Un livre du général Soubelet fait des vagues au sein de la Gendarmerie

« Tout ce qu’il ne faut pas dire« . Le titre que le général de gendarmerie Bertrand Soubelet a donné à son livre, disponible en librairie à partir du 24 mars, donne le ton. Et si on n’en est pas encore convaincu, il suffit de lire la notice de l’éditeur (Plon).

« Moi, Bertrand Soubelet, général de corps d’armée, directeur des Opérations et de l’Emploi de la gendarmerie, j’ai été écarté pour avoir dit la vérité : la sécurité dans notre pays n’est pas assurée comme elle le devrait », y est-il écrit.

En décembre 2013, le général Soubelet, alors numéro trois de la Gendarmerie nationale, avait défrayé la chronique en tenant des propos sans langue de bois lors d’une audition dans le cadre de la mission d’information relative à la lutte contre l’insécurité sur tout le territoire lancée par la Commission des lois de l’Assemblée nationale.

« Les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs (d’actes délictueux) que des victimes », avait-il déploré. Et d’insister : « les auteurs d’atteintes aux biens (cambriolages, vols…), les plus importantes numériquement, bénéficient d’un traitement pénal qui leur permet de continuer à exercer leurs activités ».

Quelques mois plus tôt, lors d’une session du Conseil de la fonction militaire de la gendarmerie (CFMG), le général Soubelet avait tenu des propos également remarqués. « Nous ne pouvons pas dire à nos subordonnées qu’avec nos moyens actuels, nous pouvons être meilleurs (…) Nous le ferons différemment mais certainement pas mieux. (…) La seule possibilité serait de tirer sur la ‘couenne’ des personnels, au risque de mettre en déséquilibre leur santé », avait-il lancé.

Quoi qu’il en soit, suite à son audition à l’Assemblée nationale, le général Soubelet bénéficia d’un élan de sympathie sur les réseaux sociaux (mais aussi chez les gendarmes). Mais ses propos lui valurent le courroux de Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur. « Les forces de l’ordre et la justice doivent partager les mêmes buts » et  « je ne tolérerai aucun manque à cette ligne de conduite sur le cap, la direction et la manière de travailler ensemble car l’engagement et la loyauté sont indispensables », avait-il affirmé, tout en assurant être sur la même « longueur d’onde » avec la « Garde des Sceaux » [Christiane Taubira, ndlr].

En juillet 2014, le général Soubelet fut nommé commandant de la gendarmerie d’outre-mer (CGOM) et abandonna ainsi ses fonctions de numéro trois de la Gendarmerie nationale.

« Des pressions ont été exercées sur moi pour me faire quitter la gendarmerie qui a été ma vie pendant trente-cinq ans. Désormais personne ne peut m’opposer un pseudo devoir de réserve. D’où ce livre », explique le général Soubelet pour présenter son ouvrage.

Seulement, le directeur général de la Gendarmerie nationale (DGGN), le général Denis Favier, ne l’entend pas de cette oreille. Sans le nommer, il a critiqué, via un billet posté sur son blog, le général Soubelet et sa démarche.

« La publication du livre d’un général de gendarmerie ne peut me laisser indifférent. Je pourrais l’esquiver, la cantonner à une question d’ordre statutaire. Mais ce n’est pas ma manière d’aborder les chose », écrit le général Favier.

« La gendarmerie compte quelques grands commandements et celui de la gendarmerie d’outre-mer est l’un des plus sensibles. Je donne toute ma confiance à ceux qui accèdent à ces responsabilités. Je ne conçois pas que l’un d’eux accepte de telles fonctions pour les dénigrer ensuite », poursuit-il, en faisant une allusion claire au général Soubelet.

« Je crois au courage de dire les choses non pour s’en prévaloir, mais pour faire avancer notre maison dans le souci de l’intérêt général. On peut se battre pour notre budget, nos effectifs et nos moyens, répondre aux mises en cause quand elles sont injustes. On peut le faire sans déformer les faits ni sortir de son rôle. Et pourtant être entendu », ajoute encore le général Favier, pour qui « vendre une polémique, instrumentaliser la gendarmerie et ceux qui la servent, c’est tout ce qu’il ne faut pas faire ».

71 commentaires sur “Un livre du général Soubelet fait des vagues au sein de la Gendarmerie”

  1. je pense qu’on arrive à un moment ou il faut savoir dire la vérité .avec les infos sur tous les réseaux sociaux et toutes les informations véritables que tous le monde sait.l’administration doit savoir par qui
    elle est payé.

  2. On aurait préféré que le gal Favier argumente et démontre les erreurs du gal Soubelet, plutôt que se lancer dans la diatribe habituelle gaucho bobo.

  3. Tout ce qu’il faut faire selon Favier c’est: Faire pression sur un officier général pour qu’il quitte l’uniforme après qu’il ait dit « les choses non pour s’en prévaloir, mais pour faire avancer (sa) maison dans le souci de l’intérêt général. »
    Tout mon soutien au général Soubelet, je fonce sur son bouquin!

  4. La gauche a de tout temps poussé dans leurs retranchements les plus fidèles des gardiens de l’ordre
    tellement la contradiction entre les objectifs traditionnels et le dogme pratiqué par leurs ministres était devenue évidente ….Les Spartacus resurgissent régulièrement pour nous le rappeller.
    le LCL Arnaubec, pilote de Jaguar, n’aura pas été le dernier ….

    1. Oui ok pouvez vous me rappeler le nombre de postes supprimé dans la gendarmerie l armee et la police sous Sarkozy pour etre vraiment objectif dans vos propos ?

      1. Rien à voir avec mon propos, mon bon bob….
        Je parlais uniquement de ceux qui se trouvent un talent d’écrivain suite à une légère dépression au travail….

      2. Et vlan, bien envoyé!
        On parle de plus de 10 000 suppressions de postes dans la gendarmerie, police, sans compter l’armé . ..ils seraient bien utiles aujourd’hui, après le 13 novembre et le 22 mars en Belgique, car on ne sait pas ce que les terroristes nous concoctentces temps ci

      3. soyez objectif vous aussi quand dans le cadre des 35h la gauche a supprimé 10% du temps de travail des fonctionnaires ,soit 10% de fonctionnaire affectés a notre securité , 15 000 personnes hors armée …..
        je vous rappelle aussi que le livre blanc 2013 de ce gouvernement socialiste prévoyait la suppression de 35000 postes dans nos armés , pour etre objectif . en 2013 !
        la réalité des attentas islamiques a légèrement changé les choses mais la baisse continue.

