Le Service de santé des armées a besoin de recruter rapidement une centaine de médecins contractuels

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

34 contributions

  1. Le Breton dit :

    Le problème avec ce genre de services c’est que tant que le salaire ne suivra pas les sacrifices demandés, les gens iront vers le privé, mieux rémunérateur.

    • Frank dit :

      @ Le Breton Remarque de bon sens, mais c’est moins simple, je crois. La rémunération est un facteur, parmi beaucoup d’autres sur ce sujet.
      La médecine, qu’elle soit militaire, civile, de recherche, d’industrie, ou d’intérêts, n’est ni un service, ni un sacrifice, heureusement d’ailleurs, dans la plupart des cas.
      C’est simplement un choix, ni bon, ni mauvais, mais personnel, compliqué et révélateur. Comme tous les autres.
      L’ironie, c’est que c’est probablement le plus vieux métier du monde, pas celui auquel on pense, et nos très lointains ancêtres avaient déjà compris qu’après s’être taper dessus, il fallait soigner. ( L’autre plus vieux métier du monde passait juste après…) Après l’effort, le réconfort, pour mieux recommencer. Comme aujourd’hui, nous somment d’une belle constance, les massues sont simplement plus sophistiquées.
      Les médecins militaires suivent le même cursus à Bron que les autres étudiants civils. Avec un plus de formation pédagogique et militaire. Logique, puisqu’ils sont rémunérés, et à vocation de devenir officiers.
      La contrepartie, c’est qu’ils ont l »obligation de servir l’institution qui les a formé et financé, plus de 12 ans minimum après l’obtention de leur diplôme. Ce qui n’est ni un service subi, ni un sacrifice. C’est la conséquence d’une volonté choisie et parfaitement respectable. Personne n’est obligé de signer.
      Le problème réel qui mérite d’être souligné, c’est que les études de médecine civiles universitaires sont les plus coûteuses de notre système, que chaque étudiant en médecine civile est (très longuement) financé par l’impôt collectif, et que rien ne l’empêche, une fois diplômé, et avec quelques appuis complaisants, de s’installer immédiatement dans une activité « médicale » très rémunératrice.
      Pas médecin de campagne dans un désert rural, bien évidemment. Pas assez rentable.
      Mon propos n’est aucunement un jugement de valeur sur des individus. Mais si l’on veut être cohérent sur ce problème, il faut aussi s’interroger sur la masse de nos compatriotes qui ont, et continuent, à être formés gratuitement, pour ensuite vendre leurs acquis au privé. Ou d’autres qui glandouillent inlassablement au frais de la collectivité, on en connait tous.
      La logique, et la décence, serait que l’on rembourse, par le travail, ceux qui ont payé l’acquisition de nos compétences. Hormis les militaires, je vois pas.
      L’inverse, c’est le système américain, càd emprunter pour étudier. Pas terrible, simplement pragmatique, du genre j’investis dans la profession que j’ai choisi. Mais, hormis la bulle spéculative de leur méthode, les résultats sont là, tandis que notre système éducatif descend chaque année dans les classements internationaux.
      ( Orsay Paris XI, 43ème, Polytechnique 52ème, chiffres 2017, parmi d’autres).
      Donc, aucun jugement comparatif sur ces deux fonctionnements, notre système universitaire a été un exemple universel, mais totalement dévoyé aujourd’hui.
      Une masse d’idéologues, formatée pour fabriquer des crétins bien dociles.
      Pourtant, on a le record du nombre global d’enseignants par rapport au nombre d’élèves, 1 pour 11, c’est bizarre, cherchez l’erreur… mais je m’égare, il y a des dogmes inavouables qu’il ne faut pas évoquer, certains pourraient penser qu’il y a des gens payés à ne rien faire en France.
      Absurde.
      Les propos, et les chiffres, de la MGA du SSA cités dans l’article sont louables. Ensuite, comme toujours, dans les faits, au delà des annonces, chacun retrouve le confort de son bureau, et songe à son avancement.

      • Airforceone dit :

        @Frank @ Le Breton,

        Le système correct est peut-être, de prester une période obligatoire proportionnelle aux coûts des études, sans possibilité de racheter les années d’études. Je pense que ce système est toujours en cours au sein de la Défense belge (cependant, l’impossibilité de racheter ses études a été attaquée en justice), à vérifier.
        Durant ce retour sur investissement, un nombre de mission devrait être défini en tenant compte de ne pas exposer le personnel par un sur-engagement qu’il soit volontaire ou non.

