CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Selon le général Lecointre, on compte, par an, entre 250 et 300 militaires français blessés en opérations

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

41 contributions

  1. Raymond75 dit :

    En 2016; il y a eu 514 morts par accident du travail en France, 34 202 avec incapacité permanente, et 626 227 accidents avec arrêt … Mais ce ne sont que des civils :c’est sans importance : pas de cérémonie ni de reportage avec sanglots de la famille et des amis.

    En dix ans de guerre en Afghanistan, il y a eu environ 110 morts, dont 30 % par accident.

    • Pascal (l'autre) dit :

      « En 2016; il y a eu 514 morts par accident du travail en France, 34 202 avec incapacité permanente, et 626 227 accidents avec arrêt  » Mettre en opposition des décès civils et des décès militaire est complétement débile! Mais venant de vous …
      « Mais ce ne sont que des civils :c’est sans importance : pas de cérémonie ni de reportage avec sanglots de la famille et des amis. » Ces propos ne font que confirmer brillamment ce que j’écrivais plus haut!

    • Tertia Optio dit :

      Je sais que Raymond ça rime avec c–, mais je vais quand même perdre quelques minutes de mon temps pour essayer de vous expliquer la différence…
      Etre militaire et plus particulièrement soldat (je fais la différence…) c’est être au service de son pays et c’est se porter volontaire pour pénétrer dans des espaces de violence. C’est accepter la mort comme hypothèse de travail (voir livre du Col Goya). Voilà pourquoi on ne peut comparer cette profession avec aucunes autres, même si les accidents de travail comme vous les citez sont nombreux, ça n’a rien à voir!!!. On pourrait débattre bien plus longuement, notamment sur les traumatismes et blessures psychologiques, mais je suis fatigué de lire des inepties comme les vôtres…

    • Sampiero dit :

      Votre raisonnement ne tiens pas. Des civils ne montent pas dans un véhicule en sachant qu’une fois arriver à destination, ils risquent de mourir. 514 c’est triste, c’est malheureux mais c’est comme vous dites des accidents.

      La spécificité du métier des armes est d’allée jusqu’au bout de l’engagement, à savoir la mort.

    • Lucide dit :

      On est sur un site d’actualité militaire ? Quel est l’utilité de votre commentaire ?

    • Maurice dit :

      Sans minimiser les conséquences des accidents de travail, il faut remettre les chiffres que vous annoncez dans leur contexte pour être comparé.
      En 2016 en France, la population active ayant un emploi est de 26,6 millions de personnes. La présence des militaires français en Afghanistan a été, en fonction de la période, de 3600 à 4000 soldats.

    • youpitralala dit :

      @raymond75:
      26 millions de salariés: 514 morts en 2016 soit 19.7 morts par millions
      moins de 0.28 millions de militaires : 18 morts en 2016 soit 64.2 morts par millions

      Oui pour les civils pas de reportage, que des cérémonies privées… ils ne prennent pas le risque de perdre la vie loin de chez eux pour vous et moi.

      Les militaires s’engagent pour servir un collectif… alors oui, respect et cérémonie publique… tout comme une cérémonie est organisée publiquement lorsque le civil décédé a oeuvré pour la communauté plus ou moins large… pour d’autre c’est l’anonymat… certain devraient y rester…

    • Paul Bismuth dit :

      @ Raymond 75
      Comparaison n’est pas raison. On pourrait aussi parler des forces de l’ordre:
      https://www.lefigaro.fr/actualite-france/plus-de-policiers-et-gendarmes-blesses-en-mission-en-2018-20191107

      https://lessor.org/a-la-une/violences-gendarmes/?utm_source=email&utm_campaign=La_Lettre_de_LEssor_n117&utm_medium=email

      La différence avec, par exemple, un civil qui meurt en tombant de son échelle… l’échelle n’a pas désiré quoi que ce soit. Et ne cherche pas à nuire aux intérêts français.
      Alors qu’un ennemi, si.