  5. le niveau intellectuel en France est de plus en plus bas, effondré. Ce gendarme ne peut même pas simplement décrire la réalité. seulement décrire ! et il a faire à des réactions hystériques…
    .
    Est-ce que la critique en France existe encore ?
    .
    et quant Est-ce que le France des militaires va t’elle de départir de sa tradition mortelle de non-critique et de loyalisme… ?

  6. « On peut le faire sans déformer les faits ni sortir de son rôle »
    Bien.
    Il ne reste qu’au général Favier qu’à expliquer où se situent les « déformations de faits ».
    La lecture de ces explications sera, à coup sur, passionnante…

  7. Nous n’avons plus d’argent pour faire fonctionner les services de l’état, et pourtant nous sommes un pays riche. Cette richesse est l’objet de convoitises que différents mécanismes mettent discrètement en action. L’union européenne est un prédateur qui tue notre pays. J’ai cinquante ans et je vois la France disparaitre dans un machin mondialisé au profit de grandes banques, instrument d’une oligarchie euro-atlantiste dont le seul but est le profit, ce qui n’est pas le cas des services publiques à l’instar de le gendarmerie ( dont le logo a fait disparaître les couleurs de la France ). Le général, sans doute peu carriériste, ne fait que rendre compte du terrain, les hommes politiques connaissent le vérité mais la soupe est trop bonne, alors il noient le poisson avec des formules du type slogan publicitaire……

    1. La France ne fait que s’endetter depuis la fin des années 70 : http://www.les-crises.fr/images/images-diverses/2011/06-cessez-le-fou/historique-dette-publique-france.jpg
      Vous croyez que l’UE nous « tue » en nous forçant à gérer correctement notre pays ? En nous forçant à dépenser moins que ce qu’on gagne ?

      Quant à savoir si la France « disparait » au profit des grandes banques, on peut étudier ce graphique (évolution du SMIC réel, càd corrigé de l’inflation) :
      http://gribeco.free.fr/images/salaire_minimum_evolution.png

      Et ce qu’on y voit, c’est qu’on vit « mieux » (= avec plus de pouvoir d’achat) en France aujourd’hui qu’il y a 40 ans. Le « machin mondialisé euro-atlantiste » a donc l’air de plutôt bien marcher. Tandis qu’à l’inverse, des pays comme par exemple la Russie semblent vivre plus mal aujourd’hui qu’à l’époque communiste (!).

      Quant à la mondialisation accusée de tous les maux par les populistes de gauche comme de droite, il ne faut pas oublier que ce n’est pas un phénomène nouveau. Que ça a débuté il y a plus de 2500 ans, lorsque les chinois ont commencé à exporter de la soie et des épices à travers toute l’Asie, vers le Moyen-Orient et l’Europe, et qu’elle ne fait qu’accentuer la divergence entre les pays bien gérés et les pays gérés n’importe comment.

      Il ne faut pas oublier que la mondialisation est une tendance naturelle et inévitable, conséquence de la propension humaine à commercer et à dépasser ses frontières. Que la blâmer, que lui résister, c’est un peu comme vouloir résister au vent ou à l’érosion. C’est une perte de temps. Un temps dont on pourrait profiter pour s’adapter et prospérer dans des conditions nouvelles.

      1. la Dette commence en 73, à cause de la privatisation de la création monétaire et l’impossibilité de pouvoir faire des dévaluations.
        Dévaluations pratiquées plusieurs fois avant cette date et qui relancèrent l’économie locale.

        Aucun rapport entre la Chine de Marco Polo et aujourd’hui, de plus vous semblez ignorer les conditions de travail de ces gens-là…

      2. Tout les pays occidentaux sont endettés le pire étant celui qui émet la monnaie des échanges commerciaux internationale: http://www.les-crises.fr/la-dette-americaine/
        Que dire des autres pays européens !
        Alors pourquoi stigmatiser la France ?
        – Vous c’est l’esprit collabo.
        Oui en France lorsque l’état décidait, pour les français qui avaient élu leur gouvernement, de mettre un salaire minimum, d’instaurer le CDI c’était possible.
        – C’est la souveraineté.
        La loi El Khomri c’est L’UE est son article 121: son but le rendement, la productivité le fric pour les investisseurs.
        Oui le commerce existe depuis la nuit des temps, mais non le commerce ne tombe pas du ciel, ce n’est pas un phénomène naturel comme l’herbe pousse après la pluie, on attend pas que cela se passe.
        – C’est la bêtisse.
        Il est régit est par des régles voulues par des états, par exemple le traité européen article 63. Justement l’UE qui c’est batit d’abord sur des régles commerciales.
        Oui la France s’appauvrit depuis l’euro d’ou les déficits records , que jamais la France n’avait connu, et puis pour la première fois depuis Vercingétorix l’agriculture allemande est passée devant l’agriculture française.
        BRAVO L’EUROPE.
        Allez tom retournez dans votre monde jouer avec jerry.

      3. Votre argumentation est malhonnête et plein d’omissions. Le premier graphique que vous publiez va même à l’encontre de ce que vous défendez. En effet, il montre qu’à partir des années 70, quand l’état s’est interdit de se faire des emprunts à taux zéro à lui-même via la banque de France et s’est obligé à emprunter sur les marchés (i.e transformer sa dette en actions sur les marchés mondiaux) et donc, pas à tau zéro, sa dette a commencer à s’envoler. Ce que ce schéma montre aussi, c’est qu’après la deuxième guerre mondial, pour se désendetter de sa dette immense à la vitesse de l’éclair, l’état s’est appuyé sur le réglage de la valeur de sa monnaie…un outil qu’on n’a plus le droit d’utiliser à cause du processus de d’intégration dans le gouvernement européen.
        Concernant votre deuxième schéma, vous ne pouvez pas à partir de celui-là prétendre que le pouvoir d’achat à augmenter. Pour cela, il faudrait aussi savoir quel pourcentage de la population était au smic par rapport à aujourd’hui. Si il y avait 20% de gens au smic et aujourd’hui 50%, le pouvoir d’achat moyen a plutôt diminué. Enfin, établir un lien de réciprocité entre le pouvoir d’achat des gens et la qualité de leur vie est très tendancieux.
        Ensuite vous occultez plein de phénomènes qui contribue au mal-être des populations et qui sont la conséquence directe de l’uniformisation des cultures par le bas à marche forcée, nécessaires à l’uniformisation des marchés souhaités par la gouvernance européenne (non élue au passage, et dont les rares référendums ne sont pas respectés quand ils ne vont pas dans le bon sens).
        Enfin, demandez à n’importe qu’elle personne de plus de 50 ans si c’était mieux avant et dans 95% des cas, elles vous répondra par l’affirmative.
        Votre intervention sent la propagande, vous devriez lire l’article de La Tribune intitulé « Une patrouille de trolls sur les réseaux sociaux pour lutter contre l’euroscepticisme » (financée par l’Europe avec nos sous) : http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20140221trib000816529/une-patrouille-de-trolls-sur-les-reseaux-sociaux-pour-lutter-contre-l-euroscepticisme.html

