L’Australie pourrait commander 12 à 16 drones MALE auprès du constructeur américain General Atomics

Le ministre australien de la Défense, Christopher Pyne, a annoncé, le 16 novembre, que le constructeur américain General Atomics venait d’être retenu pour livrer, d’ici 2020-21, 12 à 16 drones MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] à la Royal Australian Air Force, dans le cadre du « Project Air 7003 ». Cette décision ne fait pas les affaires d’Israel Aerospace Industries [IAI], qui espérait soumettre son Heron TP à un appel d’offres.

Pour le moment, aucun type de drone particulier n’a été sélectionné. Le choix se fera entre le MQ-9 Reaper block 5 et le MQ-9B Skyguardian [une variante du Reaper, ndlr], déjà commandé par la Royal Air Force et sélectionné par la composante aérienne de la Défense belge.

Maintenant que General Atomics a été officiellement retenu, Canberra va demander à Washington des données sur les prix et la disponibilité des deux variantes de drones MALE considérées.

La mise en service de ces drones devraient être effective en 2023 au plus tard. Aucune décision n’a été prise au sujet de la base qui les accueillera. Mais celle d’Edinburgh, dans le sud de l’Australie, tient la corde. C’est « l’endroit le plus probable car nous y avons déjà fait d’importants investissements dans le domaine du renseignement, de la surveillance et de la reconnaissance. Il est deveni le centre de nos capacités ISR à de nombreux égards », a commenté M. Pyne.

La base d’Edinburgh doit aussi accueillir les avions de patrouille maritime P-8 Poseidon ainsi que des drones HALE [Haute Altitutde Longue Endurance] MQ-4C Triton, commandés auprès de l’américain Northrop Grumman pour les besoins de la RAAF.

Les drones MALE qu’entend acquérir l’Australie seront armés. Ces appareils « permettront aux commandants militaires de prendre des décisions plus rapidement tout en offrent la possibilité de mener des opérations de frappe et de reconnaissance sans mettre en périle la sécurité des équipage d’aéronefs », a en effet expliqué M. Pyne. Ces appareils, a-t-il ensuite assuré, seront « exploités selon les mêmes lois que celles régissant les conflits armés » et les « mêmes règles d’engagements des avions pilotés. »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Etiennebee

  2. de Clavier

  3. de Eric

  4. de Robinson