CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Le concept de « bateau volant » intéresse les forces spéciales françaises

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

7 contributions

  1. Carin dit :

    À ces vitesses, un semi-rigide ça tape fort, et ça secoue… donc ces embarcations sont sûrement une chose à regarder de près…. surtout pour la rééle solidité des foils.

  2. jyb dit :

    On reste dans l’évolution plus que dans la révolution. C’est véritablement quand les motoristes feront des moteurs hors bord conçus pour ces embarcations qu’on verra une nette différence avec ce qui se fait actuellement, et plutôt à basse vitesse avec la capacité de déjauger plus vite qu’à 40 nœuds ou de toutes façons la coque est hors de l’eau. D’ailleurs je ne vois pas pourquoi à vitesse élevée le sillage serait moins grand avec une vague d’étrave des foils qui s’ajoute au creux de la poussée moteur qu’avec un bateau actuel correctement réglé.

  3. Vevert250 dit :

    Pas très pratique pour se poser sur une plage!

    • Czar dit :

      « foils RETRACTABLES »

      je sais que ça prend du temps de lire les articles qu’on commente mais ça évite d’en perdre en posant des questions alakon après

      du win-win, quoi.

  4. Frédéric dit :

    Excellent. Digne d’un James Bond 🙂

  5. Abdul dit :

    Parfois, les forces spéciales m’apparaissent comme des enfants gâtés qui, d’une part, cherchent à se démarquer de l’armée dite « régulière » et d’autre part agissent en « gamins pourris gâtés » qui sautent sur le premier jouet venu. Il me semble que le principe est le suivant: On l’achète et on verra ensuite l’usage qu’on en fera ».

    Je vous dit cela très tranquillement après avoir passé deux décennies à la DGSE.