Otan : Fin de mission pour les forces françaises engagées dans les pays baltes

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

18 contributions

  1. Spender dit :

    N’y a t’il pas des psychologues ou des hypnotiseurs pour transpondeurs ??
    Qu’on les envoient en urgence vers la Russie pour soigner ces pauvres transpondeurs russe qui soufrent d’OTANophobie dès qu’ils s’approchent de l’espace aérien Européen ou Américain !

    • Pascal (l'autre) dit :

      Au vu de votre lumineux et constructif commentaire c’est vous qui devriez consulter……………………………… un neurologue!

      • Vince (ipse) dit :

        Bah au moins c’est marrant et ça se prend pas au sérieux., ça nous change.

    • sergeat dit :

      Les transpondeurs russes se rapprochent dangereusement de l’OTAN depuis la chute de l’URSS ,bientôt ils atteindront potentiellement l’Ukraine et pourquoi pas la Biélorussie.

  2. Wrecker 47 dit :

    On a rien à faire là bas !

    • John dit :

      Dès le moment où la France fait partie de l’OTAN, ça fait partie de ses engagements à assurer.

      • Roger Dubreuil dit :

        John, je suis d’accord avec W47.
        L’objection que vous soulevez est exactement le problème.
        En définitive, vous faites observer (à juste raison, mais vous le faites involontairement je suppose) que nous n’avons rien à faire dans l’OTAN.

        • John dit :

          Je crois qu’il y a mécompréhension…
          Je fais un constat purement technique, et pas de jugement. Faire partie de l’OTAN apporte potentiellement un soutien, et potentiellement des obligations.
          Mais en étant en dehors de l’OTAN, le pacte de sécurité de l’UE est d’une certaine manière semblable et pourrait mener à ce même type de mission (à nouveau, constat purement technique)

        • Roger Dubreuil dit :

          @ John
          Il n’y a pas de mécompréhension. Les alliances que vous citez sont clairement illusoires. Beaucoup de petits pays rejoignent l’OTAN sans même avoir lu le traité. Ils s’imaginent que l’énorme machine de guerre américaine se mettra en marche pour eux s’ils sont agressés, mais ils n’ont même pas pris la peine (comme beaucoup de partisans de l’OTAN, je crois) de bien lire l’article 5.
          .
          A première vue cet article 5 proclame la solidarité entre les membres si l’un d’eux subit une attaque armée sur son territoire. Mais à y regarder de plus près l’on s’aperçoit que la mise en œuvre de cette solidarité n’est pas précisée.
          Le texte est trompeur, disant « par tout moyen » mais il faut lire la phrase jusqu’à la fin : « par tout moyen… qu’il lui paraîtra bon d’utiliser ». Le texte permet ensuite que ces moyens ne soient pas forcément militaires : ce peut être une simple protestation diplomatique. Lisez ce texte : en français comme en anglais, c’est un modèle d’ambiguïté.
          Ceux qui s’imaginent que l’OTAN est une protection sont, au minimum, des gens qui ne comprennent pas ce qu’ils lisent.
          Charles de Gaulle (qui savait lire) disait « les Américains ne risqueront pas Philadelphie pour sauver Hambourg ».
          .
          Aujourd’hui tout le monde sait, sauf ceux qui ne veulent pas le savoir, qu’ils ne risqueront pas Philadelphie pour sauver Tallin. Ils ne risqueront même pas Nothing Gulch. Mais en attendant la France, mal gouvernée, marche dans la combine.
          En Asie et depuis le discours de Phnom Penh (1966) la France représente « l’Occident sans les Américains » : cette image fortement positive, elle la perd dans l’OTAN.

          • JP dit :

            Ces petits pays que vous mentionnez ne font pas peur sans l’OTAN, et la plupart de leurs ennemis potentiels / voisins sont aussi relativement petits.
            (c’est vrai, ce n’est pas le cas pour les pays baltes)
            Mais un pays comme l’Albanie dans l’OTAN, de son point de vue elle a tout à gagner. Ses contributions à des missions OTAN seront minimes, car son armée est petite. Elle n’a pas d’industrie militaire, donc elle doit forcément importer de l’armement, donc sa présence dans l’OTAN ne change pas sa politique d’armement.
            Et les pays qui pourraient potentiellement s’en prendre à eux sont peu nombreux, et relativement faible.
            Et pour ce genre de pays, l’OTAN a pour but de dissuader d’éventuels ennemis de s’en prendre à eux.
            Mais je ne sous-entends pas que cette dissuasion est une garantie de paix et d’assistance. Bien des alliances se sont retournées contre l’un des alliés.
            Et il est évident qu’un tel texte est rempli d’ambiguïtés, le but d’une alliance n’est pas de sacrifier son pays pour un autre, mais d’apporter l’aide possible au moment voulu. Ce texte a l’avantage de garantir une souveraineté de la défense, et le libre choix aux alliés de déterminer ce qu’il convient de faire…
            Si le texte forçait les alliés à faire qqch, tout le monde crierait à la perte de souveraineté…
            .
            Ne pensez-pas que vous êtes le seul à comprendre ce texte. La différence c’est que vous semblez perdre de vue la vision globale… Oui, certains pays sont mieux dans l’OTAN qu’en dehors.
            Et vous oubliez aussi la réalité historique. Sans le RU, le Canada, les USA, les guerres mondiales n’auraient pas eu un résultat similaire.

