Succès du premier tir d’un missile de croisière naval par le sous-marin nucléaire d’attaque Suffren

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

178 contributions

  1. Parabellum dit :

    Bravo et enfin une arme missile .il faut se doter d une panoplie arsenal de missiles et drones et tant à terre que sur mer et faire savoir qu on sait et veut s en servir…on aurait pu cramer le méchoui au Mali avec une arme longue portée…épargnons nos vies et tapons les méchants…

  2. Chris dit :

    Ok
    Mais combien il
    Emporte ? On sait que la classe Yassen tourne autour de 32 Kalibr, les Sea Wolf autour de 44 Tomahawk quid des Barracudda ?

    • Twisted dit :

      Possibilité d’emport de 24 armes, mais apparemment y’aurait la place d’en emporter plus sans modifier la structure…

    • 에르메스 dit :

      C’est 24 armes un suffren (F21/Exocet/MDCN/mines).
      .
      Un Suffren c’est 5000t, un Yasen / SeaWolf c’est 8500-9000t, la différence de masse explique la différence d’emport en armes, le volume étant directement lié.

  3. Royal Marine dit :

    Excellente nouvelle!
    Notre nouvelle classe de SNA va bousculer la hiérarchie des flottes dans le Monde, c’est sûr!
    Je pense que pour certains, la surprise sera de taille…

    • Alain d dit :

      @Royal Marine
      Mais oui, ils sont super ces nouveaux SNA, manque juste des anti-aériens pour augmenter encore la surprise, et 3 ou 4 SNA supplémentaires.

  4. pmm dit :

    Quelqu’un peut il me dire ce qui limite l’autonomie a 70 jours compte tenu qu’il n’y a pas de limite de la distance franchissable ?

    • Alex43 dit :

      C’est simplement la résistance de l’équipage et la taille du congélateur pour le ravitaillement

      • Stoltenberg dit :

        Bon, tout le monde parle du ravitaillement et de la résistance de l’équipage mais il ne faut pas non plus oublier les indications de la centrale inertielle qui doivent être corrigées tous les N jours.

        • v_atekor dit :

          ça l’oblige à faire surface, pendant quelques minutes, pas à aller au port. Et encore il y a probablement moyen de déployer une antenne flottante…

    • Ifig dit :

      La nourriture des marins ?

    • Tournicoti dit :

      L’embarquement de vivres, et bien sur l’endurance de l’équipage

    • Twisted dit :

      La bouffe

    • Antechristo dit :

      Le seul facteur limitant d’un SNA ou d’un SNLE, c’est sa composante faite de chair et d’os. À confirmer par un sous-marinier, mais il me semble qu’autour des 80 jours de mission à la mer, on s’approche de l’endurance max d’un équipage.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      L’emport de vivre et la santé physique et mentale des sous-mariniers sont les facteurs limitants pour les SNA et SSBN du monde entier

    • Aymard de ledonner dit :

      Le ravitaillement pour l’équipage. En cas de besoin la mission pourrait donc durer plus longtemps en jouant la dessus.

    • Peps72 dit :

      La nourriture et le moral des marins (je parie que 10 à 15 personnes vont répondre comme moi)…

    • Fralipolipi dit :

      La gamelle de l’équipage 😉

    • obelix47 dit :

      la nourriture embarquée 🙂

    • Aldarain dit :

      Les vivres tout simplement, l’équipage ne se nourrit pas d’uranium…

    • Philippe dit :

      le ravitaillement des hommes entre autres…

    • Jean-Marie H. dit :

      Je crois savoir (depuis les premiers SNLE) que l’autonomie est limitée par l’endurance (ou la patience) de l’équipage et aussi la quantité de vivres embarquée.

    • Alain d dit :

      L’absence de filets de pêche, et terrains de culture, l’entretien des bijoux, sous-marins et des sous-mariniers ?
      Plus de 2 mois sans voir un rayon de soleil dans un espace restreint, ça doit user, mieux vaut certainement faire tourner les équipes !
      Comme en équipes cycliste, pour aller loin et vite, il faut relayer fréquemment. Les long relais sont réservé aux kamikazes qui finiront HS, pour un besoin ponctuel de l’équipe, qui terminera diminuée.
      Et puis nous sommes en paix, ce jour.

      • Euclide dit :

        @ Alain d
        Sauf erreur de ma part, il est prévu pour les sous mariniers un séjour ski de 2 semaines en montagne chaque année.
        Est-ce suffisant ?

    • Yoyolegigolo dit :

      Les vivres accessoirement et le repos physiologique, faut quand même qu’ils voient la lumière du jour mes sous mariniers , ce sont pas des zombies

    • Penarver dit :

      Les vivres par exemple.

    • Tchac dit :

      À tout hasard la nourriture peut être ?

    • ji_louis dit :

      Le volume des frigos.

    • 에르메스 dit :

      Tout simplement les réserves alimentaire.
      .
      C’est 70 jours en plongés, en soi ils peuvent être ravitailler à la mer.

    • Konkleon dit :

      Les repas

    • Ph52 dit :

      Le programme militaire de 70 jours induit le volume des chambres froides pour stocker les vivres.

    • Royal Marine dit :

      La capacité en vivres… La résistance des équipages. Les moments réservés aux I.E. (Indisponibilité Entretien). Les alternances d’équipages entre Rouge et Bleu…

    • didixtrax dit :

      Les bouteilles le rhum

    • Estelassar dit :

      La bouffe ?

    • didixtrax dit :

      la libido

    • Durandal dit :

      Je confirme pour l’avoir vécue qu’un embarquement de 40 jours de patrouille pour le détroit d’Ormuz nous avions besoin de transférer des tonnes de bouffe des conteneurs, aux frigos, et la tout l’équipage participe à la chaîne. car le volume de bouffe est impressionant. et sur un bateau tu as 4 repas par jours. le cassecroute à 11h. j’en profite pour ballancer, mea culpa, les torpilleurs avaient bien planqués les 6 boites de conserves (géantes) de compote de pommes dans un des TLT…
      40 jours sur l’eau c’est long, alors 70 sous l’eau j’imagine même pas…

    • vrai-chasseur dit :

      C’est le facteur humain qui limite.
      Quelques éléments fournis par le magazine Cols Bleus ici
      http://www.colsbleus.fr/articles/3904

    • Piliph dit :

      @pmm :
      Les optimistes vous répondront que la durée va s’allonger depuis que les équipages sont mixtes.
      Les réalistes vous répondront que la durée va raccourcir depuis que les équipages sont mixtes.

