James Mattis / Archives

Le Royaume-Uni pourrait perdre sa place de plus proche allié des États-Unis au profit de la France

Un peu moins d’un mois avant le sommet de l’Otan, qui aura lieu les 11 et 12 juillet à Bruxelles, le président américain, Donald Trump, a envoyé une lettre à 9 membres de l’Alliance (Belgique, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, le Luxembourg, et les Pays-Bas, Norvège et Canada) pour leur demander d’augmenter leurs dépenses militaires,

Pour le moment, un retrait, même partiel, des troupes américaines de Corée du Sud n’est pas envisagé

La semaine passée, en marge d’une conférence de presse donnée au côté de son homologue polonais, le chef du Pentagone, James Mattis, avait affirmé qu’un retrait des forces américaines de Corée du Sud pouvait être « négocié » si Séoul et Pyongyang arrivaient à « consolider un accord de paix durable ». Le responsable américain faisait ainsi référence au

Corée du Sud : Le chef du Pentagone évoque un possible retrait des forces américaines

Un retrait des forces américaines de Corée du Sud [USFK]? Personne n’aurait imaginé, en janvier, qu’une telle éventualité pourrait être évoquée par James Mattis, le chef du Pentagone… Et pourtant, c’est ce qu’il a fait, le 28 avril. Il faut dire que, la veille, le chef du régime nord-coréen, Kim Jong-Un, et le président sud-coréen,

Le chef du Pentagone révèle que les forces spéciales françaises ont été renforcées en Syrie

Fin mars, à l’issue d’une rencontre entre le président Macron, des représentants d’une délégation des Forces démocratiques syriennes, composées de milices kurdes et de groupes arabes armés, annoncèrent que la France allait renforcer sa présence militaire à Manbij, localité alors menacée par l’opération turque « Rameau d’olivier ». Et cela supposait le renfort des forces spéciales françaises

Syrie : Un nouvel accrochage entre la coalition anti-EI et les forces pro-Assad évité de justesse

En février, avec des frappes aériennes effectuées par des avions américains, la coalition anti-EI dirigée par les États-Unis est intervenue pour stopper l’avancée de forces pro-Assad (dont des mercenaires russes) vers la localité de Kusham qui, contrôlée par les Forces démocratiques syriennes (FDS), est située sur la rive orientale de l’Euphrate, dans la province de

Pour le chef du Pentagone, la Russie se pose en « adversaire stratégique »

L’affaire du Boeing B-777 de la Malaysia Airlines, abattu en juillet 2014 au-dessus du Donbass (sud-est de l’Ukraine), avait donné lieu à des accusations mutuelles entre Moscou et Kiev. Près de quatre ans plus, celle de l’empoisonnement du colonel Sergueï Skripal [un ancien officier du renseignement russe, ndlr] et de sa fille, le 4 mars,

L’intelligence artificielle fait douter le chef du Pentagone

« Utilisez votre cerveau avant d’utiliser votre arme » car les « 6 pouces [15 cm, ndlr] les plus importants sur le champ de bataille sont entre vos deux oreilles », a dit un jour, à ses hommes, le général James Mattis, l’actuel secrétaire américain à la Défense. Mais que deviendra ce conseil avec l’impact qu’aura l’intelligence artificielle sur

Pour l’Union européenne, la défense commune relève de l’Otan

Avec les dernières décisions prises par l’Union européenne en matière de défense (mise en place d’une coopération structurée permanente – ou PESCO – conformément à une disposition du Traité de Lisbonne et d’un Fonds européens de défense), plusieurs pays de l’Otan ne faisant pas partie de l’UE, comme la Norvège, l’Islande, l’Albanie ou encore les

La guerre contre le terrorisme n’est plus la priorité principale des forces armées américaines

Le 19 janvier, le Pentagone a donné les grandes lignes de la nouvelle « Stratégie de défense nationale » des États-Unis [.pdf]. Et il sera difficile d’entrer dans les détails dans la mesure où ce document est en grande partie confidentiel. Cela étant, s’il reprend la même liste des menaces qui avaient été prises en compte par

La logistique des troupes américaines en Afghanistan sera-t-elle perturbée après la suspension de l’aide destinée au Pakistan?

L’Afghanistan étant un pays enclavé, le ravitaillement par voie terrestre des forces américains qui y sont déployées (tout comme celles de l’Otan, dans le cadre de la mission Resolute support) dépend exclusivement du bon vouloir du Pakistan. Certes, il est théoriquement possible d’emprunter d’autres voies, comme celle appelée « Réseau de Distribution Nord » (Northern Distribution Network),