Le niveau d’activité et d’entraînement des équipages de l’Aviation légère de l’armée de Terre s’améliore

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

62 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    Quand on divise le nombre d’heures requises pour un pilote par 2 (400 h initialement), c’est plus facilement atteignable…
    https://www.lalettrea.fr/entreprises_defense-et-aeronautique/2021/04/26/le-gros-trou-d-air-des-helicopteres-de-florence-parly,109660548-art

  2. Jul dit :

    On comprend les Australien avec leurs NH-90 toute à coup… ridicule le n’ombre d’heures des pilotes de notre aviation, après on vient me dire qu’il sont professionnel ! Les Américain eux c’est 50 heures de vole par mois ! Ils sont largement au dessus, clairement, il nous faut le même budget que les USA, c’est URGENT !

    • Kali dit :

      Vous avez de ces idées, vous…
      Vous voulez donc que l’Armée dispose d’un budget de 700 milliards, plus ou moins quelques dizaines en fonction du taux de change €/$.
      Avez-vous conscience que le budget total de l’Etat Français est de l’ordre de 280 milliards d’euros ?

      http://www.senat.fr/rap/l20-138-1/l20-138-115.html
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_de_d%C3%A9fense_des_%C3%89tats-Unis

      • Harambe dit :

        Si y a pas le budget pour le carburant et l’amortissement des hélicos à cause de l’usure prématurée dû à l’entrainement, les simulateurs de vol existent… Surtout vu les prix faramineux des hélicos de nos jours, vaut mieux dépenser un peu plus niveau électricité plutôt que perdre 2 hélicos dans une collision en vol dû à un manque d’entrainement.

        • Kali dit :

          Je ne réponds pas à la partie heures de vol, n’ayant aucune compétence pour juger si 200h / an est suffisant ou non. Ma réponse est sur l’importance du budget et son augmentation tels que présentés par @Jul…
          Vos solutions me paraissent bonnes, même si des vols réels me semblent nécessaire, car il manquera toujours probablement quelque chose « de réel » à un simulateur.

        • ChuckYeager dit :

          Bravo !
          Bien essayé !
          Belle approximation !
          Quand on ne connaît pas…
          Une heure de SIMU arrivé à coûter plus cher qu’une heure de vol réelle…avec moins de retombées en bout de ligne pour l’industrie française.
          Les problèmes sont complexes parfois.

          • Terrien dit :

            @ Chuck, votre remarque est intéressante pour un lecteur qui n’y connaît rien (moi et probablement d’autres).
            Merci de préciser comment une heure de simulateur peut coûter plus cher qu’une heure de vol réel ?

    • Czar dit :

      say parce ke euh y zont pa lé kour pour aprandr ah parlay.

      remarque continue comme ça, tu vas peut-être ressusciter un code Navajo qui sera indéchiffrable même pour de l’IA.

  3. Muse dit :

    Lointain est le temps des 400 heures annuelles que faisaient les PCB Instructeurs…
    Quand je lis « 180 DONT 40 de simu, je comprend 140.
    Quand on doit rester en carte et que l’on a beaucoup de qualifications c’est le minimum vital.
    Classique, Tactique, nuit, JVN, VI/VOI, reghelex, …

    • twouan dit :

      J imagine que les simus d aujourd hui son tout de meme bien plus efficace que ceux d autant.
      C est donc etonnant de ne pas avoir 140h reel et 140 simu (voir plus).

      • Muse dit :

        « J’imagine…. »
        Continuez d’imaginer ; pour sûr, ça va aider !

  4. norbert dit :

    Il faudrait avoir le ratio des pilotes qui sont vraiment opérationnels par rapport aux pilotes officiers supérieurs qui ne volent que pour assurer leur indemnité de service aérien et font donc baisser la moyenne. Dans l’armée de l’air même problème.

    • D. Bader dit :

      En même temps, OFF SUP plus dans la boucle opérationnelle ou OFF SCP à qui on a offert un indice de solde OFF pour un boulot 1000 fois mieux fait jadis par des SOC…

      • blavan dit :

        Quel est votre expertise pour prétendre que les sous officiers pilotes étaient mille fois moins opérationnels que les officiers d’aujourd’hui. Ce sont les mêmes techniciens , et le changement n’a été fait que pour une question de gestion , non de qualité.

      • Paul Bismuth dit :

        @ D.Bader
        Vous savez que les pilotes officiers sont souvent des spilotes sous-officiers passés officiers pour les fidéliser (en termes de soldes, c’est mieux).

