Général Burkhard : « En cas de crise, nos ennemis feront tout pour nous empêcher de compléter nos stocks de munitions »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

209 contributions

  1. Dan78 dit :

    La question que pose DGA est simple: QUI va payer? Si on a fermé la dernière cartoucherie du Mans en 1999 c’est que l’armée de terre refusait de financer les frais fixes de cette usine de 200 personnes…. certains ont la mémoire courte.

    • Carin dit :

      @Dan78
      Si cet atelier a été fermé c’est cause au fait qu’il fabriquait la munition très spéciale (et donc fort chère) du famas, et que les dirigeants de l’époque ont jugé que « quelques » incidents de tir en passant au standard OTAN n’étaient pas la mer à boire!!

    • Le Cyprès dit :

      @Dan78
      Oui mais comme vous dites c’était en 1999. Ca fait 20 ans. Il n’est pas interdit de revoir ses positions. Comme on dit « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis »

    • WaterBoy dit :

      Depuis au moins 20 ans, l’Armée de Terre n’a pas eu de budget pour acheter des munitions, la chose a toujours été gérée de façon centralisée. Par la DGA, non? Et ce jusqu’à la création du SIMu qui a eu un budget propre.

      Donc la DGA a beau jeu de dénoncer aujourd’hui des choses, alors qu’elle les gérait quand les organismes ont fermé.

    • Pravda dit :

      En vingt ans les choses ont évolué, les « dividendes de la paix » chers à nos politiques et justifiant à leurs yeux un désarmement massif n’existent pas. Nous nous battons et nous nous battrons toujours quelque part sur Terre, et comme souvent ce se sera malheur à celui qui n’est pas prêt.

      • tschok dit :

        @Pravda,

        Olalala, Pravda, il faut que je vous avoue une horreur à propos des dividendes de la paix: ce ne sont pas nos chers politiques qui les ont voulus. A vrai dire, au moment où ça s’est fait, ils étaient plutôt dans la reproduction paresseuse des modèles passés. La routine, quoi: ils étaient dans un environnement changeant qui les dépassait et leur premier réflexe était en réalité complètement conservateur: faire comme avant.

        Non, je crois que le responsable de tout ça, c’est moi. Oups. Navré.

        Enfin, je veux dire, des gens comme moi (j’étais un jeune homme à l’époque, un jeune majeur insensé, j’avais à peine mon droit de vote).

        Et beaucoup aussi des gens comme vous, finalement. Des irresponsables inconséquents et versatiles: des majeurs avec un droit de vote et des droits zacquis à défendre. Des adultes occupés à payer leurs impôts, leurs factures, leur pension alimentaire, leurs emmerdes, toussa quoi.

        Bon, enfin bref, à l’époque, on s’est dit que l’ennemi soviétique ayant disparu, il était inutile de maintenir le dispositif militaire de la Guerre Froide. Surtout que la France avait besoin de pognon (souvenez-vous, on devait gérer le soutien financier aux industries en fin de course issues du modèle économique des Trente Glorieuses, la sidérurgie, les chantiers navals, l’industrie textiles, l’agriculture, toussa quoi: déjà à l’époque ça coûtait un bras, plus que ce qu’on pouvait faire. Notre endettement date de là).

        Bon, en gros, j’ai suivi le mouvement: j’ai fais comme nous tous.

        Je me souviens pas de vous comme un type qui a émergé de la masse pour nous dire qu’on se gourait tous. Je ne me souviens pas de vous comme un type qui a inventé des concepts qui cassent l’histoire en deux. Je ne me souviens pas non plus de vous comme un type qui a pris la direction des événements pour nous conduire tous vers la réussite avec des idées neuves qui changent le monde. Dommage, j’aime bien les génies.

        Mais j’ai peut être mal regardé?

        Vous étiez fringué comment à l’époque? Que je vous recadre dans le paysage.

