Ne dites plus « Bâtiment de projection et de commandement » mais « porte-hélicoptères amphibie »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

67 contributions

  1. Pinailleur dit :

    J’écrirais plutôt porte-hélicoptères, avec un S à la fin de « hélicoptères » parce qu’il y en a plusieurs (du moins je suppose).
    Comme pour un « porte-avions ».
    Mais « porte-char », un seul char à la fois.

    • pas-pinailleur dit :

      Bonjour. Un porte-hélicoptère, comme un porte-avion. Comment accorder si le navre est vide d’aéronefs ? ^_^

      • Je dis ça je dis rien dit :

        On accorde comme pour le porte-parole : s’il parle pour ne rien dire, on ne met pas d’S.
        En réalité, on ne met jamais d’S à porte-parole.

      • Françoise dit :

        Pour être exact, il faut toujours mettre un s parce que le navire est un porte-avions quelque soit le nombre d’aeronefs à bord. Effectivement, il est fait pour porter des avions ; ensuite s’il n’y a aucun avion ou un seul, c’est toujours un porte-avions.

    • Spls dit :

      Hélas, avec la disponibilité de nos hélicoptères, c’est souvent que les BPC partent avec un seul hélico ! Une Gazelle de l’ALAT ou une Alouette de la Marine qui traine… Des fois ce sont les Anglais qui fournissent le groupe aérien !

    • Pinailleur dit :

      C’est l’hélicoptère qui est amphibie : il vole aussi bien au-dessus de la mer qu’au-dessus de la terre.
      C’est pourquoi dans la première version de son article Laurent Lagneau avait écrit « un porte-hélicoptère amphibie ».

  2. revnonausujai dit :

    exit les batiments de commandement ?
    curieux, ce besoin des marins de faire des périphrases !

  3. Clavier dit :

    On devine qu’au Ministère des Armées on prend au sérieux la communication à la Parly…..à défaut d’y injecter des subsides !

  4. Nicolas dit :

    Donc on ne parle plus de corvette ou d’aviso mais de patrouilleur ? Il me semblait que ce n’était pas la même chose et que le terme patrouilleur devient un peu fourre-tout. Est-ce qu’un marin présent sur le site peut m’éclairer ?

    • Montaudran dit :

      Je ne suis certes pas marin mais il me semble qu’aviso et corvette renvoient à une notion de taille tandis que patrouilleur plutôt à une notion de mission.

    • Royal Marine dit :

      Durant la guerre des Malouines, les British annonçaient avoir coulé un « patrouilleur » argentin, alors qu’il s’agissait d’un aviso A69… Guerre psychologique? Où moquerie à l’égard des Français?
      Un patrouilleur est considéré comme un bateau léger et de faible taille. Par exemple les Patrol boats britanniques pendant la 2 ème GM: vedettes lance-torpilles pour les Français.
      Les avisos plus gros, pouvant accompagner la Force Navale pour servir d’éclaireurs et de courriers, mais assurant habituellement la mission de surveillance et défense des approches.
      La corvette un peu plus grosse et mieux armée prend rang entre l’aviso et la frégate.

      • Terrien dit :

        Capitaine de corvette = 4 galons.
        Capitaine de frégate = 5 galons panachés.
        Alors capitaine d’aviso c’est 4,5 galons ?

      • Plouc putatif dit :

        @ Terrien
        Et Capitaine de Bateau-Lavoir, combien de pinces à linge ?

      • B.M. dit :

        Aviso est un terme dérivé de l’espagnol qui correspondait à l’époque de la marine à voiles à un navire évoluant de façon autonome sans être incorporé dans une escadre. Les British n’ont évidemment jamais utilisé cette dénomination pour leurs navires équivalents mais les appelaient généralement « cotres » (dénomination encore utilisée par les US coast guards). Depuis déjà longtemps ils n’utilisent plus la dénomination de « cotre » et l’ont remplacée par Patrol Vessel, ce qui fait qu’il était parfaitement logique et justifié qu’ils appellent ainsi les A69 argentins lors de la guerre des Malouines.
        Pour ce qui est des A69 de la marine française il me semble qu’on les a renommé en PHM lorsqu’on a débarqué l’essentiel de leur armement qu’étaient les exocet et les torpilles.

