Le Danemark choisit la dernière version du CAESAR pour moderniser son artillerie

En 2015, le français Nexter avait perdu un gros marché au Danemark, son Véhicule Blindé de Comba d’Infanterie (VBCI) ayant été écarté au profit du Piranha 5 8×8 de Mowag/General Dynamics pour remplacer les blindés de transport de troupes M-113, entrés en service dans les années 1960.

Moins de deux ans plus tard, Nexter, qui fait désormais cause commune avec l’allemand Krauss-Maffei Wegmann au sein du groupe KNDS, a finalement réussi à s’imposer au Danemark avec la dernière version de son Camion équipé d’un système d’artillerie (CAESAR). En effet, le ministère danois de la Défense a annoncé, cette semaine, son intention d’en commander 15 exemplaires (et 6 en option), qui remplaceront les systèmes M-109, en service depuis 1965.

Le K9 Thunder de Samsung Techwin et l’ATMOS (Autonomous Truck Mounted howitzer System) du tandem Elbit/Soltam Systems étaient notamment en lice pour remporter ce marché, dont l’attribution avait été retardée pour des raisons budgétaires.

L’armée danoise disposera donc du CAESAR 8×8, une version plus « robuste » que celle mise en oeuvre par son homologue française. D’une masse d’environ 30 tonnes, il a une capacité accrue d’emport de munitions (30 obus au lieu de 18) pour alimenter son canon de 155 mm et offre une meilleure protection à son équipage, grâce à une cabine blindée de niveau 2A ou 2B.

Cependant, avec ses 30 tonnes, le CAESAR 8×8 est difficilement aérotransportable. Mais, au moment de sa présentation, en septembre 2015, Nexter fit valoir que « beaucoup de clients n’étaient pas intéressés par le transport via C-130 ». Ce qui s’est donc révélé exact.

Il s’agit du second contrat remporté par le CAESAR cette année. Outre les 15 exemplaires destinés au Danemark, l’Indonésie a annoncé, en février, son intention de disposer de 18 unités de plus, lesquelles viendront s’ajouter au 37 déjà commandées en 2012.

63 commentaires sur “Le Danemark choisit la dernière version du CAESAR pour moderniser son artillerie”

  1. On notera que contrairement à la version exposée en salons depuis 2015, le CAESAR qui a été testé par les danois ne disposait pas de bras manipulateur remplaçant le convoyeur, si je ne m’abuse. Peut-être considère-t-on ce genre de gadget trop sensible aux pannes mécaniques, laissant les servants dans l’embarras dès lors que l’équipe est amputée du convoyeur censé être remplacé.

      1. C’est en tout cas ce que l’on observait sur les photos correspondantes, d’où le « si je ne m’abuse ». De fait non, je n’en suis pas sûr. Je n’étais pas sur place lors des essais 🙂

    1. 2015… je ne pense pas que ce modèle existait ! la version 6×6 qui est en dotation chez nous est un chargement semi auto donc pas de bras de charge puisque c’est un opérateur qui de pose l’obus dans le berceau d’approvisionnent – Là c’est du Full automatique …! on peut faire confiance aux danois pour l’avoir testé sous toutes le coutures afin de s’assurer de la fiabilité en full automatique !

      1. Et pourtant, c’est bel et bien cette année là qu’on a vu pour la première fois le 8×8 sur chassîs T815 :
        http://www.armyrecognition.com/dsei_2015_news_online_show_daily_coverage_report_u/dsei_2015_nexter_s_brand_new_8x8_caesar_self-propelled_howitzer_starring_in_london_21809151.html
        .
        Je sais bien que les 6×6 n’ont pas de bras manipulateur. Le modèle présenté dès 2015 en a un, lui, et on ne le voit pas sur les photos des essais danois, c’est tout ce que je dis.