        • Pravda dit :

          Les choses ont évolué, pas seulement sur le point de vue vestimentaire.
          Jeune SLT en 90, je pensais benoîtement que mes aînés avaient raison, que les politiques œuvraient pour le bien national…et de toutes façons qui aurait écouté un gamin ?
          Par contre j’ai retenu ce que m’avait dit un colonel aujourd’hui dcd sur nos futurs ennemis, pour lesquels nous avions déplacé une division en soutien à l’époque dans des déserts brûlants ou plus tard sur notre implication dans le conflit bosniaque et ses conséquences’futures sur l’Europe, et il avait raison.
          Le problème c’est que si la guerre est une chose trop sérieuse pour être confiée à des militaires, la direction d’un pays est beaucoup trop sérieuse pour être laisser à des fonctionnaires ou politiques dont la vision de leur pays se limite à leur(s) avancement ou avantages à court terme.

        • ScopeWizard dit :

          @tschok

          C’ est quoi encore ce raccourci ?

          Votre raisonnement est complètement faux et je vous signale que vous n’ avez pas « émergé » davantage que celui ou ceux à qui vous en faites le reproche …….

          Bref , c’ est pas Joe l’ embrouille , c’ est tschok l’ embrouilleur ……..

    • PK dit :

      Jusqu’à présent, « l’armée » ne paie rien : l’État (avec nos impôts) lui alloue un budget.

      C’est donc l’État qui paie (c’est gratuit, ça coûte rien disait la bille Hollande) et qui finance les investissements. Ceci étant un tissu industriel de guerre (donc à vocation d’indépendance), c’est donc à l’État de financer ce genre de trucs.

      Ça n’empêche pas de le faire intelligemment (et donc d’éviter de mettre des Énarques dans la boucle).

      • jc dit :

        Le plus triste, c’est que même en supprimant l’ENA (vœu du PR) on aura toujours d’autres tristes sires pour faire aussi mal.

        • PK dit :

          Faut pas supprimer l’ENA : faut la garder, et surtout placer ces élèves sous cloche par la suite. Premièrement, parce qu’entre cloches, ils sonneront bien. Et deuxio, comme ça, on sera sûr qu’ils ne seront pas nocifs…

    • Jm dit :

      Est-ce que quelqu’un va avoir les couil….. de dire que ces établissements ont fermés les uns après les autres parce qu’également, les syndicats y ont mis un sacré bazar en devenant un commandement parallèle, et en faisant ce qu’ils voulaient; et que l’armée ne voulait plus être tributaire de ces fainéants nantis qui n’avaient rien à envier à leurs petits copains d’EDF.
      On l’a bien vu avec l’embarquement des cercueils en 1991, et bien, les usines d’armements, de facto de munitions, c’était du même acabit.
      En fait on est soit tributaire de l’étranger, soit du bon vouloir des syndicats à la botte de Monsieur Poutine.
      Simple l’équation !!!!

      • Albatros dit :

        On peut très bien confier cette production stratégique de munitions et armes à des acteurs privés…appel d’offres et contrat à la clé. Sans recréer des entreprises nationales.
        Et la CGT ensuite…vue qu elle est quasi inexistante dans ces boîtes. …Vous en parlez au passé avec des trémolos dans la voix.

  2. VinceToto dit :

    … Hum, hum, hum … (raclements de gorge) La France est en mode munitions, compatibilité et commandement OTAN/US. Du 5,56, du 12.7/.50, etc., etc. . Cocorico! Les discours pseudo souverainistes me font bien marrer. J’interprète son discours comme une opération psychologique cavalier gris. Ils sont là pour relever le morale des troupes, tromper sur la nature actuelle des missions et fonctions des armées dites « françaises ». Mais c’est sure qu’en certaines zones d’Afrique, les armées françaises sont bien utiles aux intérêts d’autres pays (Entre autres, cela coûte cher des interprètes de confiance et la logistique US…). En plus cela fait plaisir au moral US d’avoir la pseudo « France » comme pseudo « alliée ». Très important le moral US…

  3. mouchetoxique dit :

    bonjour,

    le réel danger d’un conflit avec des grandes nations commencera en amont, avec des armes bactériologiques et chimiques. On peut, en très peu de temps, dès que les dés sont lancés, neutraliser de vaste zone morte, des villes immenses, des centres industriels, et des tas d’autres choses uniquement avec de petites équipes, insérer en amont d’un début d’invasion, et qui planque des mois a l’avance, voir des années. Si on rajoute à cela, l’attaque de tous les systèmes informatiques par le Cyber-militariser, c’est tout un pays, voir l’Europe qui s’effondre en deux heures, l’invasion militaire ne se produira que bien plus tard, et dans une Europe déjà défaite et mourante. Je pense que ceux qui frapperont les premiers en mode serpent, seront fortement avantagé pour la suite.

