CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Contre les menaces asymétriques, la Marine nationale songe à armer ses frégates avec des Missiles Moyenne Portée

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

68 contributions

  1. Chimère dit :

    Très bonne idée. À quand un système LRU sur un navire ? ( L’idée à déjà été évoquée, mais y’a t’il eu des essais ?)

  2. Le Suren dit :

    Et si 10 embarcations attaquent simultanément, on fait quoi ?

    • dolgan dit :

      Avec des SI …
      .
      Mais bon, hélico avec ANL, canon de 20mm , 12,7 , Famas , soutien aérien, intervention du reste de la flotte d’escorte, … . J’en ai sans doute oublié. Rassuré?
      .

    • NRJ dit :

      On utilise les tourelles avec les canons de 20 mm prévus à cet effet.

    • albatros24 dit :

      on tire des rafales avec ça…https://www.youtube.com/watch?v=HbtNlCW9Odc
      et cela coûte moins cher que 10 missiles MMP…
      Faut juste en équiper toutes nos frégates et corvettes.
      Ca…avec nos comptables d’énarques c’est pas gagné

      • Le tire sur ballon de baudruche c’est en effet très probant… mdr

        Ils vont pas bien dans l’armée depuis que c’est le complexe politico-industriel qui fait office d’école de guerre. Et comment pensez-vous que ce canon arrêtera un drone volant ne serait-ce qu’à 250km/h, mmh? Et sinon est-ce-qu’il y a des dinosaures dans votre parc à dinosaures?

        • Aymard de Ledonner dit :

          En fin de video, vous avez un tir sur une vedette. Et on ne va pas tout vous mettre sur le net non plus….
          En ce qui concerne les drones volants, ce n’est pas le sujet ici puisque l’on parle de drones maritimes de surface…..

    • John dit :

      Tout dépend de la frégate…
      Mais bon, il faut déjà comprendre que l’on parle de navires sophistiqués, et que la vision va au-delà de l’horizon avec les capteurs embarqués.
      Si une telle situation devait se produire, elle a très certainement été entraînée, et cela d’autant plus suite aux actes de piraterie dans le Golfe d’Aden, ou encore suite à l’attaque terroriste contre l’USS Cole (certes à quai). Mais tout ça pour dire que la menace est connue, et que c’est à l’heure actuelle très probablement considéré comme la menace la plus importante pesant sur la marine. Et on parle clairement d’un équivalent à terre à une voiture piégée…
      Il y a donc je présume des procédures en place pour éliminer les risques si nécessaires.
      .
      Quels sont les armements dispo?
      – chaque frégate embarque un hélicoptère sauf erreur, il est probablement possible d’y installer une 12.7 en qques minutes
      – il y a des canons de 20 mm (F2) et des mitrailleuses de 12.7 (des M2) à bord, avec les marins entraînés sur ce matériel.
      – pour certaines frégates, il y a même des canons de 76 mm, autant dire qu’après le 1er touché-coulé, les autres feront moins les malins, d’autant plus que la portée est plutôt importante, et qu’il est possible de tirer des coups de semonce très très tôt.
      – la classe La Fayette a un armement un peu différent, avec 2 minigun M134, 2 canons de 20, et un canon de 100.
      Imaginons le scénario improbable que l’équipage se soit laissé surprendre. Il y a encore des torpilles et des missiles Exocet, certes très largement surdimensionnés, mais ça s’utilise en cas de besoin ultime.
      Bref, les frégates sont suffisamment bien armées pour des conflits symétriques, surtout comparé à d’autres pays (mais qui n’ont pas les mêmes besoins / missions). Donc en conflit asymétrique ça devrait suffire. En cas de conflit symétrique on parle justement d’un bâtiment similaire, voire d’un avion, avec des armements très avancés, et avec des capacités largement plus importantes que des lances roquettes et AK-47.
      Maintenant, ajouter de l’armement, surtout quand il est aussi léger, et qu’il a qques caractéristiques intéressantes peut réellement être une bonne idée. Avec l’avènement des drones, il sera possible d’aller marquer une cible non atteignable par un canon (parce que la topographie ne le permet pas par exemple) et tirer au MMP qui reste moins cher que des missiles de croisière.
      C’est surtout dans ce genre de perspective avec des capacités alternatives répondant à des besoins observés qu’il faut considérer cela. Mais ce n’est probablement pour un cas de self-defense.

