Covid-19 : Des tests individuels et complémentaires doivent être réalisés auprès des marins du BCR Somme

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

15 contributions

  1. Stoltenberg dit :

    Et pourtant O. Veran nous a expliqué que tester les personnes ne présentant pas de symptômes n’a aucun sens. Peut-être que si…

  2. Marc mora dit :

    Je me demande bien comment ca se passe sur nos BPC ???….a vrai, dire on, je sais déjà comment ca se passe…mal, mais on vous le dira pas tous de suite

  3. Buburoi dit :

    Il faut tester tous les équipages pour savoir qui est porteur du virus et il faut commander les tests qui sont fabriqués en allemagne et en suisse. A part à l’Institut hospitalo universitaire Méditerranée Infection, on sait qu’il y a un manque de matériel pour les tests dans le reste de la France. Il ne faudrait pas mélanger les porteurs de virus et ceux qui n’ont pas été contaminés.
    Lorsqu’on aura réalisé ces tests, on s’apercevra que le taux de contamination est très important.

    • Pravda dit :

      Le test par prélèvement nasal a 30% d’erreur, il faudrait deux test à une semaine d’écart pour avoir une bonne fiabilité. Malheureusement, sur un bâtiment il est impossible de respecter les distances minimales (entre 1,5 et 6m suivant les études), donc à moins de porter un masque durant son quart, de tout désinfecter…. le virus une fois entré, touchera une bonne partie de l’équipage.

  4. ULYSSE dit :

    @stoltenberg. vous devez être mal entendant….ou mal comprenant.
    Les capacités d’analyse (nombre de tests disponibles, capacités des laboratoires…) imposent des tests ciblés. Quand des cas sont détectés au sein d’une communauté (cluster selon le vocabulaire médical) , la communauté est testée pour identifier les cas contacts. Pour faire court.

  5. Fred dit :

    Le ministère des armées assure que toutes les précautions ont été prises à bord [du Charles De Gaulle] afin de limiter la propagation du virus, et notamment que tous les marins présentant des symptômes ont été isolés de l’équipage. Selon les informations de Mediapart, ce n’est pas le cas. (…)
    Selon les informations recueillies par Mediapart, la situation sanitaire est devenue quasiment hors de contrôle, à tel point que le nombre de contaminés pourrait être bien supérieur au chiffre fourni par le ministère. Contre toute précaution élémentaire, certains marins testés positifs ont continué à partager leur chambre avec des marins en bonne santé et le commandement a tardé à mesurer l’ampleur du problème, se réjouissant de l’absence de cas sur le bateau et allant même jusqu’à « assouplir » les gestes barrières alors que toute la France était confinée. (…)
    « Nous allons assouplir certaines mesures barrières qui avaient été prises », annonce le médecin-chef du bateau dans la même lettre (classée « diffusion restreinte »), destinée aux familles et datée d’avril 2020. (…)
    Dans ce bateau où la promiscuité est permanente, où les militaires partagent tous leur chambre (de deux à vingt-quatre lits), il faut rapidement prendre en charge les malades et les isoler du reste de l’équipage. Le ministère des armées assure que c’est ce qui a été fait. Une zone a été prévue pour cela : la « tranche Alpha » du bateau, d’une capacité de 127 places, dont la ventilation peut être mise en dépression afin d’éviter la propagation du virus au reste du bâtiment. (…)
    Ce n’est pourtant pas ce que disent les familles de marins du Charles-de-Gaulle. Lorsque le marin évoqué plus haut a « commencé à développer des symptômes très caractéristiques du Covid-19 », il « est allé à l’infirmerie, où il a été assez mal reçu », raconte son proche. « L’infirmier lui a dit, en résumé, qu’on ne pouvait pas faire grand-chose pour lui et qu’il ne pouvait pas être confiné car il n’y avait plus assez de places [en tranche Alpha – ndlr]. Il a refusé d’inscrire dans son dossier médical qu’il présentait ces symptômes » (…)
    « À partir du 3 ou 4 avril, la situation a empiré très rapidement, relate le proche du premier marin. Beaucoup de gens ont eu des symptômes. Dans certaines chambres, tout le monde toussait ; quand ils travaillaient, tout le monde toussait. » Plus grave encore : toujours selon cette source, plusieurs marins sont restés avec les autres, sans changer de chambre, même après avoir été testés positifs au Covid-19. (…)
    Cinquante cas ont été testés positifs, a annoncé le ministère des armées. Problème : seuls soixante-six marins ont été testés sur un équipage de 1 750 personnes. Les tests ont depuis été généralisés, mais le ministère refuse pour le moment de communiquer leurs résultats (…)
    Le ministère (écrit) à Mediapart le 12 avril, « le fait qu’un marin ayant présenté des symptômes sorte de la zone confinée une fois les symptômes disparus ne veut pas pour autant dire qu’il représente un danger pour le reste de l’équipage ». En tout cas, « pas plus par exemple qu’un autre marin qui n’aurait jamais présenté de symptômes, mais qui pourrait quand même être contagieux ». En somme : puisqu’on n’en sait rien, prenons le risque. Un esprit retors pourrait rétorquer au ministère que si l’on suit ce raisonnement jusqu’au bout, il faudrait déconfiner toute la France. (…)
    Les 1 760 membres d’équipage pourraient même, dans les prochains jours, avoir le plaisir de participer à des activités collectives. Une note diffusée aux marins quelques jours avant d’accoster, et répartissant les tâches, charge ainsi l’un des gradés du navire de « l’organisation de la vie des marins sur le centre » et en détaille le contenu : « appel, cohésion, sport, loisirs, Internet, wifi, téléphone, etc. » Les marins en quatorzaine vont-ils (encore) se mélanger à l’occasion de parties de football ou de soirées barbecue ? Leurs proches, un brin dépassés, préfèrent en rire (jaune). (…)

