L’armée de l’Air & de l’Espace va créer la filière « PRIME » pour ses pilotes instructeurs

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

29 contributions

  1. Illusion dit :

    J avoue être déçu par votre article , croyez vous vraiment à ce que vous écrivez ? Ce qui est aujourd’hui appelez prime n est ni plus ni moins ce que l on appelait abovo précédemment. Et cette filière n a eu que de mauvais résultats , démotivation mauvais emploi de la ressource sans parler de pilote sacrifié. Si le contexte de manque d instructeurs aussi bien en école de début puis en escadron peut fait comprendre une telle mesure il faute arrêter de faire prendre des vessies pour des lanternes ! Quand aux fadaises des premiers et seconds cercles cela n a jamais été qu un beau discours jamais mis en œuvre .

    • Du Bon Sens dit :

      Bonjour,
      Pour info, Laurent Lagneau, rédacteur de l’article, n’est pas l’initiateur de la nouvelle organisation de la formation et du maintien des compétences des personnels navigants de l’AAE; il ne fait que reprendre les infos données par l’AAE…A ce titre il ne peut être critiquable, au contraire, il nous informe.; c’est bien là sa mission.
      Cdt

    • Dante dit :

      Illusion au lieu d’être impulsif lisez l’article : « Ou plutôt « recréer » car il existait déjà une filière « Ab Ovo » qui reposait sur le même principe. »
      On est au courant que ça existait déjà, et c’est bien ce qui est écrit. M. Lagneau ne fait que rapporter les déclarations officielles.

      • baron dit :

        sauf qu’à l’époque les ABOVO ne volaient plus du tout sur avion d’arme durant leur monitorat qui durait environ deux ans après une courte formation à l’EFM (école de formation des moniteurs) de Cognac. Donc la nouvelle formule présente certains avantages.

  2. 64du31 dit :

    Bah c’est sur qu’avec 200 h de vol on est au top !!!
    Ah l’armée du vent et du vide….

    • PK dit :

      C’est quand même un évènement : après un demi-siècle de pointus, l’armée de l’air revient au piston. Manque plus que les gonfleurs d’hélice et l’illusion sera totale !

      • François-01 dit :

        Pas au piston, au turborpop, c’est quand même pas la même chose !!

        • Prof de physique dit :

          J’admets qu’il sagit probablement d’un romantisme excessif, mais tant qu’à utiliser des avions à hélices, oui, autant revenir aux pistons avec des Dewoitines 551 tels que celui refait par une association toulousaine.
          https://www.a3dm-magazine.fr/news/aeronautique/reconstruction-fabrication-additive-dewoitine-551
          Comme ses plans de production sont reconstituées et actualisés avec l’outil moderne Catia, il devrait être facile d’en fabriquer en série par des entreprises françaises.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Dewoitine_D.551
          Oui, je sais qu’un 12Y à un moindre rendement thermodynamique et mécanique qu’un turbo-propulseur étasunien moderne, mais la musique n’est pas la même, et le plaisir du militaire, qui a son importance, non plus.
          Je rêve donc de voir nos apprentis chasseurs passer quelques centaines d’heures sur ce « mustang français », avant d’en passer quelques autres sur un nouvel alphajet biréacteur, donc prémisse adapté au rafale.
          Des Dewoitines 551 armés de canons et mitrailleuses actuelles, avec des éléments de détections utilisant la technologie des radars actifs dans les bords d’attaque des ailes et de l’empennage sans trop en modifier la géométrie externe pourraient assurer une partie de notre police du ciel, entre les hélicoptères et les Mirages 2000 ou autres Rafales. Une patrouille de Dewoitines 551 sur chaque base aérienne pourrait être utile à cela.
          Mais je sais, ce ne sont que rêveries.
          Plussérieusement. Nous avons des ingénieurs, des pilotes, parmis les meilleurs du monde.
          J’observe au sein de l »2ducation Nationale, de l’avis général des enseignants, que je partage, combien les récentes réformes « pédagogiques » du collège et du lycée sont des échecs massifs, manifestes, à peine masqués par les soucis du Covid-19. Cet échec est tel que l’on en vient parfois à penser à un sabotage de l’avenir de notre pays.
          Ces réformes nous ont été communiquée par des textes abscons, indigestes, peu clairs, qui indiquent que ceux qui les ont conçus et rédigés sont de mauvais pédagogues puisqu’ils ne savaient même pas enseigner correctement à des enseignants !
          je ne peux que craindre une telle catastrophe pour la formation de nos pilotes.

        • PK dit :

          Dans les faits, ça revient au même.

          L’AAe a besoin de jets de type Alpajet à la fois pour former ses pilotes et entraîner ses équipages déjà formés.