      • Biskotto dit :

        Merci d’étaler ici votre incommensurable incompétence !
        Vous êtes le héro de ceux qui postent avec conviction des âneries d’une qualité incomparable.
        Même le dernier des crétins est un astre solaire vis à vis de vous.
        * et je laisse le côté insulte…

  5. Muse dit :

    Ahaha ! Il y a 30 ans, l’EHLR du 5 RHC faisait déjà des vols de nuits sur une élongation de 1.600 kilomètres… en 4 étapes de 2 heures. Tu parles d’un progrès… et tout ça dans les conditions de vol basse altitude de nuit (TBA) et en escadrille constituée. Bref !

  6. Lolo dit :

    Confier l’entretien d’hélicoptères à des militaires de l’armée de terre, c’est comme apprendre à un poisson à voler. A de rares exceptions, on va droit dans le mur tant le niveau de recrutement est abyssallement bas dans l’armée terre.

    • blavan dit :

      @LOLO. Vous avez dû être recalé pour sortir de telles âneries. Depuis la guerre d’Algérie les mécaniciens de l’ALAT ont assuré avec brio le soutien des hélicoptères , pour votre information, il y quelques années le fabricant de Marignane recrutait en masse les anciens mécaniciens de l’Alat sur les chaines, la livraison et le SAV.

    • erleg dit :

      Ca fait juste 76 ans que l’Alat a été créé : entretenir des hélicos, je pense que l’Armée de Terre sait faire, depuis le temps. Et largement aussi bien qu’à l’époque où elle était à 90 % constituée de conscrits. C’est quoi ces jugements à l’emporte-pièce ?

  7. Scipion dit :

    Comment s’explique ce problème de disponibilité?
    Y a t-il une raison particulière concernant les hélicoptères?
    Et-ce que quelqu’un pourrait me renseigner? J’avoue que dans ce domaine je suis vraiment un béotien.

    • Mavrick dit :

      C’est juste un problème lié a de la maintenance: manque de personnelle qualifié, manque de pièce de rechange et des visites indus trop longue

  8. Lassithi dit :

    de moins pire en banal, on va finir par trouver tout ça normal.

  9. Frede6 dit :

    Encore une belle performance avec nos HAP, !!!

    Le programme Tigre a failli capoté à cause de l’exigence par l’Alat de cette version…les Gazelles étant chargées de l’AC :-).
    Tout ça pour les transformer en HAD moins de 10 ans après…au cours d’un chantier de deux ans !!!
    Des visionnaires à l’époque à la Dga et l’Alat!

    Au moins on comprend que la dispo n’est souvent pas un problème de trop vieux, pas de pièces, pas de crédits MCO… c’est surtout le fait de choix très discutables.

  10. ji_louis dit :

    Tigres: « Sachant que chaque chantier immobilise un appareil pendant 90 semaines, … »
    90 SEMAINES ?
    Il faut presque 2 ans pour modifier un hélico ???
    Les pièces sont fabriquées individuellement au fur et à mesure (et non pas par lots à l’avance) ou bien …
    http://le-gout-des-autres.blogspirit.com/media/01/02/3580216351.jpg

  11. LEONARD dit :

    « Sachant que chaque chantier immobilise un appareil pendant 90 semaines, vous imaginez aisément l’impact sur le taux de disponibilité globale »
    Et à l’ALAT, à la DGA, y’a personne qui gueule ?
    Alors que le temps de construction d’un Dauphin, c’était 50 semaines et que Airbus se vante d’un temps de construction de 24 semaines pour le H160 ?
    Y a des coups de pieds « occultes » qui se perdent !

    • Félix GARCIA dit :

      HS : Mais j’ai pensé à vous en écoutant ceci (je ne sais pas si vous les connaissez déjà) ;
      The Hindley Street Country Club
      https://www.youtube.com/channel/UCPbEcJyVcETaWrubYOg4UTw
      Vous pouvez piocher dedans les yeux fermés !
      🙂

    • PK dit :

      Le vrai scandale est là, mais tout le monde s’en fout. On fabrique une chaîne qu’on ferme aussitôt le dernier engin produit et on est incapable de faire des mises-à-jour dans des temps décents (une immobilisation d’un matériel, dans les temps de disette de nombre, devrait pratiquement se compter en… jours).

      Mais bon, comme le reste, tout le monde s’en fout.

      Jusqu’au procès (de Riom !) après l’effondrement. Quand il faudra trouver des coupables. Et qu’on pendra sûrement que des clampins.