  3. Titispv dit :

    On peut aussi l’espérer sur les futur POM et les PAG ( un 4e exemplaire pour compléter aux Antilles est envisager ?)

  4. Polymères dit :

    La menace asymétrique est ce qu’elle est, c’est à dire avant tout imprévisible par sa forme, sa méthode et son apparition. La principale complexité réside dans sa détection, surtout en temps de paix ou le mer n’est pas un champ de bataille mais un lieu de pêche, de transport ou les navires civils représentent l’immense majorité de ce qu’on croise, ou les navires militaires ne sont pas au mieux de leur forme pour trouver des menaces.

    Pour l’interception, souvent ce qui merde, c’est le temps de réaction, d’analyses bien plus qu’une question de moyens. Vous pouvez avoir 100 missiles en silo, 10 canons et 50 torpilles, si vous ne réagissez pas au bon moment, c’est foutu, même par rapport à un petit patrouilleur qui n’a qu’un missile anti-navire sur lui. Le plus gros et le mieux armés ne gagne pas forcément. L’important pour une marine moderne, c’est de disposer des capteurs permettant de traiter au mieux les informations, d’avoir le meilleur renseignement possible pour soit tirer en premier en touchant la cible directement, soit de réagir au plus vite pour répondre à un tir en premier adverse.
    Cette nouvelle réalité s’impose à nos navires et doit s’imposer à nos besoins en armement. Inutile de jouer sur « plus c’est gros mieux c’est » et plus il y en a, plus on est à même de l’emporter.

    Intégrer le MMP à la place ou en complément des mitrailleuses pour les menaces de proximité n’est pas une mauvaise chose. Ce n’est pas cher et le missile est efficace pour toucher du premier coup.
    Regardons aussi pour intégrer l’ANL ou le MMP sous un drone hélico pour porter directement un armement sous un vacteur de renseignement qui va s’avérer de plus en plus utile à l’avenir.

    • dolgan dit :

      sous drone, ça sera sans doute plutôt ANL (pour la marine) ou MLP (pour l’armée de terre) je pense (voir des « bombes » guidées). Faut un plus gros drone, mais ces missiles seront déjà testés et validés pour le largage et le air-sol.

    • Patatra dit :

      Amen !!!

  5. Terrien dit :

    Je suppose que les gens qui « songent » (et qui décideront, le cas échéant) ont bien pris en considération les spécificités du MMP.
    J’avais cru comprendre (en lisant opex360) que 1) l’intérêt du MMP est de ne pas dévoiler l’emplacement du tireur planqué dans le paysage : aucun intérêt sur une frégate. 2) le MMP percute le blindé par son point faible, le toit : aucun intérêt contre une barquasse asymétrique (à moins que l’on prévoie une évolution de la menace ?).
    .
    Bref : moi pas comprendre, Marin expliquer merci.

    • Nico RdPa dit :

      le MMP a la spécificité d’avoir une double charge et donc plusieurs modes : il a des donc des capacités anti-personnels, anti-chars et contre les bâtiments… Vu les effets sur du personnel (utilisation de seulement un des 2 charges du missile) les ilmamikazes n’auraient même pas le temps de voir leur barquasse couler… Par contre un des gros avantages du MMP est le mode de tir au-delà de la vue directe, ms qui ne verrait pas d’utilité sur mer… Et pour permettre ce mode de tir les marins devraient être équipés FELIN… A débattre donc mais bon nos cavaliers sont bien équipés de MMP mais comme ils n’ont pas de système FELIN ne peuvent profiter que de 50% des avantages du missile (et oui bienvenu ds l’Armée française ! )

      • dolgan dit :

        L’intérêt aussi d’utiliser le MMP dans cette configuration, c’est que de toute manière, les MMP et le personnel apte à les manier doivent déjà être présent sur ces navires dans la majorité des missions.

    • John dit :

      Le MMP a plus d’intérêts que ceux que vous décrivez. Il s’agit d’un véritable missile, mais léger et à « courte » distance.
      Le MMP remplace le Milan français par exemple.
      Le Milan est un missile un peu « bête ». Le Milan nécessite que le tireur voit la cible.
      Le MMP permet lui un tireur qui ne soit pas celui qui marque la cible. Imaginons que la frégate soit proche des côtes et en soutien d’un débarquement, avoir les MMP sur le navire permet aux forces terrestres d’être soit plus mobile, ou soit d’économiser leurs munitions jusqu’à ce que la frégate ne puisse plus aider.
      Il permet de rendre plus furtif les soldats marquant les cibles. Le marquage et le tireur ne sont dans ce cas pas forcément les mêmes. Et aussi, il permet de viser des cibles que des missiles plus simples ne peuvent pas atteindre. Et pareil pour des canons. en fonction de la topographie, en fonction des points faibles des blindés ou des bunkers, le point d’attaque peut être ajusté. Bref, c’est une arme qui a une grande efficacité car elle est plus polyvalente dans son utilisation.

