La future Loi de programmation militaire devrait faire de l’artillerie longue portée une priorité

Étant donné que, dans les années 2000, l’engagement de haute intensité ne faisait pas partie des hypothèses de travail, les arbitrages budgétaires alors rendus à l’époque ont conduit à une réduction assez signficative des capacités de l’armée de Terre dans le domaine de l’artillerie.

C’est ainsi qu’il a été décidé de transférer huit systèmes Sol-Air Moyenne Portée / Terrestre [SAMP/T] « Mamba » à l’armée de l’Air & de l’Espace, étant entendu que les forces terrestres allaient évoluer dans des environnements « permissifs », c’est à dire exempt, ou presque, de menace aérienne.

En outre, le format des unités d’artillerie a été taillé « au plus juste », ce qui fait que l’armée de Terre ne peut pas aller au-delà des 18 CAESAr [Camions équipés d’un système d’artillerie] qu’elle a déjà cédés à l’Ukraine. Enfin, l’artillerie longue portée a été sacrifiée, avec seulement 13 Lances-roquettes unitaires [LRU] en dotation, dont huit seraient pleinement opérationnels. Et encore, il est question d’en céder aux forces ukrainiennes.

Or, justement, les premiers retours d’expérience [RETEX] de la guerre en Ukraine soulignent l’importance de l’artillerie, qui est un « facteur clé » de la supériorité opérationnelle. Or, dans sa vision stratégique de 2020, l’armée de Terre souligne que ses « capacités doivent lui permettre de surclasser ses adversaires ».

Dans son avis budgétaire relatif aux forces terrestres, le député François Cormier-Bouligeon a évoqué les réflexions actuellement menée dans le cadre de la préparation de la prochaine Loi de programmation militaire, sur laquelle le Parlement aura à se prononcer en 2023. Et l’artillerie figure logiquement parmi les priorités, en particulier celle de longue portée.

Récemment, le chef d’état-major de l’armée de Terre [CEMAT], le général Pierre Schill, avait identifié cinq points d’attention, dont la défense sol-air basse couche [avec une capacité sol-air sous blindage], les drones, tant pour le renseignement que pour des frappes, les systèmes d’information et de communication [SIC], les capacités de franchissement et la mobilité terrestre.

Selon les auditions qu’il a menées pour rédiger son rapport, M. Cormier-Bouligeon avance que des efforts seront à mener dans les domaine des appuis en termes de renseignement, des moyens de commandement et de contrôle [C2] afin de les rendre « plus efficaces, discrets, furtifs, et résilients » et… l’artillerie.

Sur ce dernier point, il serait donc question de « densifier l’artillerie de contact », et donc le nombre de CAESAr en service, voire celui de Griffon MEPAC [Mortier embarqué pour l’appui au contact] dont 54 exemplaires ont été commandés, ainsi que l’artillerie longue portée.

« Les personnes auditionnées […] se sont, par ailleurs, accordées sur la nécessité de prioriser les équipements qui devront faire l’objet d’un effort rapide dans la prochaine loi de programmation militaire. Il ressort ainsi des échanges menés, qu’un effort financier à court terme devrait porter sur les feux dans la profondeur », écrit M. Cormier-Bouligeon. En Ukraine, poursuit-il, on « constate un emploi systématique et massif de feux de tous types. [Aussi], l’armée de Terre doit pouvoir être en mesure de conserver sa supériorité opérationnelle dans un conflit marqué par la centralité de la puissance de feu et de conserver l’initiative ».

Seulement, avec seulement 13 LRU officiellement en dotation, l’effort s’annonce important. « Il ressort des échanges menés, qu’un des objectifs de la prochaine LPM devrait être d’anticiper leur renouvellement, afin d’être en mesure d’acquérir une nouvelle capacité plus rapidement, à l’image des lance-roquettes M142 HIMARS américains, qui disposent d’une portée de 300 km », avance le député.

L’une des questions est de savoir si un programme d’armement ad hoc sera lancé ou si un achat sur étagère sera privilégié…

Dans sa vision stratégique, l’armée de Terre avait dit compter sur le système d’artillerie du futur, c’est à dire sur le projet Common Indirect Fire System [CIFS], pour lequel une coopération avec l’Allemagne doit être engagée. Il « permettra, couplé aux drones et aux satellites, de traiter l’ennemi dans la profondeur et de fragiliser les bulles d’interdiction par des tirs de longue portée. C’est aussi une réponse au défi du déni d’accès », avait-elle expliqué. Or, selon une réponse écrite du ministère des Armées à une question posée par un député en janvier 2021, ce programme ne devrait pas se concrétiser d’ici… 2045.

Quant aux LRU, leur remplacement, à l’horizon 2030, faisait l’objet d’un dialogue avec l’Allemagne au moment de publication de la réponse du ministère. Cependant, via les financements européens [PEDID, FEDef], la France a proposé le projet FIRES [Future Indirect fiRes European Solutions], mené sous l’égide de Nexter, et a pris part au projet E-COLORSS [European COmmon LOng Range indirect Fire Support System].

Une autre question portera ensuite sur l’ampleur que prendra ce renforcement de l’artillerie française.

Dans une étude publiée en juin dernier, l’Observatoire de l’Artillerie, adossé à la Fédération nationale de l’artillerie [FNA] avait plaidé pour un effort significatif afin de doter l’armée de Terre de suffisamment de systèmes MAMBA pour en équiper deux régiments, de 132 postes de tir MISTRAL, de 120 MEPAC, de 215 CAESAr et de 55 lance-roquettes unitaires [ou équivalent], le tout en augmentant le stock des munitions [de 155 mm] et en recrutant 3000 artilleurs suppémentaires.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

198 contributions

  1. Bob dit :

    Le caesar est un sniper. Il ne demande que peu de servant, ni de formation mais un gros MCO, en dépit de sa faible protection même en 8*8 et un stock de munition bien trop faible. Si c’est compensé par des LRU, a voir. Il manque la doctrine qui va avec avant d’avancer des capacités.

    • HMX dit :

      La doctrine ? Elle ne semble pas bien compliquée à définir, tant l’utilité des LRM est évidente sur un champ de bataille « haute intensité ».

      La doctrine occidentale issue de la guerre froide privilégiait l’aviation pour les frappes dans la profondeur du dispositif adverse. Avec l’apparition des systèmes antiaériens multicouches soviétiques, puis russes, cette doctrine a rapidement trouvé ses limites. Pas grave puisque entre temps, la guerre froide s’est terminée, heureusement sans combats. La supériorité technologique occidentale était alors à son zénith, et on en a profité (en Europe du moins…) pour ferrailler les LRM, engins du passé. L’actualité ukrainienne vient douloureusement nous rappeler que seule l’artillerie à longue portée est capable de frapper sur un « vrai » champ de bataille truffé de défenses antiaériennes, au dessus duquel on n’osera pas envoyer un seul avion tant le risque est élevé.

      On pourra bien sûr rétorquer qu’on peut continuer à utiliser des avions, qui pourront toujours tirer « à distance de sécurité » des missiles à longue ou très longue portée. C’est vrai, et tant mieux si on dispose d’une aviation, mais vu le coût du missile (plusieurs millions d’euros) rapporté au coût d’une roquette (quelques dizaines, au pire quelques centaines de milliers d’euros), et compte tenu de la grande quantité de cibles de faible valeur qu’on trouve sur un champ de bataille, on comprend vite que l’utilisation de missiles de croisière sera réservée aux « grandes occasions », sur des cibles à haute valeur situées très loin dans la profondeur. Contre la ferraille du champ de bataille et les positions retranchées ennemies, rien ne vaut la roquette pour la longue portée, puis les obus à plus courte distance, les deux étant évidemment complémentaires.

      Bref, il est en tous points regrettable que la France ait fait le choix de la quasi-disparition de son artillerie LRM (13 malheureux LRU en dotation, juste de quoi maintenir un précieux noyau de compétences…). Et dans le contexte actuel, il est hautement souhaitable que la France se dote à nouveau de LRM. Objectivement, comparé à d’autres programmes de défense nettement plus complexes et coûteux (sous marins, frégates, PA-NG, Rafale F4/F5, etc…), il s’agit d’un petit projet, qu’on peut chiffrer « à la grosse louche » autour de 2 à 3 milliards d’euros, qui ne présente aucune difficulté technologique particulière pour notre BITD, et qui pourrait donc être mené dans des délais assez courts. A condition bien sûr de ne pas tergiverser des années pour savoir si on en a vraiment besoin ou pas, et s’il ne faudrait pas plutôt se lancer dans un superbe projet en coopération main dans la main avec l’Allemagne…

    • Carin dit :

      @Bob
      Le CAESAr ne se déplace pas tout seul..(véhicules d’accompagnement/protection des servants… il ne faut pas voir que les 18 munitions que cet engin emporte, rien n’empêche de placer des remorques de munitions sur les accompagnants…

  2. JO666 dit :

    Il faut comme les russes Un canon caesar pour 100 soldats et pas 1 pour 600. Deplus il faut au moins 200 MRLS avec un missile développé du Hades avec un VMAX dessus pour mutualiser les usages et les coups

    • JMN dit :

      Vous payez des impôts ? Si oui, vous souhaitez que ça augmente ?

      • JO666 dit :

        ah bon 200 mds d’aides pour les Entreprises , 92 milliards de niches fiscales , 80 milliards d’allocations RSA, 45 milliards de fraudes sociales, 60 milliards de doublons dans la fonction publique, 42 milliards de subventions aux associations . En tant que contribuables, je lis les rapports de la Cour des Comptes et vous ?
        160 milliards de dépenses d’éducation pour 30 % ne sachant pas lire et écrire correctement à la sortie de 6ième.
        Et vous vous les lisez?

        • Czar dit :

          les « aides » pour les entreprises, c’est du pognon qu’on leur rend après le leur avoir pris, histoire que le différentiel d’avec le reste de la planète ne saute pas trop aux yeux mais les bolchos qui croient à la transsubstantiation de l’Argent magique considèrent que ce qui vous appartient ne vous appartient pas vraiment « la propriété c’est le vol ! »

  3. Honneur dit :

    « 132 postes de tir MISTRAL, de 120 MEPAC, de 215 CAESAr et de 55 lance-roquettes unitaires [ou équivalent], le tout en augmentant le stock des munitions [de 155 mm] et en recrutant 3000 artilleurs supplémentaires »

    J’ai fait mal liste de noël en Juin pour être sûr d’avoir mes cadeaux… Bon… un peu de sérieux… Même si une telle dotation serait tout simplement digne d’une armée comme la nôtre… 215 CAESAR… Va falloir créer des lignes de production supplémentaires et une ou 2 usines supplémentaires fabriquant le canon… Je mets volontairement de côté l’aspect financier 😉 (car faudra aussi trouver le pognon).
    Ensuite, les LRU… une coopération avec l’Allemagne pour aboutir en 2045 !!!! C’est une double blague bordel !!!! Que l’on arrête nos programmes avec les allemands, cela ne fonctionne pas !!!! Sur cet aspect LRU, je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi on achète pas de l’HIMARS US plutôt que de perdre beaucoup plus de pognon dans un programme éternel et pour fabriquer 15 pièces. Ok, l’indépendance de la France en terme d’armement, mais parfois faut aussi être pragmatique…

    Cela faisait longtemps que je n’avais pas posté sur ce forum… Mais j’avais envie de ce billet d’humeur… Désolé

    • Patrie (pcc Czar) dit :

      et moi je préfère 15 pièces fabriquées en France et exportables par la suite, plutôt que d’acheter uhesse pour une guerre qui ne viendra jamais.

      • Nicolas dit :

        Un matériel fabriqué en petite quantité aura peu de chance à l’export parce qu’il coûtera beaucoup trop cher…et quand il existe déjà des produits similaires sur le marché…
        L’indépendance à tout prix en matière de matériel militaire est un luxe qu’on ne peut pas s’offrir. D’ailleurs nous avons bien du matériel américain (AWACS, Hawkeye, C-130, MLRS…). Mieux vaut acheter sur étagère plutôt que de perdre 15 ans, et les milliards qui vont avec, et éviter de développer aujourd’hui le matériel dont on avait déjà besoin hier et qu’on ne percevra que demain!

        • Czar dit :

          la dépendance est un fardeau qu’on peut encore moins s’offrir

          votre ‘raisonnement’ est de la foutaise TOUT notre complexe militaro-industriel ne produit des outils à nos armées que parce qu’on les exporte.

          si le produit est bon et innovant il s’exportera le HImars a 30 ans d’âge, il s’agit de produire son produit de remplacement, pas de le copier avec quarante ans de retard

      • scalectric dit :

        Vous avez raison, une fois que Poutine aura perdu cette guerre, on en aura fini avec les guerre territoriales, absurdes de haute intensité qui ressemble aux conquêtes moyenâgeuses.
        Alors pourquoi investir dans de tels équipement ? en revanche, il faux mettre le paquet dans l’achat de drones de tout type. La prochaine confrontation sera technologique et géoéconomique.

    • blondin dit :

      en plus de la question production, il faudra aussi embaucher du monde pour servir tout ce matériel ! et là ça risque d’être compliqué, peut être même plus que pour les industriels. Remarque, eux aussi vont galérer pour trouver le personnel capable de faire ça.

      • vno dit :

        Ils savent utiliser un tournevis nos bataillons de sciences-po ?

        • Bandit1200 dit :

          Si des St Cyrards viennent compléter leur formation à SPP sur demande de l’ état major et si 05 généraux y enseignent c’ est que peut être il y a une raison ?

          • Czar dit :

            connaître l’ennemi intérieur ? je coris que tu n’as pas mesuré ce qu’est devenue sciences Pipo depuis 15 ans un blob woke et indigéniste qui ferait passer nanterre pour le rotary de notaires centristes du 92

          • Sempre en Davant dit :

            Ils allaient aussi chez Microsoft pour faire le stage power point.

            Au temps des rétroprojecteurs c’était mieux : fallait juste savoir trouver les marqueurs pour Rhodoïd. A peine plus simple que les dates de concours de l’EOGN… Mais faisable.

            Après c’est rafraîchissant : 1664.
            Qui se souvient? Un transparent etc…

          • Robert dit :

            Sciences-Po est perdu pour l’intelligence et la liberté de pensée.
            C’est un lieu de reproduction des élites progressistes très sectaire et intolérant.
            Un Modem est pour eux un nazi. C’est d’ailleurs là que s’épanouissait l’antifa Clément Méric et ses co pines, jeu de mot inclusif, entre deux agressions. Il aurait mieux fait de choisir de lutter contre le « fascisme » en écrivant des poèmes plutôt qu’en agressant un skin par derrière.

