Au moins 15 pays de l’Otan se disent prêts à envoyer des troupes en Afghanistan

Cette année, l’Afghanistan a connu le pire mois de Ramadan depuis 2001, avec au moins 200 tués, essentiellement des civils, et plus de 700 blessés. Ce bilan est largement dû à l’attentat suicide qui, commis contre le quartier diplomatique de Kaboul, le 31 mai, n’a toujours pas été revendiqué.

En outre, les taliban ont encore accentué leur pression sur certaines provinces, en particulier dans celles du Helmand, de Paktia et de Parwan. Enfin, il faut aussi compter sur la présence de la branche afghano-pakistanaise de l’État islamique (EI-K), qui a pris le contrôle des montagnes de Tora Bora.

« C’était le mois le plus meurtrier pour les Afghans pieux et pour tous ceux qui observent le jeûne », a commenté le général Abdul Wahid Taqat, un analyste politique cité par l’AFP. « Ils ont tué partout où ils pouvaient, dans les mosquées, dans les rues … parce qu’ils pensent que plus ils tuent plus grande sera la récompense », a-t-il continué. Et d’ajouter : « Les Taliban, Daesh (acronyme arabe de l’EI), el-Qaëda, tous concourrent à faire de 2017 l’année la plus meurtrière, comme un avertissement donné aux Etats-Unis qui envisagent de renforcer leurs troupes en Afghanistan. »

Lors d’une réunion des ministres de la Défense des pays membres de l’Otan, le chef du Pentagone, l’ex-général James Mattis, a estimé que le retrait des troupes occidentales, alors engagées dans la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), avait eu lieu trop tôt.

« En regardant en arrière, il y a à peu près un consensus sur le fait que nous avons peut-être retiré nos troupes trop rapidement », a déclaré M. Mattis. « Vous ne pouvez dire :’ j’en ai marre’, rentrer chez vous et ensuite être frappés de nouveau » par le terrorisme, a-t-il lancé. « La grande question est : ‘Quel serait le prix si on ne menait pas cette guerre?’ Je ne suis pas prêt à payer ce prix », a-t-il conclu.

Depuis janvier 2015, la mission Resolute Support, conduite par l’Otan, a pris le relais de l’ISAF, avec environ 13.500 militaires chargés d’assurer la formation et l’entraînement d’une armée nationale afghane (ANA) sous pression.

Devant cette dégradation de la situation en Afghanistan, l’Otan est sollicitée pour y envoyer des renforts, alors que les États-Unis envisageant déjà d’augmenter les effectifs de leur contingent déjà sur place de 3.000 à 4.000 hommes. Et visiblement, au moins 15 Alliés seraient prêts à fournir des troupes pour ce nouvel effort.

« Je peux confirmer que nous allons augmenter notre présence militaire en Afghanistan », a ainsi déclaré Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan, le 29 juin. L’ampleur de ces renforts devrait être de 2.500 à 3.000 soldats. Toutefois, aucune annonce précise concernant les contributions des uns et des autres n’a été faite.

« Il ne s’agit pas de reprendre des opérations de combatmais « d’aider les Afghans à combattre et à assumer leurs responsabilités en termes de sécurité « , a fait valoir M. Stoltenberg.

Trois domaines exigeraient un effort particulier de l’Otan en faveur de l’armée afghane : le reforcement des forces spéciales, le soutien au développement des forces aériennes afghanes et la formation des cadres.

Il faut « s’assurer que nous sommes capables de sortir de l’impasse et de préparer le terrain pour une solution politique », a par ailleurs affirmé é M. Stoltenberg, avant d’estimer que « la corruption est une menace stratégique très grave, l’une des raisons pour lesquelles l’Afghanistan souffre toujours de l’instabilité et de la violence. »

« La situation politique et sécuritaire en Afghanistan va presque certainement se détériorer tout au long de 2018, même avec une modeste augmentation de l’aide militaire des Etats-Unis et de leurs partenaires » de l’Otan, avait récemment déclaré Dan Coats, le directeur national du renseignement américain.

