L’entretien d’une caserne parisienne a été confié à une entreprise dont le patron ferait l’objet d’une « fiche S »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

29 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    Un peu comme Louvois, interdiction d’en parler.
    https://www.franceculture.fr/droit-justice/fiches-s-fpret-fsprt-plongee-dans-les-fichiers-de-l-antiterrorisme

    Seulement à un moment la poussière sous le tapis le transforme en tente.

  2. Le sicaire dit :

    Ayant répondu à une vingtaine d’appels d’offres de services auprès d’institutions publiques nationales, régionales, départementales et locales et en ayant gagné certains, je peux témoigner de l’incompétence généralisée dans les processus d’achats de ces institutions. Quant aux contrats, 100% contiennent des clauses léonines… Et même parfois le BPU (Bordereau de prix unitaire) est absurde par rapport à la réalité du service demandé.

  3. Tintouin dit :

    Ils sont stupides ou bien… stupides?
    On a les mêmes dans le privé… sauf que là c’est de la stupidité criminelle !

  4. revnonausujai dit :

    Dangerosité du personnage ou réglement de compte entre DGSI er DRSD par volatile interposé ?
    Au niveau de bololo et de déliquescence de notre pauvre pays, plus rien n’étonne !

  5. Barfly dit :

    On fait quoi ? On rit ou pleure ?

  6. Titeuf dit :

    C’est un nouvel épisode de la 4ème dimension ?
    Non non… C’est réel.
    Ah OK.
    Et sinon ?
    Nickel tous roule comme sur des roulettes !!!
    On va se réveiller un jour quand même ?

  7. Buburoi dit :

    Il faut arréter cette complaisance envers les fichés S. Ce ne sont pas des bisounours, ce sont nos ennemis. Comme on ne peut pas les mettre en prison, car les juges « gauchistes »s’y opposent, il faut les expulser vers un pays musulman avec interdiction définitive de séjour en France. Face à la guerre que nous livre Al Qaida, il faut des lois d »exception et dénoncer la cour européenne des droits de l’homme.

    • Clément dit :

      Vous vous méprenez sur le rôle du fichier S. C’est un fichier de renseignement : les gens qui sont dedans en sont au stade « louche » et donc nous les surveillons. Si ils sont arrêté où déportés, on grille la surveillance.

      Et ok, on envoi les fichés S salafistes dans des pays musulmans. Mais les fichés S hooligans on les envois en Angleterre ? et les écolos au Danemark ? et les amateurs de musique électronique en Allemagne ? les gauchistes à Cuba ? les fachos en Hongrie ?

  8. tartempion dit :

    Les autorités françaises seront incapables à l’avenir de faire face aux sabotages , aux actes de terrorisme , à la subversion et autres forme d’actions visant à déstabiliser le pays .Aveugler durant des années par l’idéologie de la repentance sur fond de lutte anti-raciste cela a eu par effet le regroupement , l’intégration massive de populations africaines et nord-africaines essentiellement musulmanes. Ces étrangers devenus du jour au lendemain des français de papier ont longtemps donné le sentiment aux politiques que l’action entreprise atténuerait le fait colonial , certains pensaient même qu’il serait bénéfique d’ assimiler et /où d’intégrer ces millions de gens venus faire tourner l’économie du pays à plein régime.D’ailleurs , certains industriels français à l’instar des militaires n’ont pas hésité à anticiper leurs besoins en main d’oeuvre servile et ou chair à canon en recrutant directement dans les villages les plus reculés du Maghreb et d’Afrique noire des populations majoritairement analphabètes dans le seul but de les employer à bas coût de main d’oeuvre .

  9. Rien de neuf !

    En 1997 je faisais des petits boulots de gardiennage, je bossais à la grande bibliothèque F. Mitterrand de nuit, c’était les croisades, il y avait un gros paquet de sympathisants jihadistes et proches du FIS, ils imposaient leur loi et quand on remontait les infos à la direction, comme quoi c’était délicat de bosser avec eux sur un lieu sensible comme celui-là, personne ne donnait suite !
    Alors la caserne là, ça m’étonne qu’à moitié …

    • Robert dit :

      Souvenir,
      La RATP a pratiquée la même politique de déni de réalité, encouragée par la CGT, entre autres syndicats immigrationnistes.

