Artillerie : 32 CAESAR blindés remplaceront les derniers canons AUF1 en 2030

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

75 contributions

  1. parabellum dit :

    ca fait pas beaucoup de pieces utiles et le NG parait extremement lourd ( on le transporte comment : avec l’A 400: rire jaune!). pourquoi ne pas penser d’un coté LR multiple sur camion ( katiousha : terreur absolue!) et de l’autre seconde artillerie sol sol longue portée ? on parait bloquée dans le recyclage sans imagination de techno ( le cesar est une bonne arme mobile , mobile justement parce pas trop lourde..). les combats a venir demanderont de la puissance de feu multi distance et saturante, helas mais la puissance de feu est un manque permanent dans notre armée..

    • Maotchao dit :

      N’êtes vous pas de ceux qui faisaient briller les armures des cavaliers en 14 et de ceux qui ont imaginés la ligne Maginot?
      Pensez vous que si on abandonne le LRM pour le LRU c’est pour le plaisir? Cessez d’être admiratif devant vos camarades russes qui se battent comme il y a 40 ans, la guerre de retard, ce sont eux qui l’ont, pas nous.Et ce n’est pas par ce que vous voyez une guerre qui utilise ces instruments, que cela en fait « les combats de demain », bien au contraire, ces équipements ne sont pas une « nouveauté ».
      L’efficacité de la précision, que ce soit via les bombes aérienne et l’artillerie est bien plus recherché que la saturation dont les effets donnent peut être l’impression d’une grande puissance de feu, mais qui au final, laisse un résultat qui soulève l’interrogation.

      • parabellum dit :

        le feu tue et si le feu est massif il tue beaucoup…je suis un ancien mais ce que je connais du feu ( liban) me fait croire qu’on a vraiment besoin de batteries et autres ( on avait fini par faire venir des 155) et que le « chirurgical » ne ferait pas grand chose face a un deluge de multi roquettes…mais bon, je suis un old scholl…quant aux russes, la guerre, ils connaissent quand m^me!

        • NguyenKT dit :

          Eh ben, parlant juste du puissance de feu, les Russes sont très loins des Americains et regardant la guerre du Vietnam, ont-ils gagné ou perdu?
          Ils ont perdu pas du tout à cause défaite militaire mais à cause politique. Et dans cette cause, les dommages collatéraux sont de très grande partie.
          Le manque de précision des frappes combine avec les civils tués ne vous permettent pas de gagner une guerre.
          Le feu par saturation n’est valable qu’en face vous avez une armé identifiée, localisée etc. Mais avec une précision approximative qu’offre les munution Russes, les effets n’est que visuel.
          J’ai cherché dans tous les domaines, jamais j’ai trouvé qu’on parle des Russes dans les précisions, par contre on trouve souvent: Plus gros, plus rapid, plus loins pour masquer le domain qu’ils pechent souvent: La précision.

        • anonymus dit :

          Vous avez raison parabellum, voila les terribles ravages, sur certains, d’une armée qui ne fait plus pour l’essentiel du gardiennage de la paix en Afrique, et avec le plantonage devant les églises cela ne risque pas de s’arranger.
          On nous prépare de nouveaux Uzbine, et ceci dés la prochaine affaire, un peu plus sérieuse, ou il faudra bien intervenir au sol : sinon quid de l’armée de terre, transformée, faute de mieux lourds notamment, simplement en suffisance, au mieux en une gendarmerie bis, ou au pire en une armée de vigiles.

      • ALex dit :

        Les Russes qui se battent comme il y a 40 ans ? non mais rigolez j’espere ?
        Un moment il faut arreter d’ecouter la propagande qui veux vous faire croire que les russe n’ont pas internet , la TV et vivent dans des huttes!
        Les russes ont fait plus de mal à Daech en 1 mois que les USA en 10 ans !

        • Milpa Bagen dit :

          Assez piquants de votre part de demander d’arrêter d’écouter la propagande, et ce citer mot pour mot, la propagande du Kremlin à propos de Daesh….

          • ALex dit :

            Un moment il faut ouvrir les yeux s’est tout et arreter d’etre un mouton…
            Plus grand monde soutiens la politique atlantiste
            Il y a pas besoin d’ecouter la propagande du kremlin car on entend que celle de chez nous …

      • Raoul dit :

        N’importe quoi ! On n’a pas abandonné le LRM parcequ’il était devenu inutile ou obsolète, mais parce qu’on a signé le traité d’interdiction des mines anti-personnelles et armes à sous-munitions… Ceux que les Etats qui sont de vrais puissance ont refusé de faire.

    • revnonausujai dit :

      le LRU, on ne peut plus, on a été assez bons avec un grand C pour signer l’interdiction de cette arme; les pays qui comptent, eux, n’ont pas signé et continuent à en disposer !