  5. Adrien-BZH dit :

    Il ne devait pas diposer aussi de missiles anti-aériens Mica?? Missiles dont le lancement s’effectue de la même manière que les exocet SM39… Cependant il n’en est pas fait mention dans l’article : projet abandonné (encore) ou j’ai simplement rêvé?

    • Aymard de Ledonner dit :

      C’est une proposition Naval Group qui n’a pas été (encore?) acceptée à ma connaissance. A voir si cela viendra par la suite

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Le développement de ce genre d’armes n’a jamais été notifié. Il n’est donc pas prévu a court ou moyen termes.

    • Durandal dit :

      Le problème de tirer un mica c’est que ton sous-marin révèle sa position exact et si l’avion que tu descend a des copains ton sous-marin coule l’instant d’après. sans compter que si le mica est à porté ton sous-marin est déjà dans une situation critique. Les sous-mariniers ne seront pas d’accord avec moi mais de nos jours et face a une marine moderne, un sous-marin qui tir c’est un sous marin coulé, sauf si il tir sur une cible isolé, vraiment isolé…

      • albatros24 dit :

        D’où l’intérêt d’utiliser des missiles tirés à partir d’un container torpille…le missile sort de l’eau bien plus loin et le soum peut être plus bas que la profondeur périscopique. Mais on ne tire qu ‘en cas de besoin impératif (contre un hélico avec torpille par exemple)

        • Cricetus dit :

          Le problème c’est d’obtenir une solution de tir. Le sous marin doit monter a la surface un radar, ou a la rigueur un périscope… et avant d’avoir repéré l’hélico le radar de ce dernier repérera le mat et engagera le sous marin.
          Les russes ont essayé sur des kilos et ils ont laissés tomber. Opérationnellement ça n’a pas de sens, sauf dans des circonstances exceptionnelles (cf au cinéma)…
          L’idée pour le sous marin est plutôt de se faire le plus discret possible et de s’éloigner prudemment sans se faire détectere.

    • Fralipolipi dit :

      @Adrien-BZH
      Je me posais la même question.
      La Mica embarqué en sous-marin est toujours proposé pour les prospects export (selon les derniers papiers d’Euronaval), mais rien n’est dit au sujet d’une éventuelle mise en oeuvre du Mica(NG ou pas) depuis le SNA Barracuda.
      Pourtant, cette combinaison Suffren+Mica a bien été évoquée par la presse étrangère il y a qques années, notamment russe, qui semblait y voir une forte menace potentielle … et donc un bel intérêt !

    • 에르메스 dit :

      L’intérêt des MICA’s en sous marin est tout simplement très relatif.
      .
      L’espace en arme, en particulier sur le Suffren qui fait office de sous marin de poche dans le monde des SNA’s moderne, peut difficilement justifier de la présence de MICA en place d’un Exocet/MdCN.

      • Cricetus dit :

        Le Mica? Une arme anti-aérienne? Il faudrait équiper le sous marins d’un radar anti aérien, et pour l’utiliser il faudrait augmenter drastiquement les risques de détection, détruisant le principal avantage du sous marin par rapport à un navire de surface. Les russes avaient essayé, sans vraiment donner de suite.

    • Michel dit :

      Je crois avoir une revue spécialisé qui parle de cet équipement qui est couplé aux radars qu’il l’équipe mais pour l’instant on n’en parle pas, ne pas oublier que moins les autres pays en savent mieux cela vaut…… Ce sous marin est bourré de nouvelles capacités et le fait de faire « tomber » un avion de chasse sous marine et à ma connaissance pas d’équivalent même sur les soum US ou Russe.

  6. lacondemine dit :

    Bonjour,
    Un grand bravo à la DGA et à nos industries … Notre marine se renforce et se positionne permis les 3/4 marines de la planète tant sur le plan de la technologie que de la capacité de nos chantiers navals à conceptualiser ce qui se fait de mieux … Encore bravo à Naval Group … Enfin de bonnes nouvelles… car il est vrai que en ce moment notre pays traverse
    une période pas très reluisante … Je profite, pour rendre un hommage à notre professeur lâchement assassiner par une barbarie sans nom … Vous souhaite à tous une excellente
    journée…
    William Alexander .

  7. 341CGH dit :

    J’ai peut-être mal lu ou mal cherché, mais je ne vois nulle part qu’il s’agit d’un tir en plongée.
    On sait que c’est possible parce qu’un mdcn a déjà été tiré depuis une plate-forme immergée, mais pour le Suffren ce n’est pas précisé.
    Problème de comm’ ou problème technique ?

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Le tir se fait forcément en plongée pour les MdCN et les SM-39 car ils sont équipés d’une capsule a changement de milieu.
      Pour ce qui est de la comm’ généralement ca vient après. La campagne de qualification du système d’arme vient de se terminer, laissez donc un peu de temps.

    • 에르메스 dit :

      Le MdCN du suffren étant tiré depuis les tubes lance torpille, la probabilité que ce ne soit pas fait en plongé est pour le moins invraisemblable.
      Je ne suis même pas sûr que ce soit réalisable un tir MdCN en surface.
      .
      Donc avant de crier au scandale, restons « cool ».

    • Michel dit :

      Tir en plongée cela est évident sinon il aurai pas trainer en surface au large des Landes de plus il est lancé depuis les tubes lance torpille donc pour valider le tir il doit etre effectué dans les conditions réel d’utilisation.
      En fouillant sur internet c’est mentionné je ne sais plus ou, mais le reste des infos est classé SD bien évidement

    • 341CGH dit :

      @ Jupiter @ …, @ Michel
      Merci de ces précisions. J’ignorais que ce MdCN est tiré par les tubes lance-torpille
      J’imaginais des silos comme sur les SNLE et les frégates.
      .
      Je n’ai pas crié au scandale et en me relisant je ne vois pas ce qui peut donner cette impression.
      J’ai plutôt envie de crier « bravo » et même « cocorico ».
      .