          Ce qui compte pour un pilote est son expérience : elle s’acquiert en volant. Et en volant encore. Un PN en France, c’est au mieux 180 h (pour les chanceux) de vol sur Rafale/Mirage. À 15 k€ de l’heure de vol, non seulement ça coûte un bras, mais ça freine des 4 fers pour atteindre le seuil (dont on rappelle qu’il est un seuil limite en-dessous duquel on estime qu’un pilote devient inapte).

          Voler une centaine d’heures sur gros pointus très cher et dans le même temps voler 200 h sur un pointu moins coûteux, à l’avionique moderne (un Alphajet rénové) serait la meilleure façon de garder le potentiel de tous les navigants, leur faire gagner en expérience deux fois plus vite et ne pas forcément dépenser beaucoup plus d’argent.

          L’AAe (via les politiques, je n’en doute pas) a juste choisi la pire des solutions : un appareil bâtard qui ne peut servir qu’éventuellement à des novices au moment de leur formation.

          Comme d’habitude en France : quand on approche du mur, au lieu de donner un coup de volant pour changer de trajectoire, on accélère !

          • Pb75 dit :

            Je rappelle qu’on parle d’un turboprop (donc pas mal en vitesse de croisière et en altitude) qui se mange de jolis facteurs de charge. Avec un glass cockpit qui habitue à une interface homme-machine moderne.

            Je ne sais pas quelles qualités supplémentaires il faut à cette machine.

            * Je ne parle même pas des quelques anciens (que j’ai néanmoins connus) qui avaient été écolés sur CM-170. Outre le simple fait qu’il a trop prélévé son lot de mort parmi les élèves qui passaient par la DV à Salon

          • PK dit :

            @Pb75,

            Effectivement, les facteurs de charges sont intéressants. Mais pour une vitesse de pointe de combien ? Un AlphaJet modernisé ferait beaucoup mieux sur tous les plans, sauf peut-être sur le plan de la MCO (et encore…). Mais que cherche-t-on ? À faire des économies ou former (forger ?) des pilotes de guerre ?

            Je reste persuadé que le binôme Rafale+AlphaJet++ pourrait être une réponse à la fois :

            – au nombre d’heures de vol insuffisant du PN
            – à un compromis financier acceptable

      • Dub dit :

        Ce système est déjà annoncé comme un échec. Bon moyen de décourager ceux qui y sont, de plomber la filière OSC au niveau recrutement, de multiplier les formations au sein des PN. Mais c’est tellement corporatiste qu’on nous expliquera qu’il n’y avait pas le choix. L’AAE a besoin de pilotes ? Alors on remonte les salaires et on ferme la filière ingénieur aéronautique qui coûte deux ans à l’état. Que des OSC et seuls les meilleurs accèdent à la carrière, modèle anglo-saxon

    • Guerrier des boutons dit :

      « L’armée du vent et du vide » !
      Bien sûr c’est excessif et injuste, mais la formule est bien trouvée.

  3. Plusdepognon dit :

    À la fin, il ne va rester que des sociétés privées, les « entrepreneurs en souveraineté »…
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/05/05/formation-aux-techniques-de-pilotage-de-base-22114.html

    Sous les bons conseils intéressés des futurs employeurs de nos décideurs :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/05/18/conseil-22148.html

    Ça a commencé par un combat à la périphérie, par la réforme des soutiens :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/05/11/aia-bordeaux-22132.html

    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/11/24/le-sea-veut-externaliser-le-mco-des-systemes-petroliers-des-21648.html

    https://blablachars.blogspot.com/2020/06/operation-verite-par-arquus.html

    Puis cela touche le fameux « coeur de métier » :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/05/11/des-locations-d-avions-avec-equipage-pour-faire-sauter-les-p-22131.html

    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/06/21/le-centre-de-formation-a-l-appui-aerien-qui-forme-les-jtac-v-21260.html

    Le monde du renseignement :
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-monde-des-espions-saison-2-les-nouveaux-corsaires/les-auxiliaires-prives-du-renseignement-francais-avec-bernard-barbier-0

    Et même le travail d’état-major…
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/07/06/prestations-d-assistance-a-l-entrainement-collaboratif-des-f-21298.html

    Cela semble sans fin…
    https://www.franceculture.fr/emissions/conversations-secretes-le-monde-des-espions

  4. Muse dit :

    « Ainsi, le « premier cercle » devait réunir les équipages appelés à assurer toutes les missions opérationnelles de l’aAE. Quant aux autres, versés dans le « second cercle », ils devaient avoir une activité réduite à 50 heures de vol par an sur avion de combat, compensée par des vols sur PC-21 en tant qu’instructeurs et des séances de simulateurs. De quoi leur permettre de maintenir leurs compétences afin de pouvoir rejoindre le « premier cercle » en cas de nécessité. »
    J’ai déjà entendu ça et pas qu’une seule fois… Et les mêmes de vous parler de sécurité des vols, blablabla et tra et ridera !

