L’accord intergouvernemental sur le démonstrateur du Système de combat aérien du futur a été signé

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

195 contributions

  1. DarkCed dit :

    Ces avions (on peut rêver) arriveront 15 ans trop tard !

    • blavan dit :

      Pourquoi trop tard, nous n’avons pas les moyens de remplacer aujourd’hui les rafale qui remplissent bien leurs missions et qui en plus se vendent de plus en plus.

      • EBM dit :

        La question actuelle c’est remplacer les Mirage 2000, ça urge et il n’y aure pas assez de Rafale pour ça. Il y a aussi les des Rafale M qui arrivent en bout de potentiel avant 2030.

    • Jose dit :

      Lä vous avez raison. Mais pourquoi la France signe un accord sur la furtivité avec l’Allemagne??? Tous le monde sait que l’Allemagne qui possede cette technique entre les 3 pays!!! Je ne pense que ce machin soit profitable pour mon pays!!! Je ne veux pas d’une armée europénne pour aller foutre de la merde dans les colonies!!! D’ailleurs nous avons la chance le BUNDESTAG qui pourrait à tout moment bloquer ce programme et le déploiement de tout soldat allemand à l’Etranger…. On laissera les guerres au prétentieux qui n’en ont gangé aucune depuis 200 ans !!!! Il faut plutöt travailler pour la prospérité de l’Europe au lieu d’engloutir des milliards dans des projets sans avenir….

      • GA dit :

        Toujours aussi idiots tes commentaires…

        • Jose dit :

          l’idiot n’est pas celui que vous croyez!!! C’est plutöt celui qui insulte parce qu’il est incapable de donner le moindre argument pour convaincre…. il est vrai , il n’en a aucun!!!!

          • GA dit :

            C’est marrant, parce que toi, tu ne réponds jamais aux contre arguments, pas plus que tu ne développes ni ne consolides les idioties que tu ressasses au fil de tes innombrables interventions (toujours les mêmes d’ailleurs). Par contre, dès que l’on pointe la vacuité de tes commentaires, tu n’aimes pas (je comprends). Néanmoins, tu n’en restes pas moins un troll, donc un trou d’balle.

          • Alpha dit :

            Il a raison @José, vous êtes un idiot… Et modèle XXXL ! Ce n’est, hélas, plus à démontrer.
            « Mais pourquoi la France signe un accord sur la furtivité avec l’Allemagne??? Tous le monde sait que l’Allemagne qui possede cette technique entre les 3 pays!!! »
            Ben, justement, si c’est aussi vrai, pourquoi l’Allemagne signe un accord avec la France ??? 🙂

      • v_atekor dit :

        Non seulement l’Allemagne a signé, mais selon le principe de meilleure compétence sur un sujet la partie furtivité va à l’Espagne. Quand ça ne veut pas…

    • albatros dit :

      Ils arriveront à point et seront prêts avant le successeur US du Fail 35 déjà dans les cartons (ou en même temps)
      Et nous aurons les clients Rafale comme prospects naturels

  2. Raymond75 dit :

    « Il est donc indispensable que ce programme soit assez agile pour prendre en compte les innovations technologiques à venir, mais aussi les retours d’expérience et les résultats des études communes » : oui, il faut prévoir 20 ans à l’avance toutes les fonctionnalités du système de systèmes intégré intergouvernemental compatible avec les futures normes de l’OTAN, dont on ne sait s’il existera encore.

    Je ne doute pas que les armées, fortes de leur remarquable expérience dans la conception, le suivi, la mise en ordre de marche et la validation des services réguliers du logiciel de paie établiront un cahier des charges clair et précis.

    • Aymard de Ledonner dit :

      On parle de définir des besoins et pas des fonctionnalités. En fonction des besoins, on en déduira quelles fonctionnalités doivent être présentes dès la sortie de l’avion et quelles sont celles qu’on devra pouvoir ajouter par la suite.
      Les technologies disponibles dans 20 ans, on en a déjà une idée aujourd’hui. Entre les premiers résultats en labo et le premier produit utilisable il s’écoule 10, 15 parfois 20 ans. Et avant il y a eu les découvertes en science « dure ».
      Louvois a été piloté par le SGA. C’est un produit civil même s’il était censé théoriquement en principe éventuellement permettre de payer des militaires. Ça a été un processus complètement différent d’un matériel militaire dont le programme est piloté par la DGA.

    • totoro dit :

      Il est donc indispensable que ce programme soit assez agile pour prendre en compte les innovations technologiques à venir, mais aussi les retours d’expérience et les résultats des études communes »
      cette « agilité en cours de route » amène quantité de projet à mourir sous le poids des refonte de specs. Typiquement c’est ce qu’à provoqué la gestion japonaise du projet ITER, et toute la qualité de la direction française a été de cesser d’incorporer les évolutions technologique du domaines pour « figer » une bonne fois le programme et qu’il puisse avancer.

      Prévoir du modulaire, façon rafale, c’est bien, redéfinir parce que c’est la guerre technologique et qu’on a peur de ne pas être à la pointe, c’est une condamnation à mort et un puits financier sans fond

  3. Raymond75 dit :

    Quelqu’un a t’il des nouvelles de @ScopeWizard, féru d’aviation ?

    • JC dit :

      Peut-être que M.Lagneau a la possibilité de le contacter par son adresse e-mail ?

    • HDO dit :

      était il vacciné? il faut l’espérer..

      • Félix GARCIA dit :

        Il nous a confié que non, et qu’il s’était remis de sa maladie.
        Je lui souhaites de ne pas avoir de séquelles.
        Peut-être nous lit-il.

        • Hannibal_Lecteur dit :

          Je ne suis pas spuvent rarement d’accord avec lui, mais il faisait partie des meubles. Esperons que tout aille bien!

    • EchoDelta dit :

      Pas de nouvelle, mais dans tous les cas je lui souhaites également un bon rétablissement.
      Il me semble aussi qu’il voulait faire une coupure de connexion.
      C’est quand même un virus qui soumet le corps à une fatigue intense et il faut du temps pour récupérer pleinement. Je ne connais pas son âge, mais il me semble qu’il n’était plus un sémillant jeune homme. Et avec le temps on récupère quand même plus lentement qu’à 15 ou 20 ans, même si on est en bonne forme physique.

    • Stoltenberg dit :

      Espérons que tout se passe au mieux.

  4. Lassithi dit :

    C’est le grand jour pour l’enterrement de la filière aéronautique de défense française.
    A moins que les prochaines élections ne portent aux responsabilités un gouvernement qui ait une vision de la France à 2050.
    Bref, un gouvernement qui aime la France et fasse passer ses intérêts avant ceux de l’Allemagne comme c’est la mode depuis trop longtemps.
    Pour ma part, c’est le seul espoir qui me reste…

    • Didadou dit :

      ET vous vous attendiez à quoi avec un quadragénaire narcisique qui n’a pas encore résolu son complexe oedipien svp ? Après moooosieur Bidochon et moooooonsieur Borat, on commence à croire que les erreurs de casting sont assumées !

    • chill dit :

      je suis du même avis, ça pue cette histoire, les allemends ne veulent que nous piller !

      • Canot major dit :

        Les allemands veulent la technologie française, et une revanche industrielle en matière d’aéronautique militaire, et non un pas en avant vers le fédéralisme comme le président français le croie..regardez l’histoire du char franco allemand…on en est actuellement à un partage 75/25 entre l’industrie allemande et la France…merci qui ?

  5. Paddybus dit :

    Etrange… bien peu de précision sur la répartition de la propriété industrielle alors que ce fut l’élément majeur de discordance…
    Cela serait-il la raison de l’absence de résonance médiatique en France…????

  6. Nico from UK dit :

    Les francais ont encore super bien negociés, l’Espagne qui n’a aucune compétences en aeronautique recupere autant que Dassault :
    « Dassault Aviation obtient environ 38 % de la charge de travail du NGF (Next Generation Fighter) sur l’ensemble des lots stratégiques et secondaires dans le cadre de la phase 1B du programme SCAF, selon un document de l’organisation patronale allemande dans l’aéronautique, le BDLI. Pour sa part, Airbus aura 62%, répartis entre l’Allemagne (32%) et l’Espagne (30%). »
    C’est invraissemblable.

    • NRJ dit :

      @Nico
      On voit bien que vous êtes anglais. Les british sont à poil dans le Tempest (ce n’est d’ailleurs pas juste mon avis, mais bien celui des responsables anglais : https://ukdefencejournal.org.uk/tempest-jet-investment-significantly-less-than-required/).
      Et vous voulez donner des leçons… MDR.

      Sinon, vous avez oublié que Dassault a plus de work package spécifiques, c’est bizarre. Enfin, l’Espagne paye c’est normal qu’elle ait sa part. Mais en vrai, si je vous suis on aurait du faire avec l’Angleterre : Dassault/Thalès/Safran font tout, et BAE/Rolls-Royce/Leonardo ‘e font rien car ils sont incompétents dans les avions de chasse, n’en ayant pas fait en solo depuis une bonne soixantaine d’années. Et bien sûr, l’Angleterre payerait la moitié de la note. Pour cette option je suis 100% pour, Brexit ou pas, accord des pêcheurs ou pas etc… Et vous, vous êtes d’accord ?

      • EchoDelta dit :

        Le raisonnement peut se tenir si et seulement si la France donne un successeur au MK2 ou un avion d’assaut vrai remplaçant du Jaguar et destiné à l’export en Afrique.

    • Patatra dit :

      @Nico > Link por favor !

    • LucienB dit :

      Comme disait Churchill : « les Français sont des lions commandés par des ânes »

  7. Momo dit :

    La probabilité croissante du virage à gauche de l’allemagne avec les SPD allié aux vers et au FDP rend inversement probable la poursuite réalisaton à terme du SACF.
    Ne cherchez pas plus loin pourquoi Ah!KK et F Parly n’ont pas sorti les castagnettes contrairement à leure gentille homologue ibère. Bien brave au demeurant.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Pour faire une croix sur le miliard allemand investi?
      Si le programme se crash, Dassault a les capacités de réutiliser en solo les développements déjà effectués. Par contre Airbus ne pourra que mendier une place dans le tempest…..

  8. Nainposteur "Petit facteur" dit :

    Résumé de l’article:
    Faire un dessin pour déterminer les choix technologique.
    Pour la suite c’est pas sûr, mais c’est peut-être comme même probable; enfin si les allemands veulent bien, enfin si les français veulent bien céder leur avance technologique figurant sur le plan et que les allemands ne maîtrisent pas: cela s’appelle un transfert de technologie.
    FREXIT

  9. m dit :

    Et l’aspect embarqué ?

    • Eurafale dit :

      Comme c’est normalement Dassault le maître d’œuvre, on peut penser qu’il sera pris en compte dès le départ. Avec l’expérience du Rafale M et du Rafale C, Dassault maîtrise parfaitement la réalisation complète d’un avion terrestre et navale. Ce qui n’est pas donné à tout le monde…

    • Didime dit :

      Excellente question, parceque le SCAF est un avion lourd, de la catégorie du Tornado ! Impensable sur un PA !

      • Alpha dit :

        @Didime
        « le SCAF est un avion lourd, de la catégorie du Tornado ! Impensable sur un PA ! »
        Ah bon ? Flûte alors…
        Mais alors, le Tomcat, le F-111B, le Vigilante ??? Ils étaient pourtant bien plus gros qu’un Tornado !

      • lucas dit :

        « Impensable sur un PA »… N’importe quoi ! « Impensable » comme un Hawkeye de 23t, un Greyhound de 26t, un A5 Vigilante de 28t ou un Skywarrior de 35t ? D’où sortez-vous une bêtise pareille ?

      • EchoDelta dit :

        Heu le F14 était aussi un avion lourd et pensé pour être embarqué.
        Donc la masse de l’avion, dont par ailleurs on ne sait pas grand chose, ne devrait pas être forcément incompatible avec le fait de l’opérer depuis un PA CATOBAR.

      • Momo dit :

        Encore un spécialiste en PA burkinabé (vu ses rares mais trés médiocres contributions) qui vient nous expliquer la vie?
        Hahahahahahaha

        Dime, tu sais même pas ce que c’est. Mais RSA oui, c’est sûr.

        • Didime dit :

          Momo,
          Escuse moi mais je ne réponds pas aux simplets qui trouvent leur légitimité dans la hyérarchie des races ! Pour moi au delà de notre discussion, tu symbolises l’image du parfait crét… ! Et le summum tu me lances un anagramme pour te rassurer que tu vaux mieux que moi parceque tu en sait plus que moi ! Quel niveau mon ami ….. va faire des études pour mettre quelque chose dans ta boite craniènne brumeuse ! On perçoit vite le gros complexe d’infériorité qui t’amène à un argumentaire très clivant ! Le pire c’est que tes potes sur ce site se rendrent aussi compte que tu ‘as un problème de positionnement social ! Pour moi celui qui cherche à rallier le groupe à son avis avec un argumentaire comme tu le fais est le plus gros des imb…. !

  10. AesirC dit :

    Sauriez-vous s’il est possible de trouver le-dit « document présentant les « exigences opérationnelles communes » » évoqué en fin d’article? La lecture devrait être édifiante.