  6. PK dit :

    Sauf si je me trompe, l’emploi sur affût reviendrait à un déclenchement humain, donc sauf à avoir une vigie 24/24, il y aurait un manque de réactivité par rapport à un emploi automatisé…

    • dolgan dit :

      Clairement, ce sera pour des situations précises: passage de détroit sensibles, entrée/sortie de port, évacuation de civils improvisée avec le navire le plus proche, …
      .
      C’est un ajout low cost permettant d’améliorer légèrement la défense . Si on décidait d’ajouter des missiles anti navires en tourelle, le choix de MMP serait très dur à justifier.

  7. Daniel BESSON dit :

    Un peu de  » steampunk militaire  » :

    La premiére expérimentation d’une drone-suicide naval est Allemande et date de 1918 du côté de Nieuport . « Sciences et voyage  » dans son numéro 454 du 10 mai 1928 , relate les essais d’un navire  » commandé par TSF  » dont la mission à terme devait consister à lancer des torpilles ou  » planter  » des mines . L’article fait par ailleurs référence à l’attaque Allemande sur Nieuport durant la PGM au moyen de vedettes bourrés d’explosifs et filoguidées .
    L’article décrit parfaitement le procédé de radiocommande par impulsions et les  » spécialistes  » apprécieront * . Il ne manque en fait à ce drone naval non pas la parole mais uniquement des capteurs optiques et magnétiques . Des missions  » programmées  » mécanographiquement étaient quand à elles parfaitement dans les capacités technologiques de l’époque et le maintien d’un cap determiné parfaitement possible avec les premiers gyroscopes .
    * En fait je me pose la question de savoir si les ingénieurs Français n’ont pas AUSSI découvert l’invention d’ Hedy Lamarr – FHSS – dés 1928 lors des travaux pour la mise au point de ce drone ?????? On y parle aussi d’un  » dispositif Chauveau  » (???)

    Je pense que l’étape suivante ce sera des  » drones-torpilleurs  » ou des  » drones lance-missiles  » ( ? )
    http://img.over-blog.com/600×825/2/05/42/96/Docudip/dronenaval10001.jpg
    http://img.over-blog.com/600×825/2/05/42/96/Docudip/dronenaval20001.jpg
    http://img.over-blog.com/600×825/2/05/42/96/Docudip/drone-naval30001.jpg

  8. Daniel BESSON dit :

    Voilà ! Deutsche qualität : Fernlenkboot .
    http://www.hisutton.com/Explosive_boats.html

  9. Nobody dit :

    Pour l’asymétrie, rien ne vaut des 7,62 ou des 12,7 en batterie ! Missiles pipeau ! Face à une attaque simultanée de Zodiac ou Bombard islamikazes ça le fait …..

    • Khay dit :

      Votre 12,7 elle a 6 kilomètres de portée ?

      • albatros24 dit :

        non la 12.7 c’est seulement 2.5 km
        mais ceci peut être et ça tire des rafales très loin et en plus c’est très précis
        https://www.youtube.com/watch?v=HbtNlCW9Odc
        au final moins cher et plus loin que le missile donc efficace et pourquoi pas complémentaire des missiles qu pour le coup seraient sans doute économisés

    • dompal dit :

      @ Nobody,
      Hihihihi !!!!! Vous me faites bien rire ! 😉
      Avez-vous déjà tiré avec une 7,62 ou une 12,7 à partir d’un navire qui bouge sur une barcasse qui se déplace (voire à vitesse grand V) …..!??
      …….surtout avec une attaque simultanée !!!
      ????????
      Essayez, on en reparlera ensuite de l’efficacité de ces armes…….et n’oubliez pas que vous n’êtes pas à un exercice de tir mais en conditions réelles avec le stress et tout ce qui va bien avec….! 😉

    • Chèvre-chaud dit :

      D’ailleurs il faudrait songer à classer le Jokari dans les armes létales bien sûr…

    • Patatra dit :

      Bah justement, je me souviens d’une vidéo avec un Pickup, se faisant rafaler de partout et continuant à rouler.
      C’est un javelin qui a mis fin à sa course, après le tir d’un milan.
      Le mmp prend tout son sens, dans le cadre d’un attaque suicide avec une embarcation manoeuvrable, rapide et légère.
      On peut pas se permettre de rater le tir au but.