  5. Félix GARCIA dit :

    ôO

    Toujours à propos de « navions » :
    air plus news@airplusnews
    Le régime biélorusse a détourné le vol Ryanair FR4978 Athènes-Vilnius, le forçant à se poser à Minsk sous le prétexte d’une fausse alerte à la bombe, avec l’engagement d’un Mig-29.
    À bord se trouvait l’activiste & journaliste Raman Pratasevich, il a été arrêté à son arrivée.
    https://twitter.com/airplusnews/status/1396447396704526342

    Jean-Yves Le Drian@JY_LeDrian
    Le détournement par les autorités biélorusses d’un vol de @Ryanair
    est inacceptable. Une réponse ferme et unie des Européens est indispensable. Tous les passagers de ce vol, dont les opposants biélorusses éventuels, doivent être autorisés sans délai à quitter la #Biélorussie.
    https://twitter.com/JY_LeDrian/status/1396490889158184965

    Tendu …

    Пранк с руководством фонда NED/Prank with the NED leadership
    https://www.youtube.com/watch?v=kZuspuhZqqc

  6. Raphael dit :

    50h de vol par an et un peu de DCS World le weekend, c’est sûr on va gagner en confiance et sécurité !

  7. lym dit :

    Avec cette « logique de romancier », qui succède à celle des bienfaits de l’avion léger électrique pour la formation de base, on pourrait aller loin: L’éducation nationale devrait mettre des bacheliers en prof de collège voir lycée…

  8. Gégétto dit :

    Dans un article précédent, certains ont vanté la facilité avec laquelle on pouvait piloter un Rafale.
    Même un pilote américain préférait et de loin piloter the Rafale….
    Nous en avons la confirmation!
    Bon, en même temps, vu le nombre de Rafale opérationnels qui volent en même temps!
    Faut bien que nos pilotes conservent les rudiments du vol.

  9. Tof dit :

    Donc on prend les moins bons sortis d’école pour être instructeurs, excellent.
    Ça c’est de la gestion de compétence. Si on résume, on veut une armée forte, compétente… qu’on forme avec les moins bons.
    Et combien d’heures de vol, il faudra à un pilote du 2 eme cercle pour pouvoir avoir un certain niveau quand il sera intégré au 1 er cercle et donc être apte à assumer toutes les missions qui lui incombe ?
    Ne changeons rien. C’est ça optimiser ?
    Heureusement que l’AAe n’est pas une société civile.

  10. LucienB dit :

    En fait, il y a eu une médiocrisation et une perte de capacités pour former des pilotes en AA. Le PC-21 est excellent pour l’entraînement de phase 2, mais ne convient pas pour les phases 3 et 4. AA doit chercher un successeur à l’Alpha Jet, mais qui possède également un moteur à réaction.

    • MajorTom dit :

      Bonjour, je suis pilote de chasse, j’ai volé sur alphajet et PC-21 et je ne suis pas du tout d’accord avec vous. Je pense que le PC-21 est un excellent avion pour former des pilotes militaires y compris pour la phase 4. Pour la phase 2 1600cv c’est même un peu riche. Evidemment pour la phase 4 on n’aurait pas craché sur un alphajet avec un cockpit de PC-21 mais la fiabilité n’a rien à voir et quand on voit les économies à l’heure de vol cet argent sera bien utile ailleurs – ce n’est pas parce qu’on est militaires qu’on ne comprend pas les problèmes de budget. Pour la PAF par contre ce serait moche mais ils ont le temps de voir.

  11. charly10 dit :

    ça sent l’externalisation à plein nez .Bref, sous peu la formation initiale SUR REACTEUR sera, gérée sur un parc privé .Et derrière ces externalisation, d’anciens généraux et off supérieurs qui trouvent là, une seconde carrière lucrative. À l’identique de ce qui se fait aux US chez ATAC, ARES par exemple (voir le lien) cherche sa place. Bon ça fera une porte de sortie pour les anciens chasseurs OSC.

    https://www.ouest-france.fr/politique/defense/ares-le-nouvel-acteur-aeronautique-prive-francais-se-mesure-a-l-aviation-militaire-30615658-a285-11eb-865f-8333e4f65ebb

  12. tecnop40 dit :

    Bonjour,
    A mon époque (années 80) les monits Abovo étaient choisis après le brevet (chasse ou transport) dans le milieu du tableau (les premiers classés et les derniers partaient en spécialisation).
    La formation à l’EFM durait 6 mois. Bien que pénible cette formation était efficace…
    Les jeunes moniteurs étaient ensuite répartis entre Salon et Cognac en école de début. Aucun Abovo ne partait à Tours.
    Le moniteur restait au minimum 2 ans en école de début avant de repartir sur le cursus Chasse ou transport avec un repère en 7 (sous chef moniteur).
    L’école de chasse était dotée de moniteurs issus des escadrons opérationnels et de quelques rares vieux moniteurs issus des écoles de début.
    Et tout cela fonctionnait très bien.