Afghanistan : Un sous-officier français tué dans une attaque

Ce 11 janvier, une trentaine de soldats du 32e bataillon de l’armée nationale afghane (ANA) ont été accrochés en zone urbaine, vers le marché d’Alasaï, situé dans la province de Kapisa. Cette attaque a fait un tué et un blessé grave parmi les militaires français qui accompagnaient leurs homologues afghans dans le cadre du dispositif OMLT (Operational Mentoring Liaison Team).

En effet, un sergent-chef infirmier du 402e Régiment d’Artillerie de Châlons-en-Champagne a été mortellement touché et un capitaine de l’état-major de la 1ere Brigade Mécanisée a été grièvement atteint. Son pronostic vital est pour le moment engagé.

Le président de la République, Nicolas Sarkozy, a exprimé, par voie de communiqué, « ses condoléances attristées » aux proches du sous-officier tué. « Ses pensées vont également à leurs compagnons d’armes de la 1ere Brigade Mécanisée et du 402e Régiment d’Artillerie » ajoute le texte.

Le chef de l’Etat a également « condamné avec force cette violence aveugle » et une nouvelle affirmé la détermination de la France « à continuer d’oeuvrer au seins de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) » qui « a reçu la mission de contribuer au retour de la stabilité, au rétablissement de la paix et au développement en Afghanistan ».

A ce jour et depuis 2001, 37 militaires français ont perdu la vie en Afghanistan.

Les commentaires sont fermés.