Une usine ukrainienne soupçonnée d’avoir aidé la Corée du Nord dans le domaine des missiles

Le renforcement des sanctions voté par le Conseil de sécurité des Nations unies, l’attitude de Pékin et probablement les propos fermes tenus par le président Trump ont visiblement eu leur effet : le leader nord-coréen, Kim Jong-Un, a dit renoncer, du moins pour le moment, à son projet d’envoyer 4 missiles en direction des bases américaines implantées sur l’île de Guam. Et l’essai d’un engin balistique mer-sol (SLBM), qui semblait imminent la semaine passée, au regard des photographies du site de Sinpo, prise par un satellite commercial, n’a pas encore eu lieu.

Cela étant, les progrès rapidement réalisés par la Corée du Nord dans le domaine des missiles ainsi que dans celui des armes nucléaires continuent de poser des questions.

« À chaque fois qu’ils font des essais de missile, ou s’ils font un essai de missile nucléaire, ils gagnent en expertise, et on peut dire qu’ils progressent à un rythme alarmant », a ainsi observé Mike Pompeo, le directeur de la CIA, lors d’un entretien donné à Fox News, le 13 août. « Rien n’est imminent. Mais attention, la probabilité accrue qu’un missile nucléaire frappe les Etats-Unis est une menace très dangereuse », a-t-il ajouté.

De son côté, la Defense Intelligence Agency (DIA), le service de renseignement militaire américain, estime que la Corée du Nord disposerait d’une soixantaine de têtes nucléaires pouvant être installées sur une missile balistique. Cela étant, cette évaluation a été relativisée par plusieurs experts du programme nucléaire nord-coréen… Mais ces derniers ne remettent pas en cause les progrès significatifs réalisés par la Corée du Nord en peu de temps.

Comment cela a-t-il pu être possible, sachant que Pyongyang doit composer avec des sanctions internationales, qui ciblent précisément ses programmes de missiles balistiques et ses activités nucléaires? En 2010, les câbles diplomatiques américains révélés par WikiLeaks ont apporté un début de réponse : des transferts technologiques existaient alors entre l’Iran et la Corée du Nord, via la Chine. Ce que confirma un rapport des Nations unies, évoqué par l’agence Reuters.

Puis, après de nouvelles sanctions prises en 2016 à son égard, Pyongyang a d’abord lancé un missile de portée intermédiaire (le Hwasong-12) puis deux missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) de type Hwasong-14.

« Aucun pays ne peut passer de missiles à moyenne portée à un ICBM en si peu de temps », note une étude de l’International Institute for Strategic Studies (IISS), un centre de recherche basé à Londres.

Pour l’auteur de ce rapport, Michael Elleman, spécialiste de la défense antimissile, ce bond technologique s’explique par le recours au marché noir. Ainsi, la Corée du Nord a réussi à mettre la main sur des moteurs à ergols liquides de haute performance (LPE).

« Les indices disponibles indiquent clairement que ce LPE est issu de la famille de moteurs soviétiques RD-250 et qu’il a été modifié pour fonctionner avec le Hwasong-12 et 14 », explique M. Elleman. Et, en procédant par élimination, il est arrivé à la conclusion que deux sociétés peuvent être impliquées : l’entreprise ukrainienne KB Ioujnoïe, propriétaire de l’usine Yuzhmash, et le groupe russe Energomash.

Mais les soupçons se concentrent davantage sur l’usine Yuzhmash, implantée à Dnipro, dans l’est de l’Ukraine (oblast de Dnipropetrovsk). Durant la Guerre Froide, elle a produit différents modèles de missiles soviétiques, dont les SS-18. Et, à cause de la crise ukrainienne et de l’affaire de la Crimée, elle a perdu ses contrats avec la Russie. Du coup, elle se trouve maintenant en grande difficulté financière.

A-t-elle trouvé un moyen de subsister en livrant les moteurs RD-250 modifiés ayant servi aux deux essais d’ICBM nord-coréens? S’il est trop tôt pour le dire, la probabilité est forte. D’autant plus que, en juillet 2012, la Corée du Nord a tenté de voler des informations relatives aux systèmes de missiles [.pdf, page 25], aux propulseurs liquides aux les engins spatiaux et aux systèmes d’approvisionnement en carburant à missiles sur le site de cette usine. Deux espions nord-coréens avaient d’ailleur été arrêtés.

