CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

La France va participer à un projet européen de robot militaire terrestre conduit par l’Estonie

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

33 contributions

  1. Bob dit :

    L’Estonie a la pointe de ce genre de technologie? Bravo pour ce petit pays. Ils doivent être angoissés à la vue des militaires russes à leur frontière. L’Estonie est même présente en Afrique avec la France. Partenariat qui ne va pas ce soit mais semble-t-il utile.

    • Totorino dit :

      -Ce sont les résidus de l’Armée soviétique. La France n’a pas à jeter nos impôts par la fenêtre. A moins que ce soit une occasion pour du business de dessous de table.

    • Richard dit :

      L’Estonie petit pays, mais dix ans d’avance dans les nouvelles technologies et le numérique.

  2. Conan le Barbare dit :

    Le Themis est vraiment sympa. Une plateforme aussi bien logistique que de combat.

    https://m.youtube.com/watch?v=gDJdEY1VcPo

  3. Belzébuth dit :

    Un jouet. Par contre, pour l’hydre que nous nourrissons en notre sein et qui depuis 2005 fait trembler les dirigeants, il va falloir un peu plus.
    https://www.lepoint.fr/monde/les-freres-musulmans-gardent-des-contacts-etroits-avec-les-terroristes-23-08-2019-2331347_24.php

  4. Lucide dit :

    Ce type de robot ressemble au premier char britannique. C’est amusant, sous que là il est plus petit et il n’y a pas d’équipage.

    • Le Suren dit :

      Très juste, c’étaient les Mark I britanniques

    • MAS 36 dit :

      Je dirais plutôt qu’il ressemble au SDKfz 302 Goliath des nazi. Opérationnel dès 1942 l’engin chenillé électrique de 365kgs était porteur d’une charge explosive de 60kg. Filoguidé par câble de 650 mètres, il était destiné à faire exploser des chars ou des ouvrages d’art. Déjà très en avance pour l’époque, et nous pourrions le considérer comme l’ancêtre des drone terrestre.

      Bravo pour la coopération avec les estoniens, pour une fois que les français ne font pas une crise d’égo, à poursuivre au niveau européen (je sais je suis très optimiste).

  5. Revan dit :

    C’est fou cette envie de dire coopération européenne, projet européen, accord européen etc…
    Pourquoi toujours lier qqch de l’ordre de la coopération entre état, à qqch d' »EUROPÉEN ».

    Quand le Japon fait une coopération avec la Corée du Sud on ne dit pas qu’il s’agit d’un projet Asiatique, même chose pour le Pakfa entre la la Fédération de Russie et l’Inde, on ne disait pas une cooperation asiatique.

    Je sais pas c’est quoi leurs engouement pour le européen à tout va. Depuis l’arrivé des pro europe, on s’en mange de partout, le tout euro à tout va.
    A c’que je sache, le C-160, le Jaguar, le concorde etc… on disait tout une cooperation ou consortium franco-allemand ou franco-anglais, mais pas européen. Ça na même plis de sens à la fin.

    • Passager dit :

      On dit européen en moyenne quand il s’agit d’un projet à plus de deux. Parce que je doute de la facilité de dire: projet MUGS Letto-Germano-Franco-Espagno-Finlandais.

      • Passager dit :

        Esto-Germano-Franco-Espagno-Finlandais. Une petite erreur qui me rappelle qu’il faut que j’arrête d’écrire si tôt le matin.

    • Lagaffe dit :

      C’est écrit dans l’article : C’est un projet au titre de la Coopération structurée permanente [CSP/PESCO] au sein de l’Union européenne. Le développement d’un « système modulaire sans pilote » [MUGS] fait partie des priorités susceptibles de bénéficier d’un financement du Programme européen de développement de l’industrie de Défense [PEDID], lequel s’effacera à partir de 2021 devant le Fonds européen de défense [FEDef], doté de 13 milliards d’euros pour la période 2021-27.
      http://confrontations.org/la-revue/le-fonds-europeen-de-defense/
      et
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Fonds_europ%C3%A9en_de_la_d%C3%A9fense
      Donc, c’est un projet « européen » car financé par les 27 pays membres même si seulement l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la Finlande, la France et la Lettonie coopère sur la recherche et le développement.
      Le C-160, le Jaguar, le concorde sont des projets bilatéraux qui n’ont pas bénéficié de fonds autres que ceux des pays constructeurs.. et aucun autre pays européen n’en ont acheté.