  11. Terminator26 dit :

    Un truc me chiffonne ! La Russie et la Chine ont des complexes militaro-industriels robustes, monoblocs et semble-t-il assez efficaces. Je n’en veux pour preuve que les annonces à répétition d’avancées technologiques et de développements incessants de nouveaux armements sophistiqués sans équivalents dans le camp d’en face. Et justement, dans le camp d’en face et en particulier en Europe, nous avons soit des alignés inconditionnels sur les américains et qui n’achètent que ce que les américains consentent à leur vendre, soit un groupuscule de pays, aux intérêts et aux stratégies divergents et dont les politiques et les industriels ne pensent qu’à tirer la couverture à eux et à se tirer dans les pattes. Youpiiee, le SCAF en 2040 !!! D’ici là, qu’auront inventé les Russes et les Chinois qui rendra obsolète cette usine à gaz multinationale ? Et pendant tout ce temps (20 ans !!) on aligne quoi, en Europe ? Des Rafale au standard F-xx ? Laissons donc travailler Dassault sur un nouveau chasseur dans la lignée Rafale et arrêtons de gaspiller notre pognon avec des industriels étrangers pas au niveau. Idem pour le MGCS. Là aussi on sait faire aussi bien que les Russes, les Chinois, les Israéliens… et les Allemands.

    • ThomasS dit :

      Quel comparaison avec le MGCS?
      Rheinmetall et KMW ne sont pas au niveau?

      Je n’aime pas spécialement les allemands, mais faudrait pas non plus pousser le chauvinisme trop loin, ca peut faire dire des conneries…

    • FredericA dit :

      @Terminator26 : « La Russie et la Chine ont des complexes militaro-industriels robustes, monoblocs et semble-t-il assez efficaces. Je n’en veux pour preuve que les annonces à répétition d’avancées technologiques et de développements incessants de nouveaux armements sophistiqués sans équivalents dans le camp d’en face »
      .
      Les annonces Russes et Chinoises seraient donc des preuves de leurs avancées technologiques ?!? Ne serait-il pas préférable de se baser sur un retour d’expérience réel de missions de combat réelles comme on peut le faire réellement avec les Rafale F-xx ?

    • tschok dit :

      @Terminator26,

      Personne n’empêche Dassault de travailler sur un nouveau chasseur dans la lignée du Rafale s’il le désire, le problème n’est pas là.

      D’une façon générale, le problème n’est pas pour nous de faire un successeur au Rafale en soi, ça on sait faire, tout seuls, même si cela nous coutera sans doute très cher et même si cette dépense aura très certainement un effet d’éviction très fort (elle monopolisera une ressource qui ne pourra plus être employée ailleurs).

      Le défi, et le véritable choix, il est ailleurs: créer un projet qui soit une locomotive technologique pour les grandes entreprises de la BITD française pour la génération qui vient, afin de lui donner les moyens de rester dans la course technologique mondiale.

      Ce n’est plus le même projet ni la même dimension du tout.

      En fait, je vais vous expliquer ce qui vous chiffonne, parce que vous n’êtes pas le seul à être chiffonné sur ce blog, et le truc qui chiffonne les uns et les autres revient en permanence sur la table des discussions de façon récessive alors qu’il a été expliqué en long en large et en travers, ce qui montre bien que ce n’est pas un problème de compréhension intellectuelle pure, mais un problème d’une autre nature: ce n’est pas le même rêve.

      On avait deux options, A et B. L’option A, c’est facile, on fait un successeur au Rafale, nous tout seuls, dans notre coin, on mène notre barque et on s’emmerde pas avec les autres, qu’ils aillent se faire foutre. C’est le rêve de l’aventure solitaire qui va éblouir le reste du monde, mais avec un énorme risque: produire un avion sans doute très bien mais avec une génération technologique de décalage avec ce qui se fera de mieux d’ici 20 ans, le tout pour un prix ruineux.

      Et puis l’option B, c’est la locomotive technologique qui est aussi une usine à gaz et un puits à emmerdements sans fond. C’est le rêve de l’aventure internationale hyper technologique et de la construction européenne, avec un énorme risque: l’échec du projet et la nécessité de trouver au pied levé un plan B.

      Alors maintenant, il est où le chiffonnage dans l’histoire?

      Ben je vais vous le dire, et c’est très simple: on veut tous l’option A, mais avec tous les avantages de l’option B et sans ses inconvénients.

      Ce qui chiffonne les gens sur ce blog c’est qu’on ne vit pas dans un monde idéal où on peut choisir le meilleur des deux options et gagner sur tous les tableaux. C’est dommage, hein?

      Alors ça chiffonne les gens, et ça n’a pas finit de les chiffonner cette histoire, je vais vous dire, parce qu’on veut tous jouer et gagner sur tous les tableaux, c’est normal, c’est humain. Etre obligé de choisir, c’est être obligé de renoncer à quelque chose, c’est frustrant. Nous, on veut fromage et dessert, pas fromage ou dessert, quoi.

      Alors voilà, les gens qui nous gouvernent ont réfléchi au problème et en ont conclu qu’on est effectivement en face d’une option et ils ont choisi l’option grand rêve technologique européen non seulement parce que c’est dans leur culture, mais aussi parce que les industriels les ont poussé au cul pour ça.

      La BITD française, c’est pas de l’artisanat local qui vend des articles en bois sculpté, en fer forgé ou en peau de mouton dans les boutiques à souvenirs de Lodève, vous comprenez? Non, ils ont des ambitions mondiales, ces gens-là. Donc l’idée de la locomotive technologique, ça leur a beaucoup plu.

      Et puis les gens qui dirigent ces industries sont issus de lignées d’ingénieurs et de capitaines d’industrie, mais ils voient quoi autour d’eux? Des types comme Elon Musk ou Jeff Bezos qui sortent de nulle part et qui fondent des entreprises qui deviennent gigantesques et qui se taillent la part du lion. Ils se disent qu’ils ne peuvent pas rester là comme des cons avec des projets de minus. Donc eux aussi veulent le big business.

      Donc, le schéma, ce n’est pas un gouvernement français maladivement européiste qui castrerait la volonté unanime d’indépendance nationale d’une BITD française qui serait farouchement souverainiste jusqu’au bout des ongles. Non, non, c’est pas ça du tout. Ce sont les grandes boites de la BITD française qui poussent au cul et c’est pour ça qu’on se retrouve dans ces grands projets pharaoniques d’entreprises multinationales avec des partenaires européens qui se demandent eux aussi dans quoi ils s’embarquent.

      Les souverainistes n’intègrent pas cette dimension du problème, d’ailleurs. Pour eux, tout est de la faute – car ils se situent sur le terrain de la faute – d’un gouvernement gangréné par une caste d’européistes qui poursuivent un projet occulte de démantèlement de la nation française, etc.

      En fait, c’est une variante économique de la théorie du grand remplacement. Mais les mecs n’intègrent pas une dimension qu’ils n’ont pas prévu: les plus ardents partisans de l’internationalisation, ce sont les marchands de canons, pas les gouvernements.

      Alors, ça les chiffonne aussi, et le truc revient en permanence sur la table des discussions. Donc, fort logiquement, NRJ répond une fois de plus à Philbeau qui reste bloqué sur son schéma complotiste-souverainiste. Ce n’est pas la première fois qu’il lui répond et ce ne sera pas la dernière, parce que ce n’est pas un problème de compréhension intellectuelle pure, mais de conflictualité des rêves.

      • NRJ dit :

        @Tschok
        C’est exactement ça, je n’aurais pas mieux résumé.

      • Alexandre dit :

        @tschok,
        donc, si nous sommes contre le scaf , c’est parceque nous sommes de grands reveurs ? ET si ce n’est pas cela, alors c’est un problème de comprehension intellectuelle. Donc nous sommes soit des utopistes déconéctés de la réalités soit des gros débiles… C’est étrange votre façon d’argumenter me rappelle furieusement des cours de négociations commerciales lorsque l’on tient le role du gros qui veut bouffer le petit mais qui n’y arrive pas…

        « La BITD française, c’est pas de l’artisanat local qui vend des articles en bois sculpté, en fer forgé ou en peau de mouton dans les boutiques à souvenirs de Lodève, vous comprenez? Non, ils ont des ambitions mondiales, ces gens-là. Donc l’idée de la locomotive technologique, ça leur a beaucoup plu. »

        Ca c’est vraiment de la merde que vous nous pondez, Dassault fait le rafale et le falcon seul, il est ou leur interet dans des coopération technologiques internationales ?
        En ce qui concerne le scaf et encore parlons juste du NGF, c’est quoi l’interet de Dassault a travailler en coopération ? Eclairez nous sur ce que peut apporter Airbus à Dassault ?

        La locomotive technologique c’est nous si vous ne l’avez pas compris. Et ce que NRJ nous rabache sans cesse, ce n’est pas la nécessité pour la France de trouver des partenaires technologiques, mais de trouver des financiers.
        Et là encore je suis contre, ça fait 70 piges que l’on s’endette pour la recherche, dans l’armement, le spacial, le nucléaire, la médecine etc…. et pourtant malgrés 2700 milliards de dette, les banquiers, qui sont loin d’etre des enfants de coeur continuent à nous payer pour emprunter ( ce qui concerne une toute petite poignée de pays dans le monde).

        Il y a peu notre hote nous parlait d’un rapport du gouvernement Allemand qui en gros disait que la France ne comptait pas faire un chasseur de 6G mais un rafale + donc un 5g en gros .
        Cet article aurait du faire comprendre à tous sur ce sit ce qui était en train de se passer : Les Allemands venaient de comprendre que les Français allaient leur faire payer le dévelopement des versions en cours du rafale et certainement pas les technologies du futur.
        Et nos amis d’outre Rhin sont obligés d’admettre que c’est soit cela soit la fin réelle pour le coup d’une branche industrielle d’ aéronautique de défense.

        Ah oui et à tout les contributeurs de ce sit, arretez de croire que Macron ai quelque résponsabilité que ce soit dans ce genre d’affaire, ça le dépasse complètement et ça concerne des plans de l’état qui durent depuis des décenies et sont menées et controlés par des centaines de très haut fonctionnaires, qui étaient là avant et seront là après Jupiter.
        De la meme manière, arretez d’etres des enfants et n’imaginez pas une seule seconde que la volonté de BHL et les magouilles financières de Sarko puissent faire entrer en guerre les USA, le RU et la France pour allés dessouder Khadafi.

        • NRJ dit :

          @Alexandre
          « ce n’est pas la nécessité pour la France de trouver des partenaires technologiques, mais de trouver des financiers. ». Évidemment. Mais comment voudriez être une locomotive technologique sans financement ? Justement le budget de Défense français ne suffirait pas, il suffit de regarder l’évolution des prix des avions de chasse.

           » et pourtant malgrés 2700 milliards de dette, les banquiers, qui sont loin d’etre des enfants de coeur continuent à nous payer pour emprunter ». Il y a 70 ans, la dette française n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui. Sinon, vous rappelez vous de ce qui s’est passé en Grèce ? Là aussi, ils ont fait de l’emprunt pendant 50 ans. Jusqu’au jour où ils ont dit stop. Et c’est bien ce qui nous pend au nez. Ce n’est pas par hasard, d’ailleurs, que Macron arrête le « quoi qu’il en coûte ». Pourtant à un an des élections, il aurait tout intérêt à choyer les électeurs…. Mais il ne le fait pas. Peut-être qu’il est un imbécile (et également ses conseillers, pourtant venant des meilleures écoles, ses ministres, ses intellectuels etc), ou peut-être qu’il n’a pas intérêt à le faire car l’argent ne serait pas gratuit.

          « En ce qui concerne le scaf et encore parlons juste du NGF, c’est quoi l’interet de Dassault a travailler en coopération ? ». Dassault a cet intérêt qu’il y aura un financement et des commandes. Après, oui leur scénario idéal est celui où la France fait en solo et sacrifie toute son armée et son industrie militaire pour concentrer tout les budgets dans le développement et l’acquisition d’un SCAF franco français (à la manière des britanniques en fait). La Défense des intérêts stratégiques français n’est pas de leur ressort, on n’est pas dans un monde de bisounours.

          Mais du coup, l’Etat (et en premier lieu Macron. S’il y a en effet des hauts fonctionnaires, ce n’est pas eux qui décident) renâcle un peu à ce scénario qui n’avantagerait que Dassault. Donc il faut trouver une autre solution, qui passe par Airbus et l’Allemagne.

          • LucienB dit :

            Incroyable à quel point tu détestes Dassault. Vous devez être un ex-employé licencié pour incompétence et haine de vos ex-employeurs.

        • Aymard de Ledonner dit :

          « c’est quoi l’interet de Dassault a travailler en coopération ?  » Le financement.
          Les gens de l’État major et de la DGA ne sont pas complètement idiots même si beaucoup sur ce site semblent le penser. Ils savent que le budget d’investissement du ministère des armées est fini, limité. Cela vient d’augmenter légèrement mais il n’y aura jamais +50% parce qu’aucun homme politique ne le propose et que les français ne semblent pas majoritairement le vouloir.
          Donc si Dassault réussissait le holdup du siècle et obtenait un budget pour faire le SCAF tout seul et bien le budget d’investissement serait pratiquement asséché et le reste des projets subirait des coupes sombres.
          Regardez le royaume uni. Ils ont deux superbes aéronefs sans avions ni hélicos à mettre dessus, ils réduisent les effectifs et taillent leur armée à la machette.
          Les Etats majors ne veulent pas de ça donc ils ont dit aux politiques qu’il fallait choisir entre les deux options A et B présentées par Tschok. Le politique à choisi B.

          Concernant Macron, votre haine pour lui vous aveugle totalement. Il a bien évidement une responsabilité : c’est lui qui a choisi l’option B. La France n’est pas une junte militaire. Tous les grands projets d’armement remontent au ministre à qui l’on présente plusieurs options avec leurs avantages et leurs inconvénients. Et il tranche. Et pour les très grands investissements c’est le président qui tranche.
          Il se trouve qu’Emanuel Macron est actuellement le président en exercice et donc c’est lui qui a choisi l’option B et c’est lui aussi qui a choisi de faire un porte avion nucléaire de 75 000 tonnes.
          Pour le meilleur et pour le pire, ces décisions sont les siennes.