    • FJAG dit :

      Je plussoie. Les lances-roquettes ne sont pas tous interchangeables, mais adapter un missile d’un lanceur à un autre de diamètre identique semble faisable, il n’y a donc peu de dépendance à importer ce genre de pièces. L’idéal serait, comme pour les clones coréens de chasseurs américains acheté par la Pologne, d’acquérir un stock ample de Himars-compatible à bas prix.

      L’élément de souveraineté, c’est la roquette elle-même.

    • Alex dit :

      c’est surtout que toute cette artillerie va servir à quoi ? Les Russes vont sortir de ce conflit complètement lessivé avec une remonté en puissance et en stock qui prendra au minimum 40 ans.

      La prochaine guerre serra pour nous sur les mers nous devons rester sur un effort énorme pour la Royale.

      • Math dit :

        Ça permettra d’armer le pont des Mistrals…
        Pour notre marine, je ne pense pas que ce soit jouable. L’effort de la Chine est trop gros, la projection de puissance doit aller trop loin. Il me semble plus judicieux de faire un gros effort sur de l’aviation à long rayon d’action et de puissantes forces aerotransportables. Je ne vois pas comment nous pourrions contrer les Chinois avec la flotte de surface dans le Pacifique. En revanche, envoyer la sauce depuis les airs via un pays amis semble jouable.

    • Carin dit :

      @Honneur
      Parce que nos amis américains, nous dicteraient ou et quand nous en servir…
      La France agit aussi hors cadre OTAN!

  4. Lucy dit :

    Hmm, je pense qu’en Ukraine l’artillerie a une telle importance car l’aviation (hors drone) est quasi nonexistante.

    • HMX dit :

      L’aviation est inexistante, parce que plus personne ne peut voler sans prendre de risques déraisonnables, en raison de la densité des défenses sol-air de tout type. Les russes, qui disposaient pourtant d’une écrasante supériorité aérienne, en ont fait la cuisante expérience. Du coup, on (re)découvre les vertus de l’artillerie, et notamment des LRM, qui sont les seuls à pouvoir frapper efficacement la profondeur du dispositif adverse.

      • Carin dit :

        @HMX
        Pas tout à fait…
        Si l’aviation russe est absente du théâtre ukrainien, c’est parce que nos amis ruskovs n’ont que très peu de missiles guidés…
        Toutes leurs super bombes imparables, indestructibles de la mort qui tue, sont lisses, et donc doivent être lâchées à proximité de la cible sous peine de la manquer d’une part, et de pas trop haut, sinon c’est les bombardements alliés de 1943…
        Et pour lâcher ces bombes, les avions doivent descendre à portée des MANPADS… voili voilà.
        Ce qui ne sera jamais le cas des aviations occidentales, chez qui les bombes lisses sont toutes équipées d’un kit de guidage telle l’AASM.

        • Math dit :

          En Libye, on a fini à la bombe lisse au bout de 2 mois. Et pour être exact, c’était des bombes d’entraînement. Donc on serait tout aussi vulnérables.
          Dans multicouche, il y a beaucoup des systèmes de DCA qui vont au delà des manpads. Sont-ils suffisants en nombre pour bloquer l’aviation sur un espace « solide »?

    • cerealkiller dit :

      Je pense l’inverse. C’est parce que l’aviation est quasi inexistante que l’artillerie est si importante.
      Une aviation type « OTAN » à haute technologie et disponible en qualite et en quantité, serait maîtresse du ciel en Ukraine. Ensuite, je ne donne pas cher des pièces d’artillerie.

  5. Frédéric dit :

    Au niveau  »artillerie de poche », ou en est t’on avec les mortiers de 60 mm autrichiens qui doivent équipé les fantassin français ?
    http://www.opex360.com/2020/07/02/le-ministere-des-armees-remet-le-mortier-de-60-mm-au-gout-du-jour-avec-un-marche-attribue-a-hirtenberger-defence/

  6. Carin dit :

    Voilà, c’est de cela que je parlais dans
    « La Pologne va s’équiper… ».
    Et il y a de grandes chances pour que les LRU, aient pour base commune le porteur du CAESAr et son sabot arrière.

    • blondin dit :

      si on veut aller vite, le plus simple et surement le plus économique, serait de prendre des pods d’HIMARS, qu’on monterait sur châssis de Sherpa Medium, avec peut être aussi une conduite de tir française.

      • Carin dit :

        @blondin
        Si vous prenez un « pod » himars, vous tirerez des produits américains… et la conduite de tir sera américaine!
        De plus, le pod est quand même la partie la plus simple à construire..

    • Lotharingie dit :

      à Carin :

      Bonjour,

      « ..pour que les LRU, aient pour base commune le porteur du CAESAr et son sabot arrière… »

      Effectivement, d’autant plus qu’ ARQUUS , pour les « Caesar NG », va proposer un camion Sherpa médium 6×6, mieux protégé et avec une motorisation plus puissante.

      Nouveau camion, qui semble t il, pourrait à l’avenir accueillir le canon 40 CTA, comme le montre l’illustration en lien ci-dessous :

      http://www.air-defense.net/forum/topic/1695-40-cta/page/26/

      Bien à vous.

      • Carin dit :

        @Lotharingie
        Merci pour le lien… mais ARQUUS, n’a aucune chance pour remplacer l’actuel porteur du CAESAr, c’est une question de maximisation du MCO, à titre indicatif le nouveau design du CAESAr, offre en plus du blindage cabine, un moteur nettement plus puissant, et toujours en 6×6.

  7. Tintouin dit :

    « dans sa vision stratégique de 2020, l’armée de Terre souligne que ses « capacités doivent lui permettre de surclasser ses adversaires ». »

    Voilà une lapalissade qui mérite tous nos applaudissements. Bravo aux stratèges ayant « pensé » cette réflexion profonde sur la raison d’être d’une armée 🙂

  8. Aramis dit :

    Il y a aussi tout le reste du conventionnel aussi qui a sacrément besoin d’être la priorité. A format constant on peut faire tout ce qu’on veut optimiser comme on veut ça restera inutile.

    Mais bien évidement aucune leçon des erreurs passées n’est tirée. Un système d’artillerie du futur en coopération avec… l’Allemagne! Et prévu pour? 2045! Tout faux.

    L’observatoire de l’artillerie proposait lui d’augmenter le format.

  9. Flo dit :

    J’ai une question si quelqu’un peut me répondre…pourquoi les griffons MEPAC seront réservés aux régiments d’artillerie ce qui signifie que l’infanterie n’aura plus de mortier si je comprends bien quand tous les MO 120 RT seront retirés ? Le Sherpa A2M serait de bonne augure pour venir donner de la puissance de feu et de la mobilité dans les régiments, est-ce envisageable ?

    Enfin, avons-nous vraiment besoin des allemands pour monter un panier de roquettes sur un camion en collab Nexter / MDBA, parce qu’en 2045 on a le temps de se faire carboniser 3 fois d’ici là que le Bundestag aura toujours pas bouger…

    • Frede6 dit :

      Très interessante cette question

    • Jo dit :

      Bonjour, ça doit faire au moins 20 ans que l’artillerie a récupérée les MO120RTF1 de l’infanterie. Celle-ci ne dispose plus que des MO81.

    • blondin dit :

      l’infanterie n’a déjà plus de 120, les SML c’est fini depuis un moment, seul reste les 81. Je crois que c’est le 2eme REI qui avait la dernière section de mortier lourd de l’infanterie.

    • Carin dit :

      @Flo
      Peut-être parce qu’en France, un groupe de combat, est interarmes… et de fait, l’infanterie sera toujours accompagnée par l’artillerie et l’allât et l’aviation… voire la marine si proche des côtes.

      • vno dit :

        La Marine ? sans blague, avec du 76 mmm comme en lybie !

        • Math dit :

          Ben justement… les MLRS tient à 80km. Les missiles de croisière sont en or massif. Ne pourrait-on pas envisager d’équiper la flotte de MLRS pour la frappe côtière? Au moins pour pouvoir s’approcher un peu des côtes et débarquer en sécurité?

    • Tempo dit :

      La solution du Sherpa A2M pour les OPEX en accompagnement des PLFS serait très cohérente en accompagnement des PLFS, facile à mettre en oeuvre et beaucoup moins coûteuse que les Griffon MEPAC pour traiter l’asymétrique.

    • Paul Bismuth dit :

      @ Flo
      Le Bundestag agit au profit de ses industriels et donc contre nous:
      https://www.latribune.fr/opinions/le-piege-allemand-se-referme-sur-l-exportation-francaise-d-armement-937664.html

  10. KL42 dit :

    En esperant que les huiles ont compris qu’il faut maintenant du materiel RESILIENT qui ne nous coute pas une blinde et enrichie un peu trop les industriels.
    Les missiles nous savons faire, d’ici 2030 nous devrions être capable de sortir quelque chose de meilleur que le pluton, quitte à nous mettre d’accord avec tout le monde sauf les teutons, y en a marre de ses gens vivement que l’Europe revienne au traité de Westphalie.

    • lgbtqi+ dit :

      Les Bescherelle et les alliances contre l’agresseur poutinien, vous croyez qu’on sait faire ?

    • Carin dit :

      @KL42
      Quelle utilité le Pluton?
      Vous parlez d’un missile balistique d’une portée maxi de 1500 kms, avec charge nucléaire unique, qui réclame toute une infrastructure autour du porteur/érecteur, et qui n’a plus sa place dans la doctrine d’emploi du nucléaire française, pour la simple raison qu’un tel engin, ne peut pas traverser l’Europe pour s’approcher d’un éventuel adversaire..

  11. HMX dit :

    « L’une des questions est de savoir si un programme d’armement ad hoc sera lancé ou si un achat sur étagère sera privilégié »

    Il serait franchement regrettable que Nexter ne soit pas capable de proposer dans des délais très brefs un équivalent au HIMARS américain (dont la conception remonte quand même à la fin des années 1980…) ou au « Chunmoo » sud-coréen, plus récent et plus lourd. Le véhicule porteur, sur roues, ne constitue absolument pas un problème. Il faudra en revanche dès le départ veiller à ce que la nacelle soit conçue pour accueillir différents types de munitions, y compris celles des HIMARS et Chunmoo, afin de permettre une parfaite compatibilité qui sera bien accueillie par l’OTAN et nos alliés, et qui constituera un argument commercial par la suite (possibilité pour les clients d’acheter des munitions coréennes, américaines ou françaises). Par ailleurs, il est permis d’espérer que la conception et la fabrication de quelques dizaines de ces véhicules soient réalisables dans des délais assez courts (2025 ?). Le vrai enjeu ne sera donc pas le véhicule, mais les munitions, dont la conception risque de prendre davantage de temps qu’un « bête camion » avec une nacelle de lancement. On notera que si par malheur les munitions ne sont pas livrées aussi vite que les véhicules lanceurs, il sera aussi possible pour la France d’acheter des munitions US ou coréennes.

    Les munitions pourront être développées soit par Nexter, via sa filiale Arrowtech, soit par MBDA, ou pourquoi pas une alliance des deux. Dans un premier temps, il s’agirait de concevoir une roquette relativement « basique » avec un coût limité (guidage inertiel uniquement, donc inbrouillable), d’une portée de 100 à 150km minimum et une précision décamétrique. La munition pourrait intégrer dès le départ une conception modulaire, avec une tête interchangeable, une charge utile interchangeable, et un module propulsif lui aussi interchangeable, permettant ainsi des évolutions futures plus souples, plus rapides et moins coûteuses. Une fois la munition « de base » fiabilisée, on pourra bien sûr imaginer par la suite différentes évolutions, telles que des charges utiles variées (anti-bunker, sous-munitions intelligentes, thermobarique, essaim de drones kamikazes, version « cargo » parachutée pour ravitailler des troupes isolées, charge à létalité réduite pour des frappes de précision en milieu urbain…), des versions à portée accrue, des versions à autodirecteur EM/IR permettant l’attaque de cibles mobiles, ou une version GPS/Galiléo à la précision métrique pour des frappes nécessitant une très grande précision.

    Par ailleurs, à l’image du HIMARS et son futur missile PrSM, il faudra d’emblée prévoir la conception d’un missile sol-sol à longue portée (>500km) capable d’être embarqué sur le véhicule lanceur. Ce missile pourrait être le futur JFS-M, présenté par MBDA Deutschland en 2021, présenté comme rapidement disponible (3 à 5 ans, selon MBDA), donc parfaitement compatible avec le calendrier de développement d’un LRM français. Plus ambitieux, et avec davantage de délais (2030 ?), il pourrait aussi s’agir d’un développement 100% national sur la base d’une munition hypersonique, quasi-impossible à contrer par les défenses sol-air adverses : la France a clairement une longueur d’avance en Europe sur ce sujet avec les programmes ASN4G et V-Max, autour de MBDA, l’ONERA et Ariane Group. Développer une « simple » roquette hypersonique tirée du sol, volant aveuglément en ligne droite d’un point A à un point B et n’ayant pas besoin de capacités manoeuvrantes, est un défi beaucoup moins ambitieux que de développer un programme de planeur hypersonique manoeuvrant sur des trajectoires complexes dans les hautes couches de l’atmosphère… qui peut le plus peut le moins !

    On notera que les coûts de développement du véhicule lanceur et de ses munitions (2 à 3 milliards d’euros sur 5 ans ?) pourraient assez largement être intégrés dans la LPM à venir. Surtout, ce programme pourrait rapidement devenir un best seller à l’export, surtout si Nexter le commercialise comme le « grand frère » du Caesar. Avec le contexte de réarmement européen et mondial, et la « publicité » donnée au HIMARS par la guerre en Ukraine, un grand nombre de pays vont vouloir acquérir ou renouveler leurs flottes de LRM. Et si nous avons l’intelligence de veiller à la compatibilité des munitions, il sera possible de vendre des roquettes même à des pays dotés de lanceurs différents des nôtres, pendant plusieurs dizaines d’années. Bref, en résumé, il s’agit d’un armement de souveraineté particulièrement important dont nos armées ont besoin, et la demande potentielle à l’international est également très forte : des arguments qui font clairement pencher la balance en faveur d’un développement national, plutôt que d’un achat sur étagère.

    • Shareholder dit :

      Les canons sont chers (adjectif) mais les canons coûtent cher (adverbe, invariable).

    • Frede6 dit :

      2025 ? C’est la date à partir de laquelle la DGA va y penser ?
      Mettre un panier de roquette LRU sur un camion Caesar ne semble pas très compliqué mais chez nous ca va prendre 10 ans. On pourrait dealer des Himars contre des Caesar ?