Cela étant, le gouvernement ukrainien a réfuté toute responsabilité dans cette affaire. D’après Michael Elleman, les moteurs en question aurait pu en effet être obtenus de façon illégale à l’insu de Kiev, sur le marché noir. Et cela, grâce au contacts établis de longue date par la Corée du Nord dans l’ex-Union soviétique.

L’usine Yuzhmash a également démenti avoir livré des moteurs à Pyongyang et dit n’avoir « jamais eu » et n’avoir « aucun lien avec le programme de missiles nord-coréens qu’il soit de nature spatiale ou pour la défense. » Ce qu’a confirmé l’Agence spatiale nationale d’Ukraine.

« De tels moteurs on été fabriqué jusqu’en 2001 par l’usine Yuzhmash pour les fusées spatiales russe Tsiklon-2 et Tsiklon-3″, a expliqu » Youri Radchenko, un responsable de l’agence ukrainienne. « Les moteurs et les fusées ont été fabriqués par Yuzhmash pour les besoins de la Russie », a-t-il insisté.

Et d’ajouter : la Russie « a aujourd’hui entre 7 et 20 fusées Tsiklon » et elle peut faire tout ce qu’elle veut avec les moteurs et les plans ». Ils [les Russes] « ont ces moteurs et la documentation. Ils peuvent fournir ces moteurs de fusée à ceux qui en veulent », a-t-il dit.

Le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, a renvoyé la balle à Kiev. Selon lui, il est impossible que la Corée du Nord ait copié de tels moteurs « sans l’aide de spécialistes ukrainiens ». « Pour faire une copie, vous devez disposer du moteur d’origine ou de plans détaillés », a-t-il fait valoir.

45 commentaires sur “Une usine ukrainienne soupçonnée d’avoir aidé la Corée du Nord dans le domaine des missiles”

  1. À noter, concernant la « (progression) à un rythme alarmant  » et « passer de missiles à moyenne portée à un ICBM en si peu de temps », que ces deux engins sont de technologie différente : combustible solide pour les Pukguksong et combustible liquide pour le Hwasong ; deux programmes différents donc.

  2. Si c’était avéré, je me demande quelle sera la réaction des Etats-Unis.

  3. Ah bon ? Pourquoi ça ne m’étonne pas? la vente par l’Ukraine de missiles de croisière aéroportés X-55 et leur livraison à la Chine et à l’Iran, l’acquisition de ces engins a permis aux Chinois de concevoir leur version de ces missiles. , en 2014, la Turquie avait déjà fait une tentative pour acheter à l’Ukraine des documents technologiques de production du missile balistique intercontinental Voevoda.Ce sont les États-Unis qui ont fait échouer cette transaction, après quoi la documentation technique de Ioujmach a été transportée par les Américains en dehors des frontières ukrainiennes. Or, la tentative d’achat des technologies de Voevoda constitue une violation flagrante du moratoire sur la diffusion des technologies de missiles. Cool non ?

  4. Quelle panique …
    C’ est vraiment le boxon complet sur cette planète …

    1. Les Pakistanais l’ont aussi aidé.Et en ce qui concerne le matériel,un fonctionnaire de la Défense, Français, a pour preuve,des photos des machines outils numériques,des robots, pour fabriquer les missiles et les centrifugeuses qui proviennent de Chine,du Japon et…..de Suisse.(Canard).
      Pourquoi paniquer?.Qu’est-ce qu’il veut Bibendum?:sauver sa peau et celle de son régime,pas de finir en particules fines.Bibendum for ever.La bombe lui donne cette protection.

      1. Alors si je veux me protéger je dois acheter ou construire une bombe A, d’après vous … ??!
        Vous me faites bien rire…..

  5. Quand je suis cette affaires de l’élaboration d’un arsenal nucléaire coréen je me demande si cela ne va pas obliger les USA a encore intensifier leur recherche sur le système ABM.
    Jusqu’à maintenant il y avait une retenu du fait du prix des biniou et aussi du fait que ces systèmes ne peuvent quoiqu’il en soit stopper une salve russe. Mais pour les coréens c’est autre chose ils pourront avoir un certain nombre de missile mais pas du niveau de la Russie, la France ou la Grande Bretagne.

