Otan : La France envisage d’envoyer une compagnie dans les pays baltes

leclerc-20160426

Lors du sommet de l’Otan, à Newport, en septembre 2014, plusieurs mesures de « réassurance » ont été prises au bénéfice des pays baltes et de la Pologne, qui s’estiment menacés par la Russie, en raison des actions de cette dernière dans l’est de l’Ukraine. C’est ainsi qu’un Plan d’action pour la réactivité (Readiness Action Plan – RAP) a été adopté, que la Force de réaction rapide (Nato Response Force – NRF) a été renforcée et que le principe d’une Force opérationnelle interarmées à très haut niveau de préparation (Very High Readiness Joint Task Force – VJTF) a été arrêté.

Deux ans plus tard, à l’occasion du sommet de Varsovie, l’Otan a validé l’idée d’une présence avancée renforcée (Enhanced Forward Presence – eFP) dans les pays baltes et la Pologne. Il s’agit de déployer une force multinationale « tournante » composée de 4 bataillons « robustes » de 600 à 1.000 hommes chacun L’objectif de ce déploiement est de dissuader la Russie de toute action déstabilisatrice qui serait en deçà du seuil de déclenchement de la clause de défense collective (article 5 du Traité de l’Atlantique-Nord).

Ainsi, le 8 juillet, le Premier ministre britannique, David Cameron, a annoncé que la British Army déploiera 500 soldats en Estonie et 150 autres en Pologne au titre de cette eFP. Après le Brexit, il s’agit pour Londres de s’affirmer « comme l’un des principaux moteurs » au sein de l’Alliance Atlantique. « Nous allons non seulement confirmer notre ferme soutien à l’Otan, nous allons le prouver en déployant des troupes au sol », a assuré un responsable gouvernemental. En outre, le Royaume-Uni assurera, en 2017, le commandement de la VJTF, qui devra être en mesure, le cas échéant, de déployer 5.000 hommes à très court préavis.

Outre la brigade blindée qu’ils entendent déployer par rotation dans plusieurs pays d’Europe de l’Est à partir de 2017, les États-Unis, par la voix du président Obama, ont annoncé l’envoi de 1.000 soldats en Pologne, toujours dans le cadre de l’eFP. Enfin, le Canada et l’Allemagne enverront chacun un bataillon respectivement en Lettonie et en Lituanie.

Et la France? Peu avant de quitter ses fonctions de directeur général adjoint des relations internationales et de la stratégie du ministère de la Défense (DGRIS), l’amiral Charles-Henri Leulier de La Faverie du Ché a expliqué la position française sur ce sujet aux députés de la commission de la Défense.

En premier lieu, Paris soutient ce déploiement de « forces limitées dans des pays particulièrement exposés, notamment les États baltes et la Pologne ».

« Nous avons contribué activement aux réflexions sur ce qu’est réellement le concept A2/AD (anti access/anti denial). En substance, il existe des dénis d’accès et des dénis de zone. Le déni d’accès revient à interdire l’accès à l’un des membres de l’Otan par une autre puissance. Le déni de zone relève du niveau tactique et revient à se faire interdire l’accès à une zone », a rappelé l’amiral du Ché. Aussi, comme « tous les moyens de défense aérienne modernes (…) peuvent aujourd’hui interdire un accès », les pays baltes, à cet égard, « Baltes présentent une position particulière et il est dès lors légitime d’y positionner un bataillon pour affirmer notre présence, marquer le territoire », a-t-il expliqué.

Toutefois, a fait valoir l’amiral du Ché, il « s’agit d’un sujet d’attention car nous devons nous assurer que cette présence reste à niveau raisonnable. » Un autre élément important est que cette force multinationale sera tournante, et non statique, car, sinon, un tel déploiement « constituerait presque une provocation vis-à-vis de la Russie », a-t-il dit. « C’est tout un équilibre subtil qu’il s’agit de mettre en place : de la fermeté, mais pas de provocation inutile », a-t-il résumé.

Cela étant, la France fait plus que soutenir cette initiative étant donné qu’elle envisage même, d’après l’amiral du Ché, d’y participer en mettant à disposition « l’équivalent d’une compagnie » dont le type reste à définir. « Nous travaillerons avec les Britanniques ou les Allemands, sans doute successivement avec les uns puis les autres », a-t-il précisé. C’est à dire que cette unité de l’armée de Terre pourrait être déployée soit en Lituanie, soit en Estonie.