          • Alexandre dit :

            @vous tous marchands de tapis,
            cout du programe rafale = 48Milliards sur 18 ans
            phase 1 et 2 du NGF = 10 Milliards sur 4 ans
            A quel moment ne peut on pas financer ce programme?

  12. Titeuf dit :

    Et merde…..

  13. Moi dit :

    Après avoir cassé EDF qui était leader mondial de l’énergie nucléaire.
    À n’en pas doute ce gouvernement aura fait de son mieux pour sabrer les compétences de dassaut et consort.

    Comment l’histoire nous jugera dans 100 ans ?

    Le coup de rameuter les espagnols pour faire passer airbus à 2/3 en position de force et nous 1/3 on aurait dû quitter le projet.

  14. Kibboutz dit :

    L’arrivée du SCAF a été fixée à 2040, avec 10 ans de retard, cad il sera opérationnel en 2060, aucun blogeur ici pourra le voir,

    • Castagaras dit :

      Sans compter qu’entre temps les méchants ricains auront sorti un avion spatial qui surpassera le Scaf. Et pour faire moin con, les Français diront que le Scaf est plus économe en carburant et qu’il est plus fiable car plus rustique ! Attention, toute allusion avec des faits actuels est fortuit !

  15. Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

    « les parlementaires d’outre-Rhin ont mis des conditions pour la suite [donc pour la phase 2], en ne votant qu’une partie des crédits demandés [4,5 milliards d’euros au total]. Le reste de la somme ne pourra être débloqué qu’après avoir obtenu des garanties sur… le partage industriel et la propriété industrielle. »
    L’Allemagne ne veut pas d’un SCAF opérationnel – une fois qu’ils auront suffisamment vampirisé le projet pour le paralyser, ils achèteront leurs avions chez l’Oncle Sam.

    • Patatra dit :

      Ah, on commence à toucher du doigt la vérité…
      Mais je pense que dans cette affaire, les américains agissent beaucoup plus dans l’ombre de l’Allemagne qu’on ne voudrait le croire.

  16. Stig dit :

    Il y a donc bien transfert technologique ; « Le schéma de coopération retenu offre une opportunité inédite de renforcer les atouts industriels des trois pays participants, tout en assurant la compétitivité du futur système ».

  17. Clavier dit :

    Cela durera ce que durent les coalitions politiques…..

  18. fgnico dit :

    C’est clair comme de l’eau de boudin, car comme d’hab c’est un accord mais…mais.. sous réserve de l’accord de machin chouette -Von Wilhelm den IV° nexter BundeMinister etc et bla bla
    Du pognon foutu en l’air !!
    Viva Zapata Viva Pancho VILLa

  19. Ah Ca ! dit :

    Je l’attendais depuis un petit bout de temps, je le savais possible avec Macron je ne pensais pas qu’il allait le faire. Je regrette que lorsque l’idéologie couplée à la fuite en avant prennent le dessus, c’est la trahison la plus honteuse. .

    Les moteurs d’Ariane et maintenant notre aviation.

    De quoi se poser des questions sur l’accident d’hélico d’Olivier Dassault. Aurait-il été assassiné ?

    Que nous reste-t-il ? Il va nous falloir sérieusement réfléchir à effectuer des opérations clandestines pour sauver la France. J’espère fortement que les ingés de Dassault pratiqueront le sabotage.

    Bande d’incapables ! Nous nous sommes couché comme des lâches et des trouillards avec ce minable Covid et bien maintenant dégustez la Bérézina.

    Attendons-les élections, mais le ciel vient de s’assombrir.

  20. farragut dit :

    « Nous devrons travailler notamment sur la furtivité et la connectivité »… Amusant, cet euphémisme pour parler du travail à faire sur la « capacité à se connecter » entre systèmes des partenaires, alors que ces mêmes partenaires ne sont pas capables de se mettre d’accord sur le « contenu » opérationnel et budgétaire du programme, ou sur les droits de propriété intellectuelle qui doivent « s’échanger » ! 😉
    Quand on ne parle pas le même langage (110 V ou 220 V), pourquoi discuter encore pour normaliser la taille et la forme de la prise murale et de la fiche électrique (DIN ou AFNOR) ?
    Tout cela va finir à la masse et faire un beau court-circuit ! 😉

    Pour mémoire, il a fallu le terrible incendie de Boston en 1872 pour normaliser les prises d’eau des pompiers entre toutes les casernes limitrophes (les bouches d’incendie n’étaient pas standardisées). Et encore, il n’y avait pas de débat sur la qualité du liquide à utiliser !
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_incendie_de_Boston
    https://www.hydam.fr/reglementation-borne-poteaux-et-bouche-dincendie.html

    Mais comme pour le cas de l’incendie de Boston, peut-être faudra-t-il un clash sévère sur un programme « en coopération » pour « normaliser » les besoins opérationnels en matériels de lutte contre les atteintes à la sécurité des millions d’habitants en Europe. Il y a bien les normes « OTAN », mais ne sont-elles pas une manière d’asservir les armées de chaque pays, notamment le fameux « article F-35 » cité par notre Ministre des Armées ?
    Si les Allemands ou les Espagnols n’ont pas « besoin » pour la « défense européenne » d’un NGF biréacteur furtif embarqué porteur de missiles nucléaires, à quoi bon discuter de « normes » communes de furtivité ou de connectivité dans le programme SCAF ? Autant acheter des Mig 31 BM équipés de Kinzal…

    Si nos avions de transport militaires « conçus en coopération européenne » sont obligés de décoller de Kaboul sous la protection de système C-RAM de l’US Army, sommes-nous vraiment « indépendants » ? Alors que dire d’une ambition de systèmes de combat aérien de 5ème génération en réseau, quand le moindre prétexte financier est bon pour mettre des bâtons dans les roues du voisin (français, en l’occurrence) ?
    Rappelez-moi la date de départ de Angela, que l’on puisse vraiment bosser ! 😉

    • Eugene123 dit :

      « Nous devrons travailler notamment sur la furtivité et la connectivité »

      Pas besoin de se casser la tête… Il suffit d’acheter des F-35 🙂

      • farragut dit :

        Meuh non, un seul simulateur de F-35 suffit, c’est même LM qui l’a démontré aux Suisses ! 😉

      • EchoDelta dit :

        Travailler sur la furtivité veut dire intégrer cette technologie sans tout lui sacrifier et dégrader les performances aérodynamiques globales de l’avion… On s’éloigne alors beaucoup du concept F35. De plus il faudrait qu’il soit aussi un chasseur, ce que n’est pas vraiment le F35.

        • Eugene123 dit :

          « Travailler sur la furtivité veut dire intégrer cette technologie sans tout lui sacrifier et dégrader les performances aérodynamiques globales de l’avion »

          Belle théorie mais juste impossible à réaliser!

          L’aérodynamisme a ses règles et ses contraintes: Si on veut conserver les capacités d’un avion, l’accroche externe de dispositifs (armement ou carburant) est incontournable et… Si on maintient des dispositifs externes accrochés à l’avion, cela rend impossible la furtivité de l’avion…

          C’est bien pour cela que la F35 a plein de problèmes: Pour être furtif, tout doit être installé dans l’enveloppe de l’avion…

          • Alpha dit :

            @Eugène123
            « Belle théorie mais juste impossible à réaliser! »
            Vous noterez que le F-22 est furtif et possède des qualités aérodynamiques indiscutables … 🙂
            Alors que le F-35, l’aérodynamisme … 🙁

          • Eugene123 dit :

            @Alpha: Le F-22 est furtif quand il ne met pas sous le fuselage les 9 tonnes d’armement et de carburant qu’il peut embarqué! Sinon, il n’est pas plus furtif que la brouette de mon voisin!

          • Seb dit :

            Peut être faudrait il tout simplement tempérer cette volonté de furtivite à tout prix.
            Quand on voit les vidéos de F22 avec des bidons sous les ailes qui doivent augmenter sensiblement leurs ser tout cela devient risible !

      • Alpha dit :

        Acheter le F-35 ??? Cet appareil toujours pas pleinement opérationnel, pas prêt de l’être et qui sera bientôt aux oubliettes ???
        Quelle idée saugrenue !
        Ainsi, pour mon dernier point, le Congrès US vient d’ordonner au Pentagone de fournir d’ici mars 2022, un rapport détaillé sur la soutenabilité à terme du programme d’acquisition du F-35 suivi par les USA, à savoir 1763 F-35A pour l’USAF, 353 F-35B pour l’USMC et 273 F-35C pour la Navy et l’USMC. Le but ?… 🙂 Amputer significativement le programme F-35 de plus de 700 appareils, L.M. n’arrivant pas à en diminuer les surcoûts, et les forces bouffant tout leur budget MCO dans ce puit sans fond !
        https://breakingdefense.com/2021/08/hasc-seeks-constraints-on-f-35-buys-multi-year-sustainment-contract-plans/
        Forcément, si cela arrive, d’autres paieront le manque à gagner de L.M. … Pas la France en tout cas ! 😉

        • Eugene123 dit :

          « L’arrivée du SCAF a été fixée à 2040 »

          En 2040, le SCAF aura autant de défaut que le F35 actuellement… D’ici là, le F35 aura résolu quelques uns de ses 800 défauts 🙂

          PS: Vu l’avance technologique, tout porte à croire qu’en 2040, la notion même de jet aura autant d’intérêt que la charge au sabre juché sur un cheval aujourd’hui!

          • NRJ dit :

            C’est un peu plus compliqué. Le NGF arrivera en 2040. Mais certaines évolutions du SCAF arriveront avant. Peut-être même les essaims de drones. Bref, faut pas se borner à des dates que l’on met pour simplifier aux nigauds.

          • Alpha dit :

            @Eugène123
            « En 2040, le SCAF aura autant de défaut que le F35 actuellement… »
            Ah, parce que vous êtes devin maintenant ?
            « D’ici là, le F35 aura résolu quelques uns de ses 800 défauts »
            Donc, d’ici 2040, soit 32 ans après son premier vol (!!!) et 25 ans après son entrée en service (!!!), le F35 aura résolu QUELQUES UNS de ses 800 défauts !!!
            Mais c’est encourageant, çà de savoir qu’il ne sera toujours pas dévérolé !!! Belle réussite !… 🙂
            Alors maintenant, si même les « Pom-pom Girls » de la Dinde se mette à lui casser du sucre sur le dos, où va t’on ?… Je vais me retrouver au chômage, moi ! 🙂
            Bof ! On dira que vous avez eu une révélation, ce qui ira avec vos dons de voyance sur le « SCAF » … 😉
            (Au passage, SCAF, c’est un système de combat avec de multiples composantes… L’avion de ce système, soit une des composantes, c’est le NGF !… « Spécialiste » !… 😉 )

          • v_atekor dit :

            Je ne pense pas que le scaf ait autant de défaut car une grande part de ces défauts viennent de la version B à décollage vertical, notamment l’impératif d’un monomoteur (que LM s’acharne à faire passer pour un avantage). Donc avec 2 moteurs de moindre puissance, de moindre température de croisière et donc avec une signature IR réduite dès le départ, avec une épaisseur réduite qui limitera de base la SER, ça devrait être beaucoup, beaucoup plus simple que le F35 et sa chaudière géante.
            .
            Si le F35 avait été bi-tube comme le F22; il aurait prêt il y a 10 ans et avec moins de soucis (moteurs, IR et SER en particulier)

          • Eugene123 dit :

            @Alpha: Inutile de jouer à l’imbécile! A moins que votre haine pour le F35 vous aveugle!

            Pas besoin d’être un devin pour savoir qu’un projet très technologique va accoucher d’une quantité invraisemblable de défauts, défauts qui au fil du temps vont être corrigés

  21. Math dit :

    Sauf erreur, un accord intergouvernemental ne vaut pas grand chose, comparé à un vote par les parlementaires.

  22. PicNicDouille Cémoi Landouille dit :

    Par ailleurs, le général Philippe Lavigne, le chef d’état-major de l’armée de l’Air & de l’Espace [CEMAAE] a signé, avec ses homologues allemand et espagnol, un document présentant les « exigences opérationnelles communes » [dont la furtivité, la mise en réseau des capteurs, guerre électronique, armements, etc] auquel devra répondre le SCAF.

    sa fait liste au père noël… 🙂

  23. philbeau dit :

    Bon soyons concrets :
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/scaf-comment-dassault-aviation-et-airbus-se-sont-repartis-le-developpement-du-ngf-891377.html
    Donc , Airbus se taille la part du lion , et ce juste sur le développement de l’avion , ce qui , on s’en souvient , devaot être confié au « meilleur joueur » , c’est à dire Dassault …On ne parle pas encore de la partie drones et effecteurs , et du combat en réseau .
    Comme on le voyait bien sûr venir , les allemands s’assurent de verrouiller le programme , et la partie française , minoritaire , devra partager son savoir-faire , quand l’opération sera sur les rails (impensable de prendre la responsabilité de faire capoter l’affaire) . Bien joué , et honte à nos vendus européistes , du président à la ministre , qui font semblant de ne rien voir , pourvu que leur nom reste attaché à la réussite européenne , peu importe l’avenir de notre industrie nationale d’armement . cf là dessus :
    https://www.latribune.fr/opinions/la-mort-confirmee-de-l-industrie-d-armement-francaise-891411.html
    Le Scaf sera , peut-être , un avion européen , il sera en tout cas le tueur de la capacité française à disposer de son autonomie dans ce domaine . Tout le reste y compris les propos de la hiérarchie militaire est du bla-bla .

