L’Inde négocie l’achat de 31 cellules d’avions Jaguar ayant été en service dans l’armée de l’Air

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

27 contributions

  1. Nenel dit :

    On va sûrement les brader au prix de la ferraille pour faire de la place et du coup réduire à 0 le coût de déconstruction. Bonne affaire.

  2. LLH dit :

    Sur la « remise à neuf » des Jaguar français, une hypothèse de travail serait que la cellule serait en meilleur état que celle des Jaguar indiens, donc disposerait d’un meilleur potentiel de vol. Après modernisation par HAL en coopération (peut-être) avec Dassault, ils seraient donc intégrés à l’Indian Air Force … et ce serait certains des Jaguar / Shamsher indiens qui serviraient de pièce détachée.

    Autre hypothèse : les 31 serviraient à compenser l’attrition « naturelle » des Jaguar pour conserver 130 avions en état de vol jusqu’en 2030.

    Dans tous les cas, la France a intérêt à tisser, encore et encore, des partenariats stratégiques avec les armées indiennes, sans chercher forcément la rentabilité dans des cas comme ça.

  3. Myshl Mabelle dit :

    Le Jaguar français a été sacrifié de la volonté de Dassault et de ses lobbyistes militaro-étatiques.

    Pendant que le Jaguar dans quelques pays évoluait, en France on l’a étouffé, on l’a empêché de progresser vers de meilleurs moteurs, vers une meilleure avionique.

    Ben oui, le Jaguar était pour la part française un Bréguet, donc Dassault n’a eu de cesse que de l’éliminer des marchés export, donc le « finir » en France.

    Le « Seul avion qui décolle grâce à la rotation de la Terre » été tué en France. Mais il a continué de vivre et d’évoluer ailleurs. Donc il n’est pas étonnant que l’Inde souhaite récupérer nos cellules de Jaguar, pour en faire ce que nous n’avons pas voulu en faire ici.

    • Eric dit :

      C’est vrai que s’il y avait eu une guerre de haute intensité en Europe dans les années 70-80, les malheureux pilotes de Jaguar français n’auraient franchement pas été à la fête avec un avion incapable de combattre de nuit et par tous temps… Contrairement à leurs homologues de la Royal Air Force : le Jaguar S britannique était incomparablement plus évolué. C’était aussi le même problème pour les Mirage 5 de l’armée de l’air, conçus au départ pour les israéliens en vue d’un usage au proche-orient, et qu’elle a du se coltiner par décision présidentielle, parce que Dassault ne savait que faire de ces avions après l’embargo de 1967. Ces deux cas sont d’ailleurs un bon exemple de ce qui se passe lorsque l’équipement de nos armées est trop dépendant des intérêts des industriels de défense… Chose que Macron a dénoncé la semaine dernière me semble t-il.

    • mich dit :

      Bonjour Myshl ,ce que vous décrivez est bien vrai quand on voit les évolutions régulières des jaguars anglais ,mais vous exagérez un peu sur les causes car le problèmes des évolutions concernent la plupart de nos matériels ,en France on aime bien acheter du neuf ou faire vieillir en fut de de chêne !!

    • Brun loutre dit :

      Il est normal que Dassault n’ait pas fait la promotion du Jaguar puisque Bae a acquis l’exclusivité des ventes à l’international en 1980.
      La France l’a quand même un peu modernisé puisqu’en 1990, il était encore l’avion d’appui sol le plus moderne de l’Armée de l’air, car seul capable de guider de l’armement laser. Je crois que la France est aussi le seul pays a en avoir fait un avion de reconnaissance et un avion anti-radar. Le seul moment où on aurait pu choisir de moderniser le Jaguar et qu’on a fait un autre choix, c’est quand on acheté une capacité de tir guidé tout temps et qu’on a choisi le 2000D. Mais ça n’aurait pas ajouté grand chose à la longévité du Jaguar, qui devait de toute façon laisser la place au Rafale. Ca aurait été miser sur un avion condamné à moyenne échéance.Si on avait fait un autre choix, on n’aurait plus d’avions appui sol depuis plusieurs années, alors qu’on a encore les 2000D qui nous rendent bien des services.

      • Myshl MaBelle dit :

        Non, ce n’est pas « Normal ». Ce que vous écrivez démontre que Dassault a abandonné, s’est débarrassé du Jaguar, un Breguet, pour vendre ici en France ses propres avions et faire fructifier la fortune des Dassault sur le dos du contribuable français, avec sans doute la complicité du MinDef et du pilotat.

    • Vroom dit :

      Jaguar , 32 ans de service , Mirage IV retiré la même année , 41 ans et encore il ne remplissait plus sa mission initiale depuis plusieurs années . il était temps pour eux de partir.

    • Manuel dit :

      Bon avion qui a fait son temps. Il y a vingt , les mécanos en parlaient déjà comme le moyen le plus cher de faire voler de la peinture.

    • Pascal dit :

      Pendant que dans certain pays on a fait évoluer le Jaguar, en France on a développé le rafale et aujourd’hui, les indiens n’ont aucune fierté à s’acheter des avions d’occasions.

    • S.B-Seguin dit :

      Et pourtant,
      les Jaguar S britanniques même portés au standard GR.3 dans les années 90, effectivement plus évolués et re-motorisés, furent retirés de la RAF sur la même période que les Jaguar A français au tournant des années 2005 / 2007.

    • ScopeWizard dit :

      @Myshl Mabelle
      .