    • DUPONCHELLE dit :

      Simple citoyen ( ayant fait son service militaire) et m’interressant à tout ce qui touche à notre défense,je suis étonné de l’analyse apparemment très documentée que vous faites de notre situation concernant les problématiques de notre armée.Vous êtes très certainement très proche de ces interrogations et je me félicite de votre analyse qui devait être consultée par les hommes politiques faisant partie de la commission. Personnellement j’ai vendu ( avant me retraite) du matériel à l’armée française, le Capitaine chargé du dossier m’avait à l’époque détaillé les lacunes du matériel ( obsolescence,fiabilité,manque de pièces détachées…. ) depuis rien n’a changé!

    • Matou dit :

      Je trouve que vous proposez là une très belle feuille de route tout à fait cohérente. Bravo. Espérons que vous soyez lu et entendu et que d’autres auront eu les mêmes idées.
      En terme de porteur, reprendre le chassis Caesar (6×6 et 8×8 selon capacité nacelles), apporterait certainement un avantage en terme de MCO et de simplification du parc. Sur un plan business, cela permettrait de proposer à partir du même porteur une offre produit cohérente et modulaire.
      Pour aller vite, sauf si on sait faire rapidement, peut-être des nacelles sur étagère dans un premier temps, puis les nôtres ensuite. Mais je pense que partir d’entrée sur un matériel souverain serait préférable même si plus long. Eviterait de gérer un parc hétérogène à terme et renforcerait la souveraineté avec plus de souplesse comme indiqué dans votre proposition.

    • Lothringer dit :

      « La munition pourrait intégrer dès le départ une conception modulaire, avec une tête interchangeable, une charge utile interchangeable, et un module propulsif lui aussi interchangeable, permettant ainsi des évolutions futures plus souples, plus rapides et moins coûteuses. »

      Je souscris pleinement à votre proposition. Espérons qu’il y a à la DGA des gens à la fois intelligents et bien placés pour lire vos lignes. Concevoir dès le début une arme à capacité évolutive dans le temps est la bonne approche pour une puissance moyenne comme la France.

    • Paul Bismuth dit :

      @ HMX
      Vous oubliez le biais cognitif « se mettre dans les jupons de sa mère » chez nos comptables.
      https://www.forcesoperations.com/des-himars-pour-la-france/

  12. NRJ dit :

    Je vais me hasarder à faire de nouveau l’avocat du diable : a t’on réellement besoin d’artillerie longue portée ? En soit on a des Rafales et des frégates qui ont coûté chers qui peuvent justement envoyer des missiles de croisière qui eux-mêmes coûtent également chers pour frapper à longue portée. Autant avoir de l’artillerie longue portée (+100 km) se justifie pour les Ukrainiens qui n’ont pas de missiles de croisière ainsi que les américains qui veulent des missiles lourds à sous-munitions pas forcément transportable par avion, autant ça se justifie moins pour nous.

    Du coup dans ce contexte, il suffirait qu’on augmente juste un peu les stocks de missiles de croisière et les roquettes à 80 km. Mais on n’aurait ainsi pas besoin d’artillerie longue portée.

    • Czar dit :

      à 3 briques le MdCN, on va plutôt rester du sur gros lance-roquettes si ça te dérange pas, surtout pour détruire des stock de T-34 glorieux.

    • wagdoox dit :

      Si tu pouvais arrêter de tout confondre en permanence !
      On parle armée de terre et tu réponds armée de l’air et marine.
      On parle d’un munition qui vaut environ 100 000 e et tu réponds avec un missile de 800 000.

      Utiliser un missile de croisière en contre batterie est délirant, il est trop lent, tu n’en auras jamais assez et c’est pas qu’une question de prix. tes roquettes à 80km de portées auront été balayées avant meme d’être en position.
      Ton rafale tu le fais voler H24 meme avec des AASM, entre le combat aérien, le combat contre les SAM, la guerre elect et le soutient au sol, il aura pas que ca a faire !

      • NRJ dit :

        @Wagdoox
        « On parle armée de terre et tu réponds armée de l’air et marine. ». Elles sont toutes au service de la destruction de l’ennemi. Il y a bien des guerres d’égo mais on peut espérer que ça reste limité.

        « On parle d’un munition qui vaut environ 100 000 e et tu réponds avec un missile de 800 000. ». Pour votre information, les missiles Himars à plus de 300 km (donc les missiles à longue portée) coûtent dans le million d’euros. Soit autant que nos Scalp. Je précise que je parle bien de l’artillerie longue portée à plus de 100 km dans mon commentaire.

        • Mat49 dit :

          @NRJ Les différentes armées sont toutes au service de la destruction de l’ennemi mais cela illustre le côté mal informé de votre propos que de toutes les mettre sur le même pieds.

          J’ai bien lu que vous parliez de l’artillerie longue portée à plus de 100 km dans votre commentaire sur le HIMARS. Sauf que le HIMARS n’est pas utilisé dans ce rôle dans la quasi totalité des cas. Et pour cause puisque le HIMARS n’est pas un missile qui va à 300km mais un lance rocket multiple qui peut tirer des missiles balistiques. Ce n’est pas un missile.

          Pour votre information le coût d’un HIMARS entier (camion porteur + système de lancement) est de 3,8 millions de dollars sans munitions. Le coût des rockets M31 GMLRS qu’il tire la plupart du temps qui n’est que de 110 000 dollars, bien loins du million par rocket. Bien loins aussi du coût d’un missile Scalp.

          C’est ce montant dont parle wagdoox. Lui rétorquer que le coût d’un « missile HIMARS » [sic] est en million est une confusion grossière entre le lanceur et ce qu’il lance.

          Le HIMARS ne tire pas en général de missiles allant à 300 km maximum, c’est à dire des missiles balistiques. Il est possible qu’il en emporte (il s’agit des ATACMS pour votre information) mais là il tire des rockets GMLRS qui vont jusqu’à 92 km dans la plupart des cas. Parceque ça coûte moins cher tout simplement et qu’il y a moins de problèmes de guidage.

          L’arrivé du PrSM, missile qui va entrer en service en 2023, ne devrait pas changer fondamentalement la done. Les rockets vont rester bien moins coûteuse que ce missile destiné à atteindre des cibles jusqu’à 500km (si le guidage GPS fonctionne).

          Il faudrait vous renseigner un peu sur les sujets de ce forum et arrêter de masquer votre ignorance par la négation des évidences.

          • NRJ dit :

            @Mat49
            « Il faudrait vous renseigner un peu sur les sujets de ce forum et arrêter de masquer votre ignorance par la négation des évidences. ». MDR. Sachez mon cher que ce n’est pas en me faisant dire des choses fausses que je n’ai pas dite que ça signifie que j’ignorais qu’elles étaient fausses.

            « Pour votre information le coût d’un HIMARS entier (camion porteur + système de lancement) est de 3,8 millions de dollars sans munitions. Le coût des rockets M31 GMLRS qu’il tire la plupart du temps qui n’est que de 110 000 dollars, bien loins du million par rocket. Bien loins aussi du coût d’un missile Scalp. ». Vous ne m’apprenez rien. En revanche, l’artillerie longue portée (+100 km) est elle composée de missiles Atacms avec une portée de 300 km (qui est en cours de remplacement par les missiles PrSM ayant une portée de 500 km). Ces missiles Atacms ont un coût de l’ordre du million de dollar soit sensiblement autant que les missiles Scalp. Et c’est bien de ce type de missiles que je parle quand je mentionne l’artillerie longue portée.

            Lisez mon commentaire, ça vous évitera de dire des bêtises et d’accuser de toutes les bêtises. Là vous vous décrédibilisez (si ce n’était pas déjà fait).

          • Mat49 dit :

            @NRJ « Sachez mon cher que ce n’est pas en me faisant dire des choses fausses » Je ne vous ai rien fait dire.

            « Vous ne m’apprenez rien. » Votre commentaire ou vous appelez un HIMARS un missile ci-dessus prouve le contraire.

            « l’artillerie longue portée (+100 km) est elle composée de missiles Atacms avec une portée de 300 km » Sauf que le HIMARS n’est pas utilisé dans ce rôle en pratique. Notamment en Ukraine.

            Votre refus de plus de LRM tirant des rockets au nom du coût du missile balistique est le fruit d’une confusion totale entre missile, lanceur et rocket.

            Cela montre juste que vous ne comprenez pas le sujet faute d’y connaître quoi que ce soit. Si vous saviez de quoi vous parlez vous auriez comparé missile balistique sol sol avec missile de croisière.

          • NRJ dit :

            @Mat49
            « Je ne vous ai rien fait dire. ». Bien sûr. De quoi vous parliez précisément en disant : « Il faudrait vous renseigner un peu sur les sujets de ce forum et arrêter de masquer votre ignorance par la négation des évidences. »

            « Sauf que le HIMARS n’est pas utilisé dans ce rôle en pratique. Notamment en Ukraine. ». Oui et alors ? Quel rapport avec ce que je disais ?

            « Votre refus de plus de LRM tirant des rockets au nom du coût du missile balistique est le fruit d’une confusion totale entre missile, lanceur et rocket. ». C’est cool puisque je n’ai pas fais la confusion.

            « Si vous saviez de quoi vous parlez vous auriez comparé missile balistique sol sol avec missile de croisière. ». J’ai comparé les missiles Scalp avec l’artillerie longue portée (+100km), terme utilisé dans l’article, je ne vois pas comment j’aurais pu mieux exprimé.

            Apprenez à lire.

    • St Chamond dit :

      L’artillerie longue portée si on embourbe notre armée en Roumanie pour faire les troufions des américains et des allemands, les missiles de croisière si on a notre propre politique étrangère. Le choix d’avoir ou non notre propre politique serra le sujet de fond de cette LPM et ce genre de petits indices m’inquiète…

      • Guillotin dit :

        @ St Chamond : je crois que vous avez mis le doigt sur l’indice qui montre qu’en effet on se prépare à une prochaine LPM de vassal, de chair à canon et de supplétifs pour les américains sur un théâtre d’opérations en Europe.

        Sinon, pourquoi de l’artillerie lourde pour surveiller Nouméa, Pointe à Pitre ou même Strasbourg ?

        Nous n’avons plus le choix de notre politique étrangère, de notre politique de Défense, de nos stratégies: il est donc normal qu’on se fasse dicter par l’OTAN ( USA) les prochains armements dans lesquels il faut investir. il ne nous reste plus qu’à obéir et à nous taire; ça, on sait déjà faire, jusqu’à la perfection. plus de 50 ans de pratique !

        • Mat49 dit :

          Salut troll russe si on obéissait à l’OTAN on aurait un budget de la défense qui exploserait pour acheter plein de matos aux USA.

        • HMX dit :

          @Guillotin : c’est drôle, obéir et se taire, ça ne vous rappelle pas un peu les consignes de votre employeur à l’étoile rouge ?
          Vous devriez essayer de changer de pseudo, parce que là vous êtes un peu carbonisé… je vous assure que ça se voit, et ça en devient même gênant. Bon courage pour la suite !

          • Carin dit :

            @HMX
            St Chamond et Guillotin sont une seule et même personne…
            Le diarrhéique!
            Ce garçon n’est pas tout seul dans sa tronche.

    • Carin dit :

      @NRJ
      Il se peut que ceux qui réfléchissent à cet « avenir » aient pris en compte la différence de prix entre une roquette 100/300, voire 500kms, et un missile de croisière…
      Pour détruire un bunker de commandement, le missile OK, mais pour un canon longue portée, ou un char… vous qui êtes toujours en train de parler pognon… ça vous parait pas un peu too mush votre missile? Surtout que son prix doit être additionné au décollage, et transport, par un rafale, ou une corvette… voire le Charles de Gaulle et tout son GAN!
      Pour les chars, VCI, et autres engins, y compris certains bunkers renforcés, le rafale transporte jusqu’à 6 AASM… seules les batteries anti-aériennes, et leurs matériels de déni d’accès, et les bunkers fortement durcis méritent un missile très longue portée.

      • NRJ dit :

        @Carin
        « Il se peut que ceux qui réfléchissent à cet « avenir » aient pris en compte la différence de prix entre une roquette 100/300, voire 500kms, et un missile de croisière… ». Peut-être. Ont-ils considéré que le prix serait somme toute similaire ? Un atacms coûte dans le million de dollars après tout soit autant que les Scalp.

        Et oui je n’ai pas oublié l’aspect pognon 😉

        • Carin dit :

          @NRJ
          Non seulement vous n’avez pas pris en compte l’aspect pognon, mais en plus vous avez négligez la différence d’utilisation de ces 2 produits…
          Après vous pouvez faire les pirouettes que vous voulez, vous ne convaincrez que vous.

          • NRJ dit :

            @Carin
            « Non seulement vous n’avez pas pris en compte l’aspect pognon, mais en plus vous avez négligez la différence d’utilisation de ces 2 produits… ». Expliquez moi la idfférence d’utilisation entre l’artillerie longue portée (+100 km) et les missiles de croisière.

            « Après vous pouvez faire les pirouettes que vous voulez, vous ne convaincrez que vous. ». Vous appelez « pirouette » ce qui est simplement votre incapacité à lire ce que j’écris. C’est pitoyable.

    • Aramis dit :

      « Je vais me hasarder à faire de nouveau l’avocat du diable » Je ne vois pas en quoi ce serait faire l’avocat du diable que de demander s’il est pertinent de réactiver une capacité quasi disparue.

      « a t’on réellement besoin d’artillerie longue portée ? En soit on a des Rafales et des frégates qui ont coûté chers qui peuvent justement envoyer des missiles de croisière qui eux-mêmes coûtent également chers pour frapper à longue portée. » Ils n’ont pas le même rôle. On ne va pas utiliser des missiles de croisière pour de la saturation.

      « Autant avoir de l’artillerie longue portée (+100 km) se justifie pour les Ukrainiens qui n’ont pas de missiles de croisière » Les deux n’ont pas le même rôle. Un missile de croisière frappe des cibles précises fixes en générale et beaucoup plus loins qu’un HIMARS qui lui tire jusqu’à 300 km. A 250km de distance aucun intérêt de tirer un missile prévu pour toucher des cibles

      Et surtout en terme de coût l’artillerie longue portée est largement moins coûteuse et plus efficace que des missiles de croisière pour les cibles qu’elle traite. Financièrement vous proposez quelque chose de beaucoup plus cher. Militairement quelque chose de totalement inadapté.

      « et les roquettes à 80 km » Pour 8 véhicules seulement dont une partie va être transféré à l’Ukraine? Quel intérêt?

      « les stocks » Tient mais ça sert à rien ces machins selon vous.