    • Plusdepognon dit :

      @ Fred
      Au moins on connaît un des gros titre des journaux télévisés de demain…
      https://lemamouth.blogspot.com/2020/04/668-cas-de-covid-sur-le-gan-toulonnais.html

    • LEONARD dit :

      Dans les faits, il était temps de rentrer: 668 contaminations…….et tout le monde n’est pas encore testé !
      https://lemamouth.blogspot.com/2020/04/668-cas-de-covid-sur-le-gan-toulonnais.html

    • Fred dit :

      Le ministère vient de répondre (partiellement) sur le nombre de cas positifs du Charles De Gaulle (Dépêche AFP) :

      « En date du 14 avril au soir, 1.767 marins du groupe aéronaval ont été testés. La grande majorité de ces tests concerne à ce stade des marins du porte-avions. 668 se sont révélés positifs », indique le ministère dans un communiqué. Parmi eux, « 31 sont aujourd’hui hospitalisés à l’hôpital d’instruction des armées Sainte-Anne de Toulon (sud), dont un en réanimation », est-il précisé.
      Ce bilan temporaire est amené à gonfler encore car « 30% de ces tests n’ont pas encore livré leurs résultats », et « la campagne de tests est encore en cours », selon le ministère.

  6. Jean-Michel dit :

    Un tiers des marins du porte-avions Charles de Gaulle positifs au coronavirus

    Alors que le Charles de Gaulle ne comptabilisait officiellement que 50 cas vendredi dernier, les tests réalisés en début de semaine ont révélé que 668 marins se trouvent contaminés. Mardi soir, 1767 militaires avaient été testés sur les quelque 1900 qu’embarque le GAN (1700 pour le porte-avions et 200 pour les navires qui l’accompagnent) et le résultat de 30% des tests n’était pas encore connu.

    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/france-un-tiers-des-marins-du-porte-avions-charles-de-gaulle-positifs-au-coronavirus-20200415

  7. précision dit :

    Plusieurs dizaines de cas dans le groupe aéronaval? J’ai cru lire un tiers testés positifs sur le Charles de Gaulle! Enfin c’est la propagande russe peut être…

  8. luc dit :

    En somme un Gros Cluster Maritime