      • revnonausujai dit :

        oups, lire LRM ( multiple) , pas unique ! dommage pour l’acrostiche !

      • Affreux_Jojo dit :

        Salut. je pense qu’en cas de crise majeure et de guerre massive, les munitions à ous munitions, on les emploiera à nouveau et sans se creuser la tête. Il aurait mieux valu cependant s’interdire l’utilisation de telles munitions selon un code de procédure « éthique » (pas dans des opérations d etype Afgha ou Mali où l’on est contraint de jouer précis plutôt que massif) que par traité stupide médiatique néanmoins. (c’est là que je me rends compte quand même, que Sarko est juste un guignol irréfléhi, mais on a bien rigolé quand même avec lui)

    • Pierrot dit :

      Allez demander aux russkoffs d’abandonner cette arme de destruction massive le LRM
      des combats à venir avec ça en Europe, il ne restera plus que des gravats à ramasser.
      il n’y a plus que Poutine et ses employés à jouir rien qu’à penser de tout casser.

    • MP3 dit :

      Je suis plutôt d’accord, notre artillerie sol sol est quelque peu en perte de vitesse et c’est dommage car ni les avions ni les hélicoptères ne peuvent compenser un déficit d’artillerie, surtout dans une armée comme la nôtre avec des ressources comptées (l’artillerie actuelle coûte beaucoup moins cher en plus).
      S’agissant du CAESAR, on a un concept très intéressant mais l’impératif initial de vouloir faire rentrer le système dans un C-130 entraîne quelques insuffisances en matière de protection, d’autonomie et d’emport de munitions, même si on peut compenser ces insuffisances avec des mesures assez simples dans la plupart des engagements.
      Toutefois, en toute rigueur, il faudrait effectivement un système pour les engagements les plus durs, auxquels nous n’avons d’ailleurs pas renoncé. Faute d’AU F2, il y a le PZH 2000 ou au pire l’Archer. Vouloir trancher la question au jour d’aujourd’hui semble plutôt étonnant.
      Quant au LRU, une variante sur camion aurait aussi beaucoup de sens.
      Et n’oublions pas le mortier lourd aussi, l’artillerie de poche au niveau GTIA.

      • mich dit :

        Bonjour deux petites questions pour un spécialiste terre : pourriez me dire contre quoi peut protéger la cabine actuelle du caesar ,est ce efficace dans un conflit asymétrique ? pourriez vous également me dire pourquoi ,à ma connaissance,l’armée de terre n’a pas de mortier porté sur châssis blindé ,juste pour des économies ?
        Par contre vous avez raison sur le LRU ,je ne comprends pas (dans la logique actuelle)que l’on reste sur un chassis chenillé US qui n’est pas très standard dans notre armée .
        Merci d’avance.

        • Le caesar a fait une guerre asymétrique avec succès, le Mali. Faut croire que la doctrine d’emploi ne les expose pas. Après tout, un auf1, c’était prévu pour contrer l’armée soviétique avec une protection NBC et un symbolique blindage 7,62.
          Le lru mériterait le châssis à roues en photo.

          • mich dit :

            Sans vouloir minimiser l’opération serval ,les capacités des adversaires sont peut être supérieur en Syrie ,mais c’est vrai que la manœuvre des différente armes a plutôt bien marché au Mali ,et je suppose que l’on a tiré des retex au cas ou !

        • MP3 dit :

          Le CAESAR est plus adapté pour de l’asymétrique que pour de la haute intensité.
          S’agissant de mortier lourd porté, je ne suis pas forcément convaincu de l’intérêt, surtout si c’est pour avoir un système aussi lourd voire plus lourd que le CAESAR.

  2. Raoul888 dit :

    Le premier exemplaire AUF 1 est arrivé en régiment en 1979… Au final : sera donc plus de 50 ans de bons et loyaux services ! Si toutefois l’échéance de 2030 est maintenue…

    • anonymus dit :

      Une vingtaine étaient prévus d’être garder jusqu’en 2020, mais déjà sous cocon uniquement.

  3. Bricoleur dit :

    Ah, la question de la définition du besoin opérationnel … Pour l’artillerie, le contrat opérationnel est aujourd’hui de 109 pièces de 155 mm (merci à celui qui peut en expliquer la rationalité de le faire).
    109 canons en 2014, mais aussi 109 en 2030 ! En 16 ans, presque l’intervalle entre la 1° et la
    2° guerre mondiale, le monde aura bien changé, mais pas le besoin opérationnel ??? !! Et la notion de besoin opérationnel n’est pas la même pour tout le monde. Souvenons-nous de la Division DAGUET lors de la guerre du Golfe (1991) où pour une mission de flanc-garde, les américains avaient renforcé d’autorité notre bataillon d’artillerie à 18 canons tractés (TR F1) d’une brigade d’artillerie.