        Bien à Vous,

        Marc Edmond

  2. Czar dit :

    ouais donc si je résume en français non-adminsitratif : « pendant une décennie on a rogné sur les effectifs, en tablant que les soldats allaient cesser d’être blessés ou malades grâce à nos nouveaux matériels indestructibles et vachement bien pensés et puis de toute façon, ils géraient les mycoses de rangers à Metz alors on savait gérer mais maintenant qu’on fait joujou à la guerre, on’est pris le mur du réel en pleine gueule et il nous faut d’urgence – donc plus cher et dans de pires conditions – ce qu’on aurait pu avoir dès le départ en restant réalistes »

    Vu comment Bercy est capable de tuer notre armée, on devrait ptêt leur laisser le soin de gérer la défense, les Russes seraient jivarotisés en deux coups de RGPP, et ça sans neutron qui pollue

    • Airforceone dit :

      @Czar,

      Cher(s) Vous,

      Excellente analyse et surtout envoyer les Enarques et autres grands penseurs en Ops (bien dans le bousier…)!

      Rappelez-vous que dès qu’un Général à enfin, en toute connaissance de cause, osé frapper sur la table, il a pu aller prendre l’air…

      Bien à Vous,

      Marc Edmond

  3. revnonausujai dit :

    le service de santé est très féminisé et les jeunes médecins sont parfois aussi, et très légitimement, des mères qui ne souhaitent pas laisser leur foyer pour plusieurs mois. Ce n’est pas le cas de toutes , mais néanmoins un pb bien réel. L’emploi de l’expression « La surprojection des mêmes personnels  » (les baisés, comptez vous !) n’a rien de gratuit
    pour traiter la question et essayer de trouver des solutions, encore faudrait il que l’autorité ait le courage de la nommer.

    • Airforceone dit :

      @revonausujai

      Entièrement en accord avec vous, rassurez-vous, une fois la leçon apprise, elles et ils jurèrent qu’on ne les y reprendraient plus.
      Votre « baisé(e)s comptez-vous » démontre votre excellente vision et confirme le sentiment présent au sein des diverses nations engagées en FOB.
      Non seulement être médecin, infirmier ou ambulancier est un réel sacerdoce mais encore faut-il faire le choix de servir sous le drapeau aux périls multiples et certainement pour des causes de plus en plus critiquables menant à de sérieuses remises en question.
      Bien à Vous,

      Marc Edmond

    • Airforceone dit :

      En complément de mon précédent commentaire:

      Trahison sanglante en Afghanistan: 20 janvier 2012, massacre de militaires …
      De Audrey Ferraro

  4. Fenneck33 dit :

    On reprend des recettes éculées qui n’ont jamais fonctionnées. Trouver comme cela 100 praticiens et une trentaine d’orthopédistes. Un grand n’importe quoi. De plus laisser à penser que l’on attire les gens avec une prime donne une image vénale de ce Service. De ce grand service où il n’y a pas que des médecins . Ce grand Service qui pour lui son histoire et son action actuelle, ne pourra pas continuer si sa réflexion reste centrée sur le docteur.

    • Ancien du SSA dit :

      « Image vénale »… il y en avait à la DCSSA il y a 30 ans pour dire cela, et refuser le principe du paiement des gardes ! Vous auriez dû postuler pour cette direction et expliquer à Mme Genero que l’on doit louer les bœufs en même temps que la charrue… elle doit certainement l’ignorer !

  5. Carin dit :

    Il y a dans nos hôpitaux de nombreux internes dans toutes les spécialités qui n’ont pas la nationalité française et qui sont très largement exploités par les
    « professeurs » pour un salaire de misère…. parmis ces médecins ils y en aurait suffisamment pour prendre cette option si en plus d’un vrai salaire le service de santé des armées pouvait leurs obtenir la nationalité française à l’issue de leur contrat… ceux qui les voit bosser dans nos hôpitaux ont pu se rendre compte que ces médecins ont largement fait la démonstration de leur amour de ce nouveau pays qu’ils ont choisit. Mais bon peut-être que notre classe politique n’est pas au courant de cet exclavagisme à peine déguisé! Je ne sais pas pourquoi mais en écrivant cette dernière phrase, il me vient comme un doute…

