Mali/Barkhane : Un ballon captif pour surveiller les environs de la base opérationnelle avancée française de Gossi

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

33 contributions

  1. Aurel dit :

    Est ce qu un drone captif ne serait pas une meilleure solution ? Pas besoin de transporter 37m cube d’hélium chaque semaine.

    • Lucide dit :

      L’autonomie serait davantage problématique je pense.

    • Vevert 250 dit :

      Il faut 5 à 6 grandes bouteilles de 7,5 m3 type chalumeau d’atelier pour conditionner 37 m3 d’hélium.
      Je trouve que ça fait beaucoup de pertes si elles proviennent de l’enveloppe.

    • M dit :

      Le gaz est compressible. Le système est rudimentaire et donc robuste. Et une fois gonflé, l’autonomie est d’une semaine en continu.

      Un drone captif est un appareil de précision pour la motorisation, compliqué à réparer. L’autonomie sur batterie doit être d’une heure à tout casser. Et la batterie se recharge avec de l’électricité, et donc via le groupe électrogène, et donc l’appro en fuel (qui se fait, certes, déjà pour toute la base).

      Mais je pense que l’autonomie et la simplificté du système dans un milieu agressif pour l’électronique et la micromotorisation comme le désert suffisent à justifier cet emploi.

    • Dimitri dit :

      des bombones et un ballon dégonfler c’est plus simple a transporter qu’un drone avec son fiouls et ça coute 50 fois moins chers

    • dolgan dit :

      Pas certain (pour cette mission d’endurance en particulier): un drone captif est sans doute plus soumis aux pannes (moteurs, hélices. Le sable du Sahel semble peu clément avec ce type de matériel), un drone captif va aussi consommer du pétrole (pour l’électricité). La charge utile est-elle comparable? La tenue au vent? Au final, un drone captif aurait sans doute une moindre permanence en l’air (le bon mot m’échappe) qu’un ballon captif low tech (et low cost?)

    • Albatros24 dit :

      Il y a bien ce drone electrique du Génie le Drogen il me semble relié par cáble à la batterie d un vehicule
      Théoriquement il peut voler des jours et des jours ainsi

    • John dit :

      Parler de m3 d’hélium n’a aucun sens…
      Est-ce qu’on parle de 37 m3 à pression atmosphétique?
      Il est possible que ce volume à pression atmosphérique tienne dans une bombonne d’un m3…

  2. Renard dit :

    Excellente idée!!!

  3. Roger BILY dit :

    Petite question sur la sécurité de nos bases opérationnelles dont certaines ont pris des proportions importantes:
    Pourquoi ne sont-elles pas floutées sur Google Earth comme par exemple Tombouctou, Kidal ou Goa alors que’on floute allègrement des installations sur le territoires national parfois sans intérêt, parfois photographiables de points hauts comme la BAN de Hyères ou le port de Toulon pour ne parler que de mon environnement immédiat ?

  4. Robert dit :

    Génial, je suis surpris qu’ils n’y aient pas pensé plus tôt, si toutefois c’était possible.
    Et cela économise les hommes et permet d’anticiper une attaque.

  5. Niakate sonnike dit :

    France na rien selema de minage de bass

  6. Carin dit :

    J’en parlais il y a quelques mois, et je trouve l’idée géniale. Reste plus qu’a coupler les capteurs visuels avec une IA au sol pour s’affranchir de la surveillance continue des écrans, et ce sera le top .

    • John dit :

      Avoir une confiance artificielle, c’est bien… Mais une confiance aveugle en celle-ci? dangereux…

  7. Jm dit :

    Ce système de surveillance existait en Afghanistan, au dessus de Kaboul

  8. SLEGUE dit :

    Et si, déjà fait en Kapisa à partir de fin 2010 avec les PGSS et PTDS fournis par les américains.

  9. Bloodasp dit :

    @AUREL: Un drone armé captif serait encore mieux!! Une boule optronique vision jour/nuit et thermique, détecteur de départ de coup,t un canon rotatif de 7,62 mm ou 12,7 mm tout dépend de la capacité d’emport du drone captif, perso je préfère en 12,7mm la portée d’interception sera plus importante. En fait il y a carrément un marché sur ce truc, c’est la solution pour protéger tous les camps isolés, allez les industriels au boulot!

  10. Bloodasp dit :

    Mieux encore, soyons fous: un heli-drone captif avec moteur électrique pas thermique, c’est plus silencieux, plus léger et on l’alimente en énergie via l’ombilical, ça doit être faisable pour un coût raisonnable?