Par ailleurs, l’amiral du Ché a insisté sur le fait que la France a « beaucoup travaillé » avec les États-Unis pour faire de l’Otan une organisation « à 360° », c’est à dire pas uniquement tournée vers l’Est. « Cela a conduit à redéployer sur le flanc sud – est de l’Europe mais également Méditerranée – un certain nombre de moyens qui étaient un peu artificiellement poussés à l’Est », a-t-il souligné.

« Or ce ‘flanc sud’ est un espace dans lequel l’Union européenne a vocation à intervenir en première ligne, notamment pour les affaires maritimes, et si l’Otan n’a pas à la remplacer, elle n’en a pas moins une place complémentaire à celle de l’Union. C’est une situation parfois difficile à expliquer, mais nous avançons en ce sens. D’où, par exemple, la coopération que nous essayons de mettre en œuvre entre l’opération européenne EUNAVFORMED Sophia et l’opération de l’Otan Active Endeavour », a expliqué le désormais ex-numéro 2 de la DGRIS.

Pour rappel, la France contribue aussi à la sécurité des pays baltes dans le cadre de la mission Baltic Air Policing. En septembre, 4 Mirage 2000-5 du groupe de chasse 1/2 Cigognes rejoindront la Baltique pour y assurer la police du ciel. En outre, la Marine nationale est également sollicitée étant donné qu’elle mettra ne frégate et un chasseur de mines à la disposition du volet naval de la VJTF.

59 commentaires sur “Otan : La France envisage d’envoyer une compagnie dans les pays baltes”

    1. Cette mesure sera prise dans le cadre de l’OTAN dont les pays baltes sont membres et par conséquent nos alliés, et l’envoi d’une malheureuse compagnie ne représente pas un effort herculéen pour l’Armée de Terre.

    2. Qu’est ce que fait le Mali pour nous ? Le Liban ? Le Kosovo ?
      C’est interessant que ceux sont les memes qui se flagellaient lors de la non livraison des BPC au sujet de « la parole de la France » qui aujourd’hui ne verraient aucun inconvénient à ne pas respecter nos engagements de très longue date vis à vis de l’OTAN …
      Comme par hasard c’est deux fois vis à vis de Le eussie

    3. Pourquoi les américains nous ont t’ils aidés pendant les deux guerres mondiales ? Qu’avions nous fait pour eux ??????????
      Je pense que cela répond à votre question.

        1. Certes, il y a La Fayette, mais rappellons que l’US Navy à était créer pour lutter contre la piraterie dont celle des corsaires français durant la  »Quasi Guerre » 😉

          Sinon, une compagnie toute seule serait rattaché sans doute a l’unité allemande, donc si on prend une de seule de l’unique régiment restant en Allemagne, le 3e hussard qui au lieu de faire des manœuvres en Foret Noire les ferait dans celles des pays baltes, cela n’engagerait pas de dépenses supplémentaires.

      1. La question n’est pas ce qu’ils ont fait pour nous. En effet, nous les avons fait entrer dans l’OTAN, ce qui nous oblige à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour préserver la paix dans les pays membres, donc aussi la Pologne et les pays baltes. C’est donc une question d’engagement. Deplus, il est dans l’intérêt de tous les pays occidentaux que la Russie ne s’étendent pas trop (comme ça s’est passé en Ukraine). Même si je suis d’accord avec vous que ces pays là sont des trous à merde et que je préfèrerai ne rien avoir à faire avec eux. En plus le déploiement de nos troupes va coûter énormément d’argent à l’armée qui a déjà un budget reduit.

      2. Les Américains ne sont pas du tout entrés en guerre pour nous aider, pendant la première guerre mondiale, les Allemands avaient payer et promis 2 états américains aux mexicains s’ils causaient des problèmes en Amérique. Et lors de la 2eme guerre mondiale, ils se sont faits attaqués par le Japon et par l’Allemagne.

        1. Adrien, je pense que vous parlez du télégramme Zimmermann intercepté par les britannique ?? Si cela est bien le cas, je vous informe que le Mexique a refusé la proposition allemande… Si vous parlez de la Seconde Guerre, le Mexique s’est engagé auprès des alliés dès 1942…
          Pour la Seconde Guerre Mondiale, l’Allemagne n’a jamais attaqué les Etats-Unis, l’entrée en guerre nazie est promulguée automatiquement après l’entrée en guerre des USA contre le Japon, et ceci au titre de l’alliance tripartite. Je vous rappelle par ailleurs, qu’avant septembre 1941, les navires de l’axe naviguaient librement dans les eaux américaines.