      • dolgan dit :

        Clairement, en Syrie, les exemples de véhicule kamikaze arrosés abondamment à la kalash + mitrailleuse lourde+ canon anti aérien , c’est pas ce qui manque. Et c’est loin d’être suffisant pour stopper un camion suicide à temps à coup sur. C’est pas pour rien que nos FS font du tourisme avec les FDS comme guides et des MMP en guise de bagage à main.

    • John dit :

      Rien ne vaut la polyvalence au contraire.
      Ici vous avez un discours qui oppose les capacités. Mais ce n’est pas la question. Ici il s’agit au contraire de combiner les qualités de chaque armement.
      Les mitrailleuses sont très économes, mais il peut arriver (surtout avec une mer agitée) que cela prenne un temps fou de toucher l’assaillant. Selon la qualité des renseignements disponnibles, les marins peuvent vouloir détruire la cible aussi loin que possible de la frégate (en cas de risque bactériologique, biologique ou nucléaire, mais aussi en cas d’un volume d’explosif énormissime).

      Ici, l’idée est de rajouter une capacité à celles existantes, c’est dans tous les cas une bonne nouvelles pour les capacités.
      Et d’autant plus que cela offre des capacités offensives qui peuvent être intéressantes !

  10. nexterience dit :

    Je crois comprendre que le Narwal serait trop spécialisé donc cher.
    Le canon de 75 est il utile dans ce cas, finalement ?

    • albatros24 dit :

      le Narwhall est » spécialisé » contre les vedettes et drones marins mais aussi hélico et drones aeriens..
      et a une portée entre 4 et 6 km
      donc pourquoi pas le Narwhall justement pour faire des cartons contre des vedettes rapides ?

    • Aymard de Ledonner dit :

      Le narwal équipe déjà les FREMM et les BPC (2 chacun) mais les classe Lafayette (quid des trois qui vont être rénovées?), les frégates de surveillance et les F70 (même s’il n’est reste qu’une) en sont dépourvu. Plutôt que les équiper d’un équipement fixe et couteux, uniquement pour quelques années avant leur remplacement, le MMP permet de renforcer la sécurité à bon prix.

  11. Bricoleur dit :

    Une idée simple et peu coûteuse, certes. D’aucuns auraient trouvé là l’occasion de lancer un « programme », avec FCME (fiche de caractéristiques militaires Exploratoire), FCMP (Provisoire), et FCMR (de Référence) au grand bénéfice de la pérennité de certains bureaux de l’ EMA, de l’EMMarine et de la DGA et de partir ainsi pour une dizaine d’années ….
    Où l’on constate que le MMP, – à l’accouchement bien difficile sur le plan du dossier d’acquisition alors que les techniciens de MBDA étaient prêts – va finir par devenir un succès, y compris à l’export.

  12. Khay dit :

    Je me souviens d’une démonstration de Mistral contre des embarcation de surface, ça touchait juste.
    Alternativement MBDA a le LMM à guidage laser sur étagère.

  13. Claude dit :

    Les bâtiments de la Marine sont ils sous armés ?. Comparons.
    Franchement, voir que l’on découvre la lune ? Cela fait pitié.
    Bla bla menace asymétrique …
    Pour le reste, entre la 7.62 et la 12.7, le 75 (connais pas peut être 76 ?) On est mal barré.
    Les fusco utilisent des armes bien meilleures pour leurs barquettes et on ne serait pas foutus d’avoir un plan pour les bâtiments ?. On se croirait a la SNCF, tout est possible.

  14. ULYSSE dit :

    Il serait plus efficace de mettre en place des affuts téléopérés SIMBAD équipés de missiles MISTRAL, qui ont été expérimentés avec succès contre un semi rigide cette année. Plusieurs avantages dont le premier est la vitesse du missile qui laisse peu de chance à l’assaillant, et une conduite « tir et oublie » qui permet de traiter les attaques saturantes…….mais la Marine cherche avant tout les solutions les moins chères.
    Les principaux défaut du MMP pour un utilisation à partir d’un navire sont sa portée limitée à 4kms et sa vitesse . Les 4kms seront parcourus en plus de 12 secondes!
    Dans le même genre et en beaucoup plus efficace MBB propose le BRIMSTONE, également testé sur cible navale, à partir d’une embarcation légère, qui présente l’avantage d’une grande portée et d’une capacité à traiter les attaques saturantes.