      Il faut bien se rendre compte que si nos responsables ont perdu de vue le rapport Bouchard et ne voient que peu d’intérêts à un citoyen-soldat qui meurt pour protéger l’intégrité du pays, peut être y reviendront-ils. Ou pas.
      https://operationnels.com/2019/01/27/entre-securite-interieure-et-defense-nationale-comprendre-le-concept-de-securite-nationale-2-4/

      PS: en Afghanistan, nous comptons 89 morts et 700 blessés pour l’équivalent de 70 000 soldats passés dans le pays (avec les rotations cela concerne nettement moins de soldats, car certains en ont fait plusieurs ).
      https://www.lepoint.fr/societe/89-soldats-francais-tues-en-afghanistan-et-deja-oublies-19-11-2016-2084223_23.php

      Je vous rassure, les temps changent. Vous souvenez vous de l’ex-Yougoslavie ?
      84 morts et 700 blessés pour l’équivalent de 100 000 soldats français déployés sur la durée.
      https://www.bruxelles2.eu/2010/06/03/84casquesbleusfrancaismortsenbosnie-onloublie/

      La différence avec les activités civiles, c’est que le gars d’en face nous veut du mal et qu’il s’y emploie de toute sa volonté.
      https://lavoiedelepee.blogspot.com/2019/08/do-ishi-n3-ressources-humaines.html

    • Plusdepognon dit :

      @ Raymond 75
      Un petit troll s’est emparé de votre pseudo ? C’est la mode en ce moment.

      Par rapport au civil, un « article » avait fait mieux que vous :
      http://www.slate.fr/story/13613/vous-ne-voulez-pas-mourir-trop-tot-engagez-vous-dans-larmee

      Dans les années pas si lointaines, certains régiments avaient un tableau au poste de filtrage annoncant le nombre de jours sans accident de la route en son sein. Le compteur revenait un peu trop souvent à zéro.
      L’armée de terre perdait sur les routes françaises pendant les temps de repos sur les routes françaises l’équivalent de deux sections en terme de décès et près de 250 blessés par an. Les autres armées, je ne sais pas.

      Au vu du métier, il est normal de se dire que les volontaires ne se bousculent pas surtout au service de la collectivité dans un monde individualiste et hédoniste comme celui de notre pays à l’époque actuelle.

      Il y a des métiers aussi ingrats, et bien plus que d’autres, dans le civil juste dans le ministère d’à côté, histoire de pas oublier les gendarmes et les policiers :
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/11/07/25-policiers-et-gendarmes-sont-decedes-dans-l-exercice-de-le-20622.html

      Nous avons évoqué les pompiers, il n’y a pas longtemps. On a franchi un cap dans la connerie et le nihilisme quand on en vient à s’en prendre à eux, c’est certain.

      Donc, oui il y a des métiers plus dangereux que d’autres, mais pour les proches le deuil est plus important que les chicayas ou les honneurs.
      Et ils préfèrent leurs proches vivants, entiers et en bonne santé physique et mentale. Ce qu’ils n’ont plus et certain(e)s pour toujours.

      Alors oui, un branleur de dindons peut mourir en pleine action, mais il n’a pas encore droit aux Invalides, ni au pont Alexandre III.
      Patience, une telle revendication fera certainement l’objet d’une petition sur les réseaux sociaux ou d’une cagnotte Leetchi.

      Plus sérieusement, si nous avions 900 morts et autant de blessés par jour, comme en 14-18, rassurez-vous il y aurait moins de ceremonial. Et puis, ça permet à certains de se refaire la cerise sur notre dos…

      Entre nous, on préfèrerai être dans un jeu vidéo avec plusieurs vies, trophées et mode invincible. Mais ce n’est pas le cas.

      Faudra en parler au grand barbu pour la prochaine fois (article 1: seul mon dieu est le bon, les suivants c’est pour se justifier de casser la gueule aux autres), passez devant si le coeur vous en dit :
      https://www.cairn.info/revue-recherches-de-science-religieuse-2003-1-page-45.htm

    • John dit :

      Sauf que les personnes décédées sur le lieu de travail ne sont pas mortes pour la France. Il faut reconnaître le courage de ces personnes. D’autant plus que les militaires français font bien leur travail. Rares sont les cas de crimes de guerre. Rares sont les cas d’incompétence.
      Les gars ont fait le choix de mettre l’intérêt de la nation au dessus du leur. Et vu la nature de leur job, les risques sont énormes ! Donc oui, il est absolument normal que des hommages leurs soient rendus.
      Ensuite, si vous voulez aller sur la technicalité de la chose, l’état étant l’employeur de ces personnes, leur patron c’est leur président Normal qu’il leur rende hommage. Au même titre que dans une entreprise privée…
      Ce genre de commentaire est décevant. Un minimum de compassion pour ces familles ne coûte pas grand chose.
      Il est d’ailleurs possible que des lecteurs connaissent certains militaires décédés.