    1. @ Montaudran
      .
      Bonjour, l’effort supplémentaire américain en lien avec cette crise nord coréenne ce fait déjà sentir avec le nouveau directeur de la MDA « Missile Defense Agency  » : http://www.defensenews.com/smr/space-missile-defense/2017/08/09/new-mda-director-us-prepared-to-defend-against-north-korean-nuclear-icbm-threat/
      .
      Alors, le prix, les américains n’en tiennent pas vraiment compte. Le nouveau SM-3 IIA vaut au moins entre 15 et 24 millions l’unité, le SM-3 IB coûte quant à lui 11,2 millions l’unité, et tant les USA que le Japon en commandent par centaines.
      .
      Prenons le nouveau RS-24 « Yars » russe. Plusieurs analystes estimaient qu’il faudrait entre 5 et 10 SM-3 IA pour en abattre un seul et entre 1 et 5 SM-3 IIA pour abattre le même missile. Dans les faits, il n’existe pas de ABM capable d’un missile pour un ICBM dans le monde, sauf peut-être le GMD qui à réussi, mais n’est visiblement pas terminé puisque les analyses ont démontré quelques problèmes liés à l’acquisition lors du test. Mais l’effort américain en la matière avance bien plus rapidement que la technologie des ICBM d’après ce que l’on à pu constaté ses 15 dernières années.

      1. Merci de votre réponse,
        J’avais bien confiance qu’il n’y a pas de défense contre une salve correspondant à l’arsenal russe ou même français; c’est d’ailleurs l’essence de la dissuasion.

        Par contre je suppose qu’un acteur comme la Corée du Nord n’aura pas les moyens de mettre en œuvre un énorme arsenal et qu’il pourrait venir à l’esprit des USA qu’avec un effort il pourrait annuler l’effet stratégique d’un petit arsenal.
        Par exemple (et cela reste de la science fiction) si les USA mettent au point un laser capable de « shooter » les têtes nuc. ou pourquoi pas un retour de la DCA via des canons électromagnétique.

        Le problème est que les russes et chinois feraient la gueule à raison mais ils ne pourraient pas demander aux USA de rester vulnérable à un pays de rien pour respecter leur propre dissuasion. J’ai l’impression que ces deux super puissance joue avec le feu en laissant la CdN obtenir une arme capable de toucher les USA; avec le risque de rendre leurs arsenaux nucléaires obsolètes, du moins dans leur forme actuel.

  6. Un petit peu de mémoire:
    De par le passé, à qui et quoi l’Ukraine à t’elle vendu les plans de conception ?
    Su33 —-> Chine
    Kh55 —–> Chine
    Travaux catapulte PA —–> Chine
    An132 —–> Arabie Saoudite
    An225 —–> Chine
    PA (Varyag) —–> Chine
    Et maintenant propulseur missile air sol —–> Corée du Nord
    Et je dois en oublier (à vos contributions !)
    Donc je résume, si je suis une nation asiatique et que je veut acquérir pour pas trop chère des technologies anciennes mais efficaces pour pouvoir au cas ou casser du ricain, je m’adresse à l’Ukraine. La question qui me démange : en quoi en ce moment la Chine et la Corée du nord sont ils en train de piller l’Ukraine.
    Manque plus qu’ils fournissent une ligne de production du T84 au Pakistan et encore un amis des USA sera bien équipé par l’Ukraine.

  7. Un peu court : la source de cette « information » s’est elle-même rétracté en soulignant que l’Ukraine avait coupé les ponts avec la Corée du Nord en 2012, et que les mêmes moteurs de missiles se trouvaient facilement en Russie (qui, elle, a toujours des relations avec ce pays, et une frontière commune)…

    Jusqu’à présent, l’Ukraine a plutôt respecté les accords internationaux qu’elle a signé. Quant à la Russie, elle a plutôt tendance à s’asseoir dessus…

    Si c’était avéré que c’était la Russie, je me demande quelle sera la réaction des Etats-Unis.

    1. L’Ukraine à coupé les ponts ? Ah ah c’est ce qu’ils disent officiellement. Ben si c’était avéré être La Russie: le feu Et la fureur je pense

  8. « Le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, a renvoyé la balle à Kiev. Selon lui, il est impossible que la Corée du Nord ait copié de tels moteurs « sans l’aide de spécialistes ukrainiens ». « Pour faire une copie, vous devez disposer du moteur d’origine ou de plans détaillés », a-t-il fait valoir. »
    Ben justement… les russes ont les moteurs et les plans !
    la Russie « a aujourd’hui entre 7 et 20 fusées Tsiklon » et elle peut faire tout ce qu’elle veut avec les moteurs et les plans ». Ils [les Russes] « ont ces moteurs et la documentation. Ils peuvent fournir ces moteurs de fusée à ceux qui en veulent »

    1. C Iouri Radtchenko qui assure l’intérim du chef de l’Agence spatiale ukrainienne et qui affirme, comme c’est la tradition, avoir détecté la piste russe dans la parution des révélations dans les colonnes du New York Times.