    • MP3 dit :

      Oui vous avez raison.
      Ce chiffre 109 ne correspond pas à la dotation théorique de 6 régiments 155 car à 3 batteries de 155 par régiment ce ne sont pas moins de 144 canons qu’il faudrait.
      Idem pour le LRU pour lequel il faudrait théoriquement au moins 32 lanceurs.
      Quant au besoin opérationnel, effectivement il n’est jamais figé.

  4. CENCSE dit :

    l’intérêt de l’aUF1 par rapport au CAESAR? Equipage protégé en phase de tir et tir d’emblé.
    D’après ce que je vois sur la photo, ce modele est juste un Caesar blindé… Je ne vois pas là de tourelle permettant le tir sous blindage… donc intéret pour le moins limité, l’habitacle du Caesar étant déjà protégé.

    • Caton dit :

      En effet, mais l’intérêt du Caesar est son extrême mobilité : il se met en position, tire et peut être reparti avant que ses obus ne soient arrivés à destination. Difficile de faire un tir de contre-batterie dans ces conditions.
      Le blindage est certes rassurant, mais aucun blindage ne résiste à tout, les cuirassés de la dernière guerre mondiale en ont fait la dure expérience malgré leurs tôles d’acier spécial épaisses de plusieurs dizaines de cm par endroit (650mm à l’avant des tourelles du Yamato, coulé par l’aviation US).
      La meilleure façon de ne pas prendre un mauvais coup c’est de ne pas être sur la trajectoire.

      • Lagaffe dit :

        +1
        Le blindage lourd est un mauvais choix pour l’artillerie motorisé : si on se retrouve sous le feu ennemi c’est déjà qu’on a merdé ne se protégeant pas d’un tir de contre-batterie par la mobilité : le blindage protégera certes mieux le personnel (sauf impact direct) des shrapnels mais pas les pneus du véhicule.. et le surpoids entraîne des problèmes de transport par voie aérienne et de circulation, c’est d’ailleurs aussi pour ça qu’on n’utilise plus les AUF-1 on Opex.
        On va se retrouver avec un micro-parc d’artillerie à gérer de plus alors qu’il faudrait au minimum tripler le nombre de Caesar pour rester un tantinet crédible.

      • Sempre en Davant dit :

        Certes. Mais la question est elle celle de la contre batterie ou celle de la mobilité?
        .
        Le besoin de blindage semble résulter principalement du fait que « nous » ne tenons pas les itinéraires…
        Dans ce contexte héliporter les tubes permettrait de « sauter » l’obstacle de la route mais nous n’avons pas les hélicos… Pourtant c’est plus mobile qu’un camion blindé ou pas entre mines et IED.
        S’il ne s’agit que d’occuper des « postes » faute de « tenir le terrain » que les servants sont sans protection pendant la mise en œuvre de leur canon le gain est’il a la hauteur du tonnage?
        Bref, le spectre de l’Indochine entre RC4 et Dien Bien Phu,… , puis le Vietnam (Hué) et les M50 Ontos, ne semble pas beaucoup mobiliser les intelligences.
        Sur un territoire non tenu, sans front, quelle est la place d’une artillerie? Quelle exposition des artilleurs et de leurs canons?
        Questions posée honnêtement : je n’ai pas de réponse à ces questions.

        • anonymus dit :

          Cela devrait être le rôle dévolu au 35 RAP, de la brigade parachutiste : quelques 105 mm légers modernes (même achetés sur étagère vu le faible volume) seraient également intéressant pour compléter les mortiers de 120 mm, par leur allonge (jusqu’à une vingtaine de km avec les matériels d’aujourd’hui) et leur capacité de tirs directs, dans ce type de formation spécialisées et très spécifique, enfin « normalement ».
          Mais même là aussi on a tout mit sur Caésar (matériel convenant très bien et très adapté pour les forces médianes, et l’asymétrique, mais pas forcément pour « le reste »), ceci des brigades lourdes, jusqu’au, « sensé » parachutistes et légères : eh oui il faut bien gérer la pénurie, l’absence d’anticipation et même de véritable réflexion tout court dans nos armées et depuis 20 ans !

          • Sempre en Davant dit :

            On peut avoir l’équipement de sa tactique comme l’on peut avoir la tactique de son équipement. Là il peut y avoir ambivalence et adaptation.
            En revanche, on ne saurait avoir une tactique autre que celle de sa logistique.
            On ne mange jamais dans la gamelle restée à la maison!
            .
            Si votre bibliothèque ne comptait pas « nous étions à DBP » de Pouget complétez la au plus vite.
            C’est un livre remarquable qui embrasse l’ensemble des aspects, de la sauvegarde politicienne de « l’union française », à l’erreur sur les capacités logistiques des viets, à la surestimations des possibilités de l’A400m, en passant par la grenade du Col. Piroth…
            .
            Mais un 120 n’est pas un 155 et le caesar n’est adapté à « l’asymétrique » qu’autant qu’on peu le déplacer sans le perdre…
            avec son équipage.
            Sa moindre empreinte logistique facilite sa projection mais son manque de protection limite sa mobilité ou oblige à « tenir » l’itinéraire…
            Équilibre précaire entre artillerie, bombardement et intelligence de l’ENI dont on ne détruit pas les capacités assez vite. D’où les exemples et questions supra.