          Céphée, merci de ce merveilleux conseil, que j’applique assidument depuis ces quatre dernières années… Je vous rappelle ainsi que les deux entrées en guerres américaines ne sont absolument dues à l’amitié franco-américaine. En 1917, elle est due à l’hostilité envers l’allemagne, à cause, entre autres, au télégramme zimmermann qui prouve les visées allemandes, à la guerre sous-marine à outrance… (Quid de l’amitié franco-américaine ???)
          En 1941, c’est avant tout pour soutenir la Grande-Bretagne que les États-Unis déploient des troupes en Europe, la France n’existant plus. Et encore cette entrée est tardive, les américains livrant des armes à tous les belligérants depuis 1939 (loi cash and carry). Ici encore, l’amitié ne rentre pas en compte…
          Bien sûr je ne nie absolument pas l’amitié franco-américaine, et son symbole Lafayette sur qui je fais mon mémoire de recherche d’ailleurs…

  1. Cela vas permettre aux soldats français de gardé la main avec les autres soldats des autres pays.

    1. Ce sont plutôt les autres pays qui profiteront de la réelle expérience des français qui n’est pas que théorique 😉 !

      1. Je ne parlais pas des pays baltes Zayus 😉 mais bien du UK, USA, Canada,Allemagne et autre.. Toutes ses forces armées ont toutes intérêts à ce voir et s’entraîné le plus souvent possible pour les relations et l’interopérabilité 🙂 et bien sûr pour formés le mieux possible les forces armées des pays baltes 😉

        1. @Nico St-Jean:
          .
          Si vous parlez du UK, USA, Canada bien plus que s’entrainer, les forces françaises se sont battues avec ses forces différentes forces, contre les talibans pendant plus de 10 ans et aujourd’hui contre les daechiens en Irak et en Syrie.
          .
          Dans les cas plus particuliers britannique, les forces françaises restent le premier partenaire d’échanges et d’entrainements communs du UK, depuis les accord de Lancaster House de 2010.
          En ce qui concerne l’Allemagne, l’expérience de la brigade intégrée franco-allemande reste le point de référence.
          .
          Voyez que la France n’a ab-so-lu-ment pas besoin d’aller dans les pays baltes pour entrainer ses troupes avec celles de ses principaux alliés.
          Par contre ces pays baltes peuvent effectivement avoir besoin de profiter de l’expérience française 😉 !

  2.  » Un autre élément important est que cette force multinationale sera tournante, et non statique, car, sinon, un tel déploiement « constituerait presque une provocation vis-à-vis de la Russie ».
    Quelle blague !
    Dire que ces troupes ne sont pas statiques permet simplement de contourner l’interdiction de stationner des troupes permanentes de l’Acte Fondateur de 1997.
    « L’OTAN réaffirme que dans l’environnement de sécurité actuel et prévisible, l’Alliance remplira sa mission de défense collective et ses autres missions en veillant à assurer l’interopérabilité, l’intégration et la capacité de renforcement nécessaires plutôt qu’en recourant à un stationnement permanent supplémentaire d’importantes forces de combat ».
    Visage pale avoir langue fourchue.

    1. Les russes ont-ils oui ou non signé cet « Acte Fondateur » de 1997 ?
      Ils n’avaient qu’à rejeter ce point à l’époque avant de signer.
      Mais il est certain que le gouvernement russe n’envisageait pas une invasion de la Géorgie et de l’Ukraine à l’époque.
      .
      Le gouvernement russe n’a qu’un seul droit : retirer ses troupes de Géorgie et d’Ukraine.

      1. Ils ont des troupes en Ukraine ? Prouvez et argumentez au lieu d’affirmer, et svp avec des faits, pas de la propagande.

          1. l’aberration, l’immonde et radioparis !
            ce sont vraiment les dignes pendants de spoutnick et pas plus crédibles.
            et encore z’avez oublié l’huma !

          2. Libé , le Monde , France Inter , tant que vous y êtes , vous voulez pas nous ressortir leurs articles sur les « couveuses de Koweit City » , sur les « ADM de Saddam », sur les « bombardements de Bengazi » et autres « grottes de Tora Bora ». On n’a pas si souvent l’occasion de rigoler.