      • Aramis dit :

        EDIT A 250km de distance aucun intérêt de tirer un missile prévu pour toucher des cibles placées à 900km

        • Mat49 dit :

          @Aramis vous ignorez les distances maximum d’engagement des munitions. La rocket M31 porte à 92 km maximum et le Scalp à 560 km.

          D’accord sur le reste.

          • Aramis dit :

            Oui en effet, au temps pour moi je me suis pris les pieds dans le tapie.

          • Lafontaine dit :

            @Aramis
            « je me suis pris les pieds dans le tapie. »

            Et ça lui a tellement fait mal qu’il en est mort, ce pauvre Bernard.

            Bernard possédait un oiseau voleur et jacassant qui aimait à se dissimuler sous une carpette. Un ami vint à passer et, observant le manège du corvidé, dit à son hôte : Tapie, ta pie est tapie sous le tapis.

      • NRJ dit :

        @Aramis
        « Ils n’ont pas le même rôle. On ne va pas utiliser des missiles de croisière pour de la saturation. ». On n’utilise pas l’artillerie longue portée (+100km) pour faire de la saturation non plus.

        « A 250km de distance aucun intérêt de tirer un missile prévu pour toucher des cibles ». Je pense que vous vous êtes mal exprimé. La vous dites que les missiles atacms ne servent à rien.

        « Financièrement vous proposez quelque chose de beaucoup plus cher. ». Pas tellement. Un atacms d’artillerie longue portée (+100km) coûte dans le million d’euros, ce qui est sensiblement le même prix qu’un Scalp.

        « Pour 8 véhicules seulement dont une partie va être transféré à l’Ukraine? Quel intérêt? ». Vous voulez dire qu’on laisse tomber la capacité ? Pour moi peu importe le type de matériel (LRU actuel ou son remplaçant). Tout ce que je dis est qu’il faut augmenter rapidement cette capacité.

        « Tient mais ça sert à rien ces machins selon vous. » Est-ce que selon vous le fait de ne pas vouloir 5000 missiles coûtant dans le million d’euros pour pouvoir en tirer 600 par an pour rien, c’est ne pas vouloir de stocks selon vous ?

        • Aramis dit :

          « On n’utilise pas l’artillerie longue portée (+100km) pour faire de la saturation non plus. » Typique du NRJ pris à dire une nouvelle connerie et qui essaye de donner le change. Manque de bol il redit une grosse ânerie.

          Vous avez gobé tout crue la connerie du député qui pense qu’un HIMARS tire toujours des missiles balistiques. Alors qu’on a besoin d’équivalent du Kmerch.

          « Pas tellement. » Si une rocket coûte autour de 100 000 euros. Un missile SCALP coûte 850 000 euros. Encore une connerie de votre part. Votre opposition LRU contre missile de croisière c’est du n’importe quoi c’est complètement incompréhensible d’opposer deux trucs qui ne servent pas à la même chose.

          Un atacms n’a pour but de jouer le rôle d’un missile de croisière. C’est fait pour tapper des cibles logistiques fixes à moyenne distance du front.

          « Vous voulez dire qu’on laisse tomber la capacité ? » Non que ça ne sert à rien d’avoir des munitions si on a que 4 ou 5 véhicules après livraison à l’Ukraine.

          « Tout ce que je dis est qu’il faut augmenter rapidement cette capacité. » Vous dîtes le contraire ci-dessous. Vous proposez d’augmenter le nombre de munition sans augmenter le nombre de lanceur.

          « Est-ce que selon vous » Ce que je lis c’est qu’on ne doit pas avoir de stocks car ça sert à rien selon vous et ça coûte cher. Malheureusement la France a suivit ce type de logique.

          Heureusement les américains eu avaient massivement conservé en stock des munitions et des canons retirés du service. Ce qui a permis de livrer massivement à l’Ukraine pendant que la France se couvre de ridicule en piochant 3 ou 4 LRU dans les 8 opérationnels qui lui reste.

        • NRJ dit :

          @Aramis
          « Typique du NRJ pris à dire une nouvelle connerie et qui essaye de donner le change. Manque de bol il redit une grosse ânerie. ». Je suis curieux de savoir quelle bêtise j’ia bien pu dire là.

          « Vous avez gobé tout crue la connerie du député qui pense qu’un HIMARS tire toujours des missiles balistiques.. ». Ben…. non . Si vous lisez commentaire, vous verrez la phrase suivante: « Du coup dans ce contexte, il suffirait qu’on augmente juste un peu les stocks de missiles de croisière et les roquettes à 80 km. Mais on n’aurait ainsi pas besoin d’artillerie longue portée. ». Je ne sais pas si ça manque de clarté, ou si c’est juste que vous ne savez pas lire. Mais là je ne sais pas ce que je peux faire de plus.
           » Alors qu’on a besoin d’équivalent du Kmerch ». Oui ça on est d’accord, c’est justement ce que j’ai écrit.

          « Un missile SCALP coûte 850 000 euros. Encore une connerie de votre part. Votre opposition LRU contre missile de croisière c’est du n’importe quoi c’est complètement incompréhensible d’opposer deux trucs qui ne servent pas à la même chose. ». Lisez mon commentaire. Clairmeent vous ne l’avez pas lu. Je n’ai pas fait d’opposition LRU contre missile de croisière, mais artillerie longue portée (+100km) contre missile de croisière. A ma connaissance, le LRU n’envoie pas des roquettes à plus de 100 km.

          « Un atacms n’a pour but de jouer le rôle d’un missile de croisière. C’est fait pour tapper des cibles logistiques fixes à moyenne distance du front. ». Si vous le dites. Mais du coup, ce que je disais est qu’on n’a pas forcément besoin d’un tel missile. Les Scalp pourraient faire l’affaire. Ils ont le même prix, d’ailleurs.

           » Non que ça ne sert à rien d’avoir des munitions si on a que 4 ou 5 véhicules après livraison à l’Ukraine. ». D’accord, donc pour vous pas besoin d’augmenter la capacité LRU à court-terme. C’est une des armes les redoutables qui montrent tous les jours leur plus-value en Ukraine, les militaires ont d’ailleurs repéré cette plus-value contrairement à vous dans les conflits de haute intensité qu’ils veulent préparer. Dans le même temps, il n’y aura pas de remplacement avant 2030 et vous voulez pas de roquettes à mettre dedans. Logique.

          « Ce que je lis c’est qu’on ne doit pas avoir de stocks car ça sert à rien selon vous et ça coûte cher. » Vous avez mal lu. Bizarrement je ne suis pas surpris. Relisez

          « Heureusement les américains eu avaient massivement conservé en stock des munitions et des canons retirés du service. ». Ca ne les empêche pas actuellement d’avoir des problèmes de stocks comme nous. La différence c’est qu’ils ont une armée beaucoup plus grande et puissante. C’est la première puissance militaire pour rappel.

          • Aramis dit :

            Non seulement vous vous exprimez mal mais en plus vous faites une grande tambouille de n’importe quoi.

            Le problème c’est qu’on a presque plus de lance rocket multiple type HIMARS et qu’on veut commander des HIMARS ou équivalent. Les missiles de croisières, ou les missiles balistiques tirés par les HIMARS ce n’est pas le problème. Le problème c’est les rockets.

            « Je ne sais pas si ça manque de clarté » c’est de la confusion complète entre ce que fait un LRM et ce à quoi sert un missile de croisière type SCALP. Ils n’ont pas le même rôle sur le champ de bataille tout simplement.

            Nous avons besoin de plus de lanceurs et de stocks de munitions. Si on se contente d’avoir juste quelque rockets en plus des rares qu’on a et 4 ou 5 véhicules c’est quedale.

            « Ca ne les empêche pas actuellement d’avoir des problèmes de stocks comme nous.  » Encore une fois vous êtes complètement à côté de la plaque. Ils n’ont pas le même problème que nous: eux ont eu des stocks où prélever un volume de matériel conséquent. Ce n’est qu’après qu’ils ont commencé à avoir des problèmes. Nous il a fallu puiser quelques matériels dans nos unités, pas dans des stocks qu’on a pas, pour au final ne pouvoir livrer qu’un volume très faible car on avait en service très peu de canons. Si on avait proportionnelement à notre taille d’armée la même proportion de stocks que les USA ramené à notre taille d’armée on aurait pas eu à faire ça. Car on aurait 20 à 30 canons stockés qu’on aurait pu livrer directement sans prélever dans nos régiments.

    • EBM dit :

      Citation d’NRJ le 14/10 sous http://www.opex360.com/2022/10/14/larmee-de-terre-va-ceder-une-partie-de-ses-13-lance-roquettes-unitaires-a-lukraine/

      « Rien d’étonnant, les militaires ont parfaitement compris la plus-value des lance-roquettes multiples (LRU, HIMARS et autre). C’est pour cette raison qu’ils visent à en améliorer les capacités et non pas à les brader pour l’unique raison que ces armes redoutables « ne servent à rien » comme vous le mentionnez. »

      NRJ toujours aussi débile, toujours aussi ignorant, toujours aussi incohérant, toujours aussi ridicule, toujours aussi absurde, toujurs aussi délirant, de plus en plus marrant!!

      En tout cas une superbe dédicace cet article qui une fois encore démontre que vous êtes juste une énorme pompe dépourvue de la moindre once de cervelle, l’article contredit toute le logique de destruction de nos armées que vous portez sur ce forum.

      • NRJ dit :

        @EBM
        « En tout cas une superbe dédicace cet article qui une fois encore démontre que vous êtes juste une énorme pompe dépourvue de la moindre once de cervelle, l’article contredit toute le logique de destruction de nos armées que vous portez sur ce forum. ». MDR. est-ce que vous vous rendez compte à quel point vous êtes ridicule ? La citation que vous sortez va exactement dans le sens que je maintiens. Je ne sais pas si vous savez lire en fait ou si vous n’êtes juste complètement crétin. C’est très drôle en tout cas.

        • EBM dit :

          Votre propre citation est en faveur des lances rockets. Hors au dessus vous dîtes pas la peine d’avoir plus de lance rocket au nom d’un prétendu doublon entre les missiles balistiques tirés par les HIMARS et les Scalp alors que cela n’a rien à voir avec des rockets.

          Pitoyable mon pauvre NRJ, comme à chaque fois.

          • NRJ dit :

            @EBM
            « vous dîtes pas la peine d’avoir plus de lance rocket au nom d’un prétendu doublon entre les missiles balistiques tirés par les HIMARS et les Scalp alors que cela n’a rien à voir avec des rockets. ». Non je n’ai dis pas ça mon cher @EBM. Apprenez à lire, ça peut servir 😉

            Pitoyable mon pauvre EBM, comme à chaque fois.

          • NRJ dit :

            Je remets ma dernière phrase au cas où : Du coup dans ce contexte, il suffirait qu’on augmente juste un peu les stocks de missiles de croisière et les roquettes à 80 km. Mais on n’aurait ainsi pas besoin d’artillerie longue portée.

            Je l’écris car votre débilité profonde me fait penser que vous ne seriez pas capable de comprendre l’importance de ectte phrase dans mon commentaire.

          • Conjonction dit :

            Conjonctions de coordination : mais, ou, et, donc, or, ni, car.
            Or, pas hors.
            Or au-dessus vous dites. Pas « Hors au dessus vous dîtes ».
            Merci.

          • EBM dit :

            C’est bien ce que je disais : pour vous il suffirait qu’on augmente juste un peu les stocks de missiles de croisière et les roquettes à 80 km et ça serait utilisable en lieu et place de missile balistique sol sol.

            C’est justement ça qui est complètement grotesque. Un SCALP est fait pour frapper des cibles durcies de haute valeur à 500 km de l’avion ou du navire qui le tire. Ce n’est pas un missile destiné à l’artillerie qui elle frappe les unités et les infrastructures sur ou derrière le front. Le SCALP est fait pour que l’avion pénètre en territoire ennemi puis tire son missile qui va alors atteindre une cible beaucoup plus loin derrière les lignes ennemi que si un HIMARS tirait un missile balistique depuis sa position à quelques dizaines de KM derrière la ligne de front. Il ne peut pas atteindre ce que va frapper le Rafale avec le SCALP, c’est pas son rôle.

            Pitoyable mon pauvre NRJ, comme à chaque fois.

  13. Mathieu dit :

    Plutôt que d’attendre l’Allemagne et les délais de fabrication, il vaudrait mieux acheter sur étagère. Il faut aussi réfléchir sur l’artillerie anti aérienne, la maîtrise du ciel étant primordiale. Et enfin, les drones. Le pognon étant le nerf de la guerre, comment faire avec une dette de 3000 milliards?

    • Czar dit :

      « comment faire avec une dette de 3000 milliards? »

      on commence par ne pas acheter sur étagère chez nos principaux concurrents. t’as besoin d’autres oracles ?

      • Lotharingie dit :

        à Czar,

        Bonjour,

        « ..t’as besoin d’autres oracles ?.. »

        Au delà de cela ( création d’emplois pérennes, sur notre territoire national, indispensables ) ; de sérieux audits sur  » les prestations sociales » et  » les  » niches fiscales  » avec à la clef, quelques réformes expéditives salvatrices, ne seraient que la bienvenue.

        Bien à vous

    • Tempo dit :

      @Mathieu
      L’idée du Socle Défense qui propose une autre méthode de financement devrait être considérée qui permettrait de répondre aux besoins capacitaires de nos armées tout en restant dans la limite des contraintes budgétaires que nous impose notre endettement.
      La nécessité du renforcement de nos armées n’interdit pas d’avoir une approche économique qui diffère de ce que nous mettons traditionnellement en oeuvre. L’article de MetaDéfense est, dans cette perspective, intéressant auquel il convient de rajouter la notion d’investissement à valorisation positive relatif aux retombées industrielles, sociales et fiscales qu’une telle inititaive pourrait générer

      https://meta-defense.fr/2022/10/26/lpm-2029-peut-on-faire-converger-les-contraintes-budgetaires-et-les-besoins-des-armees-1-2/
      https://meta-defense.fr/2022/10/26/lpm-2029-peut-on-faire-converger-les-contraintes-budgetaires-et-les-besoins-des-armees-2-2/

      • Aramis dit :

        Interessant sur ce point. Mais le site revient à la charge avec sa lubie de la location pour échapper aux règles UE sur l’endettement. C’est la mauvaise approche, si ces règles nous gènent nous indiquons à Bruxelles qu’il faut les changer et que si on ne les change pas on s’assoit dessus. Ce qui évitera la prise de tête de la location.

    • JC dit :

      La dette c’est du vent. L’instrument par excellence pour brider la populace dont nous faisons partie. Pour les bien-pensants en joue, feu !