  8. Bob dit :

    Bah où est la vidéo de l’essai réussi? Pas capable de montrer des vidéos les nullos?
    Si effectivement le tir est réussi, c’est une bonne nouvelle nouvelle mais ce missile est-il suffisant pour esquiver le S-400 je ne pense pas mise à part poutrer des pouilleux à dromadaire ou en pick up hans. Heureusement qu’il y a la torpille lourde mais ce sont des croiseurs que la Royale a besoin.
    Les français attendent surtout de savoir comment est géré la baisse de SNA? et la perle?

    • Courmaceul dit :

      J’aime quand vous cachez votre joie.

    • Twisted dit :

      Le MdCN est basé sur le SCALP, qui avec le Rafale a évité les S400 Russes lors de l’opération Hamilton, donc oui il est capable d’éviter l’interception (furtivité+vol en rase-mottes)

      • Art 13 du TAN dit :

        Est-il capable de résister au brouillage des GPS/Galileo? Cela pourrait éviter des désagréments comme des « NO GO ».

        • Cricetus dit :

          Oui, il dispose d’une plate forme a inertie avec un guidage terminal optique. Donc a priori une précision maximum même sans GPS.
          Il existe aucun élément pour penser que le No Go de Hamilton était lié à un brouillage GPS.

          • Art 13 du TAN dit :

            Merci pour votre réponse, Cricetus. Effectivement ces missiles disposent de centrales inertielles, centrales qui sont recalées par signal GPS pendant le trajet du missile. Compte tenue des faibles informations à notre disposition. Je pense qu’il y a une possibilité que le/les non départ soit lié à une « perturbation » du signal GPS.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Mais bien sur une vidéo…Les états disposant de moyens d’observation sur la zone ont pu constater que le test était une réussite. Le déroulement précis du tir est bien évidement classifié.
      Le MdcN volant à très basse altitude à quelques mètres du sol, ça risque d’être compliqué de l’intercepter avec un missile ballistique comme le S400…..

    • Fralipolipi dit :

      @Bob
      Vous avez pourtant eu votre réponse lors de l’opération Hamilton de bombardement de la Syrie, il n’y a pas bien longtemps !
      Les Russes (et leurs S400 basés en Syrie) ont dit eux-mêmes qu’ils n’ont vu venir aucun missile français !!!
      .
      Alors, soit notre bonne douzaine de Scalp et MDCN tirés sont effectivement « discrets à souhait » comme cela a toujours été prévu dans leurs cahiers des charges,
      soit le Mindef et le CEM sont des gros mythos, nous racontent des histoires, et seulement des maquettes vides ont été tirées de nos frégates et Rafale, juste pour faire 3 photos pour la Presse …
      … Faites votre choix 🙂
      .
      … mais avant de répondre trop vite, n’oubliez pas que l’opération Hamilton voyait les forces françaises désignées comme coordinatrices de l’opération, impliquant également les tirs Tomahawk-Storm Shadow des USA et UK.
      Donc si c’est un truc de mythos, alors USA et UK le seraient aussi 😉

      • Art 13 du TAN dit :

        Je me pose encore des questions sur les « scalp invisibles », c’est étrange.

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Heureusement qu’il y a la torpille lourde mais ce sont des croiseurs que la Royale a besoin. » La torpille, il est vrai est très efficace pour toucher un objectif se situant dans les terres! Croiseur lourd!! Et pourquoi pas relancer la construction de cuirassés! Il doit bien trainer quelque part des plans du Jean Bart ou du Richelieu! On pourrait s’en inspirer.

    • 에르메스 dit :

      Le S400 n’est pas prévu pour intercepter les missiles de croisière et cela a été déjà démontré vue que les tomahawks, scalp et mdcn lui sont passé sous le nez sans être détecté donc… Encore un propagandiste du miraculeux système qui crée une bulle de 400Km tout droit sortie de l’imagination…

      • Art 13 du TAN dit :

        Il me semble que le S-400 russes ne protégeaient que les bases et personnels russes. Les syriens s’occupant de se défendre avec leurs systèmes et des infos transmises par leur allier.

    • Michel dit :

      En cherchant on trouve des infos sur le net pas besoin de vidéeo ….pas comme les Chinois ou les Turcs qui en étale un max…..
      Ils auront des images quand ces derniers leurs tomberont sur la tete du pays qui nous cherchera des poux dans la tete……

    • Cricetus dit :

      C’est un missile furtif volant à basse altitude, donc difficile a engager. La portée et la vitesse de S-400 n’est en rien un avantage contre ce type de menace. C’est plutôt aux missile sol air a courte portée de s’en charger… et on a vu les performances des systèmes russes en Syrie contre les missiles israéliens ou turcs: pas terrible…

    • Royal Marine dit :

      Alors, toujours furieux, Bob, dès que l France marque un point? Quelle hargne, en tout cas!
      Est-ce qu’en Syrie les Russes ont vu les destructions causées par les MDCN? Oui.
      Ont-ils vu les MDCN ou les Rafales? Non
      Les Syriens ont-ils vu et détruit certains Tomahawks? Oui
      Ont-ils détectés les Foufounes 2000 britanniques? Oui
      Qu’en conclure? Pour moi, je pense qu’il faudrait renommer le système Rafale + MDCN, et l’appeler « Mistigri »! Bon maintenant c’est sûr, si les S 400 n’ont pas vu les F 35, c’est juste parce qu’ils n’avaient pas pu décoller… Manque de pot! Mais du coup, leur furtivité est sans pareil…

    • Pravda dit :

      La vidéo on l’envoie directement à l’ambassade de Chine? Ce missile est un dérivé du Scalp, qui passe déjà sans trop de soucis les D.A équipées de S300, et est prévu justement pour contrer ce genre de menaces (S400), en attendant son remplacement dans la décennie par une nouvelle génération encore plus efficiente.

    • Cricetus dit :

      La marine française n’a pas besoin de prouver que ses sous marins peuvent lancer des missiles en immersion. C’est maitrisé depuis 30 ans (Exocet). Par contre les militaires russes et chinois n’ont toujours pas prouvés qu’il savaient toucher une cible en mouvement avec un missile ballistique ou hypersonique.