  5. Bricoleur dit :

    J’ aime bien la qualification toute en discrétion de « surprise » de M. Lagneau quant à la nouvelle appellation des BPC. En effet, les dénommer « porte hélicoptères » est parfaitement justifié, mais ajouter « amphibie » est d’un ridicule achevé. Voir Larousse: « Amphibie » : « Se dit de véhicules, de matériels qui peuvent être utilisés sur terre ou sur l’eau selon les besoins. » Certes, les BPC/PHA sont conçus et indispensables pour l’appui aux opérations amphibies, mais je ne vois pas un BPC/PHA se poser sur une plage (« plager » comme on dit), et encore moins « être utilisé sur terre ». Les Navalais sont plus forts en maths qu’en français. Les américains parlent de « navires d’assaut amphibie » , c’est l’assaut qui est amphibie (sur l’eau – et dans les airs – puis sur terre), pas le navire.

    • van Katastrophendonk dit :

      Oui – amphibie, qui vit dans deux éléments. Or les deux élements de vie d’un ex-BPC neo-PHA sont :
      1) l’eau (salée de préférence)
      2) la cale sèche

      curieux, ce besoin des marins de faire des antiphrases 🙂 Ca les rend très amphipathique.

    • ScopeWizard dit :

      @Bricoleur
      .
      Vu qu’ il y a un radier , amphibie se justifie et à mon avis ce terme se rajoute plus en tant que possibilité que fonction principale……………
      Mais sinon , oui effectivement , la dénomination US semble à elle seule plus juste .

    • themistocles dit :

      C’est pour cela que la dénomination de ces bâtiments au sein de l’OTAN est LHD ( landing, helicopter dock). Soit un navire de fort tonnage, spécialisé en amphibie, doté d’un pont continu et d’un radier. (STANAG 1166) . La dénomination française ne sert…. qu’aux français.

    • Conan dit :

      Pas d’accord. Nos bpc ne correspondent pas à la définition d’un pH

    • Pierrot dit :

      Les « Navalais » étaient les élèves de l’École de santé navale à Bordeaux (devenue une des deux Écoles du service de santé des armées avec l’École de santé militaire de Lyon), elle a fermé en 2011.
      Les élèves de l’École navale sont surnommés les Bordaches.

    • BipBip dit :

      Pourquoi les médecins militaires sont plus forts en maths qu’en français..??

  6. AlexDuke dit :

    Autant je peux comprendre la logique de la majorité des autres changements de noms qui indiquent plus clairement la fonction du navire, autant celle du BPC en Porte Helicoptère Amphibie m’interpelle avec l’abandon de la notion de commandement … Est ce que cela cache un changement d’utilisation de ces navires ? Surprenant. Le terme de BPC était, il me semble, déjà trés clairement dans la logique des nouvelles dénomination.

    • dolgan dit :

      Bâtiment de projection et de commandement. La présence d’hélicoptères et de capacités amphibie est loin d’être évidente, donc on est pas trop dans la logique des nouvelles dénominations.
      .

    • Jouons sur les motifs dit :

      Je formule une hypothèse (malveillante, je l’avoue) : on abandonne l’appellation « commandement » après avoir constaté que les « chefs des armées » successifs préfèrent aller frimer sur les porte-avions, ou se faire hélitreuiller sur les sous-marins, plutôt que de poser leurs escarpins sur un BPC.
      .
      Et puis avec cette histoire idiote de BPCs russes devenus égyptiens sans que l’on sache vraiment pourquoi, il est clair que l’acronyme BPC éveille la méfiance des gens dont la popularité est le fond-de-commerce.

    • bat dit :

      il y avait commandement juste parce que dedans il y a une salle capable d’accueillir un etat major ….hors tous les bateaux sont à la base de possible vecteur de commandement ,puisque tout amiral peut déplacer son fanion d’amiraux sur tous navires de haute mer et de première ligne …avant c’était même les pétrolier qui pouvait également devenir bâtiment de commandement …quand la série des batiment type « Meuse » a été construite

  7. Changements remarquablement très utiles

  8. R2D2 dit :

    Super. Quand tout le monde commence a comprendre ce que signifie un acronyme alors cela veut dire qu’il est grand temps d’en creer un nouveau.

  9. Le Suren dit :

    Et les chômeurs deviennent des demandeurs d’emplois (non satisfaits).

  10. PK dit :

    Ça va coûter combien ce changement ?
    .
    Et le corollaire : était-ce vraiment une priorité étant donné les finances ?

