Le drone piégé est un « mode d’action ennemi exportable », préviennent les autorités françaises

phantom-20140901

Le 2 octobre, près d’Erbil (nord de l’Irak), l’explosion d’un drone piégé avait tué deux combattants kurdes irakiens (peshmergas) et blessé deux militaires français du Commando parachutiste de l’air (CPA). L’engin avait été récupéré alors qu’il était au sol. C’est au cours de son examen qu’une charge explosive a été actionnée apparemment par un minuteur.

Ce mode opératoire de l’État islamique (EI ou Daesh) peut-il se généraliser? En tout cas, c’est une crainte des autorités françaises. En effet, dans un message de commandement du préfet de la zone de défense et de sécurité du sud-est, adressé au Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS) de la région et au Centre de déminage de Lyon, il est fait référence à l’attaque d’Erbil.

« Suite à l’emploi d’un drone piégé récemment observé en Irak, cette menace est désormais à prendre en compte sur le territoire national au titre d’un mode d’action ennemi exportable », est-il écrit dans ce message, révélé par le quotidien « Le Parisien ».

Désormais, et faute d’une d’une « doctrine nationale opérationnelle » pour traiter pareil cas, il est demandé de considérer « tout drone posé ou écrasé au sol » comme un colis piégé et d’agir en conséquence, c’est à dire d’établir un périmètre de sécurité dans l’attente de l’arrivée des services de déminage.

« C’est une menace que l’on prend en compte, notamment avec tous ceux qui vont revenir du théâtre irako-syrien et qui se sont aguerris là-bas », a expliqué, à l’AFP, le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN).

Lors d’une présentation de trois dispositifs anti-drones, le 18 novembre, sur la base aérienne de Villacoublay, Louis Gautier, le Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, avait insisté sur le risque d’une utilisation de drones à des fins malveillantes.

Chaque année, avait-il indiqué, une quarantaine de survols de sites sensibles ou de périmètres interdits font l’objet d’une procèdure d’enquête ou judiciaire. La plupart du temps, il n’y a pas de mauvaises intentions des propriétaires de ces engins. Mais, pour M. Gautier, « on voit bien que le drone peut être utilisé à des fins malveillantes », c’est-à-dire « la possibilité qu’un drone soit utilisé pour provoquer un attentat. »

38 commentaires sur “Le drone piégé est un « mode d’action ennemi exportable », préviennent les autorités françaises”

  1. Il n’était pas nécessaire d’avoir fait Polytechnique pour imaginer que tout drone suffisamment puissant pour porter une petite charge puisse être transformé en arme, d’une puissance forcément limitée, mais suffisante pour tuer, blesser et/ou provoquer une panique également meurtrière.
    C’est quasiment imparable, sauf à brouiller les fréquences autour de tous les lieux sensibles et/ou faisant l’objet d’un regroupement.
    D’autre part, les risques d’incendie et d’explosion de certains sites industriels sont tellement élevés que fumer une cigarette une fois passé le poste de garde est sanctionné d’un licenciement immédiat pour faute lourde. Imaginez les conséquences potentielles du tir de quelques feux d’artifice du type chandelle romaine.

    1. Une attaque de drones explosifs sur une raffinerie de pétrole par exemple… Et pendant que tous les services de secours sont mobilisés contre la catastrophe, on profite de la diversion pour frapper ailleurs. Je suis convaincu que nous n’avons encore rien vu.

      1. Les raffineries ne sont pas les plus exposées, de nombreuses usines chimiques sont très exposées avec des conséquences beaucoup plus explosives comme ce fut le cas à l’usine AZF à Toulouse.

        1. Mais c’est un sujet sur lequel nous n’avons pas besoin des terroristes, juste de quelques grands groupes industriels malveillant, comme ce fut le cas à AZF justement. Disons qu’il y plus de chance d’accident industriel majeur par la malveillances des propriétaires que par attaque terroriste.

          1. C’est évident, AZF a rasé tout un quartier de Toulouse par pure malveillance délibérée, tuant 31 personnes et en blessant plus de 2000 autres, réduisant son usine à un tas de ruines fumantes…

            Vous avez fumé quoi pour raconter de telles conneries ?