    2. Etant donne qu’il s’agissait d’un acte purement interne a l’OTAN et n’ayant fait l’objet d’aucun accord ou négociation internationale en dehors de l’OTAN , et dans la mesure ou cette modification de doctrine résultait d’un apaisement significatif avec la Russie modifiant la situation securitaire globale en Europe , et enfîn attendu que cette même situation ne cesse de se dégrader depuis 2008 avec une accélération depuis 2013, que la réthorique de guerre et les provocations sont monnaies courantes, et que les pays baltes se sentent menacés par la Russie apres la crise ukrainienne , il est parfaitement incohérent de parler de « respect des engagements » ou de « langue fourchue ».
      Si on veut parler de langue fourchue, on parle de l’accord de 97 de Budapest ou Russie et États Unis garantissaient les frontieres ukrainiennes contre le démantèlement de son Arsenal Nucleaire. D’ailleurs, Le non respect de cet accord devrait logiquement permettre à l’Ukraine de re-developper une dissuasion nucléaire et personne n’aurait rien à dire …
      Cool pour la paix en Europe , non ?

    3. l’Acte Fondateur de 1997? C’est celui qui garantissait l’intégrité territoriale de l’Ukraine?
      L’OTAN a garantit a la Russie de ne pas installer des « bases permanentes » dans les anciens pays du bloc de l’Est.Pour beaucoup et durant longtemps, cela était interprété comme un accord qui stipulait que l’Otan ne peut pas s’élargir, mais c’est faux.
      Rien absolument rien interdit le déploiement de matériel, l’organisation d’exercices, ou le stationnement de forces non permanente dans ces pays, il n’y a aucun contournement, juste la mise en oeuvre d’une possibilité qui jusqu’alors n’était pas appliquée.
      Cessez donc de faire la gueule sur chaque article concernant la Russie.

  3. Nous sommes contents d’apprendre que l’armée française a une compagnie disponible, donc plusieurs pour la relève, pour l’envoyer sur un nouveau front.
    Personnellement, je me demande si c’est la guerre de la France que nos soldats vont aller y mener.
    Mais pour certains ce sera peut-être déjà de la « collaboration » que de dire cela.

    1. Participer à la prévention d’un coup de folie de Poutine ou donner des signes de confiance à nos alliés, comptent parmi les actions d’une « guerre » qui est aussi la notre.

      1. J’aimes bien votre formulation, Zayus, elle me semble révélatrice d’une pensée. Vous pouvez toujours m’infirmer si je me trompe.
        « Prévention d’un coup de folie », ça sent son Saddam Hussein ou son Kadhafi, dont on sait ce que ça a donné comme résultat, mais attention le russe a de la ressource.
        Et l’encercler dans sa zone d’influence ne vous semble pas pouvoir être interprété comme une agression ?
        Provoquer une réaction, ça s’est déjà vu avec les américains, non ?
        « Donner des signes de confiance à nos alliés », c’est pathétique. Vous n’avez pas encore compris que nous n’avons pas d’alliés, en politique les état n’ont que des intérêts et ceux de l’OTAN sont au service des américains qui l’ont créés, comme d’ailleurs l’UE qui, étrangement, sert la soupe aux mêmes américains.
        Tout cela pour justifier un engagement dans les guerres d’un empire contre un autre empire qui lui fait de l’ombre. Et là, je n’invente rien, relisez Brzezinski c’est écrit noir sur blanc.
        L’armée française a servi bien des mauvaises causes, au nom de la croisade morale de l’oncle Sam. Mais là, c’est en Europe et nous nous mettons sur la liste des adversaires d’un pays qui n’est pas notre adversaire.
        Pour les intérêts de qui ferions-nous cette grave erreur ?
        Je pense avoir la réponse, mais à chacun d’y apporter la sienne.

        1. Je suis d accord avec vous Robert, mais nous avons fait un choix américain car il correspond plus à nos intérêts, je pense, c’est tout. Croire qu’ avec les russes, donc face aux USA, ce serait plus intéressant est plutôt hasardeux.

          1. Si vis,
            « Croire qu’ avec les russes, donc face aux USA, ce serait plus intéressant est plutôt hasardeux. »
            Ce n’est pas ce que j’ai jamais pensé. Dans l’état actuel des choses, c’est plus d’une indépendance par rapport aux américains et l’OTAN que d’une nouvelle alliance que la France a besoin. Il est possible que la Russie ne soit pas un allié souhaitable, mais un interlocuteur valable c’est évident.
            C’est cette simple proposition qui parait fanatiquement soumise aux russes pour certains.
            Les russes, comme tous nationaux, ont le droit à leur indépendance et défendre leurs intérêts.
            Ce n’est pas parce que nous avons renoncé à défendre les nôtres que nous devons reprocher à la Russie de défendre les siens.