          • anonymus dit :

            Entièrement d’accord avec vous sur le rôle de la logistique (je ne sais plus qui a dit (à peu près) « toute opération (militaire) commence, perdure et se termine par la logistique », ou le devrait !!!!) : Là aussi il aurait tant à dire (encore plus qu’inquiétant quand on voit les « énormes » (sic) difficultés que l’on a eut pour approvisionner, simplement correctement, 2000 personnels en Centrafrique (en particulier à l’époque où ont eut lieu ces aberrations, plutôt même de l’ordre du millier par rapport à ce qui était déjà en place (du coup en regard de votre comparaison avec Dien Bien Phu …), là aussi m’est d’avis que quelques « responsables » auraient dut sauter (pas en parachute !), mais pas plus de vagues non plus que pour Louvois : elle est pas belle la vie !
            .
            Un des principaux avantages du Caesar est, à mon avis surtout sa protée accrue, qui permet notamment de répondre très (très !) rapidement à toute demande d’appui au sol, et ceci dans un rayon important (et tout en étant rapidement mobile).
            Par contre, comme déjà dit, quelque part, ci dessous, dans un milieu plus fermé et plus compartimenté, son manque de protection et surtout le fait de l’exposition de l’équipe de pièce risque de poser problème, en particulier même dans un milieu asymétrique, non contrôlé (pas de ligne de front, comme autrefois ( 🙂 ), mais des dangers, et des attaques donc, pouvant survenir à tout moment et de toute part.

          • Elmin dit :

            En effet Anonymous, mais j’ajouterai que le Ceasar est également particulièrement adapté à la doctrine de grande manœuvrabilité de l’AT francaise , apportant un appui feu tres conséquent tout en étant capable de suivre la manœuvre.
            Je suis également inquiet de la faiblesse de notre branche « lourde » mais pour ce qui est de la branche légère , et donc celle qui sera le plus probablement la plus utilisée , le ceasar est pas loin d’être « le top ».
            Reste que si demain nous sommes pris dans un conflit de haute intensité , on sera dans la merde … Mais pour ca, on est sensé avoir l’arme nucléaire pour nous prémunir …
            Donc, dans un contexte de tension budgétaire extrême ,?et aux vues de la situation internationale , le choix du couple ceasar/LRU /mortier semble en effet particulièrement pertinent …

          • anonymus dit :

            Globalement d’accord avec vous Elmin, le seul bémol, en matière de force lourde et légère, c’est que, qui peut le plus, peut le moins, l’inverse étant rarement vrai.
            En fait, comme je l’ai déjà dis, c’est que les Caesar sont en effet tout à fait adapter pour certains type de conflits, il manque « juste » un équivalent aux niveaux de nos brigades lourdes, et en supplément de ce qui existe en Caesar, et on aurait enfin à nouveau une artillerie tout juste en suffisance et adaptée à notre volume de force, pourtant de moins en moins important également.

      • Affreux_Jojo dit :

        l’AUF1 aussi. Mais encore plus vite. Le temps de débarquement rembarquement de l’équipage, car l’équipage est déjà à poste et le chargement totalement automatisé. L’AUF1 était conçu comme une arme de tirs de contre batterie et d’arrêt avec un profil de haute protection NBC dans le cadre de la guerre de haute intensité en Centre Europe. Une arme magnifique et en avance sur son temps.

        • anonymus dit :

          C’est vrai qu’un remplaçant de l’AUF1, bien conçu, ne serait pas de trop et même plus que nécessaire, au vue en plus de ce qui reste en plus de l’artillerie française aujourd’hui. !

      • Partir avant un tir de contre batterie est une qualité non liée à l’extrême légèreté du caesar. Il est léger pour être facilement aérotransportable.

    • Raoul dit :

      Sans oublier une meilleure efficacité pour faire de la contre-batterie, grâce à la possibilité de pointer « tout azimut » rapidement.

  5. Yoyodu38 dit :

    Je ne.suis pas un expert donc pardon, MAIS pourquoi ne pas NGisé l’auf1 ???. Je m’explique: une nouvelle cabine créé par nexter , un châssis de leclerc,. Un canon caesar 155. L’AUF2 !. On aurait des caesar pour les TDM et des Putain de vrai automoteur à canon pour l’artillerie !!.