23 commentaires sur “Au moins 15 pays de l’Otan se disent prêts à envoyer des troupes en Afghanistan”

  1. Foutaise.
    D’un point de vue stratégique, sans l’aval et la coopération du Pakistan on perd notre temps.
    De plus, maintenant que m’espace aérien Russe nous est fermé, on fera des détours qui feront rallonger la note du transport. Et avec quels avions ? Avec les sanctions contre la Russie, on ne peu plus louer d’avion de transport militaire en Russie ? Les Ukrainiens, ils sont déjà à la peine pour faire voler leurs avions, c’est pas pour en faire voler des autres.
    C’est les Russes qui doivent rigoler de nous voir s’enliser en Afghanistan, nous les grands donneurs de leçons. Manquerait plus qu’ils fournissent des Iglas et on subira le même sort que feu l’URSS.
    Au faite, je serais ravi de savoir qui comptent envoyer des soldats avec quels moyens…

    1. 2 parlementaires français ont demandé le développement d’un A380M ou d’un béluga XL M justement parce que l’A400M est pas assez gros pour tout. Cout l’opération environ 2 milliards, plus les avions eux meme. Si on leur rajoute un radar et ouverture on pourrait en faire un bombardier stratégique …

  2. Les troupes étrangères sont toujours considérées avec méfiance même si elles sont alliées et dans ces pays la méfiance devient vite de l’hostilité puis de la haine ……
    Il faut éviter de remettre son nez dans le nid de frelons , c’est la plus sage des attitudes

  3. – La corruption : quand on a soit même participé au bidouillage des élections pour maintenir au pouvoir la clique de corrompus/corrupteurs qu’on soutient cette déclaration est assez risible.
    – 100 000 soldats US en 2001/2002 pour lutter contre les talibans…8400 en 2017 et on en réclame 4000 autres…avec la même stratégie. Ne cherchez pas l’erreur.
    – Sur le chantier « popularité des américains » cher à james Mattis : 8 gardes afghans de la base de bagram ont été tués le 19 juin, quelques semaines auparavant c’était à camp chapman et fin mai à khost…
    Popularité toujours :
    3 soldats américains tués le 11 juin par un soldat afghan dans la province de nangarhar.
    7 américains blessés par un soldat afghan le 17 juin sur la base de shahin à mazar e sharif.
    D’autre part les milices afghanes armées par la cia sont particulièrement ciblées par les talibans.
    Pour en finir avec la popularité, le mollah akhundzada a dans ses vœux pour l’aid répété qu’il fallait en finir avec les étrangers sur le sol afghan.

  4. Les petits toutous européens rappliquent à l’appel du maître américain. Ils sont moins pressés pour nous aider au Mali, pourtant le Sahel est plus près de l’Europe que l’Afghanistan…L’OTAN n’a pas été créée pour combattre en Asie Centrale… Nous sommes partis pour une guerre de cent ans, la politique menée là-bas depuis 16 ans (!) ne mène à rien et n’a apporté aucune solution. Tant qu’à créer des corps expéditionnaires sous l’égide de l’OTAN, la Lybie me semble être une affaire qui nous concerne plus directement (entre autres).

  5. Euh. Bon, comment dire brièvement ; tout ça pour ça ; foutage de gueule. Voilà. Ou comment prendre les citoyens pour des c.ns.

    Pendant ce temps Daesh fait son trou.
    https://www.nytimes.com/2017/06/28/world/asia/isis-northern-afghanistan.html
    « ISIS, aidé par les groupes d’ex-Talibans, s’infiltre dans le nord de l’Afghanistan »

    Enfin il faut un volontaire pour expliquer au général Mattis que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Si on lui explique sous la forme d’une histoire de Monsieur Chaussette, il y a peut-être une chance pour qu’une étincelle se produise.

    1. Mattis est loin d’être le con que vous décrivez mais derrière l’Afghanistan c’est l’Iran qui est visé et surtout un axe Iran Afghanistan Pakistan et qui pourrait être allié avec la Chine qui est brisé. Le but de cette guerre n’est pas de gagner ou prendre mais d’être là dans la paix ou dans la guerre mais être là. Pareil avec l’Irak sur le versant ouest de l’Iran. Après la guerre Iran-Irak, l’Irak était presque devenu une zone tampon depuis c’est une ligne de conflit.

      1. Notez que l’axe en question existe déjà, l’Afghanistan ayant tjs été le jouet de ses voisins. Et si Mattis se trompe d’ennemi, alors oui c’est un âne.

  6. vu les sommes investies depuis plus de 15 ans qui se compte en trilliards et les résutlats obtenus je pense qu’on ferait mieux de laisser les talibans faire ce qu’ils veulent et si la population a réussi à combattre les russes et les américains qu’ils se débrouillent avec eux!