  2. Pas aérotransportable en C130, mais tout a fait possible en A400M. – En attendant, je n’aurai pas parié un euro sur des danois achetant français ! Comme quoi …

    1. Les Danois s’y intéressaient depuis longtemps déjà . Même si certains informateurs toujours bien informés avaient donné l’ATMOS comme favori à un moment, le CAESAR est bien mieux adapté aux besoins particuliers du Danemark et d’autres pays scandinaves : pouvoir servir éventuellement de pièce d’artillerie côtière, et se comporter correctement par grand froid .
      De leur côté, les Norvégiens ont renoncé à leur collaboration avec les Suédois et annulé voici 3 ans leur commande d’Archer . Le matériel qu’ils désireraient acquérir à présent ressemble beaucoup à un CAESAR capable d’opérer dans des conditions hivernales très dures. Seront ils influencés par l’exemple des Danois?

      1. Il me semble que le CAESAR a perdu en Norvège. C’est le K9 ThunderCoréen qui a gagné il me semble.

        1. @H&K:
          .
          Non, le K9 Thunder est chenillé et est effectivement finaliste avec le CAESAR en Norvège.
          Peut-être confondez-vous avec le récent marché remporté par le K9 en Finlande et depuis sélectionné en Estonie ?

    2. Les danois n’achètent pas chez Airbus pour l’instant, et n’ont pas tellement de raisons de s’y mettre. Vous avez raison, l’aérotransport est tout à fait possible via A400M, mais ça ne concerne tout simpelment pas les danois 🙂

      1. Je ne suis pas un expert, mais il existe d’autres appareils souvent utilisé par les forces occidentales, tel que le C17 (National ou prêt US) ainsi que les Antonov(70? 124/220).

        1. Oui bien entendu, mais ces appareils ne font pas partie de la flotte danoise non plus. Donc ils peuvent se faire prêter des A400M ou n’importe quoi de plus gros, mais ils ne peuvent pas aérotransporter le CEASAR 8×8 eux-même.
          Contrairement à l’Armée de Terre, les danois ne privilégient pas spécialement la capacité de déploiement rapide sur théâtre via les airs, donc ils n’avaient pas de contrainte d’aérotransport. S’ils ont besoin d’un CAESAR sur un théâtre, ils l’acheminent par bateau et par la route, sur porte-char ou de manière autonome.

          1. @ Waernuk

            De 3 à 4 C-17 fournis par les américains sont disponibles en *permanence* pour les plus petites forces de l’OTAN en cas de besoins.
            .
            Là ou même nous, canadiens, prêtons nos C-17 aux forces françaises pour Sangaris et autres missions en Afrique de l’Ouest, je n’ai aucun doute que dans le besoin nous ou les USA/GB ferrons la même chose pour les danois si leurs CEASAR est requis sur le théâtre d’opération.

          2. ils sont loué en permanence, j’avais un ami qui servait en Afghanistan, il me disait sans les antonovs l’armée française peut rentrer à la maison mais à la nage…
            Pourtant la France ne possèdait pas d’Antonov.

          3. @Nico St-Jean:
            .
            C’est peut-être anecdotique, mais même fort de ses C-17, le Canada est apparemment bien content de s’en remettre aux services des Antonov AN-124 pour envoyer ses Leopard 2A6 en … Afghanistan comme ici à Kandahar:
            http://media.defenceindustrydaily.com/images/AIR_AN-124_Unloads_Leopard-2A6M_Canadian_Afghanistan_lg.jpg
            .
            Nous pouvons le même cas de figure avec les ces Chinook néerlandais:
            https://www.defensie.nl/binaries/large/content/gallery/defensie/content-afbeeldingen/actueel/nieuws/2010/10/de-russische-antonov-124-bracht-de-chinooks-terug-naar-nederland.jpg
            .
            Tiens, un Pzh 2000 allemand qui débarque d’un AN-124 en Afghanistan :
            http://img12.nnm.me/6/b/8/a/8/9909ca96fbe99be8480808ec052.jpg
            .
            Tiens un VCI « Dardo » italien qui débarque d’un … AN-124 toujours en opération en … Afghanistan…
            http://img11.nnm.me/a/0/6/4/6/188b37ec04650905e823becee1e.jpg
            .
            Mais où étaient vos C-17 US, canadiens et britanniques mis à disposition de l’OTAN 🙂 ?