    • Orion dit :

      Sinon il y a le PzH2000…
      Plutôt que la moitié autant aller chercher chez le voisin, qui sait, ils seront peut être enclin à nous laisser faire un Rafale 2 et a nous l’acheter.

      • le-geant dit :

        Le PZ2000 est quand même très cher ! En acquisition et en entretient n’en parlons pas… Les Allemands ont d’ailleurs du mal à le maintenir en condition opérationnelle.

      • yoyodu38 dit :

        tu rêve complètement ! , pourquoi allez acheter une daube boche plutôt que de cultiver un savoir faire chez nous? on a déjà ce qu’il faut , ce qu’il manque , c’est une motivation politico-militaire .

    • La chenille n’est plus à la mode en artillerie
      Le châssis Leclerc vaut une fortune
      Faudrait refondre toute la tourelle…
      Bref, très cher.

  6. TITEUF dit :

    La chasse au lourd est de mise…ok…..
    Mais en cas de grosse crise « merdique n0 1 » je pense que nos artilleurs prefereraient se blotir dans un AUF1 qu’un Caesar .
    Je n’ai rien contre ce matos qui donne entiére satisafaction mais la chance dans un conflit de haute intensité a son mot a dire et comme chacun le sait rien ne se passe comme prevu dans notre monde…..
    les Américains en parlent comme SNAFU il me semble….« situation normal, all fucked up »….
    j’ai la mauvaise impressions que nous répétons les erreurs de 40 non ????

    • Elmin dit :

      Oui mais quels sont les risques de conflits lourds nous concernant ? À part un tres improbable conflit direct avec la Russie ? Car même si l’on crain la monte de l’extrémisme islamiste , avant qu’ils ne soient capables de nous menacer directement , on a le temps de voir pousser un arbre …
      Reste qui ? La Chine ou la Corée du Nord sont dans des zones qui ne nous concernent pas ou presque , l’Iran aura bien plus à faire contre les sunnites que contre nous , et la Russie ne sera pas en mesure de menacer l’Europe meme en s’améliorant sans cesse pendant 20 ans … C’est un problème démographique …
      Donc ? Conflit de très haute intensité , certe, mais dans quel scénario ?

  7. Pythagore dit :

    En tout cas il a de la gueule ce canon.

  8. Eliot Mess dit :

    C’est un CEASAR de front pour du tire direct en avant-garde des Leclerc, c’est pas le même prix. 🙂

  9. Frédéric dit :

    Chenilles vs roues, les roues ont remporté la  »victoire » par KO en France. A part le Leclercs et véhicules  »haute mobilité » des chasseurs alpins, il n’y aura aucun engins chenillés de combat dans l’inventaire des forces françaises.

  10. Frédéric dit :

    121 canons de 155 au 1er juillet 2015 selon le dernier  »chiffres clés de la défense », cela fait donc 13 LRU, 77 Cesar , et 31 AUF-1… Même s’ils sont précis, efficace et tout le tralala, cela fait TRÈS peu face a une armée conventionnelle.

    Et l’artillerie reste toujours et de loin l’arme la plus  »meurtrière » du champs de bataille, une étude US sur les combats en Ukraine montre qu’elles ont étaient à l’origine de 85 % des pertes. L’aviation, c’est bien, mais pour démolir des sites précis, pour  »écrasé » un régiment ennemi en une seul frappe, si on n’a pas de B-52 ou de Tu-160, reste  »l’arme savante ».

    • Thomas dit :

      L’armée de terre n’a que 121 canons opérationnels ? !

      • Frédéric dit :

        Oui, plus les mortiers de 120…recherche « chiffres clés de la défense 2015 », fascicule au format Pdf.

    • Barbier dit :

      Et qui viendrait nous affronter avec son armée conventionnelle?qui en a encore une puissante?
      Les 20000 chars du pacte de Varsovie , c est FINI…
      Préparons nous aux conflits de demain et oubliez les conflits de hier qui n ont pas eu lieu!!
      Et mieux avoir 200 leclerc et 77 case ar en parfait etat que d avoir 2000 ruines….

      • anonymus dit :

        Bé je sais pas : pour être capable d’aller foutre une raclée à daesh, et consort, par exemple.

  11. Khay dit :

    Il a l’air pas mal de CAESAR lourd, en particulier pour l’emport en munition. Ceci dit dans la classe des 30 tonnes y’a l’Archer qui en fait autant, blindage sensiblement equivalent, mais avec un tir entièrement automatisé et un équipage de seulement trois personnes (indépendamment des problèmes de jeunesse de l’arme qui a mis du temps à être au point). Si ces CAESAR sont prévus pour des engagements de plus haute intensité que les « légers », tant en termes d’intensité du feu envoyé que de celui potentiellement reçu, minimiser l’équipage, quitte à sacrifier un peu de rusticité en automatisant plus de fonctions de chargement, serait pas un échange gagnant?

