Décès du général (air) Jean-Philippe Douin, ancien chef d’état-major des armées

douin-20160121Un bref communiqué de l’Élysée vient de confirmer le décès du général d’armée aérienne Jean-Philippe Douin, qui fut chef d’état-major des armées (CEMA) entre 1995 et 1998. Sa mort avait été annoncée par le quotidien Le Bien Public.

Né le 8 avril 1940 dans l’Indre, fils d’un saint-cyrien et petit-fils d’un officier de marine, Jean-Philippe Douin est admis à l’École de l’Air en 1961. Après sa formation de pilote de chasse, il rejoint la base aérienne de Luxeuil et l’Escadron 2/4 La Fayette, alors équipé de Republic F-84F Thunderstreak.

En septembre 1966, il fait connaissance avec le Mirage IIIC à l’occasion de sa mutation au Groupe de chasse 1/2 « Cigognes », alors basé à Dijon. Quatre ans plus tard, il prend le commandement de la Spa 103, l’escadrille de René Fonck, l’as de la Première Guerre Mondiale.

Après une affectation à Mont-de-Marsan, il est muté à Reims pour prendre le commandement du Régiment de chasse 02.030 Normandie-Niémen, alors en cours de transformation sur Mirage F1C, puis à Orange, à la 5e Escadre de chasse. Entre-temps, pour avoir mené à bien des recherches personnelles qui seront utilisées plus tard pour la mise au point du système d’armes du Mirage 2000, il reçoit la médaille de l’aéronautique.

Promu lieutenant-colonel, Jean-Philippe Douin suit les cours de l’École supérieure de guerre aérienne avant d’être affecté à l’état-major de la Force aérienne tactique (FATAC) et de la 1ère région aérienne.

En 1985, alors colonel, et avant de partir pourle centre des opérations de l’armée de l’Air, il prend le commandement de la base aérienne 102 de Dijon, où, souligne le quotidien Le Bien Public, il a « laissé le souvenir d’un homme ouvert, liant, passionné par son métier et profondément imprégné des valeurs militaires en général et de celles de l’aviation de chasse en particulier.

Le 1er juillet 1994, il est nommé chef d’état-major de l’Air. Mais il n’occupera cette fonction que pendant un an à peine car, le 9 septembre 1995, il est désigné par le président Chirac pour succéder à l’amiral Lanxade au poste de chef d’état-major des armées.

Pendant son temps de commandement, dominé par les opérations extérieures dans les Balkans, le général Douin a dû préparer la professionnalisation des armées et réformer les composantes de la dissusion nucléaire, avec notamment la fermeture du plateau d’Albion, avec le démantèlement de ses missiles balistiques.

En 1998, le général Douin devient le premier officier de l’armée de l’Air à occuper le poste de grand chancelier de l’ordre de la Légion d’honneur. Ayant totalisé plus de 6.000 heures de vol, titulaire de nombreuses décorations, il était marié et père de 4 enfants.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Orion

  2. de Renaud de MARIN

  3. de baron