      «J’estime avec un haut degré de certitude que cette intervention dans la presse a pu être inspirée par nos « amis » de Russie. Parce qu’ils sont intéressés à baisser le classement de notre pays, qui affiche son ambition dans des projets [spatiaux]». Donc maintenant d’après ce type , La Russie manipule le New York Time , c’est drôle

    2. Que la Russie ne ferait elle pas pour gêner son ennemi héréditaire occidental (d’après Poutine) surtout américain …. ?!
      et bien sûr d’aller accuser en premier lieu l’Ukraine !

  9. Ukrainienne, pas russe, vous êtes sur ?
    Il doit bien y avoir une petite responsabilité de la Russie, quand même ?
    Signé, un converti récent qui fait ce qu’il peut.

    1. merci Robert, faut il rappeler que l’engagement de la Russie, USA, Grande Bretagne, Allemagne et France à garantir les frontières de l’Ukraine si cette dernière abandonnait son arsenal nucléaire, ce que l’Ukraine a fait, alors même si elle a vendu ces matériels, nous sommes très mal placés pour critiquer ce pays qui veut maintenir la tête hors du bouillon russe.

      1. Ben voyons, bien sûr, plus il y a de fous plus c’est drôle non ??
        Pensez un peu plus aux générations futures qui devront elles se coltiner tout le merdier que des gens comme vous avez mis ! ou voulu mettre avec des idéologies brinquebalantes et dévoyées !
        Vrai non ? ce serait vraiment « drôle » qu’un vrai taré mette le feu aux poudres rien que vous en voir les effets ! et les tarés, cette planète n’en manque pas !
        Certains vendraient pères et mères s’ils ne les tuaient pas pour prendre le pouvoir et s’y installer à vie

    2. Cette technologie a été développé par qui ? L’URSS ou l’Ukraine qui à la suite de l’effondrement de l’ex bloc soviétiques et le découpage des pays de l’est, s’est retrouvé avec des usines et des plans de fusée hérités de l’URSS ?

    3. oui Robert !
      Bienvenue dans la secte !
      Répète après moi : c’est forcement les russes ! c’est forcement les russes ! c’est forcement les russes !

  10. Oui, et bien, mon avis est que des plans et des moteurs ne suffisent pas pour expliquer cette accélération. Il doit falloir une sérieuse expérience et expertise pour les adapter, et de plus obtenir et maitriser un carburant plutôt complexe.
    Ce carburant que seules des puissances spatiales doivent maitriser.
    Parce ce que, où que soient assemblés les moteurs ou boosters, poudres ou liquides, le plein est fait sur place, et il est fortement interdit de fumer dans les zones de stockage et de transfert afin ne pas être fortement accéléré !
    On connaissant bien les liens industriels entre l’Iran et la Corée du Nord, avec la Chine comme liant ! On attend la suite…….

    1. Il n’y a pas besoin de carburant complexe à maîtriser pour ouvrir les portes de l’espace (et des ICBM’s de facto), ces derniers ne sont que des optimisations pour la rentabilités/efficacités des lancements(Le combo champion reste toujours dihydrogen/Oxygen.
      .
      Surtout en ce qui concerne les carburants liquide, les carburants solide sont bien plus complexe.