      2. « ça ne concerne tout simplement pas les danois »:
        pas forcément, en cas de participation de leurs Caesar dans une opération UE/OTAN, un allié européen peut très bien les aider à les transporter (après tout, des pays européens ont bien aidés la France en terme de logistique au Mali). Mais ils seraient dépendants de leurs alliés par contre c’est sûr. Et comme le dit Hermès, d’autres appareils (US par exemple) peuvent aussi faire le job.

        1. @Léonard:
          .
          Comme pratiquement tout le monde à l’OTAN, les danois loueront des Antonov 124 ukrainiens à défaut d’être russes.

  3. Le concept d’artillerie sur roues est vraiment en train de décoller ! Les militaires français avaient conduit le programme AUF1 sur chenilles, et il paraissait impensable à beaucoup (la grande majorité) d’avoir un jour un canon sur roues. Comme si le canon qui tire loin, par essence, devait être en permanence « au cul » des blindés chenillés appuyés qui eux … tirent court! Il a fallu un général artilleur 2S – ancien commandant de l’Ecole d’Artillerie – un peu iconoclaste et très clairvoyant passé chez GIAT pour que les choses évoluent. Encore le duel roue-chenille … Mais maintenant que le véhicule d’infanterie qui accompagne le LECLERC est le VBCI … à roues … qui sert bien, sans LECLERC, mais avec les SAGAIE … à roues en Afrique … !!! Désormais, le CAESAR 8 x 8 profite du RETEX du 6 x 6. Il est bien amélioré (protection, chargement automatique, capacité emport obus, châssis haute performance TATRA) et va encore trouver des clients, avant de rejoindre, sous peu, l’artillerie française (déclaration du CEMAT). Noter qu’après le TITUS, NEXTER travaille à nouveau avec TATRA. Nous voici avec une alliance franco-germano-tchèque. L’ Europe de la défense des industriels avance … elle.

    1. En fait, c’est l’Armée Populaire Tchècoslovaque qui a mis à la mode , avec le canon de 152 mm Vz 77. DANA, ce concept de canon de gros calibre , à grande portée et grande cadence de tir sur véhicule à roue, dans les années 1970. C’est un matériel qui n’était pas du tout passé inaperçu de l’OTAN à l’époque .

  4. Sauf erreur de ma part, le CAESAR 8X8 est aérotransportable par A400 M, et bien sur, par des appareils plus lourds …
    En tout cas, un beau coup joué par NEXTER qui lance ainsi cette version lourde du CAESAR, en attendant une commande française pour le remplacement des 155 mm. De même, avec ce véhicule NEXTER dispose d’une gamme d’artillerie plus étendue qui reste complémentaire des systèmes proposés par son partenaire allemand KMW, dans le cadre de la société commune KNDS.

  5. Comme le casque HMD sur le Rafale, les corvettes Gowind, encore un équipement dont les forces françaises ne disposent pas…

    1. Ha ! Je l’attendais, vous l’avez faite ! : une petite touche french bashing !… Pourquoi être content d’une commande ? Ben non, critiquons…

    2. @hdg:
      .
      Paradoxalement, contrairement à son ainé 6 X 6 développé sur fonds par Nexter, c’est ce modèle 8 X 8 qui correspond aux spécifications françaises pour successeur à l’AUF-1 qui ne sera donc pas chenillé.
      Ce qui sous-entend que l’acquisition de cette version lourde du CAESAR est programmée en France alors que le 6 X 6 ne l’était pas à l’origine.
      Ce furent donc les démonstrateurs technologiques 6 X 6 proposés par Nexter pour essais et évaluation depuis qui auront séduit la DGA et l’Armée de Terre pour une commande de 72 exemplaires en 2004, pour commencer à être livrés à partir de 2008…