    • John dit :

      Il faut pas non plus imaginer que ce genre de choses coûte à l’infini…
      Il y a des équipes de communication au sein des forces armées, et certainement au sein de chacune des forces.
      Dans toute grande organisation, il y a des projets de long terme sur lesquels les employés travaillent lorsqu’il y a moins de travail fans l’année.
      Et ce type de changement entre clairement dans cette catégorie. Je présume que l’intérêt est de faire en sorte que monsieur et madame tout le monde comprennent de quoi il s’agit grâce au nom avec pour finalité de rapprocher la population de son armée.
      Et le soutien de la population est extrêmement important aux yeux des militaires, et la compréhension de leur équipement peut donner des envies à des jeunes « vierges » de tout jargon militaire.

      Un BPC, même avec la définition de l’acronyme, si on ne connaît pas le bâtiment, impossible d’imaginer un porte-hélicoptères !

      Concernant le budget, il serait possible de se débarrasser de toutes les équipes de communication, car techniquement, elles n’apportent rien !
      Les reportages faits pour suivre les militaires ainsi que leur rôle dans les opérations armées n’apporte rien directement au combat. Le travail des équipes de communication lorsqu’il s’agit d’annoncer au média le décès ou les blessures de soldats ne changent pas la situation sur le terrain ! Mais lorsqu’ils arrivent à mettre en valeur le sacrifice des victimes, la bravoure et le courage de ces personnes, je pense que sur le long terme, tout le monde est gagnant !
      Donc tant mieux si parfois il y a moins de travail, et qu’ils peuvent communiquer autre chose que des mauvaises nouvelles. Et si ils n’avaient pas suffisamment de monde pour travailler lorsque des militaires perdent leur vie au combat, la France y verrait un manque de respect envers la victime, sa famille, son sacrifice, son régiment…
      Bref, c’est pas aussi simpliste que ce que vous avancez. A moins que vous ayez des idées de communication plus urgentes !

  11. Jean AUGERON dit :

    J’ai cherché mais je n’ai pas trouvé de porte hélicoptère qui ne soit pas amphibie, cela existe ?

    • Atar dit :

      Les deux porte-hélicoptères japonais de la classe Izumo n’ont pas de radier ni de batellerie il me semble. Mais de porte-hélicoptères ils vont bientôt devenir porte-aéronefs puisqu’il est prévu de les équiper de F-35B.

    • Pourquoipas dit :

      HMS Queen Elisabeth… 😉

    • bat dit :

      tous n’ont pas de radier ,c’est de cela qu’on parle

  12. werf dit :

    Le jour où les BPC pourront être utilisés pour des drones armés et auront des missiles mer-air et mer-sol dignes de leur taille ( ne rêvons pas à un Rafale à décollage vertical) on aura fait un grand pas vers la marine du futur. Le changement de nom ne cache pas la misère du nombre d’hélicoptères à bord…

    • Leum dit :

      A quoi bon un Rafale VTOL si on a des PA?

      Le VTOL c’est un cache misère quand on peut pas avoir PAN et PAH.

    • bat dit :

      max 16 hélicos …si y’avait une grosse interventions ils les accueillerait ne t’inquiète pas …à la mission Saphir 2 à Djibouti ,le Clemenceau embarquer 57 avions et hélicoptère alors que d’ordinaire en temps de paix normale on accueille pas plus de 40 aéronef pour garder de la place…certes les mouvements était difficile pour le service POnt d’Envol Hangar (PEH ) mais ce la ne se paye que par quelques saumons d’ailes d’ étendard à refaire par les chaudronniers aéronautique ,tu parle ………ils sont former pour cela et dans l’ensemble c’était rare

  13. Raymond75 dit :

    Au-delà du vocabulaire (peut être pour être homogène avec l’OTAN ? ) ce qu’il faut comprendre c’est le changement éventuel de mission.

    • Tranche dit :

      Changement de mission ?
      On a changé d’ennemi conventionnel sans s’en rendre compte ?

      • Raymond75 dit :

        ‘Ennemi conventionnel’ je ne sais pas ce que cela veut dire, mais souvent un changement de vocabulaire dissimule un changement de doctrine d’emploi, ou alors plus simplement une volonté de rendre homogène ce vocabulaire avec celui utilisé par d’autres partenaires.

