La marine russe intéressée par les BPC français

On n’est jamais à l’abri d’une bonne nouvelle et DCNS ainsi que STX France (ex-Chantiers navals de l’Atlantique) pourraient bien en faire l’expérience. En effet, après la commande, dans le cadre du plan de relance économique, d’un troisième Bâtiment de projection et de soutien (BPC) pour le compte de la Marine nationale afin de maintenir l’activité de ces deux entreprises, la marine russe serait actuellement en discussion pour acquérir un exemplaire de ce type de navire.

« La possibilité d’acquérir un porte-hélicoptères de la classe Mistral a été discutée lors du salon naval de Saint-Pétersbourg en juin » a indiqué un responsable de la marine russe, dont les propos ont été rapporté par l’agence de presse Interfax. Cette perspective a été jugée comme étant « très probable » par le journal économique Kommersant.

Cependant, il faudra attendre encore deux ou trois ans avant qu’une décision ne soit prise, à cause de problèmes budgétaires. Mais si cette acquisition se confirme, ce serait la première du genre réalisée à l’étranger pour le compte de l’armée russe, qui est actuellement en train de se réformer.

Actuellement, la Marine nationale met en oeuvre deux BPC (le Mistral et le Tonnerre). D’un déplacement à pleine charge de 21.300 tonnes, ces navires peuvent embarquer 16 hélicoptères NH90 ou Tigre, 40 véhicules, 450 hommes de troupes et 4 chalands de débarquement. Leur coût unitaire est d’environ 400 millions d’euros.

Les commentaires sont fermés.