SCORPION : Quel remplaçant pour l’Engin blindé du Génie de l’armée de Terre?

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

82 contributions

  1. Twisted dit :

    Très étrange de se doter d’un véhicule à roues… J’espère qu’on se procurera également de « MAC chenillés » dans le cadre de TITAN

  2. Plusdepognon dit :

    Un engin moche, à chenille et du génie en plus… tout pour être mal aimé :
    https://www.forcesoperations.com/engin-blinde-genie-valorisation-se-termine/

    La Belgique va LOUER des véhicules à roues pour sa composante Terre… Peut être pas le meilleur exemple à suivre :
    https://forcesoperations.com/jcb-fournira-des-engins-de-genie-blindes-a-la-defense-belge/

    L’Afghanistan a montré qu’il y avait dans l’usage du piégeage des experts plus ou moins vicieux et qu’il fallait s’y adapter :
    http://experiencecombattantelafaye.blogspot.com/2019/05/histoire-du-genie-combat-contemporain_20.html

    Il y a déjà des terrains plus praticables que d’autres, je vais m’apesantir sur le plus probable.
    Le théâtre d’opération le plus certain est l’urbain, celui qui est choisi par l’ennemi pour diminuer l’avantage technologique occidental, pas le Sahel.

    Très coûteux en munitions, en matériels et en pertes humaines. C’est bien plus facile d’en dégoûter les opinions publiques occidentales, que les chevauchées victorieuses à travers le désert sous les optiques d’un ciel ami.

    On le voit dans les decombres des villes d’Irak ou de Syrie, un engin à roues ne pourrait pas passer: les villes sont rasées et ce sont des immeubles entiers qui sont effondrés rendant les voies de communication impraticables.
    https://theatrum-belli.com/la-bataille-de-falloujah-ou-les-conditions-geographiques-de-la-victoire-moderne/

    https://www.letemps.ch/monde/images-combats-falloujah-revelent-face-cachee-victoire-americaine

    https://www.geo.fr/voyage/lirak-apres-daech-a-falloujah-avec-les-sunnites-assieges-193320

    Le RETEX de la bataille de Mossoul montre l’importance des moyens du génie, même peu onéreux comme le bulldozer sur le théâtre urbain dévasté et jonché d’obstacles et de snipers (c’est certain qu’un bulldozer blindé , ça se vend pas 2,5 millions d’euros/pièce) :
    http://www.opex360.com/2017/06/01/mossoul-le-bulldozer-une-materiel-essentiel-pour-les-forces-irakiennes-engagees-contre-daesh/

    Les destructions sont tellement énormes, que les anciens habitants reconstruisent ailleurs :
    https://www.challenges.fr/societe/dans-mossoul-au-coeur-detruit-les-grands-ensembles-peripheriques-fleurissent_748267

    Ce ne sont pas les vilains russes qui ont faits ça, pour prendre une ville ou faire la guerre, il n’y a pas d’option « propre » :
    https://www.lorientlejour.com/article/1253042/-pourquoi-le-monde-a-t-il-oublie-raqqa-.html

    Un tel engin est très pour la reconstruction après un ouragan (petite pensée pour Saint Martin) :
    https://www.cerema.fr/fr/actualites/reconstruction-ile-saint-martin-apres-ouragan-irma-etude

    Pas pour le combat urbain et pourtant les RTEX et les vieux manuels du Génie ne manquent pas sur le sujet (brèchage, ETC… ).

    • Félix GARCIA dit :

      Merci encore pour ces liens.

      Pour ce qui est du territoire national, je suis étonné qu’il n’y ait pas de « plan de coordination des forces mécaniques » en cas de catastrophe ou de conflits sur le territoire.
      Je m’explique :
      – En cas de catastrophe : la mise à contribution des engins de travaux publics (cela se fait probablement sous la forme d’un appel d’offre non ?) et agricoles disponibles (contre dédommagements, et sous réserve de ne pas être indispensables dans l’immédiat pour le fermier / paysan /agriculteur / forestier).
      – En cas de conflit : des « blindages improvisés » (plaques de métal pour protéger les roues et la structure, ainsi que des « verres blindés » pour protéger un tant soi peu le conducteur d’éventuels tireurs utilisant des armes légères).

      « La manière dont le relèvement de Saint-Martin a été géré souligne l’importance de planifier et préparer la gestion de la phase de reconstruction en amont des catastrophes, à l’image des pratiques existantes pour la préparation à la gestion de la crise. »
      https://www.cerema.fr/fr/actualites/reconstruction-ile-saint-martin-apres-ouragan-irma-etude

      • dolgan dit :

        Celà se fait sous la forme de la réquisition.

        Un officier habilité vient chez toi, il te dis je prend ça , ça et ça. Et il te file un papier prouvant la réquisition (Et on te dédommage en théorie après la crise. Si tu as ton papier et qu’on a gagné . ne pas trop compter sur un dédommagement à la hauteur du préjudice subit cependant). Si tu t’y oppose, c’est prison.

        Les lois et tout le toutim sont en place depuis très très longtemps.

      • John dit :

        En cas de catastrophe, si c’est comme en Suisse, les entreprises ont l’obligation d’effectuer les travaux demandés. La question du financement, des coûts, etc ne viendra que par la suite.
        Ensuite, pour ce qui est des réquisitions, le système existe déjà, pas besoin de plans redondants. Mais réquisitionner les engins ne sert à rien. C’est ces entreprises qui sont qualifiées pour les utiliser, pas n’importe qui.
        Et pourquoi n’y a-t-il pas de plan particulier? Parce que la France a une armée professionnelle, que chaque personne au sain a un rôle pour lequel elle est formée. Et les choix effectués permettent justement d’avoir un équilibre capacitaire.
        De plus, de quel conflit potentiel parlez-vous?
        Si c’est pour une attaque d’un pays, la France a la dissuasion nucléaire, et c’est justement à cela qu’elle sert. Les conflits possibles sur territoire français seraient une forme de guerre civile. En cas de guerre civile, ce ne sera pas la bataille de Mossoul où tout sera rasé.
        Quant aux blindages improvisés… c’est la solution pour les armées pas équipées de matériel adapté.

        Pour Saint Martin, les équipements locaux ont probablement tous été mis utilisés à pleine capacité. Il s’agit d’un minuscule territoire.
        De plus, n’oubliez pas qu’il s’agit d’un paradis fiscal (hé oui, la France a des paradis fiscaux, et la France est un paradis fiscal pour certaines classes de la population).
        Donc en vouloir à l’état pour ne pas préparer une catastrophe est presque insultant. Ils ne veulent pas payer d’impôts les riches sur place? Ok, mais pas d’aide en retour…

        • Félix GARCIA dit :

          Merci pour votre commentaire !