        1. Il est effectivement envisagé que le service des 32 derniers AUF-1 encore fonctionnels soit prolongé jusqu’à …… 2030…
          Ces engins auront alors entre 50 et 45 ans pour les derniers livrés…
          .
          Mais bon, cette programmation reste liée aux calendriers de la LPM 2014/2019 conséquente du LBDSN de 2013 potentiellement appelés l’un et l’autre à être abandonnés suivant l’alternance politique.

          1. Le problème c’est que version lourde ou pas, il ne semble pas qu’il y ait de protection NBC sur Caesar. Si c’est le cas la « menace » à l’est fera qu’on remplacera plus rapidement. De toute façon on a intérêt à homogénéiser le parc ce qui implique aussi de ne pas faire entrer des caesar 20 ans après les premiers…

          2. L’AUF1, c’est une arme de guerre totale. Une arme de duel d’artillerie. Une arme exceptionnelle, dans son temps. Une capacité de tir elle-même inégalée pendant presque 25 ans. Un par 6 en 45 secondes. Mise en batterie, tir et sortie de batterie en deux minutes sur « flash » (la batterie est en mouvement. Ordre de tir. La batterie stoppe. Le Vab MecArt qui roule devant, se déporte sous le feu de la batterie. Tubes à zéro. Ordres VAB Atila/Atlas, Rouge et Noir sur le repère du VAB MecArt. Boum boum boum boum boum boum ! Le Vab MecArt sort de sa mise à poste, et se remet dans la colonne, et c’ets reparti). C’est fait pour passer sous le feu de la batterie adverse, l’accrocher et lui clouer le bec. Une bataille de coquilles d’oeuf armées de marteau. Frapper vite, frapper fort, frapper juste.
            CHICARD !

  6. C’est vrai que les 18 obus de capacité est très très peu. Même 30 me semble insuffisant.

    1. Pour des opérations de moyenne intensité, il n’est pas indispensable de disposer d’une quantité de munitions très importante sur le lanceur lui-même : on peut coller un camion munitions au lanceur.
      Mais c’est vrai que 18 c’était peu. 24 me semble un minimum pour un système comme le CAESAR, donc 30 rien à redire.

    2. Rien n’interdit d’en avoir d’autres à côté. Dans une situation où on doit bouger rapidement car risque de tir de contre-batterie, on peut difficilement tirer plus de 18 – ou 30 – obus d’un seul coup, par pièce …

    3. Pour des conflits asymétriques comme c’est le cas aujourd’hui, j’imagine que la mobilité et la possibilité de tirer rapidement sont les éléments clés. Et comme le disent les autres commentaires, lorsque l’intensité est plus élevée, alors il est possible d’en avoir plus. Et je présume que le nombre d’obus correspond à une certaine expérience accumulée lors des conflits récents.

      Mais je pense qu’il y a aussi une part de sécurité là dedans, plus il y a d’obus accumulés au même endroit, et plus le risque est élevé d’avoir des pertes humaines importantes autour du camion s’il est lui même touché par un obus, une grenade, une roquette…

    4. Une batterie de 4 pièces qui ballance un par 6, c’est 1 tonne d’obus en 1 minute. Avec une précision de s tubes français (ça joue aussi, la qualité des tubes) qui est assez incroyable malgré la dispersion mécanique des obus. Vous imaginez ce que ça donne sur de l’infanterie mécanisée. Et même du char. Le tout n’étant pas forcéement de faire un 0x0 sur un char, mais de l’immobiliser par l’effet de souffle et les éclats sur les chenilles pour l’incapaciter, ou, assez près, le « renverser ». C’est très violent. Vu à Canjuers depuis un observatoire il y a presque 30 ans, un tir sur un « haricot » d’artillerie au-delà des gorges du Verdon, à 1000 mètres, les effets d’un tir de 21 pièces AUF1 tirant un « par 4 » en « flash ». Le « spectacle » a duré une trentaine de secondes. Hallucinant. Carcasses de « X13 » volant à 10 mètres de hauteur et « bande son » soulevant les tripes.