  7. On ne peut pas envoyer de contingent là bas c est folie car la population nous hait ainsi que certains militaires afghans…puisqu ils veulent rester au moyen âge : qu ils se débrouillent entre talibancal et daéchiens.

    1. A de Auguste pourquoi car l Afghanistan et la porte d entré et le verrou de l extreme orient ni plus ni moins , un point stratégique d un pont de vue militaire , stratégique et économique . Empire grec , Mongol et perse , pour contrôlée le moyen orient il faut contrôlée l Afghanistan car il ait aussi un verrou face a la Chine et a la Russie et c est aussi un pont entre orient , occident , moyen orient , extreme orient .

      1. Ils semblerait que l’Afghanistan aie un potentiel minier exceptionnel. Avec sa situation géographique très intéressante, il y a un réel intérêt économique.
        En mars, le président Afghan commençait à faire la promotion des potentiels minéraux auprès de Trump, sachant que s’il y voyait un intérêt économique, alors stabiliser la région aurait du sens !

  8. Les Pakistanais , les Russes et les chinois doivent ce fendre la gueule ou comment faire durée la campagne us/otan en Afghanistan pour leur faire perdre le plus d argent et d homme malheureusement et de matériel .
    Les talibans on le temps , le temps , le temps et il savent très bien que les us ne resterons pas éternellement voici leur arme la plus létale , face a ce peuple qui ne sait ou donné de la tete . Exemple un chef talibans dit a un colonel de l armée afghane tu sais les russes sont parti et regarde ce qu ils ait advenu de cette ancien général et de ça famille , voila la pression psychologique .

  9. Juste un point pour préciser qu’en 2001/2002 les USA ne comptaient pas « 100 000 soldats » en Afghanistan, mais bien 18 000 fin 2002.
    .
    Ils seront encore moins de 30 000 en 2009,
    pour effectivement culminer à plus de « 100 000 soldats » en 2011 à 2012 (suite au retrait US de l’Irak voulu par Obama) avec 30 000 alliés de l’OTAN et des « Five Eyes » dans le cadre de l’ISAF [ dont notamment 9500 britanniques, 5000 allemands, 4000 français, 3800 italiens, 2900 canadiens, 2500 polonais, 1700 roumains et 1500 australiens en 2011 ].
    .
    L’ISAF atteignait donc un pic 130 000 soldas alliés en 2011/2012 pour ensuite redescendre à 100 000 hommes fin 2012 [dont 68 000 américains et 3600 français qui entamaient doucement leur retrait] et continuer à descendre à 41 000 hommes [ dont 29 000 américains ] en septembre 2014.
    .
    En 2015, il s’agissait de 9800 américains en plus de 2900 alliés de OTAN, dont 250 français.
    .
    Il serait présomptueux d’anticiper les intentions américaines en Afghanistan en général, et sur le plan strictement militaire en particuliers.
    Mais quoi qu’il en sera, une force internationale de moins de 20 000 hommes n’aura certainement pas les mêmes « ambitions » qu’une force de 130 000 hommes tel que c’était le cas en 2011/2012.

  10. Bien des commentaires négatifs qui nient les progrès effectués par ce pays pour ne souligner que les, certes grandes, lacunes. La victoire ne s’obtiendra pas avec 100000 hommes, mais un appui bien adapté, permettra aux forces de sécurité afghanes de mieux travailler (des mentors jusqu’au niveau brigade, et également pour la police au niveau régional me semble un bon deal). Il faudra poursuivre notre effort en matière de développement, lutter plus efficacement contre les trafics, contre la corruption et l’évaporation de l’aide qui va avec. Surtout, c’est le même combat que nous menons au Sahel et au Moyen Orient. La France doit se concentrer sur son théâtre majeur, Sahel et montrer concrètement sa solidarité avec ses alliés en Afghanistan et au Moyen Orient (participation état-major, petites unités, coopération militaire…). Reculer n’est pas une solution, se planquer derrière de Twall non plus. Il faut se battre et prendre des risques; nos 90 tués en Afghanistan ne seront morts pour rien que si nous abandonnons. L’OTAN, c’est nous aussi.

    1. Sauf qu’en Afghanistan, ça fait 15 ans que ça dure et que la situation, contrairement à ce que vous dites, ne s’améliore pas. Il n’y a qu’à regarder le taux d’attritions des forces afghanes. S’obstiner dans ce qui ne marche pas, et surtout donner l’impression de n’avoir ni stratégie ni idées nouvelles, c’est déjà s’inscrire dans un continuum d’échecs.

Les commentaires sont fermés.