    • Czar dit :

      bah voyons, on va naturaliser encore quelques dizaines de médecins africains pour tirer les leçons du désastreux numerus clausus pondu par « le meilleur d’entre eux », ce tocard de juppé

      je vous pas en quoi bosser chez nous pour un salaire supérieur à celui qu’ils auraient eu dans leur propre pays témoigne d’un quelconque « amour pour leur nouveau pays »

      ce n’est « leur » pays et ils ne font qu’y bosser ou alors tirez les leçons de votre universalisme creux et mièvre et joignez un formulaire de CNI dans chaque dossier Pôle emploi.

      je ne vois pas trop l’intérêt de continuer à gaspiller des milliards pour « défendre » une France qui se vide plus sûrement de sa substance par des procédés imbéciles que vous avez vantés que sous une occupation allemande

      si « tout le monde il est Français », plus de risque d’invasion donc plus besoin de bidasses et leurs joujoux onéreux.

      • Carin dit :

        À @czar
        En parlant de creux et de mièvre… votre post, il vous paraît comment??
        Vous avez le post inutile et insultant assez facile.. vous me faites penser au beauf du PMU du coin, qui se sent toujours obliger de ramener sa fraise, surtout quand le sujet le dépasse…
        vous êtes de ceux qui se pensent français « de souche » cette certitude étant attestée par votre arbre généalogique!! Mais mon bon monsieur ceux qui se fient à leur arbre géné.. accordent une très grande confiance à leurs ancêtres féminins!!

        • FP dit :

          Pourtant Czar n’a pas tort… Votre proposition n’était guère pertinente et je doute que beaucoup de nos soldats souhaiteraient se faire soigner par ces médecins importés pour des raisons essentiellement budgétaires.

          • Carin dit :

            À @FP
            J’imagine bien le soldat sur la table, la jambe en vrac, refuser d’etre soigné par un médecin parce que ses origines ou sa couleur, ne lui conviennent pas!

        • Czar dit :

          Je distingue immédiatement à l’instinct la catégorie de ceux qui se sentent tenus de mettre  » de souche » entre guillemets : outre le quota nécessaire de petits blanchouilles ethno-masos acculturés et domestiqués à toutes les hontes et abandons, toute guerre nécessitant son lot de traîtres, c’est presque invariablement l’habituel petit métèque arrogant qui vient expliquer au Français chez lui ce qu’il est -ou pas – et ce qu’est censée être son identité, son histoire et sa culture.

          c’est un truc assez mécanique chez vous : comme vous ne vous sentez pas à l’aise avec l’évidence qu’une nation c’est D’ABORD un principe ethnique plutôt qu’une réunion de loge franc-mac, hé bah, il s’agit de dénier au peuple DE SOUCHE son caractère d’évidence, c’est le sens du processus matraqué sur tous médias depuis trois décennies.

          Creux mon comm’ (quand on parle de défendre la France, on commence par en défendre la langue) ?

          Non ce qui te dérange, mon petit tarin,c’est que j’ai réfuté sans prendre trop de gants tes jérémiades sucrées dignes de « Poubelle l’avis » et que, contrairement à beaucoup qui s’écoutent parler, je ne me paie pas de mots.

          allons mon petit tarin, tu peux rêver que je représente le mètre-étalon de la beaufitude, ce pays produirait un peu plus d’ingénieurs et un peu moins de rapeurs.

          • Carin dit :

            A@czar
            Fais attention mon petit czar, ton
            « D’ABORD un principe ethnique » conduit invariablement à l’entre soit, de la au cousinage il y a pas loin.. et ça peut même se finir avec des problèmes de consanguinité. Heureusement que tes ancetres
            ( probablement ingénieurs) y ont pensé, et qu’ils ont fait de TA france un des pays le plus mélangé au monde! Et tu sais quoi.. ils continuent en plus …. les cons.