    • albatros24 dit :

      Ne vous fiez pas trop à la propagande des néo soviétiques de Poutine

  9. PeterR dit :

    Le MdCN a-t-il la possibilité d’embarquer (aujourd’hui ou un jour) une charge nucléaire tactique ?

    Je n’ai rien trouvé sur le sujet.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Non et ce n’est pas prévu.
      La doctrine nucléaire Française ne l’autorise pas.

      • Qui ça dit :

        Cette même doctrine française d’emploi d’armes nucléaires avait bien autorisé jadis des armes comme les missiles Hadès et Pluton, des armes nucléaires tactiques qualifiées ultérieurement pré-stratégique. (OK c’était pendant le contexte de guerre froide).

    • Aymard de Ledonner dit :

      Ce n’est pas la politique française de mélanger conventionel et nucléaire pour le moment.
      De cette façon si un avion décole avec un ASMP-A, l’adversaire sait que c’est du nucléaire et l’effet disuasif est maximum.
      Si un MdCN est lancé c’est forcément conventionel ce qui évite que l’adversaire ne s’imagine une frappe nucléaire ce qui risquerai de déclencher une escalade

    • Géo dit :

      @ PeterR on peut le supposer car les cinq têtes nucléaires du M51 ne sont pas plus grosses que le MdCN.

    • ji_louis dit :

      Il n’existe pas de charge nucléaire tactique dans l’arsenal français.

      • 에르메스 dit :

        La charge nucléaire tactique en soi n’existe pas vraiment puisque peu importe la puissance de la charge, l’emploi du nucléaire est aujourd’hui considéré comme une attaque nucléaire.
        .
        Néanmoins, ce qu’on qualifiait de tactique est doucement appelé « préstratégique » en France, ce qui correspond à l’emploi de l’ASMPA, qui est destiné aux cibles militaires avec une portée réduite, considéré comme « l’ultime avertissement », de 300kt…
        Et avec les dimensions de l’ASMPA (Plus petit qu’un MdCN), autant dire qu’il est tout à fait envisageable de voir sa TNA sur un MdCN (ou similaire).
        .
        C’est donc la doctrine qui veut ça, et non la disponibilité ou possibilité.

        • Cricetus dit :

          Une charge nucléaire tactique est quand même plutôt de l’ordre de quelque kilotonnes que de quelque centaines de kilotonnes.

    • 에르메스 dit :

      Il n’a pas vocation à l’être.
      .
      Cela changerait dramatiquement le message du vecteur, donc même si cela est possible, cela ne sera sans doute pas communiqué avant l’aube d’un conflit.

    • Michel dit :

      C’est évident si c’est pas maintenant cela le sera…. il est déja sur la version « air » emportée par le Rafale, et le Rafale M, ne pas oublier qu’il y a qq bombes à bord de CdG…..au cas ou…..
      Shut il faut toujours laisser le potentiel pays agresseur dans l’incertitude…… Ne pas en faire étalage sur les reseaux sociaux c’est toujours mieux…..

    • Royal Marine dit :

      Sûrement! Mais croyez vous que la France puisse jouer avec des charges nucléaires sur le champs de bataille, ou des frappes en premier?
      Non. Ca ne fait pas partie de notre doctrine de dissuasion. Nous c’est tout ou rien, avec éventuellement « une frappe d’ultime avertissement » tactique, pour prévenir l’ennemi: « Attention! Vous allez trop loin! ».
      Nous ne sommes pas les Etats-Unis.

      • PeterR dit :

        Merci à tous pour vos réponses.

        >> avec éventuellement « une frappe d’ultime avertissement » tactique
        C’est un peu à ça que je pensais.

    • Cricetus dit :

      Les armes nucléaires tactiques ne font pas partie de la doctrine nucléaire française.

  10. Raymond75 dit :

    Les sous-marins nucléaires, SNLE et SNA, sont les machines les plus complexes produites par l’humanité, malheureusement à des fins militaires. Mais elles illustrent le savoir faire des industriels français, pays plus modeste que les USA ou la Chine, sans volonté de domination des autres nations.

    C’est ce savoir faire que des crétins diplômés de Scienes Popo, de l’ENA, de HEC et autres Sup-de-cons, qui n’ont qu’une très faible culture scientifique et technique, et aucune culture industrielle, sont en train de brader méthodiquement depuis plus de vingt ans … Nos fameuses ‘générations futures’, quand elles se déconnecteront de leurs réseaux poubelles, nous le reprocheront …

    • NRJ dit :

      @Raymond75
      « Les sous-marins nucléaires, SNLE et SNA, sont les machines les plus complexes produites par l’humanité, malheureusement à des fins militaires. ». Pas d’accord. La machine la plus complexe que fasse l’humanité c’est sans doute ITER. 20 milliards d’euross, un enjeu tant scientifique qu’industriel et écologique. Bref, on aura du mal à dépasser ce programme avant quelques années.

      • Vivo dit :

        Ah oui, d’accord avec vous.

        Reproduire le soleil, a petite échelle bien sur, c’est fou quand même.

      • Wagdoox dit :

        L’objet a toujours pas été construit et n’est toujours pas fonctionnel et encore moins industrialisé donc non.

    • philbeau dit :

      Vous m’enlevez les mots de la bouche 🙂 …

    • Ah ça! dit :

      Les polytechniciens ne sont pas en rade pour couler nos industries….

      D,ailleurs les ingénieurs pur jus sont aussi mauvais à la tête de structures que les énarques et vos sciences popotes.
      Par contre ils sont excellents voir géniaux à gérer les directions techniques. La France se porterait beaucoup mieux si ces gens connaissaient leurs limites de gestionnaires.

      • PeterR dit :

        Vaste débat.
        Il y a beaucoup de sociétés où il existe clairement* 2 filières :
        – la filière « experts » pour les ingés « pur jus » qui ne souhaitent pas faire de gestion ou de management
        – la filière conduite de projet / management
        En général pour un jeune embauché il de passe quelques années avant que la personne s’oriente clairement vers l’une ou l’autre de ces filières.
        Maintenant les meilleurs gestionnaires, chefs de projets, managers que j’ai connu sont passés par un début de filière technique / ingé. Les gestionnaires « pur jus » sortis directement d’une grande école et n’ayant jamais mis les mains dans le cambouis ne m’ont jamais franchement ébloui.