        • Frank dit :

          @ John et @ Felix GARCIA
          Oui et non. Ce n’est pas une question de moyens, mais d’état d’esprit.
          Ce ne sont pas les plans, les moyens, les capacités, les compétences qui sont misent en doute.
          C’est cette incroyable lourdeur temporelle administrative dont on a le secret qui laisse songeur.
          Entre l’événement et la réaction in situ, combien de validations tamponnées, de décisions retardées par peur de s’impliquer, de craintes du petit chef de s’engager, par peur de l’autre petit chef qui a un petit grade de plus.
          Même dans l’urgence, notre système ne fonctionne que s’il avait l’aval tamponné de sa hiérarchie.
          Merci, Chirac, d’avoir imposé le fameux principe de précaution dans notre Constitution.
          Ce qui est insultant, @ John, c’est d’absoudre par principe l’Etat de son incapacité et de sa vanité face aux crises, et je ne vois pas ce que les « riches » viennent faire ici.
          Qui est riche? Vous voulez le dernier camembert des ressources de la France?
          https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/actualites/2020/direction-budget-a-publie-edition-2020-budget-etat-vote-en-quelques-chiffres#.YDkRe2hKjb0
          Qui finance quoi? Qui optimise? Qui truande?
          Il n’est pas question d' »en vouloir à l’état pour ne pas préparer une catastrophe », comme vous dites, puisque imprévisible par définition.
          Mais exiger de sa part la compétence et la réactivité pour laquelle il a été élu, et grassement rémunéré me semble un minimum, simple retour sur investissement obligé, et simple bon sens.
          Vous êtes Suisse, on dirait? Beau pays, beaux alpages bon chocolat, belle neutralité.
          Vous connaissez la formule:
          « Les neutres, spectateurs des peuples qui s’entr’égorgent, perçoivent toujours la dîme pour regarder »
          Plus précisément, si on causait de la Suisse en, disons, 1938/1947, et de sa neutralité intéressée?
          Comme sur sa contrition bancaire hypocrite et imposée depuis une dizaine d’années.
          J’aime bien la Suisse, sauf si elle essaie de donner des leçons. Achetez nos Rafale, et on verra ensuite.

      • Sempre en Davant dit :

        Felix : Logiquement il faut commencer là https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000006071307/LEGISCTA000006151493/#LEGISCTA000006151493
        Bon courage!

        Super contribution PdP. Il ne manque guère que les aspects égouts et eau qui sont aussi du ressort du génie. En plein dans le combat urbain et la pacification – reconstruction ou dans la fin (le retrait mettant un terme à?) de la bataille urbaine avant d’en arriver là.
        Dans les bureaux planifications, le besoin des lumières du génie doit éclairer les hypothèses de batailles possible les plus sombre.

        • Félix GARCIA dit :

          Merci !

        • Plusdepognon dit :

          @ Sempre en Davant
          Vous avez raison pour l’aspect souterrain, mais là pas de véhicule…

          Et puis il y a des esprits mal tournés : on a déjà l’armée de l’air et de l’espace (on a échappé au 7ème ciel), on a pas encore eu droit à la Marine et les abysses humides, ne tentons pas l’armée de terre et les trous merdeux…

          Faut pas tenter le troll dans les appellations. 😉

          • Sempre en Davant dit :

            Plusdepognon;
            J’ai bien rigolé, pourtant les questions « suburbaines » devraient devenir un casse tête dès la planification et si ce n’est pas le sujet du jour l’arme du Génie est trop discrète dans nos débats.
            Frottons un peu la lampe: s’il y a du gaz qu’on peut faire passer par les égouts certains monteront au ciel.
            S’il y a des égouts ont peut faire y passer beaucoup de choses et y placer des charges.
            S’il y a de l’eau elle est vitale pour tout le monde.
            S’il y a des infrastructures de rétentions d’eau pluviale etc…

            Et puis Die Hard et BatMan excuse me du peu… ou il y a plein de camions ou le night crawler dans les sous terrains.

            Bref, si je n’ai pas croisé de RETEX spécifique a ce propos pour l’IRAK c’est quand même dans le sujet des capacités du génie de l’avant qui doit se préparer. C’est d’ailleurs une des grandes gloires de cette arme que de basculer de la destruction a la protection des copains au sauvetage des populations etc.
            Il faudra (je le suppose) des drones ou des robots, des détecteurs-analyseurs chimiques, des moyens variés pour faciliter l’insertion de personnes ou le transport de charge… dans les égouts du prochain Sarajevo.
            Surtout s’il fallait refaire de l’interposition sans sacs de sables trop agressifs.

            Une petite goutte d’interarmées c’est un sous-marinier versé dans le secours incendie qui a trouvé comment suivre le covid par les égouts : peut-être lisait ‘il le NRBC aux bouteilles? En tout cas Chapeau!!!
            Et c’est pas un terrien 😆 !

            Mais tout cet aspect est bien écrasant et vous vous souviendrez des réservistes spécialistes reconstructions qui devaient souffler les marchés aux américains tout en gagnant la paix. Quelques coupettes de mousseux plus tard il n’en est plus guère question et si Felix évoquait les réquisitions il y a un abîme à contempler l’état de préparation d’une réserve mobilisable.

            Militariser les SeaBees de la navy n’a pas été une mince affaire. Bon film avec John Wayne!

    • Dany139 dit :

      Bonjour,

      Où lisez-vous que l’armée belge va louer des véhicules à roue pour la Composante Terre?
      La Défense va acquérir des ACEV (Armored Combat Engineer Vehicle) et non les louer.
      La Belgique envisage cependant un « renting » (location All-in) pour ses engins de chantier (construction classique).

  3. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ dans laquelle prendrait place un équipage de trois sapeurs [un conducteur, un chef d’engin et un tireur].

    Pour info , il existe de plus en plus d’ engins de chantier téléopérés dont deux exemplaires au moins ont pris part au déblaiement des débris à l’intérieur de la Cathédrale Notre-Dame ! ;0)

    Sinon il y a eu le  » Tiznao  » construit par un Gilet-Jaune sur une base de CAT™ , ceux des Djihadistes Syriens , ceux des Oukrainiens et des Russes au Donbass sur des bases semblables !…

  4. Thierry dit :

    Moi j’y verrais bien quelques engins d’exploitation minière particulièrement volumineux comme le bulldozer Komatsu D575A (Japonais) et La chargeuse Tourneau L-2350 (pouvant soulever un char de 72 tonnes….) qui ne sont certes pas du tout aérotransportable, mais qui à eux seul font le travail de plusieurs engins avec une puissance inégalé, ce serait un atout majeur pour le Génie français. Et il n’y a même pas besoin de les blinder ou armer, leur taille suffit.

    https://cathubert.skyrock.com/3230425363-LeTourneau-L2350.html

    https://bangshift.com/bangshiftxl/going-big-this-profile-of-the-komatsu-d575a-shows-off-the-worlds-largest-bulldozer/

  5. Pierre dit :

    Le concept d’un engin de terrassement efficace monté sur pneumatiques est une totale ineptie. Un bouteur (ou bulldozer) nécessite une capacité de poussée conséquente, et donc une adhérence au sol maximale. (À ne pas confondre avec un « Chargeur ») Une propulsion sur pneumatiques n’est pas à même d’offrir cette adhérence, seules des chenilles permettent de l’obtenir.
    Un tel engin sera totalement inefficace sur terrains humides, ce sera une vraie patinette.
    Cet engin n’accepterai qu’un devers de 10%? Espérons qu’il y a là une erreur de frappe, sinon ce n’est plus un engin de terrassement, c’est un Culbuto.

    • dolgan dit :

      En Bulldozer, on a des caterpillar D6. Je crois même qu’il y en a d’autres en commande (avec cabine blindée), mais j’arrive pas à en retrouver trace.

      • dolgan dit :

        Retrouvé, mais c’est juste un message sur un forum qui annonce la commande de 24 D7R à la fin de l’année dernière sans source. Et google ne trouve rien.