  10. MAS 36 dit :

    Le travail de fourmi c’est fastidieux au quotidien, mais ça permet de ne pas baisser la garde quand on est conscient de l’importance de sa mission. Et oui même au Royaume Uni , un terros qui fait 1/3 de sa peine, bracelet à la patte, et banzaï.

    Il y a du monde qui complote dans l ombre, raison de plus pour que chacun soit rigoureux, à tous les niveaux.

  11. petaf dit :

    c’est comme une très grosse partie des femmes de ménages qui travaillent dans des enceintes militaires , elles sont bien souvent originaires de l’autre coté de la méditerranée mais bon pas d’amalgame …

  12. Nobody dit :

    Jusqu’où nous conduira notre lâcheté ?

  13. AR/O dit :

    Quand l’incompétence le dispute à l’inconscience…
    Serait il possible d’envoyer un fax ou un télégramme aux « responsables » avec le nom et la photo des « most wanted » du conté lorsqu’ils ouvrent les portes d’une emprise à une société extérieure ?
    Ou un coursier en diligence vu qu’apparemment les recoupements par informatique c’est trop demandé.
    On blague pour pas pleurer.
    On atteint un niveau record quand même.

  14. Arnaud dit :

    Il n’y a aucune stupidité. Le fichier des fichés S n’est pas accessibles aux administrations qui passent les marchés.
    De plus, au nom de la non stigmatisation, demander un contrôle élémentaire ou une enquête d’habilitation n’est possible que si on le justifie. Quant à la DGSI, elle fait certes son travail, mais il est de notoriété publique qu’elle ne coopère pas avec les armées (et réciproquement d’ailleurs). De plus, le dernier attentat a eu lieu à la préfécture de Paris…au service des renseignements. Donc mieux vaudrait rester humble.
    Quant au fond du problème il n’est pas sur le marché. Si une personne est fichée S, c’est qu’elle représente un danger grave. Si on avait une once d’intelligence, ces personnes seraient placées en rétention, en détention ou expulsées selon leur statut. Dans la mesure où on les laisse en liberté, il ne faut pas s’étonner… Pour faire une surveillance, il faut 20 à 30 agents. Avec 22.000 fichés S (sans compter ceux qui n’en sont pas loin), il faudrait donc 600.000 agents pour les surveiller… Bref, il faut juste se dire que nos politiques ont renoncé…A ce stade, la seule option serait une vraie volonté politique d’en finir.

  15. AR/O dit :

    @Arnaud
    Je jouais au débile vous l’aurez compris.
    Pour revenir sur la fiche S il me semble actuellement dangereux de mettre sur le même plan « réglementaire » un écolo radical, un indépendantiste Corse et un affilié potentiel à Al Qaida.
    On joue avec le feu et un jour on va sérieusement se brûler, au-delà des attentats plus ou moins organisés, des listes entières de compatriotes affiliés police ou armée vont fuiter chez les squatteurs salafiste, ainsi que des plans de casernes et emprises.
    On joue réellement avec le feu.
    Quand à la surveillance vous avez raison elle consomme de l’humain et même si elle prévient des actes élaborés elle ne peut suivre tous les dingues qu’on laisse prospérer ici.

  16. basstemp dit :

    hashtag facepalm … J’en ai ras le c*l de ce SHC qu’est « deviendue » la France … Oui SHC, c’est le nouveau acronyme du turfu post-Trump pour dire Shit-Hole Country