        * : clairement. Enfin pas toujours. Il y en a encore qui n’ont pas bien compris le principe et qui en tant que « managers » s’auto bombardent « expert » et en prenne le titre. Ce sont les pires managers et pires experts que je connaisse. En plus d’être des billes en management ils imposent des choix techniques aberrants et n’écoutent rien.
        Chacun son taff et les vaches seront bien gardées. Ce qui est clair et qu’il faut un juste équilibre entre les différentes fonctions et qu’une n’essaie pas de bouffer les autres.

        J’ai connu quelques polytechniciens et autres personnes issues d’écoles de groupe 1 qui se sont orientés vers la technique pure. Je me garderais bien d’en dire du mal. Ils sont juste impressionnants. Le pb est que l’industrie française à tendance à beaucoup mieux considérer un gestionnaire ou un financier qu’un technique.
        C’est un grand malheur pour le pays.

      • Twisted dit :

        Et malheureusement le « mouvement managerial » prend de l’ampleur dans les écoles d’ingénieur, de même qu’en sciences politiques. Et en même temps les sciencepistes et étudiants en écoles de commerces tendent à se diriger de plus en plus vers des doubles diplômes avec des écoles d’ingénieurs. Tout le monde marche sur les plates bandes de tout le monde et à la fi plus personne ne sait rien faire.

    • vrai_chasseur dit :

      @raymond75
      Comme toujours, li faut se garder de généraliser jusqu’à la caricature.
      Je connais personnellement l’homme clé (c’est un ‘Sup de Con’ comme vous dites, et de surcroît il est breton et fier de l’être) qui à l’époque avec son équipe a méthodiquement extrait les ex-arsenaux DCN de la vase dans laquelle ils étaient englués, valorisé et sanctuarisé leurs savoir-faire avec opiniâtreté, pour permettre la mise sur pied du Naval Group d’aujourd’hui : un groupe industriel français reconnu comme une des références mondiales en moins de 20 ans.
      Même les USA admettent à demi mot que le Suffren est ‘probablement le meilleur sous-marin au monde’, y compris comparé à leur classe Virginia cf par exemple
      http://observer.com/2019/09/barracuda-class-suffren-submarine-worlds-best/
      Et c’est vrai qu’un soum est un concentré de complexité : il faut imaginer un SNLE comme étant à la fois le centre spatial de lancement de Kourou et une centrale nucléaire, tout ça naviguant en silence total et sans aucune indisponibilité sous des pressions énormes par plus de 300 mètres sous l’eau….

      • Géo dit :

        À 300 mètres de profondeur la différence de pression entre l’extérieur de la coque et l’intérieur est de 30 atmosphères : il faut que la coque soit particulièrement solide.

    • Art 13 du TAN dit :

      Non, ils ne sont pas « crétins » ils appliquent simplement l’Européanisation de notre nation. Ils appliquent les directives de toutes les organisations supra-nationales: UE, Conseil de l’Europe, OFCE, etc. Ils appliquent une supra-politique qui n’est plus décidé par les citoyens, mais par les technocrates. Il n’y a plus de voie montantes, mais que la voie descendante.

  11. EchoDelta dit :

    J’adore quand un plan se déroule sans accroc… Surtout dans ce domaine. Cela démontre une grande maitrise du sujet par Naval Group.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      N’oubliez pas les acteurs étatiques et le missilier MBDA dans vos louanges

      • EchoDelta dit :

        Vous avez parfaitement raison MBDA doit être associé au succès au même titre que THALES et tous les sous traitants.

    • NRJ dit :

      @EchoDelta
      Après il faudra voir ce qui se passe en conditions de guerre. Le MdCN était sensé pouvoir fonctionner normalement depuis des frégates, et finalement on a eu un fiasco pendant l’opération Hamilton.

      • Alpha dit :

        Fiasco ? Pas d’accord… Fiasco = échec complet.
        De plus, il semble que les FREMM n’ont pu tirer leurs missiles en raison de la proximité -gênante- de navires russes. Il n’y a donc pas eu de problème technique ou de défaillance du matériel.
        http://www.opex360.com/2018/05/04/operation-hamilton-deux-fregates-francaises-auraient-ete-genees-navires-russes-moment-de-lancer-leurs-missiles/

        • NRJ dit :

          @Alpha, @philbeau, @EchoDelta
          Cette hypothèse sur les bâtiments russes ne tient pas la route. Les systèmes de lancement ne sont pas en réseau avec l’extérieur et ils ont leurs propres missions à faire.
          Mais ce qu’on sait est que les missiles ne sont pas partis au moment où ils auraient du. Sur les 2 premières frégates, des missiles auraient dû partir. Finalement c’est celle en réserve qui a tiré après l’échec des premières.
          https://www.google.com/amp/s/mobile.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/frappes-occidentales-en-syrie/syrie-enquete-sur-les-rates-des-missiles-francais_2803359.amp

          • Wagdoox dit :

            Et alors, la présence des navires russes peut gêner le tire pour d’autres raisons que la guerre electro. D’ailleurs le mdcn peut très bien fonctionner dans une admosphere electro très chargé et même en total autonomie. Les lanceurs sont eux évidement en réseaux pour définir une coordonnée de cible avec le gps au moins.
            Les frégates fr ont pu aussi renoncer à tirer pour ne pas donner des informations aux capteurs russes dans le coin.
            La réalité c’est qu’on en sait rien mais le gouv a dit que c’était réglé depuis.

          • NRJ dit :

            @wagdoox
            Si c’est « réglé », comme vous dites, c’est qu’il y avait un problème. Si le problème est l’intervention russe (de guerre électronique), il ne peut pas avoir été réglé vu que les russes sont toujours là et qu’on ne leur a pas détruit leurs bateaux. Donc le problème est technique.