  7. « Difficilement aerotransportable  » … pas tant que cela vu qu’il est donné pour être aerotransportable via A400M … avion qui est déjà chez nous en plus grande dotation que le C130 (qui lui doit se contenter du Caesar « léger »).
    .
    C est une très Bonne Nouvelle, et désormais les perspectives exports sont encore plus larges.
    D’ailleurs, quid du côté de la Norvège … qui avait annulé sa commande du Archer, mais qui était censée étudier un projet d’équipement … avec le Danemark justement ?

    1. Très bonne question Fralipolipi,
      d’autant plus qu’il semble que les deux programmes danois et norvégiens soient associés l’un pouvant entrainer la décision de l’autre…
      Affaire à suivre, mais ça sent bon pour Nexter.

        1. @Alain d:
          .
          Il y a déjà un bon moment que le « Archer » suédois (Bofors + BAe Systems) qui fut commandé à hauteur de 24 exemplaires par la Norvège, a depuis vu cette commande carrément annulée ( ! ), en 2013…

  8. Il est intéressant de constater qu’en Europe, le matériel américain est de moins en moins nombreux, même si on aime s’acharner avec le F-35 ou les achats de la Pologne et quelques autres (drones).
    Dans les marines européennes, il n’y a presque aucun navire/sous marin américain.
    Dans les armées de terre, c’est pareil, les équipements américains ne sont pas massivement présent et on remarque comme ici, que les anciens équipements « made in america » se font remplacer par des produits européen.
    Dans les armées de l’air, en dehors du symbolique F-35, l’essentiel des aéronefs restent tout de même européen.De même qu’on a l’A400M qui « dégage » presque entièrement les avions C-130 (même si on ne a acheté pour combler les retards de notre Atlas). C’est aussi le cas pour les ravitailleurs.
    On s’énerve souvent de la dépendance européenne aux matériels américains, pourtant elle est de moins en moins importante tout comme dans l’Est le matériel soviétique disparaît au profit de matériels otan.
    Avec de la chance, Trump va créer en Europe une orientation d’acquisition bien plus proche européenne, remettant en question le choix américain comme le F-35 en Belgique ou autre chose ailleurs.

    1. D’accord avec tout sauf le F-35, qui n’est pas « symbolique » : c’est une tentative explicite d’assassinat de l’industrie aéronautique européenne, qui est en train de se muer en assassinat réussi des budgets de la défense de ses clients. Et ce, pour les 40 ans à venir, ce qui ne revient pas précisément à un petit achat de canons automoteurs.