  2. Le drone piégé n’est pas vraiment une arme très efficace dans une guerre, par contre je le vois comme extrêmement dangereux dans un contexte d’attaques ciblées dans nos sociétés.
    Pas besoin d’être très intelligent pour comprendre qu’un drone piégé peut venir frapper un président, un haut gradé ou toute autre personne de « valeur ». Les occasions ne manquent pas, la tribune présidentielle au 14 juillet, une cérémonie d’hommage, un discours en plein air.
    Une bonne équipe de bricoleurs peut réaliser des drones simples, peu cher et efficace.
    Pendant que la musique résonne, les véhicules défilants, qui entendra un drone?
    La première attaque réveillera les consciences et remettra en cause pas mal d’habitudes sécuritaire.
    Le drone piégé n’est pas une menace nouvelle, ce n’est pas une invention de Daesh.Un drone piégé c’est le missile téléguidé du « pauvre ». Les iraniens ou les israéliens ont mis au point des drones « suicides » avant Daesh.
    La nouveauté n’est pas un autre « mode opératoire » mais le fait que le développement civil des drones rend cette menace accessible à n’importe qui, ce n’est plus une exclusivité de militaires.Ceux qui peuvent utiliser cette tactique ne sont pas que des terroristes islamistes, cela peut être n’importe qui, de l’opposant politique ou au marginal qui veut passer a la TV.Mais on peut également imaginer des services secrets étrangers qui chercheraient à éliminer un chef d’état ou je ne sais quoi.
    Le drone piégé peut prendre plusieurs formes.Entre celui lâchant une grenade, celui bourré d’explosifs.Mais on peut imaginer d’autres formes, un avion issu des modélismes, transformé, équipé d’un long pic à sa pointe et qui foncera sur sa cible à 150km/h.

  3. Faire le focus médiatiquement sur cette possibilité de nuire est-il une bonne chose ?
    En tous cas, il est certain que le recours aux drones est appelé à se développer considérablement tant militairement que civilement et que de ce fait le marché très réactif va proposer de plus en plus de matériels de plus en plus évolués au public – Nous avons eu la chasse aux pokemons, nous aurons inévitablement la chasse aux drones avec tout ce que cela va réserver comme dérives…à suivre !

    1. En parler ou pas dans les médias ne changera rien. Il faut arrêter une bonne fois pour toutes de prendre les islamistes pour des débiles sans cervelle : c’est peut-être le cas de ceux qui font les attentats, mais certainement pas des organisateurs et des commanditaires. Sous-estimer son ennemi est toujours une grave erreur, et j’ai malheureusement l’impression qu’on n’arrête pas de le faire en France comme ailleurs.

  4. Ça fait déjà un bail que cette sinistre perspective m’inquiète au plus haut point et que j’en alerte mes concitoyens chaque fois que je peux ; en fait , depuis qu’un drone s’est un jour posé pile devant Merkel !

      1. En tous cas , à l’époque , ça m’avait fait TILT !
        La presse et les médias s’en étaient amusés , j’avais trouvé cet événement particulièrement alarmant !

  5. L avantage au combat c est la surprise et l imagination combinée à la capacité de frapper loin et fort…les drones de toutes tailles peuvent faire ca…on a élevé et dresse 4 aigles pour chasser les drones…comme si le type terroriste ou ennemi allait téléphoner pour dire coucou j arrive…la gendarmerie qui maille le territoire doit se spécialiser dans la lutte contre cette menace avec l électronique et les armes ad hoc…mais dans un pays qui fait la fine bouche pour ne pas armer d emblée ses drones militaires on risque de rester longtemps avec nos 4 volatiles dont 2 seront opérationnels…rions jaune…la société Parrot pourrait sans doute produire un drone de chasse…?