    Capacité de réponse face à cela, très pauvre, voire inexistant, a part le feu nucléaire en désespoir de cause, mais poutine fabrique des abris pour les grandes villes Russe depuis pas mal de temps. En France, dix centimètres de neige paralyse déjà le pays, je vous explique pas dans un cas de figure comme celui-là.

    Sans parler des virus génétiques, pour annihiler les gens selon leurs ethnies ou leurs races. Au final celui qui remportera Armageddon, sera celui qui aura prévu de protéger une bonne partie de son peuple, ainsi que des moyens spécifique pour redémarrer la vie ensuite. Les Russes ont beaucoup étudié les effets de Tchernobyl, et la vie en milieux contaminer et ceux sur plusieurs années; ils sont sans doute mieux à même d’avoir préparé une suite a un conflit majeur et nucléaire.

    Le problème n’est pas de savoir si oui, ou non, la fin d’un monde (et pas du monde) aura lieu, mais quand. Les Chinois et les Russes visiblement s’y préparent depuis pas mal de temps. Sans doutes que les vieilles cultures, sentent mieux la nature du vent qui s’annonce.

  4. MERCATOR dit :

    On aime , et c’est là notre défaut, ajouter des problèmes là où il n’y en a pas , le General ne fait qu’annoncer un Truisme ou si l’on veut le dire autrement enfoncer une porte ouverte et là, de gloser sur notre incapacité à maintenir une fabrique de munitions de petits calibres ,mais où est donc le problème?, ce n’est pas rentable , point barre , la durée de conservation des munitions dépend du type de munition et de ses conditions de
    stockage, mais la durée de conservation moyenne est d’environ 20 ans voire plus, justement pour les calibres concernés . Il parait donc simple de reconstituer des stocks tous les 5 ans , de procéder a la maintenance des munitions, bien avant leur date théorique de péremption , soit en les détruisant ( le recyclage étant trop onéreux ) ou en les revendant sur le marche international .

  5. Sylvain Leroux dit :

    Je suis peut être bête mais je ne comprends pas ce qui bloque. L’argent ? Les compétences ? Le droit de le faire ? Je suis automaticien (BTS) et je viens de regarder comment sont faites les usines de munitions aux USA franchement c’est pas sorcier. En plus en alliant les énergies renouvelables et la robotique je suis sur que l’on peut être compétitif. Je me demande si je ne vais pas me lancer là-dedans.

  6. Expression libre dit :

    @Royal Marine, pour être étoilé, il faut apprendre à fermer sa gueule. Non? Quant à votre « commandant en chef » il a été élu démocratiquement.

    • mouchetoxique dit :

      les démocraties sont et ont toujours été des dictatures commerciales, depuis que les bourgeois marchands ont fait la révolution en France et se remplisse les poches; aux points que 1 % de tous c’est névrosé droguer à la cupidité, dirige le monde et le pressent depuis à l’en faire crever.

      élu dites-vous, seules les sages devraient être élue pour leur bon sens, le bon sens qui cultive la vie par la tendresse, afin de faire pousser un arbre qui donne des fruits cohérents pour le futur. La condition d’élire des « gens » ne devrait avoir comme premier critère, que la capacité de compassion et de discipline à ne pas être corruptible, en bref posséder »une conscience » et des moyens de résistance en soi.