      1. @Orion
        Je sais qu’il n’est pas question de poudre pour la Corée du Nord. Oxygène + hydrogène, merci pour le renseignement, ainsi que pour la poudre plus complexe que le liquide.
        J’ai bien fait de passé.
        Sur mon CV est inscrit F6 + F7, et je vous passe le nombre d’années :>))
        Mais enfin, ce n’est pas un poste de soudure ou des bouteilles de plongées, mais du réfrigéré, « cryotechnique », des liquides en dessous de 220°C :
        Il faut compter des dizaines de tonnes en stockage des deux gaz au sol et ensuite des réservoirs et des moyens de transfert adaptés, du stockage vers les missiles.
        Aussi certainement un gaz du type hélium pressurisé.
        Jusqu’à preuve du contraire, je doute que les nord coréens disposent d’une entreprise du niveau d’Air Liquide.
        Et il faut bien gérer tout cela au poil près !
        Pression, pressurisation, viscosité, densité, mélange, réfrigération, dilatation, anti-vortex, refroidissement, isolation, etc.
        Je ne sais pas comment fonctionne leur usine à gaz, mais rien que les transferts de fluides, c’est du sport !
        Je pense donc qu’ils sont aidés par une nation qui ne se prend plus de gamelles et maitrise toute cette chaine du sol au plafond (exo-atmosphérique).
        Mais je veux bien essayer de croire que ces fêlés s’en sortent seuls pour le mélange LOX + LH2.
        La Corée du Nord est loin d’être une économie avancée mais plutôt une économie d’attardés (ses dirigeants).
        Dernièrement un de leurs sous-marins à tuba n’aurait pas refait surface après plongée. Et ils se sont bien fait péter quelques essais de missiles à travers la tronche ?
        Il n’est donc pas irraisonnable d’avoir quelques doutes sur leurs capacités !
        Je pense donc qu’il y a une aide extérieure pour le plus pointu, techniques et logiciels.
        Pour atteindre l’altitude annoncée, il faut beaucoup de Mach, et ces missiles sont manœuvrables, alors on peut aussi penser que le logiciel de calcul de correction et les systèmes optroniques pour le guidage, les « répéteurs, n’ont pas été livrés par le Père Noël ?
        Les entreprises capables de guider des IBCM proprement ne sont pas légions.
        Parce qu’en partant de rien, ce n’est pas gagné !

  11. Bonjour Mr Lagneau,
    Merci pour cet article car il est sans doute le plus précis que j’ai lu concernant cet évènement.
    J’ai une question à vous poser :
    Quant a eu lieu cette vente de technologie ?
    A vous lire, je suppose que c’est après Maïdan (perte de l’accès au marché Russe) mais j’aime les certitudes. Pour que cette transaction soit réalisée, il faut un aval de « haut » politicien (le quel ?) ou alors l’usine Yuzhmash est gérée comme un bar à …..
    Juste pour savoir quel politicien aurait pu couvrir cet transaction.
    Bonne continuation et merci pour vos articles.

    1. C’est tellement le boxon et la misère en Ukraine depuis 2014 qu’il ne serait pas surprenant que quelques ingés et techniciens de Yuzhmash aient décidé de se faire un peu d’argent sur le côté, ni vu, ni connu, sans rien demander à personne.

    2. Les résolutions de l’Onu, les accords internationaux, les sanctions ne sont que des bouts de papier pour les masses dites populaires, mais sin on y pense très fort en y réfléchissant bien ces bouts de papier n’engagent que ceux qui les signent, vous me suivez ? ce qui veut dire qu’une signature ne vaut que ce qu’elle vaut…
      USA (avec Trump) et cop21, sanctions contre la russie, contre la CdN l’Iran…… autrement dit les sanctions ne sont que des effets de manche pris par des états dont certaines entreprises ne se sentent pas tenues de respecter surtout à l’ouest…

  12. Ces hypothèses sont attractives ,mais comme le disait Bob l’un des commentateurs ;pour du fric l’homme est prêt à tout !…Coté « moteurs de fusées » les usines Yougoslaves des environs de Sarajevo fabriquaient aussi des moteurs de fusées et missiles !Du reste l’un des « bricolages « Serbes n’ayant pas fonctionné aété récupéré par nos forces,qui l’avaient transféré par Transall à la mêre Patrie …Il est possible qu’à cette époque certains de ces moteurs et surtout les plans aient été vendus ou transférés ,plus personne ne gardait ni ne travaillait dans ces usines trop exposées pendant de longues années !

  13. Les turbines allemandes vendues aux russes qui se retrouvent en Crimée, c’est un soupçon?

    1. « 04/08/17 « L’UE a ajouté 3 ressortissants russes et 3 sociétés impliqués dans le transfert de turbines à gaz vers la Crimée à la liste des personnes et entités faisant l’objet de mesures restrictives eu égard aux actions compromettant l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine. »
      « Ces sanctions consistent en un gel des avoirs et une interdiction de pénétrer sur le territoire de l’UE »

  14. La Corée du Nord a tenté de lancer un satellite en 1998, et au quatrième essai en 2012, elle y a réussi. Ce programme a débuté dans les années 1980. Les progrès ne sont pas si rapides et tout à fait normaux … La CIA s’est déconsidérée avec les pseudo armes chimiques de Saddam Hussein, elle continue.

  15. Il est beaucoup trop tôt pour prendre parti tant sur l’Ukraine (qui accuse les russes) que sur la Russie dans cette affaire.
    .
    J’aimerais voir le gouvernement ukrainien commencer une enquête sur cette usine de l’est.

