L’Otan planifie deux opérations majeures en Afghanistan

La capture du mollah Baradar, le chef militaire et le numéro deux de la choura de Quetta après le mollah Omar, aurait, selon le général Stanley McChrystal, le commandant de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), « miné la confiance de certains taliban ».

Cela étant, même si elle a pu être destabilisée par la perte de son responsable militaire et la récente opération Mushtarak qui l’a délogée des positions qu’elle tenait dans les districts de Marjah et de Nad Ali, dans le Helmand, la rébellion islamiste est à l’origine de la série d’attentats meurtriers qui ont frappé Kandahar, le 13 mars dernier (35 tués) et le général McChrystal a estimé, hier, qu’elle fera « tout pour essayer de nous (ndlr: l’Otan) rendre la tâche la plus difficile possible ».

Le prochain objectif des forces de l’Otan et de l’armée nationale afghane est en effet de chasser les taliban de la province de Kandahar, qui est un de leur bastion historique. Et si le déclenchement d’une vaste opération militaire est prévue l’été prochain, le général McChrystal a indiqué que la sécurisaton de cette région a « déjà commencé ».

« Nous allons renforcer la sécurité dans la ville de Kandahar et aux alentours (…) et plutôt que d’évoquer la date de lancement d’une opération militaire, je vous dirais que le processus à déjà commencé » et qu’il « va prendre de l’ampleur dans les semaines et les mois à venir », a ainsi déclaré le commandant de l’ISAF.

D’ores et déjà, une brigade américaine (4.000 hommes) a pris position, depuis août dernier, à Kandahar – où est d’ailleurs située la plus importante base aérienne de l’Otan – afin de protéger les axes de communication.

Toujours selon le général McChrystal, cette opération en cours de préparation n’aura pas seulement un aspect militaire. En effet, pour l’officier américain, il s’agira de mener « une série d’activités visant à modeler les rapports politiques dans la ville de Kandahar et ses environs », ce qui ne sera pas une mince affaire étant donné la corruption qui grangrène le pouvoir local, ce qui n’incite guère la population civile à soutenir les autorités afghanes.

Par ailleurs, une autre offensive importante est prévue au nord de l’Afghanistan, et plus précisément dans la province de Kunduz, qui est sous la responsabilité du contingent allemand, lequel va recevoir le renfort d’unités et de moyens américains.

Selon le général allemand Bruno Kasdorf, de l’ISAF, cette offensive devrait avoir une ampleur « égale » à l’opération Mushtarak, qui, menée depuis la mi-février dans le Helmand, mobilise 15.000 soldats.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].