Armée de Terre : Le centre logistique du programme Scorpion a été inauguré par ARQUUS à Fourchambault

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

29 contributions

  1. Polymères dit :

    C’est Amazon pour les armées.
    Une très bonne chose que d’avoir un tel lieu de stockage de rechanges unique qui concernera presque l’ensemble des véhicules de l’armée (et surtout qu’il soit en place avant l’arrivée des nouveaux véhicules).
    Il faut voir comment va se gérer l’offre et la demande, c’est à dire le niveau des stocks (et leur renouvellement) et la réactivité par rapport à un besoin (le temps mis entre une demande dans une unité et la livraison).
    Sachant que ce qui plombe beaucoup l’indisponibilité des matériels, c’est le temps d’attentes des pièces, en particulier celles qui deviennent « rares » pour diverses raisons et celles qui sont achetés en fonction de la demande (la « politique » du zéro stock). Ces dernières ont totalement plombées la disponibilité des matériels, car soumises à une contrainte budgétaire limité à l’enveloppe annuel. L’idéal est d’avoir un système permettant d’avoir le stock nécessaire pour les besoins d’une année et de s’adapter budgétairement l’année d’après (pour refaire les stocks, pour redéfinir le besoin qui est évolutif).
    Il existe bien entendu actuellement un lot de rechanges qui sont immédiatement disponibles et permettent la réparation des véhicules. Je reste partisan également du stockage de pièces à l’échelle « locale », c’est à dire qu’un régiment doit posséder (à son niveau d’intervention) au moins une pièce de tous les véhicules en dotation et de recompléter le stock (par exemple via un site central comme celui de l’article). On doit casser le temps d’attente, on doit remplir les magasins bien plus qu’il ne le sont, c’est un investissement nécessaire qu’on a beaucoup trop négligé depuis des années.
    Ensuite tout ça fonctionne bien si on a le personnel en nombre et expérimenté et s’il est nécessaire d’avoir des militaires pour assurer la maintenance en situation de conflit, il est également très intéressant d’avoir en France des personnels civils qui sont là, à temps plein, sans les astreintes et les indisponibilités que le personnel militaire connait, afin d’assurer une certaine stabilité sur le long terme et un service « minimum ». J’estime qu’avoir 1/3 de civils dans la maintenance des armées est un atout , d’autant plus que ces personnels, vieillissent dans l’institution et ne font pas qu’un passage, ils accumulent de l’expérience intéressante et enrichissante.

    • revnonausujai dit :

      le centre logistique appartient à l’industriel et pas à l’AdT; qu’il fonctionne techniquement bien est peut-être nécessaire mais pas suffisant.
      Le minarm ne peut contribuer au bon fonctionnement qu’autant qu’il apporte le pognon au bon moment. Essayez donc de commander à Amazon avec une carte de crédit insuffisamment approvisionnée !
      Et, là, ce n’est pas gagné d’avance

    • CPJ94 dit :

      Le pb est que le maintien de stocks en unité à un coût et ds la défense comme partout, l’époque est encore au support logistique en juste à temps inspiré de l’industrie automobile … ds le secteur aéronautique c’est pareil. Or à mon humble avis ce n’est pas Tjs optimal en opérationnel ni même du pt de vue financier … sans compter que le prestataire choisi fini vite par devenir incontournable.
      Maintenir des competences logistiques locales me semble essentiel à long terme pour justement gérer flux et stocks, mais ça coûte des efforts de la formation … bref des brouzoufs qu’il est souvent plus commode de dépenser en externalisation totale …

    • Tintouin dit :

      C’est l’idéal, à condition qu’une puissance étrangère n’ait pas l’idée de mener une action clandestine malveillante contre ce site. Un single point of failure diraient les anglophones.
      Mais je m’inquiète inutilement….

      • tchac dit :

        Depuis quelques années, nous observons en effet une tendance au rassemblement de compétences et de matériels militaires sur une ou deux sites (par exemple les ASMP-A sur 2 BA), ça fait des économies mais mon humble esprit y voit là un danger potentielle comme vous le remarquer.

      • Nike dit :

        À la lecture de l’article j’ai eu la même réflexion que vous, 1 missile au milieu du dépôt et au revoir les pièces de rechange.
        Je ne connais pas le site, mais puisqu’ils ont décidé de mettre tous les œufs dans le même panier, il faut espérer que le panier soit robuste et bien défendu.

    • Eric dit :

      C’est effectivement une bonne chose pour l’efficacité et les coûts que d’avoir un site unique. Mais c’est nettement plus préoccupant pour la sécurité : que se passera t-il en cas de grève, de blocage (surtout par les temps qui courent), sans même parler d’accident industriel ou de sabotage ? La logique de rentabilité financière ne fait pas forcément bon ménage avec les impératifs stratégiques de la défense nationale…

  2. jyb dit :

    hs j’ai peut etre manqué un message mais @wrecker57 se fait rare ?

  3. floco dit :

    Ce qui me fait un peu tiquer, c’est qu’en cas de conflit majeur, la destruction de ce centre, peut immobiliser pas mal de véhicules en même temps!! Cette logistique est très efficace en temps de paix, ou lorsque l’on est impliqué dans des  » guerres asymétriques  » en dehors de notre territoire . Qu’en pensent les spécialistes !!!