      • philbeau dit :

        A définir les raisons du fiasco , présenté comme tel . La présence avérée de bâtiments russes sur zone , et le silence des autorités sur ce qui s’est passé laisse toutes les hypothèses ouvertes . Une chose est sûre , la frégate Languedoc est revenue à Toulon avec sa plage avant noircie , témoignage de tirs effectués . Les annonces des milieux français , avant la décision politique , le positionnement connu de nos bâtiments , n’ont pas dû aider…Je dirais plutôt fiasco politique , eu égard au résultat . Mais une belle démonstration du savoir-faire des Rafales des FAS . Qui eux n’ont pas été détectés .

      • EchoDelta dit :

        Je ne dirais pas un fiasco car finalement on ne sait pas vraiment ce qui s’est réellement passé. Donc je serais plus nuancé et dirais que peut être un fiasco ou peut être que nous n’avions pas intérêt à tirer : informations de dernière minutes ou autre.

  12. E-Faystos dit :

    1000! Mille kilomètres de portée pour ce missile furtif et manoeuvrant. En plus d’être souverain et de nous donner une opportunité de frappe à distance de sécurité.
    À ce stade, envisager un SNLE avec un armement exclusivement composé de 4 MDCN par silos (64! ) Pourrait fait sens contre des théâtres où le nucléaire n’est pas une option.
    Voire même poser une ogive d’ASMP dans le MDCN pour brouiller les cartes : plus de portée, et dégâts assuérés à l’arrivée !
    On est choupi tout plein, on mange du fromage et nos baguettes envoient du pain, mais arrétez de nous faire ch.er.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      La doctrine de la France concernant le nucléaire est très claire: riposte massive et ultime avertissement.
      Il n’y aura pas d’attaque surprise nucléaire car cela ne correspond pas à la doctrine d’emploi de l’arme nucléaire en France.

      • E-Faystos dit :

        Je vous lis et comprends fort et clair.
        Mais de nos jours, je pense (hélas!) Que les bombes d’antan sont surfaites. Si il faut faire la guerre par procuration, une e volée de missiles assez violente et précise, même avec des têtes conventionnelles pourrait servir de dissuasion… Sans en interdire l’usage pour autant.

      • breguet dit :

        SNLE = dissuasion…Point à la ligne. Sont trop précieux pour les risquer à autre chose…

  13. spipe dit :

    il a combien de tubes pour ses missiles?

    • 에르메스 dit :

      Aucun VLS si c’était la question.
      C’est 4 tubes lance torpille pour 24 armes (F21/Exocet/MdCN), avec potentiellement +4 en préchargé en tube, que je sache.

      • Wagdoox dit :

        Non c’est 20 en rack plus 4 prechargés.
        En ayant 50 exemplaires de mdcn sous marin, 8 en stock par sna en mer.

  14. Maxx dit :

    Superbe capacité… mais le nombre très limité de missile disponible dans le sous marin va quand même limiter le réel impact !
    On est je pense plus dans le psychologique…

    • Aymard de Ledonner dit :

      C’est suffisant pour entamer les capacités adverses de déni d’accès. Mais c’est vrai que le stock en soute est faible

    • Durandal dit :

      Pas faux, en plus il est lent ce missile, tu dois pouvoir le descendre avec un bête manpad.

      • Royal Marine dit :

        Lent… Mais discret, volant très très bas, donc ne se dévoilant qu’avec un court préavis… Vous mettez çà pour une frappe en ville… Et je pense que vous aurez beaucoup de mal à le verrouiller…
        La vitesse n’est pas tout! Et pour un radar Doppler, plus le mobile va vite, plus il est visible et verrouillable…

      • Gribeauval dit :

        Avec une altitude de croisière de 30m et une vitesse de plus de 1000km/H, il faut être TREEEEEES rapide pour le serait-ce que le mettre dans le viseur de ton manpad…

        • Durandal dit :

          C’est en fonction de ton positionnement.
          Si tu tir quand il est passé il va être bien plus simple a viser et ton missile est plus rapide.
          Le plus compliquer c’est de savoir qu’il arrive et d’être sur son lieu de passage, a 30 mètres d’altitude avec la courbure de la terre tu vas clairement le repérer tard.
          Disons que c’est possible mais tu dois avoir un ensemble anti aérien (radar/missiles) pas loin de son point de passage.

    • 에르메스 dit :

      On peut pas faire un SNA de 5000t et avoir 50 armes, ca devient très vite compliqué à caser…

    • Wagdoox dit :

      Pas vraiment !
      Il s’agit d’ouvrir la voix aux frégates qui elle pourront balancer 16 missiles soit autant que deux sous marins. Ensuite le cdg pourra avancer et mettre ses rafale en action scalp si necessaire.
      Sur le gan on arrive rapidement à 70 missiles de croisière.

  15. DESQUINS dit :

    C’est bien mais avec une vingtaine d’armes au total (F21, SM 39 et MdCN) ça fait très peu de munitions de chaque type.
    On aurait aimé l’ajout d’une tranche centrale de quelques mêtres permettant le tir vertical de missiles.

    • Fralipolipi dit :

      @Desquins
      C’est vrai, 20 armes (+ 1 ou 2 possibles en plus en silo … et pas 4, car on ne va pas prendre la mer avec tous les 4 silos remplis) c’est un peu léger quand on compare … ne serait-ce qu’avec le Scorpène.
      .
      Maintenant, à l’ère du drone, la parade viendra peut-être un jour d’un container d’armes additionnel amarré sur SNA durant les transits et patrouilles, puis déporté en zones de combat … permettant de faire feu à plusieurs centaines de mètres du SNA lui-même … une horreur en perspective pour les flottes de surface.

      • Art 13 du TAN dit :

        Ou bien de porte-conteneurs transformé en croiseurs grâce à des conteneurs « spéciaux » comme le concept Club-K, nos précieux SNA ouvrant simplement la voie. Vous pouvez mettre aussi ces « conteneurs » sur le pont d’un BPC.

        https://www.youtube.com/watch?v=mbUU_9bOcnM

        Ils va falloir faire attention si nous ne voulons pas nous faire surprendre un jour.

        https://www.youtube.com/watch?v=nbJ2nZWc1BA

      • Wagdoox dit :

        C’est peu si le chiffre communiqué est vrai, les attack class ont 35 armes … ca rappel l’affaire de la porte dés scalp, soit disant 250km. Les anglais ont sorti un autre chiffre qu’on a fini par confirmer.
        Ensuite c’est moins d’armes mais si leur efficacité est plus élevée, le nombre de cibles traitables devient plus important

    • 에르메스 dit :

      C’est vrai qu’une section avec du VLS ça n’aurait pas été du luxe…
      Ca aurait de suite changé la gamme des Suffrens.