  14. Goetz dit :

    Il me semblait Que la raison d être de ces bâtiments etait les opérations amphibies et l embarquement d un gtia et de son poste de commandement (en ZEM)…. je dois donc me tromper c est donc un porte hélicoptères amphibie dont la mission n est plus les opérations amphibies …on nous prend pour des idiots ou quoi?

  15. Joe dit :

    …et vint le jour où j’ai fini par comprendre que j’étais devenu vieux parce que je continuais d’utiliser les anciennes appellations par réflexe.

  16. Pourquoipas dit :

    Bah tout ça pour coller aux appellation internationales (ou anglo saxonnes) amphibious assault ship, ou aircraft carrier, helicopter carrier…
    BPC ça rentre pas dans les cases?

  17. Mario dit :

    Bon, tout change mais rien ne change !

  18. Eric dit :

    Pas une si mauvaise idée en fait : « porte-hélicoptères amphibie », c’est évidemment bien plus parlant et pour tout dire plus militaire que « bâtiment de projection et de commandement », un acronyme qui pue la technocratie et le politiquement correct à plein nez…
    Dans un autre ordre d’idée, et pour changer d’armée, pourquoi ne pas revenir à l’appellation historique de « 27ème brigade alpine », un nom qui a franchement une autre gueule que le ridicule 27ème « BIM » ? Et retrouver aussi tant qu’on y est celle de 9ème brigade d’infanterie de marine plutôt que l’imprononçable (et tout aussi ridicule) « BLBMa » ?

    • schmurtz dit :

      La 9 est BIMa depuis 2013…

    • Ancien Marsouin dit :

      La 9 est BIMa après avoir été DIMa, DIC, BIC (référence aux FFL).
      L’on a pu un moment la confondre avec le 9ème BIMa (référence à nos campagnes d’Extrême-Orient).
      .
      Dans l’AdT les appellations résultent désormais du souci de ne pas « faire table rase du passé » et non pas de coller aux matériels (brigade légère blindée) ni aux missions (qui sont toujours évolutives et souvent inattendues, de Tacaud à Sentinelle).

  19. Tintouin dit :

    La Chine est en train de construire en 2 ans l’équivalent de notre flotte.

    Est-ce LA réponse en guise de montée en puissance ? De la com’ ? De la sémantique?
    Cela ne changera rien aux capacités de la Marine Nationale, en nombre d’hélicoptères (…en état de voler…), de patrouilleurs et de frégates pour protéger notre ZEE à travers le monde et dans le Pacifique en particulier, et de porte-avions.

    • Hermes dit :

      Faut pas se leurrer, on a aucun moyen de lutter numériquement avec les Chinois en tant que seule France…
      .
      On peut encore se battre qualitativement si on s’en donne les moyens par contre…

  20. Duc d'Orléans dit :

    Le porte-hélicoptères amphibie est une trouvaille remarquable §
    On lui a mis des roues pour qu’il puisse aller sur la plage ?
    Quand on connait les états-majors où les papiers sont lus , relus, retournés au rédacteur et enfin signés par le CHEF, on reste pantois.
    Le franchissement de la Seine a été funeste aux rédacteurs de la Marine. L’air du XV° n’est pas bon.

  21. bat dit :

    enfin un terme plus appropriés à l’aspect visuel des navires ..FFFU (bâtiment de commandement veut rien dire ,car tous les bateaux peuvent le devenir au besoin dans le feu de l’action ,les amiraux transfèrent toujours leur états major en cas de perte de navires ,le PA Charles de Gaule a autant de place pour pouvoir accueillir un état major …par contre c’est plus dur sur les frégates ou les croiseurs (destroyers) mais la marine se serre toujours et trouve toujours un local si besoin …en embarquant des containers on peut aussi accueillir l’Alat sur les Pa Clemenceau et Foch à la mission vers l’ex Yougoslavie

  22. Ltikf dit :

    Sinon il y avait aussi: Bâtiment d’Expérimentation, de projection et de commandement (BEPC), Bâtiment d’assistance et de commandement (BAC), sans oublier le fameux Escorteur Naval Amphibie (ENA) – le plus cher de tous et dont l’efficacité est souvent remise en doute…

  23. Thierry HENRY dit :

    Du bla bla… Seule compte la puissance de feu !

  24. ERIC dit :

    Combien de haut responsable encore payés pour ce changement de nom stratégique et inutile

    • VALVANUZ dit :

      Et combien de dizaines de milliers d’euros dépensés pour mettre à jour toute la documentation officielle?