          • Czar dit :

            mais oui, champion, un pays de 60 millions d’habitants présente un risque élevé de consanguinité, hein

            c’est d’ailleurs pour y remédier qu’on importe des populations ayant le taux de consanguinité le plus élevé au monde – avec les conséquences en termes de surreprésentation de tarés divers, et autres « déséquilibrés »

            bref, rien à m’opposer, à part des sophismes alakon « le soldat va refuser de se laisser soigner » (non, pécore, la question est de savoir si on recrute des étrangers ou si plus connement on se focalise sur le fait de produire nous-mêmes nos propres médecins, ce qu’on a pu faire pendant quelques siècles)

            je m’en doutais un peu dès le départ, on aurait pu s’épargner cette dépense de mots

  6. Wrecker47 dit :

    Des Bataillons Médicaux il ne reste pas grand-chose ,et encore moins des expériences faites sur le terrain en Yougo comme au Kosovo ou ailleurs !Et pourtant les matériels étaient neufs et compétiyifs avec bien d’autres nations,les USA nous en on même achetés « clé en main » …
    Le Camp de Meucon en a vu un durant deux ans pour la 9°DIMa ,qui a été dissout malgré son expérience et sa polyvalence …
    Mais faire et défaire c’est toujours travailler dit-on !

  7. MD dit :

    Quelle incohérence .
    On veut recruter du personnel . Et en même temps , trop d’établissements hospitaliers militaires sont obligés de fermer leurs services. Pour ceux qui accepteront de souscrire à un contrat d’engagement dans le Service de Santé , il faudra leur faire preuve de beaucoup d’abnégation et d’optimiste dans leurs perspectives de carrière. Oui, on en trouvera bien, car ce n’est pas que cela qui motivera les volontaires . Mais tout de même, nos responsables politiques devraient essayer de faire mieux pour ce pauvre Service de Santé des Armées .

  8. Diamox dit :

    Dans un contexte de pénurie médicale globale, nul doute que l’effet attendu sera atteint… du génie !

  9. bubu dit :

    Pendant des années, celà a été le massacre pour diminuer les effectifs. C’est la faute de Bercy mais aussi des chefs qui n’ont pas su prévoir. Il faudrait envoyer sur le terrain ceux qui sont planqués dans les bureaux. A mon avis, la cheffe du service de santé peut déposer le bilan.

  10. petaf dit :

    « il faut recruter des médecins » … ça me fait doucement rire dans le sens où « ces vétérinaires » cassent beaucoup de candidats à tord et à travers lors de recrutement pour les armées !! s’auto-baiseraient-ils ???

    • simoun dit :

      les médecins appliquent les normes en vigueur dans chaque armée. Ces instructions ministérielles sur l’aptitude à servir signées par chaque chef d’état major d’armées… Ces vétérinaires comme vous dites ne cassent personne, ce sont les armées qui le font. Libre à vous de penser le contraire.

  11. Jack Shit dit :

    1/ Le SSA a été féminisé à mort. Les féministes vont me tomber sur le râble mais cet aspect a son importance. Un homme ne tombe pas enceinte, une femme : oui.

    2/ Les salaires sont plutôt merdiques en début de carrière en comparaison de ceux du privé ou même de ceux des praticiens-hospitaliers et des hospitalo-universitaires (qui ne sont pourtant pas folichons). Alors, leurs chirurgiens orthopédiques, je ne sais pas où ils comptent les trouver mais, à mon avis, ça va pas être facile de trouver des types qui accepteront d’être projetés X mois par an tout en étant payés au lance-pierre alors qu’ils peuvent facilement dépasser les 10k/mois net en se mettant en Secteur II tout en jouissant d’une qualité de vie tout à fait correcte. Il faudrait a minima multiplier les salaires des juniors par 1.3/1.5 pour qu’ils soient acceptables (eu égard des contraintes).

  12. Lili dit :

    Recruter des médecins civils pour venir dans le ssa ?
    Il va falloir se vendre pour les attirer et arrêter de mettre en avantage en premier les 45 jours de permissions et l avantage du tarif sncf… le ssa ne sait pas si elle vendre il lui manque des vrais conseilles en communications.
    Surtout ne pas mentir à ces futurs médecins sinon on va arriver au même point qu actuellement : presques tous les médecins recrutés sur contrat préfèrent ne pas renouveler leur contrat.. car la réalité est autre de ce qu on leur vend pour les recruter
    Et oui la plupart du temps c est de la médecine du travail ou de la sélection bien loin de l image du médecin qui soigne des blessés de guerre.. pas assez de médecin donc pas le temps pour la formation continue….
    bon courage pour le recrutement
    Ps : pourtant c est vraiment un très beau métier, appréciait par les combattants sur le terrain surtout en opex

    • Le Breton dit :

      Vous en êtes ?