        1. « Le premier graphique que vous publiez va même à l’encontre de ce que vous défendez. En effet, il montre qu’à partir des années 70, quand l’état s’est interdit de se faire des emprunts à taux zéro à lui-même via la banque de France et s’est obligé à emprunter sur les marchés »

          Mais tous les Etats empruntent sur les marchés, qu’ils soient européens ou non ! La dette des USA a elle aussi explosé, et maitriser sa monnaie ne l’a pas aidé. Je maintiens donc mon point : L’Europe ne tue pas la France, c’est notre mauvaise gestion qui nous tue avant tout ! Et l’Europe essaie de nous aider sur ce point.

          « Concernant votre deuxième schéma, vous ne pouvez pas à partir de celui-là prétendre que le pouvoir d’achat à augmenter. Si il y avait 20% de gens au smic et aujourd’hui 50%, le pouvoir d’achat moyen a plutôt diminué. »

          On est d’accord, je complète donc avec ce graphique : https://ecointerview.files.wordpress.com/2012/06/smic3.jpg
          On y voit que la population au SMIC a augmenté mais reste très minoritaire parmis les salariés.
          Mais en même temps, cela ne change rien à mon point : Il est à peu près évident que le pouvoir d’achat des français a augmenté depuis les années 70. De même que pour le reste de la population occidentale. Preuve que le système « euro-atlantiste » fonctionne assez bien. Alors qu’à l’inverse, il existe pas mal de russes qui disent regretter l’époque de l’URSS…

          « Enfin, demandez à n’importe qu’elle personne de plus de 50 ans si c’était mieux avant et dans 95% des cas, elles vous répondra par l’affirmative. »
          Êtes-vous sûr que la mémoire des gens de plus de 50 ans est bien représentative de la réalité ? Alors que pas mal d’études ont indiqué que la mémoire avait une tendance naturelle à enjoliver les souvenirs.

          J’ai cité le SMIC comme indicateur pour essayer de prouver l’amélioration de notre condition, j’aurai aussi bien pu citer le taux d’homicide en baisse, alors que les gens de plus de 50 ans ont souvent tendance à se croire plus en danger aujourd’hui : https://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2015/03/taux-homicides.jpg

          Ou l’alcoolisme : http://www.insee.fr/fr/ffc/tef/tef2010/t10f094/gr09.4-2.png
          (je sais, ce nouvel indicateur n’est là aussi pas parfait, mais vous reconnaitrez qu’il y a moins d’alcooliques aujourd’hui qu’autrefois).

          J’aurai aussi bien pu citer la mortalité sur les routes, le nombre d’agressions sexuelles (difficile à estimer vu qu’elles étaients moins dénoncées autrefois…), etc…

        2. Quant à mon intervention « sentant la propagande européenne », c’est assez fumeux : J’ai le droit d’avoir mes convictions pro-européennes, et de les exprimer tout autant que vous.

          1. Pourtant mes arguments sont là : Vous proposez quoi contre « la mondialisation » ? Fermer les frontières, comme si c’était raisonnablement possible ?

            C’est à cause de raisonnements bornés comme ça qu’on a pris 20 ans de retard dans une évolution qui est, je le maintiens, inévitable.

          2. Désolé pour mon insinuation, vous semblez honnête dans l’argumentation de vos réponses. Vous avez le droit d’avoir des convictions pro-européennes, je n’ai pas de soucis avec ça.
            Je n’ai rien contre le concept de collaboration européenne, mais le système européen actuel pose un problème de démocratie énorme, vous ne pouvez pas le nier. Les populations n’élisent pas directement les commissaires et toutes les structures technocratiques (là où sont réellement décidées les mesures soumises au parlementaires) et les lobbyistes sont solidement implanter dans ces instances. Ils ont bien plus de leviers et d’influences que les peuples dont les votes qui ne vont pas dans le bon sens (celui que les technocrates et par conséquent, sans trop se mouiller, les lobbyistes ont décidé) sont tout simplement ignorés.
            Vous êtes aussi dans le paradigme plus que contestable que le bien-être des populations seraient totalement corrélé aux résultat du marché. En vrai, les artisans, les paysans, le français moyen, ça ne change rien pour lui que le CAC40 s’effondre, il n’a pas d’action et n’y perd rien. Vous défendez bec et ongles un système inventé au 18ème-19ème siècle dans son processus d’aboutissement le plus complet, alors que jamais dans l’histoire humaine, un système n’a déclencher des guerres aussi meurtrières, une destruction de l’environnement et des ressources naturelles aussi préoccupante et de contrôle absolu sur la vie des gens, pour au final une contre-partie assez faible et factice.
            Vous citez les Russes, moi je connais très bien la Bulgarie et les Bulgares. Eux aussi regrette le communisme et l’entrée dans l’UE. En gros, ils disent « On était pauvres c’est vrai, mais on vivait correctement, sans excès, les gens étaient solidaires, s’entraidaient plus, les activités et les nombreuses thermes étaient gratuites ». Ils y avait bien sûr la lourdeur du régime communiste avec lequel ils voulaient rompre, spirituellement aussi avec leur attachement à la religion orthodoxe qui était mise à l’écart, mais au final leurs espérances ont été floués et les seuls à se complaire dans ces systèmes sont les grand bourgeois, ceux qui estiment qu’aucun pouvoir arbitraire ou notion de bien commun doit se mettre en travers de la jouissance de leur biens et de leur expansion.
            Enfin bref, on ne peut pas discuter sérieusement de ces sujets en restant dans le paradigme de l’économie et du marché qui seraient des entités indépendantes et dont le fonctionnement serait une évolution naturelle, irréversible et inévitable. Ce système n’est pas tombé du ciel, c’est un projet à long terme, une vision, portés par des groupes de personnes qui ont été capable de se mettre en réseau et de s’organiser pour porter leur projet et le pérenniser.
            Sinon, je pourrais revenir sur vos différents arguments, mais je pense que j’ai déjà fait trop long. Juste au passage, la federal reserve bank n’est pas une banque d’état, c’est un consortium de grandes banques internationales qui n’est pas complètement sous l’autorité politique du gouvernement américain (qui lui a même bien filé entre les doigts malgré les tentatives de certains présidents par le passé).
            Vous êtes honnêtes, donc c’est intéressant de débattre avec vous, mais le format « commentaire » est vraiment trop limité pour développer de manière satisfaisante.