    • Frédéric dit :

      En effet, le principe de redondance n’a pas l’air de s’appliquer ici. A force de tout concentrer dans quelques zones, on va vers de mauvaises surprises. La FAS qui est désormais réuni dans une seule et unique base contre neuf il y a quarante ans me semble également une grosse aberration.

      • Alain d dit :

        Economique et optimisé, mais absolument pas stratégique !

      • CPJ94 dit :

        … 9 bases FAS et même plus : Bordeaux, Mont de Marsan, Cazaux, Orange, IStres, Luxeuil, Avord, Creil, Cambrai, St Dizier sans compter la BA200 St Christol pour le Plateau d’Albion .
        Sans compter les autres bases et anciennes bases OTAN désactivées sur lesquelles il était possible de disperser plus officieusement les moyens…
        D’où les limites en effet de certaines logiques de support valables dans le civil, mais qui ne peuvent fonctionner totalement pareil pour la défsense nationale … et sont de ce fait plus chères également?

      • FredericA dit :

        Pensez-vous réellement que la stratégie de sécurité de ce bâtiment est intégralement détaillée dans cet article ?
        .
        De même, pensez-vous réellement que NI Arquus NI le Ministère des Armées a songé à cela avant vous ?

    • ji_louis dit :

      Je plussoie. Même sans conflit majeur, imagines les répercussions politiques, économiques et militaires si un « black block » ou un autre allumé réussi à déclencher un incendie suffisamment important sur le site.

      Imaginez aussi un peu les inquiétudes de la gendarmerie quand des drones vont se mettre à voleter près du site…

      Encore une idée d’économes, pas de militaire.

      • FredericA dit :

        « si un « black block » ou un autre allumé réussi à déclencher un incendie suffisamment important sur le site »
        .
        Avez-vous déjà visité une plateforme logistique ? Apparemment non car 15.000 m2 de stockage, c’est juste gigantesque. Pour déclencher un « incendie suffisamment important », il faut bien plus qu’un black block équipé de cocktail molotov.
        .
        J’ai visité à plusieurs reprises des centres logistiques de taille identique voire nettement supérieure. N’imaginez pas une seconde que l’on puisse faire rentrer un briquet dans ce genre de bâtiment. De même, je ne parle même des systèmes anti-incendies qui sont un leitmotiv pour ce type de centres.

    • John dit :

      Si la France a cessé d’avoir des sites de lancements pour les missiles nucléaires, c’est justement parce qu’ils étaient fixes et trop vulnérables…
      1 site ou 5 sites ne fait pas tant de différence je pense.
      La dissuasion nucléaire cherche justement à empêcher ce genre d’acte…

  4. tartocitron dit :

    « avec toujours plus de réactivité, toujours plus près des forces », fait valoir ARQUUS. »
    Fourchambault est géographiquement bien situé mais il semble que le ferroutage n’a pas été pris en compte pour réduire les coûts.
    « cette plateforme logistique moderne pourra gérer, stocker et distribuer plus de 100.000 références »
    Aparament ARQUUS n’utilise pas l’impression 3D pour en fabriquer certaines alors que le stockage prend de l’espace et immobilise des fonds qui pourraient servir à autre chose.
    D’autre part l’intelligence artificielle peut servir à prédire les demandes et optimiser la logistique pour toujours plus d’efficience.
    Mais si « Une nouvelle étape importante a été franchie, le 7 décembre, pour le programme SCORPION », c’est toujours bon à prendre.

  5. batgames dit :

    y’a des types des chars en manoeuvre sur la Sarthe ….ou quoi ….???qu’est ce que c’est que ces chars qui se balade en rase campagne en dehors de tout champs de manoeuvre ????bizarre 5 types armés au sud Sarthe dans un champs de pécno …bizarre ….l’armée prépare un coup d’état ou quoi ,ou se déploient sur le territoire en douce au cas où ?????

  6. Aure dit :

    Est ce qu’il y a un kit de grillage anti RPG de prévu pour le scorpion ?

  7. nexterience dit :

    Espérons que la surveillance du site soit digne de son intérêt statégique.
    Donc les VBMR-L ne seront pas maintenus là?!

    • Blondin dit :

      le VBMR Light est un produit Nexter, sans Arquus, donc surement que son entretien sera effectué ailleurs…

  8. Jean dit :

    C’est moi ou c’est nouveau véhicules sont de grandes cibles? A l’opposé de ce que l’on cherche d’habitude afin d’avoir une meilleur discretion et d’être la cible la plus difficile à touchée.

    • Blondin dit :

      le Griffon est clairement énorme ! de coté on a une surface très grande, et surtout haute, qui ne va pas facilement passer inaperçue !!

    • UnKnown dit :

      C’est un « mini-bus de combat », pas un char d’assaut… Si le prix à payer pour avoir une protection contre les IED passe par un châssis plus haut et des trains plus gros, personnellement je ne vois pas ou est le problème…

  9. Lechavenois dit :

    hors sujet :
    .
    Le groupe Rheinmetall, souhaite acquérir une participation majoritaire au capital de l’entreprise franco-allemande KMW + Nexter D
    .

    https://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL8N1YE0FZ