      • Bistrotier dit :

        T’a raison, JC, tous au poteau ! Les bien-pensants, les mal-pensants, les trop-pensants et les pas-passants avec !
        Mais ça me chagrine un peu que tu dises que la dette c’est du vent, parce qu’il faudrait quand même penser à me régler ton ardoise, un de ces soirs, hein ?

  14. blavan dit :

    A force de tout prioriser , il va falloir doubler le budget de la Défense. Pour moi il faut prioriser ce qu’on peut vendre à l’export. L’artillerie a le vent en poupe , profitons du créneau avant que les américains nous savonnent une fois de plus la planche.

    • HMX dit :

      « A force de tout prioriser , il va falloir doubler le budget de la Défense »
      eh bien, dites-vous que c’est à peu près ce qui va se passer. Sous réserve de la LPM en cours de définition, on va passer par paliers successifs de moins de 35 milliards au début des années 2010, à environ 70 milliards à l’horizon 2030, soit un doublement en l’espace de 20 ans. La remontée en puissance a déjà commencé avec l’actuelle LPM, mais les plus hautes marches restent encore à franchir.

      ça ne veut pas dire que ce sera Noël, ces milliards en plus seront partiellement grignotés par l’inflation, et serviront d’abord à reboucher les « trous dans la raquette » malheureusement très nombreux, comme l’illustre cet article sur l’artillerie et la capacité LRM de l’AdT. Mais néanmoins, des programmes et des projets jusqu’alors jugés « impossibles » (on pense par exemple au 2ème PA…) vont désormais pouvoir être sérieusement reconsidérés.

      Dommage qu’il ait fallu la guerre en Ukraine pour ouvrir les yeux des gouvernements européens…

      • blavan dit :

        @hmx. Au contraire la guerre en Ukraine nous a prouvé qu’il n’était pas nécessaire de sur investir dans certains domaines contre une Russie qui n’arrive même pas à garder le Donbass. Investissons sur du matériel que l’on peut exporter, voilà la priorié.

        • Mat49 dit :

          La Russie n’a pas encore perdu le Dombass et ils vont tirer les leçon de ce qui a eu lieu.

          Et si on veut exporter il faut commander du matériels pour nos armées en quantité et à forte cadence. Sinon on va proposer des produits très chers livrés au compte goute.

    • Aramis dit :

      Vous avez la mauvaise approche. Il faut d’abor d se demander quel type de guerre nos armées doivent pouvoir mener avant de dire qu’il faut avoir tel ou tel matériel. Le matériel qu’on a n’est que le dernier maillon de la réflexion qu’on doit avoir sur nos capacités.

      Au passage si vus voulez exporter ça passe par un marché interne fort donc n fort budget de la défense pour avoir une compétitivité prix grâce à l’effet de série.

      • blavan dit :

        @aramis. Pour vos désirs de guerre, il faut avoir des ressources humaines françaises pour la Défense, et là c’est pas gagné !!!!

        • Aramis dit :

          Ce ne sont pas des désires de guerre c’est de la programation militaire normal de faire ça.

          Le recrutement est un autre soucis mais comme le montre l’exemple Suédois il y a des solutions dont on pourrait s’inspirer.

  15. Fralipolipi dit :

    Entre Mistral et Mamba-Arter 30, il y a un fossé bien large (en terme de budget aussi, et pas seulement de capacités).
    … toujours pas de VL Mica pour l’AdT pour combler un tel fossé ?
    .
    Sinon, le Sol-Air avec de l’énergie dirigée (Laser), faudrait pas non plus le négliger (aux US, c’est un dossier prioritaire).

    • wagdoox dit :

      On bosse dessus aussi en France mais pour l’instant, c’est hors de porté pour tout le monde.
      On a un laser anti drone qui vient d’être mis en service.

    • Herpétologiste dit :

      Le mamba-arter, redoutable serpent d’une grande agilité et d’une terrible précision, aussi appelé mamba-vampir, qui bondit sur sa proie et la mord immanquablement à l’artère jugulaire, causant un décès quasi-immédiat.
      Une autre variété, connue pour viser l’entrejambe, est appelée mamba-lécouye.

  16. Alain d dit :

    Mieux vaut tard que jamais, bandes de ringards !
    Très mobiles, avec les drones pour une guerre de mouvement.
    Les S300 sont détournés pour des frappes sol-sol.
    Cogiter sur des systèmes (gros, moyens, petits, portables) qui puissent opérer sol air + sol-sol.
    Par exemple, pour des moyens légers, style Strela, Stinger, Eryx ou AT4, qui pourraient tirer des antichars et des anti-aériens (minimum anti-hélicos et anti-drones).
    Et un futur SAMP/T qui pourrait opérer roquette ou missiles sol-sol? Un même camion porteur, une même articulation électrique, des camions de maintenances et de chargements quasiment identiques ou mixtes? Radar anti-aériens ou (et) anti-batteries.
    Economies, budget, formation, logistique , maintenance. Et efficacité sur le théâtre.

  17. Castel dit :

    On se rend compte maintenant de l’un des inconvénients d’avoir engagé une guerre asymétrique contre des djihadiste au sahel ;
    face à une armée de « va nus pieds » se déplaçant la plus-part du temps en moto, particulièrement mobiles, il a bien fallut s’adapter pour essayer d’en venir à bout avec du matériel correspondant à nos besoins du moment.
    Mais, dans le même temps, nous avons sans doute un peu négligé notre dotation en armement lourd, nécessaire dans un conflit de haute intensité, comme celui qui se déroule aux frontières de l’Europe, il faut donc maintenant essayer de rattraper le temps perdu !!

    • Plus-value dit :

      Le plus part vers le haut et le moins part vers le bas, mais la plupart du temps tout cela se vaut.

    • Blurb dit :

      @CAstel
      Pour certaines capacités, la négligence date de 40ans quand même … vous avez dû connaître l’époque des AMX13 DCA 30mm.
      Aujhourd’hui seule l’Allemagne a encore des parcs d’engins comparables qu’elle envoie en Ukraine, où ils sont utilisés contre les missiles de croisière.

      • Castel dit :

        @Blurb
        Paradoxalement, certaines armes à priori dépassées, peuvent retrouver une certaine utilité ;
        Vous parlez des missiles de croisière, qui ont une particularité, à savoir passer sous la ligne de détection des radars, or, si des armes le 30mm sont complétement obsolètes face à des missiles tirés à haute altitude, il n’en est pas de même contre ce type de missiles, passant près du sol, comme on le voit dans une vidéo Ukrainienne, montrant un fantassin qui arrive à abattre un de ceux-ci avec un……Stinger !!
        Je n’ai pas retrouvé la vidéo, et il faut se méfier de la possibilité d’un trucage, mais, vu la faible hauteur à laquelle ils se déplacent, cela ne parait pas impossible, le plus difficile étant évidemment de les détecter suffisamment tôt…..

        • Blurb dit :

          La détection en réseau se fait déjà depuis longtemps avec des batteries Mistral (radar Giraffe, co-développé avec la Suède et en parc depuis une bonne vingtaine d’années). D’où l’importance de dotations en nombre suffisant pour garantir la résilience du réseau et la fiabilité de la détection et de la poursuite.
          Ensuite il faut des moyens complémentaires : SATCP bien sûr mais aussi des armes « haut et bas de trame » selon la novlangue actuelle.
          30mm radar en réseau, et éventuellement laser qui est en essai en version navale dans quelques pays pour la courte portée…
          Quant aux armes hypersoniques, peu d’infos filtrent sur les capacités réelles d’interception … bien que dans les services ont doit avoir une idée des conditions rencontéres en Ukraine avec les Kinzhal.

    • Mat49 dit :

      « face à une armée de « va nus pieds » se déplaçant la plus-part du temps en moto, particulièrement mobiles, il a bien fallut s’adapter pour essayer d’en venir à bout avec du matériel correspondant à nos besoins du moment » Quel matériel spécifique à la cntre guérilla a été acheté au détriment du reste SVP?

      Ce n’est pas le matériel lourd qui a été négligé c’est toutes les armées dans leur ensemble.

      • Math dit :

        Ça se voit surtout dans la conception des véhicules type Jaguar ou Griffon. Je les trouve bien pour les conditions rencontrées en Afrique, mais haut, (pour les mines, c’est bien, pour le reste, c’est pas discret), sous armés en calibre (40mm, c’est sûrement extra, mais 90 ou 105, c’est autre chose), déjà au max en terme de masse par essieu (donc pas trop possible d’intégrer du hard kil…). Ceux sont ces 2 équipements qui me semblent moins adaptés.

  18. PK dit :

    « En outre, le format des unités d’artillerie a été taillé « au plus juste », ce qui fait que l’armée de Terre ne peut pas aller au-delà des 18 CAESAr [Camions équipés d’un système d’artillerie] qu’elle a déjà cédés à l’Ukraine. »

    18… 36… Je me demande bien comment ce chiffre est calculé. Pourquoi 18 ? On en avait tant que cela qu’on peut s’en priver de 18 ? Et la question qui fâche : pourquoi ne peut-on pas se priver des suivants ?

    • john dit :

      Est-ce que le problème n’est pas que la France n’a pas bougé depuis des mois dans l’industrialisation d’armement lourd?
      L’Allemagne a relancé la production à grande échelle du PzH2000… Les Himars sont produits plus rapidement. La Pologne reçoit 24 K9 déjà, et 10 K2.
      Et la commande de K9 concerne 212 produits en Corée du Sud + 460 produits en Pologne. Et on peut mentionner encore les 288 K239, et jusqu’à 500 Himars attendus.
      Le problème n’est pas ce que l’Ukraine a reçu, mais pourquoi la France n’a pas d’artillerie.

    • lgbtqi+ dit :

      dit PLS-man qui fait semblant de poser de nouvelles questions quand il ne fait que rabâcher des éléments de langage du banquier de son parti.

      • Czar dit :

        la France travaille avec les tchèques sur Caesar, josy, je vois pas trop le souci avec la banque tchèque où le RN a dû souscrire un emprunt refusé par toutes les autres grandes banques françaises ou européennes. A moins que tu ne sois encore sous le choc de la la loi russe prise pour mettre un terme au matraquage médiatique de la secte de l’alphabet.

    • Pierre dit :

      On pourrait doubler notre dotation aux Ukrainiens vu qu’on n’a aucun conflit direct en cours. Ils seront bien plus utiles là-bas qu’à rouiller dans un hangar africain, tandis qu’on peut faire fonctionner à plein l’usine de Bourges en étant quasi sûr que ça ce vendra comme des petits pains au vu des résultats sur le terrain. Le rapport efficacité/coût est exceptionnel sur le conflit ukrainien.

  19. ZoSo dit :

    Ca sert à rien de réinventer la roue…
    Le HIMARS existe déjà, engager des coûts colossal en recherche et développement pour recréer le même système en version français/européen serait une perte d’argent et de temps. Il fallait le faire il y a 10 ans, maintenant c’est trop tard (tout comme le drone MALE européen d’ailleurs…).

    Il vaut mieux pour l’heure acheter des HIMARS aux américains et garder nos ressources et l’énergie de nos scientifiques/ingénieur…etc pour développer de nouvelles technologies sur lesquels on pourra être les précurseur.

    • Czar dit :

      l’artillerie longue portée va pas disparaître du champ de bataille : SalutAvril, le remplaçant français du Himars, intéressera d’autres pays, en plus de répondre à un besoin chez nous.

    • john dit :

      Là pour le coup je vais vous contredire, mais à moitié…
      La guerre en Ukraine a ouvert un marché énorme, l’artillerie, et notamment les roquettes guidées / missiles à longue portée (50-500 km). Il y a donc une opportunité commerciale importante.
      MAIS ce n’est pas à l’état de financer un tel développement.
      Et surtout, il se trouve que le M270 est un projet qui a impliqué les USA, la France, l’Allemagne et le Royaume Uni. Et chacun de ces pays a fait évoluer le M270, tout en conservant une totale interopérabilité de l’armement et des châssis.
      Et en plus, chacun de ces pays a fait évoluer ces systèmes dans une direction différente concernant le système de commandement de l’artillerie.
      Donc en réalité, avec les systèmes de tir existants, les systèmes de commandement d’artillerie, les châssis d’armement déjà existant, l’investissement à faire est minime !
      Et ce d’autant que les roquettes lors du tir n’ont que très peu d’impact sur le châssis du véhicule, donc rien de bien compliqué, reprendre les véhicules du Caesar serait une approche intelligente pour l’artillerie, véhicule qui est capable de s’en prendre plus dans la figure.

    • wagdoox dit :

      Ca serait complement contre productif de faire ca.
      L’armement rapporte à la France, c’est les soldats qui coutent.
      Les armements américains restent américains, on en fait pas ce que l’on veut, exemple de MQ9.

      On a deja toutes les briques techno et industrielles pour faire un tel systeme.
      Il faudra juste le temps de créer le cahier des charges, lancer la production, environ 5 ans.

    • HMX dit :

      @ZoSo : pas d’accord avec vous.
      D’abord, un tel programme ne représente absolument pas un « coût colossal » comme vous l’affirmez. On est pas sur la conception d’un nouvel avion de combat ou d’un sous marin nucléaire. Concevoir un bête camion porteur d’une nacelle (par exemple sur la base du châssis 8×8 du Caesar) ne présente aucune difficulté particulière. Et concevoir une gamme de roquettes de 100 à 150 km de portée ne constitue pas non plus un exploit d’ingénierie, en tout cas c’est très largement à la porté de notre BITD.

      Par ailleurs, un achat sur étagère pourrait se justifier si ce type d’arme n’était pas très important, et s’il n’y avait aucun espoir de marché export. Or, c’est tout le contraire : on (re)découvre à quel point l’artillerie à longue portée revêt un caractère stratégique dans un conflit de haute intensité, plus personne ne conteste le fait qu’il s’agit là d’un équipement « de souveraineté », et un grand nombre de pays en Europe et dans le monde vont vouloir se doter d’une capacité LRM, ou renouveler leurs capacités en la matière, dans les années à venir. Ne pas oublier non plus les munitions qui vont avec, qui pourront être vendues pendant des décennies à toutes les armées équipées de LRM et qui constituent potentiellement un nouveau marché export très important.

      Enfin, sans vouloir vous infliger un cours d’économie, sachez simplement qu’un équipement militaire conçu et produit en France rapporte indirectement beaucoup à l’Etat (emplois créés et maintenus, taxes et impôts divers collectés, croissance économique, amélioration de la balance commerciale en cas d’export…), alors qu’un achat à l’étranger constitue une sortie « sèche » pour le budget de la défense. Encore plus lorsque le dollar est au plus haut, et l’Euro au plus bas (les transactions internationales sur le matériel militaire se font très généralement en dollars…).