    • MarcelPatulacci dit :

      Très bon commentaire. La hiérarchie du SSA est d’une médiocrité absolue… Tant qu’on laissera ce service géré uniquement par du personnel médical (et pas les meilleurs…), il restera une catastrophe et continuera à faire fuir les bons éléments. Même les plus motivés partent au bout de quelques années. Le système est à bout de souffle et à Paris, ça croule de vieux médecins chefs/généraux n’ayant aucun pragmatisme ni aucune réelle volonté de changer le système radicalement, ce dont il a besoin au plus vite.

      J’ajouterai par ailleurs qu’il manque BIEN PLUS qu’une centaine de médecins des forces…

    • MarcelPatulacci dit :

      Bon commentaire.
      Malheureusement, tant que le SSA restera géré par du personnel médical uniquement (et pas les meilleurs…), sa gestion catastrophique perdurera.
      Le système actuel fait fuir de nombreux personnels d’active, alors attirer des personnes venant du civil… bonne chance !
      Pendant ce temps-là, à Paris, ça croule de médecins-chef/généraux n’ayant aucune volonté de réellement changer le système actuel à bout de souffle.

      Selon moi, le problème de la faible compétitivité des soldes proposées ne fait pas tout. Il faudrait aussi que les médecins du civil subissent la gestion lamentable de ce service en terme de gestion des soldes/habillement/chancellerie/RH etc.

      J’ajoute que le SSA manque de BIEN PLUS qu’une centaine de médecins des forces…

  13. Ltikf dit :

    Situation dénoncée par le Canard Enchaîné dans son édition du 5 décembre dernier… La MGA Guyax a en fait été convoquée le 12 décembre 2018 pour clarifier la situation. En tout, ce sont 1600 médecins, infirmiers et techniciens qui ont été perdus depuis 2014, passé au civil pour raison salariale essentiellement (le temps de formation des médecins a bon dos…). L’une des conclusions provisoire ce sont les chiffres donnés par l’article ci-dessus sur les recrutements, l’autre es de conseiller « gentiment » au PR d’arrêter de déployer du personnel en action extérieure quand on n’a pas le soutient médical adéquat… Aujourd’hui des réservistes sont recrutés mission par mission, ce que dénoncent les Sénateurs comme une « acrobatie ».

  14. Bubu dit :

    Travail peu intéressant, mauvaise ambiance, payés des clopinettes, le SSA peut rèver au recrutement sous contrat. Celà a toujours été un échec, et au 21 ème siècle, l’esclavage et le sacrifice gratuit ne passe plus.

    • Airforceone dit :

      @Ltikf,@Bubu,

      Parfaitement exact et mon plus grand soulagement est de voir que le problème se règle de lui même:
      Pas d’appui Médic = Pas d’Ops= Pas d’appuis et actions= Pas d’appui Médic!
      Si des têtes brûlées sont prêtes à se faire dégommer en Ops pas trop claire, je comprends que les Médics (même s’ils peuvent agrémenter leur CV de « médecine de guerre ») sont de moins en moins enclins à jouer les mères Thérésa sous le tentes gonflables ou sur les Médevacs sous le feu.
      La France a besoin de Médecins, d’Infirmiers d’Ambulancier sur son territoire! Des hélicos et des postes avancés pour couvrir les zones « désertifiées » (pour les nostalgiques des shorts) en France. Moins cher et plus au service de la population.

      Bien à Vous,

      Marc Edmond

  15. Carin dit :

    À @czar
    Tu m’en fait un drôle de champion..
    Tout d’abord si la France compte 60 millions de personnes ( 67+en réalité), c’est justement grâce à tes ancêtres (tous ingénieurs) qui y ont pensés pour toi!!!
    En ce qui concerne les ( populations ayant le taux de consanguinité le plus élevé au monde-avec les conséquences en terme de surreprésentation de tarés divers et autres « déséquilibres ») là pour le coup c’est de la faute de tes collègues ncetres (tous ingénieurs) qui sont allés les chercher ces populations!!!
    Nous sommes quand même d’accord sur le fait qu’il nous faut former nos médecins… mais la question sous-entendue de l’article de mr L’agneau est : kékonfé pendant les 10/12 ans de formation ???
    Et nous sommes encore d’accord sur le fait à l’ avenir de nous épargner une dépense de mots inutile.