      Ensuite, les morts par accident c’est dans quelle circonstances? Le gars dans sa tourelle avec le blindé qui se retourne sur lui alors qu’ils ne sont pas attaqués? La mort en hélico… Mais si ils prennent autant de risques en vol c’est justement parce qu’il y a un véritable risque d’attaque.
      En tant qu’humain, je suis plus sensible à ce genre de tragédie qu’à une autre…

    • MK Ultra dit :

      @ Raymond 75
      À première vue, vous êtes masochiste de venir dire des trucs comme ça sur un site comme Opex 360, surtout dans ces circonstances.
      La colère étant de mauvais conseil, voici deux petits conseils de lecture. Vous en ferez ce que vous voudrez.

      Vous auriez pu dire que le transfert de risque existe avec le mode d’action terroriste et la diplomatie suivie par les autorités de ce pays :
      https://lavoiedelepee.blogspot.com/2019/03/publie-dans-defense-et-securite.html

      Ce serait moins décalé comme discours. Cruel, car l’épée cède devant la toge, mais adapté à la situation.

      Un mort ou un blessé à soi vaut plus que tout ceux du monde entier. Et infantiliser les citoyens d’un pays les rends certes plus malléables, mais fait régresser le pays au niveau de vie du bac à sable.
      La crétinisation de certains hauts placés est établie également car « aussi que l’on soit assis, on ne l’est jamais que sur son cul ». Et la fessée n’est pas loin pour les garnements.

      Et nous sommes dans le même bateau :
      http://www.huyghe.fr/actu_1651.htm

      « Diviser pour régner » et « l’ordre par le chaos », ces théories politiques sont appliquées depuis des siècles et il en restera toujours quelque chose.

    • vrai_chasseur dit :

      @Raymond
      ….et sur les 514 accidents du travail mortels, la première cause est l’accident de trajet (accident de la route – source Ameli).

      dans la même année, il y a eu 8756 morts par suicide en France soit environ 1 toute les heures. De tous les pays industrialisés, seul le Japon nous devance sur le taux de suicide par 100000 habitant (source OCDE).
      On vous souhaite de ne pas gonfler ce dernier chiffre, l’honneur militaire aux morts semble vous désespérer.

    • Bangkapi dit :

      Raymond cela fait des années que vous nous servez cette même rengaine.
      A croire que chaque mort et blessure de soldats vous réjouis pour nous resservir ce plat.
      J’ai été militaire et quand j’allais sur le terrain c’était sur ordre et pour servir la Légion et mon pays et pas pour le fric.
      J’ai été marin pêcheur ( autre profession très dangeureuse ) et quand j’allais en mer c’était pour gagner du fric et personne ne m’obligeait d’y aller.
       » mais ce sont des civils : c’est sans importance  » mais c’est vous qui le dites pas les proches. Eux ne demandent pas de cérémonie mais une juste indemnisation et la justice si nécéssaire.

    • caiusbonus dit :

      On peut aussi ajouter que la plupart des accidents du travail dans le civil ont pour cause un non respect des obligations de sécurité, et je suis parfaitement bien placé pour le savoir. Normalement et sauf cas extrême imprévisible (du genre grue qui tombe, et encore normalement pas de grutier par grand vent) aucun salarié ne doit tomber d’un toit, d’une échelle, ne doit introduire de membre dans une machine…etc.
      La différence est donc que le soldat accepte par avance de faire le don ultime en cas de besoin pour la réussite de la mission, et ça, ça change tout, même si on peut largement compatir aux autres décès.

    • Affreux Jojo dit :

      Je ne comprends pas le sens de votre intervention.