          3. J’oubliais de répondre à votre question sur la fermeture des frontières. C’est souvent un point d’incompréhension ou bien un point sur lequel les pro-mondialismes sont malhonnêtes (je ne vous place pas dedans).
            D’abord, ça n’existe pas et ça n’a jamais exister de fermer les frontières. Par contre, ce qui existe, c’est de décider ce qui rentre, ce qui sort et à quelles conditions, selon les besoins du pays concerné et qui lui sont toujours propres (j’insiste sur le PROPRE, c’est fondamental pour la « démonstration »). Ces besoins dépendent de sa géographie, de son climat, de sa démographie, la culture de sa population et du type d’économie du pays.
            C’est uniquement en fonction de ces critères qu’on peut adapter au mieux les politiques d’échanges avec les autres pays (ça inclue aussi la valeur de sa monnaie). Si on impose les mêmes règles de régulations a des pays qui n’ont pas les mêmes besoins pour les raisons que j’ai citées, les pays qui s’éloigne le plus des besoins qui conduisent à ces règles se retrouvent floués, c’est inévitable.
            A partir du moment où on impose des régulations communes, les pays les moins adaptés à ces règles (simplement car ils ont des besoins différents, ce n’est pas leur faute) plongent de plus en plus. Ces règles imposent donc une uniformisation des cultures, des besoins et du tissus économiques, au mépris des réalités géographiques et de l’âme des peuples (oui, je vous assure, ça existe, même si on tente de le faire disparaître et en dehors des villes cosmopolites on le ressens encore bien quand on voyage).
            Du coup, la régulation à l’échelle des nations est une meilleur solution, l’état en question peut ouvrir son marché de manière avantageuse aux produits dont il a besoin et peut de l’autre préserver ses filières d’excellence et donc les améliorer (je pense à la métallurgie française qui avait des savoirs faire exceptionnels et qui a coulée parce que le marché français de l’acier n’a pas été régulé par de fortes taxes d’importation).
            Au final, tout est nivelé par le bas avec l’homogénéisation des marchés. Les seuls à s’y retrouver ne sont pas les producteurs et créateurs, mais les intermédiaires et autres parasites qui peuvent librement faire de l’argent avec de l’argent.
            Je pense que cette démonstration est difficilement contestable.
            Je veux bien argumenter davantage, mais il faudrait le faire par mail ou autour d’un café 🙂

      4. Personnellement, ma haie me protège très bien du vent, et comme j’ai un cerveau, il ne m’est jamais venu à l’esprit que cela l’empêcherait de souffler ailleurs. Et pour remonter encore plus loin, la mondialisation a commencé depuis encore plus longtemps, à la Préhistoire, donc-en-fait elle n’est pas un problème, d’ailleurs elle-n’existe-pas… Il faudrait commencer par respecter ses interlocuteurs au lieu d’user de sophismes aussi grossiers. C’est si répandu aujourd’hui : on « déconstruit » le raisonnement avec lequel on n’est pas d’accord, et en deux-trois arguments de pure forme on s’épargne le débat. Vive la démocratie, vraiment.

        1. Pourtant mes arguments sont là : Vous proposez quoi contre « la mondialisation » ? Fermer les frontières, comme si c’était raisonnablement possible ?

          C’est à cause de raisonnements bornés comme ça qu’on a pris 20 ans de retard dans une évolution qui est, je le maintiens, inévitable.

    2. le pays est riche en levée d’impôt aussitôt bouffée par les apparatchiks au pouvoir.

      1. Que je sache, les « apparatchiks au pouvoir », c’est nous qui les élisont non ?

        Qui a continué à voter pour les Chirac, les Balkany ou les Le Pen malgré les affaires et les condamnations, si ce n’est les Français ?

        Y en a marre de la tendance populiste a toujours rejetter la faute sur les élites alors que cette faute revient à chacun d’entre nous, pour avoir toléré pendant trop longtemps que notre pays soit géré n’importe comment.

        1. C’est vrai que les français ont tendance à être indulgent avec les malhonnêtes. D’un autre côté la justice l’est souvent aussi et ne montre pas l’exemple. Et pour finir les lois le sont également puisse qu’elles permettent que des gens malhonnêtes puissent se représenter à une élection. Si cela ne tenait qu’à moi, seuls les personnes à casier judiciaire vierge devrait avoir le droit de se présenter à une élection, mais la je suis dans l’utopie la plus totale.

          1. À vous et à moi d’écrire à notre député pour exiger une telle mesure. Et à l’obtenir… si nous sommes suffisamment nombreux.

  8. Favier vient de gagner une étoile supplémentaire… et perdre l’estime des autres. Il ira loin : c’est un bon politicien. Dommage qu’ils soit général…

    1. Favier a déjà 5 étoiles et les fonctions de directeur général (.même niveau que le CEMA), il n’a plus rien à gagner !
      quand les bons politiciens monteront en tête à l’assaut d’un airbus tenu par des terros, vous serez légitime à le critiquer !
      maintenant, si vous pensez que le meilleur moyen de conforter une institution publique est que ses responsables prennent en permanence leur ministre de tutelle bille en tête en public, vous risquez de sérieuses désillusions.