  17. Jm dit :

    Concernant l’habilitation de cette entreprise, c’est un peu plus complexe que ça, mais ça n’excuse rien.
    D’abord, il est normal que la DGSI alerte immédiatement, c’est quand même sa mission de suivre les fichés S et les autres, et dès qu’un évènement survient, c’est son rôle d’alerter.
    La DRSD n’a pas cette mission, même si elle doit en être informée dès que cela touche aux quatre piliers de sa mission globale.
    Et le Canard a beau jeu de vouloir créer une polémique entre les deux services, il s’agit simplement de repositionner chacun dans son rôle et sa mission.
    L’habilitation (ce n’est pas le terme exact mais c’est plus simple pour expliquer) et les contrôles sont normalement déclenchés avant le début d’exécution du marché, et l’entreprise ne peut débuter l’exécution du marché que quand tout est revenu « clair » ou que le commandement accepter le risque qui lui a été exposé.
    Mais il a pu se passer deux choses :
    – soit le commandement n’a pas jugé utile de déclencher cette demande d’habilitation, estimant qu’une entreprise civile effectuant des service d’entretien dans une zone non sensible ne vaut pas la peine d’engager une telle procédure un peu longue, et c’est souvent le cas, (on voit souvent des entreprises rentrer avec « l’autorisation »du Chef de Corps ou d’un Commissaire qui a signé le contrat, ce qui vaut, pour lui, laissez-passer, on a tous connu des femmes de service qui change parce qu’une est malade, l’autre est en vacances, la dernière fait le ramadan, et elles sont remplacées par on ne sait qui, venant d’on ne sait où, sans même être sûr qu’elle appartiennent à la société, voire même simplement déclarées, ce qui engage la responsabilité de Chefs – maintes fois dit mais jamais pris en compte)
    – soit le dossier d’habilitation a été déposé en temps, mais cela prenant du temps (environ entre 2et 4 mois pour cribler tout et tout le monde), cette société a été autorisée à entrer en attendant les résultats, ce qui me semble plus cohérent, car les renouvellements de marché de ce type se faisant généralement à la rentrée des mutations, septembre plus 2 à 3 mois, on est en plein dans le timing.
    De plus, si la DGSI a diffusé l’information, c’est qu’elle a été informée en parallèle, ce n’est pas parce qu’elle suivait cette personne ou cette entreprise particulièrement, sinon, elle l’aurait laissée agir en informant la DRSD, c’st plus facile de suivre quelqu’un quand on sait …..où il est !!!!!! et surtout quand c’est un autre service qui fait le boulot, et qui rend compte, lui, c’est dans ses gênes !!!
    Et il ne faut pas penser qu’il y a une guerre des services ; les gars en bas s’entendent tous normalement, se parlent et se côtoient, s’échangent des infos, et mutualisent les infos et même le matériel (le seul service qui avaient décidé d’être indépendant était feu les RG, et c’est ce même service – qui porte un autre nom – qui est à mon avis à l’origine des dysfonctionnement de PP.
    La seule guerre connue est celle des grands chefs qui jouent leur carrière et leur égo, à savoir qui va être le premier à donner l’info au ministre, et si on peut la glisser au Président, c’est encore mieux.
    Enfin, il est vrai que depuis que les commissaires ont pris la main sur l’administration des marchés, choisissant de façon illégale le moins disant au détriment du mieux disant, qu’ils font ce qu’ils veulent sans a minima informer les gueux parce qu’incultes à leurs yeux, que la sécurité n’est pas leur problème, qu’ils servent au lieu de servir – et oui, il est surprenant de voir un commissaire rentrer chez lui tous les jours avec une Mégane flambant neuve affichant 1000 km, et qui reste à longueur de journée de travail sur le parking (interdiction d’y toucher, c’est MA voiture ), alors que des véhicules de la DRSD affichent pour certains plus de 200 000 km, et sans parler des autres unités…nous avons des sociétés avec des personnels douteux, issus de pays religieusement belliqueux.
    Mais comme l’écrit plus haut Plusdepognon, interdiction d’en parler.
    Je l’avais déjà écrit ici-même, c’est carrément et très souvent le commandement qui cache des informations de sécurité à la DRSD, croyant toujours qu’ils ont affaire avec l’ex – SM. Combien de fois n’a-t-on pas entendu la phrase « on n’en parle pas à la SM, sinon, on ne va pas s’en sortir. Alors que c’est tout le contraire, le commandement a la chance d’avoir à sa »botte » un service discret, qui sait se taire comme tout militaire, qui est à son service 24h sur 24, et surtout….gratuit.
    Alors, c’est vrai que parfois, quand la DRSD l’informe de certains points, cela ne fait pas toujours plaisir, mais il faut savoir ce que l’on veut.

    • Marco dit :

      Ah tiens, « les commissaires auraient mis la main sur l’administration des marchés »? Fantasme quand tu nous tiens. En matière d’achat public, les achats réalisés par les commissaires sont sans doute peanuts par rapport aux marchés de construction ou d’armement du ministère. Quant à votre affirmation « on voit souvent des entreprises rentrer avec « l’autorisation »du Chef de Corps ou d’un Commissaire qui a signé le contrat, ce qui vaut, pour lui, laissez-passer » », elle mériterait quelques exemples parce que vos affirmations semblent tout de même un peu datées… Par ailleurs, le commissaire qui a signé le contrat est sans doute à quelques centaines de kilomètres de l’endroit où s’exécute le marché.