    • Polymères dit :

      Il faut savoir ce qui est recherché et non ce que vous vous imaginez qu’il doit être. Ce n’est pas qu’un bulldozer qui va passer son temps à faire du terrassement.
      C’est un engin du génie qui doit pouvoir accompagner en première ligne un SGTIA sans le ralentir sans lui faire perdre son rythme. Son rôle va être de dégager une barricade, déblayer un passage combler un fossé casser un mur, aménager une position sommaire et temporaire.
      On n’est pas dans de grands chantiers de terrassement, pour cela on utilisera des bulldozers et autres engins tirés du civil.

      Actuellement quel véhicule du génie occupé ce rôle d’accompagnateur ? L’EBG? Vous le voyez en opérations ? Vous le voyez accompagner dynamiquement une manœuvre en première ligne.
      La question principale n’est pas de savoir ce qui est utile pour gratter de la terre à tel endroit, mais d’accompagner un ensemble de force avec un véhicule pouvant offrir si besoin, des services du génie en cas d’obstacles de parcours essentiellement.
      Comme toujours entre avoir le véhicule parfait pour 5% du temps et qui est tellement contraignant pour les 95% restant au point de ne pas l’utiliser, ceux qui derrière diront qu’on est totalement con de vouloir un véhicule utile dans 95%du temps quitte à être moins bons dans les 5% restant, ont un sérieux problème.
      Vous pensez que nos besoins sortent d’un oeuf Kinder et que vous êtes comme d’autres, un expert qui va révéler des choses inconnues?
      Le problème sur internet, c’est qu’on a beaucoup d’experts qui jugent en permanence mais ne veulent pas comprendre. Beaucoup qui pensent que pour remplacer l’EBG il faut un chenillé du même genre car ils veulent continuer comme avant sans comprendre que le besoin a changé, qu’on cherche peut être autre chose comme un véhicule capable de suivre un SGTIA plutôt qu’un véhicule qui est si contraignant pour enchaîner des longues distances ou des manœuvres tactiques qu’on le laisse au hangar…
      L’EBG, 35 ans de service, combien d’opex?

      • Twisted dit :

        Et c’est comme ça qu’on est dotés de VBCI « haute intensité à roues (donc incapable de suivre correctement un char, cf. Lynx), avec un canon de 25mm (donc inutile face à autre chose que de l’infanterie ou des véhicules faiblement blindés), sans protection active (donc terriblement vulnérable) et qui pourtant n’est pas déployable via A400M (la version tourelle).
        Vous savez mai 1940 c’est typiquement ce 5% du temps ou on a besoin de véhicules parfaits. L’objectif c’est pas de rentabiliser l’armée, c’est de la rendre capable de gagner des guerres. Alors peut-être que le MAC sera suffisant en basse intensité (vos « 95% ») mais on a vraiment intérêt à avoir quelque chose de plus solide pour la haute intensité (vos « 5% »).

        • Polymères dit :

          Comme beaucoup ici ou les mêmes qui changent de pseudos au gré des articles, vous faites une fixation sur les chenilles et pour vous elles riment avec « haute intensité » car au fond vous vous trompez sur ce qu’est la haute intensité. Vous jouez comme votre collègue en dessous sur des extrêmes et travestissez mes propos pour les faire coïncider avec votre vision personnelle de la chose.
          La haute intensité peut très bien être représenté dans les 95% et très peu dans les 5% que j’évoque. Faut arrêter de croire qu’on a des véhicules juste bon pour l’Afrique et que les 95% du besoin repose sur ça, que vous allez qualifier de basse intensité et que tous ces véhicules seraient inaptes ou dépassés par de la haute intensité car vous faites une fixation de la chenille et ou la haute intensité rime avec traversée de champs boueux.

          Vous évoquez le VBCI comme incapable de suivre un char, mais là encore vous vous obstinez à vouloir concevoir une poursuite dans le terrain défavorable à un véhicule à roues et vous allez le généraliser. Vous ne voulez voir que les 5% en ignorant les 95% du temps ou le véhicule n’aura aucun problème et ou ce sera même le char qui deviendra handicapant, car que ce soit en France où ailleurs, l’infrastructure routière, les chemins sont omniprésents et ce sont bien au contraire dans des pays du type Mali, qu’on va qualifier de basse intensité, que l’on fait face à des terrains dépourvus de routes et autres pistes. Pourtant on y arrive, même avec des véhicules à roues.
          Le VBCI au moins nous l’utilisons son canon de 25mm vous est insuffisant à vous car sans doute voyez vous ce VCI comme devant être un chasseur de chars, mais c’est votre problème de ne pas comprendre comment fonctionne notre armée, de comprendre le rôle de la cavalerie, de l’infanterie. Car oui on adapte les moyens à la menace, traiter la menace blindé n’est pas du ressort du VBCI, c’est là aussi qu’on identifie facilement une personne qui se sent expert sur internet en s’imaginant ses scénarios et situations d’affrontements et des personnes qui savent réellement comment ça se passe, comment chaque élément se complète, comment qu’on constitue un SGTIA, un GTIA ou une BIA qui peuvent s’insérer à un niveau de division ou de corps d’armée. Les experts du net, aiment se dire qu’un canon de 25mm ne suffit pas car ils mélangent les rôles, ignorent ou font semblant d’oublier qu’on engage un ensemble d’éléments. D’où l’intérêt d’offrir au génie un véhicule capable d’accompagner au mieux des forces et non d’un véhicule qui suivra le Leclerc non pas sur le terrain, mais dans les hangars. Mais là aussi les experts du net adeptes de la chenille aiment ignorer et minimiser les contraintes des chenillés dans 95% du temps et s’accroche au 5% du temps restant qu’ils vont définir comme la haute intensité. Je le redis, non ces 5% d’avantage ne représente pas la haute intensité et les 95% ne sont pas nos opex africaines. Car si on chercherait justement à disposer d’un véhicule adapté à l’Afrique, croyez bien que le chenillé devrait bien se placer vu les terrains qui entreraient pleinement dans les 5%, pourtant même là, on voit que l’on préfère toujours privilégier les 95%.
          Ce n’est pas que les gens qui décident sont cons, c’est une logique que vous ne comprendrez jamais tant que vous continuerez à faire des 5% votre fixation et à mépriser les 95% restants que vous prendrez pour la basse intensité car vous vous êtes mis dans la tête certains principes et certains extrêmes entre la basse et la haute intensité ou la chenille serait un symbole d’efficacité et de besoins et ou la roue serait un problème car juste bon pour l’Afrique.

          Je vous invite par ailleurs à aller observer un peu un VBCI suivre un Leclerc dans un centac ou autres, afin que vous constatiez de vous même que la roue n’est pas l’obstacle que vous vous en faites en surfant seulement sur internet et en cherchant bien entendu les problèmes qui vous conforteront dans vos positions ou vous allez trouver l’image d’un véhicule sur roue embourbé ou ensablé que vous prendrez pour le quotidien car vous aimez généraliser cela.

