CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

La force Barkhane a mis hors de combat une dizaine de jihadistes lors d’une opération « d’opportunité » au Mali

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

31 contributions

  1. Aymard de Ledonner dit :

    Je note que les Fama semblent avoir réussi a encaisser l’attaque avec juste le soutien d’un reaper. Je trouve que c’est positif et que ça illustre leurs progrès.

    • Carin dit :

      Oui, ça a dû surprendre les nuisibles qui ont tendu cette embuscade que dans le but de récupérer véhicules et armes, les FAMA ayant pour habitude de dropper le djebel dès le début des hostilités…
      ne reste plus qu’a leurs apprendre à tirer pour qu’eux aussi infligent des morts et des blessés aux nuisibles!

    • nimrodwing dit :

      Effectivement on voit qu’un effort a été porté dans la gestion des effectifs en combat, avant ils décrochaient et battaient en retraite.
      C’est de bonne augure, cet effort doit persévérer (suis je trop optimiste là ?)

  2. Ah Ca ! dit :

    « fixent au sol l’ennemi » et moi qui pensais qu’en français on disait « clouer au sol » mais bon, ils ont peut être mis la main sur des engins de ZAPATA ou au moins une montgolfière en peau de cabri qui sait dans ces temps de Novlangue ?

    • Vroom dit :

      A mon avis, on cloue au sol des aéronefs.

    • Allo quoi dit :

      Ce n’est pas la même signification. C’est fixé au sol sur un point géographique, et c’est cloué au sol sans pouvoir bouger. Dans le premier cas l’adversaire à encore le pouvoir de mouvement, mais il est contenu dans un endroit, alors que dans le deuxième cas non, il est juste cloué au sol.

    • gtre dit :

      « Fixer » est un terme militaire (même le nom d’une mission tiens) qui signifie priver l’ennemi de toute liberté de mouvement. L’esprit c’est que s’il sort un orteil, il s’en prend pas une. Pas de novlangue ici, juste un terme technique.

  3. Auguste dit :

    Beau boulot.Mais, que de moyens pour un butin aussi maigre.Il faut combattre le loup avec ses propres méthodes.J’ai bien quelques idées,mais elles risquent de ne pas avoir l’aval de la morale « droitdelhommiste » internationale et susciter l’effroi chez les défenseurs des Odonates et Lépidoptères de Basse Normandie. Quand les EAU auront leur base au nord Niger,je sens qu’on va faire exploser le budget Opex.Je n’ose pas dire « bon courage les gars »,de peur qu’ils ne me répondent,à juste titre, »garde le pour toi,t’en a pas de trop ».

  4. Ledemocrate dit :

    Avec ce s genres d’ops je crois que les djihadistes doivent commencer a se demander sur l’opportunité de faire des attaques groupées. Une seule bombe suffit à  » traiter  » un repère.
    D’autre part la répetition de ces coups porter aux terroristes va certainement affaiblir a moyen terme ces groupes djihadistes.

    • Polymères dit :

      Ce genre d’opérations préfigurent le style de soutien qu’on pourrait apporter s’il y aurait une force locale ou régionale capable de gérer le contrôle de terrain.
      Nous pouvons nous contenter d’amener des moyens de reconnaissances (en utilisation permanente), d’appuis aérien et d’un groupe commando héliporté en alerte (peut-être sur plusieurs spots).
      Car la réalité de nos patrouilles, de nos convois de ravitaillements, de nos opérations de ratissages, c’est qu’il n’y presque jamais rien à part une mine. L’ennemi fuit nos forces, il vise les autres (ONU, armées africaines) et quitte les régions ou on est actif.
      Avec un nombre de plus en plus important de drones MALE, on peut fournir cet outil de reconnaissance si précieux et qui s’avère être le meilleur moyen pour trouver l’ennemi (le renseignement humain n’est pas aussi efficace car l’ennemi en petits groupes mobiles sait se faire discret auprès des locaux, au point de surgir d’un jour à l’autre pour faire des massacres).
      Le fait que d’ici la fin de l’année on commencera à avoir des drones armés, c’est même le soutien par avions de chasse qui pourrait être revu en cas de réduction de notre présence.

      • John dit :

        Cette stratégie de l’avenir semble intéressante.
        Mais par contre, si les forces au sol partent, cela va créer un réel vide, et va probablement relancer l’activité.
        Il faudrait que la situation évolue au niveau des forces locales, et ceci en terme de nombre, en terme de formation, et probablement en matériel. Pour ces armées, j’ai l’impression que de leur laisser des anciens blindés, voire d’en acheter des récents (pas forcément aussi bien équipés en électronique, en tourelle téléguidée, etc…) .
        Mais laisser les djihadistes face à des 4×4 je ne suis pas sûr que ce soit une solution… Et au niveau financement, sur le long terme, l’achat d’un matériel adapté aux besoins de la région pourrait coûter moins cher qu’une intervention.
        Par contre je ne parle pas que de la France, mais d’un soutien international en la matière.
        En effet, si on y pense, la France va avoir de nouveaux blindés, la Belgique va passer au Scorpion et se débarasser des Piranha, et éventuellement des Pandur. L’Allemagne remplace ses TPZ Fuchs avec les Boxer.
        L’Espagne va remplacer ses Piranha III par des Piranha V dans la Marine, et ses BMR (6×6) et VEC (M113).