  12. Mat49 dit :

    « À noter également la remarque faite par cet officier au sujet du NH-90 TTH Caïman. C’est un appareil qui « nécessite beaucoup de maintenance planifiée mais [qui] souffre de très peu de pannes. Le Tigre, c’est exactement l’inverse », a-t-il dit. »

    Eh bien voilà la CAIMAN et le Tigre ont des souscis tous les deux. ce n’est pas une question de coopération ou pas que de la mettre en avant. Ils ont des soucis techniques, point.

    Entre le sdeux le NH90 est acceptable pour peu qu’on ne soit pas en guerre afin de caler les plages de maintenance. Le Tigre lui est un gros problème. Un etrait du service devrait être envisagé.

    • tschok dit :

      Ben voyons.

      Bon, on peut l’envisager si vous y tenez, mais quand on verra combien ça coûte, on ne l’envisagera plus, je vous assure.

      On sera calmé.

  13. Thierry dit :

    c’est s’la vouiiii……
    n’oubliez pas que le taux de disponibilité réel des appareils est désormais classifié secret défense, donc ils peuvent bien inventer des améliorations qui n’existent pas, les chiffres ne risquent pas de les démentir puisqu’ils resteront cachés.

    Nous sommes sur ce sujet dans la propagande et pas dans la réalité.

    La vérité c’est qu’ils ne dépenseront pas un centime de plus pour améliorer la disponibilité des avions et hélicos.

  14. lgbtqi+ dit :

    Les anciens pilotes de l’ALAT sont très appréciés dans les SAMU … Fiables, rigoureux, professionnels, modestes, calmes. Des mecs extra !

  15. Paul Bismuth dit :

    Au niveau de la maintenance, l’augmentation des chiffres de la disponibilité des aéronefs est obtenue par la baisse des heures d’entraînement des pilotes, quelque soit l’armée observée…

    Il manque des hélicoptères tout simplement.
    https://www.air-cosmos.com/article/deux-h160-supplmentaires-pour-la-marine-nationale-24868

    Airbus Helicopters peut se frotter les dividendes…
    https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/airbus-helicopters-mise-son-avenir-militaire-sur-une-mega-commande-francaise-1323565

  16. HMX dit :

    je suis sidéré par certains chiffres avancés cet officier…

    90 semaines pour « rétrofitter » un Tigre, soit quasiment 2 ans ? sérieusement ?? Airbus se moque du monde (pour rester poli)… on imagine qu’il y a là une « petite » marge de progrès dans les négociations avec l’industriel. A l’heure où on parle de lancer le développement de la version mk3, et alors que l’image du Tigre et sa fiabilité ont été sérieusement écornés par l’affaire australienne, Airbus n’a plus le choix et doit mettre le paquet pour assurer au Tigre une fiabilité au dessus de tout soupçon. Plus de 180 Tigre ont été construits et mis en service depuis le début des années 1990, l’appareil a été intensivement utilisé en Afghanistan et au Sahel : Airbus doit donc avoir une vision assez précise de ce qui doit être fiabilisé et amélioré…

    2ème scandale : on se félicite « d’approcher » l’objectif qui consiste à voler 180h/an (dont 40h sur simulateur…). On notera que ça ne représente qu’à peine 11h de vol « réel » par mois et par pilote, ce qui est très, très faible pour ne pas dire ridicule. A l’heure où on parle de s’entraîner au retour de la « haute intensité », doubler ou tripler cet objectif de temps de vol annuel n’aurait rien d’aberrant. Evidemment, on rétorquera que vu la disponibilité des matériels, ce n’est pas possible, sauf éventuellement sur simulateur, ce qui serait déjà mieux que rien. Les problèmes sont évidemment liés. D’où l’urgence à sortir de cette situation invraisemblable et très pénalisante pour la préparation de nos forces.

