Sécurité/ Archives

Bras de fer en vue entre Bercy et la Défense au sujet du financement de l’opération Sentinelle

Afin de renforcer le plan Vigipirate après les attaques terroristes des 7 et 9 janvier, plus de 10.000 militaires ont été déployés sur le territoire national dans le cadre de l’opération Sentinelle. Et cela afin de surveiller et de protéger les lieux sensibles. Le 11 mars, le président Hollande, estimant la menace terroriste « élevée », a

Après la base de l’Île-Longue, un centre de transmission de la Marine a été survolé par un drone

On n’en finit pas avec ces histoires de drones qui vont dans des zones sensibles qu’ils ne doivent pas survoler. La semaine dernière, un élève d’une  « prestigieuse » école d’ingénieur avait confié au Journal du Dimanche avoir envoyé un de ces engins au-dessus d’une centrale nucléaire, en novembre dernier. « Pour braver l’interdit, de montrer aux autres

Le niveau « alerte attentat » du plan Vigipirate maintenu au moins jusqu’au 10 avril

« Il faut s’habituer à vivre avec cette menace terroriste qui est le fruit d’organisations internationales particulièrement barbares », a dit le Premier ministre, Manuel Valls, après les attentats des 7 et 9 janvier. Ces propos peuvent sembler fatalistes. Il fraudrait donc s’habituer au mal sans espoir de le vaincre? En attendant, selon une source gouvernementale, le

L’opération Sentinelle a-t-elle découragé les cambrioleurs?

Lancée à la suite des attentats des 7 et 9 janvier, l’opération Sentinelle a mobilisé près de 10.500 militaires sur l’ensemble du territoire national afin de surveiller et de protéger environ 830 sites sensibles. La présence de policiers et de gendarmes a également été renforcée. Visiblement, porter le plan Vigipirate au niveau « alerte attentat » a

Au moins 370 incidents ont été constatés depuis le lancement de l’opération Sentinelle

Les premiers mouvements de relèves des soldats engagés dans l’opération Sentinelle,  ont d’ores et déjà commencé. Pour rappel, plus de 10.500 militaires ont été mobilisés après les attentats des 7 et 9 janvier afin de renforcer le plan vigipirate, porté au niveau « alerte attentat ». Un tel niveau de mobilisation n’est pas sans poser de problèmes,

Opération Sentinelle : Vers une posture plus « mobile » pour les militaires?

« Cette tentative d’assassinat visait des soldats parce qu’ils étaient des militaires », a affirmé Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, au soir d’une agression, à l’arme blanche, de trois militaires du 54e Régiment d’Artillerie, le 3 février à Nice [ndlr, 2 ont été blessés]. L’auteur de cette agression, Moussa Coulibaly, avait été repéré par

Opération Sentinelle : Des militaires agressés par arme blanche à Nice (MàJ)

Au fil des jours, la liste des incidents liés à l’opération Sentinelle, lancée avec 10.500 hommes sur le territoire nationale au lendemain des attentats des 7 et 9 janvier, s’allonge. Cette fois, c’est à Nice que trois militaires en faction devant un centre communautaire juif implanté en centre-ville ont été agressés à l’arme blanche par

Un militaire blessé à l’oeil par un pointeur laser devant une école juive à Villeurbanne

Le 22 janvier, des militaires affectés à la surveillance d’une école de juive située à Villeurbanne (Rhône) furent menacés d’être égorgés par un individu qui venait d’arrêter son véhicule à leur hauteur. Ce dernier, âgé d’une trentaine d’années, sera arrêté quelques heures plus tard et présenté devant la justice. Laissé finalement libre, il devra toutefois

Terrorisme : L’opération intérieure s’appelle « Sentinelle »

Depuis le 12 janvier, et suite aux attentats commis quelques jours plus tôt, 10.500 militaires ont été déployés sur l’ensemble du territoire dans le cadre d’une opération intérieure d’une ampleur inédite, afin de surveiller et de protéger les lieux dits « sensibles ». Comme toute opération, il fallait lui trouver un nom. Comme elle se déroule en

Deux militaires ont été menacés devant un collège en Seine-Saint-Denis

Dans la nuit du 17 au 18 janvier, vers 2 heures du matin, deux militaires ont été menacés par les occupants d’une voiture devant le collège juif Merkaz Hatorah du Raincy (Seine-Saint-Denis) dont ils assuraient la protection dans le cadre du plan Vigipirate. Selon les éléments disponibles, le véhicule s’est arrêté devant l’établissement scolaire. Les