          • Roger Dubreuil dit :

            @ JP
            Vos arguments concernant les petits pays sont intéressants. Mais la France n’entre pas dans cette catégorie.
            Votre argument sur la « perte de souveraineté » d’un engagement international, c’est moins valable parce que tout traité international constitue une perte de souveraineté.
            .
            Après la création de l’OTAN ( 4 avril 1949) la première explosion nucléaire soviétique (29 août 1949) suscita probablement quelques doutes quant au traité de l’Atlantique-nord, ce qui conduisit à la création de l’UEO (Union de l’Europe de l’Ouest, 1954) qui prévoyait un engagement automatique et maximal de tous les signataires au profit de celui qui était attaqué. Personne ne cria à la perte de souveraineté.
            .
            En définitive vous confirmez comme moi ce qu’écrivait Wrecker : la France n’a rien à faire dans l’OTAN.

      • Wrecker47 dit :

        @John !
        On était sortis du système OTAN sous de Gaulle ce n’était pas pour rien ,on a rien à y foutre car les US ne nous font aucun cadeaux ni sur le plan industriel ni sur le plan économique !Les Russes actuels ne sont pas les ennemis du Pacte de Varsovie ,et ils n’ont aucun intérêt à vouloir nous déclarer une guerre !
        Par contre en étant à l’OTAN ,les US n’ont rien à foutre de la France , ces gens là n’auront aucun scrupule à se servir de la France comme tampon et terrain de manoeuvres ,si on les suit !

  3. MP3 dit :

    Service minimal sur le flanc est pour la France mais il faut dire qu’on est bien occupé ailleurs.

  4. piliph dit :

    4 interventions, quand même…. Pendant ce temps, tranquillement, l’Aquarius…
    Bref, une armée de gesticulation.

  5. Clavier dit :

    Mourir pour Tallin, c’est comme mourir pour Dantzig…. pas tellement populaire chez le Français moyen qui n’a jamais vu dans les Russes un ennemi héréditaire !

    • Géo dit :

      Clavier, toute référence aux années trente est obsolète (il arrive que cette référence soit malhonnête mais je pense, au vu de vos interventions habituelles, que ce n’est pas votre cas).
      Obsolète parce que la situation géopolique a complètement changé, et surtout les performances des armements : aujourd’hui, même le chef d’État européen ou américain le plus taré comprend qu’il n’a rien à gagner ni aucune chance de survivre à une guerre classique en Europe (mid intensity conflict, disent les Américains).
      Une telle guerre deviendrait inévitablement nucléaire, au moins à cause de ces cons de Français parce qu’elle mettrait en cause les intérêts supérieurs de la « Grande Nation ».
      Tout le monde a compris ça depuis 1966.

  6. Carin dit :

    Heureusement que tout ces véhicules militaires ont eus leur contrôle technique!!! Je n’ose imaginer la tête de l’EMA si les autorités estoniennes leur avait annoncé que les Leclerc ne pouvaient pas circuler sur les routes pour cause ne non conformité avec le contrôle technique… et de fait devaient rester sur place! Et puis je me demande si ce matos a été contrôlé techniquement à son arrivée, ou c’est juste pour quitter le pays? Et puis ces véhicules n’ont’ils pas roulés sur les routes estoniennes pour se rendre sur leur terrain de manœuvre ou poste de surveillance? J’avoue ne pas bien saisir la subtilité de ces contrôles techniques!

  7. Heg dit :

    4 avions, 5 chars, 200 personnels… je n’y connais rien mais vu le nombre c’est purement du symbole ou c’est sensé pouvoir être vraiment efficace au cas où? Je n’imagine pas la Russie aligner 10 chars, 10 avions et 300 malheureux types pour conquérir l’Europe…?