    • bkbkbkbkbkbk dit :

      Today I learned: il faut « une vingtaine de spécialistes des questions de défense » pour écrire ce qui équivaut au commentaire moyen trouvable sur ce site.
      Littéralement ils ne font que répéter des infos qu’ils ont très probablement lu sur ce site mais de manière plus agacée hahaha
      Bien le bonjour à eux

      • tschok dit :

        Pour l’instant Vauban donne dans la prophétie autoréalisatrice de souverainistes dépressifs: croyant voir dans le temps présent une confirmation linéaire du passé, ils autovalident les prévisions faites il y a 4 ans en se félicitant d’avoir eu raison, selon eux.

        En fait ils sont en auto-boucle.

        Mais, ils annoncent un sursaut et affichent leur intention d’y participer activement par leurs prochaines tribunes.

        Je suppose qu’ils évoquent le moment où ils vont enfin formuler des propositions constructives puisque, comme vous le constatez vous-mêmes, ils campent sur une position de contestataires mécontents, très dans l’air du temps, mais se gardent bien de décrire précisément les bases d’une autre politique.

        En pratique, ce sont des râleurs en plus de tous les autres: bon ils ne sont pas contents, ils contestent, ils pestent, ils invectivent, ils critiquent, etc, on a l’habitude, mais ils ne proposent rien de très concret dans le monde du réel et du temps présent.

        Sans doute vaguement conscients de cette énorme béance dans leur discours, ils ont enfin pris la résolution de proposer quelque chose qui nous change un peu de la lancinante critique permanente, mais finalement stérile et ennuyeuse à la longue.

        J’attends donc avec intérêt leur prochaine production littéraire sur le sujet.

        • philbeau dit :

          Tshok assimile défense des intérets nationaux avec extrême droite . Normal , c’est son obsession . Il devrait observer ce qui se fait dans tous les autres pays , où il passerait pour un plaisantin bavard . Et justement , on aimerait l’entendre , au moins , sur ce qu’il a à proposer . Parce que question discours en boucle , il en est le modèle.

          • tschok dit :

            Distinguons deux choses:

            – Votre discours, qui est indiscutablement d’extrême droite, ce qui n’est pas en soi un drame ni même une singularité qui vous rendrait particulièrement remarquable;

            – Les discours qui affirment vouloir défendre les intérêts nationaux, que leurs auteurs prétendent en général incarner exclusivement, qui ne sont pas nécessairement d’extrême droite, et qu’on pourrait appeler les « souverainistes ».

            Les marqueurs ne sont pas exactement les mêmes. Par exemple, un souverainiste, qu’il soit de gauche ou de droite, est souvent sincèrement persuadé de détenir le monopole exclusif de l’intérêt national.

            Le souverainiste ne s’assemble donc qu’avec ce qui lui ressemble et il forme d’ailleurs souvent un groupe, pour inscrire son action dans un socle collectif qu’il perçoit comme une réduction à l’identique de la nation.

            Les gens du groupe Vauban sont plutôt dans cette catégorie. On ne sent pas vraiment le doute les perturber, quoi.

            Vous, c’est différent: vous êtes vraiment dans la théorie du grand remplacement appliquée à l’économie et vous stigmatisez clairement les « européistes » qui sont à vos yeux une castes de traitres vendus à l’étranger et dont l’objectif occulte est de démanteler l’économie française en général, et l’industrie de l’armement en particulier, pour la dissoudre dans le grand tout mondialiste ultra-libéral.

            Là, on est dans le registre classique du complot, sans avoir besoin de gratter le vernis, car il n’y en a pas. Si on rajoute à l’équation votre côté xénophobe, anti-immigré et même un peu raciste sur les bords, et la dimension manifestement pro-russe de votre rhétorique, on ne peut pas éviter la conclusion fatale: ok vous êtes d’extrême droite, pas la peine de vous cacher derrière votre petit doigt non plus.

            Ne me dites pas que vous en tombez de votre chaise.

            Sinon, sur ce que j’ai à proposer: essayer de comprendre ce qui se passe vraiment plutôt que de fulminer en permanence en se montant le bourrichon avec des complots imaginaires.

            Déjà, ce serait bien.

            Si par exemple vous pouviez faire un seul commentaire sans stigmatiser quelqu’un, ce serait un progrès, je trouve.

            Partez d’une idée simple: si le monde est tel qu’il est, c’est qu’il n’y a pas forcément un mec à fustiger quelque part pour toutes les mauvaises intentions que vous lui prêtez.

            On va laisser de côté les mauvaises intentions du mec en question et on regarde juste ce qui se passe, sans chercher à lui attribuer une faute.

            Vous sauriez faire, ou vous êtes trop furibard en ce moment? On peut remettre à plus tard, vous savez? Vous êtes peut-être dans une période de votre vie où vous avez envie de serrez le kiki de quelqu’un et de lui coller un pain dans la gueule. Ca se commande pas, ça, il vaut mieux attendre que ça passe.

            Moi, ce que je sens de plus en plus, c’est que les gens en ont un peu marre de cette colère permanente et qu’ils veulent revenir à une attitude plus méditative, plus réflexive, avec mois d’idées toutes faites et moins de doxa complotiste.

            Mais vous n’êtes peut-être pas à ce moment-là de la courbe, donc vous voyez et si vous voulez continuer à dire des conneries sur le gouvernement pour vous défouler, ne vous gênez pas, il est aussi là pour ça.

            En fait, on peut fonctionner avec plusieurs équipes de citoyens: il peut y avoir les râleurs impénitents qui restent calés sur leur logique de contestation permanente, et puis à côté, des gens qui tentent d’autres voies, plus réflexives, plus analytiques, disons. Et puis d’autres encore qui tenteront d’autres modes d’action.

            Vous voyez les mecs du groupe Vauban, ils essayent quand même de progresser. Ils ont fait un bilan. Bon, ok, ils sont dans l’auto-renforcement, dans l’auto-réalisation de leurs prophéties de cassandres dépressives. Mais, après 4 ans, ils ont quand même conscience qu’il faut passer à une nouvelle étape de leur engagement et c’est ce qu’ils annoncent dans leur tribune.

            Donc, vous aussi vous pourriez faire pareil.

            Et moi, chuis bon public, en plus. Donc, j’attends, comme le chien qui attend son morceau de sucre quand il sent l’odeur du café: avec les yeux d’un labrador et le QI d’un berger allemand pavlovien.

          • v_atekor dit :

            C’est la question Européenne qui est sous-jacente et qui rend pertinent en Europe un propos qui ne l’est pas ailleurs.

    • NRJ dit :

      @philbeau
      Il n’a jamais été convenu que Dassault ait tout la fabrication du NGF. Si vous avez cru cela, on ne peut rien pour vous.

      Sinon, Dassault a plus de work package spécifiques que Airbus Espagne et Airbus Allemagne. C’est dans votre article, au cas où vous ne l’auriez pas lu.

      « il sera en tout cas le tueur de la capacité française à disposer de son autonomie dans ce domaine ». Ce n’est pas le SCAF qui est tueur de l’autonomie française, mais l’inflation des coûts des avions de chasse. Ce n’est pas un hasard si la Suède a renoncé à remplacer le Gripen, ou si l’Angleterre supprime ses commandes de F-35 et sacrifie son armée de terre. C’est juste que ça coûte « un pognon de dingues » (petite phrase à la mode). Maintenant il y a deux solutions :
      – soit on fait mordicus tout seul. Là on sacrifie les capacités de l’armée française à la manière des britanniques et on se retrouve petit Poucet à payer aux américains les droits de combattre avec leurs avions (et on n’a pas le choix. La coopération militaire dans une guerre n’est plus une option. Napoléon, c’est fini, rappelons-le). Et on détruit sur le long terme notre industrie aéronautique de Défense car on fera un F-35 amélioré avec 20 ans de retard. Et par conséquent la génération suivante sera obsolète avant même de sortir des bureaux d’études.
      – soit on fait en coopération. On sauvegarde sur le long terme notre industrie de Défense. Et face aux américains, on négocie d’égal à égal, car même eux ne pourraient pas se passer de 3 partenaires dont les 2 plus fortes aviations militaires en cas de guerre.

      Quant au pseudo européisme, regardez la réalité en face : sur le MGCS, la France refuse de nouveaux partenaires anglais ou italiens pour protéger Nexter. Il est où l’europeisme là ?
      Je n’aime pas Macron, mais faut arrêter deux secondes les ânneries. Tout le monde voudrait un SCAF franco-français. Mais la réalité est un mur, et il faut anticiper le virage plutôt que d’attendre d’y être acculé.

      • Eurafale dit :

        Ou alors avoir un gouvernement qui précise sa volonté d’afficher sa préférence pour une production locale comme ce fût le cas naguère avec le Rafale ; et compter sur les ingénieurs disruptifs de chez Dassault, Safran & Thalès pour concevoir un nouveau chasseur non pas en avance sur son temps, ce qui ferait exploser les coups, mais conçu sur la base de ce qui se fait actuellement (m’est avis que la furtivité, c’est quelque chose que l’on peut cocher d’acquis grâce au nEUROn) Après tout, les japonais y arrivent bien de leur côté et les sud-coréens aussi (certe, il faut voir par la suite ce que cela donnera) alors je ne vois pas pourquoi, avec la filière aéronautique française, nous n’y arriverons pas seuls ?

        Alors certe, je préfèrerai une coopération mais faite de manière intelligente (à la manière d’un nEUROn 😉 )

        • NRJ dit :

          @Eurafale
          « compter sur les ingénieurs disruptifs de chez Dassault, Safran & Thalès pour concevoir un nouveau chasseur non pas en avance sur son temps, ce qui ferait exploser les coups, mais conçu sur la base de ce qui se fait actuellement ». Pour votre gouverne, le Rafale n’a pas été disruptif dans conception ( et n’en a pas été moins coûteux.
          Sinon on peut rester à la technologie des Mirage 3, ça vous irait ? Pour ma part, je pense que l’armée française doit avoir un avion capable de combattre dans l’environnement de guerre futur, ce qui impose évidemment de progresser (et effectivement, c’est coûteux. On ne développe pas une nouvelle génération de moteur avec 500 euros). Mais chacun son choix.

          « peut cocher d’acquis grâce au nEUROn) Après tout, les japonais y arrivent bien de leur côté et les sud-coréens aussi (certe, il faut voir par la suite ce que cela donnera) ». Certes il faut voir ce que ça donnera (des entreprises qui n’ont jamais conçu d’avion, ça devrait eJe peux cependant vous annoncer qu’un paquet de technologies seront développées par d’autres dans leurs avions (moteur, missiles, électronique etc). Après voulez vous des technologies américaines dans nos avions ? Ça coûtera moins cher dans ce cas, effectivement si on achète tout les systèmes aux autres et qu’on devient simplement un assemblier.

          « Alors certe, je préfèrerai une coopération mais faite de manière intelligente (à la manière d’un nEUROn ) ». MDR. Je pense que tout le monde voudrait le faire à la manière d’un Neuron. Maintenant, trouvez des pays qui seront d’accord de filer la moitié du cash pour n’avoir que des miettes en répartition industrielle et technologique Je suis tout ouïe….

          • tschok dit :

            @NRJ,

            Une option qui reste ouverte si on arrive à maitriser les coûts du SCAF, c’est de faire un successeur non pas au Rafale, puisque le NGF le fera, mais au Mirage 2000.

            Et on pourrait imaginer un projet franco-français élaboré sur la base des études préliminaires engagées dans le cadre du SCAF, mais avec une majeure partie technologies sur étagère, le tout livrable assez rapidement, moyennant un coût qui ne soit pas prohibitif.

          • Mat49 dit :

            @tschok ce serait une bonne idée. Mais avec le coût du SCAF et le temps qu’il va prendre à être développé, il va falloir dès sa mise en service payer pour remédier à beaucoup d’obsolescences liées à la durée du calendrier. Il va absorber tous les budgets surtout que les factures des programmes n’ont pas tendance à diminuer quand ils sont lancés.

            Oui le problème du Rafale commandé à trop peu d’exemplaires pour répondre à nos besoins va se reporter à nouveau sur le SCAF même si ce dernier comporte des drones.

            L’AAE s’accroche pour l’instant à ses Mirage 2000 D pour essayer de remédier au problème et contourner le plafond ridiculement bas du nombre d’avion fixé par le LB de 2013 (bas pour une armée qui envisage de faire la guerre de haute intensité donc d’encaisser des pertes importantes). Mais elle ne pourra pas le faire longtemps.

            En l’état actuel des budgets et des programmes notre armée de l’air est condamnée à long termes commes l’a été notre Marine et notre armée de terre. Pour un pays qui a un tel PIB et un tel taux de prélèvement obligatoire il faut le faire exprès.

          • NRJ dit :

            @Tschok
            Si on a de l’argent à dépenser, pourquoi pas, même si je pense pour ma part qu’il faudrait plutôt mettre l’accent sur les remote carrier que sur les avions.

            Quoi qu’il en soit, cela suppose que le SCAF réussisse, c’est à dire qu’on ait un système pour pas trop cher en R&D et industrialisation grâce à la coopération.

            Après il y aura peut-être d’autres axes prioritaires. Les satellites, ou les avions spatiaux n’appartiennent plus à la science-fiction, et on sera potentiellement amené à devoir investir là-dedans. Donc s’il y a de l’argent disponible, un avion franco-français ne sera peut-être pas prioritaire, surtout si ça en fait profiter d’autres pays.