  25. Thaurac dit :

    Cela me rapelle la terminologie employé sous hollande par le ministère de l’éducation, pour les disciplines scolaires, notamment , la natation
    Apprendre à nager non dans une piscine, mais en « milieu aquatique profond standardisé ». Cette formule exotique, utilisée par les rédacteurs du projet de programme scolaire de sport pour le collège, restera comme un bel exemple d’un certain jargon au sein de l’éducation nationale. ….
    un ballon: milieu bondissant…. 😉
    Et le dernière pour la route (1993)
    Ainsi, le canoë-kayak est-il bien défini comme « une activité de déplacement d’un support flottant sur un fluide », dans un texte didactique de 1993…
    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? 😉

    • PK dit :

      ballon : référentiel bondissant
      .
      élève : apprenant.
      .
      Élève qui sait lire (moins de 10% des effectifs dont il faut bien leur donner un nom ) : un… lecteur
      .
      Les mecs qui pondent tout cela : des cons.

      • Bernard Hamon dit :

        Bonjour PK
        Un ballon de rugby :référentiel bondissant aléatoire. ..
        Un pedagogiste :un psychopathe rémunéré (c’est de moi. ..)
        Bonne soirée

  26. aleksandar dit :

    Porte hélicoptère, c’est joli, ça fait ‘ bête de guerre « .
    Mais c’est particulièrement imbécile.
    Si on avait voulu construire des portes hélicoptères on pouvait les faire pour la moitié de la taille et du prix d’un BPC et sans radier.
    Les BPC sont réellement des bâtiments de commandement.
    Avec tous les moyens modernes pour préparer, planifier, exécuter les premières phases d’un débarquement de H jusqu’ a H +48 et même plus.
    Se souvenir qu’a été pris en compte dans la conception le maintien a bord de l’état major de mission dans le cadre des missions de rapatriement en urgence et en zone de guerre de ressortissants français et étrangers. d’où le formidable équipement médical a bord.
    D’un autre coté la MN n’a jamais aime les TCD ( transport de chalands de débarquement ), ancienne appellation des BPC, le mot  » transport  » leur donnant des crises d’urticaire. J’ai assez assisté a l’époque a des réunions d’officiers supérieurs de la marine daubant sur l’un de leurs camarade commandant de « cargo « ,le Siroco a l’époque.
    Elle n’a jamais aimé le terme BPC , les terme projection et commandement faisant référence aux missions de l’armée de Terre.
     » De quoi, de quoi, un commandement sur mon bateau ?
    Mais , mais je suis le pacha, seul maitre a bord ! « 

    • Terrien dit :

      Là, je suis plutôt d’accord avec Aleks : il existe probablement ce genre de susceptibilité chez les marins.
      .
      Parce que les marins, en plus d’un curieux besoin de faire des phrases, ne veulent pas admettre que l’essentiel de l’action se passe à terre. Ils ne veulent pas admettre que leur rôle n’est que du soutien ou, au mieux, de l’appui.
      Soutien : du transport.
      Appui, du renseignement (observation aérienne et écoute électronique) ou, très exceptionnellement, de l’appui-feu.
      .
      Alors « projection » ou « commandement » c’est dévalorisant parce que l’on transporte les moyens de l’action principale.
      .
      Nostalgie du bon vieux temps où la Marine Nationale avait son propre ministère, distinct du ministère de la Guerre.
      Bon vieux temps, voire : 1940.
      Il serait urgent d’évoluer, au lieu de jouer sur les mots.

  27. vrai_chasseur dit :

    Un navire spécialisé a été retiré du service actif en 2009, c’est le Jules Verne, un navire usine, alias BAP pour Bâtiment Atelier Polyvalent. Il servait de « nounou atelier » aux escorteurs, avisos et autres frégates pour les réparations.
    Comme le Jules Verne était capable de ré-aléser aussi les Bouches des canons et les Pipes d’admission des chaudières, je vous laisse imaginer le sobriquet affectueux que les marins avaient trouvé pour BàP…

  28. Expression libre dit :

    J »aurais préféré PH d’assaut, bon, ces BPC sont les dignes successeurs du PH 75 que la Marine n’a jamais eu sauf que ce PH 75 était à propulsion nucléaire.

  29. Robinson dit :

    Avec ces nouvelles dénominations, sûr que Poutine va être perdu et penser qu’on a deux fois plus de bateaux.