      Il se trouve que j’ai été victime d’un vrai accident du travail il y a 3 ans. Mon métier me conduit à fréquenter les grandes ingénieries du génie civil un peu partout en France et j’ai fait une chute sur un chantier avec traumatisme crano-facial. Sauvé par … par mon casque d’électricien, double calote et surtout mentonière qui l’a maintenu en place quand j’ai été projeté en avant après avoir trébuché sur un obstacle rasant dans un tunnel à 40 mètres sous terre et m’être mangé pleine poire le coin en béton d’un trotoir haut de 30 centimètres.

      Ramassé et remonté par les pompiers. Urgences. Scanner, radio, couture. 2 fois 7 jours d’ITT. J’ai retravaillé au bout de la première ITT, mais chut. Tout pris en charge. Lunettes comprises (je l’ai échappé belle là par contre, effet Panda, pas Castaner…) Cela a du bon, le « social », en France quand même !

      Bref.

      Ce que je veux dire, c’est qu’à aucun moment je n’ai comparé ma situation au blessé qu’on ramasse dans un VAB qui vient de se faire blaster par une fougasse, ou qui vient de se prendre une balle de Dragunov dans le gilet. A aucun moment ! Personne ne cherche à me tuer et je ne cherche à « neutraliser » personne sur un chantier ! Je suis censé être en sécurité 100% si je respecte tous les protocoles de sécurité et dans des conditions, là, dégradées, dans le noir avec une lampe de casque à 90 lumen, ne pas marcher comme si c’était en pleine lumière dans une zone de chantier, et avoir allumé ma Nitecore à 4000 lumen portée à la main en « rasant ». Une minute d’innattention est payée cash. Mais ce n’est pas la guerre. Je n’engage pas la violence de la France au nom du peuple français. Je suis juste un grouillot qui n’a plus fait attention quelques secondes et qui n’a pas eu de chance à 10 centimètres près.

      Ce n’est en rien comparable. Le risque de tomber, n’est pas le risque de se faire blesser ou tuer par quelqu’un qui cherche à vous nuire, à qui vous faites LA GUERRE dans un contexte de tension psychologique extrême.

      Par contre, au sujet des post traumatismes, ce qui est peut-être comparable, après un accident de ce genre, c’est le temps que le cerveau remet à « banaliser » à nouveau certains gestes pourtant réflexes. J’ai mis un mois à réapprendre à … Monter un simple trottoir sans me demander comment il fallait faire pour éviter de me recasser la figure…

      Alors j’imagine le p’tit gars qu’on a ressorti de son VAB, et tout ce qu’il doit réapprendre à faire de plus banal, comme remonter en bagnole ou ne pas craindre de poser un pied par terre…

    • Raymond75 dit :

      Je n’ai nullement dit que j’étais indifférent à la disparition de ces soldats ; j’ai dit que d’autres aussi meurent de leur engagement … Car contrairement à ce que vous pensez, le travail est un engagement, pour soi, pour sa famille, et aussi pour l’économie du pays. Mourir ou devenir handicapé suite à un accident du travail est aussi grave que mourir à la guerre.

      Certains se sont cru obligés de dire que la plupart des accidents du travail sont dûs à des négligences ; qu’en savent ils ? Connaissent ils les conditions de travail, le respect par les installations des normes de sécurité ? Les civils victimes sont victimes de leur laxisme ?

      Un soldat qui meurt est un héro parfait, et s’il meurt d’un accident il n’y est pour rien à la différence d’un civil ? Si on parlait autant des victimes civiles que des victimes militaires, cela réduirait probablement le nombre d’accidents !

      A propos du manque de dispositif anti-collision dans les hélicoptères, le chef d’état major a déclaré « nous acceptons une certaine part de risque » … Vous savez à quoi vous en tenir.

      • Raymond75 dit :

        Et que dire des civils, principales victimes, et de loin, des opérations de guerre ? Silence … Il ne faut surtout pas en parler ; pas de Symptômes Post Traumatiques pour eux !

        • Affreux Jojo dit :

          Oui, bin vous êtes pacifiste. Dont acte. Ce n’est pas un reproche. Ici, la majeure partie des gens sont pacifiques.

  2. Le Breton dit :

    Que les jeunes maliens/africains en France en âge de combattre enfilent l’uniforme ou ils retournent chez eux.
    La vie de nos soldats est bien trop précieuse.