          • v_atekor dit :

            @tschock: Si on raisonne à l’horizon 2040, date de la sortie du scaf, l’Europe aura d’ici là été secoué par 2 ou 3 crises, et je ne doute pas un instant que l’une soit d’ordre militaire, alors que les US auront d’autres chats à fouetter dans le pacifique. Donc je parie assez clairement sur une coopération européenne mise en place dans l’urgence pour faire face, et la résolution du politique au niveau de l’Europe après coup (disons : comme d’hab, à cause des souverainistes).
            .
            A cette époque là, on va avoir un scaf plutôt gros, avec ses drones, et il faudra (aussi) des avions plus légers, et une petite panoplie de drones, j’en suis fort d’accord.
            .
            La voie souverainiste va maintenir une domination US sans contrôle. Lais qui me perturbe en suivant la voie Allemande telles que présentées par les uns ou les autres, c’est qu’on se retrouvera avec un Airbus obèse qui n’aura plus de concurrent crédible sur le terrain militaire, et que la présence d’un duo pole concurrentiel type LM/Boeing ou Sukoï/Mig me semble vraiment important. Du coup j’aurais préféré l’existence d’un pôle militaire Dassault/Bea/léonardo à côté d’Airbus… mais dans tous les cas le maintient de compétences aéro-militaires dans 2 entreprises de capacités comparables me semble nécessaire.

          • v_atekor dit :

            NRJ: tout dépendra de la structuration politique de l’Europe en 2040. S’il on lest plus intégré, les deux seront faisables. Vu les réactions ici contre l’A400m et le scaf, il ne faudra pas compter sur une évolution naturelle des mentalités, mais sans rien faire, on risque quand même quelques coups de boutoir externes dont Kaboul n’a été qu’un apéritif.

          • NRJ dit :

            @v_atekor
            Ce sera faisable, bien sûr. Mais pas forcément souhaitable. L’armée aura sans doute autre chose à faire que d’acheter un nouvel avion pour refaire ce que fera déjà le NGF.

            @Mat49
            Que pensez vous de la décision des anglais de retirer le C-130J ? Seraient t’ils idiots de préférer des avions avec moins de charge utile, moins d’autonomie et mois polyvalents ? Ils font exactement l’inverse de ce que vous prônez…

          • Mat49 dit :

            @NRJ Je suis pour qu on ait suffisamment d avions de transports, ce qui n est pas possible avec le budget actuel et le coût de l A400M. Mais c est possible a budget constant en achetant des avions moins chers que l A400M ou en augmentant le budget pour avoir plus d A400M. Si les anglais avaient remplace leurs C130 par des A400M c était une bonne decision dans une optique de projection. Après comme ce n est plus le but des anglais avoir très peu d avions de transport est cohérent pour eux.

      • Lagrange dit :

        Un SCAF franco francais? Mais on fait quoi avec ça? On a besoin d un Rafale 2.0, du milieu de gamme quoi.

        • NRJ dit :

          @Lagrance
          On fait peut-être la guerre du futur avec ça. Alors qu’avec un Rafale 2.0 (qu’est-ce que c’est ?), il y aurait un déficit de capacités.

        • NRJ dit :

          @Lagrance
          Exactement. Raison pour laquelle il faut faire en coopération. C’est la seule façon d’avoir un appareil compétitif à un prix atteignable pour le budget des armées.

      • Mvezier@hotmail.com dit :

        Ça ressemble à de l’idéologie.
        La Russie fait le SU-57, le T14, le SU 75, le S400, des armes hypersoniques et construit plus de navires que tous les pays européens avec le PIB de l’Espagne.
        Donc ce que vous dites est faux, simplement faux. Pour 8,7 Mds d’€, on va se payer des Eurodrones. Pour à peu près la même somme, la Corée du Sud se paie un chasseur correct.
        Le coût du développement du F35 est dû aux errements du programme. Le coût du B2 est dû au fait qu’il ait probablement servi de masque budgétaire à d’autres programmes militaires.
        Je n’ai pas l’impression que l’on va recevoir autre chose qu’un drone pourri pour le budget de l’euro drone. Pour le prix d’un NH90, on a 2 Caracals. Et le Caracal vaut largement le NH90, en terme de performance. Et en plus, il vole pour moins cher.
        Non, il peut y avoir d’autres raisons, mais celles qui sont avancées ne tiennent pas vraiment la route.

        • NRJ dit :

          1) La Russie dépense 4% de son PIB dans la Défense.
          2) a parité de pouvoir d’achat, cet investissement représente 150 à 180 milliards de dollars.
          3) 8,7 milliards, c’est ce que payeront les 4 pays associés à l’Eurodrone et non pas la France seule.
          4) Définissez un « chasseur correct ». Je suis curieux de comprendre….
          5) d’où viennent vos sources sur les coûts des Caracal et NH90. Je préfère vous prévenir tout de suite, vous avez dit n’importe quoi : le NH90 a un coût d’heure de vol 2 fois inférieur à celui du Caracal et il est moins cher à l’achat. Peut-être avez vous confondu les hélicoptères…

          Vous êtes nouveau vous non ?

      • philbeau dit :

        NRJ : comparer la France avec la Suède en termes de moyens et de capacités technologiques n’a pas de sens , et est très réducteur , autant que stupide , c’est hélas dans l’air du temps dans ce pays que de baisser les bras sur tout . On en voit le résultat . Ensuite , je répète que dans le programme initial , Dassault en tant que « best player » avait la maîtrise d’oeuvre de la réalisation de l’avion , et Airbus la maîtrise d’ouvrage de l’ensemble . On voit que nos dirigeants ont , eux aussi , baissé les bras , en acceptant benoîtement un petit 30-30-30 dans la répartition , offrant ainsi à l’Espagne une place démesurée en comparaison de ses compétences . Vous parlez bien , mais quel est le « work package » dévolu à Dassault , et ceux à ses « partenaires » ?

        • NRJ dit :

          @philbeau
          « c’est hélas dans l’air du temps dans ce pays que de baisser les bras sur tout ». Ah on ne va pas être d’accord. La traduction en français de ce que vous dites, c’est « on lance des programmes débiles, on laisse le successeur se démerder avec les problèmes (financement, organisation etc), et c’est quand on se retrouve dans la mouise, vraiment au pied du mur, qu’on commence à se gratter la tête, souvent trop tard ». Je trouve que cette traduction est bien adaptée et également représentative de l’esprit dans notre pays.

          Sinon, je crois que je ne peux effectivement rien pour vous. Il n’a jamais été prévu que Dassault fasse le NGF tout seul, tout comme il n’est pas prévu qu’Airbus fasse les remote carrier tout seul.

          « , en acceptant benoîtement un petit 30-30-30 dans la répartition , offrant ainsi à l’Espagne une place démesurée ». Un 40-30-30 vous voulez dire ? 40 pour la France, 30 pour l’Allemagne 30 pour l’Espagne.
          Je vous laisse lire l’article de laTribune pour lire les work package spécifiques aux entreprises.

          • NRJ dit :

            Sinon l’Espagne a payé autant que la France. Est-ce anormal qu’elle ait moins dans cette répartition ?

      • LucienB dit :

        « Je n’aime pas Macron »
        Quelle blague! Je pense que tu es le Macron qui se cache sous le pseudo « NRJ » ! Vous êtes tous les deux très similaires : vous détestez tous les deux la France, vous voudriez détruire la souveraineté française, vous êtes des traîtres au service de l’Allemagne, vous détestez Dassault parce qu’elle est française, indépendante et prospère. Dans l’idéologie mondialiste, tout le monde doit être médiocre et dirigé par des sociétés transnationales.

  24. blavan dit :

    A un mois des élections, il faut être prudent car ce qu’a signé un gouvernement, un autre peut l’annuler. Les résultats qui donneront une coalition hétéroclite vont peut-être rebattre les cartes si les verts ont de bons résultats. Les allemands nous ont déjà surpris sur l’accueil des migrants, attendons !!!!!

    • Lagrange dit :

      Ben oui pas cons les teutons ils signent en sachant que ça ne vaut rien.

  25. Tannenberg dit :

    On s’apprête a mettre les pieds dans les mêmes chausses-trappes que les américains en reprenant leurs cahiers des charges, et en croyant que la furtivité sera l’alpha et l’omega de la stratégie aérienne, pourtant quand on voit le développement des systèmes AA russes, qui mettent justement l’accent sur les configurations fréquences/détection multi-statiques pour chopper les furtifs, alors qu’on sait déjà que cette furtivité entraîne des surcouts opérationnels phénoménaux… je sens arriver le moment ou le bundestag va nous en pondre une et ou le seul choix restant sera d’acheter des Fail35 sur étagère pour l’Allemagne, et de faire perdurer la production du Rafale si c’est encore possible pour la France (pourvu qu’on garde un plan B), l’Espagne devant faire le choix du moins pire en fonction des solutions du moment.

    • Math dit :

      Oui, mais entre ce qui est indiqué sur une fiche programme et ce qui sera fait, personne ne peut vraiment le dire.
      La détection via Nostradamus, ça fonctionne. Donc on peut imaginer autre chose comme recherche de furtivité.
      Et comme l’expliquait un autre article de Meta-Défense, on parle de plus en plus de capteurs passifs dans l’aérien.
      De toute façons, avec les J20 et leurs missiles à 400km, un awacs est de plus en plus en difficulté.

    • Carin dit :

      @Tannenberg
      Je pense que vous allez trop vite…
      Les généraux parlent effectivement de « furtivité », mais se gardent bien de préciser laquelle…
      Vous, vous partez du constat qu’ils parlent de furtivité passive (F35), mais il se pourrait que ce soit de furtivité active (rafale)…
      Ces généraux ne sont pas idiots, ils savent que la furtivité passive d’un F35, est un produit non évolutif, en dehors d’une nouvelle découverte sur le revêtement, et donc que les systèmes radars se dirigent à grands pas vers l’obsolescence de ces revêtements… même les américains le savent, et ont déjà prévus une furtivité active sur le NGAD… seule a même d’évoluer en même temps que la technologie des radars, et de tenter de leurs faire prendre des vessies pour des lanternes.

  26. NRJ dit :

    Bon ben voilà voilà. Combien de gens disaient qu’un accord n’aurait pas lieu ? Il s’avère que la réalité des coûts de développement et de production d’un avion de combat ait ouvert les yeux de nos gouvernants. Ça coûte cher un avion malheureusement… Après je ne doute pas que les trolls américains essayaient de jouer sur la défiance entre la France et l’Allemagne, vu que c’est bien les USA qui seront gagnant si le SCAF rate, et ce même à court terme.

    Par ailleurs, de ce qui est présenté, l’accord semble être à notre avantage. Dassault a plus de work package, et on pourra faire payer en partie par l’Allemagne et l’Espagne le prochain moteur du Rafale. L’avion sera sinon navalisable et relativement léger (contre les opinions allemandes qui favorisaient apparemment des avions plus lourds, mais par conséquent plus chers et moins navalisables).
    En contrepartie, les allemands ont plus de piliers d’un certain programme MGCS qui est à l’arrêt par nos soins (avec un certain avantage dans la négociation, il faut bien le souligner vu que les allemands devront remplacer le Léopard 2 un peu plus tôt que nous).

    Après il ne faut rien lâcher. Mais l’affaire semble plutôt bien embarquée maintenant. Après avoir investi 1,5 milliards d’euros, les allemands ne devraient pas tout lâcher en 2024.

    • philbeau dit :

      NRJ , votre angélisme est confondant…Il est vrai que votre tropisme germanophile se trouve là à son aise. Pourriez-vous quand même développer ce que vous distinguez comme avantage pour la partie française ? et de quel avion léger et « navalisable »parlez vous ?

      • NRJ dit :

        @philbeau
        Dassault a une part de responsabilité plus large avec presque 40 % du travail sur le NGF. Sinon, ils ont un droit de prépondérance en cas de désaccord dans les choix (là encore, c’est dans votre article).
        Le SCAF sera conçu pour être relativement léger, dans les 30 tonnes. Si on en croit certains professionnels du secteur, les allemands auraient préféré des avions plus gros. Sauf que l’avion doit être navalisable, ce qui limite son poids.

        Au fait, qu’on se le dise tout de suite, rien ne permet de dire que le NGF fera 20 tonnes à vide. Je préfère préciser avant qu’un imbécile commence à débiter des ânneries…

        • NRJ dit :

          Autre avantage que j’ai mentionné: le futur moteur du Rafale qui sera payé en partie par l’Espagne et l’Allemagne au titre du démonstrateur. Le désaccord entre Safran et ITP ne portait non pas sur le futur moteur du SCAF, mais sur le futur moteur du Rafale, Safran voulant en profiter pour développer le M88. Coup double. Et n’oublions pas les work package spécifiques. Bref, l’industrie française via Dassault a plus de travail, de responsabilités, et plus de pouvoir décisionnel que ses homologues. N’était-ce pas le but initial ?

          Sinon, je note que vous n’avez rien à redire. Comme quoi, peut-être que je suis convainquant. Ou que c’est simplement l’implacable réalité qui ne peut plus être niée.

        • Leborgne dit :

          30 tonnes et léger?

      • oryzons dit :

        Du fait que les Allemands ont pondu des notes qui étrillent le NGF « pas assez ambitieux, trop français, et qui n’est qu’un Rafale + ».

