Le 110e Régiment d’Infanterie s’apprête à faire ses adieux à Donaueschingen

En octobre 2013, et dans le cadre des restructurations imposées par les nouvelles réductions d’effectifs des forces armées, il avait été annoncé la dissolution du 4e Régiment de Dragons, qui laissera la place, à Carpiagne, aux légionnaires du 1er Régiment Etranger de Cavalerie (REC), puis, plus tard, celle du 110e Régiment d’Infanterie, l’une des unités de la Brigade Franco-Allemande (BFA), qui tient garnison à Donaueschingen (Allemagne).

Héritier des traditions du régiment de Barrois, créé en 1692, l’histoire du 110e RI  est étroitement liée à Haïti, où il tint garnison de 1772 à 1792 puis en 1802, ce qui lui valut l’appellation de « régiment de Port- au-Prince ». En 1809, il est dissous une première fois. Il sera recréé en 1871 à Dunkerque sous le nom de « 110e Régiment d’infanterie de ligne », puis sous celui, de « 110e Régiment d’Infanterie », en 1882. Lors de la Grande Guerre, il s’illustre notamment à Verdun, dans la Somme (1916), à Craonne (1917) et dans la Marne (1918).

Dissous à nouveau en 1940, le 110e RI renaît en 1944 et prend part aux combats de la Libération, notamment à Dunkerque, avant de faire partie des troupes d’occupation de l’Allemagne vaincue. Après maintes réorganisations, il s’installe en 1964 à Donaueschingen. Et, en 1989, il est désigné pour intégrer la Brigade Franco-Allemande alors en cours de formation.

En 50 ans de présence, les liens tissés entre le 110e RI et sa ville de garnison, qu’il partage avec le 292. Jägerbataillon de la Bundeswehr, également membre de la BFA, n’ont fait que se fortifier. Et sa dissolution ne sera pas une mince affaire à gérer pour Donaueschingen puisque cette dernière va perdre d’un coup 10% de ses habitants.

La fin du 110e RI ne marque pas celle de la BFA étant donné qu’il y sera remplacé par le 1er Régiment d’Infanterie de Sarrebourg. Mais comme l’a souligné le chef de corps du 292. Jägerbataillon à France3 Alsace, « ce qui faisait son essence, sa caractéristique essentielle, cela disparaît! ». Et pour cause : depuis 1989, à Donaueschingen, les militaires français et allemands se côtoient, s’entraînent ensemble, apprennent les uns des autres. Cela sera moins vrai à l’avenir.

En attendant, le 110e RI s’apprête à faire ses adieux à la Forêt Noire. Le 22 juin, les compagnies du régiment feront le tour de leurs communes marraines situées dans les environs. Le lendemain, il en fera de même avec Donaueschingen. Puis, le 24, se tiendra la cérémonie marquant officiellement sa dissolution.

Quant au 4e Régiment de Dragons, sa dissolution aura officiellement lieu le 11 juillet prochain. D’autres devraient prochainement connaître le même sort. Le  chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Ract-Madoux, avait dit espérer de pas avoir à dissoudre plus de 4 à 5 régiments. Il en reste donc 2 ou 3 qui pourraient fermer leurs portes. Reste à les connaître.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].