  17. Max dit :

    90 semaines pour un Tigre HAP [appui et protection] en cours de rétrofit au standard HAD [appui et destruction] block 2 ». 20 mois mama Mia !
    Plus long que sa construction initiale ?
    Quid du MK3…

  18. tschok dit :

    Intéressante, la remarque finale:

    « À noter également la remarque faite par cet officier au sujet du NH-90 TTH Caïman. C’est un appareil qui « nécessite beaucoup de maintenance planifiée mais [qui] souffre de très peu de pannes. Le Tigre, c’est exactement l’inverse », a-t-il dit. »

  19. Honneur dit :

    Mr Lagneau, vous n’avez pas un moyen de limiter le nombre de pseudo en fonction de l’adresse IP ? J’imagine que c’est assez complexe pour ceux qui utilisent un VPN. Mais, voir des pseudos qui fleurissent à tour bras (souvent les mêmes personnes probablement) dont l’objectif est clairement de nuire aux échanges et rendre inaudible les commentaires qui valent le coup, ça devient lassant et rends le champ commentaires de plus en plus inutile à mon goût. Ce n’est pas un phénomène nouveau, c’est clair … mais cela devient de plus en plus fréquent sur votre blog… Sans doute la rançon du succès 😉 Bref, le nombre de personnes que je côtoie qui lisent vos articles et qui me disent « ce blog est une mine d’informations pertinentes mais je ne lis jamais les commentaires car le peu de fois où j’ai essayé cela ne ressemblait à rien… ».
    Bonne continuation.
    Me concernant, ce sera mon dernier post sur votre blog que je continuerais à lire de façon journalière par contre.
    Encore merci pour votre travail.

    • Habituė d' opex360 dit :

      @ Honneur, d’accord avec votre analyse. MAIS moins d’accord avec la solution proposée parce que la limitation des pseudonymes par adresse IP n’éliminera pas les trolls professionnels : ceux-ci disposent de plusieurs adresses IP.
      .
      Je ne connais pas de bonne solution pour éliminer les intervenants à pseudonymes variables.
      Mais est-ce vraiment nécessaire de les éliminer ? Certains sont intéressants sous plusieurs pseudonymes.
      Le lecteur peut rapidement faire le tri lui-même.

  20. Ravel dit :

    La verticalisation ou responsabiliser l’industriel… lire entre les lignes, comment trouver une solution pour offrir des fonds par le biais de contrats étatiques inutiles qui représentent le sacrifice ou la privatisation de notre capacité de MCO. TIGRE oui légère amélioration de la DTO pourquoi grâce au global support Tigre qui a récupéré presque tout le stock de PR, les premiers mois étaient « impressionnants » des pièces rapidement disponibles mais après quelques temps le jeu des contrats, l’industriel a 20j pour fournir en préventif alors inutile de lui (Airbus hélicoptère) parler d’urgence car ils rappellent les règles du contrat.
    Le projet d’externaliser une escadrille qui a la meilleure DTO de l’ALAT en échange de 120 millions d’€ pour 5ans et 7 EC 665… avec cette enveloppe combien d’heures de vol, de tirs ou d’entraînement pourraient être réalisés? Un gouvernement et une ministre qui sacrifie notre ALAT. Une honte!

    • Blurb dit :

      Le contrat d’entretien « verticalisé  » ne comporte donc pas de clauses d’assistance technique applicables en cas d’immobilisation imprévue et réparation urgente (conditions d’approvisionnement « Helo On Ground ») ?
      Par ailleurs, si votre commande est faite en « préventif » c’est donc non-urgent (plus proche du mlode « Routine ») et l’approche d’AH se comprend … vous attendez, ou vous payez (beaucoup) plus cher.
      Au-delà de cela, AH et ses partenaires industriels ne seront jamais une oeuvre de bienfaisance pour client impécunieux, n’en déplaise à notre Mindef. Leur but : la marge et le bénéfice…

  21. Olivier dit :

    Bonjour , c est inadmissible d avoir ce taux de disponibilité pour nos hélicoptères que font nos politiques ! !! Pourtant ils sont bien contents de les avoir.
    Bien cordialement

  22. Nexterience dit :

    Certes 90 semaines , c’est très long.
    Mais un retrofit est plus complexe de faire du neuf: nettoyages, réparations imprévues, évaluations diverses, repeintures, pose de nouveaux équipements sur supports légèrement déformés… Le tout en dépendance totale avec un réseau de sous-traitants qui a son propre délai bloquant à chaque imprévu.
    Mais le délai est certainement aussi dû à une absence de coûts d’immobilisation, ce qui incite l’industriel à disperser sa ressource plutôt de d’aller vite pour plus cher.
    C’est un peu comme les travaux des routes: si les moyens sont là, ça peut aller très vite.

    • Bof dit :

      A ce niveau c’est qd mm ahurissant … mm si je suppose que le calcul compâratif a été fait à l’EM ALAT entre le coût du retrofit et le coût de construction d’appareils HAD/Mk3 neufs.
      Donc il vaut mieux éviter de gloser sur la « haute intensité » et autre raid de l’équivalent d’une escadrille d’helicos…