      Le reste du cv importe bien sûr, mais la condition première et sélective devrait bien être celle-ci. Peut-être que le monde va mal, par ce que les gens bien n’existent quasiment plus en haut des castes dirigeantes. Le sérail despotique, aux « Dieux-argent », nouvelle religion qui compte le plus d’adepte au monde et depuis si longtemps, par ce qu’il produit des miracles avérés, tangible et immédiat. Ainsi les fidèles sont légion et « après moi le déluge » est leur parabole. Jouir de tout et ne pas penser à demain, est, leurs « Notre Père ». Tous ces noirs-cœurs qui ne vibrent que pour leurs egos névrotiques et leurs addictions maladives au pognon ne donnent qu’un pouvoir ténébreux et un future méphitique.

      Au final le monde est dirigé par des gens adiques et donc malades, cela engendre une pauvreté à tous niveaux. Une pauvreté mental, intellectuel et philosophique. Le corps, l’esprit, et l’âme donc, qui se doivent normalement de nourrir le cœur d’un homme et ainsi lui forger une conscience positive à travers l’adversité. Ce n’est pas le système qui fait les hommes, mais les hommes qui font les systèmes et s’ils ne le font plus que de façon malsaine, c’est que les hommes non plus rien à apporter à leurs involutions.

      Enfin, notre cancer démocratique en phase terminale, bonne nouvelle, la fin est pour bientôt. Le roi de pique est mort ! vive le roi de cœur !

  7. tschok dit :

    @Mercator,

    Oui, voilà.

    Bon, en fait on a trois options:
    – Sécuriser nos filières d’approvisionnement extérieurs (en passant des contrats, des alliances, des trucs de ce genre. Des trucs d’énarques, c’est pas la peine d’en parler ici, ça suscite des ondes négatives).
    – Constituer des stocks (mais en fait ça coûte cher et il y a des pertes, Cf le com de Polymère sur les problèmes que posent les stocks, qui ne sont pas une solution absolue).
    – L’auto-production souveraine: mais si l’industrie française de la munition de petit calibre n’est pas rentable, ça veut dire qu’elle est déficitaire. Donc, elle va accumuler les déficits d’année en année et elle finira par disparaître dans un fiasco industriel et financier dont nous sommes assez coutumiers, il faut bien le dire.

    Voilà les trois options. Je me permets de les citer pour qu’on progresse dans la discussion, parce qu’après 172 contributions au moment où je rédige ce com, j’ai essentiellement lu des invectives diverses et variées, des assertions qui ressortissent à la manifestation de convictions personnelles des locuteurs, et puis des opinions et des avis divers qui relèvent du temps qui fait ou qui passe.

    Donc, trois options. Comment on se démerde avec ces trois options? D’abord, est-ce qu’on peut les combiner?

    Ensuite, quand le DGA nous dit « c’est pas rentable » on le croit, ou pas? Je propose qu’on ne le croie pas et qu’on brûle M. Barre sur un bûcher, comme une sorcière au temps de l’Inquisition. Pourquoi? D’abord parce que M. Barre est un suppôt des puissances démoniaques qui s’emparent de la France pendant que nous nous disputons. Ensuite parce qu’il nous annonce une mauvaise nouvelle qui ne nous convient pas.

    Ce qui nous fait donc deux excellentes raisons de le brûler. Cela dit, force est de constater que ça ne nous fait absolument pas progresser vers un début de solution au problème qui se pose et qui est en définitive très simple: est-ce qu’on est prêt à se lancer une fois de plus dans une exploitation déficitaire qui produira de la dette pour le simple plaisir de se rassurer?

    Et combien on est prêt à mettre dans ce nouveau déficit et sur combien de temps?

    Et enfin, dernière question, la plus douloureuse: qui faudra-t-il punir en fin de compte? Quel est le lampiste qui va devoir payer pour ces conneries? Pas vous, je suppose. Moi encore moins. Donc, qui? je vous rappelle que gouverner, c’est prévoir, donc il faut décider dès maintenant qui sera la tête de burne qu’on va sacrifier pour expier vos conneries: quand tout le monde se rendra compte que cette affaire est une connerie, il faudra bien trouver un imbécile de service à qui imputer la responsabilité du truc. Il faut le trouver dès maintenant pour pas être le bec dans l’eau quand ça arrivera.