    • Lagaffe dit :

      La Suède n’a commandé que 24 systèmes d’artillerie Archer.
      La Norvège a annulé sa commande en raison de la lourdeur et du manque de mobilité du système d’artillerie (et sans doute aussi du prix de la bête !).
      La mobilité est la protection la plus efficace. Le sur-blindage n’est pas une solution pour un système d’arme qui n’est pas sensé être « au contact ». Que dire des servants de mortiers d’ailleurs ?
      Il ne faudrait pas oublier de développer un VBMR Griffon porte-mortier en remplacement des mortiers de 120mm tracté.

      • jp_perfect dit :

        RUAG vient de dévoiler son nouveau système de mortier Cobra, compatible avec tous les véhicules blindés légers actuels, selon leurs dires. En tout cas, il a été testé avec succès sur un piranha et un m113. Je vous laisse aller vous faire un avis par vous-même de ce système.

  12. anonymus dit :

    Enfin et pour une fois une (demi) bonne nouvelle.
    Mais (évidemment !), trop peu, et surtout trop tard : « à l’horizon de 2030 » (pourquoi pas à le saint glinglin pendant qu’ils y sont ?!), et alors que le besoin est déjà actuel.
    77 Caesar représentent en effet que l’équivalant de 3 bataillons d’artillerie otan (à 24 tubes, et sans compter les exemplaires dans les centres de formation et autres services techniques), pour 6 brigades (et même 8 encore hier) = cherchez l’erreur !!
    C’est au moins autant de Caesar « blindés » qu’ils faudrait et dés aujourd’hui, ne serait ce pour équiper enfin, un peu convenablement nos armées, et notamment chacune de nos 6 brigades désormais (dont on ne connait toujours même le début d’un commencement de leur organisation et de leur constitution = encore une « affaire » bien réfléchie, préparée et « anticipée » !!).
    Ces Caesar apportant au moins un peu de protection supplémentaire (quoiqu’encore assez limitée), surtout qu’à priori l’équipage est encore obligé de sortir et de s’exposer (à l’absence de front notamment dans l’asymétrique à des attaques pouvant survenir de partout, plus qu’à une contre batterie : d’où revoir certains concepts, à la lumière de ces nouvelles données (pas celles d’hier, comme certains) ne serait pas forcément inutile non plus) et un peu plus d’emport (de 18 à 30 coups).
    Pour ma part, je pense qu’un automoteur blindé moyen, type Donar, c’est à dire un chenillé blindé de 35 tonnes (donc une protection qui passe d’emblé au niveau IV otan, voir plus pour la cabine) et avec un conduite entièrement automatisée, à partir de la cabine (2 ou 3 servants, pilote inclus, donc moins de personnel), un emport jusqu’à une 40 coups (et rechargement automatisé) serait sans doute encore plus approprié pour nos brigades lourdes en particulier.
    Quelques lances roquettes multiples, puisque évoqué par certains ci dessus, type ASTROS de 160 mm (lanceur d’une trentaine de roquettes, simples (donc peu couteux, en tous cas nettement moins qu’une intervention aérienne, chère à certains là encore !!! Et moins aléatoire justement), par lanceur, et jusqu’à entre 15 et une quarantaine de km), ne seraient pas non plus de trop pour offrir une capacité complémentaire notamment à nos pauvres 13 LRU restant.
    Enfin ça c’est si on veut une armée de terre encore capable demain de jouer son vrai rôle, d’intervention armée au sol et ce quelque soit les forces en face, c’est à dire préparée aux conflits de haute intensité : ce qui est sa principale et essentielle raison d’être (qui n’est pas celle de faire le « gendarme de la paix » en premier lieu (encore bien moins le vigile !!!), mais bien d’être une force coercitive et encore capable de peser, et ayant pour cela encore les moyens de faire et d’imposer les décisions de la France, et ceci même, par la force, rôle des armées, quand cela s’avère nécessaire), ne serait ce au niveau de la 6 puissance mondiale (mais quand même, c’est à dire à son juste niveau), ou pas !

    • anonymus dit :

      « C’est au moins autant de Caesar « blindés » qu’ils faudrait et dés aujourd’hui, ne serait ce pour équiper enfin, un peu convenablement nos armées, et notamment chacune de nos 6 brigades désormais (dont on ne connait toujours même le début d’un commencement de leur organisation et de leur constitution = encore une « affaire » bien réfléchie, préparée et « anticipée » !!). » :
      Apparemment si, quand même, je n’avais pas encore vu le sujet suivant sur la 7e BB (ce qui ne retire néanmoins rien à cette conclusion « = encore une « affaire » bien réfléchie, préparée et « anticipée » !! ». On s’adapte, comme savent si bien dire certains.