        2. @Robert:
          .
          Poutine a clairement adressé des menaces à peine voilées aux pays baltes qui soit-disant opprimeraient leurs minorités russes (résiduelles de l’URSS).
          Ce qui constitue un vrai-faux prétexte tout trouvé par Poutine comme ce fut le cas pour justifier, notamment auprès de l’opinion publique russe, ses « coups de folie » en Géorgie et en Ukraine.

        3. @Robert:
          Citez-moi une cause, bonne ou mauvaise soit-elle, servie par la France au nom de la croisade morale de l’oncle Sam.
          Vous n’inventez rien, certes, mais les écrits noirs sur blanc de Brzezinski ne sauraient servir de référence objective venant d’un auteur qui en qu’acteur du pouvoir n’a fait que servir ce qu’il critique.

  4. Une compagnie? C’est léger. Un GTIA OK là ça devient sérieux.
    Envoyer une compagnie à mon sens c’est faire de la figuration soit on s’implique à fond ou on ne fait rien.
    Pourquoi, allemands ,britanniques, canadiens, envoient chacun un bataillon et nous une compagnie, certe on est plusieurs théâtres d’opérations, mais bon pas toute l’ADT est en opérations.
    On pourrait faire un effort et avoir une garnison fixe là bas

    1. En 2016, allemands, britanniques et canadiens, ont proportionnellement moins d’hommes engagés en OPEX que la France…
      Mais il est certain que la France accompli là-bas son « devoir de membre de l’OTAN » de façon minimale et symbolique sur le plan terrestre.

    2. Je pense qu’en premier lieu la France fait reposer La Défense des pays baltes non pas sur le dispositif militaire conventionnel prepositionné mais dans l’intransigeance de l’alliance à defendre ses alliés.
      Or il me semble que ces derniers temps, la France a plutot clairement démontré qu’elle était un allié plus que fiable.
      En second lieu, il s’agit de ne pas immobiliser trop de ressources sur de « fausses opex » alors que nous savons que nos armees sont au taquet depuis des années.
      Troisieme point, la France dispose de son propre service de surveillance satellite et de renseignement, ce qui permet à nos dirigeants de ne pas sombrer dans la psychose « les russes à nos portes » , comme ce fut le cas début 2014 quand les US annonçaient une attaque massive imminente russe sur l’Ukraine du fait du deploiement de plusieurs divisions à la frontiere. La DRM à elle dit que c’était de l’esbroufe car il n’y avait aucune unité de soutien logistique, de services médicaux et de stocks de carburant et munitions proportionnés comme ce fut le cas en Géorgie .
      Et pour finir, je pense que la France l’a un peu mauvaise contre la Pologne et les pays baltes qui, apres avoir exigé la non livraison des BPC, a remis en question le choix des characal et ont choisi le systeme Patriot sans conscideration pour Le milliard d’euros de perte francaise (largement reduit apres la vente a l’Égypte)

  5. Gesticulation coûteuse et inopérante. Et qui peut croire que les russes veulent une guerré à l ancienne? Ils ont Kaliningrad pour tête de pont et un éventail missiles suffisant ainsi que des spetznat efficients en subversion. À quoi sert ce cirque et fantasme Us?

    1. Ce cirque sert à renforcer la domination US sur les nains politiques européens dont hélas nous faisons partie.
      Qu’avons nous à gagner à ce cirque ? Rien
      Est ce dangereux ? oui , et en premier lieu pour les peuples européens.

      1. En effet c’est dangereux pour la crimée, l’ukraine, la géorgie, c’est unf ait.

        1. Au lieu de faire semblant de vous intéresser à des pays que beaucoup auraient du mal à situer sur la carte , la priorité des français doit être de s’assurer de leur propre sécurité et de celle de leurs enfants.
          La dernière des choses à faire est donc d’aller chercher querelle à la Russie pour le seul bénéfice des US , qui n’en doutons pas , se battront jusqu’au dernier européen.

          1. «  » »La dernière des choses à faire est donc d’aller chercher querelle à la Russie pour le seul bénéfice des US , qui n’en doutons pas , se battront jusqu’au dernier européen. » » »

            Tout à fait.