        Les Allemands rêvaient apparemment d’un chasseur très lourd pour le NGF comme ils rêvent également d’un tank très lourd pour le MGCS.
        Visiblement Dassault et la DGA ont obtenu gain de cause. Il sera plus lourd que le Rafale mais ne dépassera pas les 15t à vide, ce qui en fait déjà un beau bébé. Les Allemands visaient peut-être 20t, après tout ils avaient bien réussi à imposer un RPAS de 10t pour concurrencer le Reaper de 4,5t…

        On finirait par croire qu’ils ont un truc à compenser…

      • PK dit :

        Laissez tomber. Il n’est pas là pour être honnête : juste pour faire de la retape pour les Boches. Et là, en l’occurrence, il biche…

        • NRJ dit :

          « Après je ne doute pas que les trolls américains essayaient de jouer sur la défiance entre la France et l’Allemagne, vu que c’est bien les USA qui seront gagnant si le SCAF rate, et ce même à court terme. ».
          Hum, ça vous concerne justement.
          Ah non c’est vrai vous critiquez un F-35 dont vos patrons se foutent éperdument de les vendre à la France. Donc vous êtes totalement légitime pour critiquer le SCAF qui lui représente un vrai challenger et une menace pour vos intérêts…

      • LucienB dit :

        NRJ est un Allemand. Toutes ses suggestions visent toujours à nuire à la France. Il déteste la France, veut détruire la souveraineté française et note qu’il a une haine profonde pour Dassault. Et une grande admiration pour tout ce qui est allemand. Selon lui, la France est au même niveau que la Suède. Et nous, Français, devrions être heureux d’être les vassaux de l’Allemagne.

    • Lagrange dit :

      Les allemands ne sont pas idiots a ce point.

    • Alpha dit :

      @NRJ
      Assez d’accord sur l’ensemble de votre com…
      Sauf :
      – Oui, un accord a été voté, Dassault reste maitre d’oeuvre et prend une part significative. Cependant reste l’épineux problème du partage industriel et de la propriété industrielle… Les parlementaires d’outre-Rhin ont ainsi mis des conditions sur la deuxième partie du financement de la Phase 2, voulant obtenir des garanties sur ce fameux partage ô combien litigieux, Dassault restant arc bouté -à raison à mon sens…- sur ses positions.
      Une étape est donc passée, mais il en reste de nombreuses avant de voir le NGF voler dans le ciel européen.
      – « L’avion sera sinon navalisable et relativement léger « .
      Oui, l’avion sera navalisable, puisque c’est une des demandes française, mais plus léger pas vraiment. Allemands comme Français (surtout les FAS) veulent du lourd ! Bon, faut voir ce que vous évoquez par « plus léger »…
      – Pour le MGCS c’est vrai qu’il est à l’arrêt, et qu’il s’agit d’un atout dans notre manche. Mais ce n’est pas seul ! L’Eurodrone, si cher aux Allemands en est un autre, et la récente commande française pour des drones Reaper est « la réponse du berger à la bergère » à la commande allemande de Boeing Poseidon…

      • NRJ dit :

        @Alpha
        « Dassault restant arc bouté -à raison à mon sens…- sur ses positions. ». Avez vous déjà été en opposition au Dassault ?
        (Ça n’enlève rien au fait que Dassault aurait raison. C’est ce que je pense aussi, en tout cas).

        Pour le « plus léger » je n’ai pas de chiffre ou autre. Tout ce que je sais, c’est que les allemands visaient à avoir un avion lourd, et que la taille a été réduite pour satisfaire nos besoins, en particulier celui d’avoir un avion navalisable.

        Ne pensez vous pas que la récente commande de Reaper est simplement pour répondre à nos besoins ? L’Eurodrone ne sera pas prêt avant quelques années, après tout.

        • Alpha dit :

          @NRJ
          « Ne pensez vous pas que la récente commande de Reaper est simplement pour répondre à nos besoins ? »
          Si, comme la commande de Poséidon par l’Allemagne est annoncée pour répondre à leur besoin … 😉
          L’Eurodrone ne sera pas prêt avant plusieurs années, mais on sent bien que certains ne sont pas aussi enthousiaste que çà pour l’accueillir : A Balard, on dit « Trop gros, trop cher, trop tard ! »…
          Et puis les besoins, on peut s’en passer un certain temps, surtout quand un voisin propose son aide. Ainsi, la Royal Navy s’est bien passé d’avions de patrouille maritime lors du retrait des Nimrod. Et ce sont bien nos ATL2 qui allaient faire des ronds au dessus de Faslane…
          Aussi, je maintiens que l’Eurodrone reste aussi un moyen de pression de la France sur l’Allemagne.

  27. Risene dit :

    Maintenant on a plus qu’à prier pour ne pas se retrouver dans la même situation qu’avec l’euro-fighter. Une coopération internationale implique bien plus de problème de logistique et d’optimisation des systèmes. D’autant plus que la France n’a clairement pas les mêmes besoins que l’Allemagne notamment en matière naval et de projection de l’arme atomique.

  28. jp_perfect dit :

    « Petite » info sur le F-35 en Suisse, pour ceux qui utiliseraient le grand réseau bleu

    https://www.facebook.com/livretdeservice/photos/a.109757328046854/129147399441180

  29. Fabiano dit :

    Nos dirigeants ont fait de la France un pays sans avenir.

  30. Plusdepognon dit :

    Nul n’est plus aveugle que celui qui ne veut pas voir…
    https://www.latribune.fr/opinions/la-mort-confirmee-de-l-industrie-d-armement-francaise-891411.html

    • Félix GARCIA dit :

      Cette tribune est cinglante.
      Surtout la fin :
      « Tout se passe comme si la réalité n’avait plus aucune prise, et surtout comme si Mme Goulard, pourtant éphémère ministre de la défense, avait fait triompher sa doctrine définitivement lorsqu’elle annonçait prophétiquement le 8 juin 2017 : « Si nous voulons faire l’Europe de la défense, il va y avoir des restructurations à opérer, faire des choix de compatibilité et, à terme, des choix qui pourraient passer dans un premier temps pour aboutir à privilégier des consortiums dans lesquels les Français ne sont pas toujours leaders ».

      Tout était donc dit il y a quatre ans : les partisans acharnés de l’Europe de la Défense telle qu’elle se construit sous nos yeux, ne peuvent qu’adhérer ou se taire. Mais, et c’est l’intérêt de la période actuelle, tout n’est pas consommé : un sursaut est possible, et c’est à celui-ci que nos prochaines tribunes s’attacheront. »

      • tschok dit :

        Voilà, s’attacher à un sursaut, c’est comme poser son cul sur un ressort, donc ça va swinguer.

        C’est ça l’annonce.

        Bon, j’espère que ce ne sera pas un sursaut parkinsonien, vu que je ne m’attends pas vraiment à ce que les membres du groupe Vauban soient de la toute première jeunesse…

        • Félix GARCIA dit :

          C’est bien joli de faire de l’esprit, mais la réalité est celle-ci : avec la trajectoire actuelle, vous et vos enfants serez soit des apparatchiks, soit des esclaves, soit des pièces de rechange.

          Ce sera coton de faire de l’esprit à ce moment-là.

  31. patrico dit :

    L accord intergouvernemental sur le SCAF signé le 30 08 21 ! Pour une réalisation 2040 !
    Je me demande si tout ce beau monde regarde ce qu il va sortir des « hangars » d ici moins de 10 ans ! Un peu « partout » dans le Monde !

    • EchoDelta dit :

      C’est le propre des projets européens multi partenaires : cela prend toujours beaucoup plus de temps et cela coute au moins moitié plus cher ne serait ce qu’en coordination des toutes ces équipes multilingues. C’est assez classique. l’EF a coute plus cher individuellement a chacun des gros pays contributeur que le Rafale à la France toute seule. Pour un oiseau quand même globalement beaucoup moins performant.

  32. Thierry dit :

    En attendant l’envol de l’oiseau qu’on espère prodige, voilà un article qui nous explique que la Marine française aujourd’hui a besoin d’une dizaine de Rafales M supplémentaire pour fonctionner, ainsi que des hélicos :

    https://www.air-cosmos.com/article/pourquoi-la-marine-a-besoin-dau-moins-dune-dizaine-daronefs-en-plus-25260

    A l’heure ou quantité de pays possèdent déjà le F-35 qui en terme d’aviation embarqué est ce qui se fait de mieux au monde en ce moment, il faut rappeler que le système de combat aérien du futur en question dans cet article n’est pas prévu pour une version navalisé.

    Le choix du F-35 s’imposera mécaniquement à la France faute de remplaçant et racheter des Rafales en 2021 ce serait faire un bien mauvais investissement qui nous couterait bien plus cher au final. La France ne peut se contenter d’un avion à la conception trop âgé surtout pour son unique futur porte-avion. D’autant que les premiers rafales arrivent déjà en date limite d’utilisation au niveau de la limite de fatigue des cellules et qu’il va falloir très vite les remplacer, nonobstant les modernisations qu’ils ont subis.

    Fut une époque ou les chasseurs embarqués étaient d’une génération en dessous de ceux basés à terre car ils opéraient là ou ces chasseurs plus moderne ne pouvaient aller, ce qui était donc sans conséquence (on se souvient même des biplans trop lent torpillant le Bismarck !).

    Mais aujourd’hui tout a a changé, même un simple chasseur peut rester 14 ou 20 heures en vol et couvrir n’importe quel point de la planète, (ça coûte bien plus cher qu’une aviation embarqué mais c’est possible) les avions embarqués doivent être au niveau de tout avion parmi les plus moderne et perfectionné pour tenir leur rôle.

    • Math dit :

      Pfouuuu.
      Le F35B ne sert à rien et le C à pas grand chose.
      Notre GAN manque juste de punch et pas que d’un peu. Les Exocets ne passent pas les barrages anti-missiles autour des GAN et nous ne pouvons pas mettre assez de missiles en l’air pour saturer un Aegis. L’ajout de 10 F35 avec capacité d’emport limitée sur des PA à pont d’envol incliné, ben… faut quand même se frotter les yeux pour penser que ça gêne un contre torpilleur Chinois.
      Ce qu’il faut, avec ces 10 Rafales M, c’est une munition qui perfore les défenses anti missiles genre SM2.
      Et il faut peut-être 20 ou 30 avions pour nettoyer le ciel en face avec quelques salves de météores.
      Le PA CDG ne peut plus aujourd’hui accomplir ce pourquoi il a été conçu: couler un GAN ennemi.
      Et arrêtez de raconter n’importe quoi sur des F35. Ils ne peuvent même pas tirer de missiles performants (air air ou air mer) et ne le pourront pas par conception.
      Si vous désirez parler de l’intégration de météores sur F35 et de missiles anti navires hypersoniques sur F35, je suis tout ouïe. Et prêt à rire avec vous…

    • blondin dit :

      quel chasseur vole 14 ou 20 H ?? à moins que vous parliez avec des escales, auquel cas ils peuvent même voler 100H, ou 1000H… ou des drones ?

      • Gaulois78 dit :

        Voyons, voyons, sans escales pour faire le pare-brise…
        F35 A, B, C, D, E, F, G, ……X, Y, Z ?
        F16, 17,18,19,20 ?
        Eurofigther ?
        Grippen ?
        Chine ?
        Russie ?
        Corée du Nord ?
        Brésil ?
        Suisse ?
        Une nouvelle dinde US ?
        Non, je ne vois pas, je coince ?

      • tschok dit :

        Je me posais deux questions.

        je sais que le Super Etendard était limité au niveau de l’huile moteur: on pouvait le ravitailler en vol autant de fois qu’on voulait, mais à un moment le moteur n’avait plus de lubrifiant. Donc, ça limite. Qu’en est-il du Rafale? Même problème ou pas?

        Sinon, au bout de 20 heures de vol non stop, ponctuées de 5 ou 6 ravitaillements en vol minimum avec le stress que cela implique, dans quel état est un pilote? Apte à une mission complexe à l’autre bout du monde dans un environnement non coopératif?

        Un convoyage, je dis pas: entre deux ravitos, le mec branche le pilote auto, pique un roupillon après avoir avalé un repas de cosmonaute et sali ses couches comme un gros bébé. Mais une mission de combat, qui peut éventuellement se terminer par un appontage sur un porte-avions, de nuit?

        Je crois que les pilotes de Rafale M ont accompli des missions de combat très longues, de l’ordre d’une quinzaine (?) d’heures peut-être, avec retour sur le PA en fin de boucle et ravitaillement en vol multiples, mais ils étaient dans un environnement avec beaucoup de soutien et des bases de dégagement en cas de pépin et surtout pas de DCA vraiment inquiétante ni d’avion hostile dans le secteur, avec tir des armes à distance de sécurité. Et déjà ils étaient à la limite physiologique, je crois bien.

        Donc, 20 heures de vol continu, allègrement annoncées par Thierry comme si c’était une norme usuelle du combat aérien, aisément franchissable par le premier pilote venu, tout en gardant les aisselles parfumées et l’haleine fraiche, j’ai des doutes.

    • EchoDelta dit :

      La demande française est d’avoir un SCAF navalisé, ou alors faire cet avion et y mettre autant d’argent de notre part serait juste… Stupide. Il faut deux conditions sur le SCAF : Qu’ils soit navalisé au sens décollage sous catapultes et appontage avec brin d’arrêt, et qu’il puisse porter l’Arme nucléaire. Je pense que ces deux conditions ne sont pas négociables pour la France. Pareille d’ailleurs pour les effecteurs connectés… Les drones doivent dès le départ être prévus pour ces opérations.

      • Piet dit :

        Un NGF et pas un SCAF svp ! Mais pour une version navalisée, vous pouvez oublier ! Avez vous vu la taille de la maquette qui était au Bourget ? Elle est énooooorme. J’ai lu quelque part que les Français veulent le raccourcir mais que les Allemands ne veulent pas en entendre parler ! :-))) Il n’ont pas finis de s’engeuler ceux-là…

      • Thierry dit :

        Dassault a effectivement prévu de faire par lui même la version Scaf marine car les autres pays n’en veulent pas, ils ont déjà le F-35 dans ce rôle.

        Mais ATTENTION, il ne s’agit pas simplement de mettre une crosse d’appontage et un train renforcé comme sur le Rafale, cela touche la structure même de la cellule de l’appareil et les matériaux utilisé ‘(contre la corrosion).