  16. Matou dit :

    Beau navire avec cette nouvelle capacité fort utile dans le contexte actuel. Bravo aux équipes de la DGA et de DCNS.
    Quelqu’un à des nouvelles du PERLE ?

  17. Thierry dit :

    Ce missile a déjà frappé des objectifs en Syrie (dépôts d’arme chimique) donc on sait déjà qu’il est très précis, et lancé d’un sous marin il permettra même de déjouer les système S400, surtout si l’objectif est plus proche que les batteries de riposte S400, privilège du sous marin, pouvoir s’affranchir de toute surveillance aérienne et tirer de là ou on ne l’attend pas.

    les missiles de croisière sont subsonique, donc lent mais c’est aussi ce qui fait leur précision exceptionnelle par rapport à des missiles beaucoup plus rapide, ils font du suivi de terrain topographique et peuvent aussi se caler par le GPS.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      La vitesse n’a rien a voir avec la précision. Les missiles lents ne sont pas plus précis que les rapides, je ne sais pas d’où vous sortez cette information
      En revanche, les missiles subsoniques volent généralement plus bas, en suivi de terrain car ils sont équipés d’un turboréacteur.
      Les missiles longue portée supersonique, comme notre vecteur nucléaire aéroporté sont équipés de statoréacteurs.
      Hors, là ou un turboréacteur consommera 1.5 ou 2 fois plus a basse altitude qu’a haute altitude, un statoréacteur consommera 6 à 10 fois plus.
      De ce fait, les missiles de croisières subsoniques sont en général plus difficiles a détecter et a intercepter que leurs homologues supersoniques puisqu’ils volent plus bas.

    • Criloc dit :

      Justement, en Syrie, il apparaît que certaines frégates n’ont pas pu atteindre leurs cibles et ni vous ni moi, ne savons pourquoi puisque cela a été fort opportunément classé secret défense. En revanche, on a le droit de savoir que le tir d’essai du Suffren est réussi. Ce tir n’est donc pas classé secret défense. Mme PARLY confond secret défense avec communication et politique nationale de défense avec campagne électorale… Par ailleurs, les chinois et les russes (voire les coréens du nord) nous font une propagande d’enfer avec des missiles hypersoniques. On en est où en France sur ce sujet ? Secret-défense ?

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Par ailleurs, les chinois et les russes (voire les coréens du nord) nous font une propagande d’enfer avec des missiles hypersoniques. On en est où en France sur ce sujet ? Secret-défense ? » Justement le « hic » est cette « hyper » communication sur ces fameux missiles hypersonique. Propagande destinée à « démoraliser » l’adversaire ……………… peu crédible, dans le but de l’obliger à se lancer dans de couteuses recherches pour l’épuiser économiquement (un peu comme l’avait Ronald Reagan en lançant le programme de « guerre des étoiles » qui a conduit à l’U.R.S.S. à la quasi ruine en voulant suivre) peu probable mais pas impossible. De plus si vous jouissez d’une confortable avance technologique d’une arme quasi imparable vous éviteriez d’en parler afin de conserver à minima cette supériorité. Vous gardez tous vos atouts! Russie et Chine font penser à des joueurs de poker qui dévoilent leur jeux!! Ne doutons pas qu’ils sont capables de développer ce genre d’armes mais pour le moment il est plus question d’une opération d’ enfumage.
        Concernant la France nous devons certainement travailler sur ce type d’armes mais nous évitons d’être …………………………………. bavard ou matamore!

    • Chris dit :

      J’ai toujours une question à propos de ces «dépôts » d’armes chimiques , si on les frappe en milieu urbain , qu’est ce qui empêche aux produits toxiques de fuiter et contaminer la population?

      Le missile est précis certes , en fin ceux qui arrivent à sortir du silo ! à nos jours , les ratages de l’opération Hamilton mettaient en cause le navire ou le
      Missile , ou peut-être les deux?

      • 에르메스 dit :

        Concernant le ratage durant l’opération Hamilton on en a aucune idée puisque tout à été passé sous silence.
        .
        On sait néanmoins que la FREMM de réserve a pu faire feu, elle.
        .
        Quand aux dépôts d’arme chimique, tout dépend des produits en question, ils peuvent être suffisamment dispersé voir détruit par l’explosion.
        C’est d’ailleurs une spécialité des charges thermobarique de mémoire (qui ne concerne pas le MdCN).

    • Fralipolipi dit :

      @Thierry
      « les missiles de croisière sont subsonique, donc lent mais c’est aussi ce qui fait leur précision exceptionnelle par rapport à des missiles beaucoup plus rapide »
      … c’est surtout ce qui fait leur discrétion ! (qui est leur rempart contre l’interception anti-missile).
      Un missile super/hyper sonique est beaucoup moins furtif qu’un missile subsonique comme le Scalp ou le MDCn … mais allant bcp plus vite, il ne compte plus sur sa furtivité pour frapper, mais bien sur sa vitesse.
      … Ce sont 2 écoles distinctes en fait.

    • Michel dit :

      Et demain en plus sur les étoiles , comme au temps de la marine à voile ….. cela peut servir en cas du brouillage du signal du gps.

      • Cricetus dit :

        Navigation aux étoiles: Ce serait bizarre pour un missile volant en dessous des nuages… Ou alors il faut abandonner le concepts d’utilisation tout temps… C’est surtout le guidage terminal (imagerie) qui assure la précision. Pour le vol de croisière une bonne plateforme à inertie doit suffire.

  18. Ifig dit :

    Quelles sont les autres flottes qui disposent de cette capacité ? Russie + UK + USA ?

  19. Raymond75 dit :

    Ce missile de croisière naval peut ile être équipé d’une tête nucléaire, comme l’ASMPA ? Si oui, le sous marin d’attaque devient réellement stratégique.