      1. Lorsque je dis symbolique , je voulais dire que c’est le premier que certains sortent pour se plaindre de la dépendance de l’Europe envers les états unis.
        Par contre le F-35 n’a pas été conçu pour « détruire l’aéronautique européenne » mais pour remplacer le F-16 et les pays clients en Europe ont déjà des F-16.
        Je pense qu’on se trompe en pensant que les USA cherchent a fragiliser l’Europe et la rendre dépendante, ce qui se passe chez nous, ce n’est pas la cause des américains et du F-35, mais du contexte.En France on a le rafale, ce n’est pas pour autant que notre budget se porte mieux qu’ailleurs.
        Aujourd’hui un avion de chasse ne coûte plus 10 millions $ et ce n’est pas qu’un effet américain.
        Hier on pouvait se dire que le tout technologisme occidental qui quadruple le prix des matériels est une erreur car il fait fondre nos armées, on prenait exemple sur des pays comme la Russie ou la Chine qui avaient a première vu, des productions peu coûteuse et nombreuse.Mais aujourd’hui, que font la Chine ou la Russie, si ce n’est la même chose que nous.Les russes, ils sortent des chars a je ne sais combien de millions le morceau, d’autres blindés qui ne sont plus du tout le « peu chère et rustique » de l’ère soviétique.En Chine c’est pareil, entre avions de 5e génération, porte avions etc…
        Le « mal » occidental qu’on observait se révèle désormais comme la guerre d’avance que les autres essayent de rattraper en faisant la même chose, en réduisant leurs armées et la quantité de matériels pour pouvoir se payer le top du top qu’on peut opposer aux occidentaux…
        Eux aussi ils ont fait péter leur budget pour se moderniser et on voit en Russie que ça ne suffit pas, que la crise leur impose de réduire et de privilégier de moderniser encore et encore le vieux matériel.

        1. Encore une fois nous sommes d’accord sur la majeure partie de tout ça, si ce n’est que le F-35 – toutes versions confondues – n’est pas à plus de $10M, plutôt plus de 10 fois plus, que les industriels européens se sont faits baiser dans la transaction – où qu’il est, le moteur alternatif dont Rolls-Royce avait la charge ? – et que les USA se trouvent effectivement avec la main sur la flotte entière via les mises-à-jours logicielles et le fait que l’informatique liée à la maintenance et au système de combat fonctionne en parfaite boîte noire, transmettant potentiellement les infos à LM et personne d’autre.
          .
          De plus, répondre maintenant à la fin de vie des cellules F-16 avec un unique avion 100% ricain, c’est tuer dans l’oeuf les marchés qui auraient pu être porteurs pour Dassault, Airbus, Thalès, Safran, MBDA, Rolls-Royce comme on vient de le dire, etc. donc dans les faits, oui, c’est une mise en danger de l’industrie aéronautique européenne, par asphyxie.

      2. C’est assez typique de l’aviation ce genre de stratégie où on essaie d’étouffer les concurrents.
        Lorsque Airbus a proposé l’A320, Boeing a essayé de le tuer en baissant les prix de ses B737, mais heureusement, l’A320 avait une longueur d’avance technologique qui lui a permis d’entrer dans le marché mondiale et de prendre progressivement des parts de marché. Ensuite, Airbus a proposé des versions longs courriers qui ont été plus ou moins des réussites (l’A330 une grande réussite, l’A340 un peu moins, mais nécessaire pour la flexibilité des compagnies aériennes, et l’A380 n’est pour le moment pas un succès).
        Toutefois, l’A380 était nécessaire, car Boeing pouvait continuer à vendre ses 747 sans concurrence à des prix intéressants, et lui aurait permis d’avoir plus de liquidités pour faire baisser les prix de ses autres avions, ou encore d’investir plus massivement. Donc sans l’A380, le reste des produits Airbus aurait souffert.

        Aujourd’hui, Boeing et Airbus ont la même stratégie envers le Cseries de Bombardier, et le futur dira si il se sera imposé ou pas dans le monde de l’aéronautique.

        Et je pense que l’aéronautique militaire est très proche de l’aéronautique civile. De nombreuses fusions, consolidations dans les années 79, 80 et 90 pour créer des géants de l’aéronautique ayant pour but de tuer les petits.
        L’Europe a tenter des créer un géant avec EADS militaire, la France aurait dû faire partie du projet, mais avait d’autres besoins que les pays en question. Donc il ne faut pas seulement blâmer les USA, mais aussi le fait que les pays Européens n’arrivent pas se mettre d’accord sur une stratégie militaire commune. En cela, il faudra d’abord développer une Europe de la défense au niveau politique, avant que les fournisseurs puissent adapter leurs stratégies… Mais sans cela, la concurrence sera plus complexe