        Lors des atterrissages, de lourdes charges sont imposées à la cellule lors de l’impact sur le poste de pilotage. Les chemins à travers lesquels ces chocs et ces charges d’impact sont absorbés devront être soigneusement aménagés.

        Sur le Rafale, il a été décidé de doter la cellule de base de la force nécessaire aux opérations de transporteur, éliminant ainsi le besoin d’améliorations structurelles lourdes qui limiteraient les performances.

        Il est improbable qu’il en soit fait autant sur le Scaf étant donné que seul la France veut une version marine, et donc les modifications seront colossales et d’un prix exorbitant , n’en doutez point !

        Il faudra payer la version naval du Scaf bien plus cher que pour le F-35 dont le prix a déjà été aligné sur le Rafale, car rentabilisé après en avoir vendu suffisamment.

        Sur le plan budgétaire le Scaf Marine apparaîtra comme une aberration franco-française et nous ne pourront en acheter qu’une petite poignée, insuffisant même pour un seul porte-avion. Sans même préjuger de savoir si ce sera un bon avion ou pas.

        • tschok dit :

          @Thierry,

          L’avion sera beaucoup en composite et on peut supposer que d’ici 20 piges on aura fait des progrès en matière de production de pièces complexes par imprimante 3D, et des progrès dans le domaine des matériaux.

          Donc, concevoir deux cellules différentes au niveau des renvois de forces à l’intérieur de la structure ne sera pas forcément si pénalisant que cela, si tant est qu’on soit réellement obligé de concevoir deux cellules différentes, car rien n’interdit de penser que le NGF standard sera un avion naturellement robuste et apte à l’appontage et au catapultage.

          Ces deux opérations seront d’ailleurs sans doute rendues un peu plus douces grâce à de nouvelles technos, qui sont déjà en service sur les PA américains de nouvelle génération: catapulte EM qui permet de mieux lisser l’effort imposé à la structure par la contrainte d’accélération lors du catapultage, et brins d’arrêt reliés à un système de frein électro-magnétique qui fait la même chose, mais au moment de la décélération lors de l’appontage.

          L’idée, c’est que la contrainte imposée à la structure de l’avion reste la même, puisque ça on y coupe pas, une accélération – ou une décélération – restant ce qu’elle est, c’est-à-dire une quantité d’énergie à absorber. Ce qui change, c’est la brutalité du phénomène: on lisse la contrainte, donc on répartit dans le temps l’effort subi par la structure de l’avion.

          Donc, on peut penser que la courbe de l’effort demandé à la structure de l’avion lors du catapultage et l’appontage ressemblera à celle d’un avion qui subit des G dans un virage. Et comme le NGF doit être hyper manoeuvrable, il en subira beaucoup, donc aura nativement une structure conçu pour les G en virage.

          J’en conclus que les deux structures (avion standard et version embarquée) devraient être proches, voire identiques, parce qu’en définitive il y a des chances pour que la densité de l’effort qui sera demandé à ces deux structures ait en pratique des courbes jumelles.

          Et puis vous avez la contrainte de masse, tout simplement. Le truc qui flingue les avions embarqués, c’est l’appontage, avec la composante verticale de la décélération, qui est évidemment liée à la masse vu que l’équation de base dans ces cas-là, c’est E = 1/2 mv². Donc, plus l’avion est léger, moins E est grand, donc moins la composante verticale de la décélération flingue l’avion.

          Mais si tout le monde est d’accord pour faire un avion relativement léger et pas un sumo obèse, ça règle pas mal de problèmes. Et je crois bien que tout le monde est d’accord pour ça et que le design sumo obèse a été éliminé.

          En plus, il faut bien comprendre que la composante verticale de la décélération est liée à la trajectoire de l’avion (son taux de descente, la pente quoi) au moment du toucher, qui elle-même est liée à la portance de l’avion à faible vitesse et grande incidence. Normalement, à faible vitesse et grande incidence, un avion décroche, et plouf.

          Mais si on parvient à concevoir un avion hypermanoeuvrable, donc un avion qui continue à voler et à être gouvernable à faible vitesse et grande incidence, on pourra lui faire adopter une trajectoire plus plate, tout en gardant une vitesse faible, donc faire diminuer la composante verticale au moment du toucher de roues, de sorte que le pilote ne se retrouve pas avec le sommet du puits du train d’atterrissage avant planté dans le fion, à travers le siège éjectable, ce qui doit être très déplaisant.

          Bon bref, vous voyez, tout problème a une solution: on n’est pas dans une impasse, mais dans un labyrinthe avec des ramifications et on a 20 piges devant nous pour trouver le morceau de fromage planqué au milieu. Et on a des souris de labo super entrainées.

          Nan, j’ai pas de soucis pour ça.

    • v_atekor dit :

      Thierry: toujours au top côté fumisterie, qui ne lit même pas les articles qu’il met en lien. Donc 10 aéronefs et 6 Rafales. Et revoilà l’Allemagne : vous avez pris des cours à Alger ? C’est RC derrière le pseudo ?
      .
      Donc non, un chasseur ne passe pas 20h en vol sans ravitaillement, ce qui est plus qu’un détail lorsqu’on doit opérer loin dans un environnement peu coopératif. Non, produire des Rafales qui resteront en service encore un bon moment coûtera moins cher qu’investir dans un autre appareil ou que doubler les chaînes logistiques et de maintenance…
      .
      Faites un efforts s’il vous plaît côté trolls, ou alors utilisez moins de mots : « le rafale c’est de la m***e » on aura compris votre opinion sans avoir à faire votre éducation.

      • Thierry dit :

        pourquoi donc utiliser tant de pseudo en faisant passer les français pour des débiles profond avec des avis dyslexique, on est sûr d’une chose, vous en participez pas à l’éducation ni même à la vérité qui vous est aussi étrangère qu’un migrant Afghan.

    • Alpha dit :

      @Thierry…. Ou : N’est pas spécialiste qui veut ! 🙂
      (Pauvre type quand même !… 🙁 )

    • albatros dit :

      Fail 35 : le pingoin, la dinde, le cercueil volant,…ce sont les surnoms donnés par les pilotes US
      Visiblement « l’aviation embarquée » eu un succès relatif chez ses utilisateurs.
      Attendons de lire ce qu en disent nos voisins suisses

  33. Tempo dit :

    Il paraît difficilement concevable que Dassault puisse rester à l’écart du marché des chasseurs moyens dans un avenir relativement proche, même si le Rafale a un potentiel d’évolution suffisant pour assurer la soudure jusqu’en 2040 et au-delà avec les standards F4 (2025 -2030+) et F5 (2030 – 2040+). Il n’empêche que sa cellule va finir par accuser le poids des ans
    Son PDG indiquait lors de l’annonce du Falcon 10x que le devenir commercial de Dassault était porté par ses 2 jambes, l’une civile, l’autre militaire.
    Le Rafale va être confronté à l’apparition des projets TFX turc, K-FX coréen et Checkmate de Rostec développé sur fonds propres, sans préjuger du scénario NGAD à venir et JF17 chinois et sa suite chacun voulant étendre sa zone d’influence de telle sorte à amortir les coûts de développement.
    Les F16, Mirage 2000 arrivent bientôt en fin de cycle et représentent un potentiel de quelques 5000 appareils hors avions russes
    Le NGF sera un appareil coûteux, réservé aux seuls pays qui en ont les moyens et qui sont peu nombreux limitant les perspectives d’export.
    Dans cette optique, je pense que le programme SCAF suivra son cours jusqu’au démonstrateur en vue de tester les briques technologiques disponibles à cette date (2027) et qu’il ira jusqu’à son terme parce qu’il est indispensable mais qu’entretemps une version chasseur léger / moyen sera développée par notre avionneur national pour préserver voire accroître ses parts de marché exposées à une concurrence féroce quitte à impliquer dans ce projet des pays clients Mirage et Rafale.
    Ne compter que sur le seul Rafale même modernisé et puis dans 20 ans sur le NGF est un pari risqué.
    La France quant à elle ne pourra s’offrir qu’un nombre limité de NGF pour la dissuasion nucléaire et la haute intensité qui devra être complété par un chasseur répondant à des besoins opérationnels plus spécifiques comme c’est le cas actuellement avec les 2000D.

    • Lothringer dit :

      « mais qu’entretemps une version chasseur léger / moyen sera développée par notre avionneur national pour préserver voire accroître ses parts de marché exposées à une concurrence féroce quitte à impliquer dans ce projet des pays clients Mirage et Rafale. »

      Je suis d’accord avec vous et je l’espère sincèrement. La prolifération des nouveaux pays-constructeurs va rendre la concurrence féroce, dans un marché où tout-le-monde n’a pas les moyens de se payer un « diamant sur bague en or ». Et un grand nombre de clients ont pour seul objectif de défendre leur espace, sans aller faire la guerre loin de leurs bases. Un multi-rôle léger mono-réacteur utilisant le même réacteur que le NGF (avec une MCO allégée) , capable de pouvoir embarquer de nombreux missiles, mais pas forcément une grosse quantité de bombes lourdes (çà c’est le rôle normalement dévolu à un bombardier) , devrait pouvoir toucher une cible commerciale assez élargie de pays à développement intermédiaire.

    • Alpha dit :

      @Tempo
      Depuis quelques temps, l’Adae réclame de « la masse »…
      Mais comme vous le dites, à terme, nos forces ne disposeront que d’un nombre limité de NGF (on parle de 180 appareils dans les couloirs de Balard…)…
      Il ne fait donc aucun doute que d’ici quelques temps Dassault proposera sa solution à la demande de nos forces… Cette solution devant être facilement exportable : Il y a tout de même une chaine à faire tourner ! 😉
      P.S. Tout cela dans l’optique où le SCAF/NGF arrive au bout… Sinon, resteront les divers plans « B » de Dassault…

      • tschok dit :

        @Alpha,

        C’est l’idée de trouver un successeur au Mirage 2000 en profitant des avancées technologiques portées par le SCAF, tout en restant low cost.

        Elle s’appuie sur le constat que l’armée n’a pas pu se passer du Mirage 2000 alors que le Rafale était censé le remplacer. On peut donc imaginer que l’armée éprouvera une sorte de manque lorsque le M2000 sera retiré du service et que ce manque se prolongera lorsque le NGF entrera en service.

        Elle suppose quand même de se procurer quelques milliards d’euros, mais on n’a pas encore capturé le cheval sous les sabots duquel ces milliards se trouvent, donc la seule ressource imaginable en attendant ce miracle ne peut provenir que de gains réalisés sur le programme SCAF par rapport aux prévisions.

        Donc, pour l’instant, l’idée est très virtuelle, même si, il est vrai, elle colle assez bien avec les perspectives du marché, sous l’infime réserve qu’on parvienne enfin à s’imposer contre le F35 qui, jusqu’à présent, rafle constamment la mise en dépit de ses nombreux défauts.

        Donc, il nous faut deux miracles:
        – Capturer le cheval,
        – Nous imposer face à la production US.

        Mais vous Alpha, vous avez en tête quelque chose d’autre: Dassault, tel le chevalier blanc, proposera sa solution à la demande de nos forces (tadââm). Une solution développée sur fonds propre, je suppose, achetable sur étagère ou quasi, et naturellement facilement exportable.

        En filigrane on voit bien le schéma: une partie des milliards d’euros qui nous manquent serait avancée par Dassault (celle pour développer l’avion) quant au reste, il serait payé par les exportations. Et youpi.

        Oui mais non, il faut toujours les deux miracles. Faut être raisonnable et se dire qu’il n’auront pas lieu, donc que l’armée française éprouvera un manque et puis apprendra avec le temps à se passer de ce dont elle manque en modifiant ces techniques de combat, avec des drones par exemple.

        Après tout c’est la modernité.

        Ou alors parier sur l’échec du SCAF et nous replier sur cette solution low cost comme seule alternative.

        Parce que sincèrement je ne vois pas comment on peut conduire à la fois le programme SCAF qui va nous coûter un bras et un autre programme de chasseur léger, piloté en solo, et qui va nous coûter un autre bras.

        Pour moi, il ne peut pas y avoir ces deux programmes simultanément: l’un est le prédateur de l’autre, ou l’un est le survivant de l’autre. Mais les deux ensemble, sauf les deux miracles précédemment cités, franchement, je vois pas.

        Mais il est possible que Dassault brule tout entier du désir de faire dépenser par l’Etat quelques milliards de plus, en marge d’un programme pharaonique qui lui permet déjà de s’en mettre plein les poches pour les 20 prochaines années, et on peut facilement l’imaginer, vu la rapacité de cette entreprise, demander à l’Etat de lui acheter un petit avion pas cher, pour l’assortir au futur NGF, comme jadis le Mirage 2000 le fut au Rafale.

        Peut-être… Mais franchement, ce serait irréaliste. Gaver deux fois la même entreprise, déjà hyper prospère, ce serait une forme de favoritisme économique qu’on aurait peine à expliquer vu les menaces qui pèsent concrètement sur la France à moyen terme.

        Et puis le reste de la BITD va faire la gueule. Ils voudront aussi leur part du gâteau. On n’en finira plus.