          Pour info sur le VBCI et l’A400M vous en êtes encore rester sur la seule chose que vous avez à disposition sur internet car vous avez comme beaucoup l’ignorance de croire que tout se trouve sur internet et que rien ne change, ne se fait sans internet. Mais sachez que sur internet, les divers journalistes ou blogueurs qui s’intéressent à la défense aiment parler des problèmes pour créer le buzz et du scandale, ceci dans tous les domaines. C’est ainsi qu’on a en permanence sur internet cette perception négative de l’armée, que ceux qui s’y intéresse sont devenus des experts pour évoquer des problèmes et deviennent absents voir opposé à la moindre bonne nouvelle qui deviendrait à leurs yeux une goutte d’eau dans un océan de problèmes. C’est l’effet néfaste d’Internet que je critique et combat et qui pousse souvent les experts des problèmes à ne pas m’aimer car je differe totalement de l’esprit critique qu’ils ont pris l’habitude d’avoir concernant notre armée et où ils idealisent les armées des autres pays car pour opposer nos problèmes on aime toujours prendre exemple chez les autres.
          Pour en revenir à l’A400M, sachez le, inscrivez le à un endroit pour ne pas encore et encore le répéter, ce problème n’est pas un problème mais une constatation d’un fait qui a aboutit dans la foulée à réaliser une correction de 5cm sur la gauche de la ligne centrale pour un véhicule situé à 4,035m du front. Donc l’idée si répandu en raison d’un article qui traine encore sur internet sans jamais avoir été corrigé ou suivi (gros problème d’internet) qui dira qu’on ne peut pas transporter un VBCI est faux mais ça a suffit à faire son buzz et continue de nourrir des personnes comme vous adeptes de cela.
          Ne vous demandez pas comment je le sais demandez vous pourquoi vous ne le savez pas.
          Je précise que j’évoque ici le cas du VBCI 32t au cas où…

          • Twisted dit :

            Commentaire long et peu instructif.
            Qui a dit que la chenille était destinée à la haute intensité et aux champs boueux? Les champs boueux sont au Mali et la haute intensité est en ville. Et en ville, tous les retex montrent qu’il faut de la chenille, du blindage et de la puissance de feu : tout ce que le vbci n’a pas. Donc encore une fois avec un vbci peu adapté à la basse intensité et pas du tout adapté à la haute, je me demande à quoi il sert. Et me sortez pas l’argument bidon « agneugneu y’a toujours des leclercs ou des jaguar pas loin » : on a plus de leclercs et pas encore de jaguar.
            Donnez moi une source fiable prouvant qu’on peu emporter un vbci 25mm dans un A400M et je vous crois.
            Le lobby de la roue a pas fini de nous causer du tort. J’espère que vous réalisez que vous parlez de la vie de soldats français.

      • Sempre en Davant dit :

        Polymères vous ne partez pas de l’aspect principal mais de l’aspect le plus courant.

        Ce que vous dites n’est pas faut mais ce n’est valable que par ce que nous n’avons pas eu a rentrer en ZU ou a affronter des forces équivalentes au nôtres au moins dans leurs effets (par ex pour l’aspect artillerie même si ce n’est pas canon contre canon.).

        Dans ce cas vous comprendrez bien qu’il n’est en rien ridicule ou bas du front de vouloir le meilleur engin du génie pour remplir la mission du génie et non pour suivre les cavalcades des Dragon.

        Il faut et il suffit pouvoir déplacer ce moyen sur un véhicule porteur. Aux sapeurs la capacité et la vitesse de travail au Train la mobilité.
        Une Ferrari pour déplacer une barricade sous le feu après 1500km de désert vous signez?
        Un TRM un porte char et l’engin sur le porte char!

        Lisez et méditez les liens de PdP sur l’Irak. Croyez vous que les marine’s qui ont fait 3 semaine de AAV toujours plus empilés dans les véhicules restant avaient un jour penser qu’il traverseraient ainsi le désert avec des moyens de débarquement?
        Ce sont les Hummers glorieux de 91 qui ont vite quitté les villes et les Abram’s qui sont restés.

        Il est vrai que nos cavalcades africaines fascinent. N’oubliez pas que les plans étaient près de moins de 5 ans. Et que l’action n’a pas eu a se développer dans des villes en dur avec des stocks d’armement « libyen » et des ennemis prêts a changer de mode de combats.
        Une grande ville c’est en plus une perte de renseignement et capacités d’observation.

        Vous me faites toujours penser a ce Cne qui s’en allait prendre un des premiers escadron de Leclerc : « les chars en ville jamais! Nous on chasse les chars et c’est tout ». Devant les Britanniques, les Canadiens et les US engagent leurs lourds en ville sans plus jamais arriver a les sortir de l’ordre de bataille urbain il a bien du manger son chapeau. Il me doit plus d’une coupe de champagne le bougre!

        Les Humvies sont devenus des symboles d’ancien combattants poly amputés il y a un documentaires (vers 2010?) sur les femmes militaires qui se sont fait hachés dans ce véhicule rapide et mobile…

        Votre argument se retourne : quand on a 5% d’aptitude a la mission n’a t’on pas 95% de mauvaise graisse?
        A pousser jusqu’à l’absurde : les SNLE braquent mal dans les fond d’oued! Supprimons la dissuasion nucléaire!
        Vous ne troqueriez pas votre VBCI contre un Humvie.

        • Twouan dit :

          Les 2 positions se défendent. Si on est trop lourd, on arrive a rien non plus.
          Pour le prix, on doit pouvoir avoir les deux.

        • Frank dit :

          @ Twisted et @ Sempre en Davant Tout juste.
          Et en extrapolant (très, très largement), quid du retournement du conflit Pacifique par les US, après la mer de Corail et Midway, et les sauts de puce ensuite, sans les fameux Seabees?
          Un peu HS, je l’avoue, mais plus de 350 000 militaires dédiés, quand même.
          Et les fameux Caterpillar.

          • Sempre en Davant dit :

            Twouan,
            Depuis la fin du prépositionné et le début du il suffit de projeter avec l’A400m c’est un sujet d’une infinie complexité tant politique que logistique.
            D’ailleurs la question du fret ferroviaire est centrale. Et nous n’avons plus le Régiment de Versailles (5émeRG?) pour assurer les rétablissement lourds de voies et ponts.
            C’est une vraie question de politique intérieure : je n’ai jamais admis que l’armée fut réduite aux OPEX quand la conduite de celle ci pouvait demander le rétablissement de la circulations de trains lourds en métropole quel que soit le « climat ». Nous avons eu Bretigny et nous n’avons plus ces compétence en propre pour un rétablissement du Rail en Opexistan.
            Je tiens donc beaucoup a ma première phrase…

            Frank: très juste!
            l’United States Army Corps of Engineers à aussi une structuration particulière d’origine historique… Et pourtant les ouragans depuis Caterina ont entraîné la fondation de la Cajun Navy. Ils ont été menacé d’être poursuivit pour sédition, arrêtés, emprisonnés toussa toussa et comme la puissance publique américaine se limitait a proférer des menaces devant les caméras l’average john doe with a boat (and (a few buckets loads off) guns) a fait HumUm (comme Mammy dans gone with the wind) et continué sa besogne.
            Tout les moyens militaires étaient Abroad… Les Cajuns n’attendront plus.

          • dolgan dit :

            Le 19eme RG a repris les unités et le missions du 5eme RG il me semble.

      • Plusdepognon dit :

        @ Polymères
        Visiblement le pognon est dépensé et ce avec plusieurs milliards d’euros de reports de charge chaque année.

        De là à dire que c’est bien fait par une élite éclairée, qui se passerait d’être contrôlée….

        Après je veux bien que l’on m’explique qu’en 2040, la France sera bien équipée…
        C’est long pour un monde en crise.
        Il y a 19 ans, les USA étaient triomphants en Afghanistan et pas encore en Irak…

        Et quand c’est à base de petits calculs foireux faits par nos industriels de l’armement et Bercy, mais que la représentation nationale qui n’y pipe rien et avalise sans coup férir, ni discuter une virgule…Eh bien on se retrouve gros Jean comme devant.