      N’ importe quoi !
      .
      SEPECAT : Société Européenne de Production de l’ avion École de Combat et d’ Appui Tactique soit le consortium formé par British Aerospace ( BAC ) et Dassault-Breguet .
      Selon Wikipedia :
      « C’est une société anonyme de droit français, dont une moitié des parts appartient au constructeur aéronautique français Bréguet (racheté en juin 1967 par Dassault Aviation) et l’autre moitié au constructeur anglais British Aircraft Corporation (BAC, fusionné en 1977 dans British Aerospace). »
      .
      Le Jaguar dans ses versions A ( 160 ex ) et E ( 40 ex ) était en service depuis 1973 jusqu’ en 2005 ; 32 ans de bons et loyaux services pour un avion de combat déjà dépassé depuis le début des années 90 voire des années 80 , ce n’est pas rien …
      .
      Dès 1981 , lors d’ un concours d’ évaluation de bombardement tactique organisé sur la base aérienne de Lossiemouth en Écosse , le Tactical Air Command mit en compétition son General Dynamics F-16 qui a dû se mesurer à d’ autres appareils réputés et éprouvés tels le Blackburn Buccaneer , le General Dynamics F-111 , et le Jaguar !
      Les épreuves qui consistaient non seulement en la précision de bombardement mais également aux autres aspects du combat aérien tels que la navigation , les cadences de rotation , la maniabilité , la tactique , devaient permettre de comparer les capacités d’ attaque au sol des appareils britanniques et américains et c’est le F-16 qui a tout remporté … y compris face au Jaguar pourtant spécialement conçu pour l’ attaque au sol !
      Et il s’ agissait-là des Jaguar britanniques …
      .
      Si les deux versions de base du Jaguar possèdent la même cellule , elles disposent cependant d’ équipements fort différents ; ainsi , au début de leur carrière opérationnelle , les GR.1 de la Royal Air Force sont dotés d’ un système de navigation à inertie , d’ un écran vertical , d’ un projecteur de cartes , d’ un radar d’ altitude , d’ un système intégré de navigation/attaque , d’ un système de guidage laser , d’un équipement complet de contre-mesures électroniques ( ECM ) et peuvent recevoir en option tout un appareillage de reconnaissance très sensible .
      Les Jaguar A français disposaient quant-à eux d’une simple plate-forme jumelée avec un gyroscope , d’ un système Doppler mais embarquaient aussi un ordinateur de navigation .
      .
      Si quelqu’ un connait la liste des améliorations et modifications apportées à l’ équipement des différentes versions ( y compris l’ « International » ) au fil du temps , il est le bienvenu .

  4. Kxriqhp2 dit :

    cible d’entrainement, l’âge de mon grand père,

  5. Wagdoox dit :

    Tout est fait pour avoir du nombre à moindre coût, la modernisation leur permet de garde toute la partie logistique.
    Je ne comprends pas pourquoi les indiens demanderaient des avions en état de vol si c’est pour les canivaliser derriere …

  6. mich dit :

    Si ça continue ,il y a bientôt un pays qui va nous proposer de l’argent pour les mirage III sur stèle !Plus sérieusement je me demande si on commence à réfléchir à un avenir export pour nos mirages 2000 ,ou si on compte les user jusqu ‘au bout.

    • wagdoox dit :

      Ils finieront de la meme manière, ils seront pour la plus part épuisé mais dès le coup de maintien sera jugé trop important les quels uns restant connaitront eux aussi les joies de l’exportation tardive.

    • wizard51 dit :

      On a déjà exporté les 12 premiers RDI en occasion au Brésil, je crois que l’Argentine était demandeuse, avant les F1, d’une douzaine de RDI d’occasion également, mais cela ne s’est pas fait. Il y a peut être des Super Etendards qui vont partir ou qui sont déjà partis en tant que stock de pièce également.

  7. Ricojaneiro dit :

    Allez, encore une cinquantaine de plans comme ça et on va les trouver les 850 millions !
    🙂

  8. Et dire que dans 50 ans on trouvera des Rafale dans les vides-greniers…

  9. patex dit :

    Excellente nouvelle. Cela conforte une fois de plus la position de la France comme partenaire stratégique de l’Inde. Vous aurez remarqué que l’on entend plus parler de F-16 ou de Gripen pour l’Inde, projets que défendait le ministre Parrikar qui a été désavoué par Modi et renvoyé dans une sombre province. Si l’Inde achète de vieux Jaguar à la France, cela signifie qu’elle est pragmatique face à ses ressources budgétaires limitées, et qu’elle fait le choix de maintenir une flotte qui fonctionne correctement, à défaut de ne pas être la plus moderne. C’est bon signe, car cela veut dire que le Rafale a été retenu pour équiper la marine indienne qui souhaite en acheter 57. Exit donc l’idée d’une flotte composée d’une multitude d’avions, et le futur format indien serait donc de 272 Sukhoi 30MKI, 36+57+X Rafale comme chasseurs de première ligne, suivis d’un hypothétique lot de T-50.
    A suivre, l’Inde souhaite acquérir de nouveaux sous-marins Scorpène.
    Les affaires vont bien.

  10. matk dit :

    Les Jaguar de l’IAF sont équipées du système roquette de 68mm de Thales. Avec la modernisation de HAL et la version guidée des roquettes de 68mm cela devrait rendre certains services…mais pas assez cher mon fils…

    • Lagaffe dit :

      « L’accord avec l’Inde sur les Jaguar serait gagnant-gagnant : côté indien, l’armée pourrait donner un second souffle à ses vieux appareils qui vont devoir durer plus longtemps que prévu. Et côté français, l’armée de l’air se débarrasserait d’avions qui ne survivront plus très longtemps sous leur cocon, et le gouvernement marquerait des points auprès des Indiens, dont Dassault espère bien qu’ils vont passer une seconde commande de Rafale très prochainement. »
      Si c’est pour assurer une nouvelle commande rapide de Rafale en échange, c’est une bonne affaire !