      • Jm dit :

        Ha, le monde des bisounours et celui des responsables mais pas coupables !!!!

        « Les commissaires auraient mis la main sur l’administration des marchés »? Fantasme quand tu nous tiens. En matière d’achat public, les achats réalisés par les commissaires sont sans doute peanuts par rapport aux marchés de construction ou d’armement du ministère »
        Sur une base aérienne, comme dans toute unités de France et de Navarre, tous les marchés à l’exception de l’armement et du bâti dur passent entre les mains des commissaires. Multipliés par le nombre d’unité des armées, ça en fait des marchés, d’autant que vous savez très bien, en fin politicien que vous êtes, que les lignes des marchés de constructions et d’armement ne relèvent pas de l’autorité des commissaires, mais ça, vous vous gardez bien de l’écrire.
        Mais ce que vous omettez également d’écrire, c’est que vos décisions au niveau local avec l’autorité que confère votre fonction impacte directement sur la vie et la sécurité des militaires ; les marchés locaux d’entretien, les marchés locaux de maintenance, les services induits par les fonctionnements des photocopieurs, etc, etc. Vous savez, tous ces marchés où systématiquement, et contrairement à la loi, vous prenez toujours le moins disant, impliquant de facto que les personnels des entreprises sont payés à coup de lance-pierres, et majoritairement issus des populations à risque.
        Et comme la fiabilité n’est pas leur crédo (absence à répétition, maladie répétitive, voyage à l’étranger, pratique religieuse), et que la sécurité n’est pas le votre, les personnes vont et viennent comme elles l’entendent, se remplacent au dernier moment, alors que chaque personne de chaque entreprise doit être listées précisément, et chaque changement de personnes, même pour une journée ou pour une heure, doit donner lieu à une information préalable afin d’effectuer les contrôles induits. Au donneur d’ordre. Donc à l’autorité signataire du contrat……qui doit en informer son service de sécurité…..

        A un moment donné, il va falloir expliquer à quoi servent les commissaires que l’on paye à prix d’or pour finalement a priori ne pas faire grand-chose : dans un post précédent, ce ne sont pas eux qui passent les marchés de l’habillement des marins, tout juste sont-ils consultés pour …la couleur et les mesures – ce n’est pas moi qui l’ai écrit, mais a priori un commissaire qui a répondu
        Là, ce ne sont pas les commissaires qui signent les contrats d’entreprise et vérifient à la fois leur légalité et leur conformité. Mais qui signe?
        Mais alors, que font-ils ? Il me semble qu’un de nos correspondants sur ce blog a répondu, pour les avoir fréquentés de très très près : ils font …leur carrière. (Revenez un peu en arrière sur un post précédent).

        Parce que quand je lis « « Par ailleurs, le commissaire qui a signé le contrat est sans doute à quelques centaines de kilomètres de l’endroit où s’exécute le marché », il y a comme un problème dans l’énoncé : vous commencez votre propos par un fantasme répandu comme quoi « les commissaires auraient mis la main sur l’administration des marchés », et vous concluez par le fait que le commissaire qui a signé le contrat est à des centaines de kilomètres !!!!
        Alors, ils signent ou il ne signent pas les marchés et les contrats ; faudrait savoir ???

        « Par ailleurs, le commissaire qui a signé le contrat est sans doute à quelques centaines de kilomètres de l’endroit où s’exécute le marché »

        Là où je suis en colère, c’est que vous semblez dédouaner le commissaire qui a signé le contrat de toute responsabilité en matière de sécurité. Parce qu’il est loin !!!!!!
        Monsieur, d’abord, ce commissaire est un militaire, et comme tout militaire, il est responsable de la sécurité des autres militaires, surtout en sa qualité d’officier, comme les autres assurent sa sécurité la nuit, en mission ou autre.
        Le fait de signer un contrat même loin de son exécution engage directement sa responsabilité, car il est garant aux yeux de l’état de la légalité et de la conformité dudit marché. Y compris en matière de sécurité.
        Au regard de l’application de l’IGI 1300 et de l’ensemble des textes dérivés, il est tenu de s’assurer que l’ensemble des mesures de sécurité légales et réglementaires est mis en œuvre et appliqué pour l’exécution d’un marché, quel qu’il soit.