    C’est là qu’il faut consulter la liste des boucs émissaires que chacun d’entre vous devrait constamment avoir sur lui, y-compris quand il prend sa douche:
    – Les juifs: non, on peut plus. Verboten!
    – Les Noirs et les Arabes: non plus, faut y aller mollo on a déjà pas mal forcé.
    – Les Américains ou les Allemands: sont trop forts, ils nous battent (le principe de base dans le choix du bouc: s’attaquer à plus faible que soi, pas plus fort).
    – Les gosses: on peut plus, c’est interdit.
    – Les femmes: pareil.
    – Les chiens: aussi.
    – Les Gitans: ça oui, on peut mais on n’en a pas beaucoup et ils se tirent en courant.
    – Les sorcières: même dans le Berry profond, elles sont en voie de disparition, vraiment dommage, elles brûlaient bien.
    – Les zélites: ça oui, on peut et on a du stock. C’est notre principal gisement de boucs à vrai dire. Mais il y a des cons qui veulent fermer l’ENA! Où est-ce qu’on va se fournir? Nuches!
    -Les homos: non, cékom les femmes et les juifs (pas touche).
    – Les écolos: nan, cékom les homos.
    – Les intellos: pareil, n’insistez pas.

    Je passe sur la suite de la liste, ça concerne les victimes d’occasion.

    Comme vous pouvez le constater, la liste de nos boucs s’est resserrée et on n’en a plus tant que ça (on a beaucoup abusé, faut dire).

    Finalement, voilà ce que je propose: plutôt que de cramer M.Barre tout de suite, on se le garde pour la fin. C’est lui qu’on désignera comme le coupable de tout, le moment venu. Bon, oui, c’est vrai, il était opposé à ce projet, mais c’est pas grave, c’est de sa faute quand même.

    Elle est pas bonne mon idée?

    Ah oui, j’oubliais: il va bien falloir payer le déficit d’exploitation. Qui allonge les biftons, là? Nan parce que les mecs qui disent que le pognon c’est pas grave, faut pas que ce soit un écueil, que c’est pas important, qu’on va pas se soumettre au diktat des affairistes cupides ou à la doxa libérale, toussa, je les connais, mais au moment de raquer, il n’y a plus personne.

    Ils sont où les volontaires? Levez le doigt les gars, c’est le moment.

    • PK dit :

      Par moment, vous êtes pathétique…

      Pourquoi voulez-vous punir quelqu’un d’un déficit programmé ?

      Une industrie de défense – je préfère le terme de guerre – est déficitaire par essence. On ne peut espérer la rentabiliser en terme financier, hormis quelques pans très spécifiques… Ça n’empêche pas de développer ces pans et de les exploiter à fond.

      Le reste, c’est du budget : on l’assume. Et on sera bien content quand d’avoir épargné (eh oui, pas perdu !) quelques milliards pendant des années pour avoir un outil opérationnel le jour J.

      C’est sûr que pendant toutes ces années, on ne pourra pas financer tous les fantasmes des mondialistes. Il faudra faire un choix.

      C’est cela la politique : faire des choix. Et les assumer. Pas parader et ouvrir un parapluie derrière des pseudo-spécialistes.

    • ScopeWizard dit :

      @tschok

      Mais tout ne tourne pas uniquement autour de l’ économie , tschok ……………

      Vous n’ êtes là que dans un rôle de passe-plat de tout ce conformisme idéologique faisant du tout economicus la nouvelle religion dont les adeptes doivent une allégeance absolue au Dieu-Pognon .

      NON !

      Il n’ existe pas que ça et vous devriez savoir que nombre d’ entreprises de cet ordre , mais capables d’ amener une souveraineté via autonomie et indépendance à un pays donc un peuple une nation toutes notions que vous exécrez , ne seront pas toutes « rentables » , ne peuvent pas l’ être , et n’ ont de toute façon pas à courir après ce seul objectif …………..