  6. @ Nico, l’ADT n’a pas que les OPEX, elle a aussi Sentinelle (85% des effectifs…) et aussi sa préparation opérationnelle, trop souvent mise de côté ces 3 dernières années, les services régimentaires, les missions diverses en France, les permissions, quand on ne se les fait pas purement et simplement annuler…. On ne peut plus être partout, surtout avec de gros effectifs, car il ne faut pas oublier aussi les personnels d’encadrement des classes, renforcés en ces temps de recrutement massif.

    1. @sims
      Ces dernières années on a perdu trop de régiments, certe c’est vrai ce que vous avez écrit l’ADT ne peut plus être partout. Pas assez d’effectifs , opération sentinelle, etc… Ça mobilise du monde, donc moins de rotation entre unités, moins de perm. Et l’ADT est a bout de souffle

  7. Ona pas assez de problèmes avec Barkhane et Sentinelle pour aller faire les c… dans les pays Baltes ?…

  8. Sommet de l’OTAN : la Russie n’est « pas un adversaire, pas une menace », selon Hollande
    Donc voilà la position officielle de la France à ce jour . Il y en a qui vont grincer des dents , dans les milieux Otanesque , car ça ressemble furieusement à une attitude du style De Gaulle2.0 …ça devrait calmer un peu le jeu des excités galonnés ou non à Bruxelles .
    http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/07/08/la-russie-n-est-pas-un-adversaire-pas-une-menace_4966529_3214.html

    1. Pas très étonnant de la part d’un homme versé dans l’art de la compromission..et dont les derniers évènements en france , ont montré ce que ça pouvait donner.

  9. Je ne suis pas contre aider les polonais, par contre, ils doivent faire des efforts et arrêter de penser que les alliés peuvent les protégés à leur place, pourtant ils ont une très bonne défense avec un budget qui tient plus que la route, qu’ils en profitent.

  10. Autant ne rien envoyer…
    Laissons à d’autres qui sont moins engagés en opex le soin d’assurer cette mission.
    On ne peut pas être partout avec nos effectifs déjà rikikis et en plus gaspillés dans Sentinelle.

  11. Le vrai sujet c’est plutôt notre participation à une opération à laquelle nous nous serions certainement opposés si nous avions été en dehors du commandement intégré. Le pays européens se sentent dispensés de leur effort national de défense; la Politique européenne de sécurité et de défense est devenue un souvenir et la France est rentrée dans le rang. Merci Nicolas Sarkozy et pardon de Gaulle.

  12. Une participation ridicule, 140/150 hommes, on croit rêver sérieux… Ok, on est déjà au Sahel, en Irak/Syrie, etc. Mais franchement, c’est quand même très léger. On n’est pas les pires en tout cas et je prends en compte les forces que nous avons déjà déployés à l’étranger.
    .
    Et pour la déclaration de F. Hollande comme quoi la Russie n’est pas une menace, les pro russes seront pour la première fois d’accord avec lui ! Le principal, c’est que la Russie n’ait pas obtenu les BPC.
    .
    La grande Russie est dépendante de notre électronique, quelques dossiers sur le feu, c’est surtout ça l’histoire. Au passage, la Russie vient nous concurrencer avec leur système FELIN totalement repris du nôtre.
    .
    Sinon, je ne suis absolument pas d’accord avec la position du gouvernement français. On a beaucoup de troupes à l’étranger, alors on peut imaginer une possible augmentation de ses effectifs d’ici une ou deux années. Mais la phrase « la Russie n’est pas une menace » est de trop, F. Hollande aurait pu largement s’en passer…
    .
    En attendant, la Russie nous désigne comme l’ennemi numéro 1 dans son petit carnet, quel contraste !

  13. Il ne fallait pas le 12 août 2008 accorder implicitement sa bénédiction à l’expansionnisme russe à l’adresse à M.M Medvedev et Poutine…
    « Il est parfaitement normal que la Russie veuille défendre ses intérêts ainsi que ceux des Russes en Russie et des russophones à L’EXTÉRIEUR DE LA RUSSIE. »
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/378022/2008/08/12/Sarkozy-Moscou-a-le-droit-de-defendre-les-interets-des-russophones.dhtml
    … après avoir demandé l’année précédente la réintégration de la France dans le Commandement de l’OTAN.
    Comment s’étonner aujourd’hui de l’ambiguïté de notre situation ?

Les commentaires sont fermés.