        • Marco dit :

          Ne faites pas semblant de vous mettre en colère, lisez plutôt ce que j’écris, essayez d’être un peu cohérent et ne me prenez pas pour ce que je ne suis pas. Et si vous pouvez résumer votre pensée, cela aidera sans doute à la rendre plus compréhensible. L’amertume étalée à longueur de page ne donne pas de la DRSD une image meilleure que celle que s’en font encore nombre de militaires.

        • Jm dit :

          J’ai oublié de répondre à une de vos sollicitations : vous voulez des exemples de sites où on rentre avec l’aval du chef de site sans aucun contrôle ou le simple contrôle du chef parce qu’il……connaît la personne, ça fait des années qu’elle vient, elle venait déjà du temps de mon prédécesseur. Vous ne l’avez jamais entendu, celle-là ? Vous savez, la femme de service qui remplace la femme de service qui elle-même est absente parce que malade, mais comme elle a la blouse de la société…..C’est ce qu’on voit dans tous les CIRFA non insérés dans un site militaire, c’est ce qu’on voit dans toutes les DMD extérieures, c’est ce qu’on voit dans toutes les unités isolées dès lors qu’elles ne traitent pas de système de transmission ou de gestion et stockage de munition, et c’est ce qu’on voit dans tous les hébergements où sont logés les militaires en missions, et ce n’est pas ça qui manque sur Paris, par exemple, autour de Balard. Tous ces sites d’hébergements référencés (Voltaire et autre) dont le responsable ou le directeur est « responsable » de l’entretien, et donc « fait » de son mieux pour réaliser cette mission à moindre coût, (et oui, il faut faire du bénéf) et fait venir les sociétés et les agents selon son budget ; agents qui ont accès aux chambres et tout ce qu’elles contiennent sans aucune surveillance.
          Et je ne parle pas de ceux qui ont la charge de l’entretien des photocopieurs possédant une mémoire (et pire encore quand ils sont en réseau) , parce qu’il n’y a rien de plus facile de venir changer les toners (parce que c’est le marché), et échanger la carte mémoire sans que quiconque y voit quoi que ce soit, car souvent, les photocopieurs sont positionnés à des endroits où ils sont accessibles à tous (mutualisations des moyens) et surtout où on les entend le moins, donc loin des yeux.
          Et une fois la carte récupérée, on a la totalité des copies réalisées et des impressions lancées.
          Mais bon, ce n’est que dans les films.
          C’est ce que tout le monde disait du temps de l’affaire Pétales de Roses……

        • Marco dit :

          Pour préciser un peu ce que vous n’avez pas compris : je n’écris pas que le fait d’être loin exonère quiconque d’une responsabilité; mais simplement qu’il faudrait m’expliquer comment le signataire d’un marché, tout commissaire qu’il soit, est en mesure de donner une autorisation d’entrée sur une emprise située à quelques dizaines ou centaines de kilomètres s’il n’est pas lui-même chef d’emprise…

  18. breer dit :

    Les syndicats FO, CGT etc… sont devenus des organes perverties du systèmes, presque tous d’obédiences de gauche voire ultra gauches, évidemment ils favorisent avec plus ou moins de bonnes intentions l’accès à l’emploi à de plus en plus de populations d’origines étrangères (et de religion musulmane) qui permet du coup à tous les anti français (extrémistes, délinquants, revendicateurs chroniques) de s’infiltrer dans les rouages du système par la petite porte, pour le déstabiliser toujours un peu plus…Les effets positifs de l’immigration (ou le peu qu’il y en a eu) s’est à présent transformé de manière négative … pour le plus grand bonheur des français de souche..

  19. Jean dit :

    Demain on attribuera des marchés à des entrepreneurs pédophiles pour des prestations dans les écoles maternelles. Rien d’impossible puisque ce sont les prix qui commandent devant toutes autres considérations. On est à 100 000 lieues du choix du mieux disant qui n’a JAMAIS été appliqué.

  20. Curiosité dit :

    C’est quoi le statut d’une personne fichée S ou avec une autre lettre ??? Je parle pas du comptoir de philosophie, mais de code pénal…