      1. Il lui reste le bâton de maréchal ou un poste de ministre de la défense… Enfin, plein de choses pour finir une carrière tranquille.
        .
        Ce n’est pas parce qu’il était au commande du GIGN qu’il est bon aujourd’hui à son poste. Le principe de Peter, vous connaissez ?
        .
        Manifestement, l’honneur est quelque chose qui ne prend pas chez lui…
        .
        Quant à « s’en prendre en permanence » pour un misérable écrit (et on va pouvoir ajouter le général de Légion pour vous faire plaisir), ça fait deux voix pour 10 000 généraux. Je vous fais le calcul en pourcentage ?

        1. PK tu dis des bêtises
          tu ne dois même pas savoir que tu viens d’être touché par le syndrome de peter.
          SOUBELET a raison et FAVIER a raison aussi. mais chacun dans son compartiement de jeu.
          SOUBELET peut dire que cela ne va pas , ça fait plaisir mais ça ne fait pas avancer les choses, d’autant qu’il l’a fort bien dit il y a trois ans. inutile d’en rajouter si ce n’est de provoquer une mastrubation générale des cassandres qui disent que tout fout le camp. a voir les résultats du FN, le livre n’apportera rien si ce n’est faire du buzz. bref à contre temps
          FAVIER a raison de dire qu’on ne tire pas sur l’ambulance dans laquelle on a accepté de monter, surtout si un autre poste avait été proposé.

        2. maréchal ou MINDEF ? on est dans le délire prépubère, là !
          favier est un chef apprécié des gendarmes de tous grades qui voient en lui le DG le plus efficace depuis bien longtemps.
          de toute évidence, vous n’avez qu’une connaissance limitée de la haute administration , des armées et de la vie tout court.
          back to call of duty !

  9. J’ignore quelle seront les premières réactions par rapport à ce livre que je n’ai pas lu, mais ce qui me dérange dans les propos du général Soubelet, tels qu’ils sont rapportés par Laurent Lagneau, qui les a mis en lien, c’est leur caractère éculé.
    .
    Le général forme à l’encontre de la justice des griefs que ma concierge pourrait faire siens, à la condition qu’elle accepte de partager un verre avec les piliers de comptoir du café du commerce du coin, ce qu’elle ne fait pas puisqu’elle n’a pas de temps à perdre, même avec un général de gendarmerie.
    .
    Que dit-il qui n’ait pas déjà été dit? Il dit que:
    .
    1) La lourdeur des procédures sur le plan juridique plombe le travail des gendarmes: « Les délinquants le savent et profitent du système ». Bon. Comme nous le savons tous les lois ne sont pas conçues pour nous, mais pour les méchants. Oooooh chuis triste, vraiment.
    .
    2)« Les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs (d’actes délictueux) que des victimes ». Ben oui, c’est normal: nous on préfère les violeurs et les tueurs d’enfants, c’est notre vice. C’est comme ça, on y peut rien, on a sombré dans la « déliquescence morale » Rooooobert: vous êtes demandé au parloir, c’est le moment de balancer votre couplet sur l’avortement.
    .
    3)« Les auteurs d’atteintes aux biens (cambriolages, vols…), les plus importantes numériquement, bénéficient d’un traitement pénal qui leur permet de continuer à exercer leurs activités ». Ah putain, on est vraiment con, didon. Et le général d’ajouter, chiffres à l’appui (faut toujours avoir des chiffres sous la main, parait que ça cause): en novembre 2013, 65% des cambrioleurs interpellés « à nouveau dans la nature ». Cette justice est laxiste, vraiment. Enfin, dans les Bouches du Rhône. Ailleurs, le général a pas pris son stabylo et sa calculette, donc on sait pas. On lui a dit pourtant: tu fais comme Ménard, tu prends tous les noms arabes et tu surlignes. Et après, tu comptes. Pffff.
    .
    Ces trois points sont l’exact résumé des conneries qu’on entend habituellement à propos de la justice. Dans une bonne soupe on met trois ingrédients: poireaux, pommes de terre et carottes.
    .
    Le but de la manœuvre est de faire naitre dans l’esprit de celui qui y croit un sentiment de déréliction. Cherchez pas: sentiment d’abandon, de délaissement, de solitude, d’être privé de tout secours. D’être Calimero, quoi. En règle général, celui qui veut faire naître ce type de sentiment à un bouquin à vendre, comme Eric Zemmour avec son suicide français (non, non, il ne s’est pas suicidé, lui se porte très bien, craignez rien).
    .
    Et là, il se trouve que par le plus grand des hasards, notre général de gendarmerie tient un discours de déréliction et a un bouquin à vendre, ce qui tombe plutôt bien par ailleurs puisque c’est le salon du livre.
    .
    Si son bouquin est de la même eau que ses propos précédents, je survivrai assez facilement à l’effort de ne pas le lire, en regrettant toutefois qu’un général de gendarmerie ne soit pas capable d’une profondeur d’analyse qui permette de sortir du lieu commun.
    .
    Après tout, on lui a payé sa formation et sa carrière avec nos impôts: si c’est pour qu’il gagne de l’argent en nous sortant des conneries populistes qu’on lit tous les jours dans les journaux, on peut se demander où est la valeur ajoutée.

    1. La grosse différence entre ce que « tout le monde sait ou dis …même les piliers de bars » et un générale de Gendarmerie … c’est quand c’est justement ce genre d’homme qui ose le dire haut et fort en sachant parfaitement que la grande muette n’aime pas ça et il risque ainsi sa carrière !!
      Quand c’est vous ou moi qui présentent ce genre d’argument …(enfin moi, vous à priori non … sans doute pensez vous que chez nous la justice va bien et que la délinquance n’est pas un problème en France ??? ), c’est juste ce que pense/voit/vi/constate tous les jours le Français moyen mais du point de vue extérieur ou de la victime… lui il est au cœur du système et du coté du marteau. Et pour en arriver là ..à dire ceci …c’est « qu’il en a gros » ! (les amateurs d’Astier apprécieront).

    2. Arguments rugueux et prose marrante. J’ai bien rie (pas bien, je sais, mais une telle dérouillée!).

    3. Je parie que vous travaillez pour la justice. Je ne suis pas pilier de bar, mais au lieu de critiquer ce gendarme vous ferriez mieux de nous prouvez par vos actes que ce que qu’il dit ne reflète pas une grande part de la vérité. Force est de constater que les exemples ne manquent pas de douter de la partialité, voire de l’honnêteté de la justice. Je ne suis pas un homme politique, je ne dirai donc pas que je fais confiance en la justice de mon pays. Personnellement, je ne me fais aucune illusion sur la justice à la française. Bien que malgré tout, je pense que le manque de moyens alloués au ministère de la justice profite aux plus fort plutôt qu’aux plus faibles. Mais tout n’est pas qu’une question de moyens. La justice politisé et le gouvernement des juges me débectent au plus au point.