    1. OUI usine de l’est où l’Ukraine n’a plus de contrôle effectif, la Russie a donc beau jeu d’accuser l’Ukraine dont l’est lui échappe au profit des pro russes. Poutine nous prend pour des Gogol !!

      1. Raté mon brave, toutes les unités de production et de recherche sont sous contrôle ukrainien.
        Revenez quand vous voulez.

    2. Bonjour Nico St-Jean,
      je reviens sur votre commentaire d’un précédant article où il n’est plus possible de commenter.
      .
      J’ai toujours spontanément pensé que vous êtes québécois à la lecture de vos commentaires dans un français qui ne laisse rien paraitre sur le fait que vous soyez initialement anglophone.
      On peut dire que votre français est au dessus de la moyenne de certains qui s’expriment ici.
      .
      Vous vous exprimez bien mieux en français que je ne saurai le faire parallèlement en anglais !
      Votre faculté à défendre vos points de vue ou à polémiquer dans une langue qui n’est pas votre langue maternelle ne peut qu’inspirer le respect.
      Chapeau bas, Nico St-Jean.
      .
      Permettez-moi une question personnelle qui n’a rien d’indiscret je pense:
      Quelle est votre motivation à intervenir très régulièrement sur un site français,
      sachant que pour vous exprimer en français sur les thèmes de défense, il existe probablement des équivalents canadiens francophones d’OPEX 360 ?

      1. @ S.B-Seguin

        Bonjour,
        .
        Et bien merci beaucoup pour les compliments, je pense qu’en deux ans sur le site, mon français c’est donc un peu amélioré à l’écrit.
        .
        Je suis sur plusieurs forums britannique, US, et canadiens. Mais aujourd’hui je ne vais que rarement sur les autres forums. Quand j’ai commencé sur ce site, j’étais encore stagiaire pour mon employeur, maintenant je n’ai plus le temps de m’investir sur autant de forums. J’ai choisi ce site d’abord pour améliorer mon français, puis je me suis attaché à la ligne éditoriale de Monsieur Lagneau, que je trouve très objective et surtout très varié. J’ai aussi pris plaisir à échangé avec d’anciens contributeurs réguliers du site comme Zayus, et Elmin.
        .
        Mais j’aime bien les forums britanniques également. En étant sur les deux côtés, on peut s’apercevoir de la grande rivalité entre anglais et français, l’un dit que le Rafale c’est de la merde, l’autre dit que c’est le Typhoon (le Rafale est bien meilleur que le Typhoon actuel, mais ne leurs dites pas que j’ai dis ça)
        .
        Aussi, les gens ici pensent que je ne suis que pro américain, c’est vrais que j’aime beaucoup le matériel US car je suis en plein dedans. Mais la vérité est que lorsque j’étais sur F-16.net et que je lisais que les LCS ou le M109 étaient formidables, je ne me suis jamais gêné pour leurs dire que la cadence de tir du M109 est complètement dépassé, ou encore que le programme LCS est probablement le pire de l’histoire moderne occidental ^^
        .
        Donc au final, c’est d’abord pour le français que j’échange sur ce site et il n’y à pas vraiment de forum militaire québecois (en tous cas je n’en connais pas) .

        1. Merci pour vos témoignages Nico St-Jean.
          On se retrouve sur de prochains sujets … F-35 compris …

          Cordialement,
          S.B-Seguin.

  16. Il se peut aussi que le régime de Washington, en sachant d’avance les intentions des nord-coréens, procure des conditions pour que le régime putschiste de Kiev exporte ces moteurs vers Pyongyang. Avec les moteurs ça vient les essais, et avec les essais la « menace » fabriquée de toute pièce par les « fake news » américains pour faire croire que la CdN veut utiliser ces missiles pour attaquer les pays voisins.