    • dompal dit :

      @ ULYSSE,
       » qui présente l’avantage d’une grande portée et d’une capacité à traiter les attaques saturantes. »
      Un missile = une cible……. ou si vous préférez, une cible = un missile ! 😉
      De plus, le Brimstone est un missile AIR-sol et non sol-sol comme le MMP, qui peut être aussi tiré à partir d’un rafiot de la MN ! 😉

      • ULYSSE dit :

        @DOMPAL Faut ce mettre à jour !
        Le BRIMSTONE à l’orgine air sol peutt également (avec une portée moindre) être tiré du sol ou d’une plateforme navale.

    • Nico RdPa dit :

      Des tests ont été effectués à Canjuers et le MMP tape le mille à 5 KM. Il est même prévu de le tester à 8 KM. Cpdt au delà de 4 KM le fil directeur est sectionné mais le missile peut se valider sur une cible et la toucher même si elle est en mouvement… Le point négatif est bien la durée de vol de 30 secondes à 4 Km ms s’il y a une possibilité de faire mouche à 5 voire 8 Km ça reste un gros avantage. Rater sa cible est presque impossible avec un MMP est un tireur entrainé, et la possibilité de tir et oubli permet d’engager plusieurs cibles très rapidement.

      • dolgan dit :

        8km? en sol sol? pour le mmp (et non mlp?)? source?
        .
        engager plusieurs cibles rapidement? quid du délai minimal entre 2 tirs? j’ai déjà cherché, j’ai pas trouvé l’info.

  15. Lagaffe dit :

    Excellente idée, si on peut lancer un MMP d’une embarcation ECUME alors je ne vois pas le problème à partir d’un affût de mitrailleuse sur une frégate. On peut aussi se demander pourquoi on n’a pas déjà des minigun M134 sur nos frégates à la place des mitrailleuses de 12,7mm.

    • Carin dit :

      @lagafe
      Peut-être parce que les 12.7 sont redoutables d’efficacité dans leur distance d’emploi??
      Peut-être aussi que nous disposons d’une quantité impressionnante de ces mitrailleuses?
      Peut-être aussi que misent en place aux côté des narwhals et des 7.62 cela couvre une belle circonférence autour du bateau, sans laisser de trou??
      Personnellement je ne doute pas des qualités du MMP, mais j’imagine qu’un bateau bourré d’explosif ne viendrait pas à fond les gamelles et en droite ligne sur sa cible, depuis plusieurs kilomètres… donc le temps de réaction est probablement très court, plus court que la mise en route d’un MMP… comparativement, un narwhal prendra en compte le danger automatiquement, et suivra sa ou ses cibles en attendant que l’homme appui sur le bouton ON.

      • La loutre dit :

        J’ai entendu deux sons de cloches sur la doucette: « Une arme redoutablement précise! »; « Une arme pas très précise, mais qui permet justement de faire baisser la tête à l’ennemi! » La vérité est je pense le deuxième son, qui retourne cet état de fait pathétiquement à son avantage, puisque le but originel de la 12,7 est de tuer l’ennemi, pas de l’effrayer…

        • Patatra dit :

          Dans l’état c’est précis pour ce qu’on en fait, mais est-ce plus efficace qu’un mmp ou autre missile type javelin ?
          Le tir sur l’embarcation manoeuvrable (avec le stress) se ferait d’une distance trop proche pour risquer un non tir au but.
          Dans le cadre d’un missile type mmp… On intercepte le problème plus loin, avec qu’une probabilité de tir au but quasi certaine et donc moins de risque pour le bâtiment.