    4. a Tschok : Franchement je ne comprends pas le sentiment de haine que vous inspire les propos de ce général. Je suis désolé que mon quotient intellectuel avoisine celui de votre concierge. Que voulez vous tout le monde n’est pas comme vous polytechnicien ou docteur en philosophie et ne possède pas votre science infuse qui vous permet d’insulter les gens. Si ce haut gradé de la Gendarmerie a dit des vérités qui vous déplaisent rejoignez vos salons feutrés, loin du bas peuple.

      1. @ Vert4,
        .
        Pas la haine, mais une certaine lassitude devant des discours convenus qu’on a mille fois entendus. Jeter la pierre sur la justice pénale (le laxisme des juges, blabla) et sur la loi pénale (ben qui, la procédure, c’est lourd, mais d’un autre côté, à l’époque du traitement de texte, sortir un PV n’est pas non plus un exploit olympique) contribue à entretenir une atmosphère de déréliction et de discrédit qui n’est bonne pour personne.
        .
        Et puis, le coup du « je dis la vérité mais on me bâillonne! » excusez-moi, mais c’est tellement grandiloquent…
        .
        A la base les choses sont simples: la gendarmerie nationale a des missions de police judiciaire et administrative, notamment, et agit dans le cadre de la loi et en collaboration avec l’autorité judiciaire. Si le numéro 3 de la gendarmerie nationale se met soudainement à remettre publiquement en cause la valeur de la loi et la légitimité de l’autorité judiciaire, en free style, je crois que vous comprendrez aisément que cela pose nécessairement un problème.
        .
        Non?
        .
        Ce qu’on attend d’un général, ce n’est pas de remettre en cause les institutions de la république à la première contrariété, mais de commander son administration pour accomplir la mission qui lui a été confiée. Des râleurs de service, on en a. Pas de pénurie de ce côté-là.
        .
        Si le type s’est engagé dans la carrière pour être un râleur de service, il s’est gouré de maison: il aurait dû se faire embaucher par la CGT ou le Parti de Gauche. S »il estime en son âme et conscience ne pas avoir les moyens de remplir sa mission, qu’il le dise, mais qu’il s’abstienne d’imputer les torts à la loi ou la justice, car c’est ce qu’il est censé servir, pas desservir.
        .
        Il me semble qu’il doit être possible dans ce pays de dire que les choses ne vont pas bien sans pour autant désigner des coupables. Le discours du bouc émissaire, il y en a marre. On veut des gens capables de trouver des solutions aux problèmes, pas des gens qui créent des problèmes supplémentaires, et on est en droit de l’attendre d’un général.
        .
        Mais j’ai bien compris aussi que certains d’entre nous préfèrent la soupe populiste qui désigne un coupable, stigmatise, impute les torts, propose des solutions simplistes, etc. Eh bien, ce n’est pas grave: à chacun selon ses goûts. Ceux qui veulent du simplisme l’auront, et puis ceux qui, comme moi, n’en veulent pas rechercheront une pensée plus sophistiquée à la hauteur de la complexité du monde et de la difficulté de ses défis.
        .
        Ca vous va?

        1. Sortir un PV d’interpellation n’est pas un exploit olympique c’est vrai. Surtout quand celui qui le rédige sait que l’auteur des faits ne risque pas grand chose. Quand celui qui le rédige doit faire très attention à ce qu’un mot, une virgule, une allusion, ne permettent aux magistrat bien au chaud dans son bureau de classer sans suite. Quand celui qui le rédige a déjà vu des dizaines de fois le magistrat au cour d’une présentation, s’empresser de s’enquérir si la garde à vue du mis en cause s’est bien passée, si les repas étaient chauds… Je préfère arrêter là.
          Seuls ceux qui ont vécu (et qui le vivent encore) peuvent comprendre ça.
          Alors votre baratin sur le laxisme des juges…

    5. il a été mis au rencart à l’issue d’une audition à l’assemblée nationale, devant la commission des lois. Pas tout à fait le niveau de votre concierge… et visiblement très loin au dessus du votre…

    6. Tout va très bien madame la marquise. Ne changeons rien et continuons comme ça : continuons de pleurer sur des conséquences dont nous chérissons les causes.

  10. Pour une fois qu’un général en activité « ose » dire les quatre vérités! C’est sûr que cela ne peut pas plaire à tout le monde notamment à nos dirigeants politiques.
    Bien souvent ce n’est qu’à la retraite que des généraux s’expriment.
    Le souci du Chef est aussi défendre ses hommes et de ne pas leur cacher la vérité aussi dure soit-elle.

  11. Encore un qui a eu tort de dire tout haut ce qu’il pensait de la magistrature, et taubira ne supportait pas être critiquée.
    Et encore une autre preuve, quand « on dit la vérité, il faut être exécuté » comme le disait la chanson.
    Et pour finir, le manque de courage de la commission devant laquelle il avait parlé, et qui n’a rien fait pour éviter qu’il soit rétrogradé, donc des commissions inutiles et sans pouvoir, des bénis oui-oui!

  12. J’apprécie beaucoup ce général .
    Il possède un courage qu’il faut mentionner. Quelques phrases
    « Si vous interpellez un mineur d’origine étrangère, vous pouvez tout de suite le remettre dehors, car on n’a pas les moyens de mener une procédure à son terme, compte tenu du fait qu’il faut un interprète et qu’il n’y a pas les moyens de payer un interprète. »
    « Je ne voudrais pas faire de stigmatisation, parce qu’il y a effectivement un problème de population étrangère dans notre pays en termes de délinquance. »
    c est clair que Her Valls ne l’entend pas de la même manière. Quant au soldat Favier (socialo bon teint ), on n’attend rien de lui dans ce domaine: on lui demande d’intervenir pour faire peser ses galons au cazou des têtes seraient tenter de penser autrement….
    Bref on est dans les « valeurs » de la repoubl….enfin!!