  3. vieux margi dit :

    Logique …dans un CIRFA où je me trouvais, un jeune avec un tee shirt avec le drapeau malien accompagnait un ami qui voulait des renseignements. On lui a demandé s il était lui aussi intéressé.. il a répondu je ne suis pas français ….et puis je ne vais pas retourné dans mon pays pour me faire tuer…. je lui ai répondu ..oui mais des jeunes français s y font tuer…votre ami que vous accompagnez veut être soldat..et s il se fait tuer? Avec un sourire …je m occuperai de sa copine…. y a des moments où …….m.

    • John dit :

      Connaissez vous l’histoire de cette personne? Savez vous pourquoi il se ferait tuer? Sans cette réponse, il est facile de juger…
      Et au Mali, pensez vous que le problème c’est le recrutement? Parce que d’après les infos, c’est surtout qu’ils n’ont pas les moyens pour équiper plus de soldats, les payer un minimum, etc… Donc votre commentaire devient inutile.

      Puis on pourrait aller plus en détails sur l’origine de l’explosion des moyens à disposition des groupes terroristes.
      Les groupes terroristes étaient déjà présents avant l’intervention OTAN en Libye. Par contre, ils ont violemment subi la montée en puissance de ces groupes grâce à l’armement libyen tombé en de mauvaises mains.
      Et sur ce point, peut-être peut-on parler de responsabilités dans les pays ayant participé à cette intervention sans aucune politique de suivi ensuite.
      ….
      Et vous parlez des morts françaises pour le Mali.
      Par contre, quand on parle des tirailleurs sénégalais… Ils venaient de toute l’Afrique française, dont le Mali. Combien de morts maliens pour la France? Quelle quantité d’or prise au Mali?
      A partir de 1912, des dizaines de milliers d’Africains incorporés sous la contrainte dans l’armée coloniale.
      D’après certains chiffres, entre les 2 Guerres Mondiales, 55’000 Africains sont morts pour la France.
      Et pendant ce temps, combien de Français étaient dans la zone libre et auraient pu rejoindre le Royaume Uni?

      Ici je ne cherche pas à diaboliser la France. Mais de votre côté, ne diabolisez pas une personne dont vous ne connaissez rien… Nous ne savons pas ce qui l’a poussé à venir ici.
      L’Histoire est complexe, et la vie de certains l’est aussi.

      • PK dit :

        « Et au Mali, pensez vous que le problème c’est le recrutement? Parce que d’après les infos, c’est surtout qu’ils n’ont pas les moyens pour équiper plus de soldats, les payer un minimum, etc… »

        Vos infos sont fausses. Bien équipé, ça ne changerait rien.

        Le problème au Mali, ce sont les mentalités. La dernière OP réussit contre les soldats maliens, c’est parce qu’ils roupillaient (ils n’étaient même pas en mission, puisque dans leur fortin).

        La même chose chez nos soldats s’est fini en déroute chez l’ennemi.

        Voilà le problème et l’exemple montré plus haut est tout à fait révélateur : la plupart des Maliens ont des couilles molles et ne veulent pas se battre. Ils préfèrent se la couler douce en France.

        «Par contre, quand on parle des tirailleurs sénégalais… Ils venaient de toute l’Afrique française, dont le Mali. »

        Les tirailleurs venaient surtout du Sénégal… Cependant, votre remarque est bonne, mais ne va pas jusqu’au bout. Pourquoi ces troupes étaient-elles excellentes il y a un siècle et sont devenues des chiffes molles aujourd’hui ? P’têt ben qu’en cherchant bien, on trouverait la solution aux problèmes d’aujourd’hui…

        • John dit :

          « Bien équipé ça ne changerait rien »… J’apprécie votre omniscience.

          Je ne parle pas de qualité de matériel… Mais bien de moyens. Vous pouvez avoir 200’000 soldats, si vous n’avez que 5000 fusils d’assaut et 1000 véhicules, les 195’000 soldats restants sont inutiles.
          Je n’ai pas la prétention de dire que le nombre de militaires triplerait sans problème.
          Mais une chose est sûre, leurs moyens sont très limités…

          Ensuite, on voit que vous jugez très volontiers des soldats tués… Mais vous oubliez de prendre en compte qu’ils n’ont pas de meilleurs moyens que les terroristes, et forcément, c’est plus difficile de se défendre….
          Et votre conclusion… vous ne faites que juger…

    • Xaintrailles dit :

      @vieux margi
      Même si votre anecdote ne plait pas à @John qui nous sort son couteau suisse anti-francais, alors qu’habituellement il est très mesuré, je la trouve très illustratrice de la motivation de ces populations à vivre en France, comme dans un Éden, qui malheureusement ne durera pas !