    • parabellum dit :

      ilnous reste une centaine de canons…ca risque de faire court le jour ou on aura affaire a a autrechose que des rezzou taleb sur toyota ! et meme eux, ils montrent des chars capturés et des lancemissiles multiples..on doit avoir la gamme de feu ou arreter de s’engager.

      • anonymus dit :

        Sauf que la triste tendance actuelle est, malheureusement, quelques forces spéciales (si « à la mode ») pour essayer de donné encore le change et faire dans le symbolique, et derrière plus qu’une force légère (c’est bien le pli qu’on prend plus que jamais même auparavant) de gendarme (voire même pour une bonne partie, 7 à 10 000 en permanence et donc avec le turn over à assurer = prés de la moitié de ce qui reste de l’armée de terre consacrée à cette seule tache, et transformée avec des reflexes de vigiles).
        Mais avec en plus des politiciens de plus en plus inquiet, et terrorisé (eh oui ça marche, sur certains) à l’idée d’envoyer des forces au sol (quand il le devrait, sinon à quoi ça sert : voir daesh et ses barbaries et idéologie d’un autre temps qu’on laisse, assez tranquillement somme toute, prospérer ? !), il fallait un peu si attendre : la France n’en finissant pas de renoncer, à son rôle dans l’histoire, tout simplement.

  13. Corregidor dit :

    Il n’ y a que 24 Archer dans l’artillerie suédoise. D’autres clients potentiels ayant dénoncé leurs contrats pour différentes raisons.

  14. kimou dit :

    Quelle beau bébé que ce caesar , quand au fait de le blindé au moins ça prouve qu ils réfléchisse encore en haut lieu .
    Quand au roue c’ est mieux aujourd’ hui , quand on sait a quel point les position sont vite repérer , la vitesse de déplacement et primordiale .

    • anonymus dit :

      « ils réfléchisse encore en haut lieu » : ça tiens peut être, vu le niveau de réflexion stratégique (ou plutôt sa quasi totale absence, depuis 20 ans), plus du coup de bol, eh oui ça nous arrive encore parfois de faire du bon matériel (n’en déplaise aux défaitistes de tout bord, voir sur le remplacement du Famas).
      « les position sont vite repérer , la vitesse de déplacement et primordiale » :
      Là, je pense que vous songez à la contre batterie, et donc que vous vous placer essentiellement dans le cadre d’un conflit « classique » et, relativement symétrique, dans lesquels justement le Caesar n’est pas forcément, le plus adapté (voir plus haut).

      • Vroom dit :

        Tout dépend de ce que l’on souhaite faire : bouger et éviter , ou rester et attendre de s’en prendre sur le groin , sachant que dans la rencontre projectile/cuirasse , c’est toujours le projectile qui finit par gagner , non ?

        • Sempre en Davant dit :

          « dans la rencontre projectile/cuirasse , c’est toujours le projectile qui finit par gagner , non ? »
          Désolé Vroom mais ça c’est un résumé un peu court conçu pour remonter le moral de ceux qui sont immobiles et tout nus… et bientôt morts!
          .
          LA CUIRASSE EST UN ÉLÉMENT DE LA MOBILITÉ! (Vous avez vu, j’ai crié assez fort pour couvrir le bruit de vos alphajets 😉 )
          Les Cuirassiers n’étaient pas moins mobile que les autres seulement plus couteux! Ils ont pris de villes, encloué des canons et même saisi des bateaux. C’était les plus beaux, les plus grands et les plus forts des hommes… Et des Cavaliers!
          Les petits, les laids, les torves et les cumulards, se sont réjouis qu’on leur confie la maintien de l’ordre que ces chétifs étaient incapable d’assurer.
          Et la cuirasse est devenue impopulaire…
          Ah c’est vrai! On peut railler les charges aux trot… Si l’on ne parvient pas à concevoir que des chevaux demi-vivants auraient su galoper.
          Pour vous le traduire en aviateur : est ce la piste qui est trop courte ou les moteurs du jet qui sont en pannes? Et glorifieriez vous l’ULM qui lui a pu en décoller dans la largeur?
          .
          Le ton de ce message est léger, je vous l’indique car l’intonation ne passe pas par écrit.
          Mais vraiment, la capacité d’autoprotection me parait devoir être au cœur de la mobilité sur les théâtres. Cette capacité n’intéressera que les vivants… vous savez ceux dont la cuirasse n’aura pas fait défaut… 😉
          Plus j’y pense et plus il me semble que le Caesar normal est une arme remarquable par ça portée, sa précision et sa capacité d’esquive… Pour peu qu’elle soit derrière un front et non au milieu d’une guérilla moderne.
          Cela vaut bien sur pour les Tringlots de tout poils qui sont des cibles bien attrayantes : molles et rentables.
          Souvenez vous de l’Espagne sous Napoléon : c’est le cris de « voila les cuirassiers » qui était puni de mort tant il générait la débandade dans les rangs. Ce sont les « équipages » et les « enfants perdus » qui ce faisaient massacrés.
          Rien de nouveau sous le soleil! 😉