    1. BRAVO MON GENERAL!!!
      Votre approche a été et est toujours appréciée de la majorité des Francais qui en ont assez de voir des manipulations de chiffres qui veulent laisser penser que l’insécurité est en baisse alors que la situation dans notre quotidien est totalement à l’opposé!
      Les bandes qui sévissent dans nos quartiers ne sont pas ou peu répréhendées et gâchent la vie de la plupart des citoyens qui vivent dans nos villes. Ceci hors Paris, là ou les Police des villes avoisinantes ont été déplacées lors de la création du ‘Gd Paris’. Nous subissons chaque jours les insultes et le agressions et vols de toujours la même minorité qui est de plus en plus impunie! Et cela ne fonctionne que dans un sens car bien mal en prendrait à un individu ‘solvable’ de rétorquer, car c’est sur lui que s’abattrai les affres de la ‘Justice’ sans compter les représailles des voyous que l’on s’applique à garder en liberté, les pauvres! Et lorsque qu’un événement grave est révélé au grand jour, nos politiques ‘crient à l’incompréhension’! De nos jour il faut être de religion Juive ou Musulmane pour ce que vous subissez soit réprimé avec la plus vive vigeur, pour les autres, point de salut: souffrez, subissez, payez vos impôts et taisez-vous! Vous êtes en France mais n’avez plus aucun droit!

    2. @ Pythagore,
      .
      « Si vous interpellez un mineur d’origine étrangère, vous pouvez tout de suite le remettre dehors, car on n’a pas les moyens de mener une procédure à son terme, compte tenu du fait qu’il faut un interprète et qu’il n’y a pas les moyens de payer un interprète. »
      .
      Le général généralise sans doute un peu, car il y a quand même des moyens pour rémunérer les interprètes, mais c’est vrai qu’il y a un réel manque de moyens de côté, ce qui peut avoir des conséquences sur la validité des procédures puisque la loi exige effectivement que les droits du gardé à vue ne parlant pas français lui soient notifiés par un interprète dans une langue qu’il comprend.
      .
      Mais ce problème budgétaire est assez étranger aux orientations de la politique pénale et je pense que « Herr Valls » serait un premier ministre plus heureux si le ministère de la justice avait les moyens de payer les interprètes.
      .
      Seulement voilà, la justice ressemble beaucoup à la défense: grande mission, mais budget insuffisant + sous effectifs. Si la performance économique française était meilleure que ce qu’elle est, le rendement de l’impôt serait plus élevé et les budgets moins contraints. En attendant, tout le monde fait du bricolage. C’est comme ça.
      .
      Ajoutons à cela une responsabilité beaucoup plus collective: d’une façon générale, les Français sont des gens peu sensibles à la problématique judiciaire. Moins on a affaire à la justice, mieux on se porte, dit-on. En conséquence de quoi le budget de la justice n’est pas considéré comme important.
      .
      Dans les classements européens, en part du budget on est à environ 1.9% contre une moyenne européenne de 2.2% et dans la file on est 37ième sur 45. L’année dernière, les Français on dépensé 61 € pour leur justice, à comparez avec nos dépenses de téléphonie mobile. Clairement, le selfie et le SMS sont plus importants que la justice.
      .
      Et pour franchement avoir honte, on peut comparer cette somme avec celle qu’on dépense en moyenne dans les jeux d’argent type loto/PMU: 2.000 €. Ouch!
      .
      Ce qui donne le schéma suivant: les beaufs sont au PMU où ils claquent leur pognon en picolant et quand il y a un fait divers, ils râlent. Et comme le général s’y met aussi, le truc devient un monument de bêtise crasse. Zéro réflexion et que des râleurs en mode Calimero.
      .
      Si on dépensait en plus dans la justice française 1% de ce qu’on dépense par personne dans les jeux, soit 20 €, vous savez où ça nous mettrait dans le classement? Eh ben pas très haut: entre la Belgique et l’Italie, mais en dessous de l’Allemagne qui culmine à 114 € ou du Royaume Unis (96 €).
      .
      Source:http://www.senat.fr/rap/l14-108-318/l14-108-3188.html

  13. son « crime » » est d’avoir dit la vérité à la représentation parlementaire

    devait-il mentir ? pour le pouvoir, oui !

    L’intérêt de la France n’est-il pas supérieur à l’intérêt de la gendarmerie ?

    « Pourquoi se taire quand on a l’intime conviction que dire la vérité est un devoir absolu ? »

  14. Comme beaucoup, je soutiens ce général pour peu que ces propos soient fondés. Non seulement je pense qu’il fait le bon choix, mais je pense que cela devrait être un devoir moral pour un fonctionnaire, quand sa hiérarchie reste sourde à une mise en garde légitime, d’alerter l’unique et seul vrai pouvoir de la république, le corps citoyen.

  15. A tschock . La différence entre ta concierge et un general 4 * c’est justement que ces hauts gradés ne s’expriment pas ,en tous les cas leurs états d’âmes ils les gardent pour eux. Pour que certains d’entre eux tirent la sonnette d’alarme alors qu’ils peuvent aspirer à une retraite dorée ( et méritée) voire manifestent dans la rue ( à calais) , c’est vraiment que ces hauts fonctionnaires ,parvenus par leurs efforts au sommet de nos institutions ne leur reconnaissent plus ni légitimité ni utilité ,(pour le fonctionnement de la justice dans ce cas). C est tout à leur honneur de défendre les  » sans grades » qui besognent sans relâche.

    1. + 1 ! Tout à fait d’accord avec vous. Cet homme prend des risques pour son avenir en l’ouvrant ! Quand a ce niveau hiérarchique on tire la sonnette d’alarme …c’est que la situation est grave (limite désespérée). D’ailleurs c’est un peu un reproche. Nos hauts gradés devraient ne pas confondre loyauté et servitude. Un homme loyal est un homme qui saura vous dire la vérité, même si elle est désagréable à dire et à entendre, mais il le fera pour votre bien, et sans peur des conséquence pour sa petite personne ! Un homme a votre service fera juste ce que vous lui ordonnerez et fera tout pour être juste bien vu !

  16. encore censuré !

    j’aimerais comprendre

    à moins qu’une opinion exprimée, et polie, soit elle aussi interdite au nom du politiquement correct

    1. @ petitjean,

      En attente de modération ne veut pas dire « censuré ». Je ne suis pas à vos ordres pour valider dans la minute votre contribution.