  6. Un drone piégé dans un quartier de Paris bondé de monde au moment des fêtes, pire dans les couloirs du métro, il aurait été surprenant que les islamistes n’y pensent pas un jour.
    Ce qui m’étonne, c’est qu’un soldat ramasse un objet d’origine inconnue, donc à priori suspect, après le retour d’expérience de la guerre du Liban ou ce genre de piège à con était partout, en bible, en coran, en jouet.
    Maintenant que la méthode est lancée, espérons que cela en se reproduira pas.
    Pour ce qui est de s’en prémunir, cela semble ardu, vu que n’importe quel amateur peut monter un explosif avec un téléphone comme détonateur sur un drone vendu en grande surface. Les instructions sont accessibles sur internet. Enfin, à moins d’une escadrille de drones, les dégâts seraient plus limités qu’une attaque à la bombe ou à la kalash.

    1. Dans une foule très dense, serrée dans un espace confiné, un drone pourrait provoquer une panique qui serait probablement très mortifère, comme c’est déjà arrivé dans certains stades pour d’autres raisons.
      Sans aller jusqu’aux bilans des derniers attentats majeurs évidemment.

  7. Et en même temps, on met moins d’explosif dans un drone que dans un sac à dos ou le coffre d’une voiture. Doit-on interdire les sacs à dos dans le métro et les voitures en ville ?

    Cette com de l’Etat, c’est juste de la démago politique du gouvernement pour faire croire qu’ils font quelque chose.

    1. Sauf qu’un drone peut aller très vite là où tu ne passe pas en voiture ou à pied.
      Imagine un drone explosif tombant dans la cour du Palais de l’Elysée au moment de la réception d’un chef d’état ou sur la tribune présidentielle lors du 14 juillet.

      1. Et tu crois sérieusement que les mesures annoncées auront la moindre efficacité ? Considéré un drone à terre comme une menace, c’te bonne blague. c’est valable pour tout objet abandonné. Loi drone à partir de 800 grammes ? C’est oublié 90 % des drones et à cette masse, on a déjà le programmage GPS. brouillage des ondes radio ? C’est les mêmes fréquence de la téléphonie mobile et le wifi, avant d’obtenir l’autorisation, l’engin aura déjà explosé. Etc etc.

  8. Il faut quand même relativiser l’utilisation de ces engins !
    1 -un » drone-jouet » ne peut pas porter grand-chose , tout juste une camera ,pas même une grenade
    2- le drone n’est pas très facile à piloter par tous les temps
    3- le drone ne vole pas très vite fait du bruit et est repérable facilement
    4-savoir bien manipuler un drone à distance demande une certaine dextérité pas très facile à acquérir même pour un jouet ,encore plus quand on ne voit pas l’objectif sauf sur un écran et encore!
    5- pour un drone professionnel de grande taille : pour l’amener sur cible à distance il lui faut une caméra un écran comme sur un ordinateur portable afin de surveiller sa destination et son objectif.Le brouillage radio est facile les fréquences sont standartisées !
    6 – les revendeurs de drones capacitaires et les fabriquants sont peu nombreux ,donc traçables
    7- la durée de vol d’un drone est relativement courte et donne le temps aux « chasseurs » entrainés au ball-trap de les abattre !
    _-Les services de Gendarmerie et de Police sont en mesure de contrôler les propriétaires mais aussi d’intégrer cette donné de danger dans les services de protection des autorités !…
    7- la meilleure protection sont les filets de pèche et les rapaces actuellement en formation pour les choper au vol

    Tout ce qui est raconté sur le sujet est à trier avec parcimonie et bon sens!

    1. @wrecker47
      .
      Je viens de poster une réaction à l’ami Robert ; vous devriez la lire .
      Dans mon cas , le drone est bien entendu « fait maison » .
      .
      Je suis d’accord avec votre exposé mais vous rappelez-vous de cet hélicoptère Gazelle qui aurait coursé un drone sur plusieurs kilomètres près de la centrale de Golfech ? Plusieurs kilomètres …

      1. Scope Wizard ;je n’ai jamais entendu parler de ce fameux drone coursé par une Gazelle …et quand bien même que voulez-vous que cet hélico lui fasse …l’abattre avec un « sniper  » armé d’un fusil de chasse?