          • Eliot Mess dit :

            Il me semble que les deux systèmes font la paire, on imagine mieux le Caesar blindé en Afghanistan par exemple, même si il ne faut pas oublier que les servant doivent sortir pour tirer. Et pour ce qui concerne la campagne napoléonienne en Espagne, ce n’est pas les cuirassier napoléoniens que l’histoire à retenu, mais bien les guerrieros espagnole, et depuis le nom est resté. D’ailleurs, il n’y a pas de wikipédia sur le mot guerrieros, alors qu’on en voit à toutes les sauces en Amérique latine encore aujourd’hui…Info du jours: Les mamelouks sont en train de sécuriser le delta du Nil avec une Fremm. 😉

        • anonymus dit :

          Les deux mon adjudant.
          Il est évident que les pièces d’artillerie tractées sont aussi, et évidemment complètement dépassées aujourd’hui en terme de combat moderne, mais cela n’empêche pas le besoin de protection, et de blindage, de plus en plus prégnant en plus, dans des armées où la moindre perte compte (surtout médiatiquement et politiciennement).

      • kimou dit :

        @ de anonymus dans la guerre d’ aujourd hui , les moyens de renseignement sont donné en temps réel et donc la vitesse de mouvement et primordiale , car l ‘ennemi peut changer de position a une vitesse dont les armées de l époque du pacte de Varsovie ne pouvait ce permettre .

        • anonymus dit :

          « l ‘ennemi peut changer de position a une vitesse dont les armées de l époque du pacte de Varsovie ne pouvait ce permettre » :
          Ah bon !!!!

  15. Raoul dit :

    En abandonnant systématiquement nos équipements lourds, nous cantonnons définitivement notre Armée à un rôle de corps expéditionnaire ne pouvant plus faire, seul, de la haute intensité. En même temps, c’est plutôt normal, vu que nous sommes passé du statut de pays souverain à celui de province de l’empire américano-financier.

  16. Gwydyon dit :

    Vaste débat que le débat sur l’artillerie, alors que le concept d’aujourd’hui est la précision pour éviter les dommages collatéraux et pour optimiser les frappes. Ce qui, hélas trois fois hélas, est la mort du principe de saturation de zone qui reste pourtant en vigueur dans d’autres armées.

    Mais, sachant que la France n’a aucun ennemi et qu’elle dispose d’une dissuasion nucléaire qui la protège efficacement (Je reprends là la doctrine). Sachant qu’elle lutte contre le terrorisme ou participe à des combats asymétriques. Doit-elle conserver des AUF1 ou équivalent, ou n’avoir que des Caesar plus ou moins blindés pour protéger l’équipage, accompagnés par des véhicules de transport de munitions également plus ou moins blindés ?

    Autre point, la France doit-elle n’avoir qu’un seul calibre (Le 155mm) et peut-elle s’affranchir du 105mm Light Gun, en ayant juste : du mortier tracté et du Caesar !

    La vie étant faite de choix (Parfois militairement funestes) on voit le choix français. Et il semble pertinent si ce choix consiste à n’avoir plus la capacité à participer à une guerre symétrique ! Sauf que l’on se demande bien alors pourquoi conserver du Leclerc ! Et on se demande encore plus pourquoi conserver deux divisions et six brigades !

    Et si la vraie question était : Quelle armée de terre voulons nous et pour faire quoi ?

    • anonymus dit :

      Exact toute la question est là.
      Et malheureusement quand on voit les tendances actuelles …

    • MP3 dit :

      Désolé de vous décevoir mais l’artillerie n’est déjà plus l’arme de la saturation. La précision de ses effecteurs, que l’on peut situer entre 1 m et 20-30 m en fonction des munitions (Bonus, LRU, obus explo de 155 et 120), demeure parfaitement adaptée aux scénarios tactiques actuels (dans lesquels l’effet de zone reste d’ailleurs aussi un effet utile), qu’il s’agisse de guerre « symétrique » ou non. Je m’oppose aussi à cette lecture binaire de la guerre qui n’est guère pertinente – cf le Yemen récemment où les EAU ont envoyé plus de 50 Leclerc…
      Outre la précision, souvenons-nous aussi et surtout que les effets sur cible d’un obus de 155 ou de 120 sont très inférieurs à ceux d’une bombe de 250 kg, dont la charge explosive est quelque chose comme 10 fois supérieure… Il vaut mieux parfois tirer plusieurs fois avec une munition moins puissante qu’une seule fois avec une bombe (guidée ou non).
      Bref tout ceci est un faux débat qui se dissimule derrière une idéologie d’origine américaine, celle de la « haute technologie miraculeuse ». Une idéologie trompeuse et potentiellement dangereuse.