L’épave du sous-marin argentin ARA San Juan, disparu en novembre 2017, a été repérée

Porté disparu depuis le 15 novembre 2017, probablement après une explosion à bord, le sous-marin argentin ARA San Juan vient d’être repéré par un robot sous-marin mis en oeuvre par Ocean Infinity, une entreprise américaine mandatée par Buenos Aires pour poursuivre les recherches du bâtiment.

Ainsi, selon les précisions données par la marine argentine, l’épave de l’ARA San Juan a été localisée à environ 400 km au large de la province de Chubut [Patagonie], dans le golfe San Jorge, à 800 mètres de profondeur.

La zone où le sous-marin a été retrouvée aurait dû être inspectée la semaine passée. Mais le Seabed Constructor, le navire d’Ocean Infinity, avait dû y renoncer en raison de mauvaises conditions météorologiques. Finalement, et alors qu’il devait mettre le cap vers l’Afrique du Sud pour une opération de maintenance, il est revenu dans ce secteur, ce qui a donc permis cette découverte.

« Maintenant, c’est un autre chapitre qui s’ouvre. Nous pourrons poursuivre l’analyse et savoir ce qui s’est passé », a commenté Rodolfoe Ramallo, le porte-parole de la marine argentine. « Il est impératif de faire preuve de la prudence nécessaire pour respecter les familles » des 44 membres d’équipage ayant péri dans le naufrage du sous-marins, a-t-il aussi prévenu.

Désormais il s’agit de savoir si la décision sera prise de renflouer ou pas l’épage de l’ARA San Juan.

Jusqu’à présent, la thèse privilégiée pour expliquer la disparition du sous-marin est celle d’un problème au niveau de son schnorchel, c’est à dire le tube qui alimente en air les moteurs diesel tout en laissant échapper les gaz quand il est en immersion.

« L’entrée d’eau de mer par le système de ventilation vers le réservoir de batteries numéro 3 a provoqué un court-circuit et un début d’incendie. Batteries de proue hors service », avait expliqué, dans son dernier message, l’équipage de l’ARA San Juan, soit peu après l’explosion détectée par les capteurs de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires [OTICE] vers la dernière position où il se trouvait avant de disparaître.

Construit au début des années 1980 par l’industriel allemand ThyssenKrupp Marine Systems, l’ARA San Juan, de type TR-1700, avait repris la mer en 2014, après avoir été immobilisé pendant 6 ans pour être remis à niveau.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Eric

    • de aleksandar

  2. de Fabien

  3. de Jean la Gaillarde

  4. de cobra_11

  5. de Montaudran