    La vérité en est toute une autre : Pyongyang est au courant des manigances et des agissements des yankees proches à ses frontières maritimes et se prépare pour se défendre, rien que se défendre. Désespérés à cause de l’imminente chute du dollar et par l’inéxorable implosion de la bulle de leur dette, les américains veulent créer coûte que coûte une guerre pour en faire la diversion. La menace américaine vis-à-vis de la Corée du nord est donc réelle. Il faut que le monde entier sache qu’il n’existe qu’une seule menace pour la paix mondiale et qu’elle s’appelle États-Unis de l’Amérique. Mais c’est le chant du cygne, le régime de Washington la sent venir déjà ……

  17. Reuters contredit l’article du New York Times en s’appuyant sur des déclarations de membres des services de renseignements américains. Ces derniers estiment que les Nord-Coréens ont certainement la capacité de fabriquer eux-mêmes les moteurs de leurs missiles:
    https://www.reuters.com/article/us-northkorea-missiles-intelligence-idUSKCN1AV2CK

    Les réactions ukrainiennes:
    L’usine ukrainienne Pivdenmash , le supposé producteur du missile mis en cause par le New York Times, traite l’article de celui-ci de  »provocations ». Le secrétaire à la sécurité nationale et à la défense ukrainien , Oleksandr Touchnykov, dément que des entreprises ukrainiennes de défense ou d’aérospatial aient pu livrer des armes ou de la technologie militaire à la Corée du Nord:
    https://en.censor.net.ua/news/451614/ukraines_defense_and_airspace_industry_never_delivered_weapons_and_military_technologies_to_north_korea

    Le directeur de l’agence spatiale ukrainienne, Ioury Radtchenko, déclare que l’Ukraine a bien livré des moteurs RD-250 à la Fédération de Russie . Et que celle-ci aurait pu les donner à la République Populaire de Corée du Nord (KNDR) :
    http://m.gordonua.com/news/politics/v-gosudarstvennom-kosmicheskom-agentstve-ukrainy-zayavili-chto-kndr-mogla-poluchat-raketnye-dvigateli-iz-rf-202608.html

    Comme on ne prête qu’aux riches,  »Ukrinform » a consacré le 15/8/2017 un article sur cette affaire et cite ce que Oleksandr Briguinets, député du parti BPP et conseiller du ministère de l’information ukrainien , a écrit sur sa page FaceBook .
    Celui-ci compare cette affaire de livraison supposée à la RPDC de moteurs de missiles balistiques intercontinentaux aux fausses accusations portées à la suite de la révélation de soi-disant  »livraisons par l’Ukraine de systèmes d’écoute téléphoniques  »Kolchuga » à l’Irak d’Hussein » . « Il a ajouté que l’actuel président russe Vladimir Poutine essaye de recommencer sa campagne de calomnies contre l’Ukraine». ..« Il semble que Poutine veut répéter cette astuce . J’espère que le monde est prêt pour ces trucs. » :
    https://www.ukrinform.ua/rubric-society/2285988-u-mip-prokomentuvali-fejk-pro-raketi-kndr-z-ukrainskimi-dvigunami.html

    Qui est donc Michael Elleman, l’expert en missiles de l’IISS que le NYT cite? Le spécialiste en communication ukrainien Artem Solenko écrit le 17/8/2017 que ce dernier se montre très discret, mais qu’il a quand même pu trouver une page FaceBook concernant sa famille. Sa femme dont le prénom est Tatyana est probablement russe . On voit une photo d’elle où elle porte un uniforme russe . Solenko relève aussi avec intérêt que le chien de la famille s’appelle Sobaka (  »chien », en russe ) et que le prénom de leur fils soit Nikita. Des commentaires figurant au bas de la photo de ce dernier sont en russe, et l’un de ceux -ci a été écrit par un certain Oleg Valentinovitch Shoulga, qui travaille dans un bureau de Moscou pour… Lockheed Martin . Pour terminer, comme par hasard, l’expert Michael Elleman vient d’effacer ou de clôturer son compte FaceBook , qu’on ne peut donc plus voir qu’ici :
    https://www.facebook.com/artem.sokolenko.1/posts/10213952769603463

    Le président ukrainien Porochenko a ordonné le 168/2017 l’ouverture d’une enquête « pour éviter des spéculations supplémentaires » :
    https://mobile.twitter.com/poroshenko/status/897831055138459649

    Un responsable déclare que les 2 Nord Coréens qui avaient tenté de se se procurer des documents techniques sur les moteurs de missiles de Youzhmash en 2011 sont toujours en prison à Zhytomyr:
    https://mobile.twitter.com/dmitry_gordon/status/897437910525464576
    Apparemment, les Ukrainiens ne badinent donc pas avec les affaires d’espionnage concernant es activités de Youzhmash.