  20. Ninox dit :

    L’Allemagne, l’Allemagne et encore l’Allemagne…. Ça en devient presque comique… Pour ne pas dire grotesque..

  21. ONERESQUE dit :

    Même si l’invasion de l’Est Ukrainien a provoqué un très salutaire électrochoc faisant oublier les atermoiements de « conceptualisation » du Ministère sur les systèmes de force indispensables, toutes ces belles volontés de re-garnissage de l’AdT BUTENT hélas sur……. d’IMMENSES difficultés industrielles. Nexter et THALES n’ont pas développé de solutions type HIMARS depuis des décennies, encore moins d’ATACMS ou de PrSM, depuis le PLUTON et l’ HADES qui étaient nucléaires. Ni Griffon, ni SERVAL ne peuvent accueillir des lances-roquettes à guidage terminal hybride Galileo-autodirecteur micro-AESA ou autres bi-modes IR-UV…..Plus de PF chenillées dispo…….Il faudra donc poser sur des camions ( comme les CT40 RapidFIRE ) des blocs équivalent HIMARS et concevoir des roquettes guidées de 120 à 140 mm ex-NIHILO …bonjour l’effort industriel……Et, budgétairement pour partager et effet de série, vu l’empressement enthousiaste des allemands à coopérer sur le MGCs-MAWS-Tigre 3 et autres…..tout en se précipitant sur Lockheed et les fournisseurs US « sur étagères » ……On a des doutes peu métaphysiques sur la coopé du futur ( suffit de mater SHOLZ l’intransigeant égoïste)……Et la nécessité de ces LRU sera-t-elle SI CRUCIALE puisque Pologne et autres achèteront mini 288 Chunmoo K239 en masse ? BREF, cette remise à niveau d’artillerie sera longue, chère et difficile car à REPARTIR de ZERO (jamais bon)…….. ALORS que le SHORAD et l’AA sont BEAUCOUP plus prioritaires car la France est en 2èmeligne en CHI européen, il ne faut pas l’oublier……Il faudrait PLUTÔT 250 postes MISTRAL 3, une centaine de CT40 sur camion et 16 batteries de MAMBA ASTER 30 B1NT…..Des matériels NETTEMENT plus UTILES dans le futur pour protéger bases aériennes, terminaux pétroliers, centrales électriques, gares, aéroports, infrastructures stratégiques…..qui seront visées par les TZIRKON, KALIBR NG, KINZHAL, S-500 sol-sol par-dessus le Skyshield germano-européen en « passant par le Sud et le Nord, voire la Méditerranée depuis le BELGOROD ou l’Amiral Gorschkov »…….

  22. Catoneo dit :

    Nous paierons tout ça avec quoi ?
    Sans révision du modèle social que le monde entier nous envie sans jamais l’importer, on est dans la gesticulation.

    • Grrr dit :

      Chuuuut , malheureux !
      Il ne faut surtout pas parler des sujets qui fâchent !
      Vite ! soulevez le tapis qu’on le planque dessous !
      Ahh zut, ça passe pas !

  23. GC9410 dit :

    Ils sont où les 54 LRM M270 dont j’ai piloté un exemplaire à Haguenau et Canjuers en 94-95 ?

    • Yoyolegigolo dit :

      Réformés , hormis 13 qui ont été transformés en LRU

    • bullnar dit :

      ils sont avec les auf1, les f1 tr, les vab hot… un general russe les a revendu a une puissance etrangere en cachette sans rien dire… ha non on est en France la, donc lire un enarque au lieu de general russe , lire donne au lieu de vendu , et dans l indifference generale et sous l excuse d economies et de verdissement coupable au lieu de en cachette , ai je repondu a la question ?

  24. Lucien dit :

    Des projets avec l’Allemagne, donc déjà on sait que ça va être de la merde et que ça ne verra finalement pas le jour.

    Et en plus, que des acronymes anglais, on se demande à quoi ça sert de faire semblant. Puisque nos élites se considèrent comme des esclaves de l’empire américain, achetez les canons américains, ce sera moins cher que de construire une industrie souveraine. Cela n’a pas de sens de payer pour de la souveraineté quand on est esclave, colonisé dans son esprit et dans son âme. Et au moins, ces M142 HIMARS sont « combat proven » comme disent les esclaves et leurs maîtres. Et ils devraient être disponibles avant 2045, sans compter les retards et l’inflation.

  25. Patrico dit :

    Incroyable comme cette très triste guerre en Ukraine à fait réveiller nos Stratèges! tous les mois dans ces belles pages de Zone Militaire Opex360 on apprend une nouvelle loi de programmation, ou une nouvelle d’orientation, ou de nouvelles réorganisations Militaire ! et l ‘Anticipation?? parce-que ce n est rien par rapport aux nouveaux « Matos » qu il va falloir aux différentes Armées TAME !
    Merci Thank you merci a Tous .

    • Alex dit :

      Ouaips ! Le scénario d’avant garde géotactique de Poutine est le même qu’avec le national-socialisme de Adolf Hitler… dans cette logique nous devrions anticiper toutes formes de réaction de la part d’une personnalité puissante acculée à son propre échec.

    • Alex dit :

      Ouaips ! Le scénario d’avant garde géotactique de Poutine est le même qu’avec le national-socialisme des années 30… dans cette logique nous devrions anticiper toutes formes de réaction de la part d’une personnalité puissante acculée à son propre échec.

      • Patrico dit :

        Et oui mon « cher » alex , pour moi c est le rôle des Statèges et ce qui fait la force de certaines puissances , c est l Anticipation! régulierement mise sur les belles lignes de Opex360! Même eux les US avec l USAF réagissent Maintenant ! face aux avancées Technologiques TOUS domaines de ..la Chine! Alors qu ici encore nombres d entre nous l annonçaient ou le prévoyaient y a déjà des Années! Alors imaginez svp notre cher Pays ! qui négocie encore sur le SCAF! Ce ne sont plus des canons longue portées qu il faudra demain ou pour protéger nos proches frontières en attendant ….
        Merci OPex 360. Merci à vous et Thank you merci a Tous !

  26. Le Suren dit :

    « Étant donné que, dans les années 2000, l’engagement de haute intensité ne faisait pas partie des hypothèses de travail » : On a vraiment cru que la guerre n’existait plus ? C’est une blague belge ?

    • PK dit :

      Ce qui fait peur, ce n’est pas qu’ils aient été incompétents : c’est que ce sont toujours les mêmes qui soient là et qui font les nouvelles programmations.

      Comme dirait le fin poudré, ce n’est pas un échec, c’est juste que ça n’a pas marché.

  27. Sylvain dit :

    A chaque LPM, on nous annonce qu on va voir ce qu on va voir. Et depuis 40 ans, on a vu. On verra l enveloppe de la future LPM. Une fois defalque les soldes et le SNU, on verra ce qu’il reste…. pour de vrai

  28. Lotharingie dit :

    Bonjour,

    Notre industrie bénéficiait d’une certaine expertise au siècle dernier, avec  » la Force Hades « .

    Ne pourrions pas réutiliser cette connaissance pour construire un outil ( sans être forcement nucléaire ), efficient et exportable ?

    « …..La force Hadès était, de 1991 à 1997, une brigade de l’Armée de terre française chargée de mettre en œuvre le missile Hadès. L’Hadès était un missile nucléaire d’une puissance de 80 kt et d’une portée de 480 km destiné à être utilisé contre une attaque des forces du pacte de Varsovie…. »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Force_Had%C3%A8s

    Bien à vous.

    • Harambe dit :

      Si la France avait transformé ses Hadès en limitant la portée à 300km comme les russes l’ont fait pour leur Iskander, ça aurait été un sacré marché, un missile balistique occidental aurait tenté pas mal de pays qui doivent faire face aux Iskander ^^ Maroc, Tunisie, pays du Golfe, amérique latine, Pakistan, les pays d’asie du sud est, hey même le Mexique en aurait demandé.

      • Lotharingie dit :

        Harambe

        Bonjour,

        « .Si la France avait transformé ses Hadès. »

        Très anecdotiquement, je vous relate une de mes expérience lors de mon  » SN « , il y a 1/4 de siècle.

        Lors d’un très mes nombreux déplacements au profit de mes supérieurs durant cette période au service notre pays, j’ai pu ( par hasard ) approcher, un de ces camions  » Tracteur-Erecteur-Lanceur ».

        Après avoir échangé très longuement avec un Officier Supérieur en charge de cet outil ; j’ai pris conscience de l’incroyable puissance dévastatrice de cet incroyable matériel ( je me souviens encore aujourd’hui de cet échange )…

        Bien à vous.

  29. Parabellum dit :

    Pitié pas avec les allemands…arrêtons cette chimère ….on sait faire le super canon et on a fait des hades…on se met au boulot et on réarme en indépendant…dassault nous fait un drone arme stratégique et on explique qu on va ressortir le nucléaire tactique…on fait une armee post bss c est à dire pour taper autre chose que des toyota ou des types sur une moto…

  30. albert dit :

    Si l’artillerie fait ses preuves en Ukraine je doute que cela soit transposable chez nous si jamais un jour les russes arrivaient.
    Tout simplement parce que l’OTAN aurait surement la supériorité aérienne, un domaine où elle excelle contrairement à la Russie qui a démontré une incapacité totale de son aviation (avion+hélico). Quad on voit les dégats que peut faire des avions et des missiles guidés on peut se dire que l’armée russe subira de telle perte qu’ils seront vite refroidit.
    Certes l’artillerie russe est imposante mais ils leur faut 10 canons pour toucher une cible là où notre matériel (plsu précis et de plus longue portée) en nécessite un seul.
    Les Caesar, les Himars, les obus escalibur ont démontré l’interet d’avoir du matériel de précision, ce qui permet d’avoir moins de véhicule pour une meilleure efficacité et tout un disposition de logistique plus réduit.
    L’armée russe est vraiment restée dans une doctrine des années 60 et n’ont pas évolué et n’ont pas su adapté leur stratégie aux nouvelles technologies. On voit également que nous avons largement surestimé la qualité de leur matériel et de commandement.
    Bref je pense que nous n’avons aucune craint eà avoir en Europe de la Russie, Quelqu’en soit le résultat final l’épreuve ukrainienne va refroidir un bon moment leur envie d’expansion, d’autant qu’ils vont avoir toute une armée à reconstruire, ça prendra un bon moment vu que leur PIB est, rappelons le, équivalent à celui de l’italie.

    • Philiber dit :

      La Russie aura certainement appris de ses déboires en Ukraine, elle va s’adapter.
      L’Otan n’aura pas éternellement comme adversaire une armée des années 70.
      Ne parlons pas de la Chine, qui a déjà un temps d’avance.
      Et s’ils n’ont pas les technologies, ils les voleront…

      • mich dit :

        Qui vous dit que s’adapter est juste une question de technologie ? pas facile d ‘adapter la doctrine surtout dans un syteme plus ou moins rigide comme on vient de le voir .

        • Carin dit :

          @mich
          C’est d’autant plus vrai, que nos amis chinois tentent à prix d’or de débaucher des pilotes occidentaux pour enseigner aux pilotes chinois les techniques du combat en avion…
          Ce que l’ont peut traduire par le fait que nos amis pilotes chinois, savent voler en ligne droite… c’est pas mal, mais n’est pas suffisant pour du combat aérien, même en BVR, ils sont largués!

  31. Thaurac dit :

    Comment autant de lance roquettes peuvent être non opérationels, faut pas déconner, il y a quand même du monde qui passe du temps dessus, et c’est pas ariane!
    quand on regarde la vétusté de ceux qui sont opérés en ukraine ( materiel soviétique) et pourtant ils fonctionnent – malgré quelques perles ici et là)

  32. Connan dit :

    Tous ces materiels pour se battre contre qui ? Si c’est lavRussie alors à quoi sert la dissuasion nucléaire? La question se pose aussi pour le porte aviond

    • Carin dit :

      @Connan
      Le dissuasion nucléaire sert juste à sanctuariser les frontières du pays…
      Vous le voyez en Ukraine… le sol russe est épargné, y compris les 12 nautiques en faisant partie.
      Rien n’empêche un éventuel agresseur de nous faire la guerre sur nos frontières terrestres et maritimes (blocus), et encore moins si c’est un pays non nucléaire.

  33. john dit :

    Enfin un concurrent européen au HIMARS? Mais surtout un système entièrement compatible avec les mêmes châssis pour l’armement, interopérabilité complète entre les M270, Himars et autres?
    Ou alors, la France pour une fois fait un petit retour à un de ses gros clients?
    Les Tchèques ont le système RM-70 qui peut à la fois tirer des armes soviétiques et les châssis du Himars…

  34. Papanet dit :

    « Artilleur mon frère buvons un verre »
    comme on dit du côté de Metz

  35. Alex Delalibre dit :

    Question honnêtement ouverte: à quoi sert encore un LRU maintenant qu’on a interdit les armes à sous-munitions? Il me semble que ces trucs servaient à saturer une zone de mines, précisément. Dès lors, n’est-ce pas une bonne idée de fourguer ces trucs aux ukrainiens ?

    • Borni dit :

      Contrairement au LRM, les roquettes du LRU sont guidées, avec une précision en dessous de 10m. Son emploi a donc été modifié du fait de sa précision.
      Nous ne disposons plus de sous munitions depuis un moment.

