CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Ayant (encore) changé d’avis, le président Trump veut reprendre les négociations avec le mouvement taleb afghan

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

7 contributions

  1. Polymères dit :

    Il est vraiment temps que les USA retrouvent un président capable de fixer réellement un cap global de la stratégie américaine. Car honnêtement, tant les ennemis que les alliés des USA n’y comprennent rien et ne savent même plus comment se considérer face aux américains, une déclaration élogieuse suivi de sanctions, une menace de guerre suivi d’un bon repas, non mais honnêtement, qui s’y retrouve? Même les plus fervents admirateurs (à l’étranger) de Trump en 2016 finissent par changer de point de vue, il n’y a que le public américain de Trump, évoluant dans une société numérisé ou l’on raconte tout et n’importe quoi, en se scindant en deux gros camps limite au bord de la guerre civile, que ça soutient Trump, en une icône bien plus qu’autre chose, une amérique nombriliste ou l’étranger commence et se termine dans les états d’à côté, si ce n’est les villes.

  2. Plusdepognon dit :

    Donald, il vaut mieux être son ennemi que son ami. Dites « 33 ».

    C’est la plus grande défaite du « tout technologique » depuis que l’homme a inventé la pointe de silex pour piquer quelque chose à son frère :
    https://www.areion24.news/2019/11/06/afghanistan-un-retour-des-talibans-a-kaboul/

    C’est une nouvelle religion dont les entreprises du secteur de la sécurité et de l’armement sont le clergé et la captation des subsides publics en est l’enjeu. Sommes versées qui ne sont pas toujours dépensées pour des matériels adaptés aux besoins des militaires (le F35 sera un précédent pour des dizaines d’années) :
    http://dutungstenedanslatete.blogspot.com/2017/10/les-limites-du-technologisme.html

    Il faut réfléchir avant de militariser une situation, voir si on peut gagner la paix avant d’engager la force armée. Ce qu’on ne fait plus depuis au moins 50 ans :
    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2019/06/se-desengager-dun-enlisement.html

    Dire qu’il s’agit du plus grand et du plus fort des acteurs mondiaux.

  3. Made In France dit :

    Toujours comique de voir repris les commentaires de la presse démocrate à propos de Trump.
    Ceux qui se plantent en permanence sur le personnage, qui n’ont rien compris à ses méthodes pourtant dévoilées dans ses best sellers.
    Quelle misère intellectuelle…

    • vrai_chasseur dit :

      @made in france
      Best-sellers de Trump…
      Bon, il y a un seul livre en fait, « The Art of the deal », datant des années 80, entièrement écrit par le nègre de Trump le journaliste Tony Schwartz.
      Lequel a renié ensuite cet écrit comme étant « le plus grand regret de sa vie ».
      Et quand vous faites l’effort de lire ce bouquin (oui c’est un vrai effort, c’est insipide et assez bas de gamme, disons pour résumer, ramassis de trucs et astuces de négo cousus de fil blanc niveau VRP en immobilier) vous avez tout compris aux limites du personnage.
      Quelle misère intellectuelle, comme vous dites…..

  4. Albatros24 dit :

    « C’est le vent qui change de direction, pas la girouette » comme disait Edgar Faure….
    Une petite pensée à ses états majors qui pédalent et rétropédalent à tour de mollets vigoureux.
    Au bout d’un moment je pense qu ils ne vont plus rien lui dire ou lui apprendre et gérer de leur côté sans écouter ses touites.
    « On fait rien : on attend le contrordre ! »

  5. jyb dit :

    déjà que les us sont marrons, ils risquaient de devenir les dindons…
    parce que russes chinois iraniens n’ont pas attendu Donald pour négocier avec les vainqueurs.
    sans oublier les pakistanais qui jouent une partition atempo mais très orientale.

  6. LEONARD dit :

    De toutes façons, ils ont déjà perdu:
    1-Plus aucun stratège U.S ne croit pouvoir gagner.
    2-On ne réduit pas une rébellion qui a des sanctuaires sur ses arrières ( Pakistan )
    3-La corruption afghane reste endémique
    4-Les afghans ont de bons combattants, mais incapables d’organiser une armée.
    5-La production et donc le trafic de drogue sont endémiques
    6-Une bonne moitié du territoire échappe au contrôle du gouvernement, la partition est de fait.
    7-Le départ des U.S ne donnerait pas un « sanctuaire » à AlQaeda, qui s’est redéployé ailleurs
    8-Les voisins, Inde, Chine, Pakistan, Iran, vont devoir s’occuper du problème s’ils ne veulent pas avoir un furoncle à leurs frontières,
    9- Les échecs U.S ( Irak, Somalie ), n’ont pas eu d’impact sur la popularité de leurs présidents
    10-@RealTwitterinChief a besoin d’annoncer une promesse tenue à ses électeurs.

    Reste à négocier les étapes, pour éviter une catastrophe humanitaire, qui gâcherait les élections, bref, un retrait graduel, avec un semblant de cohabitation talibans-pouvoir en place. Et à sanctuariser Bagram et Kandahar pour surveiller la région et les voisins. Ce sera le plus difficile. Mais, vu le coût annuel de la guerre, une redirection judicieuse mais discrète d’une partie de ces $ devrait calmer les ardeurs guerrières quelque temps.
    A méditer au Mali…en €