    • 에르메스 dit :

      En théorie oui, un ASMPA et sa TNA de 300kt sont plus petit qu’un MdCN.
      .
      Voir une TNA sur un MdCN serait donc certainement envisageable.
      Mais le voulons nous ? Rien n’est moins sûr.

  20. Durandal dit :

    Ce genre de missile ne devrait pas être tiré immédiatement, son tube de lancement devrait remonter et flotter à la surface avant sa mise à feu, pour laisser du temps au sous-marin pour prendre le large, car après un tir, le sous-marin révèle immédiatement sa position. Il faut une heure pour un P3 Orion pour parcourir 750 KM,une fois sur zone il va larguer ses Sonobuoy pour localiser sa cible, avec de l’anticipation et de la chance le sous-marin va passer un mauvais moment.
    Sans compter que c’est dans le cas ou le SM ne tir qu’un missile, si il en tir plusieurs, il va rester trop longtemps sur zone avant de partir…

    • breguet dit :

      En 1 heure adieu le sub…Faut pas rêver…

      • Durandal dit :

        Si tu dois arrêter un sous-marin qui tire des missiles de croisière, tu te donnes les moyens de le neutraliser et rien qu’un « patamar » avec ses bouées sonar peu quadriller une vaste zone… Alors plusieurs… Et sans parler des bateaux, sous-marin et hélicos qui vont converger vers la zone qu’il a pu parcourir (seulement 40 à 50 km). Encore une fois, ce n’est pas une science exacte, et je précise bien face à une marine moderne, mais je ne voudrais pas être dans le sous-marin.

        • Cricetus dit :

          Il sera difficile de savoirs le point d’où le missile est partie car il ne sera détecté que une ou deux minutes avant l’impacte. Donc ce n’est pas dans un cercle de 50 Km qu’il faudra chercher le lanceur mais de 1000Km autour de la cible. C’est juste 400 fois plus grand!

        • Durandal dit :

          PATMAR banane!

        • breguet dit :

          Bon je veux pas absolument avoir raison mais la Patmar ça été mon métier pendant 23ans…La théorie est belle mais la pratique beaucoup plus compliquée….Non le Patmar ne va pas pouvoir quadriller une vaste zone mais une petite zone ( si comme dans votre exemple il fuit faut 1 h de transit pour arriver sur zone il lui faut encore du temps pour être ops ( relevé bathy, T°, largage du pattern de bouées, ect…))…Avez-vous une idée de la discrétion de ce type de sub et de la portée de détection passive que l’on peut escompter? Très, très peu…Aprés le tir Il va faire un bond à toute vitesse pour dégager la zone de tir et ensuite se réfugier dans la couche adéquate pour être le plus discret possible à très faible vitesse pour dégager du coin..Alors oui tout est possible avec une frégate ASM et sa flute + 2 hélicos+ le Patmar mais tout ce beau monde ne sera pas sur la zone avant des plombes…A mon sens le moment ou le sub prend des risques c’est avant et pendant le tir…Avant pour se mettre en position de tire et pas forcément dans les meilleures conditions batythermiques ( faut qu’il écoute pour savoir s’il est bien seul dans l’eau et sur la surface et dans les airs…) et au moment du tir car ça va faire du bruit (? )…Ben moi j’aimerai bien faire un tour dans ce sub…

    • Cricetus dit :

      Ce n’est pas un missile hypersonique ou ballistique qui n’est absolument pas furtif et dont le lancement peut être suivi par les satellites d’alerte avancées et la trajectoire suivi au radar… Un missile furtif comme le MDCN ne peut être détecté que quelques instant avant l’impacte. Donc bon courage pour retrouver d’où il est partie (un cercle de 1000 km de rayon) d’autant qu’il peut changer plusieurs fois de direction.

      • cousin dit :

        erreur ! Un missile peut se déplacer à basse altitude en approche et en phase finale monter avec une trajectoire balistique et une vitesse hypersonique, c’est le nouveau missile russe mer-mer mer-sol hypersonique zircon (avec trajectoire aléatoire en phase finale comme sur celui lancé actuellement par les mig31 à 3 km/s). Grosse erreur comme si les russes ne le savaient pas !

        • vno dit :

          ah ! d’accord. Concept foireux non ? prendre une trajectoire balistique à portée de détection des défense anti-aériennes à capacité antibalistique quelque chose m’échappe. Quand c’est balistique et hypersonique ce n’est plus une trajectoire aléatoire et le moindre g excessifs à très haute vitesse sur un missile à cette vitesse entraine son décrochage dynamique et sa rupture en vol.

  21. Philippe dit :

    Bonne chasse !

  22. HMX dit :

    Excellente nouvelle. On se prend à rêver d’une version rallongée du Barracuda, avec une tranche missile permettant d’augmenter le nombre de MDCN et donc la taille de la salve. En effet, dans sa configuration actuelle, le Suffren a une capacité de 20 armes (+4 en tubes ?), qui sont un panachage entre torpilles F21, Exocet SM39, et les fameux MDCN.
    Autre possibilité pour augmenter la puissance de feu : à l’image du SCAF, adjoindre aux Barracuda des drones (au hasard, jetez un œil au concept du SMX 31 de Naval Group…) qui serviraient de capteurs et d’effecteurs déportés, et seraient porteurs d’armements, dont des MDCN supplémentaires. On imagine sans mal l’intérêt d’une telle combinaison dans des scénarios d’entrée en premier (frappes terrestres massives sur cibles de haute valeur), ainsi que dans un scénario de lutte ASM, où les drones permettraient aux Barracuda d’opérer à distance de sécurité, tout en obligeant les adversaires à se dévoiler.

    • Wagdoox dit :

      Surtout pas.
      Ça avait été proposé à la toute fin des études voir même au début de l’industrialisation dés barracuda. Résultat les missiles étaient juste à côté sur réacteur nucléaire, la marine a vite eu fait de dire non merci.

      • Fralipolipi dit :

        @Wagdoox
        Pourtant, il me semble que les dernières versions du SNA Virginia (récemment commandées, et qui doivent servir à remplacer notamment les 4 SSGN Ohio) auront un 2nd secteur de silos verticaux (additionnels), et que ces silos additionnels se situeront justement vers l’arrière, à proximité du réacteur …
        .
        Ce qui serait acceptable aux US ne le serait pas chez nous ?