        1. Là n’est pas le sujet ; c’est sur l’autonomie possible de ces engins que j’essayais d’attirer votre attention .

    2. Ca part bien mais :

      4 – manipuler un drone de quelques centaines d’euro est TRÈS FACILE car munis de gyroscopes et d’assistances au pilotage. Le décollage et l’atterrissage sont automatiques et ils gardent une position fixe, y compris en hauteur, quand on relâche les commandes. La plupart des drones ont un retour vidéo en direct sur les mêmes bandes que le téléphone mobile et le wifi. Brouiller ces ondes en ville ne se fait pas sans autorisation. alors qu’ici on a un temps de réaction qui ne va pas dépasser les 2 minutes.
      5 – soit les radiocommandes ont un écran vidéo intégré soit, ils utilisent des smartphones ou tablettes en écran de contrôle, voir fin du 4.
      6 – Il y a ÉNORMÉMENT de revendeurs et de constructeurs de drones sur le marché. Les vendeurs fournissent des drones de loisirs de moins de 2,5 kg qui n’ont rien à envier au pro, c’est juste la qualité de la vidéo qui change, y compris par une meilleur stabilisation. Rien de gênant donc pour un acte malveillant. Et intracable pour une vente par internet. Et quand bien même, les terroristes actuelles ont une légère tendance à revendiquer leurs actes. L’Après compte donc peu.
      7 – La durée max de vol d’un drone de loisirs se situe entre 20 et 30 minutes et au vue de leur vitesse plutôt rapide et de leur agilité, cela ne laisse que très peu de temps pour réagir. J’attend de voir un policier tiré sur un drone en plein Paris sur une menace qui n’est pas certaine. Le risque de bavure est énorme sur les immeubles avoisinants
      8? – La loi qui vient d’être voté concerne les drones de plus de 800 g ce qui exclu 90% du marché, c’est juste une loi très démago et inapplicable dans sa partie enregistrement. Il faut bien voir qu’en 2015, il s’est vendu, rien qu’en France, plus de 300.000 drones et on attend plus de 400.000 pour 2016. et rien n’empêche un drone acheté en Belgique de voler en France.
      9 – Faisable en terrain dégagé, j’attend de voir cela dans Paris. Que ce soit le rapace ou le filet, sur un drone filant à plus de 50 km/h à 70 m d’altitude.

      Le meilleur argument est le 1. Car effectivement, entre un drone et une voiture ou un simple sac à dos, piégés, c’est pas le drone qui fera le plus de morts.

      1. 50km/h et 70m c’est une broutille pour un rapace (qui passe aisément les 100km/h), de même le milieu urbains (immeuble) est familier aux rapaces. Cherchez les vidéos sur youtube, un drone n’a aucune chance face à un faucon ou un milan.

        1. et la nuit aussi sans doute quand les avenues sont bien éclairées et le drone au dessus dans le noir ? le faucon il fait dodo…

          vous voyez des fauconniers présentes dans toutes les manifestations publiques d’importance ?

    3. Je suis assez d’accord. Ce n’est pas une menace à négliger, mais pas à privilégier. Il est plus facile et plus discret de faire une voiture piégée qu’un drone piégé. Et côté endurance, discrétion, capacité d’emport la voiture l’emporte haut la main sur le drone équipé de quelques grammes d’explosif qui éveillera les méfiances immédiatement, contrairement à une voiture moyenne chargé de ses 300kg d’explosif, et de dispositif électroniques semi passifs…
      .
      Il y a un petit gain avec le drone, c’est d’aller là où il n’y a pas de routes, mais un drone dans un stade éveillera bien plus les suspicions qu’une fourgonnette à 30m d’une école.
      .
      Reste toujours l’option de faire un drone de 6m d’envergure emportant 10kg d’explosif… Et bien là encore, celui qui est capable de faire un tel engin est encore plus capable de faire une voiture piégé et prend nettement moins de risques.

  9. @Robert
    .
    Vous savez , un drone de belle taille pourrait facilement rien qu’ à l’aide d’un programme automatique ( donc avec un opérateur qui s’est barré depuis longtemps ) , survoler une zone populeuse et faire exploser sa charge en altitude ( disons dix à vingt mètres ) tuant ou blessant de la sorte plusieurs centaines de personnes !
    Je ne vous dirai pas ni la quantité d’explosif ni la nature de la charge ( vous devinerez et ferez vos propres recherches ) , mais je vous assure que c’est tout-à-fait possible !
    .
    Il existe en excellent film des années 70 de John Frankenheimer sur le sujet avec en vedettes Robert Shaw , Marthe Keller et Bruce Dern : « Black Sunday »
    Quelqu’un l’a vu ?