    2. Bien qu’en volume réduit, les P8-Poseidon sont bien partis pour remplacer les P3-Orion et autres.

    3. Oui est non. Au niveau naval les USA ne sont pas du tout présent car leurs navires sont complètement inabordables (trop gros, sophistiqués et chers).
      Par contre au niveau terrestres il ne faut pas oublier que bon nombres de firmes européennes se sont faites rachetées ou sont contrôlées par des groupes américains depuis une vingtaine d’années.
      General Dynamics, le numéro 1 mondial, s’est emparé de l’espagnol Santa Barbara (constructeur sous licence du char lourd allemand Leopard 2), de l’autrichien Steyr (spécialiste des véhicules blindés légers) ou encore de SNC Tech. General Motors a pris le contrôle du suisse Mowag (blindés légers). United Defense a racheté Bofors Weapon Systems (systèmes d’artillerie terrestre et antiaérienne).
      Les américains sont en outre tres présent via le groupe Britannique BAE Systems ainsi que sur le marché des drones (voir les récentes acquisitions françaises).

  9. Ils ont bien raison de se méfier des Allemands, les Vikings du continent…!

  10. Pour permettre le transport aérien et augmenter le nombre d’obus embarqués faire un « train » composé d’une cabine tracteuse, puis un wagon pour les obus et enfin le wagon avec le canon ?

    1. un « train » routier n’est deja pas evident a utiliser sur « route ouverte » (pour rejoindre son regiment d’attache et la base aerienne,notament) …

      de plus,un « wagon » supplementaire augmente (d’environ 6t a vide pour une deux essieux « bachée ») le poids total roulant (et donc,la masse a transporter dans un avion)

      moindre (et de beaucoup!! ) manoeuvrabilité sur le terrain

      temps de mise en batterie BEAUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUCOUP plus long (placer la premiere remorque….decrocher….
      mettre en place la remorque canon….decrocher…
      mettre en place le tracteur qui servirait,avec sa grue autonome,a recharger le canon….)

      le « seul » avantage d’un train routier est de porter plus lourd,en repartissant mieux les masses,donc moindre usure….de la route!
      a condition que celle ci soit praticable pour un « train »….quand on voie qu’en france,on emmerde au maximum les semi-remorques standard…..

    2. ce serait un cauchemars logistiques, à opérer et surtout impraticable en tous terrains. En réalité il y a déjà d’autres camions qui transportent les obus. Un mission a récemment demandée 160 tires. Soit 40 pour canon ont avait donc dépassé le stock propre de 22 obus ça n’a pas était un problème et on aurait aussi dépassé les 30 obus de la version lourdes. Le vrai avantages c’est la protection de l’équipage qui fait grossir la cabine et dégage plus d’espace pour les munition a l’arrière

  11. Prochaine compétition: le remplacement des M 109 A3GN de l’armée norvégienne?

  12. Hail CAESAR ! BOUM BOUM BOUM … !
    .
    Et nous allons en vendre autant qu’il y a de notes … ou de spectateurs ! 😉
    Toujours aussi énervés ces messieurs d’AC/DC …
    https://www.youtube.com/watch?v=R32C4w17Lho
    .
    La partie commerciale étant réglée , voyons la partie technique et cette bombarde de plus près …
    Le canon CAESAR :
    http://i21.servimg.com/u/f21/16/67/34/85/8290.jpg
    .
    http://basart.artillerie.asso.fr/IMG/jpg/caesar3_w.jpg
    .
    http://basart.artillerie.asso.fr/IMG/jpg/caesar_rgpt2_w.jpg
    .
    Le voici en action :
    http://infos.fncv.com/public/2013/mali-caesar-canon-artillerie-france.jpg
    .
    Prêt à faire fondre la neige …
    http://a398.idata.over-blog.com/4/22/09/08/France/Armee-de-Terre/Canon-Caesar/canons-Caesar-photo-VDFN.jpg
    .
    En déploiement , sur le sol étranger ; bonjour les grains de sable … ( notez l’hélicoptère Puma à l’arrière-plan ) :
    http://img.over-blog-kiwi.com/0/54/74/56/20150108/ob_aa70b7_canon-caesar-201tmtz01-004-109-027.jpg
    .
    Bref , ça change de l’empereur …