      • John dit :

        Anti-français?
        Absolument pas, je rappelle l’Histoire et mets en avant le contexte historique entre la France et le Mali.
        La France était-elle seule en Libye? Non, tous les partenaires sont à part égale responsables. Mais responsables tout de même de la déstabilisation de la Libye et donc du Sahel. Par contre la France a le mérite d’assumer cette situation.

        Ensuite, dire que des Maliens sont morts pour la France, et que « vieux Margi » ne le prend pas en compte, ce n’est pas attaquer la France. C’est juste rappeler une partie de l’Histoire que beaucoup oublient volontairement. Et dans ce contexte historique, beaucoup d’Africains sont morts pour la France alors que bien des Français ne se sont pas battus pour leur pays, et que des Anglais, des Américains et des Canadiens aussi.

        Et l’Histoire, NOUS n’en sommes pas responsables, mais il ne faut pas l’oublier pour autant.
        L’Histoire de la Suisse a des points très très honteux, et si qqun me le rappelle, je ne le prends pas pour une attaque contre la Suisse. Mais pour autant, le contexte doit être pertinent. Et en l’occurrence, il me semble que le comparatif est tout à fait pertinent.
        D’un côté des Français morts aujourd’hui pour le Mali, et de l’autre, des Maliens morts pour la France par dizaines de milliers lors du siècle passé.

        Une attaque aurait été de dire « ce n’est que le juste retour des colonies » ce qui justifierait tout et n’importe quoi.
        Ici je compare 2 situations très proches.

        • Xaintrailles dit :

          Deux situations très proches à un siècle d’intervalle, je ne peux vous suivre. J’ai tout de même l’impression que dans votre esprit ces jeunes militaires en début de carrière pour douze d’entre eux, doivent payer l’impôt du sang pour des erreurs du gouvernement ou des troupes coloniales françaises datant d’un siècle ou plus…

        • Robinson dit :

          C’est bien de la comptabilité helvétique.

  4. Pascal (l'autre) dit :

    « Que les jeunes maliens/africains en France en âge de combattre enfilent l’uniforme ou ils retournent chez eux.
    La vie de nos soldats est bien trop précieuse. » l’identité malienne n’existe pas, ce n’est qu’un agglomérat de diverses ethnies!
    Entre Dogons, Peuls, Bambaras, Touaregs, Malinkés …………….. et j’en oublie comment susciter le fait qu’ils appartiennent à une seule nation. Il y a certes le danger islamiste mais pas que.

    • John dit :

      Et on peut parler des morts maliennes pour la France alors qu’il y avait des Français en âge de combattre…

      • Xaintrailles dit :

        Si vous vous documentez sur l’histoire de l’Armée d’Afrique… vous verrez que ces troupes de recrutement local n’étaient pas destinées à être embarquées pour le théâtre européen ( il n’y a qu’à voir les tenues portées en arrivant en plein hiver ) ; elles ne l’ont été que par la contrainte de la guerre « industrielle » de 14-18 avec un déficit démographique par rapport à l’Allemagne, puis à la suite du désastre de 40. Mon grand-père, un petit corrézien sans père ni mère, et d’autres francais leur servaient de petits gradés… vous les avez oubliés dans votre décompte ! En 44-45 au cours de sa progression la 1ere armée à remplacé des soldats africains par de jeunes français comme notre ancien président VGE qui était pourtant étudiant. Et pendant ce temps les suisses faisaient des affaires, et n’ont pas de leçons à nous donner…
        Pour finir l’Histoire d’un pays n’est pas idéale et nous devons pourtant l’accepter comme telle.