      Donc , d’ entrée , tout votre raisonnement est biaisé , tronqué par cette ligne idéologique excessivement politisée , autour de cette logique comptable qui prend le pas sur tout et ne tient plus compte des autres aspects pourtant tout aussi logiques et souvent bien plus vitaux .

      Bref , ce ne sera pas avec des engeances tel que vous , que les lignes risquent de beaucoup bouger …………

    • Palu dit :

      @tschok
      Je pensais que le sujet était mort dans l’oeuf sachant avec nos nouveaux fusils d’assauts allemands ( puisque à mon grand désespoir on n’a pas été capable de le renouveler également) est aussi compatible munitions 5.66
      Bref au delà de toute cette liste de boucs, quel est le modèle industriel d’européens voisins qui arrivent à fabriquer et qui pourraient servir de modèle. Nous sommes une des rares nations européennes qui somment sur tous les fronts et à l’inverse ne peut pas être auto suffisants, y’a t il un point que j’ai raté ?.

  8. Expression libre dit :

    « sinon, nous serons balayés », le général passe à la trappe la dissuasion nucléaire. C’est gros quand même pour un CEMAT. Si plus personne n’y croit, y compris les militaires…

  9. Carin dit :

    Y’a quand même pas le feu…
    nous sommes producteurs des poudres, nous sommes également producteurs des différents aciers ( nous avons des mines dans nos îles), aciers qui servent d’ailleurs dans notre monnaie, ( ce qui veut dire qu’ils naviguent déjà vers l’Europe), Manurhin est toujours en France (mise en sommeil, mais les machines sont toujours là), les employés sont en chômage partiel (ce qui veut dire qu’ils fabriquent peu, mais gardent leurs compétences), nous ne sommes nullement obligés de rendre cette fabrication de
    « petits » calibres rentable… mais au moins de faire quitte (achats,salaires,charges, entretient du matos, stockage etc.. etc…)
    Pour ce faire il faut très peu d’employés, (les machines travaillent seules), des locaux appartenants a l’état,(sûr une base mili par exemple), le tout peut être mis en place très rapidement. Il se peut aussi que Nexter ait les machines dans un coin et qu’il serait très facile de les remettre en route??
    Ensuite il faudrait se poser la question de à qui les EAU achètent les poudres et les aciers nécessaires à la fabrication des ces munitions… c’est peut-être à des entreprises en France? Donc la fabrication peut être très facilement relancée si (en cas de guerre généralisée) certaines routes d’approvisionnement étaient coupées.
    Mais je reste persuadé que le général ne parlait pas du tout des petits calibres en particulier, mais bien des stocks de tous les calibres y compris la missilerie.

  10. Bloodasp dit :

    Cette histoire de fabrication de munitions, quelques soit le calibre, c’est un petit peu comme la santé, un certains nombre de politiques et de hauts fonctionnaires nous ont expliqué que ça devait être rentable, COVID est passé par la et on connait tous le résultat, un grand rétropédalage. Voyez vous la fabrication de munitions c’est pareil, c’est vital et ceux qui continuent à nous expliquer que leur fabrication sur le sol français doit être rentable sont les mêmes qui expliquaient que la santé, les hôpitaux devaient être rentables et on donc confié à d’autres le soin de fabriquer pour nous, les masques, les principes actifs, les respirateurs….Tout cela au nom de la rentabilité
    Il y a en France un certain nombre de personnes qui sont à des postes de responsabilités qui quoi qu’ils fassent ne sont jamais inquiétées, sanctionnées pour leurs conneries, ils ne sont même pas virées, pire on les laisse continuer leur travail de sape du système. Est-ce du laxisme? De la connivence? Quelle est cette impunité dont ils bénéficient?C’est incompréhensible….

    Il serait temps que l’on fasse un grand ménage à commencer par les hauts fonctionnaires de la santé, virés de la fonction publique, suspension des droits acquis…

    Je suis excédé de voir ma sécurité dépendre d’une bande de fonctionnaires à vie qui appartiennent aux mêmes grands corps de l’état, qui se protègent les uns les autres, et dont on ne peux même ^pas se débarrasser, même pas par les urnes.