        Prenons pour exemple le fameux programme Scorpion programme phare de l’armée de terre (les autres armées ont leurs propres problèmes) et surtout un magnifique poster sur l’évolution des véhicules de l’armée de terre de 1985 à 2025.

        Pour le moment, en 2021 puisque 10 ans de retard et d’atermoiements éclairés, nous avons:

        ➤ 36 chars Leclers en état opérationnel principalement pour le 14 juillet, dont zéro sont des chars Leclerc « rénovés » sur les 200 prévus (première livraison en 2022, rendre ce char de 3e Génération compatible avec le programme Scorpion).

        Ce Leclerc rénové a minima, ce sera plus cher que prévu :
        http://www.opex360.com/2020/10/27/scorpion-la-renovation-des-chars-leclerc-risque-detre-beaucoup-plus-couteuse-que-prevue/

        ➤ 606 VBCI (22 sont à ajouter une fois qu’ils seront reconstruits suite à « l’usure du Sahel ») avec un magnifique taux de disponibilité de… 58%.

        Étant donné que ça arrive au compte-gouttes, on va compter sur le vieux matériel un peu plus longtemps:
        https://forcesoperations.com/top-depart-pour-linfovalorisation-des-vbci-et-amx-10-rc/

        ➤ 0 véhicule sur 300 Jaguar (première livraison en 2021, engin blindé, spécialisé dans la reconnaissance et le combat).
        On en attendait 4 en 2020, reporté en 2021… Triste.
        http://www.opex360.com/2020/10/21/dans-lattente-des-jaguar-la-disponibilite-des-chars-amx-10rc-sera-structurellement-en-difficulte/

        ➤ 220 sur 1872 véhicules blindés Griffon (les premiers ont été livrés en juillet 2019), 128 été livrée à la DGA qui n’en a testé que 90 en 2020.
        Une fois le label « utilisé par l’armée française » tamponné, on reparlera du volume de Barkhane…

        ➤0 véhicule sur 978 Serval (première livraison en 2022, engin qui peut embarquer jusqu’à 10 soldats, rouler à une vitesse de 100 km/h et parcourir 900 kilomètres avec un seul plein).

        ➤un éventuel VBAE construit « par des européens », on a pas finit de rouler en VBL…
        https://www.forcesoperations.com/vers-une-solution-europeenne-pour-remplacer-le-vbl/

        ➤Le PVP, affectueusement surnommé « petit véhicule pourri »…
        http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2013/11/06/pvp-pour-petit-vehicule-a-problemes-10595.html

        ➤ Le seul contrat qui se déroule normalement, c’est celui des VT4…
        https://www.forcesoperations.com/les-livraisons-de-vt4-pratiquement-a-mi-parcours/

        Le reste, ce sont des véhicules tellement à bout de souffle que cela représente une part non négligeable du chiffre d’affaires de la BITD française :
        http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/02/04/la-renovation-de-500-vehicules-30-de-la-charge-industrielle-21859.html

        Le programme Scorpion est entièrement basé sur la communication, il faut donc que cela communique :
        https://www.lemonde.fr/international/article/2020/06/17/le-programme-scorpion-pour-une-guerre-robotisee_6043165_3210.html

        Ce qui est enfin envisagé en interarmées (heureusement que c’était fait sérieusement avant dis donc) :
        https://www.air-cosmos.com/article/renseignement-dorigine-lectromagntique-les-forces-franaises-se-dotent-dun-systme-interarmes-24194

        Plus tous les à-côtés dont nous entendons régulièrement parler qui sont en quantités echantillonnaire pour une grosse explication : besoin en artillerie, disponibilité des hélicoptères, l’absence de C-RAM, les véhicules pour les forces spéciales, le maintien en conditions opérationnelles qui va exploser…
        ➤ En attendant la proclamation de la commande de 32 CAESAR fin 2020, nous avons officiellement 77 CAESAR avec une disponibilité de 65%.

        ➤ Zéro Griffon MEPAC sur les 54 commandés (première livraison fin 2023, Griffon doté d’un mortier semi-automatique).

        ➤En ce qui concerne le Tigre, efficace mais au MCO extrêmement onéreux, en nous basant sur 2019, on en dénombre 21 disponibles sur 67 (31 %). 

        ➤ Concernant les forces spéciales pourtant chouchoutées, elles n’attendent pas leurs véhicules Arquus :
        https://lemamouth.blogspot.com/2020/07/une-centaine-de-technamm-pour-les.html

        ➤À part quelques milans, il n’y a pas de défense anti-aeriennes pour l’armée de terre :
        https://www.areion24.news/2021/01/19/spaag-et-defense-aerienne-langle-mort-de-la-c-dram%e2%80%89

        ➤Le maintien en conditions opérationnelles va exploser en 2021 :
        https://www.forcesoperations.com/vers-une-explosion-des-couts-du-mco-terrestre/

        Donc on peut se permettre un doute raisonnable sur la qualité de certaines décisions, surtout si on vise la haute intensité.

        Par charité, je n’ai pas évoqué les pièces détachées, ni les stocks de munitions.
        Ni les externalisations.

        Et les autres armées en ont autant à dire…

        PS: Les chiffres pour la disponibilité mentionnés sont tirés de cette source :
        https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-25691QE.htm

        • Twisted dit :

          Finalement la branche la mieux parée à la haute intensité, ou en tout cas celle à qui il manque le moins de capacités, c’est l’Armée de l’Air… Il lui manque juste quelques stocks de munitions, un missiles SEAD, une meilleure capacité de guerre électronique offensive

        • Polymères dit :

          Je me demande ou commence et ou s’arrête votre opinion et votre compréhension personnel dans ce florilège de liens qui cherchent éperdument à vouloir démontrer je ne sais quoi.

          Vous faîtes la liste de tout un paquet de matériel en disant, je vais faire court « qu’ils ne sont pas là et que c’est un mensonge, de la communication ».
          Sauf que je ne sais pas comment devoir expliquer que derrière une commande, il y a un processus industriel qui ne va pas pondre par magie tout un programme. Si je vous dis que je vais écrire un livre, vous avez beau me donner 1 million d’€ , je ne vais pas pouvoir vous le présenter dans l’heure qui suit.

          Qui a dit que fin février 2021 il devait y avoir 200 Leclerc modernisés? 300 Jaguar, 1872 Griffon et j’en passe? Personne, aucun plan n’a définit cela, car touts ces programmes sont récents, ils sont en cours et vous vous semblez prendre l’annonce d’un programme comme devant être terminé le mois d’après sinon ce ne serait que de la communication.

          Vous avez beau chercher à expliquer je ne sais quoi, à inventer des retards de 10 ans, la vérité c’est que la programmation de Scorpion telle qu’en cours de réalisation aujourd’hui et non des prémices de réflexions d’il y a 10 ans, elle n’accuse pas de retard dès lors que dans la « communication que vous critiquez, vous savez observer le calendrier de livraisons. Le VT4 n’est pas le seul programme qui se déroule « normalement ».
          Et si vous vous plaisez à considérer que la situation exceptionnelle liée au COVID aujourd’hui n’est pas à prendre en compte dans un retard qui se comptent en semaines, c’est effectivement que vous cherchez à vouloir gueuler pour gueuler car vous faîtes partie de ces victimes d’internet qui pensent tout savoir en utilisant google et qui ont un jugement critique envers un système qu’il soit politique, militaire ou industriel qu’ils ne connaissent pas.

