche on sait faire. Les chars télécommandés de tonton Vlad en revanche, on n’a pas encore trouvé d’intérêt et de solution fiable.

      • Marc Mora dit :

        non c’est juste un détecteur de départ de coups, tous comme  » l’Olifan  » des années 80 , avec la même fiabilité et efficacité douteuse, faudrait arrêter la  » pignole « 

    • Ion 5 dit :

      1°) Le PILAR est un détecteur de son, pas un engin de combat.
      2°) Votre tourelle est hyper rapide, dites donc… Quel véhicule?

  24. Roberto dit :

    Retour aux sources, l’URSS avait une unité de  »teletanks », c’est à dire télécommandé en 39-41. Les chars ont eu quelques chances d’entrer en combat durant la guerre en Finlande et au debut de la guerre contre les allemands sans de grands résultats. J’imagine que maintenant c’est encore téléguidé mais je supose que le but c’est une AI indépendante…

    https://en.wikipedia.org/wiki/Teletank

  25. Sorensen dit :

    Amusant, les Russes ne ratent pas une occasion de se payer la tête des Américains. Pour former un quadrinôme de Uran-9 ils utilisent un système de gestion tactique unifiée qu’ils ont nommé « Skynet ».

  26. Daniel BESSON dit :

    Rectification : Premier Teletank Soviétique sur châssis extrapolé du Renault™ FT-17 et tank télécommandé Japonais Nagayama sur châssis tracteur FORDSON™ et aprés sur châssis Type 98 Ke-Ni ! OUF !

  27. Yallingup dit :

    Pour contrer ce type de système d’arme, il ne faut pas avoir un robot plus puissant/rapide/blindé. Il suffit juste d’une bonne équipe de hackeurs…

    • Parabellum dit :

      On peut aussi avoir des engins filoguides…on a tiré des missiles ss11 et autres qui tiraient un fil derrière eux…inutile de dénigrer ce qu on n a pas…faut bosser sur tous ces nouveautés concepts et en sortir des séries consommables…des chenillettes avec une optronique simple et une grosse mitrailleuse pour nettoyer devant et vers les toits…souvenir de rues compliquées ou les fantassins auraient rêvé de ce genre d appui…

    • Frank dit :

      @ Yallingup Curieuse remarque, puisque ce sont justement les innombrables équipes de Trolls/Hackeurs Russes qui sont accusées de tous les maux de la « Communauté Internationale » depuis des années.
      Même les bugs récents de l’enseignement en ligne ont été qualifiés d’attaques étrangères par Blanquer, c’est dire.
      Demain, si l’aspirateur de ma concierge, inspirée et aspirée, part en vrille vers Mars, ce sera aussi un coup des Russes?
      Probablement. Sont partout. Pires que les Chinois.

    • Bientôt des divisions de robots NS-5 de type Androgyne comme Sonny mais équipés de miniguns de chez Général Electric ….. Ca va être « chaud » Patron , très chaud

    • Ion 5 dit :

      Et surtout une station d’émission de sacrée puissance…

      En tout cas très proche de la ligne de front et donc TRES EXPOSEE.
      Après si vous savez sous quelles fréquences et sous quelles modulations et surtout quel cryptage travaille l’Uran 9, allez y!

      Je vous dis ça, parce que la radio vous n’y semblez déjà pas y connaitre grand chose, alors la prise en main d’un système dont on ne connait rien, il y a loin de la coupe aux lèvres, comme on dit chez nous…

  28. Bomber X dit :

    Comment on prononce Skynet en Russe ?