  11. sentinelle dit :

    J’ai vu ça dans le Sinaï en 1995 du côté israélien !

  12. floco dit :

    Pourquoi pas une tour genre éolienne tout alu en kit. Avec quelques haubans à cause du vent 100 mètres de haut c’est faisable, plus besoin de gaz, et elle peut porter plus de poids. Si c’est pour protéger une base, une fois installée elle y est pour une longue période.

    • John dit :

      Amener une tour avec des autogrues pour le montage en zone de conflit…
      Faire le montage en hauteur avec le risque d’une attaque et les ouvriers à 100m de haut…
      Détruire les bon haubans pour faire tomber la tour sur le camp?
      Non, le ballon est une solution simple qui peut être mise en œuvre depuis une position protégée ! C’est cet élément qui est le plus grand des avantages.
      Ensuite, le volume d’air nécessaire qui est mentionné, c’est le volume à pression atmosphérique. Dans les citernes, le volume de l’hélium est largement moins important !

  13. Franck26 dit :

    Intéressant, et surtout très utile dans le contexte de la bande sahélienne ! espérons que ce genre d’équipement se développe pour protéger nos infrastructures fixes, avec des ballons équipés de capteurs plus performants et montant plus haut (celui ci avec son altitude de 100 mètres est vulnérable même aux tirs de petits calibres…). Une version « mobile », par exemple sur remorque, est également envisageable pour sécuriser des campements/bivouacs ou des zones particulièrement dangereuses lors du passage de convois.

  14. Plusdepognon dit :

    Au niveau de la métropole, je me demande bien quand ça va arriver. Je parle juste d’une sécurité sur le territoire.
    http://www.opex360.com/2016/06/13/thales-va-securiser-les-bases-militaires-neerlandaises/
    Il me semble que les allemands y sont déjà convertis.
    Ce qui choque pas plus que ça le citoyen, de voir une entreprise qui peut être rachetée, contrôler un domaine aussi sensible.
    Le ballon, ça à l’air d’être bien. Cependant, cette stratégie de bunkerisation des troupes, si elle correspond à la méthode des américains, voire des soviétiques en Afghanistan a des limites.
    Évidemment quadriller un territoire grand comme l’Europe, demande des moyens inatteignables.

  15. ji_louis dit :

    Un ballon captif pour un bivouac, c’est l’assurance de se faire détecter de loin, autant pour la discrétion! Et même si la caméra porte à plusieurs kilomètres, elle est plus efficace sur les abords proches, ce qui laisse la possibilité d’un tir de mortier ennemi par des servants non détectés ou/et non identifiés comme tels. Une base n’a pas ce problème vu qu’elle est déjà localisée par les adversaires et que l’IA derrière la caméra aura eu le temps de s’habituer à l’environnement de la base.

  16. werf dit :

    C’est excellent pour l’entraînement de tireurs d’élite, heureusement, il n’y en a pas en face pour l’instant.. Un gadget de + pour cacher la médiocrité des matériels fourbus par le sable et bientôt hors service…

  17. nimrodwing dit :

    Une belle idée que ce ballon captif, intéressant tant sur le coup technique rudimentaire que financier, pas mal.
    en revanche je suis assez en accord avec ji_louis sur le plan discrétion, même si au final la présence de notre base (par les français) étant une ancienne de la minusma c’est cuit .
    Le tout est de faire en sorte que les nuisibles ne s’en approchent pas trop près, dans le cas d’un mortier non détecté la situation se complique, éliminer la cible sera difficile, il faudra peut être utiliser un hélico tigre pour gagner du temps.

  18. ERMKMS dit :

    Et ils redécouvrir encore l’eau chaude: les ballons captifs ont TOUJOURS été une belle invention jusqu’à ce que l’on se rappelle les déboires de leurs précédentes utilisations depuis la bataille de Fleurus jusqu’à l’utilisation pour la formation des parachutistes.
    C’est tout au plus un gadget qui ne remplacera pas, toutes conditions météo confondues, les postes d’observations avancés qu’ils soient humains ou robots.
    En opération, ne JAMAIS, faire une confiance totale au matériel, cela fait perdre les réflexes et rien ne vaut le doute d’un observateur face à un événement nouveau ou anormal qui déclenche parfois une alerte « pour rien » mais qui ne passe pas pour un bug ou un artefact.
    Comme Albert Caquot, gageons que le « réinventeur » du ballon captif soit, à l’avenir, promu à de hautes fonctions…