          Le programme Scorpion c’est horizon 2030 et non début 2021, mais vous êtes semble t-il déjà aux aguets pour espérer et bondir sur chaque « problèmes » ou le moindre écart. Qu’on serait au 1er janvier 2031 et qu’il resterait 10 Griffons à livrer, que vous serez à parler de mensonges et de promesses non tenues.
          Comme je l’ai souvent répété ici et sans doute l’avez vous vu, il faudra attendre 2025 pour que certains, comme vous, constatent de ce qui a été fait (sans aucun parti pris politique), d’ici là ça continuera à ne pas vouloir comprendre que des décisions ont été prises, car ne voulant pas comprendre l’échelonnement financier, l’industrialisation et la limite de production qui ne permet pas, même avec de l’argent (l’exemple du livre…) d’aller plus vite que la musique.

          Moi je vais vous poser une seule question, savez vous ce qu’est la disponibilité? Comment son pourcentage et son coût sont calculés? Ne me donnez aucun lien.
          Il ne suffit pas d’être derrière son écran à faire des copié-collé d’articles et jouer à celui qui juge et donne des leçons en disant « c’est pas normal », car en réalité, vous êtes loin de connaitre tout ce que vous critiquez et je sais que ça demande un effort considérable pour comprendre.

          Je suis le premier à critiquer des choses à améliorer, le premier à évoquer les problèmes de disponibilité en expliquant toujours qu’il vaut mieux optimiser ce qu’on a avant de vouloir comme beaucoup, avoir plus dans les inventaires afin de se satisfaire derrière un écran de plus gros chiffres. Des années et des années que je baigne dedans, il y a 10-15 ans on avait le même genre de spécimen que vous qui disaient au début de nouveaux programmes, que ce soit le Tigre, le VBCI ou autres que ce sont des échantillons qu’on ne voit qu’au 14 juillet, que la « réalité » est différente. Mais la réalité a rattrapé ces gens qui ne voulaient pas comprendre que forcément oui, avant de l’utiliser, il faut le produire, il faut former les gens, il faut tout un écosystème derrière. Quand aujourd’hui je vous vois faire exactement la même chose en disant « mais ou sont les Griffons, les Serval et autres », désolé mais j’ai l’impression de revoir les mêmes cons qui ne sont pas fichus de comprendre le stade de production d’un programme militaire et qui tout en critiquant les annonces, sont les premiers à en dépendre pour s’informer et surtout les premiers à ne pas comprendre ce qu’ils lisent et qui vont faire d’un décalage exceptionnel de 4 Jaguar sur quelques semaines, une dramatisation de la chose.

          Désolé, mais après plus de 20 ans ou la défense a été passé à toutes les sauces, sans défendre le gouvernement actuel, on est sur la première loi de programmation militaire qui ne rabote pas le format et qui l’augmente même, la première qui voit son budget augmenter crescendo. L’ensemble du programme SCORPION, dans sa phase de réalisation industrielle, c’est à dire de la commande des véhicules, elle est récente et on doit comprendre que nous sommes au début des livraisons et non pas au bilan de ces dernières. Oui de nombreux programmes ont été repoussés ou n’ont pas été réalisés faute de budget, mais vous ne pouvez pas mettre à défaut les programmes actuellement en cours.

          Mais bon je sais que c’est vain de raisonner certaines personnes qui ont besoin de voir pour accepter et qui ont des difficultés à se projeter au delà du bout de leur nez. Donc il faudra laisser passer quelques années que les livraisons fassent effet sur ces esprits.

        • Plusdepognon dit :

          Pour que le tableau soit complet, on manque aussi de VHM.

          Certains y réfléchissent, pas nous…
          https://www.forcesoperations.com/six-pays-sunissent-pour-un-nouveau-chenille-tout-terrain/

        • Ronin dit :

          @ Pdp
          Armées françaises, état, et perspectives…
          Une rapide épure de ce que devrait être les armées de la cinquième ou sixième puissance militaire mondiale, pour les trois armées.

          Armée de terre:
          Un corps d’armée de projection rapide, nouvelle force expéditionnaire de la France :

          Une division blindée, c’est un strict minimum, dotée de non seulement de chars lourds, mais également de véhicule de combat d’infanterie lourds, chenillés donc et d’une quarantaine de tonnes (ce qui se fait actuellement en matière de haute intensité), de moyens du génie (pontage, antimine, etc.), d’appui (automoteur d’artillerie à grande cadence de tir, antiaériens, antimissiles, lance-roquette et lance missiles balistique tactique), de logistique adaptée, et tout ce qui va avec;
          Une division médiane, c’est déjà notre « spécialité ».

          Une division légère, véritablement aérotransportable équipée de blindés ultra léger (type Wiesel, de moins de cinq tonnes).
          Complété, bien évidemment, par une division d’appui rassemblant les éléments de renseignement, d’artillerie, du génie, de transmission et de commandement, dits, autrefois, de niveau corps d’armée ou « d’armée ».

          Et bien évidemment encore d’une division spécialisée regroupant les moyens logistiques afférant à la projection véritable et au soutien d’un tel corps d’armée.

          Marine nationale:
          Douze à quinze (avec les « nouvelles » FDI à défaut de véritable FREMM supplémentaires), pion essentiel de la présence militaire de la France sur toutes les mers et tous les océans du monde, deuxième domaine maritime mondial oblige, en plus de notre maintien véritable, ou pas, de notre rang.

          Dans la même logique trois porte-avions nucléaires de type CDG modernisé et amélioré, agrandis à 50 000 tonnes.
          Ce qui nous permettrait de disposer d’une présence adaptée, militaire permanente en mer. Ceci à raison, d’un porte-avions en patrouille en mer, traditionnellement dans l’océan indien ou en Méditerranée, d’un en alerte rapide à quai, disponible sous très court préavis en cas de besoin, et servant également à l’entrainement, et enfin d’un troisième nécessairement en entretien de courte, moyenne ou longue durée.
          Tout cela au lieu d’un seul énorme porte-avions intermittent encore, disponible « un jour sur deux » au mieux, comme ce qui est à nouveau, prévu.

          Toujours dans la même logique de réadaptation de notre marine nationale, dans un climat mondial où toutes les autres flottes sont prioritairement en train de véritablement exploser, création de trois croiseurs lance-missiles polyvalents, antiaériens, antimissiles, et d’attaque vers la terre.

          Ceux ci seraient chargés, outre la protection antiaérienne, et, antimissile, devenue indispensable à toute force navale sérieuse (avec le développement des nouveaux missiles en particulier : là aussi il serait temps de nous adapter, véritablement !), mais également destiné aux frappes préalables contre les systèmes dits de dénis d’accès, actuellement eux aussi en plein développement (à noter que la marine italienne a déjà prévu d’en construire deux (croiseurs de 10 000 tonnes).

          Le nombre de sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) seraient à nouveau porté à un minimum indispensable d’au moins huit SNA.

          Ce nombre limité étant renforcé par quelques sous-marins anaérobiques, à propulsion classique, pour la défense de nos côtes et en particulier de notre force océanique stratégique (notre frappe de dissuasion).

          De même les forces assurant la logistique et plus encore la projection stratégique véritable (de forces lourdes conséquentes) serait considérablement renforcer : au moins doubler pour les premières, et presque entièrement à créer pour les deuxièmes.