  10. ça fait quand même un paquet d’années que l’aéromodélisme existe et il me semble que les possibilités des avions et hélico avec des petits moteurs thermiques sont bien plus capables que des drones qui sont inutilisables dès qu’il y a un peu de vent et qui portent des charges infimes.

    1. comme indiqué » un drone c’est comme dans les film tout est automatique et un gamin de 4 ans peut tout faire

      va faire ca avec un helico d’aeromodelisme …installer camera , logiciel et autre

      1. ok. j’ai pensé à ça parce que j’ai vu en angleterre une démonstration de modelisme et une des attractions était une « compet » ou les avions devaient larguer des poids sur des cibles au sol.

  11. Ceux qui reviennent du moyen orient?????? On attend quoi pour les « neutraliser ». Et les « autres », ceux qui sont deja la, on va les chercher quant. Surement pas sous le règne de fillon, président en 2017. Hé oui, les amis, aucun changement prévu, ne rêvez pas. Des innocents vont encore périr par la faute de ces incapables.

  12. Bon alors faudrait savoir?! L’état veut inquiéter, ou il veut rassurer? Parce-qu’on pourrait écrire des tonnes de pages racontant comment on tue façon McGyver, mais où ils veulent en venir ces messieurs? Peut-être écrire: « Le terrorisme pour les nuls. », ou « S’exploser la chetron en dix leçons. » par Elmuth Destroye?! Bon en tout cas il ne faut pas toucher un drone tombé à terre, c’est noté, mais je rajoute que cela ne sert à rien de faire une liste des dangers, car il n’y a rien de plus facile que de tuer lâchement des innocents désarmés, que ce soit avec un cutter, une fourchette ou un drone. Oui vous l’avez compris les terroristes n’ont pas de couilles! Ce sont juste des lâches débiles (lopettes arriérés), alors ne donnons pas trop de subtilité, à ce qui est finalement juste de la barbarie.

    1. Il s’agit d’une note interne d’un préfet de zone de défense donnant instruction aux agents de ne pas toucher les drones tombés à terre, et que Le Parisien a pu se procurer.
      .
      Dans l’attente d’une doctrine nationale, le préfet semble envisager deux cas:
      – L’emploi de drones piégés, posés à terre dans le but d’attirer la curiosité d’un passant: un quidam le ramasse et là, boum.
      – L’emploi de drones offensifs: tombés à terre pour toute sorte de raisons (écrasés dit la note), il ne doivent pas être manipulés car il sont porteur d’une charge offensive.
      .
      Dans les deux cas, ils doivent être traités comme un colis suspect.
      .
      Le préfet ne veut ni inquiéter ni rassurer le bon peuple, il informe ses agents sur une conduite à tenir, prenant acte que ce « mode d’action ennemi est exportable ». C’est Le Parisien qui diffuse cette note non- confidentielle.
      .
      Vous remarquerez qu’il est justement question de faire une liste des dangers et de les classer en catégories: « cette menace est désormais à prendre en compte sur le territoire national au titre d’un mode d’action ennemi exportable ».
      .
      Si on avait fait une to do list sérieuse des « modes d’action ennemi exportables » le 14 juillet dernier à Nice, on y aurait sans doute rangé la menace « utilisation d’un véhicule poids lourd comme arme par destination contre une foule dense ».

  13. Je signale l’épisode 8 de la saison 2 de l’animé Ajin mit en ligne hier qui montre justement comment une attaque avec une bombe à impulsion électro magnétique suivit d’un raid de drones contre le siége d’une grande entreprise qui avait était transformé en forteresse.

    http://www.mavanime.com/ajin-saison-2-episode-08-vostfr/

    Plus de communications et tout l’équipement higt tech des armes des services de sécurité hors service tandis que les assaillants déjà  »immortels » ont désormais la supériorité technologique.

Les commentaires sont fermés.