  17. oups !
    je retire mon dernier commentaire
    je viens de voir le précèdent

  18. On va faire simple, est-ce que le général qui l’ouvre est incompétent sur ces problèmes ?
    Est-ce qu’il dit des choses qui ne sont pas conformes à la réalité ?
    C’est bien beau de se trémousser les fesses pour essayer d’éluder son propos ou lui chercher des arrière-pensées ( forcément réactionnaires, xénophobes et putschistes n’est-ce pas ?) mais il parle d’expérience, pose ses mots comme il l’a fait devant les élus, et ne propose rien de scandaleux ni démagogique.
    Maintenant, je crois beaucoup à la liberté d’expression et à la capacité de chacun à raisonner.
    L’énervement de certains militants est plutôt le signe qu’ils n’ont rien de précis et documenté à lui reprocher. En dehors de ne pas penser comme eux, et d’appeler un chat un chat, ce qui, reconnaissons-le, est le pire des scandales au pays des idéologues.
    Pour le général Favier, le courage physique incontestable ne rime pas forcément avec le courage intellectuel, à moins qu’il soit aussi militant socialiste.

  19. Plutôt que Favier-la-soupe-est-bonne, je choisis Soubelet-la-libre-vérité.

  20. Pour avoir dit tout haut la réalité de la situation, et ce, depuis a minima une belle décennie,, il n’y a pas que ce Général qui s’est fait virer. Creusez un peu vers les services spécialisés, qui ont vu tout un pan de mémoire disparaître, soit parce que les cadres ont quitté d’eux-mêmes, déçus pour ne pas écrire plus, ou écartés, pour ne pas écrire plus non plus.

  21. Je crois que cela ne va pas faire que des vagues au sein de la gendarmerie…
    Je crois aussi qu’à trop négliger ses meilleurs serviteurs, y compris lorsqu’ils lancent un cri d’alarme devant la représentation nationale, l’Etat français – et je ne parle pas spécialement du gouvernement actuel – s’expose à ce genre de retour.
    Notre démocratie a tout à perdre à ne pas prendre en considération ses grands chefs militaires. Notre pays est face à des défis significatifs et on ne pourra pas faire l’économie de leur vision et de leur expérience.

  22. Soyons factuels!!!!
    Le rapport de la commission des prélèvements obligartoires de 2011 évoque 80 milliards allocations rsa et 60 milliards de subventions 70 milliards de niches et 40 mds de cice soit 250 milliards soit des moyens pour acheter des armes. Il faut obliger le juge d’instruction à reprendre la défense des biens et les policiers à faire enlever les véhicules devant les sorties au minimum.on peut donc faire un fusil français avec des munitions français avec fuck l’europe

  23. Une vraie bonne démocratie a besoin un vraie bonne gendarmerie…Mes respects aux généraux Soubelet et Favier , pour leur parcours et leurs faits d’armes….
    Que l’on ponctionne sévèrement les crédits d’une dissuasion nucléaire inutile pour équiper, solder , entrainer, soutenir et encourager le sens du devoir des gendarmes …Qu’ils soient membre éminent du GIGN, ou perdu sur un atoll du pacifique , ils servent , au risque de leur vie…La gendarmerie est une arme d’élite, tout doit être mis en oeuvre pour leur faciliter la tache et récompenser les services rendus….
    Il est temps de réduire le format du corps blindé mécanisé et de la dissuasion nucléaire….C’est à la gendarmerie, la police, les services (DGSE, Douanes etc…) de combattre , et pour longtemps, dans la GWOT (général war on Terrorism)……
    Les Russes sont nos alliés, il faut changer les shémas ancien et refondre notre livre blanc…Le général Soubelet est un précurseur……

  24. Le Gal Favier tient à sa place et doit obéir à l’exécutif. C’est la raison pour laquelle il lâche le Gal Soubelet car il ne veut pas faire aussi partie de la charrette. Quand les intérêts divergent on pense d’abord au sien avant celui des autres.

  25. Ne serait-ce pas aussi aux premiers concernés, le peuple lui-même, le citoyen, à se bouger le cul au lieu de tout attendre des forces militaires ou de police ?
    Ce peuple, il faudrait également, qu’il soit un peu plus solidaire et démonstratif envers ceux qui sont chargés de sa sécurité. Cette apathie est insupportable à la fin.
    Sur ce je m’en vais relire les 4 volumes de : « Révolution » de Margerit car la solution est aussi dans les livres. Et dans l’histoire.

  26. Le débat a-t-il lieu d’être? À lire les commentaires, les détracteurs du Général Soubelet semblent être des plumitifs doctrinaires, alors que ses adeptes semblent être plus proches de la troupe.
    Pourrions-nous jamais nous entendre?
    .
    Reste que, même si les écrits et opinions du Général ne séduisent pas les détenteurs de Maîtrise, ce ne sont pas ces derniers qui s’engagent sur le terrain pour montrer l’exemple. Pour ca, il y a des c*ns (…)
    Ceux qui ne comprennent rien à rien, et qui devront faire un parcours sans faute.
    .
    Il suffit pourtant de jeter un oeil dans les rues et les campagnes, pour se rendre compte que toutes les thèses n’y ont pas laissé de profonds sillons…
    .
    https://www.youtube.com/watch?v=cC0JPs-rcF0

  27. La voix du maître couvre celle du « chien de guerre »ce dernier va au chenil l’autre rejoint le Mess…

    1. mon cher Wrecker,
      si vous creusez un peu le parcours opérationnel des deux intéressés, le « chien de guerre » est loin d ‘être le héros des révolutionnaires en peau de lapin !

  28. Je vais être un peu vulgaire mais je soupçonne le général Denis Favier d’être un fayot, un « fils » comme on dit dans les écoles d’officiers pour les désigner. C’est aussi et surtout un animal politique qui défend sa gamelle: il est primordial de rappeler que le Général Favier a été nommé le 21 mai 2012, soit quelque jours après l’élection de François Hollande, « conseiller gendarmerie »auprès du ministre de l’Intérieur de l’époque, je vous le donne en mille, Manuel Valls.
    Qu’il se la coince, nous savons ce que valent ses billets de blog.

    1. Il a un illustre prédécesseur, le fondateur du GIGN, Prouteau, s’était retrouvé préfet.
      Y aurai-il des « soutiens » maçonniques, les loges étant très présentes chez les hauts gradés et aidant fortement à l’avancement ?

Les commentaires sont fermés.