Le capitaine Renaud Ecalle, champion de voltige aérienne, s’est tué accidentellement

Les spécialistes de la discipline le surnommaient « l’Extra-terrestre ». Le capitaine Renaud Ecalle, champion du monde en titre de voltige aérienne, s’est tué, le 3 octobre, aux commandes de son avion, un Jodel DR-1050.

Après avoir assisté en famille à un meeting et réalisé une démonstration de voltige avec un Estra 300, le capitaine Ecalle décolle de Jonzac, en Charente-Maritime, pour rejoindre Salon-de-Provence. A bord de son avion, il emmène son épouse et ses deux enfants, âgés de 2 et 4 ans. Mais vers 19H30, il signale, par radio, une difficulté de navigation à la tour de contrôle de Montpellier. Peu après, le contact avec son appareil est perdu. Les conditions météorologiques au-dessus de l’Héraut sont alors difficiles, le département ayant été placé en vigilance orange.

Immédiatement, le plan de sauvetage aéroterrestre (SATER) est alors lancé. Plus de 400 personnes sont mobilisées, ainsi que des moyens aériens (dont 1 Super Puma de la base aérienne d’Orange et un avion de la Marine nationale) pour retrouver le Jodel porté disparu.

Finalement, ce n’est que vers 13 heures, ce 4 octobre, que l’épave de l’avion du capitaine Ecalle a été retrouvée, précisément à Lauroux, au nord-ouest de Lodève, près du parc national des Cévennes. Le médecin hélitreuillé sur la zone de l’accident n’a pu que constaté le décès des 4 occupants de l’appareil.

Avant de rejoindre l’Equipe de voltige de l’armée de l’Air (EVAA), le capitaine Ecalle avait été pilote de Mirage F1 au Régiment de Chasse 2/30 Normandie Niémen. Il venait de remporter, en septembre, le dernier championnat d’Europe de voltige aérienne, le seul qui manquait alors à son palmarès, après avoir pris le dessus sur un sérieux concurrent, le russe Mikhail Mamistov.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].