          De même encore, que tout notre amphibie est actuellement à reconstruire.
          Il nous faudrait au moins trois vrais porte-hélicoptères d’assaut (et non des bâtiments hangars d’intervention humanitaire, car aux normes civiles, que sont actuellement nos BPC).

          Compléter par six navires d’assaut amphibie de type TCD (transport de chalands de débarquement), ceci nous permettrait de réellement être capable d’effectuer une opération amphibie d’une brigade, et de pouvoir la soutenir dans la durée.

          Aviation française (armée de l’air et aéronavale réunies):
          Arriver, rapidement, au format réel de 180-200 Rafale (arrêtons les (coûteux) rafistolages de Mirage 2000, de toute façon en bout de cours, par exemple encore), dont une moitié navalisée, pour être déployée sur nos porte-avions.

          Se doter, rapidement, également de véritable avions de transport stratégique, du type C17, ou mieux encore AN124-150, et de véritables avions d’assaut aérien tactique (au lieu d’un entre-deux, qui a surtout l’inconvénient de cumuler les limites des deux catégories sans en avoir véritablement les avantages).

          Enfin quelques hélicoptères lourds ne seraient, depuis le temps, décidemment, pas de trop.

          Idem pour quelques avions d’appui rapproché (type A10 ou SU25), ou même encore antiguérilla (type SuperTucano par exemple) seraient très utiles pour économiser le potentiel de nos Rafale, qui ont d’autres missions que celles là.

          Défense opérationnelle du territoire :
          Mise en place d’une véritable garde territoriale nationale, à base de volontaires, formés et entrainés, sur le modèle de l’armée suisse à raison dune formation de base de trois mois et demi et de périodes de mise à niveau régulières

          Tout ceci étant parfaitement réalisable avec le passage de notre budget militaire à deux pour-cent du PIB, mais, à condition de ne pas continuer à faire n’importe quoi, évidemment.

    • deres dit :

      C’est un 8×8 pas léger quand même. Je pense que c’est un compromis car ils veulent un véhicule capable de se déplacer rapidement et loin en autonomie et d’être aérotransportable. Les engins de terrassement chenillés civiles se déplacent toujours sur des camions pour aller vers des chantiers précis, sans faire de grand déplacement après coup.

    • John dit :

      L’exemple en l’occurrence est une chargeuse / pelleteuse…
      Et comme l’armée cherche un équipement aérotransportable, les chenilles sont exclues d’office…

  6. kagamet dit :

    Le retex récent de l operation amitié au Liban sur le port de Beyrouth a montré que les engins génie a roue était HS en 24h.
    Sans les bulldozer libanais et Français le détachement n aurai jamais pu dégager le port.
    Pour moi ça présage des futurs combat urbain en milieu détruit.
    A l’image des israéliens il nous faut des unités de brechage lourde sur bulldozer type D7 ou D9 en complément d un engins génie a roue plus rapide et facilement projetable.

    • dolgan dit :

      « les engins génie a roue était HS en 24h. »

      AH? Et du coup, comment ils ont fait pour montrer des nombreuses images de multiples engins du génie français opérant au delà de cette date magique? C’est des images de synthèse? Il y avait un pont aérien pour remplacer toutes les 24h les engins HS? On a volé des engins locaux et on les a peint en camo ?

      « Sans les bulldozer libanais et Français le détachement n aurai jamais pu dégager le port. »

      Sans blague? Vous devez être le seul sur la planète à avoir imaginé le contraire. Chaque caillou déplacé par un local est sans nulle doute la preuve selon vous de la décadence Française? Vous êtes le Fils spirituel d’EBM?

  7. Marsouin dit :

    Espérons un engin réellement blindé à chenilles pour pourvoir manœuvrer au contact.
    Les concepteurs des ÉGRAP et EGAME sont soit de joyeux naïfs soit des criminels en puissance.
    Les RETEX des engagements à Moussou devraient, je l’espère, éclairer les lanternes encore non allumées.

    • dolgan dit :

      Attention scoop, la guerre ne se passe pas 100% du temps dans les conditions de Mossoul (ni même les combats urbains).

  8. La sape dit :

    J’ai eu la chance de pousser les MPG au maximum de leurs potentiel en Afghanistan en 2011 dans la vallée d’Halasay et de prouver que cet engin avait encore sa place dans notre armée. Et j’ai vu arriver des EGAM des EGRAP qui n’ont absolument rien avoir.

    Avec le treuil du MPG j’ai pu découper des murs en terre, créer des plateformes pour des postes avancer, créer des passages où il n’y en avait pas.

    Je trouve dommage qu’encore une fois on essaye de tout réinventer, et au lieu de partir de l’existant et de le faire évoluer.

    Constat simple, sur quel chantier du monde vous avez vu un 8×8 en chargeur ?

    Sur quel chantier du monde, avez-vous vu un buldozer à pneu ?

    Quel est le coût de développement de ces engins qui n’existe que pour l’armée et dont l’efficacité peut clairement être remise en cause ?

  9. HMX dit :

    C’est très bien qu’on songe enfin à moderniser nos engins du génie. Ce futur MAC, à condition qu’il soit acquis en quantités suffisantes, devrait être un atout pour nos forces. Cependant, le besoin existe pour un engin plus lourd. Tous les retex montrent qu’en zone urbaine, l’engin le plus utile est le bulldozer pour dégager les gravats, ouvrir les accès, ou en créer à travers les murs si besoin. Donc plutôt un engin lourd et chenillé, aux côtés duquel notre MAC fera office de poids plume à la mobilité limitée avec ses roues. L’acquisition d’un petit nombre de bulldozers blindés et militarisés (à l’image des Caterpillar D9 israéliens) avec les moyens de mobilité associés (porte-chars) aurait beaucoup de sens pour une armée comme la nôtre, en complément d’engins plus légers et polyvalents comme le MAC.
    Pour aller plus loin, il est étonnant qu’on envisage pas davantage de développer et d’utiliser massivement des engins du génie dronisés, ou au minimum téléopérés. Ces engins seraient tout particulièrement utiles en zone urbaine, le cas échéant en appui d’engins pilotés.

    • kagamet dit :

      Cela existe déjà je sers au 19eme RG et nous sommes les seuls a encore posséder des d7.
      Ce sont ces engins qui ont brècher les ruines de Beyrouth
      Il faut juste que ces engins ne soit pas juste vu comme des engins de chantiers mais aussi de combat avec des kits de blindage.
      Un entraînement régulier au cenzub permettrai a tous de rappeler l apport de ces engins pour brecher n importe quoi

  10. Dupont avec un t dit :

    On prends un compte chez LoXam ou Kiloutou ou Prokilou, matériels sans chauffeurs et avec caution « Environnement Hostile »

  11. sentinelle dit :

    Dans un conflit symétrique il ne faut pas laisser les forces s’enliser dans les villes mais foncer pour restructurer l’adversaire ensuite pour s’occuper des villes il faut des combattants à pied appuyer par des canons et mortiers , du génie, des robots terrestres et volants et un enveloppement par l’aéromobilité, il faut aussi couper l’eau et l’électricité, en deux mots un siège.On peut obtenir du résultat par la privation d’eau de nourriture et d’électricité à l’ancienne !