    • Alexandre dit :

      Je suppose que cela facilite la dénomination d’une coopération à plus de deux.

  6. Plusdepognon dit :

    Les plateformes numériques vont s’approprier le marché du bien-être via la télé-medecine, les dossiers médicaux numérique et un jour la puce sous la peau. Les médecins seront réservés aux riches.

    Et pour le droit de tuer, nous assistons à la première brique qui va permettre de se passer des soldats et plus encore de la décision humaine pour agir contre d’autres hommes. Ça a l’air d’être pateaud et loin de faire le job. Mais les premiers avions étaient en bois et en toile…

    Plus largement, c’est l’encadrement numérique de la décision en tout temps, tout lieu et monétisé sous couvert de conseils d’achat pour le moment pas trop contraignants.
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/08/20/la-capacite-de-penser-de-facon-autonome-voire-de-penser-tout-court-est-en-peril_5500894_3232.html

    https://youtu.be/VzeOnBRzDik

    https://youtu.be/Xmy3_QIGOe4

    https://youtu.be/krKi0RNMxgU

    • Alexandre dit :

      Votre vision sur le sujet est assez pessimiste, je crois que la régulation à encore de beau jours devant elle chez nous. Je vous suis par contre sur le problème de defaussement de responsabilité que pose l’autonomie des machines.

      • Parigot dit :

        @ Alexandre
        On y viendra :
        https://youtu.be/O3P04jBhD0A

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Je vous suis par contre sur le problème de defaussement de responsabilité que pose l’autonomie des machines. »

        Avec « l’avènement » de l’I.A. le législateur n’aura pas fini de s’arracher les cheveux et les avocats de se ………………..………………… frotter les mains!

  7. Faublas dit :

    Ça me rappelle certain s engins allemands de la WW2, petits, bien armés qui posaient des pa-à l’Armée Rouge. Un concept intéressant par sa polyvalence rt son adaptabilité, qui avec des technos modernes de guidage prend son sens. De mon point de vue, plus utile que les « mules » zoomorphes.

  8. Affreux Jojo dit :

    Très bien de s’accocier à des projets déjà existants pour y amener ses compétences en briques à rajouter. Vu au Mali où un proto a été testé grandeur nature. Impeccable pour faire de la mule et porter de l’approvisionnement en terrain difficile depuis le cul d’un camion jusqu’à des positions où auparavant on devait improviser des chaines humaines particulièrement éprouvantes.

    • Plusdepognon dit :

      @ Affreux Jojo
      Le camion était à quelle distance de l’endroit où les choses importantes se passent ?
      La « mule » était transportée sur une remorque ? Parce que sur des milliers de kilomètres de pistes sahéliennes, vu l’autonomie du matériel en question, le concept d’emploi est aussi séduisant que relativement limité (dans une guerre sans front, les engagements ne sont pas toujours choisis ou en terrain libre). Si les hommes avaient du matériel blindé correct pour faire de la logistique de l’avant et que les biffins ne ressemblaient pas à des chevaliers en armure sans canassons et cela sans trop de pinailleries budgétaires, ça éviterait beaucoup de noeuds au cerveau aux ingénieurs. Et de signer de très onéreux contrats.

      Il s’agit de gagner des postes de tringlots « pour la sécurité des personnels et économiser les fantassins » ? Supprimer la guerre, c’est plus sûr pour les soldats. Et ça en ferait des postes !

      Blague à part, quelles liaisons cela demande et quelles pannes seront récurentes… et qui sera chargé du maintien en conditions opérationnelles de ce charmant joujou (une entreprise ) ?

      • MAS 36 dit :

        Les bonnes questions sont posées. Sur un front statique peut-être, sinon je vois mal cet engin transporté sur camion ( donc un chauffeur et un copilote minimum) faire des centaines de kms , être déchargé près de la zone d’opération pour la mise en service. Je crois plutôt que ça compliquera la logistique , déjà tendue.

      • Affreux Jojo dit :

        Testé par les Estoniens au Mali cette année. Je n’ai pas parlé d’Armée Française.

        Mais vous avez raison. C’est comme les camions de la Voie Sacrée en 1916. Ils auraient pu y aller à pied depuis Bar Le Duc et nous aurions fait des économies.