          • dolgan dit :

            Oui, mais non, pas tout à fait.
            .
            Il manque une donnée essentielle:
            .
            En raison des règles d’engagement, le mmp sera sans doute pas utilisé sur des cibles à 5 km. plutôt des cibles sous le km. Le mmp sera plutôt là pour traiter ce qui est passé entre les balles/obus.
            .
            Le mmp ne permet pas les coups de semonce préalables à un tir de destruction. la 12,7 ou le canon de 20mm eux sont aptes à cette mission. (et le FA serait un peu light)
            .
            NB: le MMP devrait aussi offrir des capacités d’observation supplémentaires appréciables sur certains navires (pas ceux de 1er rang ni sans doute ceux de 2eme rang)

  16. mich dit :

    Bonjour ,est ce que quelque ‘un à l ‘ idée du type d ’embarcation que la charge d ‘un MMP peut stopper , j ‘imaginais que le canon de 76mm associé à des canons de 25 était déjà efficace contre des bâtiments légers et rapides, pas assez précis ? peut être besoin de munition guidées pour le 76 mm ? à la limite des ANL embarqués auraient peut être plus de sens si l ‘ennemi ne nécessite pas l ‘ utilisation d ‘un exocet .

  17. albatros24 dit :

    4 missiles et puis…
    pourquoi pas en plus prévoir cela à la place de nos 12.7 mm sur affut ?
    https://www.youtube.com/watch?v=HbtNlCW9Odc
    la portée est entre 4 et 6 km et cela tire par rafales de 2 500 coups à la minute

    • albatros24 dit :

      et a priori on peut l’utiliser contre des hélicos ou des drones
      difficile pour les missiles à moyenne portée de faire un acrton sur un drone
      enfin le prix du canon de 20 mm et de ses munitions doit être plus léger au final que les 4 missiles vite tirés

    • ULYSSE dit :

      Euh 750 cps/mn et 2 kms de portée c…

  18. Green dit :

    Je suis surpris que le rapid fire 40mm navalisé ne soit pas evoqué parmi les pistes pour la défense des frégates. Autant que je sache, il est polyvalent contre une large gamme de cibles navales et aeriennes.

    • ULYSSE dit :

      C’est le souhait de la Marine, qui considère le NARWHAL trop léger, mais le coût est un problème.

  19. rdouville@wanadoo.fr dit :

    Je ne suis pas (encore ? ) amiral, mais je pensais qu’on avait déjà mis en service ce type d’engin, en l’adaptant au contexte marin (corrosion, base de tir instable). Cela semble, à priori, évident dans le contexte actuel, surtout au moyen Orient.

    • Raymond75 dit :

      Je me souviens d’un reportage à l’époque de la guerre civile au Liban, où une vedette israélienne avait été touchée au large de Beyrouth par ce type d’engin, tiré par un ‘rebelle’ d’un clan quelconque. Cela avait fait mouche.

  20. Max dit :

    Une tourelle stabilisée réduirait la signature complexe des frégates ? Quid des roquettes guidées laser qui seraient elles aussi une alternative à moindre coût. Mais elles ne pourraient être tirées sur un affût de 12.7, à cause des gaz de propulsion alors que le MMp peut être tiré d’un espace clos, donc en pleine sécurité sur une passerelle de frégate.
    En tout cas ces deux munitions guidées seront certainement sur les prochains drones armés français.

  21. lxm dit :

    Sous-armement chronique dans la marine française pour faire des économies, je trouve cela dangereux, d’autant qu’on manque constamment de navires pour remplir les missions, on pond des théories tactiques pour justifier les manques, on change les catégories des navires, pour remplir des stats et ne pas s’apercevoir des problèmes.
    Suivre les autres, suivre la menace, signifie SURVIVRE, cela signifie surtout qu’on a pas l’initiative. Etre constamment sur la ligne de flottaison, tenter d’être un génie parce qu’on sait qu’à la moindre erreur on perdra gros, ceci n’est pas vivre, ceci n’est pas assurer la sécurité. On manque gravement de redondance.

  22. dompal dit :

    Arrêtez vos délires avec la portée maxi de ces armes !
    Je doute fort que la MN engage des cibles (barcasses kamikazes ou « pirates somaliens ») à de telles distances !??
    Peut-être que @Royal marine ou un autre marin pourra nous éclairer à ce sujet ?

  23. Encore une coalition de gros salopards, riches et puissants, qui cassent les couilles à un petit peuple écrasé par la famine. Les houtis.., laissez moi rire. L’honneur ne se construit pas avec du lamentable, que ça vous plaise ou non, l’histoire ne retiendra que ceux qui ont eu le courage de rester juste et humain. Solidarité avec l’Arabie saoudite mon cul!

  24. bruno bressis dit :

    souvenez vous des malouines…les jets attaquaient le plus souvent par la poupe