  12. Borca dit :

    L’EBG n’a pas trop été déployé en OPEX …Comme les Leclercs me semble-t-il…
    Il me semble qu’il faut de la « Lourde » donc à Chenille et bien blindée et pas as un engin à roues …Cela peu aussi dépanner/ évacuer un EBG…
    Par contre pour les MPG qui eux ont bien donné ( s’ils sont toujours en service) un successeur ?

  13. Carin dit :

    Il y a dans nos forêts des engins de coupes ou débardage, qui sont équipés de roues… avec un chaînage très serré. Ces engins passent n’importe où, ( boue,parfois profonde,sol très spongieux, etc…) et en plus du fait de leur chaînage très serré ils passent aussi sur route sans les inconvénients du chaînage très aéré de nos bagnoles..(intenses vibrations). Alors je me dis que si les forestiers utilisent ces engins, c’est qu’ils font le boulot! Et un huit roues motrices de 40tonnes bien chainé, il ne doit pas y avoir grand chose qui lui pose soucis. Et c’est pareil pour nos VBCI, si on ne veut pas qu’ils restent au hangar (comme vu dans un pays de l’Est où nous étions en réassurance OTAN), il faudrait peut-être que nos milis s’équipent de ces chaînages. C’est pas cadeau, mais d’après les forestiers l’effet est le même que notre bagnole avec ou sans chaînes, on passe ou pas.

    • PK dit :

      En fait, les engins de débardage sont assez légers et avec de très grosses roues. Ce sont d’ailleurs essentiellement un moteur et des roues. C’est pour cela qu’ils passent pas trop mal. Mais ne vous y fiez pas trop : ils sont essentiellement sur du dur pour charger et tracter, sinon ça passe mal. Le treuil est le truc le plus utilisé, à partir d’un sol dur.

      Bref, pas la panacée. D’ailleurs les engins de coupe mobiles sont revenus à la chenille (double, avant et arrière) parce que, eux, sont au milieu de la merde tout le temps…

      • blondin dit :

        sur ces engins on voit souvent des roues équipées de chenilles, par groupe de 2 essieux. C’est peut etre une bonne solution, on reste sur les roues pour les déplacements rapide et montage des chenilles quand le besoin s’en fait sentir. Mais sur le terrain, ça doit surement pas être évident…

  14. Bricoleur dit :

    Cela fait 20 ans, au moins, que le projet est en route … Il a été question d’un EGACOD (engin du génie d’appui au combat débarqué) avec les Italiens vers 2005, puis de l’achat du TERRIER britannique vers 2010 / 2015 (trop cher : 7 M€ pièce !). On n’aura rien opérationnel avant 2030 puis qu’on part d’une feuille blanche qui ne semble encore pas écrite définitivement par l’Etat-Major. Admettons que l’engin proposé par CNIM / Texelis pour les forces « médianes » soit adéquat pour nos opérations africaines, mais pour le combat de haute intensité des forces lourdes avec LECLERC puis MGCS ( tant prôné par le CEMAT actuel), il faut un engin dédié en plus avec des chenilles (impossible de pousser des maison écroulées avec des pneus, ou tout simplement de passser au dessus de l’obstacle), lourdement blindé, téléopéré, avec une énorme pelle qui participe à sa protection; un bull quoi ! …. CATERPILLAR en a un plein catalogue à proposer (voir ISRAEL pour les conseils).

  15. Nexterience dit :

    La mobilité est essentielle pour les conflits futurs.
    Faire le choix d’un engin à roues est un choix de mobilité stratégique. Projetable, réactif, il sera vite au bon endroit malgré ses capacités moindres qu’un engin lourd.
    L’idéal serait la commande de quelques EPG sur base DCL en complément mais contrairement à son rival allemand, personne ne l’a commandé : trop cher.

    https://images.app.goo.gl/8cpnF5Lnnu8NWpVE6

  16. basstemp dit :

    Typiquement le genre d’engin ou il n’y a pas d’impératif de souveraineté empêchant de lorgner vers un achat sur étagère ou sur commande a développer , a l’étranger …

    La France devra réfléchir par contre a sa souveraineté technologique et industrielle concernant de futur chars ou il me parait évident qu’il faudra réactiver l’industrie que les thuriféraires de la république ont eux même démantelé ! C’est a dire les ateliers détruits avec le démantellement de GIAT , bon après ça peut très bien se faire sur la base de Nexter

    Nous savons très bien que le projet franco-allemand notamment pour le SCAF fonce au fiasco anti-national du fait que les allemands obéissent aux USA qui veulent la mort de nos industries dans ces domaines

    De la, nous devrons a tout prix anticiper le retrait français en conséquence concernant les projets de chars, d’autant qu’on a relativement le temps : Le Leclerc XL pourra probablement tenir jusqu’a 2035 au moins (voir 2040) , après certes il y a aura probablement un besoin + urgent concernant le format de chars moyens, sur une base bien entendu classique (une tourelle avec un canon performant) et qui devra assumer une capacité anti-aérienne de courte portée pour pouvoir se défendre face a des hélicos anti-chars voir aussi des drones (contre des fighters je pense ça sera + délicat)

    Il serait pas mal aussi au de la du MMP que MDBA puisse réfléchir avec Nexter a pouvoir en faire une base de missiles mixtes capable d’assurer une capacité AA (courte portée, genre 10km max) et Anti-char sur le même corps missile , ou il n’y aurait qu’a devoir changer de tête missile + charge selon type de cible, le char devra alors simplement emporter un mixte de missiles (pas de changement de têtes et charges a bord bien entendu) a savoir réfléchir a au moins 20 vecteurs embarqués et un lanceur solide qui ne passe pas HS au moindre impact de balles …

    • dolgan dit :

      Pour du missile antichar moderne, la charge n’est plus placée dans la tête mais à l’arrière entre le carburant et le moteur. Ceci afin de ne pas être détruite par les briques réactives.

  17. blondin dit :

    Sur les 400 leclerc de départ, on doit bien en avoir 140 environ qui dorment quelque part, on pourrait peut-être utiliser les caisses et monter les bons équipements dessus, bras hydraulique, lame… Solution qui permettrait de ne pas avoir à tout développer et on serait sur une base connue.

    • dolgan dit :

      oui, mais pas tant que le remplaçant du leclerc ne sera pas en livraison. Faudra attendre Titan pour ça. Je sens que l’EBG va être reprolongé.

      Il existe déjà un proto, cf message de nexterience plus haut.

  18. Vieux sapeur dit :

    Merci Carin de rappeler que des chaînes bien utilisées transforment totalement la capacité tout terrain d’un engin à roues. Moult écolos se plaignent d’ailleurs des dégâts en forêt mais les exploitants passent partout ou presque.
    L’ armée allemande est fidèle à leur emploi. Sans parler des armées nord-européennes, canadiennes et américaines. Pour l’armée française, il faut remonter aux années 70 -90 en … Allemagne. Il faut mettre cet emploi dans la fiche de besoin du MAC. Voir par exemple: http://www.rud.com › RUD_Forstketten_2015_DE_EN_FR
    Quant à l’idée de la remorque, remontons aux années ci-dessus pour l’ évacuer vite fait en se remémorant les affres dus à la remorque ARE du VCG. Le pauvre Véhicule Combat du Génie sur châssis AMX 13 VTT avait déjà de la peine à sa trainer. Avec sa remorque, c’était catastrophique. Cette remorque a, d’ailleurs, été rapidement abandonnée officiellement, après que les équipages les laissaient … au garage pour ne pas être ridicules auprès des unité appuyées. Le matériel de complément, si besoin, c’est dans un PPLOG !