        • John dit :

          Concernant votre conclusion, vous avez tout à fait raison.
          Je mets juste en perspective ce fait divers avec l’Histoire. Il y a eu des Africains morts pour la France, beaucoup. Et aujourd’hui, il y a des Français morts pour le Mali.
          Et si on prend l’Histoire moderne, la France est la seule à avoir pris ses responsabilités suite à déstabilisation de la Libye qui a complétement renversé le rapport de force au Mali. La situation au Mali est telle qu’elle est suite à la chute du régime libyen.

          Pour moi, se rappeler de l’Histoire n’a pas pour but de critiquer ou attaquer. Mais l’intérêt c’est d’apprendre. Et honnêtement, on peut être reconnaissant à toutes ces personnes mortes pour l’Europe. Et en 40, beaucoup auraient pu dire ce que certains disent à propos de l’Afrique aujourd’hui, soit ça sert à rien de les aider, ils se font la guerre en permanence.
          Et aujourd’hui, l’aide au Mali peut être vue comme une opportunité de rendre ce qu’ils ont donné.

          • Xaintrailles dit :

            Vous êtes citoyen d’un pays qui peut s’enorgueillir d’être le siège, souvent même le pays fondateur des grandes institutions humanitaires internationales, et donc je comprends votre point de vue, même s’il me semble trop irénique sur les relations avec le continent africain. Je ne peux avoir le même, la décolonisation en Afrique remonte maintenant à presque 60 ans, la dette est payée pour l’utilisation abusive de la « Force Noire » qui scandalisait tant les Allemands ; pendant 60 ans nous avons aidés ces pays et accueilli leurs migrants… J’ai vécu 10 ans en Afrique, suffisamment pour aimer ce continent mais aussi pour déplorer l’incurabilité de ses profonds handicaps !…

          • Robinson dit :

            La France a déjà donné au Mali bien plus qu’elle ne recevra jamais ; on sent que la Suisse a envie de s’y investir, aucun problème, qu’elle y aille comme à son habitude, héroïquement et sans compter.

  5. Xaintrailles dit :

    On ne peut que rendre hommage au travail – avec rédaction d’un rapport de 184 pages – réalisé par ces deux députés féminins ( on ne dit pas encore députées ! ) constituant une enquête quasi exhaustive avec déplacement sur le terrain jusqu’au Mali, sur la prise en charge des blessés au sein des forces ( trois armées – gendarmerie et pompiers de Paris et Marseille ). Un bonne mise à jour et une foule de renseignements pour les blessés et leur familles. Un document de réflexion avec propositions pour les assemblées et le gouvernement… Notamment on peut citer l’aggravation significative des peines encourues pour les agresseurs de pompiers.

  6. Gégétto dit :

    C est vrai qu on aurait tendance à oublier les blessés de guerre, comme on oubli les blessés lors des attentats.

  7. petitjean dit :

    concernant le Mali et ses très nombreux ressortissants en France
    si cela pouvait ajouter à la réflexion :
    « La Légion des Maliens de France »
    « Or, comment ne pas être révolté devant ce scandaleux paradoxe : de jeunes Français combattent et meurent pour le Mali – État failli incapable de restaurer la paix dans ses frontières – tandis que des dizaines de milliers de jeunes Maliens en âge de combattre errent dans nos banlieues, en mal de reconnaissance, d’identité et d’avenir. » (….)
    « L’auteur de ces lignes, dont l’un des fils, officier, rentre à peine d’une mission au sein de Barkhane, ne trouve pas tolérable que nous entretenions chez nous une population étrangère dont le pays en guerre est défendu par nos propres soldats. » (….)
    https://www.bvoltaire.fr/la-legion-des-maliens-de-france/

  8. Drope le djebbel dit :

    Après avoir lamentablement échoué en Syrie, le quai d’Orsay veut réinvestir en Afrique ?
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/11/27/sahel-paris-20679.html#comments

    Petite guerre de cour de récréation alors que nous sommes bien seuls au contact.

  9. Wrecker47 dit :

    Si on fait les calculs en se basant sur les années 1978 à nos jours cela fait 41 an en les multipliant par 250 on aurait eu au minimum 19250 blessés voir 12300 …Ceux qui ont participés aux OPEX diverses estiment que pour un mort on a en moyenne 5 Blessés …aurait-t-il oublié son combat sur le pont de Verbanja ?….