  13. Il fallait y arriver, Nexter l’a fait. Bravo.
    Le CAESAR s’affirme un peu plus comme un concept d’avenir.

  14. Ce succès est peut-être dû au rapprochement avec une entreprise allemande. Pour un client germanophile, ça aide. Avoir le bon produit ne suffit pas à vendre, il faut aussi avoir le bon réseau commercial.

    1. Les contacts commerciaux avec les danois sont bien antérieurs a la naissance de KNDS mais l’époque il n’y avait que la version 6×6 – la version 8×8 a été développée à la demande de client exports intéressés – Ceci explique sans doute cela et je ne pense pas que la participation allemande qu’il reste a prouver, soit dit en passant, y soit pour quelque chose

      1. @nonmaisdisdonc:
        .
        Alors, même si effectivement elle répond d’abord à des marchés exports,
        la version lourde 8 X 8 et plus protégée du CAESAR fut développée par Nexter non-pas à la demande de clients export mais pour l’Armée de Terre en vue du remplacement les AUF-1 qui arrivent à 40 ans…
        .
        Le CAESAR 6 X 6 était originellement un démonstrateur technologique développé sur fonds propres par Nexter et validé par la DGA et l’Armée de Terre comme un ensemble d’artillerie tout à fait adapté à nos projections lointaines et d’un cout relativement abordable quand il fut commandé à 77 unités en 2004.
        .
        C’est cette validation de l’Armée de Terre et son utilisation dès l’Afghanistan qui contribua à lui ouvrir des marchés export.

  15. Et nos amis US – qui après avoir créé puis abandonné le monstrueux CRUSADER (43 T, 1500 CV ) (abandon 2002) puis le très léger ( 18 T) XM1203 Non-Line-of-Sight Cannon (NLOS Cannon) (abandon 2009) – se retrouvent toujours avec le M 109 A6 Paladin issu du M 109 des années 60, ils pourraient aussi être intéressés, s’ils lâchent un jour le mythe de la chenille sous un canon à longue portée.

  16. Quel magnifique pièce d’ingénierie ! J’ai toujours aimé ce que Nexter/RTD faisait. J’espère que la France finira par en commandé parce que le seul défaut de la version actuel 6×6, c’est ça faible protection, surtout en cas de retour d’artillerie un peu comme le font les deux Corée, ce bombardant à tour de rôle à des distances de 20-30 km.
    .
    @ Fralipolipi
    .
    Vous disiez la semaine dernière qu’il vous fallais le HIMARS et qu’il faudrait aux américains le CEASAR. Ce n’est pas le CEASAR que les américains ont besoins, c’est qu’une poignée d’ingénieurs français aillent leurs montré comment on fait de bons chargeurs automatiques 😉 Car outre un bon blindage, le M-109A6/A7 fait pâle figure …

    1. @Nico St-Jean:
      Monté sur un véhicule à roues le HIMARS correspond bien à la vision française.
      Comme je le dis plus haut la fiche-programme d’un remplaçant à l’AUF-1 de 155 mm chenillé, correspond à la définition du cette version lourde 8 X 8 et protégée du CAESAR.

  17. Il ne faut pas oublier que le succès du CAESAR est aussi dû à son prix et pas uniquement dû à ses capacités.

    1. @Eric:
      En fait les pièces d’artillerie tractée de 155 mm + camion coutent beaucoup moins cher.
      Et quand il fut lancé sur le marché en 2004 le CAESAR était seul, tous autres canons de 155 mm autotractés étant chenillés.

Les commentaires sont fermés.