        A priori, ça a l’air d’être très simple comme concept. Deux blocs chenilles indépendants équipés chacun d’un moteur avec un terminal dans un boitier électronique pour les commander ensemble, après les avoir connectés via un chassis tubulaire sur lequel on peut poser ce que l’on veut. De la munition de mortier de 120 comme un module de « combat » plus Sci-Fi pour pénétrer en premier dans je ne sais pas moi. Un quartier comme on l’a fait en quasi corps à corps à Gao en 2013. Une mule quoi qui sait tout faire et modulable.

        Bon, après d’un point de vue de Bercy… Les p’tits bras du pousse caillou le soir pour le bivouac sur la crète militaire à 800 mètres de la piste pour franchir une pente caillouteuse après une journée par 40° à l’ombre, c’est sûr. Ça coute moins cher que deux GBC dont un chargé avec la mule mécanique.

        Mais y’a les mules. Les vraies, Aussi.

        • Plusdepognon dit :

          @ Affreux Jojo
          Mauvaise tournure de phrase sans doute.
          Non, je ne parle pas d’économies. Juste que cet engin doit être apporté sur zone (donc il y a des humains) vu sa faible autonomie.
          Qu’il faut une liaison robuste pour qu’il fasse vraiment ce qu’on lui demande.

          Avoir des véhicules adaptés avec des humains pose moins de problèmes.

          Tout simplement. Mais il s’agit d’économiser des militaires et de véhicules permettant de transporter du personnel, vu comment cela est présenté.

          • Affreux Jojo dit :

            Je suis d’accord, c’est de la maintenance et de la logistique. Après, on peut en faire une usine à gaz. Avec des machins électriques et de l’électronique partout. Très cher. Ou un truc très simple et pas cher. Un « lego » sur lequel on plugge ce qu’on veut. et ce qui coûte des sous, c’est le truc qu’on plugge dessus.

            Les ricains travaillent sur des « mules » robotisées, susceptibles d’aider le combattant dans son charge de travail de transport logistique, depuis au moins 10 ans, assez « mulomorphiques » d’ailleurs. 😀

      • FredericA dit :

        « Blague à part, quelles liaisons cela demande et quelles pannes seront récurentes… et qui sera chargé du maintien en conditions opérationnelles de ce charmant joujou (une entreprise ) ? »
        .
        Relisez l’article, il y est dit clairement que : « Le premier prototype sera dévoilé en 2021. » Ce faisant, vos questions ne sont pas très pertinentes. En fait, vous cherchez des réponses concrètes la mise en œuvre d’un drone OPERATIONNEL, et ce, alors qu’il n’est même pas encore au stade du PROTOTYPE :/

        • Plusdepognon dit :

          @ FrédéricA
          Tâtonnements pour le technicien ou pour l’industrialisation, ce « drone/robot » ne sera que la partie émergée de l’iceberg. Ce ne sera pas le plus cher, même si cela sera du concret pour le soldat.

          Il faudra être sûr de qui le contrôle (liaison, cyber), qui le repare et dans quelles conditions (sur le théâtre
          ou dans une FOB, voire plus loin dans une capitale amie ).

          Et ça peut être definit en amont.

  9. Carin dit :

    J’imagine bien ce genre de matos prendre la place des AMX10 embossés dans les camps et où l’équipage au grand complet est à bord et surveille de visu les environs, avec toutes les ruptures de surveillances (dues au fait de la lassitude de surveiller les alentours, et aux discutions à bord ou les gars se regardent), là, plus de ruptures, surveillance 24/24 de jour comme de nuit, le tout couplé à une IA qui avertirait l’homme d’un truc pas clair, ce dernier pouvant envoyer un des mini-drone de la machine voir de plus près, et si nécessaire… « cartonner » à la 20mm.

  10. Plusdepognon dit :

    En tout cas, pour les résultats rapides, « Martine » peut se brosser… Ce qui était évident pour tout ceux qui même de loin s’intéressait au sujet.
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/08/26/au-sahel-macron-et-merkel-veulent-renforcer-la-lutte-antidjihadiste_5502915_3212.html

    Qu’il est long, qu’il est loin le financement de ton G5, papa… Et encore plus, sa véritable capacité à agir efficacement en toute autonomie !