        • Polymères dit :

          Le don de véhicules blindés anciens peut sembler sur le papier intéressant (ça ne coûte rien) mais dans la pratique c’est un fardeau qu’on refile. Voyez bien comment un pays comme le nôtre peut avoir des difficultés pour maintenir les VAB, voyez leur usure rapide sur un théâtre d’opération malgré une cannibalisation certaine qui est faîte depuis des années (avec le retrait de centaines d’exemplaires). S’il suffisait de donner les véhicules et que derrière il suffisait de s’installer dedans pour rouler et faire du combat, ce serait formidable, mais ça ne marche pas ainsi, les potentiels arrivent trop vite à des limites, les pannes conduisent trop vite à des immobilisations et le peu de capacités/connaissances en mécaniques font que ça va coincer.

          Une armée qui n’a pas le sous pour entretenir ses matériels, ne peut pas aller bien loin. L’occasion c’est bien quand derrière il y a une assurance d’avoir de la pièce de rechange (d’occasion également car si t’as pas les moyens du neuf, ben le soutien ne sera pas mieux). Sauf que pour les VAB ou nos 10RC/VBL, on a déjà bien tiré sur le potentiel, on va encore assurer une cannibalisation sur 10 ans avec les retraits. Il ne restera plus grand chose de sérieux pour « servir » le marché export d’occasion et chez nos voisins c’est un peu pareil.
          Ce sont des cadeaux empoisonnés, il est moins cher de déconstruire un VAB en France que de l’envoyer en Afrique afin qu’il va servir quelques mois avant que localement on le cannibalise en déshabillant l’un pour habiller l’autre.
          Il faut du neuf ou de l’occasion avec potentiel (au moins 10 ans), un blindé de 40 ans d’âge ce n’est pas comme un véhicule civil (construit en des centaines de milliers ou millions d’ex.) de 10 ans qui va refaire une vie en Afrique comme on a longtemps connu avant que de plus en plus les états sur place interdisent l’importation de véhicules vieux de plus de 10 ans.

    • ji_louis dit :

      Oui… Si le gouvernement malien parvient à faire cesser les guerres inter-ethniques sur son sol (dont peuls et dogons) parce que sinon c’est le tonneau des danaïdes.

  5. R dit :

    Je tiens à vous dire que c’est le GCM qui a effectué la capture et la reconnaissance mais pas le GCP…
    Merci les journalistes…

  6. Jeka dit :

    Ce sont les GCM et non les GCP qui ont été envoyés sur le terrain. Veuillez vous renseigner correctement avant de publier des articles aussi absurdes !!

    • ED dit :

      Impressionnant la politesse et l’intolérance des gens, on vit vraiment une époque curieuse où l’on ne laisse plus la moindre chance à qui que ce soit. Une erreur de bonne foi, ça arrive. Et si vous n’êtes pas content de la qualité rédactionnelle, ben vous ne lisez pas ou vous proposez des articles d’une qualité, qui, j’en suis sur, au vu de vos deux lignes sera largement supérieure (Mode ironique ON pour ceux qui, de plus en plus, ne lisent plus ni l’ironie ni le second degré)
      Bonne journée

    • MAS 36 dit :

      Vu le créneau horaire de votre message vous aviez le temps de lire la mise au point de M.Lagneau mis en cause pour le même fait. Vu votre réponse vous n’avez pas lu cette mise au point. Vous avez perdu une occasion de vous taire. La prochaine fois prenez le temps de TOUT analyser.

  7. SLEGUE dit :

    Fixer est un terme de mission, pas clouer au sol.

    • Ah Ca ! dit :

      Tout a fait d’accord, on fixe un ennemi mais, pour le fixer au sol faudrait qu’il soit dans les air…

  8. Ghostrider dit :

    @ ji_louis : réflexion similaire. félicitation aux GCM et aux Fama pour cette opération. Mais comme l’indique louis comment les gouvernances agissent sur la cohésion et l’entente nationale, leurs moyens et leurs politiques actuelles et à moyen terme ? pauvreté, désertification, conflits inter ethnique est le terreau des djihadiste .. comment résoudre ces équations sociaux économiques ?

    • Carin dit :

      En forçant leurs gouvernants à prendre en compte les problèmes de toutes les ethnies formants leur peuple… et pas juste celle dont ils sont issus… le comportement de ces gouvernants entraîne de fréquents massacres, et peut être apparenté à des crimes contre l’humanité, passibles du TPI.

  9. B dit :

    C’est vrai que ça fait plusieurs années que le GCM fait un super boulot et est sur la plupart des actions !!