  36. kaiox dit :

    2556 CAESAR ça parait pas mal si on a les munitions qui suivent. Par contre en effet sur les LRU, plutot qu’un développement hypothétique d’un nouveau produit avec les allemand, l’acaht sur étagère parait mieux (à moins qu’il soit juste possible de remettre en état la cinquantaine de LRU qu’on a en stock).
    Par contre les mistral il y’en a plus que dans l’article j’ai l’impression….(132 contre 196 actuellement, donc on en perdrait)
    Question bête aussi lié à l’ukraine, on devrait pas renforcer la composante mécanique? et quitte à faire du mécano/diplomatico/industriel, ne pourrait on pas imaginer un plan au tour du VBCI:
    -livraison d’une quantité significative (une centaine?) de VBCI à l’Ukraine. ça donnerait une meilleure image (matériel moderne médian/semi lourd), augmenterait leur aspect combat proven (cette fois en haute intensité) et ça devrait être apprécier par les ukrainien comparé aux M113/VAB et autres qu’ils ont reçut
    -en parallèle vu qu’il faudra les remplacer, le faire et tenter d’embarquer la grèce et la belgique dedant (en proposant la grèce de rejoindre la ulle d’interopérabilité scorpion:
    -pour la france commande de VBCI mark2 pour remplacer (partiellement payé par l’europe vu qu’elle rembourse une partie du matériel livré à l’Ukraine) avec canon 40CTA et certain avec la tourelle cockerill armée d’un 105 voir 120 pour plus de pêche
    -voir si la belgique peut se joindre à la commande (leur fournir un blindé plus lorurd que le jaguar, fournisse des élements aussi bien pour les leurs que pour les français
    -mettre le VBCI pour les grecs en proposant éventuellement montage d’une partie chez eux ou production d’élément sur tous les VBCI (français grecs et belge, plus potentiel commande roumanie/bulgarie)
    -Vu qu’à ma connaissance on n’ plus de chaine de fabrication de blindé chenillé mais que la grèce en a (pour les leopard qu’elle a assemblé chez elle), pour quoi pas tenter d’accélérer un redémarrage d’une chaine de leclerc en faisant produire la partie motricité à la grèce (avec transfert de plan) et le reste france (et éventuellement participation de la belgique) sous réserve d’une commande. On pourrait avoir des leclerc neuf guéri de leur obsolescence éventuellement partagé par trois pays (chacun produisant des éléments pour les trois)

    • Lotharingie dit :

      Bonjour,

      « ..livraison d’une quantité significative (une centaine?) de VBCI à l’Ukraine. ça donnerait une meilleure image… »

      Suite aux  » grognements  » français, suscités par l’envoie de 18 Caesar sur le front ; il me semble préférable d’en rester à la livraison de véhicules qui sont déjà sortis de l’inventaire de nos armées ( s’ils n’ont pas été déjà été déconstruit !..).

      VAB, AMX10RC, LRU, AUF1, ERC-90, TRF1, P4, TRM…après une « légère rénovation », seraient à n’en pas douter, fort appréciés par nos amis ukrainiens.

      ( Reste le problèmes des munitions et des pièces détachées pour les soldats et mécanos ukrainiens ).

      De plus, la capture d’un  » VBCI ukrainien « par les forces poutiniennes, ne serait pas des meilleurs effets. Il faut savoir raison garder.

      Bien cordialement.

      • ZoZo dit :

        Des P4 ???
        Alors qu’en Ukraine ils peuvent avoir des parcs de 4×4 urbains ou pick up pas chers, robustes et confortables, avec un vrai moteur dedans ?

    • Carin dit :

      @Kaiox
      D’un autre côté, on donne aux ukrainiens un outil (VAB) dont on se sert encore… je dirais même que dans notre armée, il y a toujours plus de VAB en service que de VBCI, et autres… même si les livraisons s’accélèrent.
      En fait, toutes les armes que l’on envoie en Ukraine, sont largement combat proven.. et elles le prouvent tous les jours.

  37. Gplt dit :

    Franchement, tout cet affolement pourquoi faire ? Certes il faut remettre nos armées à niveau mais pour préparer la guerre contre qui ? Les russes n’ont plus grand chose dont peu menaçant à notre encontre, la Chine, un peu loin et il y a Aukus pour nous protéger (humour), éventuellement la Turquie, admettons mais c’est surtout la simple remise à niveau qui importe et la quantité me semble compliquée à déterminer sans objectif d’opposition précis. Une fois le conflit ukrainien terminé nos gouvernants reviendront à des contingences plus temps de paix et sociales.

  38. Expression libre dit :

    Miserait-t-on sur une guerre conventionnelle de haute intensité?
    A quoi servirait alors notre bombinette nucléaire?
    La guerre conventionnelle en Europe redeviendrait possible, la guerre tout court… quoi!
    Vu l’état de l’armée russe, je n’y crois pas une seule seconde aujourd’hui. Sauf si le psychopathe s’obstine.
    Demain alors? Je vois mal les pays de l’Otan infliger une raclée à l’armée russe car dès lors , on arriverait très vite au seuil nucléaire. Relever le seuil conventionnel ne met-il pas à mal notre dissuasion nucléaire? Ou bien, on revient à la doctrine de la guerre froide, les forces classiques (sacrifiées) servant d’ultime avertissement.
    Je résume.
    1) Les forces classiques russes détruites, on arrive au seuil nucléaire sauf peut-être si l’intégrité territoriale russe est respectée. Mais où fait-on la guerre alors?
    2) Les forces classiques de l’Otan détruites, idem, on est au seuil nucléaire.
    Maintenant, à défaut d’une guerre terrestre, on peut très bien se la jouer, cette guerre, sur les mers, dans les airs, dans le cyberespace, dans l’espace…Ne négligeons pas tous les aspects de la guerre hybride.
    A quoi joue-t-on? Beaucoup de questions. Mais la guerre profite toujours à certains. La guerre faite par les plus pauvres au profit des plus riches. Décidément, l’histoire ne nous apprend rien. Sacrés humains, je préfère les animaux. Vous verrez, on finira par s’entendre, on se fout sur la gueule mais on ne touche pas au NUC, promis, juré!
    Bon, allez, vu l’état de notre artillerie, on peut tant soit peu la renforcer.

  39. Roque dit :

    Eh oui! La France est en deuxième ligne voire même troisième ligne. Alors pourquoi vouloir acheter du matériel de première ligne. Laissons cela aux polonais, allemands, roumains, italiens et concentrons-nous sur la Méditerranée, l’Atlantique et le ciel d’où nous tomberont des missiles balistiques et hypersoniques. Pourquoi toujours courir après la guerre précédente?

    • Sam83 dit :

      Si seulement cette guerre permettait enfin d’avoir une vraie vision de l’europe de la defense cette chimère.
      Les pays de l’est en premiere ligne mettraient le paquet sur la cavalerie blindée, l’artillerie, la defense sol-air et l’infanterie/génie.
      Les pays du centre pourraient créer des bases arrière de soutien dont une grosse en allemagne et en roumanie.
      et pour finir l’ouest ( GB, france, italie, espagne, portugal et benelux) dégagé des depenses « terrestres » pourrait mettre le paquet dans la puissance expeditionnaire , 3 groupes aéronaval , armée de l’air renforcée, grosse capacité amphibie …une armée de marines quoi.

  40. Phil dit :

    Une priorité, carrément ! Donc au lieu de 8 , pardon 13 LRU, on va en commander combien? 10 de plus? Moins les 13 ,ou 8 ou je ne sais pas combien, qu’ on va donner aux abrutis d’Ukraine, ça nous donnera quoi, 5 LRU dispo à l’horizon 2030 , quel priorité en effet !

  41. Bill dit :

    Stop aux effets d’annonces ! Dans notre unité de réserve, pourtant la réserve est PRIORITÉ numéro 2 du CEMA, on a 30 casques pour 100 soldats. Je vous laisse calculer le pourcentage…et du casque F1, c’est à dire l’arrière grand père du casque actuel de l’active ! C’est pour ça que je dis STOP au BLABLA.

  42. Frédéric dit :

    AMX-APX, qui fabriquait les chars AMX-30, avait dans les années 80 imaginait un LRM sur roues, l’ALLARM utilisant les tubes lance roquettes du M240 qui ont était réalisé par Aérospatiale-Matra qui à également fait l’intégration de la roquette M-26: https://i64.servimg.com/u/f64/18/86/70/75/image_10.jpg

    @Roque, vous ne semblez pas rendre compte que la génération de roquettes qui arrivent à une portée de plusieurs centaines de km, et que peut aller jusqu’à 1500 km si l’US Army réussit son pari. Depuis notre rive du Rhin, on pourrait visé jusqu’a la région de Kiev avec ses engins.

  43. SKoh6371 dit :

    Quand le ministre des armées affirme que l’armée française conserve des moyens suffisants malgré les dons faits à l’Ukraine sans vote parlementaire, j’attends une explication scientifique de ce que sont des moyens suffisants dans le contexte actuel.

  44. Pierrot dit :

    Bonjour,

    Quelqu’un sait qu’elle est la source de la déclaration suivante de l’article ? C’est juste pour retrouver l’interview ou discours du cemat qui va avec.

    merci

     » le chef d’état-major de l’armée de Terre [CEMAT], le général Pierre Schill, avait identifié cinq points d’attention, dont la défense sol-air basse couche [avec une capacité sol-air sous blindage], les drones, tant pour le renseignement que pour des frappes, les systèmes d’information et de communication [SIC], les capacités de franchissement et la mobilité terrestre. »

  45. Fafou dit :

    Faut pas courir comme une poule sans tête: D’abord, haute intensité par ici, par la, ok..Mais contre qui ?
    Après les russes n’ont aucune supériorité aérienne, voir les vidéos sur les Ka52 en mode gruyère et ils ont malgré tout une supériorité numérique écrasante niveau avion pourtant on en voit très peu. On voit des bataillons ou chaque soldat ukrainien se balade avec son Javelin sur le dos, ça calme même avec un AH64 ou Tigre.
    Des drones Djii pour repérer voir lâcher sa petite grenade (j’exagère mais c’est pas loin) Des drones trucs (pas turcs;)) du Himars et le matos russe comme transport de troupes improvisé.
    Les renseignements us, anglais et certainement français. Un échelon de commandement « libre » et autorisé à prendre des initiatives façon Rommel.

    C’est peu ou prou ce que l’on peut tirer comme 1er enseignement.

    Donc du drone low-cost, du drone genre trucs, un peu de Caesar pour taper la ou sa fait vraiment mal, du missile portatif en masse, un camion avec himars, le reste, la France a déjà la dissuasion, le Rafales pour exploiter le « après », les soums. Ah j’oubliais des hélicoptères lourd de transport.

    Et in fine pas non plus lésiner sur l’équipement personnel du fantassin, regarder les ukr c’est du full Marines ou infantery. Vêtements, bottes, Opinel au cas où, casque, gilet, genouillères, ect.

    Et pas attendre l’allemagne pour les projets industriels surtout qui a pas grand chose de compliqué dans ce qui est cité au dessus.

    Et acheter du FN SCAR, on fait des promos 😉

  46. Borni dit :

    Celà fait bien longtemps que l’artillerie française est mal menée.
    Nos capacités sol-sol sont ridicules comparativement à d’autres pays européens, qui ont des armées moins importantes en terme de volume.
    Du fait de sa réduction capacitaire (dans l’artillerie), nous avons perdu des capacités en terme de feux à appliquer. Quand à une époque, un seul régiment d’artillerie était en mesure de réaliser des tirs de barrage, aujourd’hui il faudrait l’ensemble des régiments pour obtenir le même effet. Sauf qu’il ne faut pas oublier que chaque régiment dépend d’un brigade, elle même d’une division, le déversement des moyens d’un régiment d’artillerie au profit d’un autre est donc illusoire car chacun devra appuyer le GTIA dont il a la responsabilité en cas de conflit.
    Il est affolant de voir le niveau de méconnaissance de certains et l’amalgame fait entre l’AA, la MN et leurs moyens respectifs. Comparer des missiles à des obus d’artillerie, ou ne se baser que sur les moyens 3D pour une éventuelle « supériorité » est ridicule, d’un point de vue des coûts (prix unitaire des munitions, dispo des avions, effets recherchés sur le terrain, etc …) et d’un point de vue capacitaire. Parce qu’il ne faut pas oublier que TOUT le monde est sous équipé !
    Quand certains osent dire « on a déjà donné 18 CAESAR, pourquoi ne pas en donner plus ? » pourrait porter à sourire si les conséquences pour l’artillerie n’étaient pas désastreuses. Dans le volume actuel, et même avant la cession des 18 CAESAR, les moyens étaient sous dimensionnés et ne garantissaient pas un entraînement optimal. Quand un régiment d’artillerie fait une campagne de tir tous les ans, voire tous les 2 ans (par manque de moyens, munitions, juxtaposition des missions, etc …) ,comment voulez-vous être crédible dans l’utilisation de vos moyens ?
    Il ne reste plus qu’à espérer que des efforts soient consentis pour cette arme. Les trous à combler sont nombreux et criants.
    Au delà des canons, il y a aussi de gros problèmes en ce qui concerne les observateurs d’artillerie et JTAC (pour rappel, dans la conventionnelle, ce sont uniquement les régiments d’artillerie qui disposent de JTAC). Les véhicules sont vieillissants, la disponibilité et surtout le nombre de VAB OBS est dérisoire puisque il n’y en a pas assez pour équiper un seul DLOC/régiment, un régiment pouvant compter jusqu’à 6 DLOC… Sans compter sur les manques en terme de moyens d’observation (jumelle, Vector, DAGR, JVN, etc …) et en terme de moyens de communication (PR4G, PRC, etc …)
    Alors oui, équiper la mêlée, c’est important, mais il ne faut pas oublier que chaque SGTIA est appuyé par une section sol-sol et une (ben oui on peut pas fournir bien plus) voire plusieurs (si on se base sur la doctrine artillerie, qui est complètement déconnectée des réelles moyens au jour d’aujourd’hui) équipes d’observation. On parle quand même, pour une équipe d’observation/JTAC, de 4 pax, hein ! On en est là quand même, avoir du mal a équiper convenablement et avec le matériel nécessaire, des équipes de 4 !
    Et par pitié, arrêtons cette sacro sainte envie/besoin de ne faire que du MADE IN FRANCE, quand des besoins sont à combler, rapidement, et que nous ne disposons pas de moyens MADE IN FRANCE, et bien il faut se tourner sur des fournisseurs tiers. Quand on (la France) fait l’impasse sur un certain nombre de projets industriels en terme d’armement et bien on se tourne vers ceux qui eux ne l’ont pas fait. Ca n’empêche pas de réfléchir et de mettre en place des programmes futurs pour compenser ce déficit, mais quand le besoin est actuel, et que ces programmes ne promettent rien avant 5-10 ans, il faut faire preuve de pragmatisme.

  47. Alpha (α) dit :

    « un des objectifs de la prochaine LPM devrait être d’anticiper leur renouvellement [des LRU], afin d’être en mesure d’acquérir une nouvelle capacité plus rapidement, à l’image des lance-roquettes M142 HIMARS américains, qui disposent d’une portée de 300 km »
    Voulàààà !…
    Exactement ce que disais le17/10 (article sur les LRU du 14/10) à l’obtus décérébré de ce site, le pauvre @NRJ pour ne pas le citer, qui se dédit hier en évoquant l’inutilité des ces LRU !!! Une vraie girouette…
    Ces LRU, dont l’AdT ne veut plus, devraient donc être remplacés rapidement par des moyens plus véloces et moins vulnérables, à l’image du HIMARS ou du K239.
    Une bonne nouvelle.
    Enfin, les munitions de ces engins seront beaucoup plus économes que des missiles de croisière ainsi que leurs vecteurs comme certains voudraient nous le faire croire… Et puis surtout, pas le même rôle.
    Mais il parait que ceux qui évoquent ça seraient des spécialistes… 😉
    Allez, bon w-e à tous !