    * Voici 2 faits permettant de mettre en doute des passages de l’article du NYT, et qui n’ont curieusement pas été relevés jusqu’ici :
    1) L’auteur de l’article du NYT laisse entendre que des ingénieurs ou techniciens , ou des responsables, auraient très bien pu se laisser tenter à l’époque de l’après Maidan pour nourrir leurs familles. Peut être, car la corruption n’a pas vraiment cessé après immédiatement le printemps de 2014 et qu’elle continue d’être combattue avec plus ou moins devons résultats . Mais cela ne parait pas si évident que cela car Youzhmash a son siège à Dnipro, ses ateliers sont à Pavlohrad et que l’ensemble de ses activités se trouvent donc dans une région très proche de ce que le gouvernement ukrainien appelle la zone d’Opération Anti-Terroriste ( ATO ). Or de tout temps, la zone arrière d’une armée menant des opérations guerrières a toujours fait l’objet d’une surveillance vigilante de la part des autorités militaires et des forces concernées par la sécurité de leurs forces. Surveillance qui ne s’est d’ailleurs pas relâchée après la signature des accords de Minsk (au contraire !) . Cela va de la lutte contre l’espionnage et le sabotage, la répression du brigandage, la recherche de déserteurs, la lutte contre la contre-bande d’armes ou de marchandises prohibées. Il serait alors bien douteux que les services de police ou de sécurité ukrainiens ne repèrent pas le manège d’étrangers ou autres agents venus tenter de soudoyer des techniciens ou employés d’entreprises sensibles, d’autant plus que leur vigilance ne semble pas avoir baissé à un moment quelconque pour tout ce qui concerne Youzhmash .

    2 ) Pour que ses insinuations soient valables, l’auteur de l’article oublie aussi et surtout un détail très important . Certes, le bureau technique de recherche de Youzhmash ne peut plus effectuer de recherches ou de travaux sur les moteurs de fusée. Mais l’entreprise s’est tournée depuis vers d’autres secteurs et a diversifié ses activités et ses collaborateurs , pour l’instant, ne seraient pas aussi dans le besoin que le NYT le prétend .

    1. « Petro Porochenko a fixé des objectifs clairs à ses services de sécurité : prouver que l’Ukraine n’a rien à voir avec les moteurs des missiles nord-coréens, et trouver la source des fausses informations visant à discréditer le pays alors que plusieurs éléments sont déjà venus relativiser les allégations du New York Times, et disculper l’Ukraine.
      L’exécutif ukrainien est outré d’être accusé d’association avec le régime voyou de Pyongyang à un moment où la Maison Blanche considérait la livraison d’armes létales à l’Ukraine pour l’assister dans son effort de guerre, des armes attendues depuis des années. »
      L’Ukraine a tout à perdre (et la Russie tout à gagner) si les états-unis croient soit à une aide officielle de l’Ukraine à la Corée du Nord, soit que le gouvernement ukrainien ne contrôle pas ses usines d’armement.

    2. Un ingénieur Ukrainien qui gagne 800 € par mois et a qui on en propose 50 000 € pour des plans n’est pas dans le besoin, c’est évident.

  18. En 2012, deux espions nord-coréens ont été arrêtés à proximité de l’usine Ioujmach: membres de la représentation commerciale de Pyongyang au Bélarus, ils ont été accusés d’espionnage industriel et condamnés à 8 ans de prison chacun.
    L’effondrement de l’URSS et les difficultés de reconversion des géants publics de l’armement et de l’aérospatiale ont créé les possibilités d’un marché noir, dans lequel s’engouffrent les acteurs nord-coréens, selon bien des experts. «Avant 2014 et le début de la guerre du Donbass, le secteur de la Défense et l’appareil militaire ukrainiens étaient particulièrement corrompus et infiltrés par la Russie», confie une source du secteur de la Défense à Kiev.
    Cependant, selon le chef de l’Agence spatiale ukrainienne, Iouri Radchenko, «Ioujmach a arrêté la production de moteurs RD-250 en 2001 et, pour utiliser ces moteurs, Pyongyang doit avoir accès à une technologie de propulsion dont ne dispose que la Russie et la Chine». Problème: personne ne sait combien de moteurs ont été réellement produits par Ioujmach, comment ils sont stockés et contrôlés, un constat qui est le même pour l’usine russe Energomash.

  19. Franchement , merci de tous ces commentaires. J’ai bien ri.
    Le NYT, organe de presse néocon très proche de la CIA révèle que les Ukrainiens vendent des plans ou même des moteurs de fusée aux Nord Coréens.
    Aussitôt la brigade du politiquement correct monte à l’assaut.
     » Les ukrainiens sont nos amis……… »
     » C’est la faute aux russes !  »
    Trop drôle !

Les commentaires sont fermés.