        • Alpha dit :

          @tschok
          « Mais vous Alpha, vous avez en tête quelque chose d’autre: Dassault, tel le chevalier blanc, proposera sa solution à la demande de nos forces (tadââm) ».
          Allons donc… Je crois que vous surestimez vos capacités à savoir ce que les gens ont dans la tête…
          Hummm… Trahi par votre suffisance surement ?
          Car pour donner de la masse à nos forces aériennes à l’horizon 2040, nul besoin de se lancer dans des études couteuses sur un nouvel appareil, un chasseur léger, qui au demeurant, je n’ai jamais évoqué… 🙂
          Tout sera là !
          Vous parlez d’étudier une nouvelle cellule ? Pour quoi faire ? Elle est déjà là !
          La masse que souhaite nos armées, je vous le dis, ce sera un Rafale F5 (2030) ou F6 (2040) , intégrant notamment les technologies issues du SCAF/NGF, et donc capable de piloter des Remotes Carrier…
          La voilà la masse que souhaite l’Adae, et cerise sur le gâteau, qui sera plus facilement exportable qu’un chasseur lourd tel que présenté par le NGF.
          Pour argumenter mes affirmations et vous aider à réfléchir dessus (Tadâââmm !) :
          http://www.opex360.com/2021/06/22/selon-le-general-parisot-le-rafale-f5-sera-dote-dun-nombre-impressionnant-de-capacites/
          http://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/11/17/le-rafale-jusqu-en-2070%C2%A0-868280.html
          Notez que tout cela nous pousse à l’horizon 2060 (!!!) date à laquelle l’aviation de combat telle que nous la connaissons aura certainement bien changé… Existera t’elle seulement encore ?…

    • Thierry dit :

      le fait même de penser que le rafale pourrait tenir jusqu’en 2040 est une utopie, à cette date il ne restera que ceux achetés récemment, tous les autres seront au rebus, une cellule de chasseur ça ne tiens jamais plus de 30 ans.

      Le gouvernement procède à de fallacieux calcul pour laisser les coûts de la patate chaude à son successeur et s’en lave les mains, ils savent très bien qu’en 2022 ils seront tous mis à la porte comme des malpropres, alors ils se contentent de profiter du bon temps tant que ça dure.

      • Alpha dit :

        Mais ce pauvre @Thierry est un festival de conneries à lui tout seul !
        A quand un spectacle au Cirque Médrano pour lui rendre hommage ??? 😉

        • Thierry dit :

          vous avez une preuve du contraire de ce que je viens de dire ??? mince alors, elle est furtive on ne la voit nul part…
          Encore une occasion raté de dire quelque chose d’intelligent, vous êtes le pilier de bar qui vient faire du tapage.

          • Alpha dit :

            @Thierry
            « vous avez une preuve du contraire de ce que je viens de dire ???  »
            Oui, j’ai la preuve que vous êtes un âne ! Cela apparait à chacun de vos coms ! Et tout le monde vous le dit. Donc, aucune furtivité… 🙂

          • Alpha dit :

            ( …)
            Allez mon Titi, Grand Seigneur que je suis, je m’abaisse à votre niveau :
            – « le fait même de penser que le rafale pourrait tenir jusqu’en 2040 est une utopie, à cette date il ne restera que ceux achetés récemment, tous les autres seront au rebus »
            Donc, selon votre pauvre raisonnement, en 2040, avant que le NGF n’entre en service, notre Adae disposera d’une cinquantaine d’appareils de combat ?… Moins ? 🙂
            – « une cellule de chasseur ça ne tiens jamais plus de 30 ans. »
            Ah, fichtre… « Jamais », donc…
            Mais alors :
            Jaguar, Inde, les derniers en vol actuellement ont plus de 40 ans de service !
            Et j’élude volontairement le MIG 21 dont la durée de vie dans ce pays ridiculiserait vos propos (certains ont 55 ans !!!)…
            Idem pour nos derniers Mirage IV, 40 ans de service…
            Les derniers Phantom II japonais RF-4 E et RF-4EJ avaient 45 ans !
            MIG 25 en Algérie ? 42 ans !
            Certains Mirage III/5 pakistanais ont 42 ans eux aussi…Et d’autres exemples sont disponibles !!!
            Je continue à vous ridiculiser ? Non ? Bon, alors cessez de faire de vos affirmations des vérités, vous n’avez pas les épaules ni les capacités.

          • Thierry dit :

            l’âne Alpha Bête….

            et donc même poussé à la limite de 40 ans combien reste-t’il pour tous les rafales fabriqué depuis les années 1980… allez un effort vous allez y arriver avec une carotte sous le nez…

          • Moogli dit :

            Les rafales fabriqués dans les années 80 étaient quelques prototypes. Aucun F1 ne date des années 80.

            Pour maintenir 1 chaîne d’assemblage rafale jusqu’à l’avion suivant, les rafales en dotation (surtout M) seront remplacés doucement.

            Pourquoi doucement ? Parce que si vous augmentez votre production drastiquement, vous n’aurez plus la continuité des compétences (production) entre le rafale et l’avion suivant, à partir d’un certain seuil.

  34. Olivier dit :

    Bonjour J espère que cela donnera naissance à un super avion, beau, technologie ect…

    • Sim dit :

      Oui, qui volera dans 40 ans et sera totalement dépassé par rapport à la concurrence qui réagit plus vite et ne perd pas 5 ans pour se mettre d’accord avec ses partenaires 😉 !

  35. Slik dit :

    Pour résumer les allemands veulent toujours mettre la main sur les tec technologie française, et les français gagnent du temps avant les présidentielles

    • Sidonie dit :

      Vous savez lire ? …surtout la conclusion ! c’est noir sur blanc !
      « L’organisation industrielle du programme a été déterminée de façon à assurer la cohérence et l’efficacité du projet, en rassemblant les compétences les plus poussées des industriels de chaque pays au sein d’un partenariat équilibré, large et approfondi », avait-il été souligné dans le communiqué publié pour annoncer cet accord. Et celui-ci d’insister : « Le schéma de coopération retenu offre une opportunité inédite de renforcer les atouts industriels des trois pays participants, tout en assurant la compétitivité du futur système ».

      • Frero dit :

        @Silk,
        En clair, le principe de partage est DEJA acquis ! Les Français ont cédé !

  36. HMX dit :

    Il faut être lucide : le SCAF arrivera trop tard (décennie 2040…) et certainement en trop petit nombre compte tenu du coût global du système (NGF + effecteurs déportés). A cet horizon, les flottes russes, américaines et chinoises seront déjà massivement équipées d’appareils au moins équivalents au SCAF, et auront très probablement déjà développé et fait voler la génération d’équipement suivante. Avec le planning actuel, il est donc fort possible que le SCAF soit déclassé avant même d’être mis en service, tant l’écart se creuse entre l’Europe et les principales puissances mondiales.
    Par ailleurs, comme cela a déjà été dit, le mécano politico-industriel qui se met laborieusement en place est suicidaire pour la BITD française, certains acteurs (Thalès notamment) étant exclus du SCAF pour satisfaire aux appétits allemands ou espagnols qui veulent « placer » leurs industriels, et Dassault, maître d’œuvre sur le papier, se contentant d’à peine 1/3 de la charge de travail. La BITD française est sacrifiée sur l’autel d’une hypothétique « Europe de la défense », sans rien obtenir en retour.

    A ce stade, on en vient à souhaiter l’échec, ou en tout cas la réorientation complète du programme sur des bases politiques et industrielles plus saines, et un calendrier prévoyant une mis en service en 2030 au plus tard. Les prochaines élections allemandes et l’arrivée très probable des verts au Bundestag, avec tout ce que cela implique de négatif sur la suite d’un programme déjà très chahuté, pourraient servir de prétexte à cette réorientation. A condition de le vouloir, et de disposer d’un plan B.

    Pour contrer le mauvais scénario qui se dessine à l’horizon, un premier signal consisterait à desserrer le nœud coulant que représente le SCAF pour l’aviation militaire et la BITD française. A l’heure actuelle, et pour la France uniquement (!) le programme SCAF a été voulu et conçu pour qu’il n’y ait aucune alternative, en mode « tout ou rien », ce qui nous pousse évidemment à accepter toutes les compromissions tant l’enjeu est indépassable. Nos partenaires semblent l’avoir bien compris…

    Le lancement d’un programme de chasseur léger monoréacteur, sur une base nationale élargie à certains acteurs européens et étrangers ciblés, serait une première réponse. Cet avion se présenterait en digne successeur des Mirage 2000. Modulable au niveau du choix des équipements et de l’armement, compatible et interopérable avec l’écosystème du SCAF pour les clients français et européens, notamment les futurs effecteurs déportés du SCAF, avec un coût d’acquisition et de possession étudié pour être compétitif (au besoin en réutilisant des briques technologiques du Rafale), cet appareil aurait largement vocation à être exporté. Il aurait bien sûr également vocation à être acquis par l’AAE, en venant compléter le SCAF « par le bas », ce qui sera d’autant plus nécessaire que le coût du SCAF risque fort de s’avérer très élevé pour les finances publiques françaises, avec donc une forte tentation à réduire à un niveau échantillonaire le nombre de systèmes effectivement commandés. Or, la question du nombre et de la masse redevient une priorité urgente, compte tenu du retour de la haute intensité.

    Un tel appareil viendrait répondre au besoin de nombreux pays, qui n’auront pas les moyens d’acquérir des NGAD, SCAF, SU-57 ou J-20. Il constituerait ainsi une réponse au nouveau chasseur « Checkmate » russe sur ce créneau. Le défi industriel serait largement à la portée de notre BITD, et bénéfique à notre balance commerciale si l’appareil gagne son pari à l’export . Surtout, ce pari permettrait à la France de répondre à un vrai besoin, et de rendre moins critique la question du succès ou de l’échec du SCAF…

    • tschok dit :

      @HMX,

      Comment se fait-il que vous ayez eu tous en même temps l’idée d’un successeur au Mirage 2000 dans le sillage du programme SCAF? Ou en complément du SCAF? Ou en marge? Ou en combinaison?

      Vous couchez tous ensemble oukoi?

      Ou vous avez tous déjeuné avec des commerciaux de chez Dassault?

      Ou alors vous êtes tous connectés mentalement, en mode fusion des données? Quand l’un a une idée, tous les autres l’ont aussi.

      Bon, l’idée n’est pas mauvaise, mais il nous faut deux miracles (je vous le refais):
      – Capturer le cheval sous les sabots duquel se trouvent les milliards d’euros qui nous manquent pour que ce rêve devienne réalité
      – S’imposer commercialement à l’export face aux produits US, ce qui n’est pas gagné vu les succès du F35, quoi qu’on en dise.

      Vous ramenez les deux miracles à la maison et on cause de votre idée (si originale…) de successeur au Mirage 2000.

      Et accessoirement, il faudra mettre au point les éléments de langage pour expliquer à l’opinion publique française pourquoi vous voulez déverser des milliards d’euros supplémentaires sur une entreprise multinationale hyper prospère, en position de monopole, qui pratique sans scrupule particulier une optimisation fiscale avaricieuse et qui est déjà bénéficiaire des mannes du programme SCAF pour les 20 ans qui viennent.

      Il ne devrait pas être trop difficile de les diffuser vu que Dassault possède déjà une grande partie des médias français.

      L’idée de base, je crois, c’est d’associer le truc à la grandeur de la France et à la défense de ses intérêts. Je peux vous conseiller un honnête contributeur de ce blog qui en sait long sur le sujet, un certain philbeau, si jamais vous manquez d’inspiration.

      Mais avant toute chose, les deux miracles.

  37. Gaulois78 dit :

    Je dis ça, mais sans plus, c’est mon côté complotiste qui reprend le dessus après arrêt de mon traitement…
    Olivier Dassault est bien mort accidentellement ? N’est-ce pas ?

    • Lothringer dit :

      Je me suis posé la question le soir même de l’événement.
      Dans l’hypothèse non-accidentelle, à qui profite le crime ? Je doute qu’un agent des services secrets français accepterait une telle besogne. Il reste les hypothèses (1) barbouzes à la solde d’intérêts privés (2) services secrets étrangers (3) ????
      La famille Dassault va-t-elle rester durablement unie ? Combien les salariés possèdent-ils de capital ? (Airbus, lui, possède 9,9% de Dassault-aviation)
      Maintenant, rien ne prouve non plus.

    • LucienB dit :

      La principale question que nous sommes gouvernés par des traîtres qui veulent délibérément détruire la souveraineté française.

  38. albatros dit :

    Le Bundestag a t il validé ce contrat ?

  39. Mat49 dit :

    Ce n’est qu’un accord gouvernemental alors que des discussions existent toujours entre industriels. Le parlement allemand a beaucoup plus de pouvoir que le notre et va pinailler chaque année.

  40. Alpha dit :

    Un article comprenant un tableau présentant la répartition des taches entre les industriels du programme SCAF/NGF.
    La France, et Dassault en particulier, ne sont pas à plaindre pour le moment.
    http://psk.blog.24heures.ch/
    Restera, plus tard, la délicate question de la propriété intellectuelle à traiter. Là il y aura du sport !…

  41. Gaulois78 dit :

    CA 2020 LM : 52 milliards de dollars
    CA Dassault 2020 : 5,5 milliards €

    Vous dîtes que le petit poulet est un rapace qui s’en met plein les poches, vous préférez que l’on se prive d’un futur Mirage 2.0 exportable et que l’on achète sur étagères chez Airbus, LM, Boeing…

    Un contrat de l’USAF représente 3 ans de CA Dassault…

  42. Loïc dit :

    Encore de l’argent balance par la fenêtre.
    Développons notre propre appareil.
    Et lançons une amélioration majeur du RAFALE.
    Les leçons du passé ne servent à rien.
    L’Eurofighter et surtout le F35 prouve qu’un programme avec trop d’intervenant et d’enjeux politiques condamne le programme…
    Arrêtons de vouloir tout mutualisé.
    Nos ingénieurs sont capables de le faire seul!

    • LucienB dit :

      La principale question que nous sommes gouvernés par des traîtres qui veulent délibérément détruire la souveraineté française.