    • NRJ dit :

      @Beta
      « Exactement ce que disais le17/10 (article sur les LRU du 14/10) à l’obtus décérébré de ce site, le pauvre @NRJ pour ne pas le citer, qui se dédit hier en évoquant l’inutilité des ces LRU !!! ». MDR. Vous êtes hilarant. Je dois même dire que votre bêtise fait peur tellement elle est profonde. C’est comme l’hôpital psychiatrique ? Vous avez une schizophrénie chronique là,il n’y a pas d’autres explications.

      Je vous rappelle le commentaire de l’autre vous qui écrivait a ce moment cette phrase pour justifier de brader nos LRU:
      « Sinon, les LRU que nous avons ne servent à rien. Ils dorment actuellement dans un hangar et sortent en exercice à de rares occasions.
      Et ça coûte cher de tenir ce petit nombre d’engins en condition opérationnelle (vous qui parlez toujours de fric…).
      Et ça coûte cher de former du personnel apte à le mettre en oeuvre. »

      Et moi j’écrivais:
      « Rien d’étonnant, les militaires ont parfaitement compris la plus-value des lance-roquettes multiples (LRU, HIMARS et autre). C’est pour cette raison qu’ils visent à en améliorer les capacités et non pas à les brader pour l’unique raison que ces armes redoutables « ne servent à rien » comme vous le mentionnez. ».

      Vous dites n’importe quoi c’est tellement pitoyable. Vous vous rappelez le syndrome du miroir ? C’est le fait de voir chez les autres ce qui nous concerne. Vous devriez aller voir un psychiatre pendant vos vacances bien payées, selon vos termes, chez Dassault.

  48. vrai_chasseur dit :

    L’artillerie fait certainement partie des enseignements de l’Ukraine, mais pas uniquement.

    – On feint de (re)découvrir l’usage massif de l’artillerie par l’armée russe.
    On l’a vu et revu partout où elle est intervenue : Ossétie du sud, Caucase, Donbass, annexion de la Crimée, l’armée russe assomme avec l’artillerie classique, c’est même sa marque de fabrique depuis WW2. L’émotion du moment ne doit pas pour autant guider toute la réflexion, l’armée russe ne tire pas un avantage décisif de cet assommoir.
    Une bonne question est : quelle est la juste mesure d’usage de l’artillerie pour l’armée française pour avoir une chance crédible de prendre un avantage décisif contre tout adversaire potentiel. En particulier, quelle est la bonne proportion entre le qualitatif, qui a énormément progressé en artillerie (portée, intelligence des munitions, précision avec un guidage qui se généralise à tous les calibres d’artillerie) forcément plus onéreux, et le quantitatif « d’assommoir massif », peu efficace mais nettement moins cher.

    – La défense sol-air couche basse n’est pas un sujet anodin.
    Celle mise en place par les ukrainiens s’est révélée suffisamment agressive pour disputer à l’aviation russe, pourtant bien supérieure, l’intervention directe dans l’espace aérien ukrainien. Elle a réduit son champ d’action à du tir longue portée et restreint l’appui-feu air sol, considéré maintenant comme une mission très exposée par les aviateurs russes.

    – En artillerie, la mobilité devient un facteur inhérent à la survie.
    En particulier, l’usage des drones comme outils chaînés de renseignement de terrain a amplifié notablement l’efficacité du tir de contre-batterie. Une artillerie moderne est mobile sinon elle devient très vite exposée.
    Dans un Caesar français, les 3 points majeurs sont le tube du canon qui détermine la portée et la précision, le système informatique et de communication de gestion du tir et … le camion qui roule partout.

    – Enfoncement de porte ouverte mais c’est mieux en le disant, l’artillerie sans chaîne logistique est d’efficacité éphémère.
    On peut museler assez vite une artillerie adverse en cassant les reins de sa chaîne logistique à différents niveaux.
    Par ex. l’armée russe utilise beaucoup la logistique par transport ferroviaire : or (petit « spoiler »), l’industrie ferroviaire russe manque cruellement à présent de pièces critiques d’usinage de précision comme les roulements à billes à forte tenue en charge pour équiper les bogies de wagons. Ils étaient tous importés d’Europe et les 3 fournisseurs principaux dont 1 tchèque, ont tous appliqué l’embargo des sanctions économiques.

    – Autre enfoncement de porte ouverte, les drones font désormais partie intégrante de la panoplie d’artillerie et augmentent son importance.
    Pièce d’artillerie volante, simple munition autonome -unitaire ou en meute-, outil de renseignement, le tout en usage séparé, intégré et combiné à d’autres moyens : le ratio efficacité / coût ouvre un champ d’intégration très large à l’arme artillerie pour décupler ses possibilités, et qui n’en est qu’à ses premiers balbutiements.

    – La doctrine opérative de terrain d’une armée est essentielle et peut même faire la différence.
    L’Ukraine apprend petit à petit de l’occident à décentraliser ses chaînes de commandement, façon OTAN, où l’initiative manoeuvrière est plus laissée aux commandants sur le terrain. C’est « la guerre des capitaines » pour paraphraser le Centre de Doctrine et d’Enseignement du Commandement (CDEC) français, doctrine que maitrise très bien la France en particulier, eu égard à son expérience militaire expéditionnaire.
    Cela vient en fort contraste avec la doctrine russe où toute décision de manoeuvre de l’infanterie et d’ouverture de feu de l’artillerie est très centralisée sur les généraux et colonels. Voyant leurs unités prises de vitesse en Ukraine, ces derniers ont été obligés de venir sur le terrain pour distiller directement et plus rapidement leurs ordres et se sont retrouvés ainsi physiquement exposés.

  49. Lagaffe dit :

    Et la défense sol-air, tout le monde l’oubli la défense sol-air… à quoi servirait des centaines de canons Caesar s’ils peuvent être détruits par un drone kamikaze à longue portée iranien à 10 000 euros ?
    D’ailleurs, pourquoi on est incapable de fabriquer des drones kamikazes à longue portée à 10 000 euros ?

  50. Jean Le Bon dit :

    On redécouvre tout l’intérêt de l’artillerie. Véritablement polyvalente car adaptée à tous types de conflits (et pas que type Ukraine d’aujourd’hui), elle opére de vastes d’interdictions de zones, du déni d’accès (anti-aérien, anti-maritime…) et le tout avec des coûts modérés, bien inférieurs aux missiles de croisière et aux chasseurs bombardiers qui ne sont pas en soi « hors propos » mais il est évident que leur nombre ne peut-être que réduits vu leurs coûts… L’artillerie conventionnelle (à longue et moins longue portée) est un investissement plus « rentable ». Avec des drones et du numérique bien sûr…

  51. Expression libre dit :

    On essaie de nous vendre une guerre conventionnelle en Europe. Je suis assez surpris du nombre de personnes qui adhérent à cette idée sur ce site. Passe encore pour les militaires, c’est de bonne guerre sans jeu de mots, qui veulent toujours plus de matériel pour s’entraîner, pour « au cas où « . Sachez qu’en cas de guerre de « haute intensité », ce sont vos enfants , vos fils qui seront concernés mais au profit de qui? Posez-vous la question. Quant Sarko a décidé d’envoyer des troupes en Afghanistan pour faire plaisir à Bush, son fils se voyait bien à l’époque à la tête de l’Epad, certainement pas avec les militaires déployés dans le pays des Talibans.
    https://www.challenges.fr/economie/jean-sarkozy-a-la-tete-de-l-epad-la-polemique-continue_361585
    Je méfie beaucoup des va-t-en-guerre, toujours les mêmes, les complexes militaro industriels, les profiteurs de tout genre, les carriéristes militaires…Consultons l’Histoire .Facile de jouer avec le sang des autres. Tiens, je répète pour répondre à certains que si on avait menacé Poutine d’une no-fly zone en février, il n’aurait pas osé envahir l’Ukraine. A l’époque, il ne parlait pas du NUC, il en a parlé une fois l’invasion en route. Mais les US ont préféré laisser faire. Que de mieux pour vendre des armes à l’Europe entière, pour la diviser, pour l’affaiblir économiquement. Maintenant, on n’est pas à l’abri de rien si le psychopathe s’entête, j’en suis conscient. On sera peut-être obligé de lui casser les reins, jeu dangereux, voir mon commentaire plus haut. Pour notre artillerie, commençons par acheter ou par produire rapidement des LRM et des munitions rodeuses , le 1er RA devrait au moins disposer de 32 pièces LRM. Pour les Caesar, 6 régiments à 16 pièces serait déjà pas mal. Mais, mais, il faut tout d’abord penser à tous les aspects de la guerre hybride, la rétention délibérée du gaz russe fait partie de ces aspects ( pb en passe d’être réglée), mais surtout penser Cyberespace, Espace ( tiens, le pouvoir russe menace de s’en prendre à nos satellites), cables sous-marins. C’est sur cette guerre hybride, pour la contrer, qu’il faut faire un maximun d’effort. Car Poutine et sa clique sont bien décidés à nous pourrir la vie, pour longtemps peut-être sauf un brusque retour à la réalité. Et ce n’est pas quelques Caesar de plus qui vont changer la donne.

    • VinceToto dit :

      « je répète pour répondre à certains que si on avait menacé Poutine d’une no-fly zone en février, il n’aurait pas osé envahir l’Ukraine »
      La Fédération de Russie aurait probablement été pour une partie de ball-trap avec des F-35, F-22 au dessus de l’Ukraine. Cela aurait porté un grand coup à l’US/OTAN.
      Non pour être sérieux et propre fallait pouvoir avancer les troupes US/OTAN aux frontières du Donbass tout en ayant une proposition de Paix. Là, probablement pas de guerre et problème réglé proprement. Ce qui a été fait c’est d’avancer 130 000 troupes proxy ukrainiennes dans et aux frontière du Donbass avec des provocations, méthodes sales, etc. . Donc l’action de la Fédération de Russie est justifiée, légitime contrairement aux actions et méthodes très sales de l’US/OTAN.

      • Frédéric dit :

        Pathétique et grotesque. j’espère que VinceToto est en service commandé pour écrire de tels fables. Ce faible d’esprit racontant que Kiev voulais faire comme Moscou en Tchétchénie me donne des migraines . Ne se rend il pas compte que son argumentation se retourne contre son employeur ? Pourquoi donc l’Ukraine n’aurai pas la légitimité de récupérer son territoire sécessionniste alors que la Russie a fait deux guerres sanglantes pour récupérer la Tchétchénie ?

    • PK dit :

      « Tiens, je répète pour répondre à certains que si on avait menacé Poutine d’une no-fly zone en février, il n’aurait pas osé envahir l’Ukraine. »

      LOL. Cela aurait fait exactement le contraire.

      Les missiles de Cuba, vous connaissez ? Poutine se plaint que l’Ukraine s’OTANise et justifie son intervention (entre autre) par cela et vous lui proposez de justifier son discours immédiatement ?

      Bon, aujourd’hui, il est difficile de cacher que l’Ukraine n’est pas une marionnette de l’OTAN, mais à l’époque, l’occident pouvait encore jouer les vierges effarouchées en disant que Poutine racontait des conneries.

  52. sentinelle dit :

    J’en ai assez de ce site très peu de commentaires avisés et raisonnables fondés sur des capacités réelles et des propositions réalistes d’acquisition de matériels . Nous ne pouvons et ne devons nous engager qu’avec nos alliés là ou ça se complique c’est quand certains de ceux-ci nous font défaut mais c’est une constante historique et c’est le rôle du politique d’y faire face .

  53. Posca35 dit :

    le projet Common Indirect Fire System [CIFS], pour lequel une coopération avec l’Allemagne doit être engagée !!! Encore un projet qui n’aboutira jamais. C’est quoi cette obsession de l’Allemagne dont eux se moquent complètement à part pour torpiller notre industrie. Cela fait des années qu’ils nous mènent en bateau et nos dirigeant continuent d’adorer le « saint couple franco-allemand » qui n’existe que dans leur têtes. Pendant 2 ans ils ont bloqués le MGCS pour pouvoir sortir leur KF 51 et nous la faire à l’envers comme dab.

  54. plus au affaires dit :

    Pour augmenter, ou tout simplement pour enfin donner, une capacité de frappe en profondeur à l’armée de terre, pourquoi ne pas prendre des K239 Chunmoo coréens, qui ont l’avantage d’avoir 2 paniers de roquettes au lieu d’un seul pour les M142 HIMARS ?
    Et une centaine, pas 8 !

  55. Thierry le plus ancien dit :

    La Russie a tenté d’envahir l’Ukraine par ses colonnes de char et blindés, ils ont été stoppés par missiles portable, artillerie, drone, etc

    fort dépourvu de char la Russie décida de compenser par sa très nombreuse artillerie, faisant ressembler cette guerre à 1914-18 mais là encore les mêmes conséquence, y compris la destruction de dépôts de munition et lignes de ravitaillement, ce qui cloua le bec à sa suprématie en canon lourd, faute d’obus à tirer.

    Et il y a des leçons à tirer de tout cela, les drones ont assis leur suprématie et sont désormais totalement indispensable car ils peuvent être engagés contre tout type d’armes avec une grande efficacité. Les drones rustique (iraniens) sont très vulnérable et la moitié d’entre eux ont été détruite avant d’atteindre des cibles civils, les drone plus sophistiqués (tel le modèle Turc) ont même supplantés les armes anti-drone.

    Les chars ne peuvent être engagés seul sans être couvert des flancs et de derrière contre les missiles portatif de l’infanterie.

    Les canons doivent avoir eux aussi des drones à disposition pour trouver et identifier les cibles, il leur faut des véhicule spécifique tout terrain pour les approvisionner en permanence en munition, et transporter avec le canon un maximum de munitions disponible immédiatement.

    Je pense que le rôle du char est à égalité avec le canon, le canon tire plus loin mais le char avance plus vite s’il est soutenu.

    Plus que jamais il faut coordonner l’emploi de chaque arme sur le terrain en toute complémentarité avec cohérence selon les objectifs et les obstacles. Bien concentrer la puissance de feu en un endroit et un moment qui sera décisif puis être capable de faire mouvement avec l’ensemble des moyens au même rythme, ces principes fondamentaux suffisent à produire un supériorité sur un point du front pour obtenir une rupture du dispositif adverse, répéter le processus aussi souvent qu’il y a d’obstacle devant soi. Et bien employer les bonnes armes ayant capacité de réduire les tirs adverse sinon on s’expose à des pertes trop lourde. Un bon général sait tout cela.